Museweni:”Une bande d’inutiles, et des pays fiers et arrogants”

Ce sont les paroles prononcées par le président Yoweni Museweni, 71 ans, 30 ans au pouvoir, lors de son serment d’allégeance pour son 5e mandat à la tête de l’Ouganda, visant la CPI et les pays occidentaux. Plusieurs chefs d’Etats africains étaient présents, notamment Jacob Zuma (Afrique du Sud), John Magufuli (Tanzanie), Salva Kiir (Sud Soudan) et Omar El Béchir (Soudan). Le nouveau président avec 60 % des voix, s’est engagé à “remplir fidèlement sa fonction de président de l’Ouganda dans le respect des lois du pays, tout en veillant au bien-être de ses concitoyens”. (RFI, 13 mai). Son pays est signataire des Statuts de Rome qui ont fondé la Cour Pénale Internationale (CPI).

Les temps changent…

Depuis 2009, Omar El Béchir est recherché par la CPI pour crimes contre l’humanité, crime de guerre et génocide au Darfour, 300 000 morts, selon l’ONU. Alors présent à Johannesburg lors d’un Sommet de l’UA en 2015, le président sud-africain l’avait laissé rentrer au Soudan malgré l’interdiction de la Cour de Justice sud-africaine. D’ailleurs, au cours de l’Assemblée générale de l’UA à Addis Abeba en janvier dernier, plusieurs état avaient demandé de sortir de la CPI. En d’autres termes, le droit de tuer. Oui les temps changent aussi en Afrique. Les Occidentaux, leurs droits de l’homme et leurs institutions juridiques sont devenus secondaires comme l’ont proposé les Chinois notamment. On peut arranger les Constitutions comme on veut, il suffit d’un groupe satellite autour du président et le tour est joué d’une manière ou d’une autre. Zimbabwe, Angola, Guinée équatoriale, Rwanda,  Congo Brazza, Gabon, Gambie, Mauritanie,  pour ne citer que quelques-uns. C’est ce qui se passe aussi actuellement en République Démocratique du Congo. Joseph Kabila ruse depuis une année pour attraper un troisième mandat. Avec le président rwandais Kagamé, il est très intéressé par les ressources minières de l’Est dont le Coltan, dans la région stratégique du Kivu où des groupes rebelles, le M23 en particulier, sèment la terreur et violent femmes et enfants. Ce minerai est utilisé par les technologies modernes: ordinateurs, téléphones portables, fusées… il y a plusieurs vautours, les Américains aussi qui ne réagissent que mollement au agissements tordus de Joseph Kabila.

Respecter le droit international ?

Pourquoi certains chef d’Etat africains le respecteraient-ils ? Ils savent ce qu’ont fait les Américains en Irak avec leurs mensonges, les prisons d’Abu Ghraib et de Guantanamo. Et les Européens aujourd’hui avec les réfugiés qu’ils renvoient en Turquie contrairement au droit international ? Qui est responsable du morcellement des Kurdes ? Les puissances qui ont gagné la Première Guerre mondiale, les Britanniques en tête. Avec la diffusion rapide des informations, et ainsi l’éveil des peuples à leurs droits, la démocratie subit des accouchements douloureux suivant les pays et certains chefs d’Etat refont les fautes des premiers fondateurs. A la Révolution française de 1789, Robespierre avait été l’un des partisans les plus convaincants pour la Déclaration des Droits et Devoirs du citoyens, mais après quelques années, au fil des difficultés, il a fait guillotiner ses opposants et a lui-même aussi été guillotiné… On refait toujours l’histoire.

Christine von Garnier

Christine von Garnier

Christine von Garnier, sociologue et journaliste, a vécu 20 ans en Namibie où elle était correspondante du Journal de Genève et de la NZZ. Elle a aussi travaillé comme sociologue dans le cadre des Eglises. Aujourd’hui, secrétaire exécutive de l’antenne suisse du Réseau Afrique Europe Foi et Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *