Coupe du monde : prime aux comportements voyous

A quelques heures de la probable qualification de l’équipe suisse pour les huitièmes de finale, voici un billet qui sort du thème de ce blog habituellement consacré aux abeilles et qui ne me vaudra guère de commentaires sympathiques… mais qu’importe, la colère est trop grande…

Que l’on soit ou non un/e fan de foot, impossible d’échapper à l’émotion que provoquent les exploits des stars millionnaires du football moderne. Pour ma part, je ne suis pas un fan, mais un amateur de foot. J’aime le football, profondément, pour ses belles actions. J’apprécie les performance des grands artistes du ballon rond, j’éprouve un plaisir esthétique, indépendamment de l’origine des joueurs. Cela ne m’empêche pas de me réjouir des victoires de notre équipe nationale lorsque les joueurs ont donné le meilleur d’eux mêmes. Mais je déteste tout autant les actions d’anti-jeu, la mesquinerie des simulateurs sur le point du penalty, comme celle des défenseurs qui au lieu de tenter de récupérer le ballon, s’ingénient à empêcher l’attaquant adverse d’exprimer son génie ou à provoquer le public.

Et à ce jeu-là, en deux petits matches, l’équipe de Suisse nous a gâtés. D’abord en volant deux points au Brésil lors du premier match, par d’incessants ceinturages, tirages de maillot, empêchant les attaquants brésiliens de rester plus de quelques secondes sur leurs deux pieds. Ensuite, en déséquilibrant les défenseurs adverses dans leur propre zone de défense pour marquer le seul but de notre équipe. Ce résultat a été unanimement salué comme un exploit:  il m’a quant à moi profondément désolé.

Malheureusement, le pire était encore à venir avec les scandaleuses provocations de trois de nos joueurs lors du but victorieux contre la Serbie. Ici encore, je me sens bien seul à déplorer ces tristes comportements. Dans tous les milieux et jusqu’aux plus hautes autorités du pays, on trouve des arguments et des circonstances atténuantes pour expliquer, dédramatiser et finalement justifier les inadmissibles actions de ces trois joueurs en levant des actions de crowd funding pour les aider à payer les ridicules amendes qui leur ont été infligées.

Malheureusement encore, la FIFA n’a pas eu le courage d’appliquer les sanctions exemplaires qu’ils méritaient en les punissant de deux matches de suspension. On aurait alors pu juger de l’ampleur des conséquences de leurs actes, car, et personne ne semble s’en rendre compte: par leurs actions, ces trois piliers de notre sélection nationale classée sixième par la FIFA et qui n’a plus atteint un quart de finale depuis longtemps, ont gravement mis en péril les chances du collectif dans son ensemble. La qualification pour la suite de la compétition aurait été fortement compromise et un succès en huitièmes de finale illusoire. Inadmissible de la part de professionnels, qui dans la vraie vie seraient sanctionnés par un licenciement immédiat pour faute grave.

Mais plus graves encore de mon point de vue sont les conséquences éthiques et morales de ce triste épisode. Non contents de mettre en péril l’ensemble de leur équipe, ils ont insulté leur entraîneur, les serbes installés en Suisse, mais aussi leur pays d’accueil qui leur a permis de devenir des stars qui négocient leurs salaires en millions, mais encore le gouvernement suisse qui grâce aux efforts de Micheline Calmy-Rey a oeuvré de manière significative à l’indépendance du pays d’origine de deux d’entre eux. Ils ont eu le choix du pays pour lequel ils souhaitent jouer, on attend d’eux qu’ils en respectent les règles, et pourquoi pas, un peu de reconnaissance par un comportement exemplaire. Quant au capitaine de l’équipe: son comportement est simplement indigne des responsabilités qui lui ont été confiées. Le plus désolant, c’est finalement l’exemple qu’ils donnent aux joueurs de base: comment insuffler le respect de l’adversaire, le fair-play chez nos juniors, alors que les stars du foot sont récompensées lorsqu’elles les violent crassement?

Franci Saucy

Franci Saucy

Franci Saucy, Docteur ès sciences, biologiste, diplômé des universités de Genève et Neuchâtel, est spécialisé dans le domaine du comportement animal et de l'écologie des populations. Employé à l’Office fédéral de la statistique, Franci Saucy est également apiculteur amateur et passionné, et il contribue par ses recherches et ses écrits à l'approfondissement des connaissances sur les abeilles et à leur vulgarisation dans le monde apicole et le public en général. Franci Saucy est également élu PS à l'exécutif de la Commune de Marsens, dans le canton de Fribourg Blog privé: www.bee-api.net

10 réponses à “Coupe du monde : prime aux comportements voyous

  1. Vous dites tout haut ce que beaucoup pensent tout bas, sans qu’il y ait besoin d’être un élu UDC pour cela. Qui plus est, le geste paraît avoir été prémédité, et Valon Behrami semblait aussi le craindre, lui qui s’est précipité sur ses coéquipiers pour tenter de cacher leurs bras – sans succès – tout en leur faisant une remarque bien sentie à l’oreille (les images sont éloquentes).
    Vous avez raison, le pire dans toute cette histoire est de voir que tant de bêtise est valorisée – ou quoi qu’il en soit excusée – par les autorités, au plus haut niveau, par les élus et par les médias, dont certains journalistes redoublent de bêtise (et d’ignorance) en répétant de manière ostentatoire le même geste. Belle marque de respect à l’égard, notamment, des communautés d’origine serbe, macédonienne et j’en passe… Le message qui en ressort est évidemment affligeant, puisque l’on peut non seulement se comporter de manière aussi stupide et irresponsable, mais ensuite avoir les autorités et les médias pour avocats ET se faire régler son amende par du crowd-funding. Bref, continuer à vous comporter comme des débiles, il y aura toujours quelqu’un pour vous défendre et payer pour vous.

  2. Au prix d’être la seule à le faire, je vous félicite, Monsieur, pour ce billet. Merci, vous avez le courage de sortir du lot unanime, toujours suspect, du politiquement correct et du fanatisme sportif.

  3. Ne suis pas un fan de foot. De ma vie je n’ai vu qu’un seul match du début à la fin, en Angleterre, lorsque mon beau-père m’a invité à aller voir l’équipe locale jouer contre leur rival de toujours. Les raisons de mon désintérêt ! Exactement ce que vous mentionnez dans votre blog. Aucun fair-play, des mauviettes qui s’écroulent à terre à la moindre touchette, de l’antijeu toutes les 30 secondes. L’impression que l’on est au théâtre en train de voir une très mauvaise pièce.
    Le samedi je bois le café dans un centre sportif, en saison, des enfants y jouent ou s’entraînent et je retrouve exactement le comportement des joueurs adultes. C’est affligeant et cela promet quand à l’attitude qu’ils auront lorsqu’ils seront grand.

  4. Assez d’accord avec la réflexion générale.
    Notons toutefois que Vladimir Petkovic est sauf erreur d’origine bosniaque/croate et non serbe.

  5. Merci Monsieur Saucy pour cet article qui me redonne de l’espoir. Depuis vendredi soir j’ai le sentiment que personne ne comprend la signification de ce geste et trouve toutes sortes d’excuses pour dedramatiser la situation. Pour ma part votre article ne sucite que des éloges et surement pas des critiques.
    Merci!

  6. “qui grâce aux efforts de Micheline Calmy-Rey a oeuvré de manière significative à l’indépendance du pays d’origine de deux d’entre eux”

    Certes mais au détriment de notre neutralité. Et c’est le PS qui a milité pour l’accueil des réfugiés albanais à l’époque, prétendant qu’ils retourneraient chez eux après la guerre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *