…soutenaient les apiculteurs syriens…

Mercy Hands Europe, ONG basée à Genève, lance une opération de financement participatif visant à soutenir l’apiculture en Syrie. Le projet cible Al Bab, une ville de taille moyenne située à 30 km au nord-est d’Alep, une région ravagée par une décennie de  guerre civile. Le projet est simple: financer de nouvelles ruches pour 30 apiculteurs pour qu’ils puissent redémarrer leurs activités et assurer leur indépendance.

La collecte de fonds (cliquer sur ce lien pour contribuer) a débuté et se terminera dans 5 semaines. L’objectif est de réunir CHF 21’000.-, soit CHF 700.- par exploitation, l’équivalent d’une ruche Dadant de haute qualité au prix d’un commerçant montheysan bien connu des apiculteurs romands. Au moment où j’écris ces lignes, le montant permettant de financer le premier apiculteur a déjà été réuni.

On peut imaginer qu’un tel projet n’est pas simple à mettre en place. Mercy Hands travaille avec IACO, une ONG située en Turquie et qui se charge de la logistique de la mise en oeuvre. On trouve toutes les informations concernant cette opération sur la page web de l’organisation (lien). Seul bémol, le site n’est qu’en anglais.

Pourquoi soutenir un tel projet? Je mentionnerai deux raisons. Bien que je ne me sois jamais rendu en Syrie, j’éprouve une grande admiration et un sentiment de fraternité avec les apiculteurs du Moyen Orient. C’est en effet, dans cette partie du monde que l’on relève les plus anciennes traces d’apiculture, suggérant que cette activité pourrait être née entre le Tigre et l’Euphrate, dans l’ancienne Babylone. Comme les représentations retrouvées sur les monuments de l’Egypte ancienne l’indiquent, les ruches étaient alors cylindriques, construites en terre cuite et empilées les unes sur les autres. De récentes fouilles archéologiques à Tel-Revov, en Israël, en attestent (cf …et si les abeilles étaient de divine origine). On dispose même d’indications suggérant que nos lointains précurseurs en apiculture pratiquaient déjà l’élevage et le commerce des reines.

La seconde raison est liée au statut de l’abeille moyen-orientale. En effet, la Syrie abrite l’une des quelques trente trois sous espèce de notre abeille, soit Apis mellifera syriaca. Située au confluent des principales voies de migrations vers l’Afrique, l’Asie et l’Europe centrale, cette abeille a une répartition très limitée. Adaptée aux conditions climatiques des zones arides, cette abeille est peut-être aussi l’ancêtre de notre abeille centre-européenne. Il y a donc un intérêt manifeste à soutenir cette lointaine cousine de nos avettes.

À propos de Mercy Hands Europe

Mercy Hands Europe est une ONG internationale basée à Genève et liée à Mercy Hands for Humanitarian Aid en Irak, la plus grande ONG iraquienne active sur le terrain avec une expérience de plus de 220 projets mis en place dans les domaines de l’aide humanitaire d’urgence et du développement. Mercy Hands Europe soutient et permet l’émancipation à long terme des personnes vulnérables vivant dans des zones affectées par des crises humanitaires en Irak, Syrie et Turquie, notamment dans le cadre de projets d’éducation, de protection, d’agriculture et d’inclusion économique

Francis Saucy

Francis Saucy, Docteur ès sciences, biologiste, diplômé des universités de Genève et Neuchâtel, est spécialisé dans le domaine du comportement animal et de l'écologie des populations. Employé à l’Office fédéral de la statistique, Franci Saucy est également apiculteur amateur et passionné, et il contribue par ses recherches et ses écrits à l'approfondissement des connaissances sur les abeilles et à leur vulgarisation dans le monde apicole et le public en général. Franci Saucy fut également élu PS à l'exécutif de la Commune de Marsens, dans le canton de Fribourg de 2008 à 2011 et de 2016 à 2018. Depuis mars 2019, Franci Saucy est rédacteur de la Revue suisse d'apiculture et depuis le 15 septembre 2020 Président de la Société romande d'apiculture et membre du comité central d'apisuisse Blog privé: www.bee-api.net

2 réponses à “…soutenaient les apiculteurs syriens…

Répondre à Nicolas Marsault Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *