…sabraient le champagne…

100’000!

200’000!

 

Cent mille, c’est approximativement le nombre d’ouvrières que contient une ruche au moment de la grande miellée. C’est aussi le nombre d’abeilles qu’il faut pour faire une récolte de miel. Sur ces 100’000 ouvrières, 15’000 environ sont des butineuses. Cent mille, c’est encore le nombre de vols que ces 15’000 butineuses réalisent chaque jour, ou le nombre de vols qu’elles doivent faire pour accumuler un kilo de miel. Pour ce même kilo elles auront parcouru près de 100’000 km, soit plus de deux fois le tour de la planète à l’équateur….

Cent mille, c’est également le nombre de pages visitées sur ce blog … et si les abeilles… depuis le début de l’aventure au mois d’août 2015. (suite…)

Lire la suite

…vous parlaient de terreur…

Une fois n’est pas coutume, “et si les abeilles” vous propose en cette période de Noël chrétien un billet sans rapport avec l’apiculture, mais en résonance avec les actes terroristes et de violence religieuse de ces derniers temps, actes odieux qui se répètent de mois en mois.

“Not in gods’s name” de Jonathan Sacks, paru en 2015, n’est malheureusement pas encore traduit en français. Ecrit par une personnalité considérée comme l’un des penseurs majeurs de notre époque, aux convictions fortement revendiquées, l’ouvrage s’impose comme un essai philosophique, sans a priori religieux. Rédigé avec l’objectif de comprendre les racines de la violence humaine, c’est en un sens un texte scientifique. Il intègre des notions empruntées à la théorie des jeux, à la psychologie et à la biologie de l’évolution, intègre les découvertes sur la violence des philosophes du 20ème siècle et réinterprète certains mythes bibliques à leur lumière. Jusqu’à la géniale couverture de l’ouvrage ou la violence “éclipse” le nom de Dieu…

Il apporte surtout un point de vue original et des clés d’explications généralement absentes des commentaires qui nous sont quotidiennement servis dans les media. D’ailleurs, l’incessant martèlement de ces derniers autour des peurs que génèrent l’islamisme (chasse aux imams, aux fichés S, etc.) ne font que renforcer le sentiment de terreur au sein de la population. Ils servent en définitive les objectifs de ceux-là même qu’ils croient combattre. On attendrait des media qu’ils nous aident aussi à comprendre les origines de cette de haine, pour vivre avec ces peurs et pouvoir les surmonter.

C’est justement ce que l’ouvrage de Sacks propose. Il donne un nouvel éclairage des tensions entre les trois grandes religions monothéistes, que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam, ces soeurs issues d’une même souche originelle, qui partagent le même Dieu et en partie les mêmes croyances, prophètes et textes fondateurs. Une lecture qui, comme une thérapie, m’a personnellement libéré. Depuis, les terroristes, quelles que soient leurs origines ou leurs motivations, n’ont plus de prise sur moi, parce que cet éclairage me permet d’en comprendre, en partie du moins, les causes, les raisons, les mécanismes et les ressorts.

En un mot, le terrorisme ne me terrorise plus.

(suite…)

Lire la suite

…vous contaient le marché du miel…

cher Philippe Ligron! Vous posiez la semaine dernière dans l’émission “Bille en tête” la question du prix du miel, vous demandant comment il est possible de trouver à des prix si bas des produits de si haute qualité…

Voici quelques éléments de réponse collectées lors du 21ème Congrès de l’Union nationale d’apiculture française (UNAF) qui s’est déroulé du 27 au 30 octobre 2016 à Clermont-Ferrand.

Le marché du miel est grossièrement composé de trois acteurs majeurs:

  • les producteurs
  • les revendeurs
  • les fraudeurs

(suite…)

Lire la suite

… étaient en congrès…

unaf_2016_auditoire_shortLe 21ème Congrès de l’Union nationale d’apiculture française (UNAF) s’est déroulé du 27 au 30 octobre 2016 à Clermont-Ferrand. Ces grandes réunions sont l’occasion de faire un tour d’horizon des derniers développements des connaissances, d’une mise à niveau des techniques apicoles, de faire son marché en petit et gros matériel et, enfin, d’échanger expériences, anecdotes, joies et déboires avec les collègues des pays voisins. Parmi les plus de 6’000 visiteurs annoncés, on notait quelques représentants d’Helvétie, dont notre Rose, butineuse de la revue de la SAR (Société d’apiculture romande), quelques anciens présidents de ladite SAR et même quelques collègues de Gruyère.

Parmi les points forts :

(suite…)

Lire la suite

Ségolène Royal annonce l’interdiction totale des néo-nicotinoïdes en France

Lors de l’inauguration officielle du 21ème Congrès de l’UNAF (Union nationale d’apiculture française) qui se déroule du 27 au 30 octobre 2016 à Clermond-Ferrand, Ségolène Royal, ministre française de l’environnement, a fait ce matin un vibrant psegoleneroyal20161028laidoyer en faveur des abeilles, de l’apiculture et des pollinisateurs en général. Elle a non seulement apporté son soutien et ses encouragements aux plus de 6’000 apiculteurs et amis du monde apicole présents au congrès, mais elle a elle annoncé un train de mesures concrètes, à savoir:

(suite…)

Lire la suite

… servaient à quelque chose …

Originaire du Noirmont par mon grand-père maternel, je ne peux que me sentir interpelé par la réaction des piqués de ce quartier de mon village ancestral qui, selon Le Matin Dimanche d’hier, “ont déposé une pétition contre les moustiques” (sic). Diable, l’enjeu est de taille, et le danger menace! En effet, la journaliste évoque, sans rire, la possibilité “d’une nouvelle espèce mutante spécialement adaptée aux Franches-Montagnes et à son rude climat“.

descartes

Je me pince pour m’assurer que je suis bien éveillé: non, ce n’est pas un cauchemar… Je consulte mon agenda: nous nous ne sommes pas un premier avril. Nos amis Teignons, au verbe haut et prompts à (suite…)

Lire la suite

… profitaient des méga-fusions de l’agrochimie…

Oups! De prédateur affamé poursuivant de ses crocs acérés l’helvétique Syngenta dans les eaux bâloises, dépitée d’avoir dû céder la politesse à ChemChina,gros_poissons voici que Monsanto, après avoir annoncé une cure d’amaigrissement, s’est transformée en proie et vient a son tour d’être gobée par un autre mégaptère à l’appétit féroce.

L’annonce du récent rachat de Monsanto, géant américain des plantes OGM et des herbicides, dont le très décrié glyphosate, par l’allemand Bayer, autre géant de l’agrochimie, a en effet suscité beaucoup d’émotion dans les medias. La plupart des réactions sont négatives et pessimistes. Elles sont motivées par un sentiment de crainte devant le gigantisme de la nouvelle entité et l’instauration d’un oligopole mondial dominé par une poignée de multinationales.

Sur le mode “tous méchants”, la théorie du complot trouve un nouveau terrain où s’épanouir. On spécule sans nuance sur l’emprise du nouveau groupe sur un marché grainier déjà étouffé par les mêmes acteurs, l’empoisonnement de nos assiettes par des aliments dopés aux OGM et aux doses accrues de pesticides. Bref, on nous ressert sous une forme réchauffée, voire un brin chupiée, les arguments archi-connus des anti-mondialistes amplifiés à la puissance 10.

(suite…)

Lire la suite

…contribuaient à la prospérité du pays…

…après un très léger recul du PIB national au 1er trimestre 2015 (-0.2%, par rapport au trimestre précédent), tous les observateurs prédisaient un second trimestre négatif, synonyme d’entrée en récession de notre économie nationale. Ces prédictions pessimistes ont été  battues en brèche par des chiffres meilleurs qu’attendus au 2ème trimestre (+0.2%) et une nouvelle stagnation au 3ème trimestre (0.0%).

Quel serait l’impact de la disparition des abeilles sur l’économie nationale?

(suite…)

Lire la suite

…bénéficiaient à nouveau de la recherche helvétique…

… la semaine écoulée a vu la publication d’une importante étude sur la santé des abeilles. Résultant de travaux récents de la nouvelle équipe de chercheurs de l’Université de Berne, elle démontre pour la première fois un effet délétère de deux pesticides du groupe des néonicotinoïdes sur la fertilité des reines d’abeilles. Cela faisait bien longtemps que des résultats aussi importants n’avaient pas été produits par un groupe helvétique… (suite…)

Lire la suite

… venaient d’Islande…

WP_20150924_15_20_53_Pro[1]Pour beaucoup d’apiculteurs, un voyage à l’étranger est l’occasion de s’informer sur les abeilles  et les pratiques apicoles locales. On goûte les miels du crû, on s’arrête pour examiner les ruches et si par chance l’apiculteur est sur place, on engage la conversation avec le peu de mots que l’on connaît, les gestes et abondance de sourires.

… jamais je ne pourrais vivre sans abeilles...

(Torbjörn Andersen, apiculteur islandais)

(suite…)

Lire la suite