Afrique: et les massacres commis par des Russes continuent…

Alors que nous sommes tous secoués par les massacres à Boucha et ailleurs en Ukraine, commis par des soldats Russes, le même scénario se passe au Mali par les mercenaires russes du groupe Wagner appuyés par l’armée malienne, selon Human Richts Watch (HRW): «La pire atrocité au Mali depuis le début du conflit il y a une dizaine d’années. Elles sont soupçonnées d’avoir exécuté près de 300 civils parmi lesquels se dissimulaient des combattants djihadistes».
Ce massacre a eu lieu à Moura, centre des violences intercommunautaires qui endeuillent le pays depuis plusieurs années.

Les victimes ont été tuées d’une balle dans la tête par petits groupes précise HRW qui cite des témoins directs. Cela s’est passé le 27 mars lors du marché aux bestiaux où les villageois et des commerçants venaient vendre leur bétail. Les hommes ont été emmenés vers un terrain vague, principalement des Peuls soupçonnés par Bamako de soutenir les groupes djihadistes de la région. Ni l’armée française en train de se retirer du Mali, ni la mission de l’ONU au Mali, pas informée, n’ont pu intervenir.

La présence du groupe Wagner de mercenaires russes, qui se fait payer, donne un très mauvais exemple au continent africain. Egalement actif en Centre Afrique et dans des pays voisins sur demande, il vient court-circuiter la tendance des Africains à se prendre enfin en main. Telle l’armée rwandaise, appelée récemment au Mozambique, qui se comporte beaucoup mieux que les mercenaires du groupe Wagner, et rapporte ainsi de l’argent au pays. De plus, la République Démocratique du Congo, selon le Wall Street Journal (2.04), fait pression sur les Chinois, pour avoir une meilleure part du marché du cobalt pour les batteries des voitures électriques et commence à s’opposer à la présence chinoise en Afrique. Le Tribunal de Lumumbashi a retiré pour 6 mois la direction de la mine de Tenke Fungurume à China Molybdenum, «société publique congolaise» où l’on a constaté que les contrats chinois sont opaques… Les compagnies minières chinoises ont consacré ces dix dernières années, des milliards de dollars pour acheter de mines de cobalt, et même d’uranium (Namibie).

On ne peut que souhaiter aux Africains de prendre toujours plus en mains les richesses de leurs sols et d’en faire mieux bénéficier leurs populations.

Christine von Garnier

Christine von Garnier, sociologue et journaliste, a vécu 20 ans en Namibie où elle était correspondante du Journal de Genève et de la NZZ. Elle a aussi travaillé comme sociologue dans le cadre des Eglises. Aujourd’hui, secrétaire exécutive de l’antenne suisse du Réseau Afrique Europe Foi et Justice.

8 réponses à “Afrique: et les massacres commis par des Russes continuent…

  1. que les Africains prennent en main leurs richesses… peut-être…
    quant à en faire bénéficier leurs populations… on peut rêver !!!

    1. Sans rêves, on n’accomplit rien de grand.
      Le fatalisme sur l’avenir de “l’Afrique” (55 pays, tous mis dans le même sac), me fatigue et démontre une méconnaissance profonde du continent et de ses ressorts économiques et politiques. Il s’agit d’une attitude paternaliste teintée de cynisme et, souvent, d’un sentiment de supériorité. Héritage du colonialisme?
      Je connais beaucoup de jeunes Africain, de toutes les sous-régions, qui ont une vision pour leurs pays respectifs, qui sont éduqués et ne demandent qu’à servir leurs pays dans une démarche respectueuse de toute leurs diversités ethniques et sociales.
      Le jour où ils arriveront à prendre en main les destinées de leurs pays et de leurs peuples, ils décideront aussi du prix des matières premières. Et peut-être alors, verrons-nous que leurs yeux sont à la hauteur des nôtres et que nous arrêterons de les regarder de haut.
      Pour le moment, le statu quo encouragé par nos économies et nos politiques extérieures fait notre beurre.

  2. En ce qui concerne la République Démocratique du Congo, il faut reconnaître que les contrats léonins entre la Chine et ce pays ont beaucoup bénéficié au clan Kabila. Quand ce clan est arrivé au pouvoir, il y a un quart de siècle, c’étaient, pour ainsi dire, des va-nu-pieds, ils sont aujoud’hui milliardaires. Comme l’a écrit la journaliste belge Colette Braeckman, certains contrats étaient tout simplement rédigés en mandarin; la partie congolaise n’a pas cru nécessaire que ces documents soient rédigés en français, alors que le français est la langue administrative du pays. La déception est grande dans le peuple congolais vis-à-vis des Chinois qui étaient sensés apporter dévelopement et prospérité; les plus anciens se rappellent des dernierès années de la colonie, car la situation allait d’aller dans le bon sens, une espèce de progrès social prenait corps. D’ailleurs, le gouvernement congolais a demandé, ce mois-ci, aux autorités belges de relancer la coopération en matière de santé publique.

  3. Bonjour Madame von Garnier,
    Votre rédaction me surprend par votre franche ingénuité au regard de vos connaissances historiques de l’ Afrique. En effet , comment pouvez vous penser que les Chinois ou Russes seront meilleurs colonisateurs que les Occidentaux si ce n’est dans l’esprit des dirigeants africains. La coopération si souvent vantée est un slogan des droits de l’homme des Européens. Elle conduit pour nous Européens à accueilir sur notre sol la jeunesse Africaine……
    Bien cordialement

  4. Du coup, ils regrettent le départ des Français ? ou vont-ils se prendre en mains et faire comme les Ukrainiens: combattre pour leur liberté ?

    D’un côté, l’Ukraine demande des armes pour se battre;
    De l’autre, le Mali demande de l’argent pour que d’autres se battent à leur place.

  5. La coopération pour ce qui est de la francophonie elle est a sens unique. Quand a accueillir les étudiants ce n’est que pour exploiter la matière grise du continent en plus des minerais.
    Les hôpitaux français sont remplis d’internes africains qui font tourner l’institution. Les salaires sont ils les mêmes que pour les européens ? Je ne pense pas.

    Là où je ne suis d’accord avec Madame von Garnier, c’est à propos des massacres en Ukraine par les Russes. Si vous êtes une journaliste intègre, ce dont je ne doute pas, cherchez l’information en dehors des médias “main stream”, et vous aurez un vision légèrement différente du conflit.

Répondre à Michel Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *