Vous devriez vous faire vacciner

J’ai décidé d’écrire cet article car le sujet de la vaccination contre le coronavirus a été peu abordé dans les médias et sur les réseaux sociaux. Plus sérieusement, je souhaitais partager avec les personnes qui ne sont pas vaccinées quelques réflexions, notamment issues d’échanges avec mes patients. Le but est de vous encourager à vous faire vacciner, en dehors je l’espère de débats polémiques.

Quel pourcentage de la population est vaccinée ?

Selon l’OFSP, en date du 3 septembre 2021, 58.28 % de la population aurait reçu au moins une dose du vaccin, donc environ 41 % de non vaccinés. Après 18 mois d’une pandémie aux conséquences majeures, ce chiffre est à mes yeux très élevé. Un autre chiffre intéressant est celui du pourcentage de la population qui pourrait se faire vacciner et qui ne l’est pas (rappelons que les moins de 12 ans ne peuvent pas se faire vacciner). Puisqu’il y a en Suisse, selon les chiffres de l’Office fédéral de la statistique, 8’670’300 habitants dont un peu moins de 1 millions d’enfants de 0 à 11 ans, le pourcentage de personnes vaccinées serait pour les 12 ans et plus de 65.9 %, donc 34.1 % des habitants de ce pays qui pourraient être vaccinés et qui ne le sont pas. Un tiers. Un chiffre toujours élevé.

Pourquoi vous devriez vous faire vacciner

Je commence par les professionnels de la santé. Je trouve que tous devraient être vaccinés. Chacun peut bien sûr avoir une raison particulière qui justifie de ne pas recevoir ces deux injections, mais les contre-indications sont en réalité très rares. Je trouve que pour eux la vaccination fait partie de leur travail. Pour se protéger eux-mêmes, notamment pour ne pas tomber malade et pouvoir continuer de s’occuper de leurs patients, mais surtout pour ne pas transmettre la maladie à d’autres. Je rappelle que la position qui est de dire « il suffit de vacciner les seniors et les personnes vulnérables » n’est pas juste puisque le vaccin n’offre pas une protection de 100 %, en particulier avec le variant delta.

Pour ceux qui ne sont pas professionnels de la santé, plusieurs éléments devraient à mon avis encourager les hésitants à se faire vacciner.

Argument 1, les vaccins sont sûrs. Je n’ai pas la place dans cet article de citer les nombreuses études sur cette question mais j’encourage ceux qui souhaitent en savoir plus à prendre connaissance du document Recommandations de vaccination avec des vaccins à ARNm contre le COVID-19 (état au 26.08.2021) de l’OFSP. Un document de 45 pages où vous pourrez voir que les vaccins utilisés en Suisse ont des effets secondaires mais que la balance bénéfices / risques penche très clairement en faveur de la vaccination. Une autre source d’information de qualité est l’article « Tout ce qu’il faut savoir sur la vaccination Covid-19 en Suisse » du site Heidi.news.

On entend souvent dire que ces vaccins ont été développés trop rapidement. Je comprends que l’on s’interroge à ce sujet, mais il faut tout de même reconnaître que nous avons maintenant des données de sécurité qui reposent sur des centaines de millions de doses. J’ai parfois l’impression, lorsque je parle de cette vaccination avec mes patients, que je leur propose une opération à cœur ouvert, ce n’est qu’un vaccin, mais malgré cela l’inquiétude est grande.

Il est difficile de lutter contre l’inquiétude avec des faits et des chiffres mais je dis tout de même à mes patients que, s’ils se méfient des preuves apportées par la science, leur vie va devenir très compliqué : ils peuvent se méfier de ces vaccins mais ils devront alors aussi se méfier de tous les médicaments, y compris du simple Paracetamol (tous ont suivis les mêmes procédures de certification chez Swissmedic). Pour moi, les dangers provenant de l’alimentation, pesticides et autres perturbateurs endocriniens, sont beaucoup plus dangereux.

Argument 2, maladie ou vaccin. Deuxième élément, vu la contagiosité de ce virus, en particulier du variant delta, mon sentiment est que tout le monde finira soit vacciné, soit contaminé. Même s’il est possible d’être contaminé et de n’avoir que peu ou pas de symptômes, les risques de complications sont clairement en faveur du vaccin. En plus, l’immunité est meilleure avec le vaccin qu’avec la maladie.

Argument 3, les autres. Si vous ne vous faites pas vacciner pour vous, faites-le pour les autres.

Argument 4, les hôpitaux surchargés.  La 4ème vague est là, en date du 3 septembre, les patients Covid-19 occupent 33,7% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 80,30%.

Argument 5, les conséquences économiques et sociales de la pandémie. Je pense que la vaccination se justifie aussi pour pouvoir revivre un peu normalement, les restaurateurs, les hôteliers et de nombreux autres secteurs économiques, ayant déjà suffisamment souffert de cette pandémie. Imaginez où nous en serions si les vaccins n’existaient pas ?

Pourquoi non ?

On peut découvrir sur le site du journal le Matin une vidéo dont le sujet est « Pourquoi disent-ils «non» au vaccin? » On y entend la crainte « on ne connait pas encore les effets secondaires » mais aussi « apparemment il y a aussi des gens vaccinés qui attrapent le Covid ». Ce dernier argument est intéressant car oui des gens vaccinés peuvent attraper le Covid, en particulier avec le variant Delta, mais le risque de tomber malade est 80 fois plus faible si l’on est vacciné, le risque de développer une maladie grave est lui diminué de 95 %.

Il y a aussi l’interview de Jean-Pierre qui répond « les gens sont vaccinés et meurent, les gens meurent du vaccin » et pour appuyer ses dire « il y a une vidéo sur TikTok qui tourne, on ne peut pas la louper ». Même si TiKTok ne me semble pas être une source d’information de confiance, ces propos illustrent la méfiance de certains envers les autorités et les médias.

Rassurer

Il faut écouter ces citoyens, comprendre leurs inquiétudes et y répondre. Le but doit être de les informer de la façon la plus objective possible et, je l’espère, de les rassurer.

 

Cette vidéo est un spot TV du Ministère des Solidarités et de la Santé français qui rappelle que la grande majorité des personnes hospitalisées à cause du Covid-19 ne sont pas vaccinées (en Suisse, plus de 90 %). 

 

Dr Jean Gabriel Jeannot

Médecin, spécialiste en médecine interne, avec un intérêt particulier pour l’utilisation des technologies de l’information et de la communication en médecine.

234 réponses à “Vous devriez vous faire vacciner

  1. Si j’envoie mon enfant à l’école, je pense être en droit d’espérer qu’il n’attrape par le Covid ou un variant du personnel scolaire.
    De même, si je vais à l’hôpital, j’estime être en droit de ne point vouloir attraper ce Covid ou ses variant du personnel récalcitrant. Là, en position de faiblesse, les risques sont immenses. Il me semble que cela relève de la responsabilité et de la conscience professionnelle…

    1. Point de vue raisonnable s’agissant de l’hôpital. Mais alors au vu de l’efficacité limitée des vaccins, plus de l’un que de l’autre, il faudra tester le personnel vacciné deux fois par semaines et qu’il adopte de strictes mesures de prévention, y compris en dehors des sections covid+.

      1. “au vu de l’efficacité limitée des vaccins” ?! plus de 90% d’efficacité, c’est limité? Les mesures de préventions doivent toujours jouer un rôle (car les vaccins ne protègent pas à 100%), mais de la à dire que leur efficacité est limitée, c’est quand même exagéré. Je pense que beaucoup de patients en traitements contre le cancer rêveraient d’une telle efficacité limitée! (une personne de mon entourage a reçue un diagnostique très positif car avec 75% de chances de survie à 15 ans. J’aurai adoré que ce soit “limité” car 90% de chances de survie…)

        Mathias
        PS: Et bravo au Dr Jeannot pour avoir le courage d’alimenter un blog sur le sujet du covid par les temps qui courent!

        1. Les études récentes montrent que l’efficacité des vaccins contre la contamination est environ de 50%. Ce n’est donc pas 90% d’efficacité ni 80 fois moins de risques. Ce taux est aussi insuffisant pour atteindre l’immunité collective

          1. Bonjour,
            On peut bien sûr discuter des chiffres, cela dépend de l’étude, de la population étudiée, du vaccin, etc. Mais l’essentiel est que vacciné on tombe moins malade, on transmets moins le virus, on encombre moins les hôpitaux, on ferme moins d’école, etc, etc. Ni plus, ni moins. Vous pouvez le retourner dans tous les sens, c’est quand même comme ça.

        2. Le jour où on me laissera choisir librement mon vaccin, je serais apte à me faire vacciner. En attendant il est hors de question pour ma part de me faire vacciner par deux sociétés qui on à de multiples reprises été condamnées en justice pour corruption. Je prendrais soit sputnik V ou Shinovac/sinopharm.
          Malheureusement la politique viens mettre son nez dans une situation de crise. Pas de soucis je ne prend pas non plus un produit americian. C’est politique eh oui !

          1. Bonjour,
            Merci pour votre commentaire. Votre logique est à mes yeux surprenante mais elle a l’avantage d’exister. Mais si vous allez au bout de votre raisonnement, votre vie va devenir très compliquée. Vous devez appliquer la même logique pour n’importe quel médicament ou antibiotique (qui le fabrique ? Quel pays ? Ont-ils déjà été condamnés ? Etc.). Mais cela devrait aussi s’étendre aux produits nom médicaux, des aliments que vous achetez pour vous nourrir aux autres produits, habits, films, musique, etc. Encore un détail, on ne se vaccine pas que pour soi mais aussi pour les autres, si la vaccin idéal n’est pas disponible, choisissez un autre. Pas pour vous, pour les autres.
            Meilleures salutations.

    2. Bonjour Madame,

      La vaccination n’est pas un rempart au COVID variant Delta notamment.
      Beaucoup de cas quotidiens arrivent, avec leurs 2 doses d’injection, et toujours les Tests PCR à réaliser malgré cela, et une contamination effective à la COVID. Résultat: Mise à l’arrêt, comme avant la vaccination, et des cas en Réanimation, il y en a, je peux vous l’assurer.

      Donc, exiger que le personnel se fasse vacciner, c’est le langage habituel des citoyens. Gratter un peu la couche et informez-vous, regardez vers d’autres pays qui sont plus avancés que nous en matière de vaccination, et vous verrez le résultat.

      La pensée unique, n’est définitivement jamais la bonne.

      Cordialement,

      J.L

      1. L’efficacité de la vaccination dépend du vaccin mais vous savez certainement qu’il y a beaucoup plus de personnes contaminées chez les nons vaccinés que chez les vaccinés, une différence encore plus grande pour ce qui est des cas graves et des hospitalisations. Vous pouvez retourner le problème dans tout les sens, les vaccins, même s’ils n’ont pas d’une efficacité à cent pour cent, en particulier contre le variant Delta, sont efficaces.

  2. Personnellement, la raison pour laquelle je ne me ferai pas vacciner, pour le moment, est toujours passée sous silence, pourquoi ?
    Je me ferai, personnellement, vacciner dès qu’il y aura une équité mondiale face à cette pandémie mondiale. Comme le souligne l’OMS, l’inégalité face au vaccin renforce le risque de l’émergence de nouveaux variants. Survacciner d’un côté et sous-vacciner de l’autre est simplement un très mauvais calcul et d’une grande inefficacité globale. Si des dizaines de milliers de personnes refusaient, comme moi, et pour les mêmes raisons que moi, de se faire vacciner, les états seraient bien obligés d’opter pour une approche bien plus efficace de la distribution des vaccins et il y aurait bien plus de chance de gérer bien mieux cette pandémie.
    Je respecte bien évidemment tous les gestes barrière et ai la chance de pouvoir minimiser les contacts avec d’autres personnes pour limiter au maximum les risques d’être vectrice de la maladie. Je me sens donc très en paix avec mon choix, mais je sais que tout le monde n’a pas la même chance. Malgré tout, une approche globale serait bien plus efficace. Il est à mon sens contre-productif de faire des campagnes pour encourager les gens à se faire vacciner – encore plus – ici. Ce n’est pas cette campagne qui va nous permettre – globalement – de faire face au virus.

    1. Bonjour,
      Merci pour votre commentaire. Mais je pense que votre calcul est faux. Ne pas vous faire vacciner ne libérera pas des doses pour d’autres pays, l’équation est plus compliquée. Mais si je vous rejoins pour dire que la répartition actuelle des vaccins est scandaleuse, il faut que le maximum de personnes se vaccinent. Je ne vois pas tellement d’autres issues que la vaccination, encourageons-la ici et ailleurs.
      Meilleures salutations.

      1. En effet, je pense bien que ma dose personnelle ne changera pas la donne. Mais je suis convaincue que si une grande proportion de la population réclamait une plus grande équité au niveau de la répartition mondiale, réclamait aux administrations d’Etat de s’en remettre à l’OMS pour la répartition, alors les choses seraient gérées autrement, et bien plus efficacement globalement, avec un bénéfice certain pour tous.

        Je crois donc – au contraire – que mon calcul est plutôt assez exact.

        Encourager la vaccination, oui, mais de façon efficace et globale, avec une supervision au niveau de la pandémie – mondiale. Je n’ai pas les derniers chiffres, mais l’OMS avait relevé que seuls 10 pays dans le monde avait bénéficié de 74% des doses. Seuls 2% des doses ont été administrées dans les pays du Sud … C’est là que le calcul est mauvais.

        Et il faudrait bien une volonté politique, pour faire changer les choses. Et moi, je militerai tant que je pourrai pour une répartition plus équitable, plus juste et surtout plus efficace. Oui, ma voix est inaudible, malheureusement, parce que l’erreur de calcul se situe-là justement : ça ne sert à rien de vacciner à fond d’un côté, si de l’autre cela ne suit pas. C’est uniquement gaspiller de l’énergie, des matières premières, du temps. Avec le risque d’un effet boomerang majeur.

        1. Pour une fois, il faut le souligner, c’est le mâle blanc de plus de 50 ans qui souffre le plus de la covid.

          Cela ne paraît donc pas illogique de leur injecter en premier les vaccins. Si cela n’était pas fait, ne diriez-vous pas qu’on se sert du Tiers Monde comme terrain d’expérimentation ?

          Pour le reste, comme une personne vous l’a déjà dit, c’est un caprice de faire la grève de la faim jusqu’à l’arrêt de la faim dans le monde. La personne qui souhaite se faire fasciner serait ulcérée de vous voir dédaigner votre double dose offerte. Caprice de boomer.

          1. Encore un jugement dévalorisateur et culpabilisateur …
            Pourquoi être tellement dans les extrêmes ?
            Soit tout soit rien, soit blanc soit noir ?
            Soit on fait une grève de la faim soit on accepte tout tel quel ?

            Une approche équitable n’est justement pas de vacciner que les uns ou les autres … La vie est pleine de nuances et de complexité, un délicat équilibre. Une approche équilibrée n’est jamais totale, extrême, unique. Elle est pleine de questions, de circonstances. Certaines personnes connaissent justement très bien certains sujets et sont à même d’évaluer une partie de sa complexité pour y apporter la réponse la plus mesurée et la plus efficace …

          2. Blanc ! Mais au sein de pays multi-raciaux cela est faux, les non-blancs y ont une covid-mortalité plus élevée.

          3. Et pourquoi donc le mâle blanc ? Question intéressante

            Un élément permettrait au réfractaire au Vaccin Covid (oui car les nommer antivax est primaire) serait d’avoir une totale transparence…..de proposer une stratégie qui n’est pas uniquement basée sur le vaccin (on fait quoi si cela fonctionne pas, voir Israel) ?

            Actuellement vous prôner le vaccin, vous êtes médecin soit….alors en toute franchise quid du futur ? Une dose de vaccin tous les 6 mois ?

            Que les modifications des vaccins Covid en lien avec les variants ne doivent plus subir de test est ok pour vous ?

          4. @Pat

            La pandémie touche essentiellement les non-vaccinés en Israël.
            Israël a impressionné les premiers mois 2020 en matière de vaccination, puis la population a boudé. Et c’est cette population (non vaccinée) qui morfle (normal, vu qu’ils avaient tout ouvert à la fin du printemps et que le virus a circulé largement).

            https://datadashboard.health.gov.il/COVID-19/general

            (en anglais)
            https://mobile.twitter.com/chezpasdur/status/1433979994200551424

            Et bien sûr que tout le monde cherche un trairement.

            Globalement, il y a un truc que vous ne comprenez pas (ou ne voulez pas comprendre). La Covid est une nouvelle maladie et personne n’était immunisée. Ce que l’on cherche, ce n’est pas une immunité de masse, mais que la masse ait été confrontée à la maladie, afin de développer une immunité naturelle et baisser le taux de mortalité. Et pour ce faire, il faut se vacciner (afin de vous permettre d’éviter une forme grave lors de votre première infection).

        2. Cela est raisonnable et éthiquement fondé. Une dose est des centaines de fois plus efficace au sein d’une population âgée d’un pays défavorisé qu’au sein de notre population jeune et non vulnérable.

      2. Docteur,

        Par rapport à vos confrères et consœurs, de France, vous pensez vraiment que la vaccination est la seule et unique possibilité de sortie de crise? D’autres Médecins soignent.

        Voyez-vous ce qui se passe dans d’autres pays, plus avancés que nous par cette vaccination?

        Cordialement,

        J.L

        1. Bonjour,
          Je suis très surpris de ce que vous écrivez. Il me semble tout de même plus intelligent de prévenir (vaccin et autres mesures) que de soigner ? Les soins sont actuellement plus efficaces qu’au début de la pandémie mais les patients hospitalisés occupent des lits, parfois de soins intensifs, certains gardent des séquelles et quelque une meurent. Sans parler du coût (estimé par l’hôpital universitaire Bâle à 100’000 chf par patient Covid hospitalisé aux soins intensifs).

    2. Même si en effet il est scandaleux que les pays en voie de développement n’ont pas suffisamment accès au vaccin et qu’il faudrait mieux faire à ce niveau, votre raison pour ne pas vous vacciner est, à mon avis, plutôt une excuse pour vous déresponsabiliser de la vaccination. Et surtout, si je suis votre logique, il faudrait alors que vous arrêtiez aussi de manger afin d’être solidaire des gens qui souffrent de famine dans le monde.

      1. Visiblement, vous n’avez pas compris ma logique 🙂
        Bien qu’effectivement, je mange de façon plus “solidaire”, tâche de consommer local, de saison, des produits produits de façon solidaires, dans le meilleur respect possible du déséquilibre mondial, et milite pour une “autre” croisssance (décroissance économique). Mais mourir ne peut aider personne. Si je ne mange pas, je meurs à coup sûr. Si je ne me vaccine pas, étant donné mon attitude responsable (auto-confinement) et les statistiques, les risques que je meurs sont moindres. Je ne prône pas le suicide, par contre je me bats pour des choses qui sont non seulement faisables, mais même recommandées par des organisations internationales (donc l’OMS).
        Pourquoi m’attaquer personnellement ? Pourquoi vouloir me culpabiliser ? Pourquoi prétendre que c’est une excuse ? Que savez-vous des responsabilités que je prends – ou non ? Personnellement, je considère qu’il est bien plus responsable de se battre pour une répartition équitable du vaccin plutôt que de chercher – égoïstement – à se prémunir soi-même sans vision globale du problème. Laisser mourir des gens qui sont loin pour sur-vacciner ici …
        L’OMS, qui connait certainement bien mieux la situation et les possibilités mondiales que la plupart d’entre nous, a affirmé que 74% des doses ont été distribuées dans seulement 10 pays (sur environ 200). Si ces doses avaient été distribuées équitablement au niveau mondial, la totalité des personnes vulnérables + tout le personnel soignant du MONDE ENTIER serait vacciné.
        Quelle est donc l’attitude la plus responsable ?
        Merci de ne pas essayer de me faire culpabiliser parce que je suis la première à être prête à me sacrifier pour ma communauté, et je le ferai immédiatement dès que ce sera juste, équitable et efficace. Oui, je suis prête à me sacrifier également pour les personnes qui ont faim, à faire plus d’efforts, à manger moins confortablement, à vivre très simplement et avec très peu. Personnellement, je n’ai pas peur pour moi, j’ai peur pour ceux que j’aime. Avoir une vision justement mondiale conduit à s’inquiéter pour nous tous de la voie dangereuse que nous prenons. D’une part le jugement, la culpabilisation, la polarisation et l’intolérance dans toutes les extrêmes, et d’autre part, l’approche régio-centrée génératrice d’un déséquilibre très dangereux

        1. Chère Madame,

          j’ai émis mon avis quant à vos propos, pas cherché à vous culpabiliser, si vous avez ressenti mes propos comme une tentative de vous culpabiliser, cela vous appartient.

          En effet, mourir n’est utile à personne si ce n’est pas son heure et c’est justement le but du vaccin: se donner le maximum de chances pour éviter de mourir ou d’avoir de graves séquelles si cela est évitable. Mais bon, vous avez raison, je ne comprends pas votre logique alors cela ne devrait pas nous mener très loin de poursuivre cet échange. Vous avez fait vos choix, moi les miens, comme le dit l’expression, qui vivra, verra.

          Tout le meilleur pour vous et vos proches et bonne continuation.

        2. Je crois qu’on est nombreux à ne pas comprendre votre logique.

          Si le feu est pris dans vos rideaux, allez-vous l’éteindre en lui jetant au plus vite de l’eau, ou préférerez-vous plutôt ne rien faire en vous disant: “oh, certains habitants manquent d’eau potable sur la planète; je ne peux utiliser de l’eau pour éteindre égoïstement mon feu” ?

          Je n’arrive pas à comprendre si votre position vient d’une naïveté infantile de monde ou encore d’une mauvaise foi bien-pensante destinée à dissimuler une certaine sympathie antivax (car vous jouez leur jeu à merveille).

          Vous dites ne pas aimer l’approche régio-centrée: alors pourquoi vous ramenez toujours la question des régions du monde pour excuser votre immobilisme?
          Vous dites avoir peur pour vos proches plutôt que pour vous même: alors faites-vous vacciner pour les protéger eux!

          Oui, vous avez raison, il faut une vision globale, mais on ne peut qu’agir localement. A l’échelle individuelle, cela signifie se faire vacciner, et là, on est tous humains, on est tous égaux, alors pourquoi pas vous?

          1. Pourquoi tant d’agressivité, de dénigrement, de culpabilisation ? Pourquoi tant d’émotions ? Ce sont la diversité des visions qui permettent à notre société d’exister. Merci de respecter les visions divergentes sans les rabaisser

            Pour vous contredire encore, bien sûr que nous pouvons agir à l’échelle globale, et non pas seulement localement. C’est le but des organisations internationales comme l’OMS. Je me répète encore : écoutons les recommandations de l’OMS pour agir de façon raisonnée et efficace

        3. “Pourquoi tant d’agressivité, de dénigrement, de culpabilisation ? Pourquoi tant d’émotions ?”

          Parce que notre patience a des limites. Comme disait ce médecin New-Yorkais, “je commence à manquer de compassion envers les Covidiots” (traduction libre, mais de grâce googlez et lisez son témoignage). Et on le comprend: alors qu’un vaccin existe, certains Covidiots sont dans le déni “bah pourquoi se faire vacciner pour une grippette?”, d’autres sont dans le complotisme “la Covid n’existe pas, le gouvernement veut nous contrôler”; d’autres sont dans l’idéologie naïve “je me ferai vacciner quand le reste de la planète aura eu son vaccin”.

          Puis, ce qui devait arriver arriva: a foce d’entraver le processus, les Covidiots l’ont suffisamment ralenti pour que le vaccin perde son efficacité face à l’arrivée de variants. On ne s’en sortira pas. Qu’allez-vous expliquer aux générations futures? “Chers petits enfants, il y eut une grave pandémie en 2020, des millions de morts partout dans le monde, oui oui, il y avait un vaccin, mais heureusement, mamie – et d’autres – refusaient de le prendre”

          Mamie est une héroïne!

          1. Rabaisser l’autre ne fait pas de vous un héro …
            Déformer ce que dit l’autre ne fait pas de vous un héro …

        4. (Bravo,je pense comme vous, mais je suis trop gourmsnd et ancien cuisinier,nous avons un grand jardin . Soyons forts mentalement en face de tant de polique ,influenceur….merci à vous pour votre témoignage!

    3. @ Ariane Wismer

      Bravo, j’aurai pu écrire le même texte quasiment mot pour mot. Cette approche serait très probablement plus efficace pour diminuer le nombre d’hospitalisations et de morts au niveau mondial. Elle est en tout cas clairement plus équitable. Je crois qu’il y a plus de gens que l’on pense qui agissent selon ces motifs. J’en connais plusieurs.

      @ Dr Jean Gabriel Jeannot

      Je pense que vous vous trompez. Bien sûr rien n’est si simple. Mais surtout impossible sans volonté de le faire. La confédération est sufisemment bien organisée au niveau logistique et au niveau des contrats passés avec les pharmas de manière à faire qu’il n’y ait pas de perte massive de vaccins. Et aux final ce qui n’a pas existé jusqu’à présent, c’est une réelle volonté des états de partager. Cela va changer lorsqu’ils penserons ne plus en avoir tant besoin. Pour le reste oui, bien sûr, mais de façon équitable.

      1. “Cette approche serait très probablement plus efficace pour diminuer le nombre d’hospitalisations et de morts au niveau mondial.”

        C’est malheureusement faux.

        Avec ce type de coronavirus, il faut vacciner vite, fort et massivement (respectivement le laisser circuler pour obtenir une contamination naturelle), et surtout ne pas se concentrer exclusivement sur les vulnérables. Théorie de l’encerclement.

        Pourquoi? parce qu’il mute rapidement.

        Et en se focalisant sur les personnes vulnérables, on accélère les mutations avec les plus jeunes qui ne sont pas protégés. Résultat? Avant d’avoir protégé tous les vulnérables, il faudra recommencer la vaccination car la covid aura tellement muté que l’efficacité de la protection ne sera pas suffisante. Le delta et le delta+ en sont l’exemple. Le vaccin protégeait contre la contagion/formes graves des variantss 2020, mais déjà moins pour celles de 2021, etc….

        Vacciner tous les adultes permet de diminuer le R0, donc de freiner la circulation, et donc de ralentir la fréquence d’apparition des variants.

        Cela permet de garantir la vie au mieux, vu la situation et de pérenniser nos réas.

        Après oui, c’est un choix d’avoir vacciné fortement en Occident/Monde arabe (les pays avec les taux de mortalité les plus élevés) et d’avoir laisser la covid circuler quasi librement dans les pays avec l’espérance de vie plus faible, donc avec une population moins à risque du Covid car plus jeune. C’était la moins mauvaise des solutions… Et, pour le moment, le risque d’apparition des nouveaux variants d’intérêt est assez bien maîtrisé par le tester, séquencer, alerter, isoler.

        Mais il faut bien comprendre: la covid va circuler et tout le monde sera contaminée tôt ou tard (sauf à vivre dans une bulle). Vous pouvez vous cacher derrière un mur, des paroles ou un idéal, mais lorsque vous serez contaminé, la vaccination réduira nettement vos risques de complications. Heureusement, c’est un coronavirus, donc un risque 2 sur l’échelle des risques (2 sur 4). C’est pas la peste noire. Mais vous serez toujours mieux protégé vacciné (que tout nu face au virus exquis).

        De mon expérience, j’ai dégusté sévère en 2009 (H1N1, avec des suites sur plusieurs mois), alors que j’étais jeune et en pleine forme physique, et modérément en février 2021 (covid-19). Et je me suis fait vacciner 2x fin du printemps, car on est jamais a l’abri.

        Donc, pas d’excuse, soyez responsable, soyez solidaire, vaccinez-vous.

        1. Vos connaissances surpassent-elles donc celle des experts de l’OMS ?

          Personnellement, je me considère pleinement solidaire avec mes semblables : les êtres humains de la planète entière. Ecoutons l’OMS, vaccinons de façon efficace et raisonnée à l’échelle de la planète, vite, bien, globalement, de la façon la plus efficace.
          Vous nous prêtez des intentions et des jugements qui sont les vôtres.

          Personnellement, je crois que nos autorités ont la vision que leur fonction leur autorise, que les personnes qui les élisent leur autorise, et c’est malheureux que cette visions soit actuellement si limitée à notre pays.

          Seuls les experts mondiaux ont une vision globale. Ils ne sont pas liés par les mêmes limites. Et si vous en faites partie, vous pouvez nous donner votre nom et nous saurons ainsi si ce que vous affirmez est aussi fiable que votre ton est péremptoire

          1. Vous faites référence à quel expert de l’OMS?

            Quand vous parlez de 74% (recte: 75%) et 10 pays, voilà la source:

            https://www.un.org/sg/en/content/sg/speeches/2021-02-17/ensuring-equitable-access-covid-19-vaccines-contexts-affected-conflict-and-insecurity-remarks-security-council

            Ce n’est pas l’OMS et cela remonte à mi-février. C’est en outre uniquement les chiffres de covax.

            Etat au 15 juillet (covax):

            https://www.who.int/publications/m/item/report-of-the-independent-allocation-of-vaccines-group-on-the-allocation-of-covax-facility-secured-vaccines-15-july-2021-

            Beaucoup de doses sont données en bilatéral, achetés, etc… et la production s’est amplifiée depuis février.

            > 40% de la population mondiale a reçu aujourd’hui au moins une dose:

            https://ourworldindata.org/covid-vaccinations?country=OWID_WRL

            Après, je l’ai déjà dit, c’est malheureusement inévitable que les plus jeunes soient contaminés naturellement. Il fallait réserver l’effort de vaccination pour les populations les plus sensibles…

            Mais vos deux doses sont réservées par la Suisse, et ne pas les prendre va conduire à devoir les jeter… car la Suisse ne donne pas des doses périmés à covax.

        2. Votre point de vue quant à la naissance des variants est dépassé dès lors que ces vaccins sont des passoires. Une population pfizer-vaccinée est un terreau idéal pour la sélection d’un nouvau variant à partir du delta : propagation et sélection au sein de la même population.

          1. C’est faux.
            Il n’y a pas eu de création de nouveaux variants dans une population vaccinée à l’ARN messager.

            https://covariants.org/

            Ou donne-moi ta source complète.

            Et tu sais que la charge virale n’est pas égale à la contagiosité. Cette dernière est le produit de la charge virale et de sa durée. Or, tu le sais également, la charge virale des (rares) infectés vaccinés ARN chute plus rapidement que celle des infectés non-vaccinés.

            https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.07.28.21261295v1

            “Conclusion The mRNA vaccines are highly effective at preventing symptomatic and severe COVID-19 associated with B.1.617.2 infection. Vaccination is associated with faster decline in viral RNA load and a robust serological response. Vaccination remains a key strategy for control of COVID-19 pandemic.”

        3. Il me semble que j’avais répondu à la question des sources de l’OMS, mais je n’arrive pas à retrouver mon message … je n’ai pas le courage de tout ré-écrire ..
          Bref, voici un article qui cite l’OMS. Ce n’est pas la source, je n’ai pas réussi à la retrouver, mais je pense que vous pourrez : https://www.france24.com/fr/europe/20210524-covid-19-l-oms-d%C3%A9nonce-une-scandaleuse-in%C3%A9galit%C3%A9-dans-la-distribution-des-vaccins

          Je disais en gros que l’OMS est également prise entre 2 feux, le respect des pays qui la composent et le besoin de rappeler l’importance d’une approche globale. Même elle, elle véhicule des messages qui peuvent sembler contradictoires. Rien n’est simple, tout est très complexe

          1. Voilà la source originale, en anglais:
            21 juillet 2021, 138e session du CIO

            https://www.who.int/director-general/speeches/detail/who-director-general-s-keynote-speech-at-the-138th-international-olympic-committee-session

            Together with the heads of the International Monetary Fund, the World Bank and the World Trade Organization, I have called for a massive global push to vaccinate at least 10% of the population of every country by September, at least 40% by the end of this year, and 70% by mid-next year.

    4. “Je me ferai, personnellement, vacciner dès qu’il y aura une équité mondiale face à cette pandémie mondiale.”

      En quoi est-ce plus équitable qu’une Ariane vivant dans le pays X se fasse vacciner plutôt que l’Ariane vivant en Suisse?
      En attendant, l’Ariane de Suisse, en négligeant de se faire vacciner alors qu’elle en a l’opportunité, prend le risque d’attraper la maladie, de la propager à son entourage, et finalement d’aggraver le problème au niveau mondial en multipliant le risque d’une nouvelle mutation du virus.
      Bravo! Le monde entier est sûrement fier de vous!

      1. Merci de vous moquer de mes convictions ! C’est très respectueux !
        Comme répondu par quelqu’un d’autre ailleurs : ma dose, comme celle de beaucoup d’autres personnes, serait effectivement beaucoup plus efficace ailleurs et autrement, c’est d’ailleurs pour cela que la vaccination a été proposée graduellement chez nous, et que l’OMS a depuis le début encouragé une approche plus optimale.
        L’utilité d’un vaccin n’est pas “binaire”, blanc/noir, utile/inutile. La question est complexe et dépend de l’âge, de l’immunité, de l’exposition, etc …
        Toutes les simplifications génèrent de la polarisation

        1. Vous vous plaignez du fait que l’on se moque de vos convictions.
          Je subis les sarcasmes de vos amis anti-vaccins. Mes droits sont bafoués par vos comportements égoïstes. Et que dire du comportement violent des soi-disant militants pro-liberté?
          Cela fait plus d’une année que je ne touche que le 80 % de mon salaire à cause de ce fichu virus.
          Si je devais perdre mon travail du fait de la prolongation due à vos petits caprices, je me permettrai de réclamer des comptes à vous et à vos congénères.

          1. Je suis profondément désolée pour vos soucis. Je suis aussi amie des anti-vaccins que des pro-vaccins et ne suis aucunement responsable de vos problèmes. C’est le virus qui en est responsable.
            C’est fou, je prône la tolérance des 2 côtés, et tout le monde me tombe dessus …

  3. Une vaccination massive expérimentale en pandémie est une hérésie. Elle décuple les variants. Il fallait cibler les personnes à risque UNIQUEMENT et privilégier les traitements ! Dans quelques mois 60 % de la population mondiale aura développé des maladies issues de cette vaccination, le temps fera toute la lumière,
    Pauvre fou !

    1. Bonjour,
      Je ne comprends pas très bien si votre “Pauvre fou” s’adresse à moi ou si c’est juste une expression. Si cela m’est adressé, je vous trouve particulièrement agressive. En vous lisant, je me demande pourquoi vous avez autant d’inquiétude, pourquoi parlez-vous d’une vaccination massive expérimentale (diriez-vous la même chose du vaccin contre le tétanos et si non, pourquoi?). Quelles sont vos sources d’informations ? Vous écrivez que la vaccination décuple les variants, je pense que c’est le contraire. Je vous sens très inquiète mais je pense que vous êtes mal informée.

      1. Stoïque je suis ! Inquiète absolument pas.
        Très bien informée je le suis.
        Plusieurs de mes proches souffrent des effets des vaccins, certains sont très graves.
        Le temps fera toute la lumière sur cette gestion sanitaire lamentable.
        Le temps, il est implacable.

        1. Bon je crois que sur les vaccins ne nous nous mettront pas d’accord, visiblement nous n’avons pas les mêmes sources d’information. Le fait que vous écriviez “Plusieurs de mes proches souffrent des effets des vaccins, certains sont très graves” montrent que vous n’appuyez pas vos croyances sur des faits scientifiques, sur des études.

          J’ai deux questions pour vous:
          1. Si nous n’utilisons pas les vaccins, quelle(s) solutions proposez-vous pour contrôler cette pandémie?
          2. Si je comprends bien votre position face aux vaccins, tout le monde ment (le Conseil fédéral, l’Office fédéral de la santé publique, Swissmedic et ailleurs dans le monde, l’agence européenne du médicament, la FDA, etc.) ?

          1. Je suis désolée pour vous bien cher Jean Gabriel. Votre prénom m’interpelle…
            Apparemment les effets de votre vaccination qui ne sera jamais complète se font déjà sentir.
            Vous n’avez pertinemment plus la capacité de discernement.
            Douter un seul instant de votre propagande est juste impossible. Vous êtes impliqué jusqu’au cou !
            Il ne vous reste que la prière, à vous comme à tous les autres que vous avez cités dans votre réponse.
            Pour la prière ce sera Jean, pour l’incitation à la vaccination ce sera Gabriel, qui l’emportera ?
            Et svp, de grâce, ayez un peu d’humour, c’est le dernier moment.
            Dans plusieurs mois vous n’aurez pas assez de larmes pour pleurer sur les milliers de vies que vous aurez détruites. Dormez bien. J’espère seulement que vous n’avez pas d’enfant, eux qui n’ont pas besoin de se faire vacciner et qui, si vous en avez, le sont certainement aujourd’hui ou le seront bientôt…

          2. C’est toujours agréable dans un débat lorsqu’une personne dit a l’autre qu’elle n’a pas sa capacité de discernement, ça assure des échanges constructifs. Merci pour ce commentaire super utile.

          3. J’ai répondu courtoisement à votre dernière réponse mais les gens de votre bord ont si peur, j’ai été censurée. Donc pas de débat, ce sera une confrontation inéluctable

          4. La patience que vous avez d’argumenter avec des illuminés tels que COVID123456789… force l’admiration.

            Pour ma part, je m’en tenais à l’adage suivant:

            “Il ne faut jamais argumenter avec des imbéciles. Ils commencent par vous ramener à leur niveau, puis vous battent par l’expérience”.

            Je vous trouve vraiment admirable de patiemment opposer une argumentation constuite, articulée, vérifiée aux inepties d’illuminés tels que COVID123456789… Chapeau!

    2. Il y a des trucs que j’aimerais également découvrir sur mon futur, pourriez-vous utiliser votre boule de cristal pour me donner quelques infos ?

    3. Pourquoi insulter? En quoi pensez-vous valoriser par là votre point de vue? Le Docteur Jeannot ne le fera sans doute pas, car il a choisi la persuasion plutôt que la contrainte, alors je le fais à sa place: faut-il vous rappeler que la diffamation, l’insulte, les atteintes à la personne et à l’honneur sont passibles de sanctions pénales? Si vous avez des doutes à ce sujet, on ne peut que vous conseiller de lire cet article paru en 2014 dans “Campus”, le magazine scientifique de l’Université de Genève, sous le titre “La loi du crapaud et de la bavette” (https://www.unige.ch/campus/numeros/118/dossier4/). Peut-être vous apportera-t-il quelques lumières sur certaines notions que vous semblez ignorer, non seulement en droit civil, mais surtout de politesse élémentaire, en guise de piqûre de rappel.

      A défaut, vous aurez au moins prouvé une chose: point n’est besoin d’être vacciné(e) pour être piqué(e).

      1. Les écrits de covidoses123456789 ne tombent pas sous le coup du code pénal. Aucun des reproches adressés au Dr Jeannot ne laisse entrevoir que celui-ci ne serait pas un honnête homme.

  4. Merci de votre message.

    J’encourage tout le monde à se faire vacciner.

    J’avais publié ces chiffres, marquants:

    tiré de:
    https://rsalzer.github.io/COVID_19_BAG/

    Semaine du 9 au 15 août, en Suisse, il y a eu :
    – 2 hospitalisations d’une personnes vaccinée de > 80 ans (sur un effectif de 369986 personnes), et 23 d’une personne non-vaccinée de > 80 ans (sur un effectif d’environ 85’212 personnes); = 50 x plus de risque si non-vaccinés.

    – 3 vaccinés 70-79 ans, et 14 non-vaccinés;
    – 1 vacciné 60-69 ans, et 36 non-vaccinés;
    – 2 vaccinés 50-59 ans, et 53 non-vaccinés;
    – 0 vacciné 40-49 ans, et 32 non-vaccinés;
    – 1 vacciné 30-39 ans, et 32 non-vaccinés;
    – 0 vacciné 20-29 ans, et 20 non-vaccinés;
    – 0 vacciné 10-19 ans, et 3 non-vaccinés;
    – 10 non-vaccinés 0-9 ans.

    Résumé du facteur de risque pour les non-vaccinés:
    (Je ne peux pas diviser par zero)
    28x plus de risque pour les 30-39 ans;
    44 x plus de risque pour les 50-59 ans;
    100x plus de risque pour les 60-69 ans;
    23x plus de risques pour les 70-79 ans;
    50x plus de risques pour les >80 ans.

    Faites-vous vacciner ! Qu’importe votre classe d’âge.

    1. Personnellement, ce qui m’intéresse, ce sont également les comparaisons internationales ….
      Je crois que le risque dans les pays du Sud, que ce soit au Pérou, en Algérie, en Indonésie, ou dans des dizaines d’autres … sont encore largement très supérieurs … et la trop grande majorité des personnes vulnérables, et de santé, ne sont pas vaccinés, alors qu’ils le souhaiteraient …
      Personnellement, je me sens relativement coupable de bénéficier d’un traitement de faveur, pour moi, c’est profondément injuste

      1. La vie est profondément injuste.

        J’ai eu cette discussion avec ma fille de 7 ans parce qu’elle ne voulait pas manger de légumes tant que les petits enfants au loin n’avaient pas tous à manger. Elle a compris pourquoi ce qui est bon pour elle, ne fait pas nécessairement du mal à ceux qui n’ont rien ou si peu.

        Dites-vous que si vous restez en bonne santé, vous pourrez faire du bien autour de vous, et que si vous tombez malade (ou vos proches à cause de vous), le coût des soins auraient pu servir à lutter contre la faim dans le monde.

        Combien de petites afghanes peut-on nourrir pour une journée en réa d’un gars qui dit “si j’avais su, je me serais fait vacciner” ?

        1. Vous prétendez donc que l’OMS recommande une approche qui est incapable de faire la différence entre l’inégalité alimentaire et l’inégalité face à la réponse sanitaire internationale ?
          Vous comparez la position de l’OMS, et la mienne, à celle de votre fille de 7 ans ?
          By the way : transmettez mon admiration à votre fille

          Il me semble que vous mélangez des choses qui n’ont rien à voir et que vous utilisez des arguments culpabilisants à tort. Je suis suffisamment responsable pour assumer mes choix, militer pour une plus grande égalité mondiale sans prendre de risques ni pour moi ni pour les autres (en m’auto-confinant quasiment en permanence et en adoptant les gestes barrière de façon très stricte).

          Je pense que la tendance à la culpabilisation est contre-productive.

        2. @ Jean Bill

          Et combien de mort en plus globalement grâce à notre politique? Si on ne fait rien le monde restera injuste. Personnellement je préfère tenter l’équité. Oui, c’est difficile le le faire pleinement dans nos sociétés de nantis. Chacun fait ce qu’il peut en accord avec sa personnalité. Ce qui me choque, c’est que cela dérange certains contributeur de ce blog qui croient faire mieux que les autres…

          1. Vous ne pouvez pas tirer argument de votre droit à l’autodétermination (donc à une forme d’égoïsme) que votre position serait plus équitable ou meilleure que celle des vaccinés.

            Par ailleurs, je ne vois pas le monde comme vous. Je ne pense pas à mon risque individuel, mais à notre nous collectif. Et j’ai confiance dans nos autorités démocratiques pour définir – avec l’appui des spécialistes – ce que je dois faire pour renforcer notre collectif.

            Dans une tempête, sur un bateau, j’agis instinctivement pour ma conservation ET le bien de mes coéquipiers. Et lorsque le capitaine choisit une manœuvre, qui est celle recommandée par tous les spécialistes en pareille circonstance, je l’exécute.

            Il ne me viendrait en tout cas pas l’idée d’aller me cacher dans la cale jusqu’à la fin de la tempête, en espérant que les autres manœuvrent pour moi. Ou discuter les instructions du capitaine, comme CEDH, pour savoir si la manoeuvre ne devrait pas plutôt être exécutée par le plus faible (sacrifiable?) d’entre nous.

            Soyez responsable, soyez solidaire. Vaccinez-vous. Rien, à part la peur, ne peut justifier objectivement de refuser sa vaccination, surtout pour les plus de 30 ans. Je réserve bien sûr une contre-indication médicale avérée (et non pas autodiagnostiquée).

          2. Je vous suis totalement
            Nous, occidentaux survaccinés, sommes responsables de toutes les morts inutiles et supplémentaires conséquentes à notre accaparement des vaccins, au refus de la levée des brevets et du partage des connaissances. Nous devrions être solidaires au niveau mondial, nous sommes tous dans le même bateau. Vacciner ceux qui sont à l’avant, sans vacciner ceux qui sont à l’arrière ne fera que favoriser l’émergence d’un variant résistant. Autant au niveau mondial que local. On a délaissé le Pérou, le variant Mu est un prémice de ce qui peut encore se passer, qu’on se vaccine ici beaucoup ou pas. Pour moi, cette urgence à nous vacciner ici n’est qu’une fuite en avant, dans le stress du danger, sans prendre le recul nécessaire.

            Comme vous, je me bats pour l’équité
            Et je laisse à ceux qui se sentent le droit de juger, leur culpabilisation contre-productive : elle accentue la polarisation et renforce la défiance. A mon sens, ce sont la tolérance, la bienveillance, l’écoute qui permettront de sortir – ensemble – plus fort de cette tempête. Je suis convaincue que chaque personne qui ne se fait pas vacciner a de bonnes raisons de le faire. On oublie trop souvent que le coût humain/personnel est extrêmement différent d’une personne à l’autre. Et des personnes paient de leur vie ce combat : on devrait les célébrer comme des héros. Reconnaissance et respect, humilité et bienveillance pourront les convaincre, pas la culpabilité.

            Je vote pour une approche globale par une institution internationale, l’OMS par exemple. Nous sommes dans une démocratie, personne – à priori – n’a d’autorité ou de connaissance divine sur la question. Chaque voix compte, chaque voix est à respecter

          3. Fin du brevet ne changerait rien en pratique. Mais je suis pour (avec une vision à long terme).

            Novartis a annoncé en janvier qu’il allait produire sous licence des vaccins. Malgré toute sa technologie et des investissements massifs, l’usine n’est toujours pas prête…

            Moderna a toutes les peines du monde à trouver du personnel pour augmenter les cadences au Valais.

            Rovo en Espagne a commis des erreurs à l’embouteillage.

            Alors croire que les pays pauvres pourraient produire dans des conditions de sécurité suffisante des vaccins ARN avec la libéralisation des brevets en 2021-2022 (voire 2023) est un doux rêve.

            Soyez solidaire. Protégez vos idéaux. Vaccinez-vous.

          4. @ Jean Bill

            J’avoue avoir désobéi au capitaine Berset et à son Haruspice Koch pour avoir, entre autres mesures, dès le 15 février 2020 porté et fait porter des masques FFP3. Et je ne suis pas prêt à faire triomphe à ceux qui coincent psychologiquement les gosses de 12 ans dans les cours de récré pour les piquer. Vous devriez d’ailleurs être d’accord sur ce point puisque, atteint par un éclair de lucidité, vous préconisez la vaccination des plus de 30 ans.

          5. La Suisse ne recommande pas la vaccination des enfants.

            Ce n’est pas parce que swissmedic a autorisé la vaccination des 12-17 ans, qu’elle est recommandée. Une analyse risques-bénéfices individuelle effectuée en présence des parents ou d’une autre personne de confiance doit précéder tout rendez-vous vaccinal d’un enfant. J’y peux rien si la presse va plus loin que nos autorités…

            Pour les 18-30, on va dire que je n’argumente plus sur le sujet. Cet été, ils sont suffisamment tombés malades/vaccinés pour que je ne perde plus de temps à leur sujet. Mais, oui, si vous avez plus de 18ans, vaccinez-vous !

          6. @ jean bill

            D’ou me connaissez vous si bien pour me prêter visions et comportements comme vous le faite. Ce ne sont que fausses supositions et montre bien le niveau de vos propos. Apprenez le respect des personnes et des idées avant de dire n’importe quoi. Il semble que vous soyez hermétique à cela et aimez bien rabaisser les gens.

            Et oui, je persiste et pense qu’une meilleures distribution des vaccins serait plux équitable.

            Et par ailleurs, Je n’ai pas d’argument à donner pour justifier mon droit à l’autodetermination. Ce droit, la loi me la donne.

            Bien à vous.

  5. 1. Tout d’abord vous affirmez que la vaccination divise par 80 le risque d’être atteint de la covid, ce qui entraînerait une efficacité relative de 98.5 %. Vous vous fondez sans doute sur l’étude Duperrex, Unisanté, Lausanne, étude diffusée par les medias de masse mais non dans une publication à comité de lecture. Pourtant les études en double aveugle du 3ème mois et en double semi-aveugles du 6 ème mois (qui ont fondé l’admission d’un des vaccins par la FDA) conduisent à une efficacité nettement plus basse. Les études iraëliennes avant la 3ème dose aussi. Permettez-moi donc de rappeler l’étude du Michigan :
    Pour l’un des vaccins on a une efficacité contre la transmission de 42 % et contre l’hospitalisation de 76 %. Pour l’autre vaccin 74 % et 82 %.

    Il est évident qu’il s’agit là d’une efficacité non négligeable mais qui montre que la simple vaccination ne permet pas de contenir la propagation. Le variant d’actualité est à même de se propager au sein d’une population entièrement vaccinée (par le premier des vaccins en tout les cas). Dès lors ne faut-il pas recommander à vos patients vulnérables de se protéger et d’éviter de fréquenter des lieux sans mesures de protection y compris ceux prétenduement protégés par l’exigence d’un certificat covid ?

    2. Vous affirmez l’innocuité. Le temps est tout de même nécessaire pour savoir ce qu’il en est. Dengvaxia, vaccin contre la dengue, a subi une étude de phase III ordinaire et achevée. Il a fallu 17 mois d’usage pour se rendre compte qu’il existait une contre indcations dont le non respect entraîne une augmentation du risque de contmination et de décès. Dès lors ceux qui affirment que l’on sait tout en 3 mois sont dans l’erreur et décrébilisent leur discours. En ce sens le Conseiller fédéral qui, dès décembre 2020, clamait l’innocuité est inaudible.

    3. Si vous étiez mon médecin et que je n’étais pas vacciné vous auriez l’obligation de m’informer complètement et alors je vous poserais la question suivante : La vaccination provoque-t’elle une augmentation de certains anticorps anti-organe ? C’est là une question posée aux importateurs de vaccin par Swissmedic et qui est demeurée sans réponse (vous retrouverez aisément le questionnement de swissmedic dans le compendium.ch sous la rubrique news).
    Si vous étiez mon médecin, je vous denanderai aussi de savoir comment évaluer mon risque au delà des facteurs de vulnérabilités extérieurs que vous m’auriez indiqués et chiffrés. M’indiqueriez-vous la possibilité de le dosage d’anti-corps anti-interféron ? Le séquencage HLA ? La vérification d’existence d’anticorps et de lymphocytes T (relatifs à la covid19)?

    4. Je rappelle que le comité vaccinal anglais à refusé de recommander la vaccination des 12 à 16 ans dès lors que si l’avantage est pour eux faibles et les risques ordinaires et connus encore plus faibles, il n’en demeure pas moins qu’il existe une faible probabilité de survenance de conséquences exraordinaires et dévastatrices.

    5. Est-ce qu’il vous appartient d’aider votre patient en respectant ses valeurs ou bien de vous faire agent de la collectivité et de l’intérêt général tel que perçu par vous et de recommander la vaccination ?
    Il me semble qu’il importe que vous informiez le patient des éléments que j’ai relevé et d’autres encore pour qu’il puisse alors de manière informé consentir à la vaccination.

    1. Bonjour,
      Merci pour votre commentaire. Je pense vous l’avoir déjà dit, vos commentaires gagneraient en crédibilité si vous ne publiez pas de façon anonyme. J’ai moi aussi une question pour vous: si la stratégie contre cette pandémie ne se base pas sur le vaccin, quelle(s) solutions proposez-vous ?

      1. Je suis en totale opposition à CEDH, qui veut vacciner les seuls vulnérables (selon ses propres critères, afin d’y échapper “naturellement”) mais je défends et utilise le pseudonymat.

        Je ne vois pas en quoi un pseudo affaiblit une argumentation.

        Par contre, CEDH est dans l’impossibilité de produire le document qu’il cite du compendium; il sait que l’étude de Chicago est isolée; et que le vaccin contre la dengue a été testé sur un petit nombre de personnes alors que les vaccins ARN sont sûr et injectés à plusieurs milliards de personnes. C’est cela qu’il faut lui opposer 😊

          1. Excusez moi de vous avoir pris vous comme exemple de médecin en son cabinet. J’aurais du prendre un médecin générique et un patient générique.

          2. Parenthèse hors du sujet principal :
            Ne désirez-vous pas plutôt que les commentateurs de votre blog s’identifient pour que chacun puisse “les connaître” ? Le prénom, nom de famille et adresse mail de chaque commentateur, fournis lors de son inscription, vous sont accessibles.

        1. Vous trouverez dans les news du compendium le plan de surveillance des vaccins produit pas swissmedic. Mais au fond je vous pose la question : la vaccination par l’un et l’autre des vaccins à ARNm provoque t’elle une augmentation du taux d’anticorps anti-organes ? Vous me dites non et me le démontrez, j’en serai ravi et l’on n’en parle plus.

          L’étude du Michigan sur 25’000 personnes est aussi corroborée par le cdc qui arrive à 66 % d’efficacité moyenne des vaccins utilisés aux USA ou celle d’Oxford qui arrive à 50 % d’efficacité relative pour le mix de vaccin UK. Efficacité contre la maladie s’entend. L’étude Duperrex, portée par la tsr, n’est pas reproductible en dehors du canton de Vaud. Et ce n’est pas avec le vaccin à ARNm le moins bon que vous arrêterez l’épidémie au sein des vaccinés.

          Quand à adopter la thèse selon laquelle ma position aurait pour effet de me favoriser elle est assez ridicule dès lors que vous ignorez tout de mon âge, de mes comorbidités et de mon statut vaccinal.

          1. “la vaccination par l’un et l’autre des vaccins à ARNm provoque t’elle une augmentation du taux d’anticorps anti-organes ?”

            Cette question n’est pas pertinente.
            L’immunosuppression n’est pas un facteur de risque pour les vaccins ARN. Il n’y a dès lors eu aucune personne immunosupprimée dans les tests pfizer/Moderna.

            Est-ce que tu confonds avec le vaccin Astrazenica? Si cela t’intéresse, une équipe brésilienne a fait par ailleurs des tests avec le vaccin chinois. Elle a publié ses résultats dans la revue nature fin août.

            Mais si tu veux des explications, donne-moi le passage complet car je ne comprends pas ta question, telle que posée. Mais merci de ne pas poser en boucle tes sempiternelles mêmes questions, dont tu connais déjà les réponses depuis 3 mois et leur non-pertinence. Tu sais que j’ai besoin du document source original au complet.

            Et si tu t’es vacciné, je t’offre 🍻

          2. Que vient faire Astrazeneca dans une affaire de vaccin à ARNm ? Que vient faire la population des immunosupprimés ? Je crois que vous ne comprenez pas même la question. Pourtant elle est claire : la vaccination par un vaccin à ARNm est-elle de nature à amener l’organisme humain injecté (non nécessairement immunodéficient) à produire des anticorps anti-organes ? En d’autres termes à diriger une réponse immunitaire contre certains tissus composant les organes ? Oui ou non ? Que la question soit dénuée de pertinence ne vous empêche pas d’y répondre ? Et aussi de vous plaindre à Swissmedic de sa curiosité déplacée :-).

          3. Je t’ai répondu. La réponse est catégoriquement non. Et la question non pertinente. C’est impossible avec un arn messager.

            La question pourrait théoriquement se poser pour Astrazenica, mais pas pour pfizer/Moderna.

            Je soupçonne un formulaire préétabli de Swissmedic pour tous les vaccins. Mais montre nous le document, et je préciserai le cas échéant.

          4. “Non”. Cela est clair. Merci. Mais il faudrait prouver votre réponse. Rien en théorie ne s’oppose à ce que cela ne survienne, cela d’autant plus que le processus post traductionnel, notamment au niveau extracellulaire et au niveau de la membrane cellulaire de chacun des types de cellule affecté, est mal décrit. La seule réponse est donc expérimentale. Où se trouve ces résultats expérimentaux ?

            Quant à Swissmedic qui engagerait une correspondance à ce sujet à raison de son manque de sérieux cela laisse augurer du pire.

      2. Bonjour

        Vous n’avez pas répondu à ses diverses questions qui sont intéressante ceci d’autant plus que posée à un professionnel

        Quel rapport avec un poste anonyme…?

        Pour quel raison répondez-vous par une autre question ?

        Des autres solutions il y en une multitude….certaine aussi extrême que le tout vaccin et ce qui est certain est qu’aucune n’existe en faisant plaisir à tout le monde

        Toutefois, en parallèle avec le vaccin pourquoi n’avoir pas une politique sanitaire et de soin cohérente ? Pourquoi abaisser le nombre de lit en permanence ? Pourquoi ne pas développer des capacités hospitalières plus conséquentes ? On nous a raconter pendant des dizaines d’années que l’armée et ses couts sont surtout utile pour soutenir en cas de problèmes…qu’en est t’il aujourd’hui ?
        Je ne dis pas que le vaccin n’est pas un élément….mais tout miser sur ce dernier alors qu’aujourd’hui l’on sait que ce n’est pas la solution miracle me semble un brin simpliste

    2. Il me semble que vous n’avez pas répondu à la question du Dr Jeannot : si la vaccination n’est pas la solution, quelle solution proposez-vous ?

      1. Il faut raison garder et regarder qui sont les victimes du virus et, en ce sens, l’autorité consultative vaccinale britanique, qui va sans doute être désavouée par le cabinet Johnson pour des motifs politiques, a fait oeuvre de sagesse en décidant qu’il n’y avait pas lieu de vacciner systématiquement les moins de 16 ans.

        Le covid est avant tout une maladie liée à l’âge. L’étude française épiphare montre que le risque de périr du covid est, entre 16 ans et 90 ans, multiplié par 2’500. On comptait au 31 juillet 2021, 17 décès de personnes âgées de moins de 40 ans et plus de 10’000 décès de personnes âgées de plus de 40 ans. 17 décès dus au covid alors que l’on devait compter environ 2’000 décès d’autres causes.

        Il n’est donc pas raisonnable de prendre le risque, certes inconnu, mais qui s’il survient pourrait être lourd de conséquences, de vacciner systématiquement la moitié la plus jeune de la population. D’ailleurs, le cadre législatif voulu par le parlement et le peuple ne le permet pas la vaccination obligatoire de cette population et les contraintes indirectes, en temps qu’elles contournent la loi, sont inadmissibles.

        Il faut donc déterminer qui devrait être vacciné au vu de l’âge, des morbidités et de résultats d’examens biologiques complémentaires qui, pour certains, sont de nature à mettre en évidence un grand facteur de risque, ainsi que de l’impact d’éventuels épisodes antérieurs de covid-19.

        Se pose dès lors la question de l’obligation vaccinale des personnes les plus vulnérables que notre législation rend possible. Cette obligation ne peut être une contrainte physique ni être forcée par des sanctions pénales. Par contre, des limitations d’accès ou des conditions d’accès (FFP2) peuvent, sous peine de sanction pénales, être imposées.

        Quoiqu’il en soit il faut aussi limiter la circulation par le respect des mesures barrières, qui actuellement à Genève ne sont pas respectées (que ce soit au sein de la grande banque ou au shop de la station-service) et il faut rétablir celles-ci à l’intérieur des espaces auxquels on accède avec un certificat covid.

        Il semble aussi nécessaire de limiter la fragilité de nos concitoyens face au covid et, à vrai dire, aussi contre toute atteinte aigüe à l’homéostasie qui pourrait les atteindre. Pour ce faire, il faut organiser un plan Marshall contre la sédentarité, dont il a été démontré que c’était la pire des comorbidités usuelles avec évidemment une lutte contre la surbouffe et la malbouffe. Avez-vous vu ce que l’on trouve comme saloperies près des caisses de shop et de supermarché ? Contre la sédentarité et les désafférences qui y sont liées de bons résultats propre à diminuer la fragilité en cas de forte demandes imposées à l’organisme, notamment par le covid, peuvent être obtenus rapidement (2 mois v. 6 semaines pour le vaccin).

        Voilà pour commencer.

        1. Oyez braves gens, CEDH vous donne le choix:

          1. vaccin; ou
          2. – restrictions de vos déplacements/sorties, examens médicaux obligatoires, classement dans des catégories de comorbidites, contrôle de votre nourriture, régime de vitamines, contrôle de vos habitudes de vie, exercices physiques obligatoires, etc

          A choisir entre sa peur irraisonnée du vaccin et une restriction massive de vos libertés, il a choisi son confort. 😌

          1. Pourquoi donc “mon confort” ? Encore une fois vous ne savez rien de mon âge ou de mon statut vaccinal.

            Quels exercices obligatoires ? L’incitation et le conseil sont en la matière ce qu’il y a de plus efficace. Quant à l’obligation vitaminique, qui est votre fantasme et rien d’autre, elle n’est pas pire que l’obligation vaccinale qui trotte dans votre tête.

            Les personnes à risque de remplir par trop les hôpitaux sont les personnes à risques et elles ont rarement 20 ans. Que vous le vouliez ou non ce virus est gérontophobe. Il faut s’y faire.

            Seriez-vous un vieillard ventripotent adepte du fauteuil-bière-cochonneriealimentaire-bagnoleCO2 convertit à la doublevaccination de tous pour que soit maintenue sa flemme et son confort surranés ? Je ne le crois pas alors je retire ma question.

          2. @CEDH
            Que sait-on de ton âge? Mais depuis que tu nous as généreusement appris que tu as 25 ans, la planète entière n’en est-elle pas au courant? Si le fait est avéré, alors ne crois-tu pas que tu es un peu jeune pour faire la leçon aux “vieux” – terme que tu dis part ailleurs affectionner? (Je te tutoies non seulement parce que j’ai de la compassion pour toi, mais parce que j’éprouve aussi du chagrin et de la pitié pour les perdants).

            Mais revenons à tes hautes considérations médicales. Non seulement ton âge est désormais connu, mais à force de t’exhiber dans l’espace gratuit des blogs – ce journal ne devrait-il pas te faire payer au tarif de la ligne publicitaire la surface que tu y occupes depuis des lustres pour t’offrir de l’auto-promotion à l’oeil? -, ton niveau de connaissances dans ce domaine particulier ne devient-il pas de plus en plus limpide, lui aussi? A force de te répéter, comme le relève un autre lecteur, ne montres-tu pas assez qu’il est égal à trois fois zéro?

            Tes sources? On a beau te les demander, soit tu t’abstiens de répondre et alors ton silence est assourdissant de vérité, tant il parle de lui-même – exemple: ta réponse, toujours en attente, à la question que t’a posée le Docteur Jeannot -, soit tu te rabats sur tes bouées de secours habituelles: pré-prints non validés et articles de presse accessibles à tous, auxquels tu t’agrippes comme un naufragé à son radeau pour étaler ta pseudo-science. Sauf que le radeau, dans ton cas, donne tous les signes de se déliter à chaque nouvelle vague.

            En effet, n’est-il pas de plus en plus évident que tu te bats dos au mur? Tu as beau nous brandir ton sempiternel rapport de mortalité 17/10000, dont tu sais très bien qu’il est biaisé, les faits ne cessent de te contredire: ce sont les plus âgés et vaccinés qui sont le mieux protégés, et les jeunes – vieux en sursis – non vaccinés, qui occupent aujourd’hui neuf fois sur dix les lits de soins intensifs. Ce n’est ni une critique, ni un jugement, mais un constat que tu t’évertues à nier. Est-ce par peur du vaccin? Je l’ignore. Ne cherches-tu pas à te convaincre par ton propre discours, ton harcèlement textuel, en t’enfermant dans ton déni, signe que tu sais ta cause perdue d’avance?

            En effet (tu dis aussi avoir quelques notions de droit – tu vois, on commence à te connaître mieux que tu ne te connais toi-même-; inutile donc de te rappeler que nier les faits est la défense la plus commune, on le sait au moins depuis Cicéron), que fais-tu d’autre sinon t’obstiner à nier l’évidence?

            Last but not least, sachant qu’un e-mail équivaut à quatre grammes de CO2, as-tu fait le calcul de ta contribution au réchauffement climatique par les commentaires que tu étales sans retenue, depuis trois ans, sur les blogs, sans pour autant nous apprendre quelques chose de nouveau?

            Ceci dit, take care, old chap.

          3. Les faits sont têtus : le facteur de risque numéro 1 face au covid est l’âge. Il vaut mieux être jeune et non vacciné que vieux et vacciné. Ce virus est gérontophobe.

            Quant à mon âge je vois qu’il suscite tous les fantasmes. Pour vous cela est 25 ans, pour d’autre entre 30 et 39 ans. Ne vous est-il pas venu à l’idée que l’on peut être âgé et vacciné et ne pas supporter que l’on coince psychologiquement un enfant de 12 ans dans la cours de récré pour le vacciner ? Les enfants n’ont pas à être piqué pour le confort des vieux.

          4. “Il vaut mieux être jeune et non vacciné que vieux et vacciné.”

            Il vaut mieux être jeune + vacciné que jeune et pas vacciné;

            Il vaut mieux être “vieux” + vacciné que vieux et pas vacciné…

            par ton exemple, tu veux montrer quoi? c’est notoire qu’il vaut mieux être jeune et bien portant que âgé avec de nombreuses comorbidités. C’est le cycle éternel de la vie..

            Parfois, vos argumentations sont vraiment puériles.

          5. @CEDH

            “CEDH
            23 août 2021 à 13 h 53 min

            J’ai 25 ans, j’ai évité les vacances pour ne pas prendre de risque,…”

            (Lu sur le blog de Jérémie André du 17 août dernier, “La vaccination à l’épreuve de la responsabilité individuelle”. Mais je dois fantasmer…).

            Quant aux faits, têtus ils sont, en effet. Mais l’âge n’est-il pas le facteur de risque numéro pour tous et depuis toujours? En glissant dans sa cuisine ou dans sa salle de bains, le risque est-il moins grand, quel que soit âge?

            Et que dire de l’alimentation, dont le Docteur Jeannot rappelle l’importance? Je me méfie bien plus de ce qui tombe dans mon assiette que des virus. Ceux-ci n’ont qu’à bien se tenir.

            Enfin, qui oblige les profs à pourchasser les mômes dans les préaux d’école pour les vacciner? Comme ancien prof, je me vois mal courir après mes élèves armé d’une seringue. Qui donc fantasme à ce sujet?

          6. Marrant votre manière d’isoler un message-gag de son contexte. Pour la contrainte, elle est indubitablement exercée sur les enfants de 12 ans qui, par pression de conformité sociale, sont acculés à se faire vacciner. Cela me répugne.

          7. Je ne vous connais pas du tout, mais j’avoue que je suis assez impressionnée par l’intensité émotionnelle de vos commentaires. Je serais, personnellement, très intéressée de comprendre ce qui est plus précisément en jeu ici pour vous. Enfin, j’imagine que vous répondriez tout ce que vous avez déjà écrit, votre colère quant à la position officielle, votre méfiance du système, et bien d’autres choses encore. Il me semble pourtant qu’une telle intensité émotionnelle vient de quelque chose de plus profond, d’une blessures intérieure à vif. Un sentiment d’injustice peut-être ?
            J’imagine bien recevoir une réponse très … agressive. Pourtant, je trouve que certains de vos arguments sont très valables. Je regrette les positions trop jugeantes, trop extrêmes. La réalité est pleine de complexité, de nuances, de gris. Vous avez raison en grande partie, tout comme les autres également, je crois. Pourquoi, finalement, dans ces discussions, chacun ne prend dans ce qu’écrit l’autre que les points sur lesquels “crier” ? Pourquoi ne pas chercher au fond les points de convergence ? Ne serait-ce pas plus constructif ?

          8. Je n’ai pas la force de retrouver la déclaration précise sur le site de l’OMS.
            Mais je pense que – bien qu’il ne s’agisse pas d’une source première – la source de cet article est crédible. Probablement que vous êtes capable de retrouver la source originale.

            https://www.france24.com/fr/europe/20210524-covid-19-l-oms-d%C3%A9nonce-une-scandaleuse-in%C3%A9galit%C3%A9-dans-la-distribution-des-vaccins
            Si l’OMS ne peut pas désavouer ouvertement les politiques des pays qui la composent, elle souligne régulièrement les “erreurs” commises, et ce qui serait bien plus optimal.
            L’OMS est bien sûr dans une situation complexe, puisqu’elle n’a pas vraiment d’indépendance. Elle tire la sonnette d’alarme régulièrement, mais ne peut pas désavouer non plus les politiques locales, qui ne sont pas non plus complètement erronnées. Je le répète encore et encore : rien n’est simple. Même l’OMS envoie des messages contradictoires, peu écoutés et peu respectés. Dans l’urgence, chacun agit comme il lui semble être le meilleur. Et c’est très louable, personnellement, je ferais très certainement bien pire.

            N’empêche que l’OMS – composée d’experts reconnus – répète très régulièrement que la lutte globale contre le virus serait plus efficace à un niveau planétaire …

        2. Personnellement, je trouve que certains de vos arguments sont très pertinents, d’autres nettement moins. Ce qui me désole tellement dans la situation actuelle est la polarisation, la tendance aux extrêmes et le rejet de la différence. Notre démocratie suisse est probablement le meilleur – ou au moins le moins mauvais – système de “vivre ensemble” (ou politique, mais le terme commence même à être rejeté) du monde. La vie est faite d’une multitude de différences et nous avons forcément tous un avis différent sur quasiment tout. D’habitude, notre système permet de vivre avec nos différences, en trouvant un compromis, sans condamner la différence. Différence qui est une richesse, qui nous permet d’avancer, si nous l’utilisons intelligemment, si nous respectons tous les points de vue. Pourquoi est-ce qu’aujourd’hui il n’y a plus autant de respect de ces différences, tant de violence et d’agressivité vis-à-vis de ceux qui pensent différemment ? Et des 2 côtés, autant des pro-vaccins que des anti-vaccins. Toutes les extrêmes sont excessives, jugeantes, rejetantes. Alors que toutes les positions sont justes, nous avons simplement chacune la nôtre et la démocratie devrait nous permettre de trouver le moyen de vivre avec toutes ces différences en bonne harmonie. Battons-nous pour nos idées, sans dévaloriser celles des autres, simplement avec nos convictions subjectives affichées comme telles, en discutant de nos visions personnelles des faits objectifs, en sachant qu’il n’y a jamais 1 seule Vérité

          1. La démocratie suisse fonctionne par tous les temps, mais elle a malheureusement habitué ses citoyens à rester dans leur zone de confort.

            L’écrasante majorité comprend qu’il faut faire un front commun contre une pandémie mondiale qui fait des millions de morts et se vacciner; et il y a les autres… qui attendent que les autres fassent les efforts à leur place (théorie du passager de 1e classe) et ne peuvent de surcroît s’empêcher de les critiquer.

            Je vous assure de mes bons sentiments, mais je ne peux m’empêcher de penser que le luxe de votre choix de ne pas vous vacciner est un affront à toutes les personnes vulnérables qui prient, pleurent, vendent des biens précieux pour une dose pour leur grand-père ou grand-mère. Nous avons fait le choix de ne pas vous montrer les émeutes pour les vaccins, mais ils existent. Et votre choix personnel est inaudible dans ce contexte. Mais la démocratie suisse vous permet effectivement d’être égoïste. C’est un choix qu’il vous appartient de porter. Je le respecte, mais ne le comprend aucunement.

            Il y a 1 vérité: le vaccin sauve aujourd’hui des vies. cqfd.

          2. Il manque bien des nuances à votre vision, je trouve
            En effet, le vaccin sauve énormément de vie, mais il en ôte également quelques unes. Si statistiquement, il n’y a en effet aucune hésitation à avoir, et que je ferais probablement les mêmes recommandations si j’étais ministre de la santé, il ne faut pas oublier, nier, minimiser les souffrances des sacrifiés pour le bien de la majorité. Je suis convaincue que beaucoup plus de personnes seraient prêtes à se faire vacciner si on écoutait mieux leurs peurs, qu’on reconnaissait à sa hauteur leur sacrifice. Si pour certains le “coût” (humain) du vaccin est assez dérisoire (une piqûre quoi), pour d’autres il est conséquent et il est important de le reconnaître. Notions de base de psychologie. Respect de l’autre dans sa différence.

            Vous prétendez respecter mon choix, mais continuez à essayer de me culpabiliser : mon attitude est égoïste, mes arguments invalides, j’ignore le malheur des autres en essayant de profiter du fait qu’ils se sacrifient pour éviter de le faire moi-même. Sachez que vous vous trompez tellement. Vous parlez d’émeutes. Ce sont justement elles, entre autres, qui me motivent. Vous pensez qu’en me vaccinant si je peux je respecte ceux qui ne le peuvent pas. Je pense qu’en refusant de me faire vacciner, je peux faire pression (faible uniquement parce qu’insuffisamment de personnes se battent comme moi) sur nos autorités pour que les vaccins soient mieux répartis dans le monde et que les émeutes cessent, car les vaccins trop nombreux ici, seraient mieux distribués. J’avoue ne pas comprendre du tout en quoi, le fait de me faire vacciner pourrait réduire les émeutes. C’est bien l’inverse à mon sens.

            Il me vient une idée : je m’engagerais très volontiers par écrit devant notaire – si cela peut vous rassurer – que je me ferai vacciner dès que la répartition mondiale des vaccins sera équitable et optimale, selon les critères de l’OMS (par exemple). L’approche globale pourrait justement permettre de réfléchir de façon globale à qui vacciner où, comment, dans quel ordre pour maximiser au mieux notre lutte globale contre ce virus mondial. Je le répète : à quoi bon vacciner toutes les personnes à l’avant du bateau, même celles qui sont le moins à risque de répandre le virus, sans vacciner suffisamment celles qui sont à l’arrière ?
            C’est clair que si j’étais professionnelle de santé ou d’enseignement, je me ferais vacciner. Si je souhaitais aller dans une boîte de nuit ou au restaurant, ou même si je devais accompagner mon fils à l’hôpital. Oui, alors je me vaccinerais, car il y aurait alors un sens social. Mais dans mon cadre de vie actuel, comme probablement grand nombre d’autres personnes, mes doses de vaccin sont juste nettement moins prioritaires que pour d’autres personnes qui ont bien plus de risques soit de développer une forme grave de la maladie, soit d’être un vecteur.
            Statistiquement, à nouveau, la vaccin peut être mieux administré que de l’administrer sans réfléchir, uniformément, à toutes les personnes d’un côté, sans faire suffisamment de l’autre

          3. Rapidement.

            1. Les personnes qui ont des effets secondaires (graves) à cause du vaccinauraient bien pire avec la covid. J’ai cité deux études qui vous l’expliquent un peu plus tôt.

            Si vous discutez avec elles, elles sont heureuses d’avoir échappé à la mort (covid) et ne regrettent pas ces quelques effets secondaires.

            2. Je n’ai pas trouvé une personne décédée du vaccin. De très rares effets secondaires, oui, mais de morts en lien de causalité??? Les autorités sanitaires indiquent expressément que les chiffres publiés le sont avant examen du lien de causalité.

            3. Vous parlez de l’OMS, mais vous ne donnez pas de chiffres, de lien. C’est vague pour comprendre vos attentes.

            Je globalise/schématise (retenez l’idée, pas les chiffres): 40% ont reçu au moins 1 dose, 15 % ont été infectés naturellement et 15% ont moins de 12 ans et sont exclus de la vaccination.

            Vous attendez quoi précisément pour vous faire vacciner? le 99,99999% vaccinés ou infectés naturellement ? Vous voulez être la dernière à recevoir votre injection ?

            4. vos deux doses sont achetées, réservées et ne bougeront pas du stockage.

            Vous me donnez vraiment le sentiment de ma fille qui regardait ses légumes dépérir, sans vouloir comprendre qu’il n’y a pas de lien entre ce qui est dans son assiette et la famine dans le monde. Si vous souhaitez faire pression sur la Suisse, il faut prendre votre famille et aller vous établir au Yemen, Bangladesh,… Et peut-être, je dis bien peut-être, la DDC trouvera un moyen d’acheminer des vaccins dans votre village d’adoption.

            Mais faire la grève du vaccin car il n’y en a pas assez, c’est franchement surréaliste. 🤦‍♂️Je ne vous comprends aucunement.

          4. 1- Me traiter de petite fille gâtée et incapable de comprendre le lien entre le légume dans mon assiette et la faim dans le monde n’est pas respectueux. Je ne suis pas votre fille de 7 ans.

            2- Vous reprochez à d’autres de choisir certains arguments pour ne répondre qu’à ceux qui les arrangent, vous faites de même

            ——
            1- Je n’ai jamais dit que la vaccination était statistiquement et globalement mauvaise. A vous lire, j’ai l’impression que vous me traitez d’anti-vax

            2- Récemment 2 jeunes hommes sont morts au Japon à cause du vaccin. Certes, il avait des défauts de fabrication … mais … c’est bien de cela dont on parle, il y a des sacrifiés – morts – et d’autres sacrifiés qui doivent renoncre à des choses importantes dans leur vision du monde – sans compter le nombre de personnes qui ont été “mal”-traitées par la médecine actuelle (errance médicale, incompréhension, mise à l’écart), qui ne sont pas dans la “norme” et pour qui un vaccin représente bien autre chose que pour vous (à ce que je comprends)

            3- J’ai déjà cité les chiffres plusieurs fois, et j’ai malheureusement des problèmes de concentration et de mémoire (problèmes de santé) qui m’empêchent d’être aussi précise que vous. Mais je n’invente rien, je pense que vous le savez. Si vraiment, il y avait un intérêt, j’imagine que je pourrais dépenser l’énergie que je n’ai pas pour les retrouver. Mais bon, il me semble que vous n’êtes tellement pas prêt à écouter n’importe quel argument qui ne va pas dans votre sens, que je me fatiguerais pour rien
            Comme expliqué, je me ferais vacciner exactement au moment où l’OMS dirais qu’il faudrait que les personnes de ma catégorie se fassent vacciner, simplement. Ecouter les recommandations des plus grands experts en la matière.

            4- c’est bien ce que je regrette. Et je crois que si je n’étais pas seule à défendre cette position, si nous étions des milliers, alors ces doses seraient redistribuées ailleurs. A nouveau, je crois que vous ne souhaitez pas entendre un avis divergent du vôtre quoi que je puisse dire. Si 1 million de suisses disaient : non, ces doses, donnez-les à Covax, les autorités n’auraient pas d’autre choix que de le faire. Si nous faisions ça en Suisse, probablement que d’autres personnes le feraient dans d’autres pays, qui également ré-achemineraient une partie des doses.

            Je dois dire que je trouve très désagréable d’être traitée comme si j’étais aussi extrêmiste que vous. Tout ou Rien. Blanc ou Noir. Pourquoi ne pas intégrer quelques nuances ? Je crois que c’est là le noeud, c’est pour cela que vous ne pouvez pas me comprendre. Je suis dans la nuance, la différence, la complexité. Le vaccin, oui, mais d’une façon plus intelligente, plus globale, plus efficace. Le sacrifice pour la société qui nous entoure, oui, mais de façon plus bienveillante et plus globale aussi

          5. Désolé de vous savoir malade.

            L’OMS recommande sans réserve la vaccination des plus de 18 ans en Suisse.

            Donc, si vous souhaitez suivre les recommandations des spécialistes internationaux, prenez rendez-vous chez votre médecin pour discuter de la vaccination.

            Vous ne trouverez rien à l’OMS qui vous dira d’attendre.

            Mise à jour au 2 septembre:

            https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/342278/WHO-2019-nCoV-vaccines-SAGE-recommendation-BNT162b2-2021.2-fre.pdf?sequence=1&isAllowed=y

            Résumé:

            https://www.who.int/fr/news-room/feature-stories/detail/who-can-take-the-pfizer-biontech-covid-19–vaccine

  6. 01 septembre: 5 millions de totalement vaccinés et 6 mille effets secondaires sérieux dans 34% graves. Hypothèse: 2500 avions de lignes décollent des aéroports suisses par mois. Imaginons que 3 glissent sur les aéroports à l’arrivée, l’un deux causent la mort et des blessures graves aux occupants et les deux autres avions des blessures sérieuses. 36 par an, est-ce tolérable? vous allez me dire sans vaccination il y aurait plus de risque de décès dans le pays et de Covid long, ok, peut-être, mais dans ce cas le hasard et l’aléatoire seront la règle et les antécédant des patients, comorbidité, hygiène de vie, etc. Or dans le cas de la vaccination obligatoire (actuellement camouflée), des personnes en parfaite état de santé réagissent mal aux vaccins car leurs systèmes immunitaires se battent bien contre cet intrus de graphène et de nanoparticules. Chaque fois que 2500 personnes se résignent à se faire vacciner l’un d’eux gâche sa vie, c’est énormissime ! Il y aussi le délai d’expiration évalué par un fabricant à 5 – 6 mois (la Task force avait dit 3 ans avant de se raviser). Donc les vaccinés de janvier et de février ne sont plus vaccinés correctement. Docteur, les politiques sont protégés par les mandats qu’ils exercent, mais vous, médecins, vous risquez des poursuites. Il suffit que vous ayez eu des doutes alors que vous prêchez la vaccination pour que vous perdiez ce qui est le plus cher à un être humain, après ses enfants et avant son argent, qui est l’honneur. Changer de position Docteur et ralliez-vous à l’évidence; contre ce vaccin.

    1. Tout, en médecine, est en balance entre les avantages et les inconvénients. Les vaccins anti-covid n’y échappent pas.
      Ceci dit, quand on attrape la Covid, on part à l’aventure. Nul ne sait comment son corps va réagir. Vous pouvez ne rien sentir, comme 80% des infectés, ou encore mourir les poumons rôtis par la cytokine après deux semaines de coma artificiel. Vos risque de faire un AVC augmentent aussi en flèche, particulièrement chez les moins de 50 ans. Enfin, vous pouvez garder des séquelles (a vie? on ne le sait pas encore) de la Covid-longue: perte de goût, d’odorat, douleurs, fatigue. En outre, il y a de possibles séquelles à long terme. N’oublions pas que le Coronavirus aime s’épivarder dans le système nerveux central.

      Enfin, les jeunes et les vieux sont égaux devant le risque de complication covid; par contre, une fois admis aux soins intensifs, les jeunes auront de meilleures chances d’en réchapper.

      1. “la cytokine”. Voilà un terme qui trahit l’ignorance de celui qui en fait usage. “les cytokines” aurait pu être un terme admissible bien que fort simplificateur, mais le singulier marque une ignorance crasse de celui qui en fait usage.

  7. 01 septembre: 5 millions de totalement vaccinés et 6 mille effets secondaires sérieux dont 34% graves. Hypothèse: 2500 avions de lignes décollent des aéroports suisses par mois. Imaginons que 3 glissent sur les aéroports à l’arrivée, l’un deux causent la mort et des blessures graves aux occupants et les deux autres avions des blessures sérieuses. 36 par an, est-ce tolérable? vous allez me dire sans vaccination il y aurait plus de risque de décès dans le pays et de Covid long, ok, peut-être, mais dans ce cas le hasard et l’aléatoire seront la règle et les antécédant des patients, comorbidité, hygiène de vie, etc. Or dans le cas de la vaccination obligatoire (actuellement camouflée), des personnes en parfaite état de santé réagissent mal aux vaccins car leurs systèmes immunitaires se battent bien contre cet intrus de graphène et de nanoparticules. Chaque fois que 2500 personnes se résignent à se faire vacciner l’un d’eux gâche sa vie, c’est énormissime ! Il y aussi le délai d’expiration évalué par un fabricant à 5 – 6 mois (la Task force avait dit 3 ans avant de se raviser). Donc les vaccinés de janvier et de février ne sont plus vaccinés correctement. Docteur, les politiques sont protégés par les mandats qu’ils exercent, mais vous, médecins, vous risquez des poursuites. Il suffit que vous ayez eu des doutes alors que vous prêchez la vaccination pour que vous perdiez ce qui est le plus cher à un être humain, après ses enfants et avant son argent, qui est l’honneur. Changer de position Docteur et ralliez-vous à l’évidence; contre ce vaccin.

    1. Bonjour,
      Vous devez analyser plus en détail les rapports bénéfices / risques. Ce qui est noté comme “grave” par Swissmedic peu-être un effet secondaire marqué mais très temporaire. Et reste toujours la même question, que proposez-vous si la solution du vaccin n’est pas retenue ?
      JG Jeannot
      PS: j’ai dû aller repêcher votre message dans les “indésirables”, il avait été classé comme tel par WordPress….

      1. La solution serait de demander aux personnes âgées et/ou à risque de limiter déplacements et fréquentations, comme pour tout autre risque de contamination. Pour les personnes actives; de mener une vie un peu plus saine et renforcer leur immunité par le sommeil, la nourriture, le sport, les vitamines, etc. Et la médecine de faire des essais avec les centaines de molécules existants. Deux de mes enfants ont été infectés à 10 mois d’intervalle, la seule chose que les HUG leur ont fait est de contrôler par téléphone qu’ils étaient en quarantaine. AUCUN conseil ni médical ni nutritionnel, zéro, d’où ma révolte. Les autorités donnent l’impression qu’ils veulent que les situations s’aggravent chez soi pour être hospitaliser afin de crier sur les toits que les hôpitaux sont complets. Les expériences anglaise et israélienne plaident pour l’arrêt immédiat des vaccins de personnes en bonne santé. Vous êtes docteur en médicine et vous savez mieux que tout le monde que ce ratio risque/bénéfice s’appliquait quand un malade à l’article de la mort accepte des médicaments à l’essai, mais d’ici à appliquer ce ratio à des jeunes en excellente santé, il y a des la marge et de l’approximation inacceptable. Quelque soit la puissance financière et médiatique que le CF met en œuvre, vers la fin de l’année – début 2022 la vérité va éclater au grand jour. Aller chercher des malades du milieu de l’Europe et les compter dans les statistiques suisses est le signe que la vaccination est une exigence politique et non-pas sanitaire. Soyez du bon côté de l’histoire Docteur.

        1. Je trouve que certains de vos arguments sont très justes. Dommage que vous y additionniez des procès d’intention, qui malheureusement rendent peu audibles vos bons arguments

        2. Bonjour,
          Isoler les personnes âgées et à risque n’est pas une bonne solution. D’une part pour leur santé mentale, d’autres part pour le contrôle de la pandémie. Vous écrivez “pour les personnes actives; de mener une vie un peu plus saine et renforcer leur immunité par le sommeil, la nourriture, le sport, les vitamines, etc”, on doit bien sûr encourager chacun à mener un mode de vie sain mais croyez-vous vraiment que cela suffise à éviter l’infection ? Si oui, alors pourquoi autant de personnes en bonne santé tombe malade ? Enfin lorsque vous écrivez “la vérité va éclater au grand jour”, vos propos devraient déjà vous alarmer.

          1. Pas isoler, limiter. L’Afghanistan et la Nouvelle Calédonie n’ont pas vacciné, pas ou presque pas de Covid. Tous les docteurs formés sur le net (haha) depuis 18 mois savent à présent que l’on ne vaccine pas pendant une pandémie, mais les vrais médecins semblent l’avoir oublier. Ce vaccin contre le Delta et comme celui qui ouvre son parapluie parce qu’il a plu hier ! M. Berset dans ce journal le Temps du 15 juillet 2021, je le cite mot à mot: “nous avons eu le culot de miser sur le ARNm” un langage de casinos et de politique. Fort à parier que Swssmedic n’a pas approuvé ces vaccins que sur ordre administratif de M. Berset.

          2. Et confiner des jeunes…dire qu’ils ne peuvent plus se regrouper, s’embrasser, qu’ils sont des bombes pour leur grand-parents etc..etc…. est pas un problème pour leur santé mental ?

            Vouloir fermer les salles de sport, les lieus ou les personnes peuvent décompresser n’est pas mauvais pour leur santé mental ?

            Tomber malade oui….cela fait partie de la vie il me semble

            Dois-on renier des principes de liberté personnel et d’autant plus sur sa personne physique…dois-on contrôler les vas et viens de tous et bien d’autres éléments ceci pour un virus qui au final est mortel de manière faible et touchant pour la grande majorité des personnes affaiblies.

            Dernier point vécu….la grande blague du cirque actuel
            Collègue de travail revient de vacance….paf se sent pas bien après deux jours de travail….retour maison.
            1er test négatif toutefois se sent toujours mal alors refait un second test qui est positif
            Pas d’appel ou suivi (médecin cantonal inexistant) et nous ses collègues ? ben hop test antigénique (seul critère 3 jours après dernier contact) et retour au travail
            Traçage des cas contacts ? Suivi de ces derniers ? Nada, rien, niente

            Alors désolé mais rien de cohérent dans cette politique sauf le vacciné vous – vacciné vous

      2. Il y a donc un fichage des commentateurs et commentatrices, offert par WordPress au Temps et à tous les auteurs de blogs. Merci de l’information, je la relayerai dans les blogs où le sujet s’y prêtera.

    2. Merci de ne pas menacer les médecins.
      Ils font honnêtement leur métier.

      Pour prendre votre exemple:

      Il y a 1 million d’avions qui atterissent.
      Avec la covid: x % s’écrasent.
      Avec le vaccin: x% x 0.1 % = 0.x% s’écrasent + 1/2500 ont des petites éraflures à leur peinture extérieure (et généralement ceux qui auraient dû s’écraser).

      Tu préfères monter dans l’avion qui a x % de chance de s’écraser ? ou celui où il y a 0.x % et avec une petite éraflure de rien du tout sur l’aile?
      Oui, je sais, tu préfères ne pas monter dans l’avion, mais c’est ton exemple…

      Tu essaies de faire croire que le vaccin est à risque, alors que tu sais que les personnes qui signalent des effets secondaires graves sont celles que le vaccin protège efficacement, et qu’elles souffriraient bien pire avec la covid (sans vaccin).

      https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7035e5.htm?s_cid=mm7035e5_x

      Israel : le risque de myocardite associé à une infection par le coronavirus est multiplié par 18 — soit bien davantage qu’après une vaccination.

      https://www.nejm.org/doi/10.1056/NEJMoa2110475

      Donc, tu dis:
      D’une part,
      – la covid ne touche que les personnes avec comorbidités, donc je risque rien;
      De l’autre,
      – je ne veux pas me faire vacciner, car le vaccin présente un risque pour les personnes qui présentent des comorbidités.

      Ton argumentation n’est pas cohérente. Tu ne peux pas piocher ce qui t’arrange au gré de ton argumentation.

  8. Je ne me ferai pas vacciner pour les raisons suivantes:
    Argument 1: les vaccins sont sûrs: tous les jours nous apprenons davantage sur les vaccins; en début d’année, les vaccins seraient la solution magique qui mettrait un terme à l’épidémie. Aujourd’hui, force est de constater que cela ne sera pas le cas. Nous constatons que le vaccin n’empêche pas la transmission (étude américaine), son efficacité pour prévenir les formes graves diminuent avec le temps, à tel point que pour avoir un schéma complet de vaccination en Israël, il faut avoir 3 doses et on parle même de 4ème dose. On commence à se demander si ce vaccin ne va pas avoir des effets secondaires à long terme. Alors, excusez moi, mais dire que ces vaccins sons sûrs n’est, à mon sens, pas tout à fait vrai. A l’heure actuelle et malgré le nombre de vaccination, nous ne le savons pas. Par ailleurs, nous commençons seulement maintenant à voir des effets secondaires (qui sont malheureusement toujours minimisés) et nous ne savons pas ce que ces vaccins peuvent faire sur le long terme (ex.: en Israël, il y a une surmontalité des jeunes de 20 à 30 ans; pour l’instant, aucun lien n’a été fait, mais peut-être …)
    Argument 2: maladie ou vaccin: dire que l’immunité est meilleure avec le vaccin qu’avec la maladie n’est pas non avéré. De plus en plus de scientifiques sont d’un avis contraire, dès lors que l’immunité naturelle utilise tout un tas de protéine, alors que le vaccin ne cible que la protéine spike. Cela est d’autant plus vrai que la vaccin actuel a été fait à partir de la 1ère souche de virus et non pas à partir du variant delta et des suivants.
    Argument 3: les autres: dans la mesure où le vaccin n’empêche pas la transmission du virus, cet argument tombe
    Argument 4: les hôpitaux sont surchargés: actuellement les données statistiques ne montrent pas une surcharge hospitalière même s’ils sont effectivement déjà bien remplis. Il faudrait cependant se pencher sur les personnes qui sont à l’hôpital. Selon les données de l’OFSP, plus de 95% des gens hospitalisés covid souffrent de plusieurs comorbidités. Ne devrait-on pas dès lors privilégier la vaccination de ces gens là au lieu de vacciner à tout va
    Argument 5: les conséquences économiques et sociales de la pandémie: je ne me vaccine pas pour aller au restaurant, mais pour protéger ma santé; par ailleurs, ce n’est pas le covid qui met à mal l’économie mais les mesures qui sont prises.
    Je terminerai en parlant des jeunes et des enfants qu’on force à se vacciner alors qu’ils ne sont que très peu touchés par cette maladie. Certes, il y a quelques covid long, mais pour l’instant, on ne sait pas très bien ce qui l’en est réellement. De plus en plus de scientifiques tirent la sonnette d’alarme et ne sont pas pour une vaccination des enfants et des plus jeunes, le bénéfice-risque pour cette tranche de population n’étant pas en faveur de la vaccination.

    1. Bonjour,
      Argument 1, je persiste, la balance bénéfice / effets secondaires est clairement positive.
      Argument 2, vous trouverez toujours l’une ou l’autre personne qui dit le contraire mais je pense que l’on peut actuellement dire que l’immunité est meilleure avec le vaccin.
      Argument 3, ce que vous dites est faux, la transmission du virus est infiniment plus faible chez les vaccinés.
      Argument 4, 30 % de patients aux SI en raison du Covid, c’est beaucoup (de malades, parfois de morts, ne tout cas de coûts et de travail pour le personnel hospitalier).
      Argument 5, je pense que vous n’êtes ni restauratrice, ni hôtelière. Pour ce qui est des enfants, vous trouverez des informations utiles ici: https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2021/09/06/covid-19-nouvelles-donnees-sur-les-hospitalisations-denfants-et-dadolescents-aux-etats-unis/
      Le choix de vous faire vacciner ou non vous appartient mais vous devez être consciente que vote choix a des implications pour les autres.
      Bien à vous.

      1. – “Argument 1, je persiste, la balance bénéfice / effets secondaires est clairement positive.”

        Pourtant vous ne répondez pas à la question de l’influence de la vaccination sur le niveau des anticorps anti-organes, question que Swissmedic a posée sans obtenir de réponses comme vous pouvez aisément le constater de par votre accès aisé à la fonction de recherche dans les news du compendium (Ce qui n’est pas le cas de Jean Bill). En réalité vous ne pouvez pas répondre faute d’étude et ne pouvez pas même avouer qu’il est pertinent de poser la question puisqu’alors votre médecin cantonal vous retomberait dessus. Votre parole est décrédibilisée pour être censurée. Vous êtes condamné à servir la soupe qu’elle soit à votre goût ou non. C’est dommage car vous valez mieux que ça.

        – “Argument 3, ce que vous dites est faux, la transmission du virus est infiniment plus faible chez les vaccinés.”
        Plus faible, pas infiniment plus faible. Les vaccins protègent à environ 50 % contre la transmission symptômatique.
        – 66 % selon l’étude du cdc;
        – 50 % delon l’étude britannique;
        – 42%/75% selon l’étude du Michigan;
        – 39 % selon l’étude isräelienne (2 doses);
        Il est vrai que vous faites allusion à l’étude Duperrex/Unisanté/Vaud diffusée et validée par le comité de lecture de la tsr. Cette étude ne tient pas la route méthodologiquement et même les résultats sont contradictoires puisqu’il y est allégue une efficacité relative de 95 % et une division du risque par 80, qui pourtant correspond à une efficacité relative de 98.5 %. Il est piquant que ce résultat est de loin bien meilleur que celui produit par Pfizer pour une vaccination entre le 4ème et 6ème mois avant le delta, étude validée par le cdc.

        1. “vous pouvez aisément le constater de par votre accès aisé à la fonction de recherche dans les news du compendium (Ce qui n’est pas le cas de Jean Bill). ”

          C’est un aveu que tu n’y a pas accès ? Et que tu cites un truc vaguement de mémoire ? ouï-dire ?

          Pas très sérieux de ta part.

          Tu as lu l’étude brésilienne en lien avec le vaccin chinois ? là, c’était logique de se poser la question, vu le type de vaccin.

          1. Je vous rassure j’ai le document comme tous les documents que je cite et j’ai déjà donné le lien direct de ce document comme pour tout les documents que je cite. Si vous étiez plus attentif vous l’auriez noté. Sur le fond, je vois que vous ne pouvez répondre à mon questionnement. Ne perdez donc pas votre temps et revenez avec une réponse à la question, sources sérieuses à l’appui.

      2. argument 1: la balance bénéfice/effet secondaire est clairement positive; cela dépend de la balance bénéfice risque de tomber gravement malade du covid; dès lors, pour ma part, la balance bénéfice /effet secondaire est clairement pas en faveur de la vaccination.
        argument 2: je ne sais pas sur quoi vous vous référez pour dire que l’immunité est meilleure avec le vaccin; il n’y a de loin pas consensus là-dessus et les études commencent à sortir qui ne vont pas dans votre sens.
        argument 3: cela dépend quelles études vous prenez, mais selon le Dr Fauci la charge virale chez les vaccinés ou non vaccinés est quasiment identiques.
        argument 4: je suis d’accord avec vous 30 % de patients aux SI en raison du Covid c’est beaucoup de malade, mais 70% de patients pour d’autres raisons c’est encore plus; est-ce qu’on se penche sur ces patients, de quoi souffrent-ils, aurait-on pu éviter une hospitalisation en modifiant leur mode de vie…
        argument 5: je ne suis effectivement ni restauratrice, ni hotelière, mais ne vois pas très bien en quoi cette phrase apporte quelque chose au débat. Les restaurants et hôtels aimeraient pouvoir travailler sans se soucier de qui est vacciné, qui ne l’est pas et sans mesure. Par ailleurs, à ce jour, je ne crois pas qu’il y ait une étude qui prouve que les contaminations se font dans ces lieux.
        Par ailleurs, en ce qui concerne les enfants américains (et certainement également les européens), les mesures prises pendant la pandémie ont amené une augmentation significative d ‘obésité; or, l’obésité est un facteur aggravant de la maladie. Ne devrait on pas dès lors les encourager à bouger au lieu de les vacciner à tout va et de les empêcher de faire du sport en raison des mesures de confinement et de pass sanitaire ??
        Ici en Suisse, les données de l’OFSP ne montrent pas d’augmentation significative des hospitalisations pour les enfants.

  9. Pourquoi autant de non vaccinés ? Il s’agit sans doute d’un problème de confiance. Les restrictions et mesures sanitaires que nous subissons depuis bientôt 2 ans en Europe et dans le monde sont pour la plupart des décisions politiques, souvent incohérentes, ou chacun copie l’autre.
    Les exemples de ces incohérences sont nombreux. En ce qui concerne plus précisément la vaccination, nous sommes toujours dans le même cas. Comment expliquer qu’en Suisse, les seuls vaccins disponibles soient de nouvelles technologies basées sur l’ARNm, et produits par des firmes pharmaceutiques condamnées à plusieurs reprise pour des effets secondaires graves occasionnés par certains de leurs produits et volontairement dissimulés

    Pourquoi d’autres vaccins issus d’une technologie plus classique (virus atténué) ne sont-ils pas proposés ? Cela donne fortement l’impression que pour les décideurs politiques le plus important est de favoriser les profits de certaine entreprise, en imposant à la population uniquement leurs produits. Dans ces conditions il est difficile de croire dans l’honnêteté des autorités, et qu’il n’y ait pas une entente avec certains acteurs de l’industrie pharmaceutique.

    Dans le discours dominant, il est répété que les vaccins sont sans danger, et qu’il est rapidement éliminé par l’organisme. Qu’en est-il des injections répétées (rappels, booster) au fil du temps, lorsqu’un ou plusieurs nouveau variants apparaîtrons ? La 3ème dose est déjà envisagée pour les personnes les plus fragiles. Sera-elle étendue à l’ensemble de la population ? Y aura-t-il une 4ème dose en 2022, un abonnement obligatoire au vaccin après 2023 lorsque son autorisation de mise sur le marché sera définitive ?

    La méfiance d’une partie de la population en bonne santé et ayant peu de risques de développer une forme grave de la maladie, est légitime des lors que le bénéfice individuel et surtout collectif peine à émerger. Si on ajoute à cela, le choix ultra limité entre 2 vaccins à ARNm. Un vaccin reposant sur une technologie classique, (virus atténué) serait sans doutes mieux accepté.

    Pour conclure, plus le marketing autour d’un produit est omniprésent et tapageur, moins il est bénéfique pour son consommateur.

    1. Bonjour,

      Je comprends que vous puissiez être inquiet face à ces vaccins à ARN messager mais si vous êtes logique, vous devez alors, comme écrit dans l’article, vous méfiez de tous les médicaments (même développé de façon “classique”). Et d’une bonne partie de ce nous achetons dans les supermarchés pour nous nourrir.

      Je ne peux par contre pas vous laisser écrire “la méfiance d’une partie de la population en bonne santé et ayant peu de risques de développer une forme grave de la maladie, est légitime des lors que le bénéfice individuel et surtout collectif peine à émerger”. Le bénéfice collectif peine à émerger ? Vous avez lu les journaux ?

      1. Pourriez-vous nous donner une liste de médicaments commercialisés alors que les études de phase III ne sont pas achevées ? Cela pourrait nous inciter à les éviter.

          1. Ainsi Jean Bill est pétri d’humour. J’aime bien. Sauf qu’il est question de 5 types de non vaccinés et que Jean Bill ignore tout de mon statut vaccinal. Il faudrait aussi faire le portrait type des vaccinés. Je propose :
            – Le vacciné de centre commercial, sans rendez-vous ;
            – Le vacciné par contrainte (qui traite le piqueur de “collabo”);
            – Le vacciné au 34ème rendez-vous après l’annulation de 33 rendez-vous;
            – Le vacciné qui croit Berset (si, si, cela existe);
            – Le vacciné adepte des nouvelles technologies (qui essaie tout ce qui est nouveau) ;
            – etc …
            Mais Jean Bill quelle serait votre catégorie de vacciné ?

      2. Se méfier de ce que l’on trouve dans nos aliments est une excellente chose. Les produits industriels sont à éviter et il vaut mieux éviter certains produits bruts. J’imaginais que cela faisait partie de votre travail de médecin de famille que de préserver la santé de vos patients en les informant de ce qui prècède et des méfaits de la sédentarité, par exemple.

        1. Vous n’avez pas à imaginer ce qui fait parti de mon travail. Je fais mon travail le mieux possible, aussi pour ce qui est des mesures préventives. Je voulais simplement dire dans mon commentaire que l’on se méfie de ces vaccins mais qu’à mon avis les toxiques sont ailleurs. Mais bien s’alimenter et pratiquer une activité sportive ne doit pas empêcher de se vacciner.

      3. Docteur,

        Pour vous répondre,

        Je regarde régulièrement les chiffres et lis également les journaux. Les chiffres indiquent que pour les pays ayant la meilleure couverture vaccinale, le vaccin seul ne bloque pas la propagation du virus, et le nombre de personnes contaminées suit les mêmes tendance que celles de pays ayant une couverture vaccinale plus faible. En lisant les journaux, on apprends que dans ces pays, des nouvelles restrictions sanitaires sont mises en oeuvre, et que l’immunité collective grâce à la vaccination est un mythe. D’où mon scepticisme sur le bénéfice collectif.

        Le seul moyen efficace pour éviter la transmission du virus est de lui appliquer une barrière physique, masque, distanciation sociale, pas de rassemblements, lavage compulsif des mains, etc. Pour que le vaccin ait un véritable bénéfice collectif, il devrait avoir une efficacité suffisante pour dispenser la population des gestes barrière, ainsi que toutes les restrictions que le pouvoir politique lui impose.

  10. @Dr. Jeannot: Je trouve un peu pathétique la tentative de certains de justifier leur rejet du vaccin (quelle qu’en soit la raison profonde) par de soi-disants motifs altruistes. Mais peut-être que je me trompe (j’en serais heureux en l’occurrence) et que ces personnes sont sincères. Pour le vérifier, ne serait-il pas possible dans le cadre de votre profession d’organiser une action qui par exemple consisterait à prendre l’engagement de faire parvenir à des pays actuellement moins favorisés sur ce plan un certain nombre de doses de vaccin par dose administrée chez nous à une personne qui prétend ne pas vouloir le faire jusqu’ici pour ne pas accaparer égoïstement un vaccin? Ainsi, tout le monde serait gagnant, la personne en question pourrait se faire vacciner la conscience absolument tranquille et contribuer à lutter déjà ici contre cette pandémie, et en plus une ou plusieurs personnes d’un pays sous-équipé en vaccins actuellement pourraient alors être enfin vaccinées; cerise sur le gâteau, la lutte globale contre ce covirus en serait alors améliorée, avant qu’il ne circule trop largement et trop longtemps et finisse par muter de manière catastrophique et devenir totalement incontrôlable. Win-win!

    1. Bonjour,
      Oui mais on pourrait faire cette démarche pour tout: vaccins, médicaments, soins médicaux, éducation, etc. Je pense que l’on peut se faire vacciner et s’engager pour que la Suisse participe activement aux programmes de distribution des vaccins dans les pays moins favorisés (politique, ONG, est), mais ce sont deux choses différentes. Complémentaires peut-être mais différentes. C’est en tout cas mon avis.
      Merci pour votre commentaire.

      1. “Je pense que l’on peut se faire vacciner et s’engager pour que la Suisse participe activement aux programmes de distribution des vaccins dans les pays moins favorisés”, évidemment, et il faut le faire. Mais je pensais à une action pour tester l’honnêteté intellectuelle de ceux qui prétendent ne pas vouloir se faire vacciner afin de ne pas accaparer des doses qui manqueraient à d’autres pays. J’avoue ne pas trop y croire, mais qui sait? Donnons-leur la possibilité de prouver leur bonne foi en leur permettant d’être doublement “vertueux” et efficaces contre cette pandémie, ici et ailleurs.

    2. “Depuis le début de la pandémie, la Suisse s’engage pour une solution globale et équitable en matière de répartition des vaccins contre le COVID-19. L’année dernière, elle a versé 20 millions de francs au programme COVAX en faveur de 92 pays à faible revenu. De plus, le Conseil fédéral a décidé en avril 2021 d’apporter un soutien supplémentaire de 300 millions de francs au Access to Covid-19 Tools Accelerator (ACT-A). Parmi cette somme, 125 millions de francs iront au programme COVAX. L’ACT-A vise à promouvoir l’accès aux vaccins contre le COVID-19, aux médicaments et aux tests ainsi qu’à renforcer les systèmes de santé dans la lutte contre la pandémie.”

      Lors de sa séance du 30 juin 2021, le Conseil fédéral a décidé de céder au programme COVAX la majeure partie des quelque 5,4 millions de doses de vaccin commandées auprès d’AstraZeneca.

      Je vous assure que la Suisse en fait beaucoup. Et qu’il n’existe aucune raison de faire grève de vaccin tant qu’elle n’en fait pas plus. Le problème est avant tout logistique (lignes de production), pas financier ou humanitaire.

      1. En effet, la Suisse participe au programme Covax. Personnellement, je considère que c’est mieux que rien, mais que c’est trop dérisoire. L’OMS a d’ailleurs critiqué la position de la Suisse à ce sujet-là

        1. D’un côté, vous avez une dame qui se lamente d’être servie avant les autres (alors qu’elle pourrait faire un don de pour compenser son empreinte vaccinale au programme de l’OMS 🤷‍♂️).

          De l’autre, j’ai vous qui souhaitez jeter à la poubelle 5.3 millions de doses…

          Du moment que l’OMS a autorisé ce vaccin et fait appel au don d’Astra, qui suis-je pour juger ?

          1. Je suis trop bonne hôte, je ne souhaite pas juste “compenser” le fait d’être – moi – favorisée … sinon je ne serais pas là en train de parler avec vous 😉

            Je milite pour faire entendre cette voix aussi : pour une redistribution plus équitable du vaccin. Je ne suis – heureusement – pas seule à en parler, même si nous ne sommes pas audibles – en tout cas pour le moment. Mais j’espère que cette voix de la raison, d’une vision globale, d’une approche efficace arrivera à émerger. Je crois d’ailleurs qu’elle finira de toute façon par émerger car, depuis plus d’1 siècle, nous prenons conscience que d’agir ensemble, à l’échelle de la planète, est toujours plus efficace que d’agir chacun pour soi. La poste, les mesures, etc, petit à petit de nombreux aspect sont abordés de façon gloable pour plus d’efficacité. Pendant la première vague de Covid, la fermeture des frontières n’a d’ailleurs pas semblé être une solution efficace. Il manque encore aujourd’hui le courage de s’engager tous ensemble. Parce qu’en effet, il y a aussi des risques. On doit renoncer à une partie de notre souveraineté, faire confiance aux autres, être prêt à avoir moins de voix. Accepter d’être plus petit au niveau global. Tant que la Suisse est indépendante, elle peut paraître forte et centrale, et chacun de nous bien plus important qu’un pair d’un pays du Sud. Le jour où l’approche sera globale … nous ne serons plus qu’un grain de sable parmi quelques milliards … Il faut beaucoup de courage pour accepter de renoncer à notre puissance, à notre prédominance. Alors, je comprends que cela puisse faire peur, et qu’on s’accroche à des arguments qui n’en sont pas vraiment. Pour cela notre cerveau est bien puissant : nous sommes tous, sans exception, sujets aux biais de raisonnements. Seul l’esprit critique et une réelle remise en question permet de ne pas trop être manipulés par notre cerveau. Et, personnellement, je crois que toutes les traces de culpabilisation, de rabaissement, de moquerie, de sélection manipulative d’arguments sont des indices d’un biais actif

      2. @ Jean Bill

        La suisse en fait beaucoup ! Vous ne manquez pas d’air. Donner des vaccins que de toute manière on ne veut pas me semble un minimum à ne même pas mettre dans la balance.

        Donner des millions alors que simultanément les pays riches accaparent tous les vaccins disponibles…

        Oui, c’est mieux que rien, mais pour le moment c’est a peu près rien dans les faits. J’appelle cela dépenser pas vraiment beaucoup d’argent pour se donner bonne conscience. Mais c’est vrai, j’oubliais. Le monde est ainsi fait. Nous d’abord, les autres ensuite. Les puissants et les nantis ont une responsabilité envers l’humanité qu’ils ne veulent pas assumer.

        Heureusement qu’il y aura bientôt une production de vaccins suffisante pour tous. Je garde un optimisme qui j’espère sera de mise. A confirmer.

    3. C’est ma position, en effet. Je ne prétends ni être généreuse, ni altruiste, mais je me sens extrêmement coupable d’être née dans un pays favorisé quand tant de gens meurent à cause de la mauvaise distribution du vaccin (et des brevets). Je ne suis supérieure à personne et ne mérite pas plus de vivre que n’importe quel péruvien, algérien, indonésien ou autre. Donner mes doses serait une solution. Personnellement, je pense qu’il serait encore bien plus efficace de laisser la gestion globale à une organisation internationale composée d’experts qui pourraient évaluer de façon scientifique quelle serait la meilleure approche globale. Je signe tous les papiers nécessaires pour donner mes doses, comme d’autres papiers pour m’engager à me faire vacciner l’heure venue (puisque nombreux sont ceux qui m’accusent (pourquoi ??) d’utiliser mes convictions (ou mon coeur) comme un prétexte pour ne pas me faire vacciner). Mon coeur saigne de savoir toutes ces personnes en train de mourir dans l’autre partie du monde, alors que nous gaspillons ici des millions pour faire des campagnes de vaccination, que nous voulons absolument protéger la propriété intellectuelle dans un cas de crise sanitaire mondiale, alors qu’une levée temporaire pour le bien de l’humanité me semble … le minimum logique d’humanité

        1. Merci encore d’insister 🙂
          J’apprécie votre ouverture d’esprit, votre bienveillance et votre respect des visions divergentes 🙂

      1. @Ariane Wismer: Malheureusement, les gens, et parmi eux souvent des enfants, meurent de par le monde de bien d’autres choses encore que du manque de vaccins Covid. Allez-vous renoncer en raison de votre “culpabilité d’être née dans un pays favorisé” à tous ce dont ces pays manquent cruellement alors que nous nous l’avons en abondance, … à commencer par exemple par un ordinateur et une connexion Internet (car la possibilité de s’informer et de s’instruire est aussi un besoin vital pour un être humain)?! Cela dit, entièrement d’accord pour favoriser toute mesure qui peut aider à combattre ce fléau de Covid partout dans le monde et vous avez à disposition par notre système politique des moyens de le faire en Suisse beaucoup plus efficaces qu’une “grève de la vaccination” futile, sans effet, et même contre-productive (ce n’est pas en laissant plus circuler le virus ici que cela améliora les choses ailleurs!). Et il faut faire attention aussi aux fausses bonnes idées. Est-ce que la levée des brevets est la meilleure chose à faire? Peut-être, mais honnêtement je n’en sais rien, c’est plus complexe qu’il n’y paraît. Aura-t-on encore aussi rapidement un vaccin pour lutter contre une prochaine pandémie si les laboratoires/firmes concerné(e)s savent à l’avance qu’ils/elles n’en tireront absolument aucun profit? Comme on-dit:” toute peine mérite salaire”, tant que ce “salaire” reste dans des limites raisonnables et proportionnelles bien sûr. Ce n’est pas en asséchant la recherche que l’on va trouver des solutions, ni ici, ni ailleurs.

        1. J’ai malheureusement des problèmes de santé, sinon je serais aujourd’hui sur le terrain, dans un pays du Sud. Depuis enfant, ça a toujours été mon rêve, que je réaliserai dès que je le pourrai. Et depuis ici, je fais tout ce que je peux pour faire au mieux. Dont parler ici de ce sujet qui me semble – contrairement à ce que vous dites – la meilleure idée. Peut-être que je me trompe, mais pour le moment, les arguments qui m’ont fait hésiter pèsent finalement moins dans la balance que les autres.

          A nouveau : c’est clair que si je suis la seule, j’aurai milité sans effet. Mais si de nombreuses personnes s’expriment de la sorte, les politiques seront obligées de s’adapter et ça pourrait vraiment changer la donne. Tout militant pour les causes “minoritaires” ont au final peu d’impact. Je milite pour la décroissance économique, sans grand effet non plus. Pourtant, ce sont mes convictions. Je ne détiens pas la vérité, mais je me respecte en m’engageant dans ce que je crois. Je crois que toutes les personnes qui sont convaincues que le vaccin est efficace ont raison d’essayer de convaincre ceux qui doutent. Et je crois que tous ceux qui doutent ont raison de défendre leur vision. Pour autant qu’on reste respectueux des autres visions, car chaque vision, au final a ses forces, ses vérités, et c’est seulement en mettant tous les ingrédients dans la casserole, en alanysant bien chaque argument + en tenant compte de la subjectivité des visions qu’on pourra trouver la meilleure solution socialement acceptable. Pour moi, rien n’est juste ou faux. Nous vivons ensemble, et nous devons trouver ce qui convient le mieux à tous. C’est certain que les choix de la majorité doivent s’appliquer, mais toujours en minimisant l’impact sur les minorités. Sinon ça cristallise les tensions et la société dysfonctionne.

          Quand au brevet, il est certain que les bénéfices stimulent. J’espère cependant que participer à sauver le monde d’une pandémie puisse aussi être motivant. Je ne vois pas en quoi une levée TEMPORAIRE des brevets pourrait remettre tout le système en question.

      2. Vous parlez des pays pauvres qui n’ont pas accès au vaccins. Ce n’est pas notre faute si leurs présidents s’en mettent plein les poches et ne pensent pas au bien commun de leurs concitoyens!

  11. Bonjour Docteur Jeannot,
    Merci pour votre excellent article.
    Je pense que pour convaincre une certaine partie des vaccino-hésitants, il faudrait leur proposer un vaccin dit “d’ancienne génération”, donc non ARN-messager. Je crois avoir lu qu’il sera disponible (Johnson & Johnson ?) d’ici la fin de l’année. Savez vous si cela est le cas et qu’en pensez-vous ?
    Meilleures salutations

  12. Puisque vos convictions (à vous et à vos semblables) nous entraînent collectivement dans une aggravation du problème, je me permets effectivement de les moquer, voire de les mépriser. Vous savez très bien que la dose que vous ne prendrez pas dort un congélateur suisse jusqu’à sa date de péremption, après quoi elle sera jetée. Elle n’ira pas jusqu’en Afrique ou ailleurs. Tout le reste de votre argumentaire n’est qu’idéologie dogmatique, sous couvert de bons sentiments (c’est déjà mieux que le complotisme).
    Si vous étiez plus brillante, vous accepteriez vos deux doses de vaccins, par respect pour votre entourage, et aussi pour celui des pays émergents pour lesquels vous vous inquiétez avec raison, et ensuite, vous pourriez faire des démarches concrètes auprès des instances ad hoc réelles pour tenter d’accélérer l’acheminement de vaccins aux pays dans le besoin.
    En attendant, ces derniers n’ont que faire de vos bons sentiments idéologiques (qui, je le rappelle, ne produisent aucun résultat autre que le gaspillage honteux de doses de vaccins).

    1. Vu le dénigrement auquel vous semblez vous prêter avec plaisir, je pense qu’au final j’aurais convaincu bien plus de gens que vous de se faire vacciner.
      Il semblerait que vous n’ayez pas compris ma position intermédiaire : les pro-vaccins dévalorisants sont tout aussi dangereux par la polarisation et la non-reconnaissances qu’ils produisent que les anti-vaccins complotistes. Ces 2 extrêmes sont tout autant obstuctives à la résolution du problème auquel nous faisons tous face et dont nous souffrons tous.

      Votre façon de traiter la différence ne fait qu’enfermer l’autre, sans aucun résultat. C’est dommage, je trouve.

        1. Détrompez-vous; vous n’êtes pas au dessus de la mêlée. Il n’y a que deux options: celle des autorités sanitaires (le vaccin), et les autres, c’est-à-dire tous ceux qui s’y opposent. Il n’y a rien entre les deux.

          1. Blanc/Noir, Juste/Faux, Pour/Contre
            Vision binaire …
            Si la réalité était aussi simple …
            Le problème vient justement des simplifications simplistes …
            Rien n’est simple et heureusement, il y a des millions, voire des milliards d’autres options …
            Une question d’ouverture, une question de réflexion, une question d’observation …
            Ce serait génial, si tout était aussi simple …
            Mais quand on devient adulte, on prend conscience que rien n’est si simple …

      1. Je n’ai actuellement aucun plaisir. Je suis sincèrement authentiquement troublé par cette ambiance de défiance à laquelle les autorités sanitaires et scientifiques font face.

        1-Les temps durs créent des citoyens forts
        2-Les citoyens forts créent des temps faciles
        3-Les temps faciles créent des citoyens faibles
        4-Les citoyens faibles créent des temps durs

        On est clairement dans la phase 3 du cycle… On fait les malins, on refuse des vaccins, on se croit invulnérables en faisant cavalier seul au nom d’une cause que l’on croit juste… jusqu’à ce qu’on tombe malade et que notre prise en charge soit collective. Quelle dérision.

    2. La dose ne dort pas dans un congélateur suisse. La Suisse essaie de limiter ses stocks pour des raisons de péremption. Par exemple, elle a obtenir le report de la livraison de 500’000 doses de Moderna. Ainsi, si 250’000 suisses y renoncent, ces 500’000 doses pourraient être dès leur production être redirigées.

    3. @MP: Votre dernier paragraphe résume tout de manière excellente. Je ne sais pas si cette dame est sincère ou non, mais de toute façon son attitude est, comme je l’ai déjà dit, puérile, sans effet, et même contre-productive étant donné qu’elle ne conduira pas à un seul vacciné de plus dans les pays moins favorisés mais par contre bien à une vaccinée de moins ici. Favoriser la circulation du covirus où que ce soit (ici ou ailleurs) est contribuer à nous faire perdre la guerre contre celui-ci.

      1. Vous avez totalement raison, corroboré par la position de toutes les agences de santé publique dans le monde.

        Aussi étonnant que ce puisse paraître, cette femme semble complètement convaincue de sa démarche et trop aveuglée par ses propres théories pour se rendre compte de leur dangerosité.

        1. Ne pensez-vous pas qu’un nouveau variant plus virulent qui reviendra presque forcément – effet boomerang – émergeant dans un autre pays sous-vacciné (voire l’article déjà lié, avec les mises en garde de l’OMS à ce sujet précisément) est plus dangereux … que moi ?

          1. Sauf qu’en ne vous vaccinant pas, vous serez peut-être l’hôte dans lequel la mutation aura lieu… et vous serez responsable de l’extermination de la population :o)

            (à ne pas lire au premier degré)

          2. :’D
            j’aime bien votre humour
            c’est vrai qu’il y une possibilité non nulle que cela puisse arriver …
            peut-être même une probabilité supérieure à celle de traverser un mur sans résistance … tout est une question d’alignement … des électrons, des protéines, ou des étoiles …

          3. Mon fils vient de me faire remarquer également :
            à chaque fois qu’on démarre un smartphone/ordinateur/autre il y a une probabilité non nulle que l’ordre des bits fasse une IA permettant de détruire le monde ou le sauver ou un virus informatique détruisant tous les réseaux mondiaux

            J’avoue préférer être vecteur de vie …
            Je suis fascinée par les contradictions/la complexité de la vie. Chaque être humain est un univers infini, riche d’un nombre incroyable d’expériences, d’émotions, de connaissances et en même temps absolument insignifiant dans la grandeur de l’univers. En même temps tout et rien. Aucun de nous ne peut, tout seul, je crois, faire une réelle différence, et en même temps chaque petite impulsion compte …

  13. Merci et bravo, cher confrère Jeannot, pour vos patientes et convaincantes explications! J’admire votre courage d’être un de ceux qui, encore une fois, remet honnêtement son ouvrage sur le métier, quitte à répéter la messe à des ânes qui refusent de boire.

      1. Vous vous êtes visiblement reconnue (ainsi que CEDH). Si le chapeau vous va, mettez-le…

        Les médecins ont le droit d’être excédés. Tenez, voici un film tourné dans le Maine (USA) récemment. Le personnel soignant se vide le coeur face aux Covidiots qui emplissent les unités des soins intensifs. Les Covidiots sont usant. Mis sur Youtube il y a 3 jours:

        1. Toujours dans le respect de la différence. Au moins, moi j’ai le courage d’assumer mes convictions, dans la transparence et sans traiter les autres d’idiots. Toujours présomptueux à croire que vous savez mieux. Cela vous appartient. Toujours une vision simpliste à mettre dans le même panier tout ce qui ne va pas dans votre direction. Je suis très heureuse de ne pas vous connaître dans la vraie vie.

          1. Vous n’assumez rien du tout. Si vous tombez malade de la Covid et avez besoin d’un respirateur, vous allez probablement accepter d’occuper une place aux soins intensifs. Vous allez peut-être occuper la place de quelqu’un d’autre qui n’est pas là par choix, contrairement à vous. Vous croyez que vous assumez, mais vous n’assumez rien de vos délire aux milles options – que dis-je – “aux milliards d’options” (voir votre précédente bulle ci-haut).

            Moi je ne prétends rien savoir du tout, c’est pouquoi je m’en remets aux avis des autorités sanitaires. C’est la seule posture raisonnable. Sinon laquelle? Celle d’Ariane Wismer peut-être?

            Là ou vous voyez de l’altruisme, j’y vois de l’égoïsme, et que vous vous drapiez dans les bons sentiments n’y change rien. Les conséquences de vos actes n’auront aucun impact dans les pays émergents; par contre, ils pourraient semer le deuil ici (vous pouvez même transmettre le virus sans le savoir, en ayant aucun symptôme).

            Ceci dit, je n’ai rien contre vous, puisque je vous connais pas. J’en ai contre votre argumentaire!

          1. La position de l’OMS est simple: elle recommande à tous de se faire vacciner. L’OMS cherche aussi à régler le problème de l’inéquité vaccinale. Ce problème, complexe, est partiellement résolu par le programme Covax.
            En espérant que les citoyens de pays émergeants ne soient pas aussi bornés que certains des pays riches et acceptent de se faire vacciner…

          1. Incroyable! Vous ne vous rendez même pas compte que depuis le début vous contredisez les agences de santé publique de tous les pays du monde! (sauf celui de Trump à l’époque)

        2. @MP Si le personnel médical lâche prise parce qu’il est épuisé, les covidiots très malades ne pourront plus être soignés et une grande partie mourra, c’est aussi simple que ça. Après 2 ans de pandémie, le personnel médical n’en peut plus.
          La surcharge des hôpitaux par une quasi-totalité de malades Covid-19 non vaccinés implique aussi que de nombreuses maladies graves ne peuvent plus être traitées normalement (cancers, problèmes cardiaques, etc…, etc…). Beaucoup mourront prématurément à cause de cette situation.
          Il y a encore de nombreuses autres raisons de se faire vacciner, mais les 2 que je cite sont je pense déjà très convaincantes.
          À toutes les personnes concernées, je dis : S’il vous plaît, aidez-nous à stabiliser et à vaincre cette épidémie, pensez au personnel médical, pensez aux autres malades graves, et notamment aux enfants !
          Un très grand merci au Dr. Jeannot pour son blog et à vous, MP, pour contrer une bêtise qui va encore coûter de trop nombreuses vies.
          Mais ne vous épuisez pas, ces blogs du Temps sont remplis d’activistes particulièrement déterminés, c’est très difficile voire impossible de faire boire des ânes qui n’ont pas soif !

    1. Vous seriez médecin et vous traitez ainsi des personnes qui expriment respectueusement ce qu’elles ressentent ? je crois que je vais prendre rendez-vous chez vous, et j’espère que vous accepterez que j’enregistre notre conversation, au cas où elle dérape.

    2. Je n’ai pas trouvée de médecin Daniel Freymond, sur local.ch ni en cherchant directement sur Google. J’imagine que vous vous imaginez une identité qui n’est pas la vôtre, ce qui expliquerait vos commentaires.

        1. Je pense bien qu’il faille protéger les médecins, mais je crois que mon commentaire qui disait qu’un médecin ne peut pas traiter publiquement les personnes avec qui il n’est pas d’accord d’ânes n’est pas inapproprié. Il est un être humain, avec ses fragilités, certes. Mais s’il a besoin d’exprimer ce genre de choses, qu’il ne le fasse pas avec son étiquette de médecin, je pense qu’il enfreint clairement son serment. Ou alors modérez également le message où il nous traite d’âne.

          1. Jusqu’à preuve du contraire, le Docteur Freymond – puisqu’on peut supposer qu’il est un confrère du Docteur Jeannot – ne vous a pas traitée d’âne. On peut imaginer aussi qu’après dix à douze années d’études, il saurait qu’en français, le féminin d’âne est ânesse.

            Tout au plus aurait-il plus vous traiter de ravissante idiote… avec ce regard profond qui ne pense même pas à rien. Pourtant il s’en est aussi abstenu.

            Je me garderais donc bien de le faire à sa place.

          2. Quand on se fait traîter d’âne par un médecin (et ce n’est pas courant), vous devriez en profiter pour vous poser les bonnes questions. Peut-être n’est-ce pas lui le problème. Peut-être est-ce même vous. Faire une introspection… Il ne vous arrive jamais de vous remettre en question?

          3. @ MP

            Vos commentaires qui n’ont plus rien a voir avec le sujet deviennent désagréable. Rien ne peut justifier cet acharnement. Cette manière d’agir est similaire au leitmotiv des journaux et des gens comme vous qui détenez la vérité au contraire des gens qui ont une approche différente. On connait cela et on sait ou cela mène. Rien de bon.

          4. @MP
            Là, vous vous surpassez, vraiment et vous confirmez l’une de mes théories : les personnes qui nous attaquent nous reprochent très souvent ce qu’elles font elles-mêmes

            Faites-nous donc la démonstration de votre capacité à vous de vous remettre en question :
            https://www.rts.ch/info/suisse/12472136-les-dons-de-vaccins-de-la-suisse-au-programme-covax-ne-sont-toujours-pas-distribues.html
            et
            https://www.france24.com/fr/europe/20210524-covid-19-l-oms-d%C3%A9nonce-une-scandaleuse-in%C3%A9galit%C3%A9-dans-la-distribution-des-vaccins

            Est-ce que la remise en question ne doit concerner que nos valeurs, ou également notre façon de nous exprimer, la façon de respecter les autres ?

          5. @MP
            Par ailleurs, merci de faire la démonstration d’une des raisons pour lesquelles il est particulièrement inapproprié et dangereux qu’un médecin traite d’ânes ceux qui ne partagent pas son point de vue. S’il daigne me rappeler, je pourrai le lui montrer. Merci encore

          6. @ MP

            Encore hors propos mais vous nous forcez la main. Les mots d’Ariane Wismer sont emplis de sensibilité, de respect, d’amour de son prochain et la volonté d’un vrai débat. Je ne trouve pas cela dans les votre. Ayez au moins un peu de respect.

            Je reprends vos mots : “Et lorsque le capitaine choisit une manœuvre, qui est celle recommandée par tous les spécialistes en pareille circonstance, je l’exécute.” Libre a vous de faire cela et libre à d’autre de faire différemment. Mais comme c’est votre choix, je vous conseille d’écouter ou ré-écouter les propos de notre président Guy Parmelin lors de son allocution exceptionnelle. Je crois qu’il s’adressait directement a des personnes de votre acabit. Vous faites plus de mal que le bien que vous croyez faire. Prenez en de la graine et montrez-nous que vous-même êtes capable de vous remettre en question.

          7. @cogitus interruptus
            Et encore une attaque “ad personam”. Et 1 de plus 🙂

            J’aime bien être une star, aussi ravissante, idiote ou ânesse qu’il faille être par ici, mais à part ça, avez quelque chose à dire sur le sujet dont on discute ?

          8. @ARIANE WISMER

            “… mais à part ça, avez quelque chose à dire sur le sujet dont on discute ?”

            Si j’ai quelque chose à dire? Non, je me suis fait vacciner et ne m’en porte que mieux – tant au physique qu’au moral. Que voulez-vous, aux discours je préfère les actes. Et le vaccin, c’est comme l’amour: plus on en parle, moins on le fait.

            Je ne peux qu’en souhaiter autant pour vous. Faites-vous vacciner. C’est indolore – du moins, je n’en ai ressenti aucune séquelle jusqu’ici -, ça tranquillise tant sur le plan physique que mental et, jusqu’à preuve du contraire, ne suis-je pas toujours en vie pour vous en parler?

            Cordialement.

          9. @ DANIEL AEBISCHER
            @ ARIANE WISMER

            Récapitulons. Nous faisons face à une grave pandémie. Des milliers de morts en CH et des millions dans le monde. D’autres s’en réchappent avec des séquelles. L’économie est ralentie voire stoppée; des secteurs entiers sont dévastés. Les écoles fermées. Le personnel soignant épuisé. Des opérations hospitalières reportées. Devant ce drame, l’humanité fait front commun. Le plus grand combat collectif dupuis la WW2. Le meilleur de la solidarité humaine ressort. Puis, une forme d’espoir – le vaccin – arriva. L’être humain à son meilleur.
            De l’autre côté, il y a les antivax comme vous. Refusant le consensus scientifique sous des motifs que vous peinez à expliquer, vous sappez les efforts de ceux qui essaient, par le vaccin, de contrôler la pandémie. Vous instaurez un climat malsain, vous faussez le débat en détournant le concept de liberté individuelle. Vous doutez de la science elle-même. Vous contribuez à prolonger la pandémie et épuisez les pouvoirs publics, le personnel hospitalier et les acteurs de l’économie qui attendent la fin. Vous avez peut-être du sang sur les mains. On ne sait plus quoi vous dire, on ne sait plus quoi faire pour vous rallier au reste de la population. Vous êtes des monstres d’égoïsme. Et lorsque l’on vous confronte, vous finissez par répondre des phrases comme “il me juge” ou “il m’a encore fait une attaque personnelle”.

            Et vous voudriez qu’on vous respecte en plus? Alors qu’un jour, lorsque vous réaliserez vos errances, vous ne vous respecterez peut-être plus vous même.

          10. Cher MP,
            Il semble que vous ne vouliez lire et voir que ce qui va dans le sens de vos convictions. Blanc ou Noir. Tout ou rien. D’abord, vous me mettez dans la catégorie “antivax”. Sans discuter du bien-fondé de faire des catégories, sachez qu’il en existe plus que 2. Il n’y a pas que les pro et les anti-vax. La réalité est un peu plus large que ça. Les antivax me détestent généralement et m’insultent tout autant que vous. Pourquoi ? Parce qu’eux aussi réduisent tout à une vision binaire. La vision binaire conduit à la polarisation et ne résout aucun problème. Est-ce que notre démocratie, avec un conseil réunissant 7 visions différentes n’est pas plus fonctionnelle que les états bi-partisans ?

            Il vous semble être aussi blanc qu’une colombe et que je sois, ainsi que toutes les personnes qui ne sont pas de “votre bord”, très très très noire. Voire même adepte d’une secte pédo-sataniste.
            Sachez que la réalité est nettement plus nuancée, multiple, complexe.
            Personnellement, je suis très anti-complotiste et comme déjà mentionné plusieurs fois, je trouve que le vaccin est une des réponses utiles dans le cadre de la catastrophe mondiale actuelle. Donc rien à voir avec ce que vous dites. Vous pensez avoir compris quelle était LA et LA seule réponse possible. Pourtant même les plus grands experts sont divisés, l’OMS dit des choses contradictoires (c’est bien si chaque pays vaccine au maximum, mais la mauvaise répartition est dangereuse et favorise l’émergence d’un variant), nos conseillers fédéraux ont parfois de la peine à se mettre d’accord, ainsi que la Task Force. La réalité n’est pas binaire.

            Monsieur, vos convictions sont nobles et vous pouvez en être fier. Il y a cependant de très nombreuses autres positions qui sont tout aussi nobles que la vôtre. Alors, oui, je trouverais absolument légitime que vous respectiez ma vision, comme celle de toutes les autres personnes. Je ne me sens ni supérieure ni inférieure à vous, juste différente. Je suis consciente qu’on parle de milliers de morts et je crois de tout mon coeur que ma solution permettrait de maximiser le nombre de survivant, au niveau de la planète. Peut-être pas au niveau national, je ne sais pas, j’ai envie de croire que oui, aussi, il devrait être possible de maximiser le gain de vie sur tous les plans, avec une approche “macro” et bien organisée. Plutôt que de gaspiller nos énergies à nous disputer pour des broutilles, nous pourrions la réunir pour un plan global, et ça ça serait encore plus “généreux” et solidaires, si vous souhaitez utiliser ces termes.

            Pour ceux qui se plaignent de la place occupée : le ddroit de réponse est légitime, surtout quand les attaques sont personnelles

          11. Aujourd’hui encore :
            “L’OMS n’a de cesse de dénoncer les difficultés d’accès aux vaccins dans les pays pauvres. Le directeur s’est par ailleurs dit “consterné” par les déclarations de l’industrie pharmaceutique qui a indiqué mardi que la production de vaccins contre le Covid-19 serait bientôt plus que suffisante pour assurer la vaccination pour tous.

            “En réalité, les fabricants ont depuis longtemps la capacité de vacciner non seulement leurs propres groupes prioritaires, mais de soutenir simultanément la vaccination de ces mêmes groupes dans tous les pays. Nous avons les solutions pour arrêter la transmission [du virus] et sauver des vies. Mais ces solutions ne sont pas bien utilisées ni bien partagées”, a-t-il insisté.”
            https://www.rts.ch/info/monde/12477545-loms-reitere-son-opposition-aux-doses-de-rappel-le-suivi-du-covid19-dans-le-monde.html

          12. La réalité est pourtant toute simple: il n’y a que 2 options face au vaccin: le prendre ou pas. Le reste, comme les raisons personnelles de chacun, n’appartient pas au débat.

            Le Conseil des 7 se rallie à la décision finale du groupe; c’est le principe de collégialité.

            Votre discours est anti-complotiste, mais les conséquences de vos actes et les leurs convergent…

            Actuellement, le vaccin est la principale réponse possible. Les autres (confinement, masque) ne sont qu’en support. Le confinement a aussi des impacts sérieux sur l’économie, la vie sociale et la libre circulation des personnes, beaucoup plus que le vaccin.

            Oui, il y a des désaccords et même des contradictions chez les experts, rien de plus normal, mais cela ne disqualifie pas le consensus final, qui est écrasant. Au GIEC et ailleurs, c’est la même chose.

            Je suis pourtant sûr aussi que vous êtes quelqu’un de tout à fait honorable et qui cherche à bien faire. C’est pourquoi je suis d’autant plus étonné de vous voir du côté des “anti”. La position de ces gens est indéfendable!

            A un certain moment, il faut aussi savoir faire confiance au système. Le système, c’est nous tous. Constamment tout remettre en doute, se méfier, contester, s’opposer par principe, n’a rien de constructif et n’est justement rien d’autre qu’un immense gaspillage d’énergie.

          13. @MP
            Je reviens encore sur cettre vision binaire “il n’y a que 2 options face au vaccin: le prendre ou pas” qui me turlupine beaucoup

            Réduire à une option booléenne une question complexe polarise, c’est tellement dommage et terriblement faux. A mon sens, c’est même la cause de la majorité des troubles actuels dans notre société, cette simplification/binarisation exagérée qui ne tient pas compte de la majorité des situations complexes de nos vies. Je suis sûre que même vous, vous vous battez pour plus de nuances, dans d’autres domaines. Parce que forcément, il y a des domaines dans votre vie ou tout n’est pas noir ou blanc.
            Et si pour vous, la question du vaccin peut se réduire à oui ou non, ce n’est pas le cas pour probablement la moitié de la population.

            La question ne se réduit PAS du tout à prendre le vaccin ou pas. C’est le prendre, oui mais quand, oui mais comment, oui mais pourquoi, non parce que si, non pour le moment, je voudrais beaucoup mais je ne peux pas, etc etc etc … Il y a mille conditions, mille positions intermédiaires.

            Rien n’est binaire, même pas la nuit et le jour, car il y a l’aube et le crépuscule,etc. Et surtout pas le vaccin. Rien que moi, j’en suis un exemple, parmi des millions d’autres. Parce que oui, probablement, je me vaccinerai un jour, mais pas aujourd’hui, car je suis convaincue qu’il faille – pour éviter l’émergence d’un variant plus dangereux – maximiser au mieux les doses. Et ce n’est vraiment pas optimal de me vacciner moi maintenant plutôt que d’autres personnes dans le Sud, moi et des milliers d’autres personnes comme moi. Si nous avons eu 100% raison de vacciner les personnes les plus vulnérables au début, la suite des opérations dévie de l’efficacité. Et ce serait 100% réalisable si on donnait le pouvoir à l’OMS de distribuer les vaccins de façon équitable, dans l’ordre recommandé par les experts. Plutôt que de s’accaparer le plus de doses possibles, forcer ceux qui ne sont pas prêts, dans l’illusion que nous serions alors protégés … en laissant macérer ailleurs le virus et en croisant les doigts pour qu’il soit trop stupide pour réussir à trouver une forme résistante au vaccin … MP, vous nous prenez, nous, tous dans le même sac, ceux qui ne sont pas d’accord d’être vaccinés là maintenant, quelles que soient nos raisons, nos ouvertures, nos visions, nos convictions, nos peurs, nos vécus, nos remises en question, pour des idiots. Vous prenez le virus pour un idiot.

            S’il vous plaît, faites un pas en arrière, prenez conscience de vos peurs, regardez la situation de façon globale. Si le Conseil Fédéral – dont je respecte énormément le travail – est un peu obligé de donner priorité aux personnes dont il est responsable, nous, nous pouvons rester plus humbles, plus modestes, ne pas exiger d’être “servis” avant les autres. C’est comme pour un grand repas, avec une quantité limitée de nourriture … Donnons-nous aux plus riches toute la nourriture qu’ils désirent et laissont-nous mourir de faim tous les autres (c’est vrai qu’ils ont commis le crime de naître au mauvais endroit) ? Ou rationnons-nous de façon intelligente la nourriture afin de maximiser au mieux la survie de notre espèce ? Là encore, il n’y a pas de réponse binaire “juste ou faux”. Les 2 options sont envisageables, discutables : protéger nos proches avant tout versus sauver le plus de vies humaines indifféremment de leur lieu de naissance, de leur nationalité. Tout est toujours une question de vision personnelle, personne n’a tort ou raison, chacun se bat pour défendre ses idées. Vouloir croire que sa vision est plus “juste” que l’autre est anti-démocratique, hors de la réalité et sans respect pour la différence.

            Dans ma vision personnelle et subjective, les pro-vaccins passionnés ressemblent à ces personnes qui vont se précipiter sur la nourriture pour être sûrs d’en avoir assez. Quitte à engueuler les proches qui ne font pas de même en leur disant qu’ils font la fine bouche. Pas par égoïsme, non, mais par peur ou pour protéger ceux qui leur sont proches, sans réaliser qu’en réalité, c’est l’inverse qu’ils risquent de générer. Sans comprendre que ces proches ont l’appétit coupé en sachant que d’autres vont mourir si la nourriture n’est pas équitablement distribuée. Parce que c’est bien de milliers de morts dont on parle.

            Je ne souhaite en aucun cas vous culpabiliser. Vous essayez de nous culpabiliser en disant que notre attitude génère des milliers de morts, je retourne en quelque sorte l’argumentation, mais pas du tout dans le but de vous culpabiliser en retour. Juste pour vous montrer que la question est extrêmement complexe. Qu’il nous faut rester humbles avec nos convictions. Peut-être que je me trompe, peut-être que vous vous trompez, peut-être que nous nous trompons tous les 2*. C’est pour ça que seule une discussion sans culpabilisation, sans émotions, sans manipulation, avec remise en question, connscients des biais cognitifs inévitables, dans le respect de la complexité de la situation et du vécu de chacun, dans l’écoute respectueuse des arguments qui vont dans le sens inverse, peut – peut-être – nous aider à trouver la meilleure solution possible

            *Enfin, si je vous lis bien, il est impossible que vous vous trompiez, puisque vous allez dans le sens de “tous les experts”, sauf que “tous les experts”, enfin la grande majorité a une position bien plus nuancée que la vôtre. Il me semble que vous êtes particulièrement fermé à la nuance. Relisez encore les positions du Conseil Fédéral, de Guy Parmelin par exemple, ou d’autres experts, vous y verrez plein de nuances

      1. Et après, on me demande pourquoi je tiens au pseudonymat.

        J’entends déjà la foule des antivax au loin, prêt à mettre le feu à ma … vie 🙂

        Toute ma sympathie et mon admiration pour ceux/celles qui postent sous leur identité réelle.

        1. Oui … je me sens en effet courageuse … j’assume pleinement mes convictions, qui sont simplement les miennes, subjectives et limitées, mais pour lesquelles j’ai envie de me battre, dans le respect des autres

          Si vous remarquez d’ailleurs, généralement, les personnes qui osent s’afficher sont bien plus respectueuses que celles qui s’expriment sous couvert d’anonymat.

          Même le Dr Freymond a probablement été respectueux dans une certaine mesure, et oui, je le respecte également bien plus que d’autres qui m’attaquent anonymement

        2. Vous craignez de vous mettre à dos les anti-vax … et moi … j’offre mon dos des 2 côtés, je me fais agresser autant par les anti-vax que par les pro-vax 😀
          Mais j’aime me battre pour ce en quoi je crois. Je ne détiens aucune vérité, mais comme chaque personne sur cette terre, j’ai droit au respect de mes convictions, tant que je ne fais de mal à personne

          1. “tant que je ne fais de mal à personne”

            Je vous le souhaite, vraiment.

            Je vois trop de personnes ces jours avoir contaminé leur grand-père, oncle, cousin un peu en embonpoint.. et regretter tellement de ne pas s’être fait vacciner plus tôt…

            Oh, zut, vous aviez dit plus de culpabilisation 🙂

        3. Vous savez, j’ai une tendance à l’hyper-responsabilisation. S’il y avait un risque que je sois un vecteur, je me vaccinerais, pour les autres. J’assume mon militantisme en m’auto-isolant. Je crois qu’en effet, pour le moment, il n’y a que 2 solutions pour lutter efficacement contre le virus : confinement et vaccin. Comme je souhaite militer pour une meilleure redistribution du vaccin, je m’isole. Et je comprends parfaitement que ce ne soit pas envisageable pour la majorité des personnes, que la majorité des personnes préfèrent (ou n’ont pas le choix) la vaccination au confinement. Et je crois que si l’on vit dans une société, et on a tous besoin de la société qui nous entoure, il est nécessaire de se plier au souhait de la majorité. Ou de militer dans le respect du choix de la majorité. C’est ce que je fais : je milite pour une cause que je trouve juste sans mettre les autres en danger.

          Pour que la société fonctionne, par contre, il est importat que la majorité reconnaisse le “sacrifice” des minorités.

          Et plus les jours passent, plus je pense que les pro-vax, avec un discours jugeant et culpabilisant les braquent. Et c’est dommage. Je suis convaincue que chaque personne qui ne se fait pas vacciner a de bonnes raisons. La plupart du temps, ce sont des peurs, je crois. Et culpabiliser – comme pour les enfants – ne va jamais rassurer une peur, bien au contraire. Si l’on souhaite que plus de personnes se vaccinent, au lieu de les culpabiliser, il faudrait les écouter. Et même si les arguments sont parfois biaisés, des procès d’intention, voire de mauvaise foi, il ne faut pas oublier que c’est probablement inconscient, une protection du cerveau face à une peur intense et réelle, souvent fondée sur un vécu traumatique, direct ou indirect. Ecouter et respecter les peurs et les différences sera mille fois plus productif

          1. Au moins, vous vous auto-isolez. Il aura fallu attendre longtemps avant de lire cette déclaration clé. J’espère qu’elle est vraie, mais je vais vous croire, encore que l’isolement strict est impossible et donc vous mettez forcément à risque votre entourage à certains moments. Malheureusement, vous avez fait passer votre militantisme exacerbé avant ce point important et vous avez eu l’air d’une covidiote fanatisée.

            Ceci dit, cela fait longtemps que je n’essaie pas de vous convaincre – on fait pas boire un âne qui n’a pas soif. J’espère seulement que cette conversation sera lue par ne fût-ce qu’une personne, et lui donnera envie de se faire vacciner. Et peut-être alors cela sauvera-t-il une ou plusieurs vies? Car oui la vaccination sauve des vie.

            Les anti-vax sont le plus souvent des covidiots (j’adore ce terme!) lâches, stupides et bornés, du même acabits que les terre-platistes et autre complotistes. Il est bon qu’on voit autre chose: des gens comme vous, d’apparence normale, enrobés de bons sentiments, mais avec les idées tout autant arrêtées pour “des milliards de bonnes raisons” sur leur position anti-vaccinale. J’espère que les gens verront que peu importe l’excuse, l’on a tort de refuser le vaccin.

            La vaccination est un acte solidaire et altruiste. Et enrober son refus, peu importe que ce soit dans les bons sentiments (par ailleurs simplistes) ou d’autres illuminations bizarres, ne permet que de se complaire égoïstement dans ses théories abracadabrantes devant lesquelles même la médecine la plus évoluée ne peut rien.

          2. C’est pas très malin. Et les vaccidiots, vous connaissez ? Eh oui cela n’est plus en lien avec le sujet, vous déteignez sur moi, désolé. Ah, je vais aller prendre une douche.

          3. @ MP
            Vos arguments sont contredits :
            https://www.rts.ch/info/suisse/12472136-les-dons-de-vaccins-de-la-suisse-au-programme-covax-ne-sont-toujours-pas-distribues.html

            https://www.france24.com/fr/europe/20210524-covid-19-l-oms-d%C3%A9nonce-une-scandaleuse-in%C3%A9galit%C3%A9-dans-la-distribution-des-vaccins

            Comme vous ne semblez lire que ce qui vous arrange, je le répète encore : dévaloriser et culpabiliser a à peu près zéro chance de convaincre qui que ce soit … vous ne parlez pas à des enfants, mais à des adultes. Je pense d’ailleurs qui si vous parlez ainsi à des enfants, c’est de la maltraitance, et s’ils semblent convaincus, c’est uniquement pour limiter leur souffrance et vous faire taire.
            Si vous souhaitez vraiment convaincre une seule personne, essayez une attitude d’écoute, de respect et de bienveillance

          4. Les inégalités liées à la distribution des vaccins sont les mêmes que celles qui existent dans toutes les facettes de nos sociétés. C’est un combat de fond qui doit être menés sur le long terme.
            Trop heureuse d’avoir trouvé des failles dans le programme Covax? Vous gloussez de plaisir car encore une fois, cela vous conforte dans votre position égoïste à la “tout le monde a tort sauf moi”? Mais au moins, le programme Covax existe, et des gens essaient de le faire fonctionner. Contrairement à vous.

            Et vous, concrètement, que faites vous pour lutter contre l’inégalité vaccinale, à part faire la leçon aux gens qui se font vacciner et de mépriser l’expertise des médecins?

          5. Aïaïaïe …
            “à part faire la leçon aux gens” …
            N’est-ce pas exactement ce que vous faîtes-là ?
            Avec une bonne dose de dévalorisation, de jugement et de culpabilisation ?
            De mon côté, je ne vous ai jamais attaqué “ad personam”

    3. M. Freymond,
      J’approuve votre commentaire, mais quand même… vous êtes dur avec nos amis asiniens (les ânes).
      J’en ai connu des plus costauds que les anti-vax.

  14. Personnellement, je suis convaicue que le vaccin est actuellement la moins pire des solutions pour limiter la casse planétaire. Mais je suis loin de penser que ce soit une bonne solution. Je réprouve toutes les extrêmes, tous les jugements et toutes les dévalorisations.
    Qu’on soit pro-vaccin et convaincu par les avancées géaniales de la science, c’est légitime, parce que les découvertes sont incroyables. Ou pour d’autres raisons aussi.
    Qu’on soit anti-vaccin, quelles que soient les raisons, c’est tout aussi légitime. Il y a forcément de bonnes raisons aussi.
    Par contre, juger, dévaloriser, faire des procès d’intention, traiter d’âne, culpabiliser, manipuler, glisser dans l’argumentation, ça, c’est contre-productif et dysfonctionnel.
    Ma conviction n’est qu’une conviction personnelle qui n’appartient qu’à moi et qui n’est PAS une vérité. Je la défends de tout mon coeur, de tout mon esprit parce que j’y crois. Mais ce n’est pas une Vérité. Comme TOUTES les autres convictions. La science est géniale, mais elle a ses limites. Nos émotionns sont importantes, mais il faut parfois nous sacrifier pour le bien commun. Nos peurs ont toujours une raison, mais il faut l’explorer pour savoir si elle est appropriée ou non. Tout est nuances et complexité. Tout ce qui est péremptoire, absolu, supérieur est forcément faux

    1. @Ariane Wismer: “Personnellement, je suis convaincue que le vaccin est actuellement la moins pire des solutions pour limiter la casse planétaire”. Excellente réflexion! Maintenant qu’il vous a été abondamment démontré que vos scrupules étaient injustifiés et que renoncer à vos doses de vaccin ici ne changerait absolument rien à la situation mondiale, j’espère que vous allez nous annoncer avoir pris rendez-vous pour recevoir votre première dose, montrant ainsi un exemple cette fois utile pour lutter contre la propagation de ce virus où que ce soit. Ce que chacun devrait faire dans toute la mesure de ses possibilités (et ici nous en avons heureusement, alors faisons déjà ce que nous pouvons sans vouloir d’abord que le monde devienne idéal, ce qui alors repousserait toute solution aux Calendes grecques!).

      1. Je n’ai visiblement pas réussi à vous convaincre, mes arguments vous semblent moins convainquants que les vôtres. Je le regrette. Je continuerai malgré tout à militer pour une plus grande équité mondiale. Parce que si le vaccin est – je le crois – la moins mauvaise solution actuelle, c’est à conditionner par une distribution globale et intelligente. Je vous serais reconnaissante de ne pas découper mon argumentation et n’en prendre que ce qui vous arrange, quitte à en modifier la signification. Ceci relève de la manipulation et ne permet pas un débat constructif.

        J’insiste vraiment : culpabiliser ne fait que polariser davantage, pas changer d’avis, personne ne sortira gagnant, sauf le virus. C’est la base de la psychologie : le sentiment de culpabilité n’amène rien de bon.

        Je sais que mon discours dérange beaucoup, visiblement même plus que celui des antivax. Pourquoi ?
        Mon explication (mais peut-être que je me trompe) est la suivante : si j’ai raison, alors ça renvoie peut-être à ceux qui défendent une vaccination intensive ici une image d’eux-mêmes qui les met mal à l’aise. Leur propre image de générosité et de solidarité pourrait être un peu écornée. Pourtant, ce n’est pas mon intention du tout, bien au contraire. Mon but est de dire : regardons plus loin, de façon plus globale. On essaie de faire au mieux, c’est déjà pas mal, mais on pourrait faire encore mieux. Je ne juge personne et encourage tout le monde à agir en fonction de ses convictions personnelles, tant que c’est dans le respect des autres. C’est la diversité qui fait la vie. Vive les pro-vax et vive les anti-vax.

        Une seule personne ne peut pas changer le monde en 1 jour, mais chaque petite action peut y participer. Je ne peux sauver personne de la famine, mais si j’évite de gaspiller de la nourriture, par exemple, c’est mieux que rien. Si tout le monde faisait régulièrement un petit geste, alors oui, on pourrait changer le monde.

        Je comprends aussi très bien votre sentiment d’urgence. Il faut agir très vite et tout de suite. Pour réussir à faire face à ce virus. Je le répète encore : cette urgence, c’est un peu agir avec la tête dans le guidon … il manque “the full picture” … vacciner des personnes inutilement ici est bien moins efficace que de vacciner ailleurs des personnes qui en ont plus besoin ou qui seraient plus vectrices. Par exemple, vacciner le personnel soignant ou enseignant dans un pays du Sud semble plus utile que de vacciner une personne qui a déjà été exposée à la maladie ici et qui ne rencontre personne. Même si, idéalement, il faudrait vacciner tout le monde, tant qu’il n’y a pas suffisamment de vaccins pour tous, il faut le distribuer en fonction de l’efficacité maximale. Maximiser l’efficacité de chaque dose de vaccin.

        L’argument de la réalité humaine “on ne peut de toute façon pas avoir cette approche idéaliste, dans la réalité votre idéal n’est pas réalisable” est un argument qui a été utilisé de tout temps. Mais justement les changements n’ont pu émerger que quand on a pris le risque de changer vraiment. Comme pour le droit de vote des femmes, l’esclavagisme. Rien n’aurait jamais changé si personne ne s’était battu, un peu en vain au début. Et aujourd’hui, on assiste quand même à un renforcement des approches internationales, ce qui rend une réponse globale possible, même techniquement, si la volonté est là.

        Nos visions divergent fondamentalement, et c’est une bonne chose, c’est ça qui fait la vie et la démocratie essaie de trouver le moyen de vivre ensemble avec ces différentes

      2. En y repensant, ces mots : “sans vouloir d’abord que le monde devienne idéal” signifient-ils que ma proposition serait idéale ? (sur le plan sanitaire, uniquement, bien sûr)
        Parce qu’il y a en effet 2 questions :
        – est-ce qu’une redistribution mondiale serait plus efficace globalement (ce que je crois, mais c’est subjectif) ?
        – et si cette façon de procéder est théoriquement meilleure, est-elle techniquement possible ?

        Ce n’est pas la même chose de rejeter une idée parce qu’elle est techniquement infaisable que parce qu’elle n’est pas efficace.

        La question est complexe et je ne prétends aucunement détenir une quelconque vérité (je ne crois d’ailleurs pas qu’il existe 1 Vérité, mais juste une multitude de visions). Mais je crois que ces 2 questions méritent d’être posées.

        Une approche globale, voire centralisée, de redistribution versus une approche locale. Nous sommes un peu spécialistes de la question en Suisse … séparation des pouvoirs entre confédération et cantons, approche globale, approche locale … il me semble que c’est d’ailleurs un sujet particulièrement sensible et complexe. Je crois que l’expérience montre que c’est un savant mélange entre les 2 qui est le plus efficace. Les approches trop centralisées ou trop localisées, au final, sont généralement moins efficaces. Malgré tout, ça reste un sujet d’éternelles disputes, sans que personne ne puisse prétendre à la vérité.

        Quant à la “dangerosité” de se faire vacciner ou non, je crois que seul Dieu (s’il existe) pourrait y répondre. Est-ce que si on se vaccine, on participe au déséquilibre et on est responsable de la mort d’autres personnes ailleurs dans le monde, si ces mêmes doses avaient été distribuées autrement ? Est-ce que le nombre de morts serait ainsi moindre ou supérieur ? Ou bien vacciner tout le monde sans distinction d’un côté en urgence est plus efficace ? Est-ce qu’on regrettera dans 20 ans la vaccination, à cause d’effets secondaires non prévisibles (quelques cas historiques, rares mais existants) ? Ou au contraire, regrettera-t-on de n’avoir pas été plus autoritaires ?

        Je crois que tous ceux qui prétendent SAVOIR se prennent pour Dieu. La science apporte certaines réponses, l’intuition, les besoins sociaux et éconmiques, ou l’histoire encore d’autres. Mais il n’y a pas de réponse absolue, ce sont toujours des éléments partiels et partials. Que la vaccination sauve aujourd’hui énormément de vie, avec de rares “sacrifiés”, c’est un fait avéré.Tant qu’on reconnait la souffrance des proches des “sacrifiés”, c’est socialement “supportable” et statistiquement souhaitable. On peut faire ensuite toutes les projections que l’on veut, ce ne sont que des projections. On ne SAIT rien. C’est pour ça que seule l’humilité et le respect sont, pour moi, des positions valables

        1. Bien longues réponses pour quelqu’un qui monopolise déjà cet espace de débat depuis des jours! Surtout que la question est simple et vous n’y répondez pas: que faites-vous de CONCRET pour que l’on sorte de cette crise sanitaire ou, au moins, éviter qu’elle ne devienne pire? Inonder un blog de grandes idées abstraites, pseudo-idéalistes et qui n’ont aucune chance de se réaliser dans un avenir prévisible, ne fait guère “avancer le schmilblick”! Etant donné qu’il vous a été amplement démontré que faire en Suisse la grève de la vaccination ne changera absolument rien à la situation mondiale, mais que vous contrecarrez par contre ainsi la lutte contre ce virus là où il nous est possible d’agir directement, c’est-à-dire en commençant ICI, allez-vous, oui ou non, vous faire vacciner? Et sinon, pourrions-nous savoir à quelle condition vous allez enfin envisager de le faire? 80% de la population de pays du tiers-monde vaccinée? 90%? 99%? Autant admettre tout de suite et honnêtement que vous ne le ferez jamais et ne voulez pas le faire, ce que je soupçonne depuis le début.
          Cela dit, j’en resterai là pour ce qui me concerne, car je trouve totalement anormale cette exagérée monopolisation du débat par quelques personnes seulement et je trouve que “le Temps” devrait y mettre un terme (limiter à un chiffre raisonnable le nombre de commentaires autorisés sous un article donnée par un même intervenant).

          1. Cher Monsieur,
            J’ai déjà répondu à ces questions plus haut 😉
            Alors je ne vais pas monopoliser plus l’espace de parole en me répétant encore, malgré la récurrence des accusations farfelues 😉

  15. Bonjour,

    pourquoi un taux de vaccination de seulement 50 à 55%? A mon avis surtout parce que le taux de létalité du virus est faible. Si une personne sur dix en mourrait, on serait probablement bien au-dessus de 80%.

    Ce que je ressens à la lecture de tous vos commentaires c’est la trouille qui vous anime: peur du vaccin pour les uns, peur du Covid pour les autres, peur que nous ne vivrons plus comme avant,…
    Je trouve que chacun devrait avoir plus de tolérance envers les autres, personne ne peut prétendre avoir totalement raison.

  16. Argument 1, les vaccins sont sûrs.
    Il faut avouer que le gouvernement, les médias, les institutions, ne rechignent pas à la tâche pour nous faire comprendre que les vaccins sont sûrs. Pourtant, il y a fort à parier que, si dans 10 ans, des maladies auto-immunes se déclenchent, il n’y aura plus personne pour assumer ses propos et que l’indemnité compensatoire serait ridicule. C’est comme quand on souscrit une assurance: on sait ce qu’on paie chaque année, mais quand survient l’événement, étonnamment le service des sinistres porte bien son nom et les petites lettres du contrat prennent toute leur importance. On est donc vraiment dans un dilemme de contrat d’assurance: selon sa gestion et sa perception du risque, c’est à prendre ou à laisser.

    Argument 2, maladie ou vaccin.
    Vous oubliez qu’on peut être vacciné et contaminé puis malade. Pour le reste, voir point 1.

    Argument 3, les autres.
    Les autres se vaccinent si ils veulent être protégé par ce vaccin. Les vaccinés peuvent tout autant transmettre le virus s’ils en sont porteur.

    Argument 4, les hôpitaux surchargés.
    Vous l’avez sans doute remarqué: les capacités hospitalières sont variables selon la période. Dès lors, ces pourcentages d’occupation ne signifient pas grand-chose. Si vraiment on avait voulu augmenter les capacités en soins intensifs, on aurait pu largement le faire en 18 mois, mais ce n’est apparemment pas la voie choisie par nos dirigeants.

    Argument 5, les conséquences économiques et sociales de la pandémie.
    Cf point 4. Les restaurateurs, hôteliers, la culture et le reste de l’économie ont souffert et souffre des restrictions décidées par les autorités, pas du virus lui-même. Ce n’est pas le virus qui a décidé de fermer les commerces.

    Pourquoi non ? “Ce dernier argument est intéressant car oui des gens vaccinés peuvent attraper le Covid, en particulier avec le variant Delta, mais le risque de tomber malade est 80 fois plus faible si l’on est vacciné” Vous reprenez l’étude lamentable et faite avec les pieds du médecin cantonal vaudois (qui ne s’en est bien-sûr jamais excusé, ni la RTS d’ailleurs). En ce sens, on ne peut vous en vouloir: vous lisez les médias et prenez ce que vous y lisez pour vrai, même quand il s’agit d’un fake-news grossière. Si ce chiffre de 80 fois moins était vrai, cela ferait une efficacité de plus de 99%. Or, même dans l’étude fournie par le fabricant, elle était de 95%. Et dans les faits, suivants les dernières études CDC et israéliennes, cela tombe actuellement à environ 40% pour le delta.

    1. Bonjour,
      Vous je ne vais pas réussir à vous convaincre. Je prends 2 exemples.
      1. Votre réponse à mon argument 2, malade ou vaccin. Vous écrivez que l’on peut être vacciné et contaminé puis malade. C’est juste. Mais a) le risque est beaucoup plus faible en étant vacciné b) J’aurais pu écrire “Malade et / ou vacciné” mais je voulais surtout transmettre que tout le monde allait finir par avoir des anticorps, soit avec le vaccin, soit avec le virus (oui, soit avec les deux..). Donc, c’est mieux de se vacciner.
      1. Votre réponse à mon argument 4, les hôpitaux surchargés. Là aussi on peut jouer sur les chiffres mais en Suisse, 53 hospitalisations de plus aujourd’hui, 659 en 14 jours, c’est autant de personnes, de familles, c’est beaucoup. Augmenter les capacités des soins intensifs ? Donc on autorise la conduite sous alcool et pour recevoir les accidentés, on augmente les capacités des hôpitaux ? Je parle simplement d’un vaccin, pas d’un truc super exigeant.

      1. 53 entrées, combien de sorties? combien de contaminés à l’étranger? combien de double nationaux qui ne résident pas en Suisse? Je pense que vous n’avez pas toutes les réponses. Les autorités veulent vacciner, et vous devenez sans le vouloir un porte-paroles de l’Etat, pourquoi pas. Pour montrer votre éventuelle indépendance, affichez SVP sur ce BLOG des conseils pour les infectés, contraints de rester chez eux. Soupe froide ou chaude? douche tiède ou chaudes, marche ou pas de marche dans le jardin? Viande, poulet, poisson, œufs, fruits et légumes, pain? qu’est-ce qui est mieux? 2 repas, 3, 4 ou 5 petits repas? tête soulevée dans le lit? jambes surélevées? quel calmant? aspirine ou pas. Les signaux pour se dépêcher d’aller à l’hôpital? Zinc? vitamine D, etc. MERCI d’avance,

        1. Qu’importe le nombre de sorties, 53 entrées ce sont 53 personnes à l’hôpital, c’est tout. Qu’insinuez-vous lorsque vous parlez de double nationaux ? Et pour ce qui est des conseils santé, vous avez je pense vu que ce n’est pas le sujet de cet article. Pourquoi toutes ces remarques et questions ? Seriez-vous contre la vaccination ? Et je ne suis pas le porte-parole de l’Etat, je suis citoyen, médecin et je publie sur mon blog les idées que je défends.

          1. Je ne dis pas “les doubles nationaux” mais “les doubles nationaux qui résident à l’étranger” et je n’arrive pas à vous suivre si 53 entrent et 135 sortent ça a un sens différents que si seulement 5 sortent. Pour les conseils, je vous comprends, l’on ne donne pas de conseils sans rémunération. Défendez bien sûr vos convictions et merci d’avoir fait l’effort de pêcher mon premier message de worldpress. Bonne continuation, je ne commente plus cet article.

  17. Je recommande sans réserve à tous.tes la vaccination, à discuter avec votre médecin traitant. Le profil risque/bénéfice est en faveur de la vaccination pour toutes les classes d’âge dès 18 ans.

    Je ne suis en revanche pas pour le passe-sanitaire. Il eut été préférable d’organiser un entretien personnel/individualisé avec tous les non-vaccinés de plus de 18 ans à leur domicile pour les encourager à se vacciner.

    Je suis également contre l’extension de facto des recommandations de la Confédération de la vaccination de 18 à 16 ans.

    Je ne défendrai pas ces mesures, même si elles ne changeront rien pour moi. Je ne soutiendrai pas non plus les opposants. Ces mesures sont la conséquence de la désinvolture/l’égoïsme/l’indolance de ceux qui ne se sont pas vaccinés ou qui n’ont pas respecté les gestes barrières. A 70% de vaccinés, la Suisse n’aurait pas pris ces mesures. Ce sont donc ces derniers qui rendent aujourd’hui nécessaires de nouvelles mesures. On récolte ce que vous avez semé. Ok, la solidarité a donc ce prix… Mais que ce prix est lourd ce soir…

    1. … et pour vous convaincre définitivement de l’efficacité du vaccin:

      https://mobile.twitter.com/duc_qn/status/1434874213463203846

      A diffuser largement.

      Merci à duc_qn d’avoir compilé les données sur le taux d’hospitalisation des vaccinés/non-vaccinés.

      Et ne croyez pas les gens qui parlent péremptoirement sans montrer les données brutes.

      Sur ce, comme CEDH et Cie prennent des vacances, je vous souhaite à tous.tes un très bel automne (avec gestes barrières).

      1. @ Jean Bill

        Il n’y a pas de CEDH et Cie. Essayer de mettre tous ceux qui ne pensent pas comme vous dans le même paquet est une grossière erreur.

        Perso, je suis convaincu de l’efficacité des vaccins pour contrer les hospitalisations ainsi que de l’efficacité plus relative du vaccin pour prévenir les infections et transmissions. En raison de cela j’ai insisté régulièrement sur la nécessité de suivre les gestes barrière sur d’autre blog, car c’est bien vrai que c’est la première barrière à la propagation virulente du virus. Je suis bien d’accord avec vous.

        Le CF n’a clairement pas assez insisté la dessus depuis juin et probablement beaucoup en avait marre de les suivre, ce qui n’étais pas responsable. Je dit cela visant une partie de la population, surtout des personnes non vaccinées mais également des personnes vaccinées. Aller au restaurant, à l’intérieur. J’y pense pas un instant, pas même même au milieu d’une compagnie de vaccinné/testé. Je suis un privilégié qui a la chance de pouvoir et bien supporter fuir quasiment toute promiscuité. La je m’écarte, désolé. Je suis clairement contre la vaccinations à tout va.

        Comme vous le savez, je suis très proche de l’argumentation de Ariane Wismer. Cette approche ne se situe pas dans la case ou vous voulez nous mettre. Je crois que son argumentation n’est pas moins bonne que celle de MP ou de la vôtre. Je n’ai vu nulle part une réelle démonstration de votre part ou de MP que:
        – Notre approche va mondialement faire perdre des vaccins.
        – Notre approche va Mondialement retarder le contrôle de l’épidémie.
        – Votre approche est plus équitable, solidaire ou responsable (nous sommes quand même traité d’égoiste, pas le contraire, et j’en passe).

        Il est vrai que :
        – Nous n’avons pas prouvé que notre approche va diminuer mondialement le nombre d’hospitalisation ou de mort, qui est finalement le credo principal.
        – MP n’a pas prouvé que la son approche peut le faire (Selon vos mots ci-dessus vous ne me semblez pas extrémiste comme lui).

        Au vu de tout cela ainsi que des position de l’OMS qui promeut plus de vaccination dans les pays occidentaux et à la fois plus de partage et d’équité, il me semble que notre approche n’est pas à dédaigner comme certains le font, et ne pas tenir compte des recommandations de l’OMS non plus.

        A part cela, oui, vous avez raison je vais quitter ce blog. Car j’ai appris deux choses:

        1) Au moins un vaccidiot existent dans la réalité. Impossible qu’il ne se reconnaisse pas. (vous n’êtes pas visé)

        2) Continuer ces discussion n’amène pas grand chose. Je trouve qu’elle sont assez stérile.

        @ MP
        Je n’en suis pas fier, mais cela ne me dérange pas d’utiliser votre langage. Vous n’êtes ni bienveillant ni altruiste, mais destructeur et arrogant. Bien sûr c’est vous que j’ai visé plus haut, mais ça vous le savez déjà. Je vous laisse au petit soins de votre arrogance de vaccidiot.

        @ Ariane Wismer
        Merci du fond du coeur pour votre bienveillance et votre courage. Choses rares de nos jours. Ainsi que pour votre pugnacité. Portez vous bien. Bravo.

        1. @ Daniel Aebischer

          Merci beaucoup 🙂
          Ca me fait beaucoup de bien de voir que je ne suis pas la seule à être “idéaliste” (j’aime croire que, avec la volonté, notre vision pourrait être effectivement appliquée). Je crois que nous nous battons pour une cause juste : nous respectons toutes les mesures pour préserver nos concitoyens (gestes barrière, distanciation, etc) et en même temps nous luttons pour une plus grande équité globale. Ce qui est, je crois, globalement, l’approche qui maximalise au mieux les chances de nous en sortir, tous, au mieux. Merci beaucoup 🙂

    2. @ Jean Bill

      Un dernier commentaire (peut-être…). Si vous êtes vacciné pourquoi le prix est-il si lourd à porter?
      Les nouvelles restrictions ne vont pas déranger les vaccinés, mais embêter surtout les +16, non-vaccinés. Ils sont visés mais peuvent se faire vacciner ou tester. C’est injuste pour les personnes qui ne peuvent être vaccinées. Avons-nous une idée du nombre de ces dernières? Limiter certains endroit public par le pass, bien que je soit par nature opposé à des mesures coercitives, semblent un moindre mal et ne me dérange pas plus que cela. Je trouve qu’il y a du sens si ces lieux sont effectivement clairement des lieux avec une plus grande propagation du virus. Pour les restos, cela me semble évident bien que certains le conteste.

      Par contre laisser se côtoyer pendant peut-être 2-3 h des personnes testée ou vaccinées sans insister vraiment sur le fait que risque, bien que moindre, il y a encore, et enlever tous les gestes barrières ne me semble pas raisonnable.

      Une mesures du type pass/test généralisé pour entrer en Suisse depuis un pays qui à une incidence moindre que la notre comme par exemple la France ne me semble pas une bonne idée. Il faudrait au contraire pousser les gens a prendre leur vacances dans les pays moins à risque plutôt qu’en Suisse et insister sur les gestes barrières pour tous. Mais le but clairement affiché est de stimuler la vaccination. Et tant pis si c’est par une mesure coercitive additionnelle qui n’a pas de sens dans la situation actuelle d’un point de vue sanitaire. Franchement je suis contre.

      Un non-vacciné pourra-t-il faire ses courses en france voisine, aller dans sa résidence secondaire peut-être proche sans devoir montrer un pass au retour? Le CF devrait s’inspirer de la méthode française concernant le bassin frontalier.

      1. “Si vous êtes vacciné pourquoi le prix est-il si lourd à porter?”

        Je crois en un état de droit fondé sur nos libertés fondamentales. Je préfère le mail de l’uni de mon fils de mardi qui dit retour à 100% de tous dans les auditoires avec un masque plutôt que le CF qui dit mercredi passe vaccinal + 2/3 de la capacité de l’auditoire !sans masque! (mais liberté aux cantons d’introduire les masques). Je choisirai toujours la liberté plutôt que les frontières (avec leur faux sentiment de sécurité).

        Demain, ce sera un passe-justice ? pour interdire aux sans-papiers/clandestins/repris de justice toute vie sociale ? Sérieux, je suis vraiment contre l’idée d’un passe pour sortir avec les enfants et faire un tour en manège, les emmener au foot ou sortir au restaurant fêter un anniversaire. Et cela engendre un climat mal sain. J’ai déjà des connaissances qui s’amusent à inviter sur des boucles whatsapp des (non-)amis au restaurant, en sachant qu’ils devront publiquement s’excuser sur la boucle de ne pas pouvoir venir (test pcr pour un repas?).

        Et je le redis: à 70%, la Suisse n’aurait PAS introduit le passe. Du coup, je n’ai aucune compréhension pour vos petits caprices. A un moment quand l’intérêt commun est en jeu, il faut choisir entre oui ou non. J’ai lu le commentaire de la dame avec ses nuances d’excuses. Mais, là, on est tous collectivement dans la m… à cause de vos caprices ou de votre peur. La loi vous garantit le libre choix, ok, mais assumer au moins que c’est un caprice. Et ne demandez pas notre compréhension.

        ….

        Le CDC a sorti trois études sur la protection contre l’infection et contre les hospitalisations des vaccins ARN depuis le variant delta:

        https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7037e1.htm?s_cid=mm7037e1_w

        https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7037e2.htm?s_cid=mm7037e2_w

        https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7037e3.htm?s_cid=mm7037e3_w

        Résumé:
        Les données issues de trois articles soulignent unanimement l’efficacité continue des vaccins anti-Covid contre les formes sévères du virus.

        La première étude a analysé des centaines de milliers de cas de Covid-19 dans 13 juridictions américaines sur la période du 4 avril au 19 juin, avant que le Delta ne prolifère, et les a comparés à des cas de contaminations du 20 juin au 17 juillet. Entre ces deux périodes, le risque qu’une personne entièrement vaccinée soit contaminée par le Covid-19 par rapport à une personne non-vaccinée a légèrement augmenté, passant de 11,1 fois moins de chances d’être infectée à 4,5 fois. La protection contre les hospitalisations et la mort est restée stable, mais a baissé davantage pour les personnes de 65 ans et plus, que pour les groupes d’individus plus jeune.

    3. Je “up” ce message.

      Pas envie de répondre à tous ceux qui vont agiter ce communiqué de l’agence de santé suédoise:

      https://www.folkhalsomyndigheten.se/nyheter-och-press/nyhetsarkiv/2021/oktober/anvandningen-av-modernas-vaccin-mot-covid-19-pausas-for-alla-som-ar-fodda-1991-och-senare/

      Je me contente donc de rappeler que (moi): “Le profil risque/bénéfice est en faveur de la vaccination pour toutes les classes d’âge dès 18 ans.” Pour le reste, je ne soutiens pas la prise de position de Swissmedic d’aujourd’hui.

  18. Après 2 ans de pandémie, le personnel médical n’en peut tout simplement plus!
    Si le personnel médical lâche prise parce qu’il est épuisé, les malades du Covid-19 ayant refusé d’être vaccinés et constituant 90% des cas d’hospitalisations ne pourront plus être soignés, une grande partie mourra, c’est aussi simple que ça.
    Peut-être méritent-ils cette forme de peine capitale qu’ils se seront infligés délibérément à eux-mêmes? Mais ce qui est certain, c’est que les autres malades graves du cancer ou d’autres pathologies ne méritent pas de voir leur guérison compromise ou leur espérance de vie réduite à cause de ce genre de situation.
    Je me suis fait vacciner certes pour protéger ma santé et celle des autres, pour faire tout mon possible afin de permettre un retour à une vie à peu près normale, mais aussi pour pouvoir encore me regarder sans honte dans une glace si tout part en couille (et bien plus encore que pour pouvoir par exemple aller au restaurant ou partir en vacances).
    Je bouillonne, mais m’exprime ici dans le ligne du Dr. Jeannot, dont je salue l’immense patience et bienveillance dans ce blog, alors qu’il s’y trouve exposé à des attaques personnelles tout simplement hallucinantes et totalement inadmissibles. Merci infiniment, Cher Dr. Jeannot pour tout ce que vous faites ici, qui vous prend beaucoup de temps et d’énergie, au détriment de votre vie privée et en plus de ce que vous consacrez à votre activité de médecin!

    1. Bonjour,
      Une prochaine fois, merci de préciser votre question, de très nombreux éléments sont présentés dans cette vidéo. Premier élément, je ne connais pas les vaccins utilisés en Israel, l’efficacité des vaccins varie de l’un à l’autre. Deuxième élément, les vaccins réduisent fortement le risque d’infections mais une infection est toujours possible, même après une vaccination complète (plus souvent chez les immunodéprimés ou chez les patients âgés qui développent une immunité plus faible). Mais l’élément le plus important dans cette vidéo est de voir que, parmi les hospitalisés, il y a presque autant de vaccinés que de vaccinés, ATTENTION, ceci alors que les vaccinés sont beaucoup plus nombreux (comme précisé en début de vidéo). Donc le risque d’hospitalisation est clairement plus faible chez les vaccinés. Cette vidéo se veut volontairement polémique en oubliant de préciser ce dernier point.

      1. Israël a essentiellement vacciné avec Pfizer, qui protège de la contamination un peu moins que Moderna.

        Les chiffres de la vidéo sont toutefois un instantané. Comme les personnes fragiles sont vaccinées, il est normal qu’elles soient hospitalisées en premier (il faut toujours mettre une classe d’âge par rapport aux vaccinés [très majoritaire en Israël]/non-vaccinés). Sur la longueur, les chiffres d’Israël montrent que la vague touche cependant quasiment exclusivement les non-vaccinés :

        https://datadashboard.health.gov.il/COVID-19/general

        (Risque par classe d’âge)
        https://mobile.twitter.com/chezpasdur/status/1433979994200551424

        D’un point de vue objectif, les chiffres d’Israël disent: vaccinez-vous.

        A Mme Rouiller: ne vous laissez pas influencer pas les thread complotistes. Je vous recommande de toujours demander et rechercher les chiffres bruts. Et ceux-ci sont très rassurants.

  19. Monsieur le docteur,

    Je n’ai pas la réponse.

    https://www.swissnoso.ch/fileadmin/swissnoso/Dokumente/5_Forschung_und_Entwicklung/6_Aktuelle_Erreignisse/210907_Screening_of_repatriated_patients_with_COVID19_FR.pdf

    Pourquoi les patients soignés au Kosovo, puis rapatriés en Suisse, sont aussi souvent porteurs de bactéries multirésistantes ?

    Apparemment, c’est l’utilisation d’antibiotiques normalement utilisés dans le domaine vétérinaire… c’est l’ivermectine? (supposition de ma part) qui crée ce problème de santé publique ??

    https://www.tagesanzeiger.ch/spitaeler-besorgt-wegen-importierter-antibiotikaresistenzen-502175739158

    Désolé de vous déranger avec cette question, mais je n’ai vraiment pas la réponse. Normalement, je mettrais cela sur le “un antibiotique, c’est pas automatique”, mais pourquoi est-ce un usage d’antibiotiques à destination vétérinaire ? rupture de la chaîne d’approvisionnement?, ivermectine?, … ?

  20. Bonjour à tous,
    Je suis choquée par tous les échanges que je lis ici.
    Cette épidémie se terminera tôt ou tard avec ou sans vaccins comme toutes les précédentes. (avec plus ou moins de morts) Je rappelle le contexte pour le moment …on estime le taux de mortalité de la population mondiale à 3%.. Honnêtement il y a de plus grandes préoccupations en ce moment …je vous donne une image: l’humanité entière est à bord d’un bateau qui va sombrer bientôt à cause de la détérioration du climat et de ses conséquences dramatiques, et les gens qui sont à bord sont prêts à se battre à cause d’un vaccin? Est-ce que ce monde est sérieux?

    1. Bonjour,
      Je suis choqué par ce que vous écrivez. Je partage votre point de vue pour ce qui est du climat, il y a un décalage entre les mesures prises pour la pandémie et celles prises pour la planète mais l’on n’est pas obligé de prendre des mesures pour l’une ou pour l’autre, c’est possible d’agir pour les deux. Vous écrivez “cette épidémie se terminera tôt ou tard” mais cela ne veut rien dire, l’histoire nous montre que les vaccins ont permis de contrôlrs si ce n’est de faire disparaître des maladies, pourquoi attendre que le virus fasse des malades et des morts ? Vous écrivez encore “on estime taux de mortalité” à 3 %, honnêtement il y a de plus grandes préoccupations en ce moment”, vous rendez-vous compte du nombre de malades, d’hospitalisés et de morts qui se cachent derrière ces chiffres ? Les Etat-Unis viennent de dépasser les 700’000 morts et si l’on prend la Suisse, il y a eu 476 hospitalisations ces 14 derniers jours. L’hospitalisation d’un patient Covid aux soins intensifs coûte en moyenne 100’000 chf, on pourrait faire autre chose de cet argent, par exemple l’utiliser pour le climat… Il faut se battre conte l’épidémie et pour le climat.

  21. Cher Monsieur, mon intention n’était en aucun cas choquer ou blesser qui que ce soit, bien sûr que les vaccins ont permis d’éviter que des humains tombent malades et meurent, je ne remet pas cela en question, et ne suis pas une anti-vax.
    Et j’ai une immense empathie pour les familles qui ont perdus un proche à cause de ce virus (dont je fais partie)
    Je me suis peut-être mal exprimée…Ce que je voulais dire c’est que nous en sommes devant des dangers encore plus grands et imminents et que nous devrions rester soudés pour y faire face, au lieu de nous combattre virtuellement ou dans la vraie vie à cause d’un vaccin (cf les commentaires ci-dessus) ! De plus Il y a aura d’autres épidémies selon les experts de l’OMS et les politiciens réfléchissent toujours en terme de rentabilité en matière de santé …alors que nous devrions faire de la santé un bien public et inciter les gens à faire de la prévention et à entretenir leurs défenses immunitaires.? Idem je ne parle pas de la surfacturation médicale incontrôlable par manque de bases légales.
    Comme vous le dites dans votre introduction :
    les dangers provenant de l’alimentation, pesticides et autres perturbateurs endocriniens, sont beaucoup plus dangereux que les effets secondaires du vaccin. Avis partagé. Mais que font nos gouvernants pour traiter ces problèmes de santé publique qui coûtent aussi des millions en terme de santé publique ? Ainsi tout est à géométrie variable…

    Alors oui il faut se battre contre l’épidémie et pour le climat, mais cela demande d’élever un peu le niveau de réflexion.
    Merci de cet échange respectueux et bon courage à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *