69….célébraient la St-Valentin…69

Quelque soit votre âge, sexe et inclinations personnelles, vous n’avez sans doute pas échappé à l’incontournable rendez-vous commercial de février, au dîner en amoureux ou au bouquet offert avec tant de spontanéité, ce jour-là si précisément…

Chez nos voisins français, la journée était marquée par les aveux du meurtrier d’une petite fille disparue depuis plusieurs mois lors d’une fête de mariage. De leur côté, nos grands-frères américains enregistraient une nouvelle fusillade dans une école, la 18ème de l’année, soit 18 en 45 jours, ou près d’une tous les deux jours…

Quant à elles, les abeilles étaient de sortie au théâtre, à Vevey, pour savourer des “Zakouskis Erotiks”, hors-d’oeuvres proposés par le Tof Théâtre. Ambiance coquine, mais pas trop, public décontracté, mais un peu retenu. Répartis en trois groupes, nous étions invités à trois prestations “émoustillantes” sur un mode un peu “voyeur” par les marionnettistes belges. Malgré d’indéniables qualités, dont la géniale mise en scène de la chambre à coucher et la performance des acteurs/marionnettistes, le spectacle ne m’a guère emballé, car assez éloigné de mon imaginaire érotique personnel.

J’ai personnellement mieux goûté l’entrée en matière de Franciso Rey, apiculteur professionnel chilien lors des journées d’études de l’ANERCEA (Association Nationale des Eleveurs de Reines et des Centre d’Elevage Apicole) la semaine dernière à Valence dans la Drôme. Après nous avoir présenté, son épouse Luz, belle femme à la crinière léonesque, Francisco, a enchaîné par une photo de la maison dans laquelle ils vivent parmi les milliers de ruches de fécondation dont ils s’occupent quotidiennement.

Francisco Rey en conférence à Valence

Leur maison au nord de Santiago

Sur le fronton d’entrée trône une reine-abeille gigantesque,  décoration réalisée par Luz. Francisco a pris un coquin plaisir à attirer notre attention sur le no très particulier que porte cette reine-abeille et que je vous laisse découvrir sur leur page (www.pacificqueens.com).

Dans le même registre, j’ai également rencontré lors de ces journées des couples d’apiculteurs professionnels admirables, tant par leur complémentarité, leur complicité et leur solidarité face aux aléas de l’apiculture moderne (parasites, maladies, marché du miel), tous animés d’une force et d’un amour de leur métier et de leurs abeilles sans lesquels il n’est guère possible de réussir.

…nous apprenaient à voler…

C’est l’un des secrets le mieux gardé de la vie des animaux: nous comprenons mal comment volent les abeilles et les insectes en général. En effet, appliquant les lois de l’aéronautique, les scientifiques sont arrivés dans les années 1930 à l’étonnante conclusion que voler était  “en théorie impossible pour les insectes.

…et pourtant,ils volent ! ne peut-on pas s’empêcher de répondre en paraphrasant une citation attribuée à Galilée. (suite…)

Lire la suite

…étaient enfin entendues…

Comme pour  faire écho à mon “trop, c’est trop” du 25 septembre dernier, voici une nouvelle très encourageante annoncée par les hebdomadaires “Agri” du 5 janvier (“Vaud, Jura et Jura bernois s’unissent pour les abeilles”) et “Terre et nature” de ce 11 janvier 2018 (“Paysans et abeilles se donnent un coup de pouce réciproque”). La nouvelle avait déjà été donnée le 22 décembre dernier sur les ondes de la RTS  et la veille par la Tribune de Genève.

De quoi s’agit-il?

Selon le site web de Prométerre (Association vaudoise de promotion des métiers de la terre), les cantons de Vaud, Berne et Jura lancent un projet “Agriculture et pollinisateurs” qui s’inscrit, selon l’art. 77a et 77b de la Loi fédérale sur l’Agriculture (LAgr), dans l'”Utilisation durable des ressources naturelles”. Il est proposé par le Service de l’agriculture et de la viticulture (SAVI) du canton de Vaud et par les cantons du Jura et de Berne, en collaboration avec Prométerre et la Fondation Rurale Interjurassienne (FRI), ainsi qu’avec le soutien de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG).

Mais encore? (suite…)

Lire la suite

…allaient au théâtre…

18 novembre dernier, quelle grande et belle soirée…

Allessandra Borin
Jean Winiger

Devant une salle pleine et comblée, Jean Winiger nous faisait le somptueux cadeau d’une magnifique mise en scène de la vie de François Huber et de son disciple Burnens aux Tréteaux de Chalamala à Bulle.

Inspiré des “Nouvelles observations sur les abeilles” de F. Huber et de “L’apiculteur et son disciple” de Sara George, Winiger, incarnant tour à tour Voltaire, Huber et Burnens, nous a régalés durant plus d’une heure d’une nouvelle oeuvre inédite de son crû… A son habitude, un spectacle total où la musique, grâce aux divines Patricia Siffert, pianiste, et Alessandra Borin, soprano, ne fut pas le moindre des plaisirs.

 

Patricia Siffert

Quelle splendide interprétation que celle des “badinages” de Burnens, de Voltaire tourné en bourrique par Jean Huber, peintre et père de François Huber, ou encore par le chien de de dernier rongeant un morceau de fromage à l’effigie du philosophe de Fernet. Winiger a également fait revivre le grand amour de Marie-Aimée Lullin et de F. Huber,  sans parler des envolées lyriques et de l’inoubliable interprétation de la danse des “abeilles” par deux “butineuses” de la grande musique. Fasciné par le destin de la reine-abeille et celui de son homologue à la cour de France, Winiger nous a entraîné dans les airs, poursuivis par les faux-bourdons, nous a fait revivre les affres et les horreurs de la guillotine, avant de s’extasier sur la sagesse de la ruche qui sait à dessein se débarrasser de ses mâles inutiles et nous a fait ressentir l’atmosphère de paix, de méditation et de contemplation qui régnait alors à Pregny au rucher des Huber.

Bravissimo è grazie a tutte è tutti

L’accent mis sur les insecticides est-il véritablement exagéré?

Dans un entretien accordé à Simon Bradley de swissinfo.ch, Jean-Daniel Charrière, directeur du Centre suisse de recherche sur les abeilles, Agroscope Liebefeld, exprime l’opinion que l’accent mis sur les insecticides est disproportionné en regard des risques encourus par les abeilles, alors que la cause première des pertes de colonies reste due à Varroa . Je ne suis pas d’accord avec ce point de vue:

Premièrement, et c’est un problème sérieux, les chiffres concernant le nombre d’apiculteurs, les colonies d’abeilles et les pertes de colonies sont, au mieux, des estimations approximatives et peu fiables. En effet, depuis 1996, il n’existe plus pour la Suisse de statistiques solides sur l’apiculture, c’est à dire fondées sur des bases scientifiques (voir et si les Abeilles nous étaient comptées pour l’histoire de la destruction de nos statistiques officielles). Par exemple, dans le canton de Fribourg, où j’ai mes colonies d’abeilles, il est obligatoire pour chaque apiculteur de tenir une liste détaillée de ses ruches et de ses pertes. Aucune de ces données n’est utilisée pour les statistiques. Au lieu de cela, nous devons remplir un questionnaire à fin janvier, alors que les abeilles dorment encore! De plus, chaque canton a sa propre pratique.

Le deuxième point concerne les insecticides. Si je suis d’accord avec Charrière sur le diagnostic que l’acarien Varroa est notre problème principal, je suis en profond désaccord avec son appréciation que l’accent mis sur les insecticides est exagéré. Au contraire, les nouvelles molécules, connues sous le nom de néonicotinoïdes, ont des effets beaucoup plus forts que leurs prédécesseures, tels que le DDT. Elles sont actives à des doses ou des concentrations beaucoup plus faibles et ont même des effets plus forts dans des combinaisons qui sont ironiquement appelées effets «synergiques».

Troisièmement, je ne suis pas d’accord avec la politique développée pour la Suisse (voir si les abeilles prenaient leur destin en main pour une analyse détaillée). Si Varroa est le principal problème et si notre objectif est de produire des produits apicoles sans pesticides, alors l’État devrait aborder ces deux questions de manière cohérente. Au lieu de cela, la stratégie de l’État développe et soutient les pratiques agricoles dans lesquelles des bandes florales «naturelles» alternent avec des parcelles de cultures traitées aux pesticides, cultures toutes deux fortement subventionnées. Comment ces étroites bandes florales peuvent-elles soutenir les abeilles sauvages et domestiques, alors que ces dernières sont intoxiquées dans les cultures avoisinantes où les abeilles font la plupart de leur récolte?

Quatrièmement, l’argument selon lequel nous devrions être plus préoccupés par le sort des abeilles sauvages (sous prétexte que les abeilles domestique disposent de mécanismes de compensation au sein de leurs colonies) ne s’applique pas. Le succès reproducteur doit être comparé en termes de nombre de descendants, c’est-à-dire dans le cas des abeilles domestiques, du nombre de nouvelles colonies produites. Nous avons déjà des preuves alarmantes que la qualité de la reine est affectée par les insecticides. En outre, les abeilles domestiques sont une espèce emblématique dont le destin reflète ce qui arrive à des milliers d’espèces d’insectes qui passent le plus souvent inaperçues. Le test du «pare-brise de voiture» fournit des indications qualitatives sur le déclin massif de la diversité d’insectes au cours des dernières décennies.

Enfin, les apiculteurs ont offert pendant des décennies (voire des siècles) des services de pollinisation gratuits à l’agriculture suisse, dont la valeur a été estimée récemment à 350 millions de francs. Charrière mentionne que ces services de pollinisation pourraient déjà être compromis dans certaines régions (voir l’article de Bill Harby «Le mythe de l’apiculture bio en Suisse – et comment les abeilles en paient le prix»).

Dans une approche cohérente pour traiter le problème des pertes de colonies d’abeilles, il y a peu d’espoir de résoudre le problème de Varroa (identifié comme le problème majeur) si les abeilles continuent à être intoxiquées dans les cultures qu’elles pollinisent. Les deux problèmes devraient être considérés simultanément ou séparément. Le problème des insecticides est facile à gérer: soit cesser d’utiliser ces produits chimiques dans les cultures visitées par les abeilles, soit retirer les abeilles de ces régions. La question de Varroa est certainement plus compliquée. Cependant, il existe déjà plusieurs projets prometteurs de sélection de souches d’Apis mellifera capables de vivre avec l’acarien Varroa, comme les abeilles natives d’Asie se sont adaptées à ces parasites dans leur pays d’origine. Aucun de ces objectifs n’a été identifié comme une priorité dans les récents documents de stratégie nationale de soutien aux abeilles mellifères et de promotion d’une agriculture durable.

 

Is the focus on insecticides really exaggerated?

In an interview to swissinfo.ch, Simon Bradley reports the opinion of Jean-Daniel Charrière, Head of the Swiss Bee Research Center, Agroscope Liebefeld, that too much focus is given to insecticides, while it has become more difficult to get support to address the Varroa mite issue. I disagree with Charrière’s views and arguments:

Firstly, and it is a serious issue, the figures given for numbers of beekeepers, bee colonies and colony losses are, at the best, rough, but poor and unreliable, estimates. Unfortunately, since 1996 there are no more reliable statistics on beekeeping, i.e. based on scientific grounds, for Switzerland (cf… et si les abeilles nous étaient comptées for a history of the destruction of our official statistics). For instance, in canton of Fribourg where I keep my bee colonies, it is compulsory for every beekeeper to hold (suite…)

Lire la suite

…wenn die Bienen … ihr Schicksal in die Hand nahmen …

(Übersetzung von “et si les abeilles…prenaient leur destin en main…” mit Google Translate) 
(Verbesserungen willkommen)
Schweizer Imker haben seit etwa 20 Jahren den Bienensterben Alarm geschlagen … Diese Anrufe wurden gehört, in den Medien weit verbreitet und an die verschiedenen nationalen und regionalen Behörden weitergeleitet …    
Foto aus dem Blog “Les hommes libres”, Tribune de Genève

Maßnahmen wurden angekündigt, getroffen und werden umgesetzt. Aber erfüllen sie die Erwartungen der Imker? Auf die Bedürfnisse von Haus- oder Wildbienen? Dies ist meiner Meinung nach bei weitem nicht der Fall. Imker und ihre Bienen stehen vor zwei Hauptproblemen: 

  1. der Varroa-Parasit, der Kolonien dezimiert und viele Krankheiten verbreitet     
  2. Pestizide breiten sich in Kulturen aus, die Bienen vergiften und sich schleichend in Wachs, Honig und anderen Bienenprodukten ansiedeln
Nach all diesen Jahren hat die Eidgenossenschaft einen “Bienenplan” und einen “Pflanzenschutzplan” aufgestellt, die keine wirkliche Antwort auf diese beiden Probleme bieten. Im Gegenteil, zusätzliche Zwänge und Barrieren werden in Form von verstärkten Hygienekontrollen eingeführt, ohne wirkliche Perspektiven für die Bewältigung der Bienenkrise zu bieten. Eine kürzlich veröffentlichte Publikation hat bestätigt, dass Haus- und Wildbienen der Schweizer Landwirtschaft den Gegenwert von 350 Millionen Franken kostenlos bringen, und zwar ohne Rückgabe für Bienen und Imker. Im Gegenteil, der Bund führt zaghafte Maßnahmen zur Reduzierung von Pflanzenschutzmitteln ein, mit einem chimären Ziel von 30% in zehn Jahren, während die vorgesehenen Maßnahmen bestenfalls eine Reduzierung um 12% erreichen. Angesichts dieser bedauernswerten Situation ist es klar, dass Imker und Haus- und Wildbienen sich selbst überlassen bleiben.

(suite…)

Lire la suite

… vous parlaient de glyphosate et d’agriculture bio…

Dans un récent billet (et si les abeilles …. prenaient leur destin en main), j’en appelais les apicultrices et apiculteurs à assumer leurs responsabilités et à quitter les les zones agricoles où l’0n empoisonne nos abeilles pour s’installer dans des exploitations bio.

D’après une anecdote authentique de Roland Hammel, pastoraliste jurassien

Pas si simple évidemment. Nos déjà maigres récoltes de miel risquent de s’en trouver gravement compromises. De plus, il n’est guère facile de trouver des zones exploitée en bio qui soient suffisamment grandes pour éviter les pesticides de tous genres. Dans le même article, je relevais que le glyphosate, produit en voie d’interdiction dans l’Union européenne, n’était même pas mentionné dans le “plan national contre les pesticides”, ni comme substance active qu’il conviendrait bannir, ni parmi les herbicides dont il serait souhaitable de restreindre l’utilisation.

 

(suite…)

Lire la suite

..if the bees took their destiny in hand …

… too much is too much …

I take the step …and I invite all beekeepers to do the same…

(translation using Google translate of the post “prenaient leur destin en main“)

Swiss beekeepers have been warning about the death of bees in Switzerland for about 20 years…

These appeals were heard, widely relayed in the media and transmitted to the various national and regional authorities… Measures have been announced, taken and are being implemented. But do they meet the expectations of beekeepers? Do they meet the needs of domestic or wild bees? In our view, this is far from being the case. Beekeepers and their bees are confronted with two main problems: the Varroa parasite which decimates colonies and spreads many diseases pesticides spilled on crops that poison bees and deposit insidiously residues in wax and honey and other hive products.

After all these years, the Swiss Confederation has put in place a “bee plan” and a “phytosanitary products plan” which do not offer a true answer to these two problems. On the contrary, additional constraints are introduced in the form of reinforced sanitary controls, without offering real prospects for solving the crisis the bees are facing. A recent publication confirms that domestic and wild honey bees bring the equivalent of CHF 350 million to Swiss agriculture free of charge and without any return for bees and beekeepers. On the contrary, the Swiss Confederation is introducing timely measures to reduce pesticides on crops, with a chimeric objective of 30% reduction in ten years, while the measures envisaged will achieve at best a reduction of 12%.

Faced with this deplorable fact, it is clear that beekeepers and domestic and wild bees are left to their own devices. All that is left to the profession is to take control of its destiny. If the Varroa problem still requires important research to be curbed, the insidious poisoning of bees and hive products can be avoided today. For my part, my decision is taken, I remove my bees from the zones where they can be inxicated, to implant them in organic farms who will pledge not to poison them and to whom I am ready to offer my services and those of my bees for free, to concentrate on the issue of varroa. This leaves me with only a beekeeping problem, my products will be of better quality and the production of organic products will only be better. (suite…)

Lire la suite

…étaient aussi des invasives…

Ah que cela fait du bien! Voilà qu’enfin on s’éveille à ce qui crève les yeux…

Un article du Temps de ce lundi 9 octobre 2017 aborde à contre-courant et à rebrousse-poil la délicate question des espèces “invasives”. Cette approche revendiquée par Gabriele Carraro, ingénieur forestier, dans les forêts tessinoises, est soutenue par l’ouvrage récent de Chris Thomas “Inheritors of the earth” (Les héritiers de la terre) paru en juillet dernier.

Et si cette polémique autour des espèces dite “invasives” n’était rien d’autre qu’un écran de fumée, une version moderne des espèces “nuisibles” des siècles passés, plantes que l’on arrachait, gibier et prédateurs que l’on a pourchassé jusqu’à l’extinction, (suite…)

Lire la suite