… vous parlaient de glyphosate et d’agriculture bio…

Dans un récent billet (et si les abeilles …. prenaient leur destin en main), j’en appelais les apicultrices et apiculteurs à assumer leurs responsabilités et à quitter les les zones agricoles où l’0n empoisonne nos abeilles pour s’installer dans des exploitations bio.

Pas si simple évidemment. Nos déjà maigres récoltes de miel risquent de s’en trouver gravement compromises. De plus, il n’est guère facile de trouver des zones exploitée en bio qui soient suffisamment grandes pour éviter les pesticides de tous genres. Dans le même article, je relevais que le glyphosate, produit en voie d’interdiction dans l’Union européenne, n’était même pas mentionné dans le “plan national contre les pesticides”, ni comme substance active qu’il conviendrait bannir, ni parmi les herbicides dont il serait souhaitable de restreindre l’utilisation.

 

La vendeuse: Dépêchez-vous d’en acheter, l’année prochaine il sera interdit. Client 1: M’en fous, l’année prochaine, je passe au bio. Client 2: Moi, aussi. D’après une anecdote authentique de Roland Hammel , pastoraliste, (C) Francis Saucy.

(suite…)

Lire la suite

…prenaient leur destin en main…

…trop c’est trop… je franchis le pas… et j’invite tous les apiculteurs à en faire de même…

(english translation “if the bees… took their destiny in hand“)

(Übersetzung: “wenn die Bienen … ihr Schicksal in die Hand nahmen … “)

Cela fait environ 20 ans que les apiculteurs suisses ont tiré la sonnette d’alarme sur la mort des abeilles…

Ces appels ont été entendus, largement relayés dans les media et transmis aux diverses autorités nationales et régionales…

Photo tirée du blog “Les hommes libres”, Tribune de Genève

Des mesures ont été annoncées, prises et sont actuellement mises en oeuvre. Mais répondent-elles aux attentes des apiculteurs? Aux besoins des abeilles domestiques ou sauvages? C’est à notre avis très loin d’être le cas.

Les apiculteurs et leurs abeilles sont confrontés à deux problèmes principaux:

  1. le parasite Varroa qui décime les colonies et propage nombre de maladies
  2. les pesticides répandus dans les cultures qui empoisonnent les abeilles et se déposent insidieusement dans la cire et dans le miel et les autres produits de la ruche

Après toutes ces années, la Confédération a mis en place un “plan abeilles” et un “plan produits phytosanitaires” qui n’offrent pas de véritable réponse à ces deux problèmes. Bien au contraire, on introduit des contraintes et des entraves supplémentaires sous forme de contrôles sanitaires renforcés, sans offrir de véritables perspectives de résoudre la crise auxquelles les abeilles doivent faire face.

Une récente publication vient de confirmer que les abeilles domestiques et sauvages apportent gratuitement l‘équivalent de CHF 350 millions à l’agriculture helvétique, et cela sans retour aucun pour les abeilles et les apiculteurs. Au contraire, la Confédération instaure de timides mesures visant à réduire les pesticides répandus sur les cultures, avec un objectif chimérique de 30% en dix ans, alors que les mesures envisagées parviendront au mieux à une réduction de 12%.

Face à ce déplorable constat, force est de constater que les apiculteurs et les abeilles domestiques et sauvages sont livrés à eux-mêmes. Il ne reste plus à la profession que de prendre en mains son destin. Si le problème du Varroa requiert encore des travaux de recherche importants pour être jugulé, celui de l’empoisonnement insidieux des abeilles et des produits de la ruche peut être évité dès aujourd’hui.

Pour ma part,  ma décision est prise, je retire mes abeilles des zones où elles pourront s’intoxiquer, pour les implanter dans des exploitations bio qui s’engageront à ne pas les empoisonner et à qui je suis prêt à offrir mes services et ceux de mes abeilles gratuitement, pour me concentrer sur la question du varroa. Il ne me restera ainsi plus qu’un problème apicole à affronter, mes produits seront de meilleure qualité et la production des produits bio ne s’en portera que mieux.

Voici une revue critique des mesures prises en Suisse ces dernières années:

Comédie (ou tragédie?) en huit actes…

(suite…)

Lire la suite

Ségolène Royal annonce l’interdiction totale des néo-nicotinoïdes en France

Lors de l’inauguration officielle du 21ème Congrès de l’UNAF (Union nationale d’apiculture française) qui se déroule du 27 au 30 octobre 2016 à Clermond-Ferrand, Ségolène Royal, ministre française de l’environnement, a fait ce matin un vibrant psegoleneroyal20161028laidoyer en faveur des abeilles, de l’apiculture et des pollinisateurs en général. Elle a non seulement apporté son soutien et ses encouragements aux plus de 6’000 apiculteurs et amis du monde apicole présents au congrès, mais elle a elle annoncé un train de mesures concrètes, à savoir:

(suite…)

Lire la suite

… profitaient des méga-fusions de l’agrochimie…

Oups! De prédateur affamé poursuivant de ses crocs acérés l’helvétique Syngenta dans les eaux bâloises, dépitée d’avoir dû céder la politesse à ChemChina,gros_poissons voici que Monsanto, après avoir annoncé une cure d’amaigrissement, s’est transformée en proie et vient a son tour d’être gobée par un autre mégaptère à l’appétit féroce.

L’annonce du récent rachat de Monsanto, géant américain des plantes OGM et des herbicides, dont le très décrié glyphosate, par l’allemand Bayer, autre géant de l’agrochimie, a en effet suscité beaucoup d’émotion dans les medias. La plupart des réactions sont négatives et pessimistes. Elles sont motivées par un sentiment de crainte devant le gigantisme de la nouvelle entité et l’instauration d’un oligopole mondial dominé par une poignée de multinationales.

Sur le mode “tous méchants”, la théorie du complot trouve un nouveau terrain où s’épanouir. On spécule sans nuance sur l’emprise du nouveau groupe sur un marché grainier déjà étouffé par les mêmes acteurs, l’empoisonnement de nos assiettes par des aliments dopés aux OGM et aux doses accrues de pesticides. Bref, on nous ressert sous une forme réchauffée, voire un brin chupiée, les arguments archi-connus des anti-mondialistes amplifiés à la puissance 10.

(suite…)

Lire la suite

…bénéficiaient à nouveau de la recherche helvétique…

… la semaine écoulée a vu la publication d’une importante étude sur la santé des abeilles. Résultant de travaux récents de la nouvelle équipe de chercheurs de l’Université de Berne, elle démontre pour la première fois un effet délétère de deux pesticides du groupe des néonicotinoïdes sur la fertilité des reines d’abeilles. Cela faisait bien longtemps que des résultats aussi importants n’avaient pas été produits par un groupe helvétique… (suite…)

Lire la suite