Coronavirus, une preuve supplémentaire de la nécessité de développer la télémédecine?

Même si certains déclarent que le nouveau coronavirus n’est qu’une « grosse grippe », force est de constater que cette épidémie a des répercussions sur le quotidien de la plupart d’entre nous. De la simple désinfection pluriquotidienne des mains à l’annulation de voyages en passant par des complications professionnelles, rares sont ceux qui ne sont pas concernés, de près ou de loin, par le Covid-19. Dans une telle situation, le défi pour le système de santé est de pouvoir faire face à la surcharge provoquée par l’épidémie. Ne serait-ce pas l’occasion d’utiliser les potentialités de la télémédecine ?

Pour soigner les personnes infectées

La première utilité de la télémédecine, ou plus exactement de la téléconsultation, serait de permettre de soigner à distance les personnes infectées par le coronavirus et dont l’état ne nécessite pas une hospitalisation. Les études montrent que les soins à distance, que ce soit par téléphone ou par vidéo, permettent de prendre en charge la grande majorité de ces situations.

Pour les personnes souffrant d’infections respiratoires

Au-delà des personnes souffrant du coronavirus, la téléconsultation permettrait de prendre en charge la majorité des personnes souffrant d’infections aériennes des voies supérieures, même provoquées par d’autres germes. Si un examen physique est parfois nécessaire, une étude publiée en 2016 montre que 63 % de ces cas peuvent être traités à distance. Faire voyager les informations plutôt que le malade a le double avantage de ne pas encombrer les services d’urgence mais aussi d’éviter le risque de contaminer d’autres patients, et les professionnels de la santé, sur les lieux de soins.

Pour de nombreuses autres situations

Pour éviter d’exposer inutilement les patients, plus particulièrement les malades chroniques, la téléconsultation peut être utilisée pour soigner un grand nombre de problèmes médicaux. C’est la voie choisie par un hôpital chinois dont les 157 médecins sont disponibles pour des consultations par Internet pour des patients souffrant de maladies respiratoires, cardiovasculaires, digestives, endocrines et autres.

Même si l’on a tendance à penser que les soins à distance ne sont possibles que pour un nombre limité de situations, la réalité est autre. Les bonnes pratiques de l’Association américaine de télémédecine montrent que les seules restrictions sont l’indispensable présence du patient (examen physique ou geste technique) ou l’existence de difficultés de communications (problèmes de langue ou personnes souffrant de déficits cognitifs). Ces recommandations précisent aussi que les professionnels de la santé doivent être formés à la télémédecine, une pratique qui nécessite des connaissances et compétences spécifiques.

A lire aussi sur ce sujet l’article La téléconsultation est-elle possible dans tous les cas ?

Pour la prévention

Au-delà des soins curatifs, la télémédecine pourrait aussi être utilisée pour faire de la prévention. Pour revenir au coronavirus, le simple courrier électronique permettrait par exemple aux médecins d’envoyer à leurs patients des informations utiles. On peut penser aux recommandations et informations officielles  mais cela permettrait aussi de leur rappeler qu’en cas d’infections des voies aériennes il est préférable de prendre contact avec un centre de soins (cabinet médical, clinique ou hôpital) par téléphone plutôt que de s’y rendre directement. Un conseil qui est d’ailleurs repris dans la dernière édition de l’affiche “Comment nous protéger” de l’Office fédéral de la santé publique.

 

 

La téléconsultation, supérieure ?

Même si, dans certaines situations, rien ne remplacera jamais la rencontre physique entre soignant et soigné, l’épidémie actuelle de coronavirus nous montre que la téléconsultation n’est pas une consultation de qualité inférieure. Elle peut même, au contraire, être supérieure à la consultation présentielle, en tout cas, pour ce qui est du coronavirus, en terme de sécurité.

 

NB : vous trouverez sur le site de l’Office fédéral de la santé publique une page consacrée au nouveau coronavirus : vous y trouverez les informations sur la situation actuelle pour la Suisse et l’étranger, les recommandations aux voyageurs et les réponses aux questions les plus fréquentes.

 

Autres articles  consacrés à la télémédecine sur ce blog :

  • Vous êtes malade et votre médecin est absent. Pourquoi ne pas essayer la télémédecine ? (lien).
  • Me faire soigner à distance ? Moi, jamais ! (lien).
  • Les mille visages de la télémédecine (lien).

 

Dr Jean Gabriel Jeannot

Dr Jean Gabriel Jeannot

Médecin, spécialiste en médecine interne, avec un intérêt particulier pour l’utilisation des technologies de l’information et de la communication en médecine.

2 réponses à “Coronavirus, une preuve supplémentaire de la nécessité de développer la télémédecine?

  1. Le Réseau de santé Delta a ouvert le 16 mars un service téléconsultation. Ce service, animé par une équipe de professionnels, d’infirmières qualifiées en pratiques avancées et de médecins, répond aux appels 7j/7 de 9h à 18h au numéro +41 22 709 00 95.
    Cette consultation par téléphone ou par vidéo-conférence (Skype) offre :
    – le conseil et l’orientation pour les personnes présentant les symptômes de la maladie ou pour toute autre question liée à cette pandémie ;
    – la prise en charge des affections médicales courantes pouvant être traitées à domicile par télémédecine et permettant, ainsi, d’éviter une consultation aux urgences ;
    – le conseil et l’orientation pour des personnes avec handicap mental dans le cadre de la consultation Handiconsult du réseau handicap de Genève ;
    – la mise en lien avec les autres prestataires du système de santé.
    Le conseil et l’orientation sont des prestations entièrement gratuites et accessibles à toute la population.
    Les prescriptions médicales seront établies par un médecin qui supervise la consultation. L’ordonnance ou le document médical sera envoyé au patient par voie électronique ou à la pharmacie de son choix. Cette prestation est mise en place pour éviter l’engorgement des urgences et pouvoir traiter les patients-tes à domicile pour des affections bénignes.

    1. Félicitations pour cette initiative, qui plus est mise en place rapidement. C’est intéressant de voir que cette initiative vient de votre groupe, un groupe dynamique, qui s’intéresse à l’innovation en général et à la télémédecine en particulier, ceci déjà avant cette pandémie.
      Jean Gabriel Jeannot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *