Comment le numérique permettra-t-il d’améliorer notre système de santé ?

C’est la question à laquelle a répondu l’Institut Montaigne, un think tank français, dans un rapport de 220 pages publié ce 18 juin. Les publications sur la eSanté sont nombreuses mais leurs contenus souvent décevants, les propositions étant le plus souvent floues et le fruit d’une foi aveugle en la technologie. La publication de l’Institut Montaigne se caractérise par des propositions concrètes qui me paraissent, pour la plupart d’entre elles, réalistes.

Le comité de pilotage était composé d’une vingtaine d’experts. Plus d’une centaine de personnes spécialisées dans le secteur de la santé ont été auditionnées pendant les travaux du groupe de travail (experts, représentants de patients, de start-ups et d’entreprises).

Pour ce groupe de travail, la transformation du système de santé peut se matérialiser au travers de cinq axes : l’autonomisation des patients, la dématérialisation des échanges, la télémédecine, l’automatisation des processus logistiques et l’appui à la décision médicale et paramédicale.

1. L’autonomisation des patients

Les patients sont rendus plus autonomes et gèrent leur propre santé, à travers des solutions digitales leur permettant de suivre leur maladie et d’interagir avec le système de soins (applications mobiles, chatbots appuyés sur l’intelligence artificielle, prises de rendez-vous en ligne, etc.). La e-santé permet ainsi une plus grande implication des patients, qui deviennent des acteurs de leur santé et apprennent à surveiller leur maladie chronique ou leurs symptômes et à mieux s’orienter dans leurs parcours de soins.

Je partage évidemment ce point de vue, pour moi l’autonomisation du patient est la plus grande source de transformation de notre système de santé.

2. La dématérialisation des échanges

La circulation des informations médicales est fluidifiée au bénéfice des patients par la dématérialisation des échanges.

Oui, le fax sera abandonné…

3. La télémédecine

La télémédecine permet un accès aux soins à travers des canaux multiples. L’accès à la meilleure expertise pour tous est facilité. L’épidémie de Covid-19 a permis le développement de nombreuses solutions de téléconsultation et a mis en lumière leurs impacts positifs en termes d’accès aux soins et de facilitation des parcours dans le contexte d’une crise sanitaire, au-delà de la pratique courante.

Je me réjouis naturellement de voir ce groupe d’experts souligner les potentialités de la télémédecine. Les soins à distance sont encore trop souvent perçus comme une variante de la consultation présentielle alors que la télémédecine est plus que cela : un puissant outil de triage, un service permettant un accès facilité aux soins. La téléconsultation n’est pas de la médecine de faible qualité, c’est une nouvelle façon de concevoir la relation soignant – soigné.

4. Les outils numériques, l’intelligence artificielle et l’automatisation

L’efficacité des structures de soins est décuplée et l’expérience des patients améliorée grâce aux outils numériques, à l’intelligence artificielle et à l’automatisation qui permettent aux établissements de santé d’améliorer la performance et la disponibilité des équipes, du matériel médical et des plateaux techniques.

Les experts dans leur rapport citent en exemple le bloc opératoire : “l’utilisation d’outil numérique permet d’automatiser des tâches à faible valeur ajoutée (par exemple la suppression de saisie des feuilles de bloc) en recentrant les personnels de santé sur le soin pour améliorer la qualité de la prise en charge des patients”.

 5. Grâce au numérique, une amélioration des processus

La décision médicale et paramédicale est rendue plus fiable et sûre, grâce à des outils permettant la diminution des risques d’erreur ou de retard au diagnostic et augmentant la fiabilité et la sûreté globale des processus. Ces outils, qui s’appuient sur des solutions d’intelligence artificielle, vont progressivement devenir indispensables pour une médecine au plus près des attentes des patients et des professionnels.

Mes connaissances ne me permettent pas de connaître la place que prendra l’intelligence artificielle dans ces développements, je suis par contre convaincu que le numérique a un rôle essentiel à jouer pour soutenir les professionnels de la santé dans la gestion des données santé. Comme le dit un des membres de ce groupe de travail « le système de santé est riche en données mais pauvre en informations ».

Les barrières

L’Institut Montaigne rappelle dans son rapport que le secteur de la santé est l’un des secteurs de l’économie les moins digitalisés. Les membres de ce groupe de travail ont identifié un certain nombre d’obstacles au développement de la santé numérique : des barrières à la pleine utilisation des données de santé du fait notamment d’un investissement insuffisant dans les systèmes d’information, une trop faible incitation à la télémédecine ainsi qu’un déficit de formation et d’équipement des professionnels de santé, des dispositifs de financement de l’innovation peu coordonnés et peu lisibles, une filière santé hétérogène et peu structurée, un cadre d’évaluation qui n’implique pas suffisamment les patients.

Ces barrières ne sont naturellement pas spécifiques à la France.

Une médecine augmentée

Les cinq axes de transformation proposés dans ce rapport n’ont comme objectif que de proposer aux patients et aux professionnels de la santé un système moderne, qui permette aux soignants de travailler avec efficience et aux patients d’être soignés selon leurs besoins, leurs attentes. Il n’y a rien de révolutionnaire dans ces développements, uniquement l’envie d’une médecine digne de ce 21ème siècle.

 

Vous n’avez pas téléchargé l’application SwissCovid? Pourquoi?

Votre téléphone est trop vieux. Acheter un nouveau téléphone pour télécharger cette application n’est ni financièrement, ni écologiquement défendable, cette excuse est acceptée.

Je ne sais pas comment la télécharger. Demandez de l’aide !

Cette App est inutile. Il est possible que ce soit vrai. Pour que SwissCovid fonctionne, il faut que plusieurs critères soient remplis :

  • Que le nombre de personnes qui téléchargent l’application soit élevé.
  • Que les règles utilisées par SwissCovid (une notification est déclenchée si, au cours d’une même journée, l’utilisateur s’est tenu, pendant au moins 15 minutes au total, à moins de 1,5 mètre de distance d’au moins une personne infectée) soient valides.
  • Il faut aussi que le virus soit présent dans la population, nous sommes pour ce dernier point en bon chemin.

Cette application sera peut-être inutile mais tant que l’on n’a pas fait l’expérience, on n’en sait rien. Excuse refusée.

Une pandémie, quelle pandémie ? Vous vivez de façon très isolée, vous n’avez aucun contact avec l’extérieur, vous avez entendu parler de la grippe espagnole mais vous savez qu’elle est terminée depuis longtemps. Excuse acceptée.

C’est un complot. Vous savez que cette pandémie n’existe pas, que c’est une invention des gouvernements, que l’objectif est de contrôler la population, que c’est une opération contre les pédophiles ou l’œuvre de Bill Gates (lequel il faut bien l’avouer a acquis une belle expérience en matière de virus avec les premières versions de Windows). Excuse refusée (mais c’est compliqué de vous expliquer pourquoi).

Que fera-ton de mes données?  C’est une préoccupation légitime. Je ne suis pas un spécialiste du sujet mais, même si Google et Apple sont liés au projet, il me semble que la Confédération et l’EPFL sont plutôt des gages de sécurité.

Dans un récent article, le rédacteur en chef du temps a écrit : « A tous ceux qui font des commentaires négatifs au sujet de SwissCovid et les partagent sur Facebook, Twitter, Linkedin, Instagram, chaînes WhatsApp et j’en passe, je ne donnerai qu’un seul conseil : le courrier postal existe toujours, n’hésitez pas y retourner ». Je partage cette position même si je me demande si nous ne devrions pas aussi nous méfier du courrier postal (la Poste, c’est plus comme avant).

Un référendum a été lancé « pour dire non à l’application de traçage », j’avoue ne pas comprendre ce projet : alors que les conséquences en terme sanitaire et économique sont pour certains majeurs (oui la mort est une conséquence majeure), l’idée de ce référendum pour s’opposer à une application dont le téléchargement est volontaire me dépasse. Le débat est toujours utile, la démocratie un bien précieux mais dans ce cas j’ai de la peine à comprendre. Excuse refusée.

Je ne comprends pas ce truc. Si comme Ueli Maurer, vous ne comprenez pas le fonctionnement et les objectifs de SwissCovid, informez vous sur le site de l’Office fédéral de la santé publique : nouveau coronavirus : questions fréquentes.

 

 

SwissCovid c’est comme le lavage des mains et le port du masque, c’est pour vous mais aussi pour les autres.

Merci.

 

 

Télémédecine : les consultations téléphoniques sont-elles dangereuses?

Les téléconsultations sont vues par de nombreux professionnels de la santé, et par de nombreux patients, comme une médecine de qualité inférieure. La pandémie de COVID-19 a cependant permis à un certain nombre d’entre eux de découvrir que l’on pouvait prendre en charge à distance, sans perte de qualité, de nombreux problèmes de santé.

Les publications sur la vidéoconsultation, la seule forme de téléconsultation qui, au travers de l’image, donne accès au langage corporel, sont nombreuses. Les articles sur les consultations par téléphone, pourtant beaucoup plus fréquentes, sont presque inexistants.

Que sait-on des consultations téléphoniques ? Sont-elles sûres ? Surchargent-elles les médecins ? Provoquent-elles une augmentation des visites au cabinet ? Plusieurs publications sur ce sujet permettent de répondre à ces questions.

Une pratique fréquente

Un article de revue publié en 2017 dans la libraire Cochrane[1] donne de nombreuses informations sur les consultations téléphoniques. On peut y lire :

« Depuis 1879, année de la première consultation téléphonique médicale documentée, la possibilité de consulter par téléphone fait partie intégrante des systèmes de santé modernes. Aux États-Unis, les médecins passent au moins un huitième de leur temps professionnel à évaluer des cas cliniques par téléphone et plus d’un quart de toutes les consultations de soins sont aujourd’hui effectuées par cette méthode ».

La British Medical Association (BMA) a dès 2001 publié des conseils pour les médecins généralistes (GP), intitulés “Consulting in the Modern World” : Guidance for GPs », où l’on peut lire que “les consultations téléphoniques, lorsqu’elles sont correctement menées, peuvent être considérées comme une pratique sûre et acceptable”[2]. Plusieurs recherches arrivent aux mêmes conclusions[3,4].

Des patients satisfaits

Pour ce qui est de la satisfaction des patients, elle semble identique, qu’ils soient pris en charge par téléphone ou en consultations présentielles[5]. Les consultations téléphoniques diminueraient le nombre de visites immédiates chez le médecin sans pour autant augmenter la fréquentation des services d’urgence[5].

Les cliniciens et les patients utilisent le téléphone pour toute une série de situations, notamment les soins de routine mais aussi parfois d’urgence, le renouvellement des ordonnances, la transmission des résultats des examens de laboratoire ou la promotion de la santé. Parmi les exemples de consultations téléphoniques, on peut citer la gestion d’affections telles que l’insuffisance cardiaque, l’asthme et les soins palliatifs.

Les consultations téléphoniques peuvent réduire la charge de travail des médecins en face à face et améliorer l’accès aux soins sans les inconvénients et les coûts associés à la présence physique à une consultation, ce qui augmente la flexibilité et la disponibilité des services[4,5,6].

La nécessité de former les professionnels de la santé

Comme les consultations téléphoniques jouent un rôle important dans la prise en charge des patients, il est essentiel que les professionnels de la santé, lorsqu’ils consultent par téléphone, se sentent en confiance pour mener et documenter l’entretien avec précision et compétence clinique. Il est donc important qu’ils reçoivent une formation adéquate pour leur permettre de remplir efficacement ce rôle.

Une étude publiée en 2012[7] a montré que l’adhésion globale des patients aux conseils de triage fournis par les télé-infirmières était de 62 %, et que l’adhésion était influencée par la qualité de l’interaction entre le professionnel et le patient. Les auteurs soulignent la nécessité d’une formation aux techniques de communication dans un contexte de consultation téléphonique centré sur le patient et portant spécifiquement sur les techniques d’écoute active et de conseils.

Les compétences en matière de consultation téléphonique font partie d’un ensemble plus large de compétences en matière de consultation à distance dont l’importance s’accroît à mesure que de plus en plus de soins médicaux sont dispensés à distance avec le soutien des technologies de l’information.

Une formation spécifique aux techniques de communication à distance, y compris par téléphone, serait pour les professionnels de la santé une indéniable plus-value.

 

Ce que nous apprennent ces publications :

  • La possibilité de consulter par téléphone fait partie intégrante des systèmes de santé modernes, centrés sur le patient.
  • La communication téléphonique est le principal mode de communication entre les médecins et les patients en dehors des visites au cabinet.
  • Les consultations téléphoniques, lorsqu’elles sont correctement menées, peuvent être considérées comme une pratique sûre et acceptable.
  • Les consultations téléphoniques semblent diminuer le nombre de visites immédiates chez le médecin sans pour autant augmenter la fréquentation des services d’urgence.
  • Les consultations téléphoniques peuvent réduire la charge de travail des médecins en face à face et améliorer l’accès aux soins sans les inconvénients et les coûts associés à la présence physique à une consultation.
  • Les compétences en matière de consultation téléphonique font partie d’un ensemble plus large de compétences en matière de consultation à distance dont l’importance s’accroît à mesure que de plus en plus de soins médicaux sont dispensés à distance avec le soutien des technologies de l’information.

 

A lire aussi sur ce sujet:

Santé.

 

 

  1. Vaona  A, Pappas  Y, Grewal  RS, Ajaz  M, Majeed  A, Car  J. Training interventions for improving telephone consultation skills in clinicians. Cochrane Database of Systematic Reviews 2017, Issue 1. Art. No.: CD010034. DOI: 10.1002/14651858.CD010034.pub2.
  2. British Medical Association, General Practitioners Committee. Consulting in the Modern World: Guidance for GPs. London: British Medical Association, 2001.
  3. Car J, Freeman GK, Partridge MR, Sheikh A. Improving quality and safety of telephone based delivery of care: teaching telephone consultation skills. Quality and Safety in Health Care 2004;13(1):2-3.
  4. Patel H, Patel M, Car J. Telephone consultations in general practice: aAreas for improvement. Journal of Telemedicine and Telecare 2005;11:265-6.
  5. Bunn F, Byrne G, Kendall S. Telephone consultation and triage: effects on health care use and patient satisfaction. Cochrane Database of Systematic Reviews 2004, Issue 4. [DOI: 10.1002/14651858.CD004180.pub2]
  6. Hallam L. Patient access to general practitioners by telephone: the doctor’s view. British Journal of General Practice 1992;42(358):186-9. Purc-Stephenson RJ, Thrasher C. Patient compliance with telephone triage recommendations: a meta-analytic review. Patient Education and Counseling 2012;87(2):135-42.
  7. Purc-Stephenson RJ, Thrasher C. Patient compliance with telephone triage recommendations: a meta-analytic review. Patient Education and Counseling 2012;87(2):135-42

 

 

Pseudoscience et COVID-19 : stop !

L’urine de vache, l’eau de javel et la cocaïne ont été recommandées comme traitements contre le COVID-19. La pandémie a été présentée comme une fuite d’armes biologiques, un sous-produit de la technologie sans fil 5G et un canular politique. Et d’innombrables gourous du bien-être et de praticiens de la médecine alternative ont proposé des potions, des pilules et des pratiques non prouvées comme des moyens de « stimuler » le système immunitaire.

Un article publié dans Nature

Ces déclarations ne sont pas les miennes, elles sont extraites d’un article récemment publié dans Nature et écrit par Timothy Caulfield, un scientifique qui étudie la propagation et l’impact de la désinformation sur la santé depuis des décennies. Même s’il se réjouit de la mobilisation du monde scientifique pour dénoncer les informations mensongères publiées sur le SARS-CoV-2, il demande que tous les scientifiques, et pas seulement quelques-uns, défendent les informations de qualité.

Agir au niveau des institutions

Pour combattre ce fléau de la désinformation médicale, il propose deux actions :

Premièrement, nous devons cesser de tolérer et de légitimer la pseudoscience de la santé, en particulier dans les universités et les établissements de santé. De nombreuses fausses thérapies COVID-19 ont été adoptées par les centres de santé intégrative des principales universités et hôpitaux. Si une institution respectée, comme la Cleveland Clinic dans l’Ohio, offre du reiki – une pratique sans fondement scientifique qui implique d’utiliser vos mains, sans même toucher le patient, pour équilibrer « l’énergie vitale qui traverse tous les êtres vivants » – est-il surprenant que certaines personnes pensent que cette technique pourrait renforcer leur système immunitaire et les rendre moins sensibles au virus ? Une question similaire peut être posée aux fournisseurs de santé au Canada et au Royaume-Uni : en proposant l’homéopathie, ils encouragent de facto l’idée que ce remède scientifiquement invraisemblable puisse agir contre le COVID-19. Ce ne sont là que quelques exemples.

Plus loin dans cet article, Timothy Caulfield écrit :

Il existe des preuves que les traitements alternatifs et les effets placebo peuvent soulager – une justification courante pour tolérer des traitements alternatifs non éprouvés. Mais il est inapproprié de tromper les gens (même à leur avantage) avec une pensée magique, et il est inapproprié pour les scientifiques de laisser une telle désinformation passer inaperçue.

Agir au niveau des individus

Pour ce qui est de la deuxième action, l’auteur de cet article en appelle à la mobilisation des scientifiques :

Deuxièmement, davantage de chercheurs devraient devenir des participants actifs dans la lutte contre la désinformation. « Twittez. Écrivez des commentaires pour la presse grand public. Donnez des conférences publiques. Répondez aux demandes des journalistes. Permettez à vos stagiaires de s’impliquer dans la communication scientifique. Partagez des informations précises que vous jugez utiles pour le public ».

L’experte en désinformation Claire Wardle, de l’université de Harvard à Cambridge, a déclaré : “La meilleure façon de lutter contre la désinformation est d’inonder le paysage d’informations précises, faciles à digérer, engageantes et faciles à partager sur les appareils mobiles”.

Lutter contre les fausses informations nécessite une action au niveau des institutions santé, hôpitaux, universités, sociétés de spécialistes, mais aussi au niveau individuel, chaque professionnel à un rôle à jouer.

Une plus grande implication des professionnels de la santé

Si je regarde ce qui s’est passé ces derniers mois avec cette pandémie, mon sentiment est que les journalistes ont fait leur boulot, avec le double objectif d’informer mais aussi de lutter contre les informations mensongères.

Les spécialistes de la santé sont restés plus discrets. Ils devraient pourtant prendre la place qui est la leur en dénonçant les informations mensongères diffusées sur le thème de la santé. Ils sont habitués à communiquer avec leurs patients, il faut les encourager à aussi défendre la santé publiquement, notamment sur les médias sociaux.

 

 

Pour lutter contre la pandémie, intelligence artificielle ou intelligence humaine ?

Quel est l’outil le plus utile pour lutter contre le nouveau coronavirus, l’intelligence artificielle (IA) ou l’intelligence humaine ?

Cette question est en réalité mal posée, pour plusieurs raisons. La première est qu’elle laisse penser que l’on compare deux formes d’intelligence, alors que l’intelligence artificielle n’a d’intelligence que son nom : l’IA n’est que « l’ensemble des théories et des techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence ». La deuxième raison est que l’on ne doit pas forcément les opposer, le plus utile est certainement de profiter des apports de l’une et de l’autre.

Il n’empêche, nous vivons avec cette pandémie une situation exceptionnelle, c’est certainement l’occasion de prendre un peu de hauteur pour essayer de définir quelles doivent être les priorités futures pour notre système de santé. Où investir ? Dans l’intelligence artificielle ou dans l’intelligence humaine ?

L’intelligence artificielle

Une recherche dans la base de données médicales PubMed avec « Artificial intelligence AND coronavirus » montre qu’il n’y a, parmi les 30 millions de références, que 53 articles sur ce sujet. De nombreux aspects de la pandémie y sont abordés comme par exemple l’utilisation de l’IA pour le traitement des images radiologiques. Rien de très impressionnant. Il est cependant important de préciser que de nombreuses recherches sur l’utilisation de l’intelligence artificielle pour lutter contre le SARS-Cov-2 soient en cours, mais pas encore publiées. L’intelligence artificielle est-elle utile durant cette pandémie ? Même si pour l’instant les preuves ne sont pas évidentes, nous devrons attendre au minimum quelques mois pour pouvoir connaître les apports de l’IA pour lutter contre ce nouveau coronavirus.

L’outil le plus performant

L’outil le plus utile durant cette pandémie est bien évidemment le cerveau humain. On peut bien sûr parler de la capacité d’adaptation dont a dû faire preuve la majorité des habitants de cette planète, mais aussi de l’incroyable travail des chercheurs qui s’investissent pour trouver les traitements et autres vaccins qui nous permettront de sortir de ce cauchemar.

Il n’en reste pas moins que la majorité d’entre nous ont rencontré des difficultés à intégrer les principales informations publiées sur le Covid-19, des informations nombreuses, parfois complexes voire contradictoires. La compréhension de ces informations est pourtant essentielle si l’on veut que chacun puisse à titre individuel savoir ce qu’il doit et ne doit pas faire.

Améliorer les compétences santé des citoyens

L’idée est simple, donner à chacun de plus grandes compétences en matière de santé. L’objectif est de permettre à tout un chacun de trouver les informations utiles, de les comprendre afin de les utiliser pour prendre des décisions éclairées concernant sa propre santé ou celle d’un proche. Ces éléments qui sont utiles en tout temps se révèlent essentiels en ces temps de pandémie.

Il faut investir pour améliorer les compétences santé des habitants de ce pays. Le sujet est moins sexy que celui de l’intelligence artificielle, il n’en reste pas moins essentiel, pour chacun d’entre nous.

L’Académie Suisse des Sciences Médicales a publié en 2015 un document passionnant sur les compétences en santé en Suisse (98 pages en allemand avec la traduction des parties les plus importantes en français). On y découvre le degré de compétence de la population suisse, mais aussi comment promouvoir les compétences santé de tout un chacun.

Même si la liste complète des actions à mener déborde le cadre de cet article, on peut y lire qu’il faut améliorer les connaissances santé de la population, mais aussi l’aider à s’orienter dans le système de santé. Pour ce qui est des maladies chroniques, les experts recommandent de développer les programmes d’autogestion. Le patient étant l’expert de sa maladie, on y voit l’importance d’inclure les patients dans le développement des projets santé. Pour informer et échanger, l’utilisation du web et des médias sociaux est soulignée.

Intelligence artificielle ou intelligence humaine ?

Nous l’avons vu en introduction, le cerveau humain et l’ordinateur ne doivent pas être opposés. Il faut bien sûr investir dans le développement de l’IA, mais il essentiel aussi d’investir dans le développement des compétences santé de la population.  Avec comme objectif principal que tout un chacun puisse mieux gérer sa santé et comme objectif secondaire de voir un peu moins de bêtises publiées sur les médias sociaux….

 

PS: si vous souhaitez être informé de la publication de chaque nouvel article de ce blog, introduisez votre adresse mail sous “Abonnez-vous à ce blog par mail”. 

 

 

 

Coronavirus : encore 3 semaines, 3 mois ou 3 ans?

Même si le ralentissement général imposé par la pandémie de Covid – 19 n’a pas que des impacts négatifs, nous sommes nombreux à espérer un retour à la normale le plus tôt possible. Mais combien de temps cela va-t-il encore durer, 3 semaines, 3 mois ou 3 ans ? Quelles solutions existent, sérieuses et moins sérieuses ?

La solution du Dr Trump

Le nombre d’idioties dites par le président Trump est impressionnant. Il s’est cependant surpassé lors d’un récent point presse à la Maison-Blanche sur le SARS-CoV-2. Son administration venait de révéler que « la chaleur, les UV et l’humidité pourraient réduire la durée de vie du virus et que l’eau de javel pouvait tuer le virus en cinq minutes l’alcool isopropylique, en trente secondes ».  Comme raconté dans cet article de Valérie de Graffenried, correspondante du Temps aux Etats-Unis, le Dr Trump y est allé de ses propositions :

 « Imaginons qu’on traite le corps avec beaucoup d’ultraviolets, ou une lumière très puissante. Et supposons qu’on amène la lumière à l’intérieur du corps à travers la peau. Cela n’a pas été vérifié, mais vous allez le tester ». Et : « Je vois que le désinfectant neutralise ce virus en une minute. Une minute. Est-ce qu’on pourrait faire quelque chose comme une injection à l’intérieur, ou un nettoyage ? ».

Ce monsieur est président des Etats-Unis, très impressionnant.

L’immunité de la population

Ce serait la solution idéale, en partant de l’hypothèse que l’infection induit réellement une immunité. L’idée est simple, que suffisamment de personnes soient immunisées pour que la pandémie s’arrête d’elle-même. Si une personne malade ne peut plus transmettre le virus à d’autres car tous sont immunisés, la pandémie s’arrête. Les experts estiment que ce scénario est possible lorsque 60 % de la population est immunisée. Nous en sommes malheureusement loin, les estimations du 22 avril pour ce qui est de la prévalence d’anticorps dans la population genevoise est de 5.5 %. Nous sommes donc loin des 60 % espérés.

La problématique est bien résumée dans une chanson : « Maintenant tout est plus clair on sait ce qu’il faut faire. Pour pas se contaminer. il faut se confiner, pour se déconfiner il faut être immunisé, pour être immunisé il faut se faire contaminer, pour se faire contaminer il faut se déconfiner ».

La Suède qui elle n’a pas fermé ses écoles, sans pour autant perdre le contrôle de la pandémie, aura probablement des taux d’immunité plus élevés. La Suisse, comme de nombreux autres pays, a-t-elle fait une erreur ? Quoi qu’il en soit, l’immunité de la population est, à ce jour, très basse en Suisse.

Le vaccin

Il s’agit certainement de la voie la plus prometteuse. On peut lire dans un article du Temps du 23 avril : « parmi la centaine de travaux de recherches dans le monde pour trouver un vaccin – seule voie possible selon l’ONU pour un retour à la normalité – sept en sont pour l’heure au stade des essais cliniques sur l’homme, selon la London School of Hygiene and Tropical Medicine ».

Il existe donc une recherche intense au niveau mondial, un vaccin sera probablement créé plus rapidement que cela n’a jamais été le cas par le passé, mais pour cette solution, il faut au minimum patienter encore quelques mois.

Vivre comme avant

Face à la situation actuelle, il y a aussi ceux qui veulent nous faire croire que la pandémie est passée, que l’on peu revivre comme avant. Parmi les défenseurs de cette approche, les épidémiologues de l’UDC qui dans un article intitulé « L’UDC demande donc au Conseil fédéral » écrivent « de veiller qu’à partir du 11 mai au plus tard tous les commerces et exploitations gastronomiques puissent en principe ouvrir leurs portes » tout en ajoutant qu’il faut « maintenir les contrôles systématiques aux frontières ». J’imagine que pour ce dernier point, l’objectif est d’éviter que les personnes contaminées en Suisse n’aillent transmettre leurs virus à l’étranger.

La position de l’UDC est trompeuse et laisse penser que la pandémie est définitivement sous contrôle. L’UDC a cependant raison sur un point, il n faut pas sous-estimer les conséquences économiques des restrictions actuelles, qui elles-mêmes peuvent avoir des conséquences graves sur la santé de la population de ce pays.

Le nombre de cas de nouvelles infections pourrait nous faire penser que la vie peut reprendre comme avant. Il est vrai que le nombre de malades étant plus faible, le risque d’être contaminé l’est aussi. Mais attention, à l’image de ce qui se passe à Singapour, il faut peu de choses pour que la pandémie s’enflamme à nouveau. Comme l’immunité de la population reste basse, on peut facilement se retrouver dans la situation d’il y a un mois, ou pire dans la situation vécue dans le nord de l’Italie ou en Alsace.

Vivre avec

Je pense que nous devons intégrer ce message de l’OMS : « ce virus nous accompagnera pendant longtemps ». Puisque les solutions préconisées par le Dr Trump ne fonctionneront malheureusement pas, la solution à terme sera celle du développement d’un vaccin, mais cette solution ne sera pas prête tout de suite.

Il faut donc que nous apprenions à vivre avec cette nouvelle réalité que j’ai envie de résumer ainsi : vivre mais avec précautions. C’est pourquoi le message de « Rester à la maison » me parait dépassé. Les gens doivent sortir, y compris les seniors, mais avec précautions. Une fois sortis de leur logement, ils doivent se désinfecter les mains. S’ils rencontrent des amis, ils peuvent discuter, mais à distance. Puis retour à la maison où il faut à nouveau se laver les mains. Ceci pour autant bien sûr d’éviter les endroits très fréquentés.

Pour ce qui est de la vie professionnelle, nous devons nous réinventer, ce qui est bien sûr plus ou moins facile selon les professions. L’OFSP a publié des recommandations pour les milieux professionnels où sont listés les critères à respecter pour des conditions de travail sûres.

Je n’ai bien sûr pas les réponses à toutes les situations mais je suis convaincu que nous devons chercher cet équilibre fragile du « vivre avec ». Pour que l’ambiance générale ne soit plus un « non » mais un « oui », même timide.

Prenez soin de vous.

 

Coronavirus: applaudir le personnel soignant ?

Chaque soir à 21h

L’initiative venue d’Italie a été largement relayée sur les réseaux sociaux. La population suisse l’a reprise et se retrouve chaque soir à 21h, au balcon ou à la fenêtre, pour applaudir et remercier les professionnels de la santé qui se battent au quotidien contre ce virus qui porte ce nom étrange de SARS-CoV-2. Les professionnels de la santé, les hospitaliers en particulier, méritent cette reconnaissance.

Le personnel des hôpitaux

Pour combattre cette pandémie, qui ressemble  à un un épisode de la série Back Mirror, les hôpitaux se mobilisent.  Le personnel soignant mais aussi tout le reste du personnel, un hôpital ne fonctionne pas sans son administration, sans ses cuisiniers et sans son personnel de nettoyage. Ils méritent aussi d’être remerciés. 

Un inventaire à la Prévert

Le monde est au ralenti mais continue de fonctionner. Grâce à la police, aux douaniers, aux pharmaciens, aux vendeurs et vendeuses de supermarchés et autres magasins alimentaires, aux travailleurs des établissements médico-sociaux, aux conducteurs de train et de bus, aux enseignants qui réinventent leur profession à distance, aux journalistes qui continuent d’informer, aux transporteurs qui remplissent nos magasins et aux militaires mobilisés. Sans oublier les boulangers, mes préférés. Et à toux ceux que j’oublie et que vous m’aiderez à identifier en répondant à cet article. Eux aussi méritent d’être remerciés.

Une pensée

Cet hommage ne serait pas complet sans une pensée pour ceux qui souhaiteraient travailler mais en sont empêchés, avec à la clé de graves conséquences économiques.

 

Prenez soin de vous !

 

Coronavirus : un test en ligne pour connaître votre risque

CoronaCheck

Le centre universitaire de médecine générale et de santé publique Unisanté de Lausanne a lancé un site Internet qui permet à chacun d’entre nous d’évaluer son risque d’être contaminé par le coronavirus. Vous le trouverez à l’adresse coronavirus.unisante.ch. Ce site qui porte le nom de CoronaCheck propose en réalité un questionnaire pour la population et un autre pour les professionnels de la santé.

Pour la population

Le premier questionnaire permet à chaque citoyen, en répondant à quelques questions, de connaître son risque. Si vous souffrez par exemple d’une infection respiratoire avec fièvre mais que vous n’avez pas effectué un voyage dans une zone touchée par le coronavirus ni eu de contact étroit avec un cas confirmé par laboratoire, le système donnera comme résultat « Infection sans suspicion de coronavirus ». CoronaCheck vous donnera les conseils suivants :

Actuellement, le virus circule très faiblement dans le canton de Vaud. Le risque actuel que vous soyez infecté.e par le coronavirus est donc très faible.

Les symptômes du coronavirus sont similaires à ceux de la grippe saisonnière. En pleine saison de grippe il est donc beaucoup plus probable que vous ayez une grippe.

  • Restez à la maison, si votre état s’aggrave appelez votre médecin.
  • Évitez, dans la mesure du possible, de consulter un médecin ou un centre d’urgences sans prévenir.
  • Respectez les mesures d’hygiène.

Pour les professionnels de la santé

CoronaCheck propose aussi un outil pour les professionnels de la santé qui permettra aux médecins de savoir si leurs patients répondent aux critères de « cas suspects ».

Le citoyen 2020 est connecté

On ne peut que saluer l’initiative d’Unisanté qui, avec ce site, a transformé des recommandations peu digestes en un outil que tout un chacun peut utiliser depuis son ordinateur ou son smartphone. Le droit d’être informé implique aussi de proposer aux citoyens des outils facilement utilisables.

 

Autres articles de ce blog en lien avec le coronavirus:

 

Coronavirus, une preuve supplémentaire de la nécessité de développer la télémédecine?

Même si certains déclarent que le nouveau coronavirus n’est qu’une « grosse grippe », force est de constater que cette épidémie a des répercussions sur le quotidien de la plupart d’entre nous. De la simple désinfection pluriquotidienne des mains à l’annulation de voyages en passant par des complications professionnelles, rares sont ceux qui ne sont pas concernés, de près ou de loin, par le Covid-19. Dans une telle situation, le défi pour le système de santé est de pouvoir faire face à la surcharge provoquée par l’épidémie. Ne serait-ce pas l’occasion d’utiliser les potentialités de la télémédecine ?

Pour soigner les personnes infectées

La première utilité de la télémédecine, ou plus exactement de la téléconsultation, serait de permettre de soigner à distance les personnes infectées par le coronavirus et dont l’état ne nécessite pas une hospitalisation. Les études montrent que les soins à distance, que ce soit par téléphone ou par vidéo, permettent de prendre en charge la grande majorité de ces situations.

Pour les personnes souffrant d’infections respiratoires

Au-delà des personnes souffrant du coronavirus, la téléconsultation permettrait de prendre en charge la majorité des personnes souffrant d’infections aériennes des voies supérieures, même provoquées par d’autres germes. Si un examen physique est parfois nécessaire, une étude publiée en 2016 montre que 63 % de ces cas peuvent être traités à distance. Faire voyager les informations plutôt que le malade a le double avantage de ne pas encombrer les services d’urgence mais aussi d’éviter le risque de contaminer d’autres patients, et les professionnels de la santé, sur les lieux de soins.

Pour de nombreuses autres situations

Pour éviter d’exposer inutilement les patients, plus particulièrement les malades chroniques, la téléconsultation peut être utilisée pour soigner un grand nombre de problèmes médicaux. C’est la voie choisie par un hôpital chinois dont les 157 médecins sont disponibles pour des consultations par Internet pour des patients souffrant de maladies respiratoires, cardiovasculaires, digestives, endocrines et autres.

Même si l’on a tendance à penser que les soins à distance ne sont possibles que pour un nombre limité de situations, la réalité est autre. Les bonnes pratiques de l’Association américaine de télémédecine montrent que les seules restrictions sont l’indispensable présence du patient (examen physique ou geste technique) ou l’existence de difficultés de communications (problèmes de langue ou personnes souffrant de déficits cognitifs). Ces recommandations précisent aussi que les professionnels de la santé doivent être formés à la télémédecine, une pratique qui nécessite des connaissances et compétences spécifiques.

A lire aussi sur ce sujet l’article La téléconsultation est-elle possible dans tous les cas ?

Pour la prévention

Au-delà des soins curatifs, la télémédecine pourrait aussi être utilisée pour faire de la prévention. Pour revenir au coronavirus, le simple courrier électronique permettrait par exemple aux médecins d’envoyer à leurs patients des informations utiles. On peut penser aux recommandations et informations officielles  mais cela permettrait aussi de leur rappeler qu’en cas d’infections des voies aériennes il est préférable de prendre contact avec un centre de soins (cabinet médical, clinique ou hôpital) par téléphone plutôt que de s’y rendre directement. Un conseil qui est d’ailleurs repris dans la dernière édition de l’affiche “Comment nous protéger” de l’Office fédéral de la santé publique.

 

 

La téléconsultation, supérieure ?

Même si, dans certaines situations, rien ne remplacera jamais la rencontre physique entre soignant et soigné, l’épidémie actuelle de coronavirus nous montre que la téléconsultation n’est pas une consultation de qualité inférieure. Elle peut même, au contraire, être supérieure à la consultation présentielle, en tout cas, pour ce qui est du coronavirus, en terme de sécurité.

 

NB : vous trouverez sur le site de l’Office fédéral de la santé publique une page consacrée au nouveau coronavirus : vous y trouverez les informations sur la situation actuelle pour la Suisse et l’étranger, les recommandations aux voyageurs et les réponses aux questions les plus fréquentes.

 

Autres articles  consacrés à la télémédecine sur ce blog :

  • Vous êtes malade et votre médecin est absent. Pourquoi ne pas essayer la télémédecine ? (lien).
  • Me faire soigner à distance ? Moi, jamais ! (lien).
  • Les mille visages de la télémédecine (lien).

 

Faut-il former les professionnels de la santé au numérique?

Les professions qui ne sont pas touchées par la digitalisation sont rares, le monde de la santé n’est pas épargné. Il est donc indispensable de former les professionnels de la santé au numérique. L’objectif de cet enseignement doit être de permettre aux soignants d’acquérir les connaissances nécessaires à une utilisation efficiente des nouveaux outils et services apportés par la numérisation du monde de la santé, leur permettant ainsi de profiter des opportunités du numérique mais aussi d’en connaître les limites.

Alain Berset est d’accord avec moi

Lors du dernier Forum Santé 2020, Alain Berset a souligné « le potentiel d’amélioration de la numérisation en santé » tout en précisant que « pour qu’il puisse se déployer pleinement, il faut que tout cela soit intégré dans la formation continue des médecins ». Je partage évidemment ce point de vue, même si je pense que tous les professionnels de la santé doivent être formés au numérique, pas uniquement les médecins. 

 

 

Le professionnel de la santé 2.0 ?

La façon dont vous serez soignés dépendra à l’avenir toujours plus des compétences numériques des professionnels qui vous prendront en charge. Attention cependant, les médecins 2.0 devront rester d’excellents cliniciens. Cathy Bazinet, une spécialiste de la e-santé, l’a très bien résumé dans un Tweet :

La culture technologique est essentielle pour construire le médecin du futur, mais pas suffisante. Plus que des docteurs « geek », l’avenir fait d’intelligence artificielle et d’objets connectés requiert des praticiens polyvalents, dotés d’une solide formation clinique.

Quelles compétences ?

Même si présenter la liste complète des connaissances et compétences numériques que devrait acquérir en 2020 un professionnel de la santé dépasse le cadre de cet article, quelques exemples permettront d’illustrer pourquoi une telle formation est désormais une nécessité.

Les sources d’information électroniques, pour les soignants et pour les patients. L’existence de bases de données médicales électroniques permet de faire de votre médecin un professionnel de la santé « augmenté ». Même si ceux-ci ont des cerveaux musclés, il n’est pas possible en 2020 de tout mémoriser. Le médecin moderne doit donc, lorsqu’il ne connait pas la réponse à une question qu’il se pose face à un patient, être capable d’aller chercher la réponse en ligne. Le soignant 2020 devrait aussi connaître les sites Internet qu’il peut conseiller à ses patients. Savoir quelles sources d’informations utiliser pour telle question n’est pas inné, cela doit être enseigné.

La sécurité informatique. Les données santé sont des données sensibles. Connaître les mesures à prendre pour une sécurité informatique optimale, notamment pour se protéger de la cybercriminalité, doit faire partie du bagage de base du professionnel de la santé. Vos données santé intéressent un nombre grandissant d’acteurs, en commençant par les assurances et par les géants de l’informatique, la protection des données doit donc être enseignée.

Le dossier médical informatisé. Face à la complexité croissante de la médecine, il ne parait plus possible pour un médecin d’utiliser un dossier médical au format papier. Les médecins qui travaillent avec un dossier médical informatisé sont heureusement toujours plus nombreux. Vous ne savez certainement pas que les dossiers informatisés que peuvent utiliser les soignants différent fortement les uns des autres. Cet outil est devenu tellement important dans la gestion des données santé que l’on peut sans hésitation dire que la qualité de la prise en charge d’un patient dépend des performances du dossier médical qu’il utilise. Savoir choisir le meilleur dossier médical nécessite des compétences.

La liste des compétences numériques devrait aussi inclure les enjeux sociétaux de la santé numérique, les aspects éthiques et juridiques de la e-santé, le dossier électronique du patient, la télémédecine, la communication électronique, les applications santé pour smartphones, les objets connectés. Comprendre ce qu’est l’intelligence artificielle, le big data et la santé personnalisée devrait aussi faire partie de cet enseignement.

Quelles formations sont proposées ?

eHealth Suisse a publié en 2015 un guide intitulé « Cybersanté : thématiques clés pour les professionnels de la santé – Guide à l’intention des responsables de la formation ». Pascal Strupler, le Directeur de l’Office fédéral de la santé publique y est cité :

« La cybersanté est une discipline récente, qui vise à mettre en réseau de façon optimisée tous les acteurs des soins de santé. Elle apporte davantage de sécurité, tant pour les patients qu’en matière de traitement, et améliore la qualité dans l’ensemble du système de santé ».

Le titre de ce document est malheureusement trompeur car on n’y trouve pas de programme d’enseignement. On peut y lire « qu’il est laissé aux établissements de formation le soin d’intégrer les thèmes dans leurs offres ». Une nouvelle version de ce guide a été publiée en 2017, il ne parle que du dossier électronique du patient, un thème certes d’actualité mais qui ne constitue pas un catalogue d’enseignement.

Les formations dans les écoles et les facultés de médecine sont encore rares et l’on doit le regretter. La Haute école de santé de Genève fait figure d’exception puisque elle a la volonté de proposer à tous ses étudiants et étudiantes un enseignement en santé digitale, une ambition qui s’est récemment concrétisée avec la nomination d’un professeur en santé digitale.   L’objectif d’un enseignement en santé numérique n’est pas de faire des professionnels de la santé des geek mais juste de leur permettre d’exercer une médecine moderne et innovante, pour eux et pour leurs patients.

 

NB: si vous souhaitez être informé de la publication de chaque nouvel article de ce blog, introduisez votre adresse mail sous “Abonnez-vous à ce blog par mail”.