Pourquoi la Suisse doit stopper les transferts Dublin vers l’Italie

Selon l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) les personnes vulnérables renvoyées en Italie dans le cadre des Accords de Dublin ne sont pas prises en charge de manière adéquate. C’est le constat de la dernière mission d’évaluation de l’OSAR en Italie. 

Le décret Salvini n’affecte pas seulement les rescapés en Méditerranée

Malgré une diminution importante du nombre d’arrivées en Italie, la situation des requérants d’asile ne s’est pas améliorée. L’OSAR déplore le manque d’assistance aux personnes vulnérables. Selon l’organisation “l’accès à tout soutien est problématique et arbitraire”. Cette situation conforte l’OSAR dans sa prise de position du mois de juillet dernier selon laquelle la Suisse doit absolument renoncer aux transferts Dublin vers l’Italie.  

Les requérants d’asile et les réfugiés subissent les effets du décret Salvini, passé en octobre 2018 et dont les répercussions sur l’accès à l’hébergement, la nourriture et divers services de base sont dramatiques. Avant son entrée en vigueur, les personnes vulnérables pouvaient accéder à des centres spécialisés offrant des soins et des services adaptés. Or depuis 1 an, le personnel spécialisé a disparu des centres d’hébergement et les personnes vulnérables (victimes de tortures ou de maladies graves) manquent cruellement de soins et d’assistance. Seuls les mineurs non accompagnés sont mieux traités car ils sont hébergés dans d’autres centres moins rudimentaires.

Lire aussi: Le Comité de l’ONU contre la torture s’oppose à un transfert Dublin vers l’Italie

Situation particulièrement difficile pour les cas Dublin transférés de Suisse

En Italie, la situation est particulièrement difficile pour les cas Dublin renvoyés de Suisse car les autorités italiennes retirent le droit au logement des personnes si elles quittent leur centre d’accueil plus de 72 heures d’affilée sans préavis. Ce règlement explique pourquoi les personnes renvoyées de Suisse ne parviennent pas à obtenir un logement public et n’accèdent plus aux soins ou à d’autres services. 

Un rapport détaillé de l’OSAR sort en décembre 2019

L’OSAR annonce qu’un rapport détaillé est en cours d’écriture. Rappelons en attendant que depuis 2016 l’OSAR coordonne le Dublin Returnee Monitoring Project (Projet de suivi des rapatriés Dublin). Ce projet a été mis en œuvre pour documenter les conditions de retour des personnes vulnérables renvoyées en Italie dans le cadre des Accords de Dublin. Il vise à mettre les données collectées à la disposition des autorités compétentes et de la société civile. Voici comment cela fonctionne: les informations sont collectées à travers des entretiens avec les personnes renvoyées en Italie et sur une période de plusieurs mois à compter du jour de leur retour. Jusqu’à présent, les données montrent que l’accès au système d’asile et les conditions d’accueil des personnes vulnérables renvoyées en Italie dans le cadre d’une procédure de Dublin ne sont souvent pas conformes aux exigences légales.

Lire aussi: Une famille séparée inutilement par un renvoi Dublin

Pour plus d’informations : Dublin Returnee Monitoring Project, OSAR. L’OSAR recommande aussi des liens utiles pour trouver des organisations ou des contacts en Italie

Jasmine Caye

Jasmine Caye

Avec une expérience juridique auprès des requérants d'asile à l'aéroport de Genève, Jasmine Caye aime décrypter l'information sur les réfugiés et les questions de migration. Elle a présidé le Centre suisse pour la défense des droits des migrants (CSDM) et continue d'assister des personnes en procédure d'asile. Les articles sur ce blog paraissent en version courte sur un autre blog ForumAsile.

2 réponses à “Pourquoi la Suisse doit stopper les transferts Dublin vers l’Italie

  1. Pourquoi devrions-nous être responsable en Suisse de personnes qui choisissent de quitter leur logement pendant plus de 72 heures?; c’est leur choix!, qu’ils en assument les conséquences. Et l’Italie garantit les mêmes droits qu’en Suisse. Ils n’ont qu’à faire valoir leurs droits à obtenir tout gratuit devant un tribunal italien!

    Et bravo à Salvini d’avoir divisé le nombre d’arrivées par 10 et le nombre de morts par 4! Comme quoi, la volonté politique permet de gérer les migrations…

    Enfin, à quoi sert aujourd’hui l’OSAR ? Et pourquoi touche-t-elle encore des subventions ??? Il n’y a pas des économies à faire sur cette structure devenue inutile dans la nouvelle procédure ???

  2. A mon avis, c’est totalement contradictoire de soutenir un accord de répartition des migrants si vous estimez en même temps que certains Etats européens sont indignes de les accueillir… d’autant qu’il s’agit des rares favorables à cet accord…. Devrions-nous tous les accueillir en Suisse (et quel autre pays trouve grâce à vos yeux? le Luxembourg et la Norvège ?…)

    La solution ne pourra jamais être le libre choix des migrants, ce d’autant moins que plus le pays est accueillant moins sa population est favorable à l’accueil… Très sincèrement, l’exemple suédois que vous ne voulez voir va marquer les 20 prochaines années…, tout comme les conséquences sociales et économiques dramatiques pour les Allemands de l’accueil des Syriens….

    Les jeunes hommes syriens devaient contribuer à l’économie et, 4 ans plus tard, ils sont à 75 % à l’aide sociale (dont 45 % au chômage…), malgré les investissements colossaux et leurs formations !
    https://www.waz.de/politik/hartz-iv-syrische-fluechtlinge-von-jobcenter-abhaengig-nur-die-halbe-wahrheit-id227160153.html

Répondre à Gretude Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *