… vous parlaient de glyphosate et d’agriculture bio…

Dans un récent billet (et si les abeilles …. prenaient leur destin en main), j’en appelais les apicultrices et apiculteurs à assumer leurs responsabilités et à quitter les les zones agricoles où l’0n empoisonne nos abeilles pour s’installer dans des exploitations bio.

Pas si simple évidemment. Nos déjà maigres récoltes de miel risquent de s’en trouver gravement compromises. De plus, il n’est guère facile de trouver des zones exploitée en bio qui soient suffisamment grandes pour éviter les pesticides de tous genres. Dans le même article, je relevais que le glyphosate, produit en voie d’interdiction dans l’Union européenne, n’était même pas mentionné dans le “plan national contre les pesticides”, ni comme substance active qu’il conviendrait bannir, ni parmi les herbicides dont il serait souhaitable de restreindre l’utilisation.

 

La vendeuse: Dépêchez-vous d’en acheter, l’année prochaine il sera interdit. Client 1: M’en fous, l’année prochaine, je passe au bio. Client 2: Moi, aussi. D’après une anecdote authentique de Roland Hammel , pastoraliste, (C) Francis Saucy.

(suite…)

Lire la suite

…étaient aussi des invasives…

Ah que cela fait du bien! Voilà qu’enfin on s’éveille à ce qui crève les yeux…

Un article du Temps de ce lundi 9 octobre 2017 aborde à contre-courant et à rebrousse-poil la délicate question des espèces “invasives”. Cette approche revendiquée par Gabriele Carraro, ingénieur forestier, dans les forêts tessinoises, est soutenue par l’ouvrage récent de Chris Thomas “Inheritors of the earth” (Les héritiers de la terre) paru en juillet dernier.

Et si cette polémique autour des espèces dite “invasives” n’était rien d’autre qu’un écran de fumée, une version moderne des espèces “nuisibles” des siècles passés, plantes que l’on arrachait, gibier et prédateurs que l’on a pourchassé jusqu’à l’extinction, (suite…)

Lire la suite

…félicitaient Jacques Dubochet…

un prix Nobel à l’Université de Lausanne, ce n’est pas banal et pas tous les jours que l’on à le plaisir de savourer une telle distinction…

Félicitations donc à Jacques Dubochet…1er dyslexique diagnostiqué dans le canton de Vaud…

Je me souviens des heures passées à ses côtés dans les caves du bâtiment de biologie devant les premiers écrans en couleur des pauvres débutants en “Big Data” que nous étions à l’époque, lui Prof. de Biologie bien établi, moi jeune post-doc en écologie à l’avenir incertain, lui visionnant des modèles de protéines, en 3D déjà, avec des bleus, des jaunes, des rouges et des verts qui m’impressionnaient tellement, moi visionnant d’improbables cartes de distribution des mammifères du pays fondées sur quelques dizaines d’observations, en 2D seulement, de tristes cartes en 2 couleurs, ne variant que du jaune au rouge…

Je me souviens aussi des ricanements et des sarcasmes de ses (et de mes) collègues, déjà stars d’une éphémère biologie triomphante, vis-à-vis de ses chimériques molécules…

ainsi va la vie…

Bravo à ce bon génie des caves de béton et des premiers écrans scintillants…

PS: ne manquez pas sa conférence de presse : humour et humilité garantis

 

…prenaient leur destin en main…

…trop c’est trop… je franchis le pas… et j’invite tous les apiculteurs à en faire de même…

(english translation “if the bees… took their destiny in hand“)

(Übersetzung: “wenn die Bienen … ihr Schicksal in die Hand nahmen … “)

Cela fait environ 20 ans que les apiculteurs suisses ont tiré la sonnette d’alarme sur la mort des abeilles…

Ces appels ont été entendus, largement relayés dans les media et transmis aux diverses autorités nationales et régionales…

Photo tirée du blog “Les hommes libres”, Tribune de Genève

Des mesures ont été annoncées, prises et sont actuellement mises en oeuvre. Mais répondent-elles aux attentes des apiculteurs? Aux besoins des abeilles domestiques ou sauvages? C’est à notre avis très loin d’être le cas.

Les apiculteurs et leurs abeilles sont confrontés à deux problèmes principaux:

  1. le parasite Varroa qui décime les colonies et propage nombre de maladies
  2. les pesticides répandus dans les cultures qui empoisonnent les abeilles et se déposent insidieusement dans la cire et dans le miel et les autres produits de la ruche

Après toutes ces années, la Confédération a mis en place un “plan abeilles” et un “plan produits phytosanitaires” qui n’offrent pas de véritable réponse à ces deux problèmes. Bien au contraire, on introduit des contraintes et des entraves supplémentaires sous forme de contrôles sanitaires renforcés, sans offrir de véritables perspectives de résoudre la crise auxquelles les abeilles doivent faire face.

Une récente publication vient de confirmer que les abeilles domestiques et sauvages apportent gratuitement l‘équivalent de CHF 350 millions à l’agriculture helvétique, et cela sans retour aucun pour les abeilles et les apiculteurs. Au contraire, la Confédération instaure de timides mesures visant à réduire les pesticides répandus sur les cultures, avec un objectif chimérique de 30% en dix ans, alors que les mesures envisagées parviendront au mieux à une réduction de 12%.

Face à ce déplorable constat, force est de constater que les apiculteurs et les abeilles domestiques et sauvages sont livrés à eux-mêmes. Il ne reste plus à la profession que de prendre en mains son destin. Si le problème du Varroa requiert encore des travaux de recherche importants pour être jugulé, celui de l’empoisonnement insidieux des abeilles et des produits de la ruche peut être évité dès aujourd’hui.

Pour ma part,  ma décision est prise, je retire mes abeilles des zones où elles pourront s’intoxiquer, pour les implanter dans des exploitations bio qui s’engageront à ne pas les empoisonner et à qui je suis prêt à offrir mes services et ceux de mes abeilles gratuitement, pour me concentrer sur la question du varroa. Il ne me restera ainsi plus qu’un problème apicole à affronter, mes produits seront de meilleure qualité et la production des produits bio ne s’en portera que mieux.

Voici une revue critique des mesures prises en Suisse ces dernières années:

Comédie (ou tragédie?) en huit actes…

(suite…)

Lire la suite

…venaient des Galapagos…

Un voyage de rêve m’a récemment permis de visiter des sites magiques et mythiques, dont les îles Galapagos, berceau de la théorie de l’évolution et étape incontournable pour un naturaliste en voyage dans les îles de l’océan pacifique. En dehors des tortues géantes et des iguanes terrestres et marins, mon attention s’est naturellement aussi portée sur les abeilles présentes dans l’archipel.

Iguane marin

Ici pas de ruches. En effet, ces îles au taux d’endémisme élevé (c’est-à-dire d’espèces uniques que l’on ne trouve nulle part ailleurs) ont fort heureusement été préservées de toute introduction d’abeilles domestiques. Des efforts énormes sont mis en œuvre par le gouvernement équatorien et le parc national depuis la fin des années 1950 pour préserver ces fragiles vestiges d’une époque où l’homme n’avait pas encore conquis l’ensemble de la planète. Malheureusement, depuis la découverte des îles, et la description qu’en fit Darwin lors de son séjour en 1835, de nombreuses espèces étrangères à l’archipel y ont été introduites, tels que les rats qui accompagnent immanquablement l’arrivée des hommes, mais également d’animaux domestiques, chèvres en particulier, qui ont gravement perturbé la

Elevage de tortues

flore locale, sans compter de nombreuses espèces végétales introduites volontairement ou accidentellement.

Ainsi, les populations de tortues géantes ont été décimées par les marins, les pêcheurs hauturiers et les brigands des mers qui ont souvent trouvé refuge dans ces îles après avoir perpétré leurs méfaits. Décimées à un point que certaines espèces sont désormais éteintes et que d’autres ne survivent que grâce aux strictes mesures de protection et aux efforts de réintroduction du parc national. (suite…)

Lire la suite

… étaitent connectées…

…comme pour fêter le cap des 100’000 visites du blog … et si les abeilles…, le cadeau que je m’étais offert en octobre dernier au congrès UNAF de Clermont-Ferrand et dont je rêvais depuis plusieurs années vient enfin de m’être livré:

une ruche connectée

Il s’agit d’un modèle qui permet de suivre

  • l’évolution du poids de la ruche
  • la température  (à l’intérieur et à l’extérieur de la colonie)
  • l’hygrométrie (à l’intérieur et à l’extérieur de la colonie)
  • la pluviométrie

Je tiens dans cet article un  journal des observations faites à l’aide de cette station de mesure, avec les difficultés rencontrées et les succès enregistrés. Pour suivre le fil des événements la lecture se fait de bas en haut, de manière à ce que les observations les plus récentes se situent en début d’article.

Accès direct aux données online:   Station de mesure de Vuippens

(pour afficher les derniers résultats effectuer une sélection avec la souris sur la période souhaitée)

Exemple: résultats du 5 au 19 juillet 2017

Légende:

en jaune: évolution du poids de la ruche (ca 40-46 kg)

en rouge:

  • température extérieure (grandes fluctuations entre 20°C et 45°C)
  • température intérieure (faibles fluctuations entre 33 et 35°C)

en bleu:

  • hygrométrie extérieure (grandes fluctuations entre 15 et 100%
  • hygrométrie intérieure (faibles fluctuations autour de 50% d’humidité relative)

pluviométrie: pas de données

Voir ci-dessous le journal détaillé des observations :

(suite…)

Lire la suite

… étaient en congrès…

unaf_2016_auditoire_shortLe 21ème Congrès de l’Union nationale d’apiculture française (UNAF) s’est déroulé du 27 au 30 octobre 2016 à Clermont-Ferrand. Ces grandes réunions sont l’occasion de faire un tour d’horizon des derniers développements des connaissances, d’une mise à niveau des techniques apicoles, de faire son marché en petit et gros matériel et, enfin, d’échanger expériences, anecdotes, joies et déboires avec les collègues des pays voisins. Parmi les plus de 6’000 visiteurs annoncés, on notait quelques représentants d’Helvétie, dont notre Rose, butineuse de la revue de la SAR (Société d’apiculture romande), quelques anciens présidents de ladite SAR et même quelques collègues de Gruyère.

Parmi les points forts :

(suite…)

Lire la suite

… profitaient des méga-fusions de l’agrochimie…

Oups! De prédateur affamé poursuivant de ses crocs acérés l’helvétique Syngenta dans les eaux bâloises, dépitée d’avoir dû céder la politesse à ChemChina,gros_poissons voici que Monsanto, après avoir annoncé une cure d’amaigrissement, s’est transformée en proie et vient a son tour d’être gobée par un autre mégaptère à l’appétit féroce.

L’annonce du récent rachat de Monsanto, géant américain des plantes OGM et des herbicides, dont le très décrié glyphosate, par l’allemand Bayer, autre géant de l’agrochimie, a en effet suscité beaucoup d’émotion dans les medias. La plupart des réactions sont négatives et pessimistes. Elles sont motivées par un sentiment de crainte devant le gigantisme de la nouvelle entité et l’instauration d’un oligopole mondial dominé par une poignée de multinationales.

Sur le mode “tous méchants”, la théorie du complot trouve un nouveau terrain où s’épanouir. On spécule sans nuance sur l’emprise du nouveau groupe sur un marché grainier déjà étouffé par les mêmes acteurs, l’empoisonnement de nos assiettes par des aliments dopés aux OGM et aux doses accrues de pesticides. Bref, on nous ressert sous une forme réchauffée, voire un brin chupiée, les arguments archi-connus des anti-mondialistes amplifiés à la puissance 10.

(suite…)

Lire la suite

…bénéficiaient à nouveau de la recherche helvétique…

… la semaine écoulée a vu la publication d’une importante étude sur la santé des abeilles. Résultant de travaux récents de la nouvelle équipe de chercheurs de l’Université de Berne, elle démontre pour la première fois un effet délétère de deux pesticides du groupe des néonicotinoïdes sur la fertilité des reines d’abeilles. Cela faisait bien longtemps que des résultats aussi importants n’avaient pas été produits par un groupe helvétique… (suite…)

Lire la suite