Non les conditions ne sont pas remplies pour des renvois en Erythrée

Les autorités suisses rêvent de pouvoir renvoyer vers l’Erythrée des personnes démises de leur permis F (admission provisoire). Elles disent agir en conformité avec les récentes jurisprudences du Tribunal administratif fédéral (TAF) que l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR), Amnesty International (AI) et les Bureaux de consultation juridique (BCJ) en Suisse estiment absolument inadmissibles (1).

 

Clairement, le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) doit suspendre la procédure de levée des admissions provisoire et attendre que la situation des droits humains dans ce pays s’améliore. Sheila B. Keetharuth, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Érythrée estime que rien n’a été fait. Au contraire il semblerait même que les choses s’empirent. Des Erythréens victimes du régime, disent que la situation s’est dégradée et depuis l’ouverture des frontières avec l’Ethiopie le 11 septembre des milliers de personnes ont traversé la frontière pour s’installer en Ethiopie.

Monsieur Mario Gattiker, Secrétaire d’Etat aux migration, se trompe quand il dit que les “conditions sont réunies pour des renvois en Erythrée” comme il le déclarait au Temps il y a peu. Encore une fois, le Tribunal administratif fédéral (TAF) a montré à quel point il est influencé par le politique ce qui justifie le besoin d’une surveillance supranationale  – comme celle de la Cour européenne des droits de l’homme – sur le respect des droits fondamentaux des personnes en Suisse.

 

(suite…)

Lire la suite

En Thaïlande où la Clinique Mae Tao, dédiée aux Karen, ne désemplit pas

La Clinique Mae Tao située à la frontière thaïlandaise donne environs 110’000 consultations par an aux migrants et réfugiés en provenance du Myanmar (Birmanie), principalement aux femmes et aux enfants d’ethnie Karen. La moitié des consultations sont données à des personnes qui résident au Myanmar où les soins médicaux manquent cruellement. Les traversées de la frontière se font illégalement, souvent de jour par la rivière Moei. C’est le cas de milliers de femmes qui viennent pour accoucher et recevoir les premiers soins avant de repartir.

(suite…)

Lire la suite

Le sauvetage en Méditerranée doit primer sur toutes autres considérations

Né à Paris le 22 mai 1924, Charles Aznavour est décédé hier 1er octobre à l’âge de 94 ans. Il était fils de réfugiés arméniens forcés de fuir la Géorgie. Ils sont arrivés en France par bateau où ils ont eu le droit de débarquer. Ses parents souhaitaient aller aux Etats-Unis  mais la réduction des quotas de réinstallation en 1925 les ont amenés à choisir la France. Le monde pleure ce grand artiste, chanteur, acteur, compositeur adulé et respecté. Mais aujourd’hui, le contexte politique sécuritaire n’aurait pas permis un tel débarquement en France et c’est bien dommage.

L’Aquarius, le navire de sauvetage affrété depuis 2016 par l’association SOS MEDITERRANEE et opéré en partenariat avec Médecins sans frontières (MSF) a été retiré du registre du Panama suite aux pressions de l’Italie(1). Le navire doit donc suspendre sa mission de sauvetage et c’est une tragédie pour ceux qui en souffriront et pour l’Europe qui piétine ses valeurs fondamentales permettant son rayonnement extraordinaire depuis plus de 60 ans.

Et pourtant, dimanche dernier 30 septembre 2018, plusieurs pays ont choisi la seule voie idéale, celle de se répartir équitablement les 58 survivants d’une traversée dangereuse. Sept familles, dont de jeunes enfants ont eu l’autorisation après une semaine d’attente en mer de débarquer à Malte.  Elles ont bénéficié d’un “Accord de répartition solidaire” entre l’Allemagne, la France, l’Espagne et le Portugal.

L’Aquarius était le seul navire civil de sauvetage en mer Méditerranée centrale. Il se dirige maintenant vers le port de Marseille où il devra rester à quai jusqu’à l’obtention d’un nouveau pavillon, tâche qui appartient à l’armateur, la société allemande Jasmund Shipping.

(suite…)

Lire la suite