Untitled

Homo naledi

L’Afrique du Sud est un des “berceaux de l’humanité”, et, à ce titre, les Sud-Africains devraient en être fiers. N’existaient-ils pas avant nous, avant les “blancs” ?

Mais ce n’est pas la manière de voir de Zwelinzima Vavi, ancien secrétaire général de la Cosatu, un puissant syndicat rattaché à l’ANC le parti au pouvoir. A la récente découverte d’une nouvelle espèce humaine,  Homo nalendi, proche des australopithèques déjà découverts dans cette région australe (Little Foot), il s’est indigné : “Personne ne va déterrer des os de vieux singes pour soutenir la théorie selon laquelle je descends du babouin, désolé. J’ai été traité de babouin toute ma vie, tout comme mon père et ses pères, je ne suis pas le petit fils d’un grand singe.

Apartheid 

La nouvelle Afrique du Sud a aboli l’apartheid en 1994. Vingt années n’ont pas encore suffi pour effacer les souffrances endurées sous le régime raciste, l’émotion prend encore le dessus sur la raison et la science des paléontologues.  En plus, il faut ajouter que le paléontologue qui a fait cette découverte, Lee Berger, est Américain et professeur à l’Université de Witwatersrand (Johannesburg), un blanc donc…  Même réflexion d’un ancien chef de groupe parlementaire de l’ANC Matole Motshekga: ” Cette théorie soutien l’idée que nous sommes des sous-hommes. A cause de cela, les Africains ne sont pas respectés dans le monde.”

Un ancêtre commun

A l’annonce de la découverte de Homo naledi, le vice-président sud-africain et numéro 2 de l’ANC Cyril Ramaphosa s’est réjoui : “Cela signifie que nous sommes tous liés par un ancêtre commun, d’où l’absurdité du racisme !” Ouf, pas de confusion donc.

Christine von Garnier

Christine von Garnier

Christine von Garnier, sociologue et journaliste, a vécu 20 ans en Namibie où elle était correspondante du Journal de Genève et de la NZZ. Elle a aussi travaillé comme sociologue dans le cadre des Eglises. Aujourd’hui, secrétaire exécutive de l’antenne suisse du Réseau Afrique Europe Foi et Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *