Coronavirus : un test en ligne pour connaître votre risque

CoronaCheck

Le centre universitaire de médecine générale et de santé publique Unisanté de Lausanne a lancé un site Internet qui permet à chacun d’entre nous d’évaluer son risque d’être contaminé par le coronavirus. Vous le trouverez à l’adresse coronavirus.unisante.ch. Ce site qui porte le nom de CoronaCheck propose en réalité un questionnaire pour la population et un autre pour les professionnels de la santé.

Pour la population

Le premier questionnaire permet à chaque citoyen, en répondant à quelques questions, de connaître son risque. Si vous souffrez par exemple d’une infection respiratoire avec fièvre mais que vous n’avez pas effectué un voyage dans une zone touchée par le coronavirus ni eu de contact étroit avec un cas confirmé par laboratoire, le système donnera comme résultat « Infection sans suspicion de coronavirus ». CoronaCheck vous donnera les conseils suivants :

Actuellement, le virus circule très faiblement dans le canton de Vaud. Le risque actuel que vous soyez infecté.e par le coronavirus est donc très faible.

Les symptômes du coronavirus sont similaires à ceux de la grippe saisonnière. En pleine saison de grippe il est donc beaucoup plus probable que vous ayez une grippe.

  • Restez à la maison, si votre état s’aggrave appelez votre médecin.
  • Évitez, dans la mesure du possible, de consulter un médecin ou un centre d’urgences sans prévenir.
  • Respectez les mesures d’hygiène.

Pour les professionnels de la santé

CoronaCheck propose aussi un outil pour les professionnels de la santé qui permettra aux médecins de savoir si leurs patients répondent aux critères de « cas suspects ».

Le citoyen 2020 est connecté

On ne peut que saluer l’initiative d’Unisanté qui, avec ce site, a transformé des recommandations peu digestes en un outil que tout un chacun peut utiliser depuis son ordinateur ou son smartphone. Le droit d’être informé implique aussi de proposer aux citoyens des outils facilement utilisables.

 

Autres articles de ce blog en lien avec le coronavirus:

 

Coronavirus, une preuve supplémentaire de la nécessité de développer la télémédecine?

Même si certains déclarent que le nouveau coronavirus n’est qu’une « grosse grippe », force est de constater que cette épidémie a des répercussions sur le quotidien de la plupart d’entre nous. De la simple désinfection pluriquotidienne des mains à l’annulation de voyages en passant par des complications professionnelles, rares sont ceux qui ne sont pas concernés, de près ou de loin, par le Covid-19. Dans une telle situation, le défi pour le système de santé est de pouvoir faire face à la surcharge provoquée par l’épidémie. Ne serait-ce pas l’occasion d’utiliser les potentialités de la télémédecine ?

Pour soigner les personnes infectées

La première utilité de la télémédecine, ou plus exactement de la téléconsultation, serait de permettre de soigner à distance les personnes infectées par le coronavirus et dont l’état ne nécessite pas une hospitalisation. Les études montrent que les soins à distance, que ce soit par téléphone ou par vidéo, permettent de prendre en charge la grande majorité de ces situations.

Pour les personnes souffrant d’infections respiratoires

Au-delà des personnes souffrant du coronavirus, la téléconsultation permettrait de prendre en charge la majorité des personnes souffrant d’infections aériennes des voies supérieures, même provoquées par d’autres germes. Si un examen physique est parfois nécessaire, une étude publiée en 2016 montre que 63 % de ces cas peuvent être traités à distance. Faire voyager les informations plutôt que le malade a le double avantage de ne pas encombrer les services d’urgence mais aussi d’éviter le risque de contaminer d’autres patients, et les professionnels de la santé, sur les lieux de soins.

Pour de nombreuses autres situations

Pour éviter d’exposer inutilement les patients, plus particulièrement les malades chroniques, la téléconsultation peut être utilisée pour soigner un grand nombre de problèmes médicaux. C’est la voie choisie par un hôpital chinois dont les 157 médecins sont disponibles pour des consultations par Internet pour des patients souffrant de maladies respiratoires, cardiovasculaires, digestives, endocrines et autres.

Même si l’on a tendance à penser que les soins à distance ne sont possibles que pour un nombre limité de situations, la réalité est autre. Les bonnes pratiques de l’Association américaine de télémédecine montrent que les seules restrictions sont l’indispensable présence du patient (examen physique ou geste technique) ou l’existence de difficultés de communications (problèmes de langue ou personnes souffrant de déficits cognitifs). Ces recommandations précisent aussi que les professionnels de la santé doivent être formés à la télémédecine, une pratique qui nécessite des connaissances et compétences spécifiques.

A lire aussi sur ce sujet l’article La téléconsultation est-elle possible dans tous les cas ?

Pour la prévention

Au-delà des soins curatifs, la télémédecine pourrait aussi être utilisée pour faire de la prévention. Pour revenir au coronavirus, le simple courrier électronique permettrait par exemple aux médecins d’envoyer à leurs patients des informations utiles. On peut penser aux recommandations et informations officielles  mais cela permettrait aussi de leur rappeler qu’en cas d’infections des voies aériennes il est préférable de prendre contact avec un centre de soins (cabinet médical, clinique ou hôpital) par téléphone plutôt que de s’y rendre directement. Un conseil qui est d’ailleurs repris dans la dernière édition de l’affiche “Comment nous protéger” de l’Office fédéral de la santé publique.

 

 

La téléconsultation, supérieure ?

Même si, dans certaines situations, rien ne remplacera jamais la rencontre physique entre soignant et soigné, l’épidémie actuelle de coronavirus nous montre que la téléconsultation n’est pas une consultation de qualité inférieure. Elle peut même, au contraire, être supérieure à la consultation présentielle, en tout cas, pour ce qui est du coronavirus, en terme de sécurité.

 

NB : vous trouverez sur le site de l’Office fédéral de la santé publique une page consacrée au nouveau coronavirus : vous y trouverez les informations sur la situation actuelle pour la Suisse et l’étranger, les recommandations aux voyageurs et les réponses aux questions les plus fréquentes.

 

Autres articles  consacrés à la télémédecine sur ce blog :

  • Vous êtes malade et votre médecin est absent. Pourquoi ne pas essayer la télémédecine ? (lien).
  • Me faire soigner à distance ? Moi, jamais ! (lien).
  • Les mille visages de la télémédecine (lien).

 

Dossier électronique du patient : serez-vous mieux soigné?

Si son lancement n’est pas repoussé, chaque citoyen de ce pays pourra dès avril prochain ouvrir un dossier électronique. Cet outil vous permettra-t-il d’être mieux soigné ?

Une meilleure circulation de l’information au sein du système de santé

Le concept du dossier électronique du patient (DEP) est double, d’une part donner aux citoyens – patients la possibilité d’accéder en ligne à l’ensemble de leurs données de santé, d’autre part de partager ses données avec les différents professionnels qui les prennent en charge. Présenté ainsi, on ne peut que se réjouir de ce projet, il devrait venir corriger deux anomalies du système de santé actuel : le non accès du patient à ses propres données et la mauvaise communication des informations santé entre les différents professionnels qui s’occupent d’un patient.

Facultatif ou obligatoire ?  

L’ouverture d’un dossier sera naturellement facultative pour les patients, si vous ne le souhaitez pas, personne ne pourra vous y obliger. A moins que la loi ne soit modifiée, les prestataires de soins du monde ambulatoire, les médecins et les pharmaciens par exemple, n’auront pas non plus l’obligation de participer au DEP. Les seuls qui n’auront pas le choix sont, dès avril 2020 les hôpitaux, et dès avril 2022 les établissements pour personnes âgées et les maisons de naissance.

Les obstacles

Même si le concept du DEP est excellent, on peut nourrir quelques craintes pour ce qui est de son utilité. Mes craintes viennent surtout des nombreux obstacles que le DEP devra surmonter.

Le premier est que le citoyen ouvre un dossier électronique. Les journalistes de l’émission Forum de la RTS ont récemment sondé les auditeurs de la chaîne, 45 % ont répondu ne pas vouloir partager leurs données de santé sous une forme électronique. Une des craintes souvent exprimée est que les assureurs accèdent à ces précieuses informations. La loi ne l’autorise pas, mais une loi peut être modifiée. Je pense cependant que nos politiciens ne le feront pas, ce serait la mort du DEP. J’espère ne pas me tromper.

Le deuxième obstacle est celui de l’ouverture du DEP. L’ouverture d’un dossier nécessite une identification forte, il faut être sûr que vous soyez bien la personne que vous prétendez être. L’ouverture d’un dossier ne pourra donc pas se faire en ligne, les citoyens devront se rendre dans un lieu physique où leur identité pourra être vérifiée.

Le troisième obstacle est celui de l’ergonomie, de l’utilisabilité du DEP. Très peu de personnes savent à quoi ressemblera cet outil, je n’ai en tout cas rien lu à ce sujet. Si l’on veut que les patients et les professionnels de la santé l’utilisent, il devra être pratique. Cela signifie de pouvoir accéder aux informations médicales importantes rapidement mais aussi de pouvoir le paramétrer correctement. Le citoyen pourra définir quels professionnels pourront consulter ses données, le type de documents qui pourront être vus mais aussi définir la durée de l’accès à ces informations. Il sera aussi possible d’attribuer à chaque document un niveau de confidentialité : normal, restreint ou secret. On peut donc se réjouir de savoir que le citoyen pourra définir lui-même avec finesse qui pourra voir quoi, mais on est aussi en droit de se demander si ce paramétrage sera à la portée de tous.

Le quatrième obstacle est celui de la quantité des données présentes dans le DEP. Si votre médecin et votre pharmacien ne participent pas au DEP, vous ne trouverez des documents que si vous êtes hospitalisé. Ennuyeux. Il est possible que le parlement modifie la loi et oblige les médecins et les pharmaciens à y participer, ils prendront alors le risque de voir ces professionnels s’opposer frontalement à cet outil. Paradoxalement il est aussi possible que la trop grande quantité de documents présents dans un dossier soit un problème. Une hospitalisation peut générer plus de 200 PDF, le moteur de recherche du DEP sera-t-il suffisamment performant pour retrouver, au milieu de ces documents, l’information recherchée ?

Le cinquième obstacle est celui de l’utilité. Le DEP ne contiendra, au début en tout cas, que des documents au format PDF. Ce dossier électronique du patient sera donc une « grande boîte aux lettres » où seront stockées vos données médicales, il s’agira donc plutôt d’archives documentaires, Il sera surtout utile aux patients souffrant de maladies chroniques. Retrouverez-vous les informations dont vous avez besoin ? Les professionnels de la santé s’y connecteront ils ? L’avenir nous le dira.

Il est déjà prévu que le DEP contienne à terme des informations dites « structurées », donc pas seulement des documents PDF bruts mais aussi des informations médicales comme la liste de vos médicaments. Il serait ainsi possible d’avoir dans le DEP « un plan de médication partagé » et un « plan de soins partagé ». Que tous les professionnels de la santé puissent en permanence accéder à votre traitement médicamenteux, continuellement mis à jour, serait très utile. Qui va s’occuper de mettre à jour ces informations ? Je crois que personne n’a la réponse.

Le sixième obstacle serait de croire que cet outil va corriger tous les problèmes de communication du système de santé. Le médecin que je suis ne reçois parfois que très tardivement les rapports concernant mes patients qui ont consulté un spécialiste ou qui ont été hospitalisés, pour ces situations le DEP ne changera bien sûr rien.

Une autre voie ?

Je me demande parfois s’il n’aurait pas fallu prendre une autre voie. Pour améliorer la communication entre professionnels, on aurait par exemple pu proposer aux différents prestataires de santé d’abandonner le fax et le courrier postal et de privilégier le courriel. On aurait aussi pu leur demander d’envoyer automatiquement une copie des documents qu’ils échangent à leurs patients.  Ces mesures ne sont pas très ambitieuses, je vous l’accorde. Plus sérieusement, la vraie alternative aurait été de permettre aux patients de se connecter directement aux dossiers électroniques des professionnels qui les soignent, que ce soit en ambulatoire ou à l’hôpital.

Pour les malades chroniques

J’espère que mes craintes ne sont pas fondées. Une chose est sûre, d’importants efforts sont faits dans chaque canton pour que ce DEP soit un succès. Si ce DEP pouvait déjà être utile aux patients souffrant de maladies chroniques, ce serait déjà une belle victoire.

 

A voir / à lire :

 

Vous êtes malade et votre médecin est absent. Pourquoi ne pas essayer la télémédecine ?

Lorsque l’on tombe malade, l’idéal est de se faire soigner par son médecin. Il arrive malheureusement que cela ne soit pas possible. Cela peut être le cas si vous avez besoin de soins un soir, un week-end ou un jour férié. Ou que votre médecin est en vacances. Ou que son agenda est déjà plein. Ou que vous êtes en déplacement. Ou simplement parce que vous n’avez pas de médecin…

Dr Google ou votre pharmacien ?

Dans cette situation, que faire ? La première option est de prendre l’avis de Dr Google : vous introduisez vos symptômes et cherchez parmi les sites proposés les solutions à votre problème. Cette solution peut parfois être utile mais vous serez probablement souvent déçu, le défi est de trouver une information de qualité mais surtout qui corresponde vraiment à votre situation, à vos symptômes.

La deuxième option, pour les situations simples, est de prendre l’avis de votre pharmacien. Il ne fera pas de diagnostic mais pourra vous donner un conseil.

Je veux l’avis d’un médecin

Mais l’on peut parfois souhaiter avoir l’avis d’un médecin. Jusqu’à récemment, vous n’aviez comme option que de vous rendre dans un service d’urgence. Avec le risque de devoir attendre, de prendre la place de quelqu’un de plus malade que vous mais aussi de vous retrouver avec une facture élevée (surtout ennuyeux lorsque l’on n’a pas atteint sa franchise).

Il existe depuis quelques semaines une autre option : se faire soigner à distance. C’est l’idée de la plateforme Soignez-moi.ch qui propose des consultations médicales pour la somme de 39 francs (remboursés par les caisse-maladies). Certains assurés peuvent bien sûr depuis longtemps contacter la centrale téléphonique de leur caisse-maladie, mais l’offre de Soignez-moi s’en distingue par plusieurs aspects.

Soignez-moi.ch = Internet + médecin

Vous verrez à la fin de cet article que j’ai un lien avec Soignez-moi.ch. Je n’y travaille pas mais j’ai participé à la rédaction des fiches d’information qui sont envoyées aux patients une fois un diagnostic posé. Malgré ce conflit d’intérêts, j’assume de dire que Soignez-moi.ch est actuellement en Suisse le meilleur moyen de se faire soigner à distance pour les problèmes de santé de base:

  • Vous devez tout d’abord remplir un questionnaire en commençant par sélectionner le symptôme qui vous dérange le plus. Pour des maux de gorge, vous choisirez par exemple « Tête et cou ». Si nécessaire, par exemple pour un problème de peau, vous pourrez aussi envoyer une photo.
  • Un médecin prend en charge votre demande dans l’heure et, une fois le diagnostic posé, envoie si nécessaire une ordonnance dans votre pharmacie (par voie électronique).
  • Un suivi médical est assuré les jours suivants.

Une prise en charge par des médecins installés 

Soignez-moi.ch se différencie des autres solutions de télémédecine par un certain nombre de caractéristiques :

  • Si les informations que vous avez transmises ne sont pas suffisantes, le médecin vous contactera par téléphone.
  • Si le questionnaire montre que vous ne pouvez pas être soigné à distance, vous ne payerez rien.
  • A moins que vous ne vous y opposiez, un rapport sera, à la fin de la consultation, envoyé à votre médecin.
  • Soignez-moi.ch peut être utilisé depuis un smartphone, une tablette ou un ordinateur.
  • La plateforme collabore avec des médecins expérimentés qui travaillent en cabinet en Suisse.

La force de Soignez-moi.ch est aussi de se concentrer sur les problèmes de santé qui peuvent être soignés à distance. On peut lire sur le site de la plateforme :

Nous ne prenons en charge que des cas simples qui peuvent être traités par télémédecine. A titre d’exemple, nous ne traitons pas de cas chroniques ou qui existent depuis plusieurs mois, une visite médicale est nécessaire pour ce genre de symptômes. Pour les maux de dos de plus d’un mois ou maux de tête liés avec une vision trouble, le questionnaire médical vous conseillera gratuitement de consulter un médecin.

Malgré cette réserve, les problèmes qui peuvent être pris en charge sont nombreux.

Pour les patients 

Je suis élogieux face à cette solution car cette plateforme a réussi le bon mariage entre la technologie (questionnaire en ligne, ordonnance électronique, etc.) et l’humain : derrière les algorithmes de la plateforme se trouvent des médecins. Un projet qui donne l’impression d’avoir été développé en pensant aux besoins des patients. Ce n’est pas toujours le cas.

 

PS: intéressé(e) par une formation en télémédecine (sur deux demi-journées) ? Vous trouverez le programme ici.

 

Conflit d’intérêts : je ne travaille pas comme médecin pour Soignez-moi.ch mais je collabore avec la plateforme pour différents travaux (rédaction de fiches d’information, organisation de formations, etc.).

 

 

L’intelligence artificielle en médecine? Bof.

L’intelligence artificielle est à la mode en médecine.  Cette technologie permettra -t-elle aux patients d’être mieux soignés ? N’en déplaise aux techno-prophètes, mon stéthoscope est pour l’instant plus utile.

L’intelligence artificielle, c’est quoi ?

Wikipédia nous apprend que l’intelligence artificielle (IA) est « l’ensemble des théories et des techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence ». Elle correspond donc à un ensemble de concepts et de technologies plus qu’à une discipline autonome constituée.

Le Machine learning (« apprentissage automatique ») est une des formes de l’intelligence artificielle. Elle s’appuie sur des algorithmes d’apprentissage et se nourrit de grandes quantités de données. La principale distinction entre les méthodes d’apprentissage traditionnelles et l’apprentissage machine est qu’en machine learning, un modèle apprend à partir d’exemples plutôt que d’être programmé avec des règles.

A ce stade, il me parait nécessaire de souligner un point important. Aussi puissante que puisse être cette technologie, elle n’a pas d’intelligence « générale », de bon sens. Stéphane Benoit-Godet, rédacteur en chef du Temps le rappelait avec un bel exemple dans l’une de ses chroniques : « un jour, deux ordinateurs joueront parfaitement ensemble aux échecs pendant que la pièce dans laquelle ils se trouvent flambe».

Les difficultés

Un article publié sur le site Harvard Business Review et intitulé Adopting AI in Health Care Will Be Slow and Difficult permet de comprendre les obstacles qui restent à franchir avant que l’IA ne puisse être utilisée en médecine. Le premier est celui de la certification de ces outils. On découvre dans cet article les efforts que doit faire la Food and Drug Adminsitration (FDA), l’organisme de régulation américain, pour adapter ses règles à ces nouveaux outils.  La nature évolutive des solutions d’IA pourrait même nécessiter de devoir répéter ce processus de certification.  Le machine learning, c’est aussi une black box, une boîte noire, aucune idée de ce qui se passe à l’intérieur, la certification ne va être simple.

Au-delà de cette question de certification, l’autre difficulté est bien évidemment celle de la validité médicale de l’IA. Sans études qui valident son utilité en clinique, les professionnels de la santé n’adopteront pas l’intelligence artificielle.

Le Prof. Christian Lovis, chef du Service des sciences de l’information médicale des HUG, vient de publier dans le Journal of Medical Internet Research un article qui montre lui aussi la complexité de l’implémentation de l’IA en médecine. Il y écrit que « la médecine n’est pas une science comme les autres » et qu’elle est « profondément liée à des contraintes juridiques, éthiques, réglementaires, économiques et sociétales ». Le Prof. Lovis voit l’indispensable approche multiple de l’IA comme une opportunité, puisse-t-il avoir raison.

L’intelligence artificielle, un simple outil

En médecine, les domaines de l’IA les plus prometteurs sont liés au traitement de l’image ; la radiologie, la dermatologie et l’ophtalmologie. Même si on lit partout que ces outils sont plus performants que les médecins, leur validité doit encore être démontrée en dehors des études, c’est-à-dire en situation clinique.

Lorsqu’une innovation apparait, nous lui attribuons mille vertus. Mais l’IA ne sera au mieux qu’un outil de plus à disposition des professionnels de la santé. Lorsque je fais une prise de sang chez un patient pour qui je suspecte une anémie, je crois les résultats que m’envoie le laboratoire, même sans avoir moi-même compté les globules rouges. Il en sera de même pour l’IA, une aide pour le médecin.

Toujours plus de données

Un article sur l’utilité du machine learning en médecine a été publié dans le célèbre New England journal of Medicine en avril dernier. Les conclusions de cette publication sont pleines de bon sens : « L’augmentation de la quantité de données générée par le système de santé modifiera à l’avenir fondamentalement la façon d’exercer la médecine. Nous croyons fermement que la relation médecin – patient restera dans le futur la base de la médecine, une relation enrichie par les connaissances issues du machine learning.

J’espère bien sûr voir ces nouveaux outils révolutionner notre approche de certaines maladies mais pour l’heure, l’intelligence artificielle ne semble être qu’un nouvel outil à disposition des professionnels de la santé. Un outil dont il faudra encore prouver l’utilité.

 

L’irruption des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans le monde de la santé a introduit de profonds bouleversements, dont on parle peu, et de fausses innovations, dont on parle trop.

Dr Dominique Dupagne.

 

 

A lire sur le sujet :

 

Accéder à ses données médicales, depuis n’importe où, n’importe quand ?

Pourquoi peut-on accéder à nos données bancaires en ligne et pas à nos données médicales ?

Actuellement, vos données médicales sont stockées chez les différents professionnels de la santé qui vous ont soigné mais vous n’y avez vous pas accès. Ne devrait-on pas pouvoir accéder à nos informations médicales en ligne, comme on le fait pour nos comptes bancaires ?

Si votre médecin est absent

Il parait tout de même assez évident qu’il serait utile de pouvoir accéder à votre dossier médical si vous avez besoin de soins et que votre médecin est absent.  Votre médecin traitant ne travaille pas 24 heures sur 24, son cabinet est fermé le week-end et, en plus, il prend parfois des vacances. Si vous devez durant ces moments-là consulter en urgence, le professionnel de la santé qui vous prendra en charge ne connaitra pas vos problèmes de santé, vos traitements et vos résultats d’analyses. Est-ce encore acceptable en 2019 ?

Mieux soignés

Les études nous montrent aussi que les patients qui accèdent à leurs données médicales, par exemple à la liste de leurs diagnostics et aux rapports des spécialistes consultés, comprennent mieux leurs maladies, suivent mieux leurs traitements et sont mieux soignés. Accéder à ses données permet au citoyen d’être plus actif dans la prise en charge de sa santé.

Au-delà des données, les services

Si l’on s’inspire de ce que proposent de nombreux établissements de santé à l’étranger, aux Etats-Unis en particulier, les dossiers médicaux en ligne ne donnent pas seulement accès à vos données médicales, ils proposent en plus toute une série de services: la possibilité de prendre rendez-vous chez les professionnels de la santé qui vous soignent, un système de rappel qui vous alerte lorsque le prochain rendez-vous approche, la possibilité de faire renouveler vos ordonnances mais aussi de contacter votre médecin par courrier électronique.

Un dossier “médical” ou un dossier “santé” 

Le réel objectif ne devrait en réalité pas être un dossier médical mais un dossier santé. Formulé autrement, votre dossier ne devrait pas se limiter à lister vos diagnostics, vos traitements et vos allergies, il devrait vous aider à rester en forme. Cela pourrait prendre la forme d’un simple courriel qui vous rappelle qu’il est temps d’effectuer un examen de dépistage ou, autre exemple, de vous permettre de trouver dans votre région la liste des spécialistes qui pourront vous aider à stopper votre tabagisme. L’idée est somme toute simple, transformer un dossier médical orienté « maladies » vers un dossier « santé » qui vous aide à rester en forme.

De nouveaux métiers

Actuellement, les données médicales sont dispersées, certaines chez votre médecin traitant, d’autres à l’hôpital, d’autres encore dans votre pharmacie et à mille autres endroits. Ces données ne sont le plus souvent pas structurées, elles ne sont constituées que de textes et de chiffres. Un travail humain est donc nécessaire pour récupérer ces données médicales et les présenter dans un dossier médical que chaque citoyen pourra consulter en ligne. Il faut confier ce travail de récupération et de valorisation de vos données à des spécialistes de la gestion des données de santé, de nouveaux métiers doivent être créés.

Patient acteur

Vous pourriez ainsi, en quelques clics seulement, accéder à vos données médicales, à des conseils santé et à différents services : un tableau de bord qui vous permettrait, de « piloter » votre santé. Cet outil serait évidemment aussi bien utile aux professionnels de la santé qui vous soignent, ils auraient accès en permanence à vos données médicales complètes, mises à jour en permanence.

Intéressé(e) ?

 

Merci aux 97 personnes qui se sont inscrites pour être informées de la sortie de chaque nouvel article de ce blog !

 

 

Se faire soigner par un médecin, bientôt une exception?

Grâce à la créativité de nos caisses-maladie, se faire soigner par un médecin sera peut-être bientôt une exception. Quelle option choisirez-vous, vous faire soigner par un(e) infirmier(ère), par un « spécialiste expérimenté », par un « conseiller numérique » ou par un(e) pharmacien(ne) ?

Soigné par des infirmiers et des « spécialistes expérimentés » ?

Ce mouvement a débuté il y a de nombreuses années déjà avec les services de télémédecine. En Suisse, les trois principaux acteurs sont Medgate, Medi24 et Santé24. Même si l’on peut sur le site de Medgate lire que « les médecins de Medgate Tele Clinic sont là pour vous, jour et nuit, par téléphone et vidéo », le premier contact se fait à ma connaissance toujours avec un infirmier ou une infirmière, le médecin n’étant lui appelé que pour les cas les plus complexes. Sur le site de Medi24, on apprend que « c’est une équipe interdisciplinaire composée de plus de 120 spécialistes, dont des médecins et des soignants qui vous répond ». Un médecin, je sais ce que c’est mais un soignant, ce n’est pas très précis. Il est donc possible que la personne qui vous conseille ne soit ni infirmier, ni médecin. Chez Santé24, « les conseils sont fournis gratuitement en quatre langues par des médecins et d’autres spécialistes expérimentés ». Le terme « d’autres spécialistes expérimentés » nous place dans la même situation, vous ne savez pas qui vous soigne.

Ceux d’entre vous qui lisent ce blog régulièrement connaissent la valeur que je donne à la télémédecine, je regrette cependant qu’il soit si difficile de savoir qui répond aux questions des patients qui confient leur santé à ces services.

Soigné par un « conseiller numérique » ?

Ce « conseiller numérique » est un algorithme qui porte le nom de « MyGuide ». Proposé par la CSS, MyGuide analyse les symptômes des patients pour savoir s’ils doivent ou non se rendre chez le médecin. Comme écrit dans un autre article de ce blog, il s’agit d’une solution innovante qui donne certainement des conseils médicaux de meilleure qualité que ce qu’un patient trouve en faisant une recherche sur Internet.

Mais il existe des points négatifs. Le premier, le fait que les patients transmettent des informations sensibles à leur caisse-maladie, une attitude qui risque à terme de se retourner contre eux. Le deuxième problème est économique, quel est l’impact de ce conseiller numérique sur les coûts de la santé ? Pour cet aspect financier, nous n’avons pas de réponse. Ma crainte principale est que, par précaution, le nombre de personnes envoyées chez le médecin, ou pire aux urgences, augmentent drastiquement. Le troisième problème est le plus important, les conseils donnés par ce conseiller numérique sont-ils fiables ? Par manque d’études, le doute subsiste.

Soigné par un pharmacien ?

Le communiqué de presse date du 19 août 2019 et on peut y lire : « Le Groupe Mutuel lance un nouveau modèle d’assurance en partenariat avec les pharmacies Amavita, Sun Store et Coop Vitality ». Les patients qui souscriront à ce modèle PrimaPharma auront l’obligation de se rendre d’abord auprès d’un pharmacien, sauf, si l’on en croit cet article du Temps, « pour les urgences, pour les consultations gynécologiques, pédiatriques, ainsi que les maladies chroniques ». Je suis rassuré que pour les infarctus une exception soit prévue, je le suis plus encore pour les consultations gynécologiques.

Même si les pharmaciens jouent un rôle central dans notre système de santé, ce modèle m’interpelle. Premier point, il est limité aux pharmacies des groupes Amavita, Sun Store et Coop Vitality. Si votre pharmacie habituelle ne fait pas partie de ces chaînes, le pharmacien qui vous conseillera ne vous connaîtra pas. Pour revenir à la question principale de cet article, que sait-on de la qualité des conseils santé des pharmaciens ? Même si nous avons en Suisse des pharmaciens bien formés, médecins et pharmaciens restent des professions différentes.

J’ai pu lire dans l’article du Temps susmentionné que « PharmaSuisse souligne qu’un essai pilote en la matière mené entre 2012 et 2014 a montré que 73% des cas avaient pu être résolus dans la pharmacie », si cela continue ainsi, on va bientôt pouvoir se passer totalement de médecins.

J’ai écrit aux services médias de PharmaSuisse et du Groupe Mutuel pour en savoir plus sur ces études qui ont porté sur la qualité des recommandations médicales données par les pharmaciens. Dans leurs réponses, aucune étude qui soutienne la pertinence, et l’absence de dangerosité, de ce modèle PrimaPharma (1, 2, 3, 4, 5, 6). On ne retrouve d’ailleurs nulle part ce chiffre de « 73 % de cas résolus dans la pharmacie ».  L’étude la plus intéressante est la dernière citée (Is there potential for the future provision of triage services in community pharmacy?)  dont les conclusions sont :

Bien que peu d’études aient spécifiquement mis à l’essai des services de triage, les résultats de cette recherche indiquent qu’un service de triage en pharmacie communautaire est faisable et approprié, et qu’il a le potentiel de réduire le fardeau sur les autres services de santé. Il reste encore des questions à régler, comme celle d’assurer l’uniformité du service et de savoir si toutes les pharmacies pourraient fournir ce service.

Ce modèle PrimaPharma cumule à mes yeux les défauts : 1) Si le pharmacien est un partenaire apprécié du patient, la différence est grande entre pouvoir aller chez le pharmacien chercher un conseil ou avoir l’obligation de s’y rendre. 2) Malgré le professionnalisme des pharmaciens, aucune étude ne permet de dire que ce modèle n’aura pas de conséquences négatives sur la santé des patients traités. 3) Ce modèle exclut de très nombreuses pharmacies, obligeant les patients à se rendre dans une pharmacie qui n’est pas la leur. 4) Même pour les pharmaciens concernés, je trouve qu’il s’agit d’un cadeau empoisonné, ce système met sur leurs épaules une bien grande responsabilité.

Plutôt que de les opposer, je vois plutôt le futur comme une intensification de la collaboration médecins – pharmaciens.

Les propositions des médecins ?

On propose donc aux citoyens suisses des prises en charge dont la validité n’est pas prouvée. Ni pour ce qui est de la qualité des soins, ni pour ce qui est des économies. Au-delà de ce problème, ce qui me dérange le plus est de voir qu’au travers de ces différents modèles, ce sont les caisses-maladie qui dessinent le système de santé suisse, en tout cas la partie importante qu’est l’accès du patient aux soins.

Une chose cependant ne peut être retirée aux caisses-maladie, elles innovent. Pas forcément toujours avec pertinence, mais au moins elles innovent. Car du côté des médecins, à ma connaissance, il n’existe aucune proposition pour un meilleur tri ou une optimisation de la prise en charge des patients.

 

 

Notre système de santé doit être réinventé

Notre système de santé est complètement dépassé. Je dis parfois, en exagérant un peu, qu’à part les patients et les professionnels de la santé, tout pourrait être changé. Il est vrai que de se plaindre de l’offre de soins proposée dans notre pays, si on le compare à ce qui existe dans des endroits moins favorisés de la planète, peut paraître indécent. Il n’en reste pas moins que de profonds changements seront nécessaires si l’on espère pouvoir faire face aux défis qui attendent notre système de santé.

Un système fragmenté

Le monde de la santé fonctionne encore comme il y a 100 ans, lorsque la médecine n’était constituée que de rares soins aigus, le patient allait chez le médecin pour une grippe et y retournait l’année suivante pour soigner une blessure. Entre ces deux épisodes, il ne se passait rien.  Ce système qui fonctionnait pour des problèmes médicaux simples ne répond plus aux défis actuels, en particulier pour la prise en charge des patients souffrant de maladies chroniques. S’ils ont la mauvaise idée de souffrir de plusieurs maladies simultanément, c’est pire encore.

Ce système qui a déjà atteint ses limites risque d’imploser avec la quantité grandissante de données générée pour chaque patient, les informations que vous transmettez à votre médecin mais aussi les rapports des spécialistes consultés, les résultats d’analyses de laboratoire et bientôt les données génétiques.

Une offre globale

La complexité grandissante de la médecine nécessite d’abandonner un système fait de différents prestataires de soins qui communiquent plus ou moins bien entre eux en faveur d’un système intégré. L’unité ne doit plus être l’individu, le médecin, le spécialiste, l’infirmier et le pharmacien mais une structure qui les regroupe tous.

La porte d’entrée à ce système doit être constitué de centres de proximité où les patients peuvent se rendre en cas de besoin mais qu’ils peuvent aussi contacter à distance, téléphone ou vidéo, lorsque le contact physique avec le professionnel de la santé n’est pas nécessaire. Ce mariage de la médecine traditionnelle qui s’effectue dans un lieu physique donné complété par des soins à distance rendra le système plus efficient mais permettra aussi une meilleure orientation des patients.

Le patient devra aussi bien sûr pouvoir accéder à ses données santé, pour connaître et comprendre ses problèmes de santé, pour pouvoir prendre rendez-vous, faire renouveler ses ordonnances ou recevoir des conseils santé adaptés à sa situation médicale.

Il faut aussi passer du tout curatif à une offre qui donne une réelle place à la prévention. Même si la formule est facile, il ne faut plus réfléchir maladie mais santé.

Pour qui, par qui ?

Pour diriger les changements à venir, la voie à suivre est double, il faut penser aux patients mais aussi aux professionnels de la santé. L’intégration des patients dans les choix futurs est une garantie que les innovations iront dans la bonne direction. Comme déjà mentionné dans d’autres articles de ce blog, il ne faut plus faire pour les patients mais avec eux. Même si, comme l’écrit avec pertinence Bertrand Kiefer, le rédacteur en chef de la Revue médicale suisse, il est difficile de savoir qui sont exactement ces patients et comment choisir ceux qui auront le droit à la parole.

L’autre acteur à ne pas oublier est le professionnel de la santé. Si l’on veut qu’il soit capable de soigner, de conseiller et d’accompagner, il faut que son travail garde son sens. Pour lui aussi la médecine est toujours plus complexe, plus rapide, plus technologique, il faut qu’il puisse continuer à soigner l’individu unique qui se cache derrière chaque patient.

 

 

 

Vers une médecine plus efficace grâce aux patients ?

« Au Canada, l’hôpital à l’écoute des patients pour améliorer les soins ». Ce titre d’un article publié récemment sur le site Pourquoidocteur.fr a attiré mon attention.

On peut y lire : « D’après une nouvelle étude menée au Canada, demander aux patients de rapporter leur expérience dans les hôpitaux pourrait grandement aider à améliorer la qualité des soins ».

Cet article fait référence à une recherche publiée dans le Canadian Journal of Cardiology où des patients opérés du cœur ont été interviewés,  l’objectif était d’améliorer la qualité des soins en tenant compte de leurs besoins.

Avait-on vraiment besoin d’une étude pour arriver à cette conclusion ?

Je pense que non. Cette étude est cependant intéressante pour deux raisons en tout cas. La première est bien sûr que d’être convaincu d’une croyance est bien, en avoir la conformation dans une étude est mieux. La deuxième raison est de découvrir qu’il existe dans cet hôpital de l’Alberta une réelle conscience de la valeur de l’avis des patients.

Même si je pense que la grande majorité d’entre nous est d’accord pour dire que l’expérience patient est essentielle pour améliorer notre système de santé, force est de constater que peu de choses sont mises en place pour recueillir l’avis des patients dans notre pays.

Vers une co-construction

L’objectif n’est pas simplement de demander aux patients de remplir un questionnaire de satisfaction lors de leur sortie de l’hôpital, mais de mettre en place un système qui permette une réelle implication des patients.

Des chercheurs de l’Université de Toronto ont analysé toutes les études publiées sur le lien entre l’intégration des patients et l’amélioration de la qualité des soins. Ils ont identifié quarante-huit études sur ce sujet. Leurs conclusions ? Le niveau d’engagement influe sur les résultats : un engagement faible (un simple questionnaire donné aux patients) a un faible impact, les engagements plus importants (co-conception, partenariat) peuvent eux aboutir à des modifications importantes du système de santé.

Des initiatives existent

Même si elles sont encore rares, des initiatives existent : les Hôpitaux universitaires de Genève ont lancé un programme « Patients partenaires » avec l’objectif justement d’améliorer la qualité des soins. On peut lire sur le site des HUG « cette évolution implique un repositionnement des rôles : le patient sait mieux que personne quels sont ses symptômes et comment il les vit. Son regard sur l’hôpital et ses prestations est celui du client. On ne peut le soigner et progresser qu’avec lui. Le professionnel, de son côté, ne décide plus tout seul, mais cherche davantage à collaborer avec le patient ».

Une belle initiative qu’il faudra suivre pour en mesurer les réelles conséquences.

Un changement culturel

Notre système de santé fait face à un certain nombre de défis auquel il faudra répondre par des changements multiples, humains, technologiques et organisationnels. Ces changements ne seront utiles que s’ils intègrent les besoins et les attentes des patients. Il ne faut plus faire « pour les patients » mais avec eux. Cela nécessite un profond changement au sein de notre système de santé.

 

A lire aussi sur ce sujet :

  • Sur ce blog : Le médecin décide, le patient obéit, sur la relation médecin patient et plus particulièrement sur la nécessité d’évoluer vers une relation de partenariat.
  • Sur le site de la Revue médicale suisse : Patients : sujets avant d’être partenaires, écrit par Béatrice Schaad, Céline Bourquin, Francesco Panese et Friedrich Stiefel. On peut y lire : les patients, leurs proches comme les professionnels de la santé souffrent d’un processus de dé-subjectivisation alimenté par la place grandissante des technologies et la standardisation des prises en charge. Ils éprouvent d’abord le besoin d’être reconnus comme des sujets avant de pouvoir envisager de devenir des partenaires. Un éclairage essentiel.
  • Sur le site du Figaro santé, Vers une médecine plus efficace grâce aux patients. A lire absolument. En espérant que son auteur me pardonne d’avoir copié le titre de son article.

 

NB: si vous souhaitez être informé de la publication de chaque nouvel article de ce blog, introduisez votre adresse mail sous “Abonnez-vous à ce blog par mail”. 

 

Me faire soigner à distance ? Moi, jamais !

Pourquoi se faire soigner à distance alors que le contact humain est si important ? Pourquoi recourir à la téléconsultation alors que le médecin doit souvent vous examiner ? Pourquoi accepter cette déshumanisation des soins ?

Très développée en Suisse

La téléconsultation est déjà une réalité en Suisse, moins souvent utilisée qu’aux USA mais plus fréquemment que dans la plupart des pays européens.  Les acteurs historiques sont liés aux assureurs, leurs services sont réservés aux assurés des caisses affiliées, certains patients ayant l’obligation de les contacter avant de prendre rendez-vous chez un médecin. Les centrales téléphoniques de Medgate, Medi24 et Santé24 reçoivent entre cinq et six mille appels par jour.

Plus récemment sont apparus de nouveaux acteurs, à l’image de Tondocteur.ch, qui annonce sur son site, au moment d’écrire ces lignes, « 78 docteurs en ligne et dispos pour téléconsulter via webcam ! ». Il est aussi désormais possible de se faire soigner à distance pour des situations particulières, l’envoi d’une photo de votre peau permet par exemple aux médecins de derma2go ou de OnlineDoctor de répondre à vos problèmes dermatologiques. A signaler aussi l’initiative originale d’une diététicienne qui a développé avec son site Coeurnutrition.com une solution permettant une prise en charge diététique à distance.

Les Hôpitaux universitaires de Genève viennent quant à eux de lancer HUG @ home , une solution de soutien des soins à domicile par vidéo qui permet aux personnels soignants faisant face à un problème aigu de recevoir les conseils d’un médecin des HUG, évitant ainsi un déplacement du patient aux urgences.

De nouveaux projets vont être lancés prochainement à l’image de Soignez-moi qui a comme objectif la prise en charge à distance de nombreux problèmes de santé en un temps maximum d’une heure.  Les créateurs de Soignez-moi publieront les algorithmes utilisés pour la prise en charge des patients, un effort de transparence à saluer.

Les atouts

De prime abord, nous avons tous le sentiment qu’une consultation chez le médecin est préférable à des soins à distance. Les avantages de la téléconsultation sont cependant plus nombreux que ce que l’on pourrait imaginer.

Même si une analyse complète des atouts de la consultation dépasse le cadre de cet article, on peut tout de même citer :

  • L’accès aux soins pour des personnes isolées (habitat éloigné, vacances à l’étranger, prison, etc.) ou peu mobiles (handicapés, parent avec enfants, personnes âgées).
  • Le gain de temps, pour le patient et pour le professionnel de la santé.
  • L’impact écologique positif puisque la téléconsultation permet d’éviter des déplacements.
  • Une plus grande disponibilité, la téléconsultation permet souvent l’accès au système de santé en dehors des heures d’ouverture des cabinets médicaux.
  • La téléconsultation peut aussi être utile pour le suivi des patients souffrant de maladies chroniques, les soins à distance en alternance avec des consultations présentielles permettant un rapprochement soigné – soignant.

Enfin, un atout potentiel de la téléconsultation est sa fonction de triage : elle permet de définir qui peut être soigné à distance, qui doit consulter et avec quel degré d’urgence. Même si la comparaison avec la petite Helvétie est difficile, des études faites au Canada montrent que les services de santé électroniques évitent bien des visites inutiles chez le médecin et génèrent une valeur importante pour le réseau de la santé.

Pour ce qui est de l’impact économique, il est probablement aussi à ranger du côté des atouts même si cette affirmation ne s’appliquera certainement pas à toutes les solutions de télémédecine.

Téléconsultation, les limites

Le premier danger est celui de la qualité des soins. La téléconsultation a besoin de professionnels de la santé bien formés, des professionnels qui devront à mon avis être spécifiquement formés aux particularités des soins à distance.

Même avec des professionnels de la santé expérimentés, il est possible que certaines situations engendrent des soins de moins bonne qualité lorsque la consultation n’a pas lieu dans le cabinet du médecin. Une étude réalisée aux Etats-Unis montre par exemple que les enfants soignés à distance pour des infections ORL reçoivent trop d’antibiotiques ou parfois des antibiotiques non adaptés.

Le principal argument évoqué contre la téléconsultation est que « le médecin a besoin de m’examiner ». Cette affirmation doit probablement être fortement nuancée, l’analyse de 500 dossiers médicaux de patients ayant consulté leur médecin traitant pour une infection aiguë des voies respiratoires montre que 63 % des patients inclus auraient pu être traités de façon appropriée sans déplacement au cabinet. Cet exemple est certainement valable pour de nombreux problèmes médicaux.

Un risque de fragmentation des soins ? 

Des chercheurs ont interrogé les utilisateurs d’un système américain de téléconsultation par vidéo pour connaître leurs motivations et leurs craintes. Nonante pourcents des personnes interrogés ont répondu avoir choisi la vidéoconsultation en raison de son aspect pratique, près de 50 % disant ne pas avoir obtenu de rendez-vous auprès de leur médecin. La téléconsultation permet donc un accès facilité aux soins mais les auteurs de cette recherche insistent dans leurs conclusions sur un danger, celui d’une fragmentation des soins en raison d’une mauvaise communication des services de téléconsultation.

Il est à ce titre très surprenant que les géants de la téléconsultation que sont Medgate et Medi24 n’envoient, après avoir pris en charge un patient, aucune information à son médecin traitant. Pour éviter que la téléconsultation n’aboutisse à une fragmentation des soins, les solutions qui me paraissent les plus prometteuses sont celles qui, en plus d’offrir des soins de qualité, auront comme priorité de s’intégrer au système de santé traditionnel.

La question actuelle n’est donc pas consultation présentielle ou consultation à distance mais comment tirer le meilleur de ces deux mondes. Il faudra veiller à ce que les deux approches se complètent harmonieusement, pour le bien des patients.

 

NB : Téléconsultation, télémédecine, téléexpertise: aidez-moi à répertorier la liste des solutions de télémédecine existants en Suisse.