Se faire soigner par un médecin, bientôt une exception?

Grâce à la créativité de nos caisses-maladie, se faire soigner par un médecin sera peut-être bientôt une exception. Quelle option choisirez-vous, vous faire soigner par un(e) infirmier(ère), par un « spécialiste expérimenté », par un « conseiller numérique » ou par un(e) pharmacien(ne) ?

Soigné par des infirmiers et des « spécialistes expérimentés » ?

Ce mouvement a débuté il y a de nombreuses années déjà avec les services de télémédecine. En Suisse, les trois principaux acteurs sont Medgate, Medi24 et Santé24. Même si l’on peut sur le site de Medgate lire que « les médecins de Medgate Tele Clinic sont là pour vous, jour et nuit, par téléphone et vidéo », le premier contact se fait à ma connaissance toujours avec un infirmier ou une infirmière, le médecin n’étant lui appelé que pour les cas les plus complexes. Sur le site de Medi24, on apprend que « c’est une équipe interdisciplinaire composée de plus de 120 spécialistes, dont des médecins et des soignants qui vous répond ». Un médecin, je sais ce que c’est mais un soignant, ce n’est pas très précis. Il est donc possible que la personne qui vous conseille ne soit ni infirmier, ni médecin. Chez Santé24, « les conseils sont fournis gratuitement en quatre langues par des médecins et d’autres spécialistes expérimentés ». Le terme « d’autres spécialistes expérimentés » nous place dans la même situation, vous ne savez pas qui vous soigne.

Ceux d’entre vous qui lisent ce blog régulièrement connaissent la valeur que je donne à la télémédecine, je regrette cependant qu’il soit si difficile de savoir qui répond aux questions des patients qui confient leur santé à ces services.

Soigné par un « conseiller numérique » ?

Ce « conseiller numérique » est un algorithme qui porte le nom de « MyGuide ». Proposé par la CSS, MyGuide analyse les symptômes des patients pour savoir s’ils doivent ou non se rendre chez le médecin. Comme écrit dans un autre article de ce blog, il s’agit d’une solution innovante qui donne certainement des conseils médicaux de meilleure qualité que ce qu’un patient trouve en faisant une recherche sur Internet.

Mais il existe des points négatifs. Le premier, le fait que les patients transmettent des informations sensibles à leur caisse-maladie, une attitude qui risque à terme de se retourner contre eux. Le deuxième problème est économique, quel est l’impact de ce conseiller numérique sur les coûts de la santé ? Pour cet aspect financier, nous n’avons pas de réponse. Ma crainte principale est que, par précaution, le nombre de personnes envoyées chez le médecin, ou pire aux urgences, augmentent drastiquement. Le troisième problème est le plus important, les conseils donnés par ce conseiller numérique sont-ils fiables ? Par manque d’études, le doute subsiste.

Soigné par un pharmacien ?

Le communiqué de presse date du 19 août 2019 et on peut y lire : « Le Groupe Mutuel lance un nouveau modèle d’assurance en partenariat avec les pharmacies Amavita, Sun Store et Coop Vitality ». Les patients qui souscriront à ce modèle PrimaPharma auront l’obligation de se rendre d’abord auprès d’un pharmacien, sauf, si l’on en croit cet article du Temps, « pour les urgences, pour les consultations gynécologiques, pédiatriques, ainsi que les maladies chroniques ». Je suis rassuré que pour les infarctus une exception soit prévue, je le suis plus encore pour les consultations gynécologiques.

Même si les pharmaciens jouent un rôle central dans notre système de santé, ce modèle m’interpelle. Premier point, il est limité aux pharmacies des groupes Amavita, Sun Store et Coop Vitality. Si votre pharmacie habituelle ne fait pas partie de ces chaînes, le pharmacien qui vous conseillera ne vous connaîtra pas. Pour revenir à la question principale de cet article, que sait-on de la qualité des conseils santé des pharmaciens ? Même si nous avons en Suisse des pharmaciens bien formés, médecins et pharmaciens restent des professions différentes.

J’ai pu lire dans l’article du Temps susmentionné que « PharmaSuisse souligne qu’un essai pilote en la matière mené entre 2012 et 2014 a montré que 73% des cas avaient pu être résolus dans la pharmacie », si cela continue ainsi, on va bientôt pouvoir se passer totalement de médecins.

J’ai écrit aux services médias de PharmaSuisse et du Groupe Mutuel pour en savoir plus sur ces études qui ont porté sur la qualité des recommandations médicales données par les pharmaciens. Dans leurs réponses, aucune étude qui soutienne la pertinence, et l’absence de dangerosité, de ce modèle PrimaPharma (1, 2, 3, 4, 5, 6). On ne retrouve d’ailleurs nulle part ce chiffre de « 73 % de cas résolus dans la pharmacie ».  L’étude la plus intéressante est la dernière citée (Is there potential for the future provision of triage services in community pharmacy?)  dont les conclusions sont :

Bien que peu d’études aient spécifiquement mis à l’essai des services de triage, les résultats de cette recherche indiquent qu’un service de triage en pharmacie communautaire est faisable et approprié, et qu’il a le potentiel de réduire le fardeau sur les autres services de santé. Il reste encore des questions à régler, comme celle d’assurer l’uniformité du service et de savoir si toutes les pharmacies pourraient fournir ce service.

Ce modèle PrimaPharma cumule à mes yeux les défauts : 1) Si le pharmacien est un partenaire apprécié du patient, la différence est grande entre pouvoir aller chez le pharmacien chercher un conseil ou avoir l’obligation de s’y rendre. 2) Malgré le professionnalisme des pharmaciens, aucune étude ne permet de dire que ce modèle n’aura pas de conséquences négatives sur la santé des patients traités. 3) Ce modèle exclut de très nombreuses pharmacies, obligeant les patients à se rendre dans une pharmacie qui n’est pas la leur. 4) Même pour les pharmaciens concernés, je trouve qu’il s’agit d’un cadeau empoisonné, ce système met sur leurs épaules une bien grande responsabilité.

Plutôt que de les opposer, je vois plutôt le futur comme une intensification de la collaboration médecins – pharmaciens.

Les propositions des médecins ?

On propose donc aux citoyens suisses des prises en charge dont la validité n’est pas prouvée. Ni pour ce qui est de la qualité des soins, ni pour ce qui est des économies. Au-delà de ce problème, ce qui me dérange le plus est de voir qu’au travers de ces différents modèles, ce sont les caisses-maladie qui dessinent le système de santé suisse, en tout cas la partie importante qu’est l’accès du patient aux soins.

Une chose cependant ne peut être retirée aux caisses-maladie, elles innovent. Pas forcément toujours avec pertinence, mais au moins elles innovent. Car du côté des médecins, à ma connaissance, il n’existe aucune proposition pour un meilleur tri ou une optimisation de la prise en charge des patients.

 

 

Notre système de santé doit être réinventé

Notre système de santé est complètement dépassé. Je dis parfois, en exagérant un peu, qu’à part les patients et les professionnels de la santé, tout pourrait être changé. Il est vrai que de se plaindre de l’offre de soins proposée dans notre pays, si on le compare à ce qui existe dans des endroits moins favorisés de la planète, peut paraître indécent. Il n’en reste pas moins que de profonds changements seront nécessaires si l’on espère pouvoir faire face aux défis qui attendent notre système de santé.

Un système fragmenté

Le monde de la santé fonctionne encore comme il y a 100 ans, lorsque la médecine n’était constituée que de rares soins aigus, le patient allait chez le médecin pour une grippe et y retournait l’année suivante pour soigner une blessure. Entre ces deux épisodes, il ne se passait rien.  Ce système qui fonctionnait pour des problèmes médicaux simples ne répond plus aux défis actuels, en particulier pour la prise en charge des patients souffrant de maladies chroniques. S’ils ont la mauvaise idée de souffrir de plusieurs maladies simultanément, c’est pire encore.

Ce système qui a déjà atteint ses limites risque d’imploser avec la quantité grandissante de données générée pour chaque patient, les informations que vous transmettez à votre médecin mais aussi les rapports des spécialistes consultés, les résultats d’analyses de laboratoire et bientôt les données génétiques.

Une offre globale

La complexité grandissante de la médecine nécessite d’abandonner un système fait de différents prestataires de soins qui communiquent plus ou moins bien entre eux en faveur d’un système intégré. L’unité ne doit plus être l’individu, le médecin, le spécialiste, l’infirmier et le pharmacien mais une structure qui les regroupe tous.

La porte d’entrée à ce système doit être constitué de centres de proximité où les patients peuvent se rendre en cas de besoin mais qu’ils peuvent aussi contacter à distance, téléphone ou vidéo, lorsque le contact physique avec le professionnel de la santé n’est pas nécessaire. Ce mariage de la médecine traditionnelle qui s’effectue dans un lieu physique donné complété par des soins à distance rendra le système plus efficient mais permettra aussi une meilleure orientation des patients.

Le patient devra aussi bien sûr pouvoir accéder à ses données santé, pour connaître et comprendre ses problèmes de santé, pour pouvoir prendre rendez-vous, faire renouveler ses ordonnances ou recevoir des conseils santé adaptés à sa situation médicale.

Il faut aussi passer du tout curatif à une offre qui donne une réelle place à la prévention. Même si la formule est facile, il ne faut plus réfléchir maladie mais santé.

Pour qui, par qui ?

Pour diriger les changements à venir, la voie à suivre est double, il faut penser aux patients mais aussi aux professionnels de la santé. L’intégration des patients dans les choix futurs est une garantie que les innovations iront dans la bonne direction. Comme déjà mentionné dans d’autres articles de ce blog, il ne faut plus faire pour les patients mais avec eux. Même si, comme l’écrit avec pertinence Bertrand Kiefer, le rédacteur en chef de la Revue médicale suisse, il est difficile de savoir qui sont exactement ces patients et comment choisir ceux qui auront le droit à la parole.

L’autre acteur à ne pas oublier est le professionnel de la santé. Si l’on veut qu’il soit capable de soigner, de conseiller et d’accompagner, il faut que son travail garde son sens. Pour lui aussi la médecine est toujours plus complexe, plus rapide, plus technologique, il faut qu’il puisse continuer à soigner l’individu unique qui se cache derrière chaque patient.

 

 

 

Me faire soigner à distance ? Moi, jamais !

Pourquoi se faire soigner à distance alors que le contact humain est si important ? Pourquoi recourir à la téléconsultation alors que le médecin doit souvent vous examiner ? Pourquoi accepter cette déshumanisation des soins ?

Très développée en Suisse

La téléconsultation est déjà une réalité en Suisse, moins souvent utilisée qu’aux USA mais plus fréquemment que dans la plupart des pays européens.  Les acteurs historiques sont liés aux assureurs, leurs services sont réservés aux assurés des caisses affiliées, certains patients ayant l’obligation de les contacter avant de prendre rendez-vous chez un médecin. Les centrales téléphoniques de Medgate, Medi24 et Santé24 reçoivent entre cinq et six mille appels par jour.

Plus récemment sont apparus de nouveaux acteurs, à l’image de Tondocteur.ch, qui annonce sur son site, au moment d’écrire ces lignes, « 78 docteurs en ligne et dispos pour téléconsulter via webcam ! ». Il est aussi désormais possible de se faire soigner à distance pour des situations particulières, l’envoi d’une photo de votre peau permet par exemple aux médecins de derma2go ou de OnlineDoctor de répondre à vos problèmes dermatologiques. A signaler aussi l’initiative originale d’une diététicienne qui a développé avec son site Coeurnutrition.com une solution permettant une prise en charge diététique à distance.

Les Hôpitaux universitaires de Genève viennent quant à eux de lancer HUG @ home , une solution de soutien des soins à domicile par vidéo qui permet aux personnels soignants faisant face à un problème aigu de recevoir les conseils d’un médecin des HUG, évitant ainsi un déplacement du patient aux urgences.

De nouveaux projets vont être lancés prochainement à l’image de Soignez-moi qui a comme objectif la prise en charge à distance de nombreux problèmes de santé en un temps maximum d’une heure.  Les créateurs de Soignez-moi publieront les algorithmes utilisés pour la prise en charge des patients, un effort de transparence à saluer.

Les atouts

De prime abord, nous avons tous le sentiment qu’une consultation chez le médecin est préférable à des soins à distance. Les avantages de la téléconsultation sont cependant plus nombreux que ce que l’on pourrait imaginer.

Même si une analyse complète des atouts de la consultation dépasse le cadre de cet article, on peut tout de même citer :

  • L’accès aux soins pour des personnes isolées (habitat éloigné, vacances à l’étranger, prison, etc.) ou peu mobiles (handicapés, parent avec enfants, personnes âgées).
  • Le gain de temps, pour le patient et pour le professionnel de la santé.
  • L’impact écologique positif puisque la téléconsultation permet d’éviter des déplacements.
  • Une plus grande disponibilité, la téléconsultation permet souvent l’accès au système de santé en dehors des heures d’ouverture des cabinets médicaux.
  • La téléconsultation peut aussi être utile pour le suivi des patients souffrant de maladies chroniques, les soins à distance en alternance avec des consultations présentielles permettant un rapprochement soigné – soignant.

Enfin, un atout potentiel de la téléconsultation est sa fonction de triage : elle permet de définir qui peut être soigné à distance, qui doit consulter et avec quel degré d’urgence. Même si la comparaison avec la petite Helvétie est difficile, des études faites au Canada montrent que les services de santé électroniques évitent bien des visites inutiles chez le médecin et génèrent une valeur importante pour le réseau de la santé.

Pour ce qui est de l’impact économique, il est probablement aussi à ranger du côté des atouts même si cette affirmation ne s’appliquera certainement pas à toutes les solutions de télémédecine.

Téléconsultation, les limites

Le premier danger est celui de la qualité des soins. La téléconsultation a besoin de professionnels de la santé bien formés, des professionnels qui devront à mon avis être spécifiquement formés aux particularités des soins à distance.

Même avec des professionnels de la santé expérimentés, il est possible que certaines situations engendrent des soins de moins bonne qualité lorsque la consultation n’a pas lieu dans le cabinet du médecin. Une étude réalisée aux Etats-Unis montre par exemple que les enfants soignés à distance pour des infections ORL reçoivent trop d’antibiotiques ou parfois des antibiotiques non adaptés.

Le principal argument évoqué contre la téléconsultation est que « le médecin a besoin de m’examiner ». Cette affirmation doit probablement être fortement nuancée, l’analyse de 500 dossiers médicaux de patients ayant consulté leur médecin traitant pour une infection aiguë des voies respiratoires montre que 63 % des patients inclus auraient pu être traités de façon appropriée sans déplacement au cabinet. Cet exemple est certainement valable pour de nombreux problèmes médicaux.

Un risque de fragmentation des soins ? 

Des chercheurs ont interrogé les utilisateurs d’un système américain de téléconsultation par vidéo pour connaître leurs motivations et leurs craintes. Nonante pourcents des personnes interrogés ont répondu avoir choisi la vidéoconsultation en raison de son aspect pratique, près de 50 % disant ne pas avoir obtenu de rendez-vous auprès de leur médecin. La téléconsultation permet donc un accès facilité aux soins mais les auteurs de cette recherche insistent dans leurs conclusions sur un danger, celui d’une fragmentation des soins en raison d’une mauvaise communication des services de téléconsultation.

Il est à ce titre très surprenant que les géants de la téléconsultation que sont Medgate et Medi24 n’envoient, après avoir pris en charge un patient, aucune information à son médecin traitant. Pour éviter que la téléconsultation n’aboutisse à une fragmentation des soins, les solutions qui me paraissent les plus prometteuses sont celles qui, en plus d’offrir des soins de qualité, auront comme priorité de s’intégrer au système de santé traditionnel.

La question actuelle n’est donc pas consultation présentielle ou consultation à distance mais comment tirer le meilleur de ces deux mondes. Il faudra veiller à ce que les deux approches se complètent harmonieusement, pour le bien des patients.

 

NB : Téléconsultation, télémédecine, téléexpertise: aidez-moi à répertorier la liste des solutions de télémédecine existants en Suisse.

 

Santé numérique : et si la vraie révolution était celle des patients ?

Le numérique est-il utile en médecine et si oui, pour faire quoi ? Poser la question pourrait passer pour de l’idiotie tant le discours ambiant est que le numérique va tout révolutionner, y compris la santé. Pourtant, lorsque l’on se rend chez le médecin ou à l’hôpital, l’utilité du numérique ne saute pas aux yeux. Mon avis ? La révolution actuelle est plus celle du patient que celle de la technologie.

Le numérique santé ?

Le premier point à éclaircir est de savoir ce qui se cache derrière cette notion de « santé numérique ». La réalité est multiple puisque cela concerne tout ce qui touche à l’utilisation des technologies de la communication et de l’information dans le monde de la santé : le web, les Apps santé, le dossier médical informatisé, le dossier électronique du patient, la communication électronique, la télémédecine, les médias sociaux, les objets connectés, l’intelligence artificielle, le big data et mille autres innovations.

Le web

Même si elle n’est plus vraiment nouvelle, la plus grande innovation numérique reste à mes yeux le web. Ce réseau informatique a permis l’apparition de nouveaux services. On peut penser à la possibilité pour le patient de prendre rendez-vous chez son médecin par Internet, mais la grande révolution est surtout l’accès facilité, pour les patients, à l’information santé. Avant le web, seuls les professionnels de la santé avaient accès au savoir, désormais les citoyens peuvent aussi s’informer. Avec la disparition de cette asymétrie d’accès à l’information, la relation soignant – soigné peut évoluer vers une relation de partenariat, plus riche pour le patient mais aussi pour le professionnel de la santé.

 

A lire aussi sur ce blog : Comment trouver une information médicale de qualité sur Internet ?

 

Même si l’accès aux sites web santé est naturellement aussi utile aux professionnels de la santé, c’est l’utilisation faite par les patients qui représente un vrai changement, simplement car l’accès au savoir a permis aux patients d’être plus actifs dans la prise en charge de leur santé.

Les Apps santé

Quant aux applications santé pour smartphone, le résultat est le même, les applications qui se sont révélées les plus utiles sont celles qui renforcent le rôle du patient. Même si de très nombreuses applications dites de santé n’ont en réalité aucune validité, une minorité d’applications ont prouvé leur utilité. Elles portent sur la promotion des changements d’habitude de vie1, sur la gestion de la douleur2 et sur la réhabilitation cardiaque3.

Les Apps santé les plus utiles sont celles qui favorisent l’accès aux soins ou qui rapprochent patients et professionnels de la santé. Quelques exemples ? L’application « Urgence Lausanne » qui aide les Vaudois à trouver le centre d’urgences médicales le plus proche et le plus disponible dans tout Lausanne, InfoKids développé par les Hôpitaux universitaires de Genève et destinée aux parents dont les enfants nécessitent une consultation médicale urgente ou encore l’App Moovcare qui réduit la fréquence des récidives du cancer du poumon par une meilleure communication patient – médecin.

Les soins à distance

Ceux qui me font le plaisir de lire régulièrement ce blog savent l’importance que j’accorde aux soins à distance, par exemple à l’utilisation du courrier électronique entre le patient et son médecin ou à la téléconsultation, la prochaine grande innovation qui va bouleverser le monde de la santé.

On retrouve dans ces deux exemples les mêmes ingrédients, un meilleur accès aux soins et un renforcement de la relation patient professionnel de la santé.

Le patient augmenté

Il est bien sûr possible d’argumenter qu’il est logique que ces innovations concernent les patients, qui restent de toute évidence les principaux concernés. Il n’en demeure pas moins que les services et dispositifs numériquement utiles sont ceux qui renforcent le patient, en faisant de lui un « patient augmenté ».

Un des grands défis de ce 21ème siècle sera de réussir le mariage entre la médecine clinique et le numérique. Ce virage numérique ne sera couronné de succès que s’il est centré sur les réels besoins des patients.

Et si la révolution actuelle était surtout celle des patients?

 

  1. P Lunde BB Nilsson A Bergland KJ Kvaerner A. Bye The effectiveness of smartphone apps for lifestyle improvement in noncommunicable diseases : systematic review and meta-analyses. J Med Internet Res 2018 (20)
  2. SE Thurnheer I Gravestock G Pichierri J Steurer JM. Burgstaller Benefits of mobile apps in pain management : systematic review. JMIR mHealth uHealth 2018 (6)
  3. SJ Hamilton B Mills EM Birch SC. Thompson Smartphones in the secondary prevention of cardiovascular disease : a systematic review. BMC Cardiovasc Disord 2018(18)

 

A lire aussi sur ce blog à propos des patients acteurs de leur santé :

 

NB: si vous souhaitez être informé de la publication de chaque nouvel article de ce blog, introduisez votre adresse mail sous “Abonnez-vous à ce blog par mail”. 

 

 

Une consultation en ligne (anonyme) pour les personnes dépendantes ?

Vous trouverez à l’adresse SafeZone.ch un site web consacré aux problèmes d’addiction. Il s’adresse aux personnes dépendantes mais aussi à leur famille, à leurs proches ainsi qu’aux professionnels.

Tabac, alcool, drogues, addiction aux jeux de hasard ou à Internet ? Il est possible d’obtenir de l’aide gratuitement et anonymement auprès de spécialistes des addictions.

Discuter anonymement ?

Cette offre est intéressante car il est souvent difficile de demander de l’aide pour un problème d’addiction, que ce soit pour soi-même ou pour un proche. Il est bien sûr toujours possible d’en parler à son médecin mais la gratuité, l’anonymat et la possibilité de consultation en ligne font de ce service un bel exemple de médecine moderne.

SafeZone propose plusieurs types de consultation, notamment par mail ou par chat (le « chat » ou « tchat » est un système de messagerie instantanée). Pour ceux qui souhaitent de l’aide sur leur lieu de vie, le site propose également un moteur de recherche qui permet de trouver l’adresse d’une institution spécialisée proche de chez soi, ceci pour chaque type de dépendance.  L’utilisateur peut donc choisir le lieu, l’horaire et la forme de consultation qui lui conviennent.

Qui vous conseille ?

SafeZone.ch est une offre de l’Office fédéral de la santé publique en collaboration avec des cantons et des institutions spécialisées dans les addictions. Les consultants qui répondent aux demandes disposent d’une formation en psychologie, en travail social ou en pédagogie sociale ainsi que de plusieurs années d’expérience.

Qui utilise SafeZone et pourquoi ?

En 2017, les problèmes les plus souvent mentionnés étaient l’alcool, le cannabis, les addictions sans substances (addiction aux jeux ou cyberdépendance), la cocaïne et les médicaments. Cette même année, 673 personnes ont sollicité de l’aide par courrier électronique : la grande majorité ont des problèmes concrets, 20 % recherchent uniquement des informations.

La télémédecine des addictions

L’utilisation du web pour cette offre de soins est aussi très intéressante pour les professionnels de la santé, et ceci pour deux raisons en tout cas. Premièrement, elle vient utilement compléter l’offre traditionnelle dans des lieux de soins physiques. Mais surtout, elle permet de regrouper les forces des professionnels de la santé, les experts qui répondent aux questions de SafeZone proviennent de 24 institutions différentes. L’union fait la force.

Les consultations en ligne vont à l’avenir se développer, ce service est un bel exemple de télémédecine consacrée à un domaine particulier, celui de la dépendance. La consultation en ligne permet l’anonymat mais est aussi une offre de soins très pratique, particulièrement adaptée aux besoins des personnes dépendantes et à leur entourage.

Un service à utiliser, sans modération.

 

Un clip vidéo de 52 secondes qui illustre la difficulté de parler des problèmes de dépendances.