Les bases du débat climatique: Le climat pourrait causer la mort de 6 milliards de personnes

Un jeune homme a récemment exprimé dans les colonnes du Temps l‘opinion que dans le domaine du climat, l’émotionnel a pris le pas sur le rationnel. Il appelle à l’esprit critique et au débat rationnel, mais simultanément, il ignore lui-même les informations scientifiques qui devraient former les bases du débat.

Le fondateur d’Extinction Rebellion a récemment déclaré que si nous ne prenons pas de mesures strictes, le climat pourrait causer la mort de six milliards d’humains. Cette déclaration repose justement sur des bases scientifiques.

Nous savons depuis longtemps que les bombes nucléaires pourraient effacer l’Humanité de la Planète. Le changement climatique comporte les mêmes risques, nous devons le désamorcer.
Un degré de réchauffement nous a déjà apporté plus de vagues de chaleur, plus d’inondations, plus d’ouragans forts et de feux de forêt. En 2019, la production agricole intensive du Midwest américain a été fortement perturbée par les inondations, celle de l’Iran anéantie quand 90% (la quasi-totalité) de la surface du pays ont été inondés. Le delta du Mékong, le plus grand producteur de riz de la Planète a subi des sécheresses et des chaleurs record, inédites au printemps, et sa production de riz en a souffert. L’Australie est frappée par des chaleurs record chaque année depuis quatre ans et sa production alimentaire a aussi diminué. Le Nord de l’Europe a également subi des sécheresses. Cette année déjà, les catastrophes climatiques diminuent les ressources alimentaires de la Planète. L’Index Mondial de faim relève déjà des niveaux alarmants de famine causés par le réchauffement climatique dans plusieurs pays africains (selon the Guardian).


Les vagues de chaleur et les sécheresses provoquent également des catastrophes écologiques: des feux de forêts, récemment des hécatombes de kangourous en Australie, d’hippopotames au Botswana, la mort de la Grande Barrière de corail australienne.

Cela va empirer, des vagues de chaleur plus fortes causeront des sécheresses importantes, les inondations s’aggraveront beaucoup, elles deviendront plusieurs fois plus grandes, des ouragans plus forts, des tornades et des grêles immenses frapperont les terres.

Selon le rapport du GIEC 2018, la production alimentaire de la Planète courra des risques sérieux à environ 2 degrés et demi de réchauffement.

Plusieurs scientifiques estiment que si nous laissons le réchauffement continuer jusqu’à 4°C, moins d’un milliard de personnes survivraient et donc six milliards disparaîtraient. D’autres parlent de 10% de survivants, d’autres d’un demi-milliard. The Tyee, un journal canadien, a trouvé des déclarations de nombreux scientifiques qui vont dans ce sens. Les profs Shellnhuber, Rockström, Anderson, Spratt, Dunlop ont fourni ces estimations. Le professeur d’écologie Guy McPherson prévoit des événements très dangereux avant même 2050. Imaginez qu’à +4°C, il fera en moyenne +8°C au milieu des continents, et les vagues de chaleur monteront plus haut, plus de dix degrés au dessus des maxima actuels. Une étude a spécifiquement établi que dans notre région, les vagues de chaleur pourraient atteindre 50°C et seraient directement mortelles, mais elles anéantiraient aussi  notre production agricole. Les vaches y succomberont vite.

Ces faits scientifiques doivent constituer les bases du débat sur le climat, et ils ont provoqué l’accord de la COP21 en 2015.

Le danger est immense. Les solutions existent, et nous devons maintenant ouvrir les yeux et les appliquer de façon responsable.

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

52 réponses à “Les bases du débat climatique: Le climat pourrait causer la mort de 6 milliards de personnes

    1. Les sources sont données dans l’article, il suffit de bien le lire. Il ne s’agit pas de publications scientifiques à comité de lecture, il n’y en a pas semble-t-il sur ce sujet, mais de la conviction d’éminents scientifiques. Ces gens sont crédibles, mais libre à chacun de préférer écouter un adolescent de 15 ans.

    2. Tout ça c est du voulu! Ouvrez les yeux tout ce qui nous tombera dessus c est joué d avance par les gros
      Riches de cette terre qui ne demande pas mieux que ça arrive pour éliminer une grosse partie de l humanité et en plus ils s en lavent les mains mais qu est ce qu ils s’en foutent de nous ,eux ils sont couvert et protéger car ils ont tout prévu pour ça.Dans le fond c est de notre fautes car on est pas unis pour contrer une poignée de fous qui nous gouvernent et qui nous ont toujours manipulés car l union fait la force
      Pauvres de nous va!!

      1. Entièrement d’accord avec vous,on court à notre perte d’acceptdr pfff
        Je ne cesse de faire pleins d’effsorts,j’au encore beaucoup à faire mais je fais et si tout lmonde en faisait autant on pourrait avoir un minimum d’espoir!!
        Pour être honnête je n’y crois plus trop à mon grand désespoir,tant qu’on est pas devant le fait accompli sa ne bougera pas et il va bientôt être trop tard😡😡

    3. La bible à tous dit, l’homme cours à sa propre destruction de part sa faute, maintenant il recherche solution, le problème c’est que beaucoup n’ont pas compris la leçon, le spirituel s’abbattra dans le réel, notre dieu y mettra de son feu, et jouera avec le vent pour balayez le mauvais…… Hihi si seulement vous saviez ce que je sais, vous vous repentiriez, la methaphisyque est mon jouet, comme les planète éloigné alors je vous laisse simplement imaginer un telle pouvoir dans les main d’un grand enfant ayant tous perdu à cause de l’argent, ma planète s’éveille et j’espère de même pour vous car la fin est très très proche, et encore une fois l’arche de noé que vous y croyer ou pas, la terre fait son choix elle ne mourra pas… Petit rappel m’a terre la maison, aussi ma terre ma prison

      1. Je ne suis pas croyante mais je crois ce que vous avez écrit!!
        J’en ai marre,personne ne m’écoutre,on me prend pour une parano,que je vois des complots partout ect….
        L’être Humain??? Moi je dis inhumain
        Si ce n’est pas la planète qui nous balaye,sa sera une guerre vu comme tourne le monde ces derniers temps🤔🤭😱
        Notre sort c’est juste une question de temps

  1. Mais pourquoi cet article, visant à renseigner l’opinion publique du danger que représente le réchauffement climatique, n’est pas publié sur la première page de tous les grands journaux du monde entier ??? Ceux qui lisent votre blog ne sont pas à convaincre et sommes peu nombreux.

    1. Je partage absolument votre suggestion qui m’a traversé l’esprit en lisant cet article.
      Bonjour Dorota. Votre article, synthétique, scientifique, implacable ne devrait pas rester confidentiel.
      Vous avez certainement pensé proposer celui-ci à des Mairies, des Assemblées Régionales, Nationales, Européennes.
      Il explicite la première requête du Mouvement de Résistance EXTINCTION REBELLION: Tell the Truth !
      Il explicite l’Enjeu dramatique du Plan de Gouvernement que vous nommiez L’ETAT D’URGENCE CLIMATIQUE PLANÉTAIRE, le GLOBAL GREEN NEW DEAL des Américains. Ces Mots doivent devenir les Expressions Essentielles de notre Siècle.

      1. Même Les Experts Scientifique ne sont pas capables d estimer la météo sur un Mois comment voulez vous prévenir l’avenir si incertain et la nature fait ce qu’il lui plaît plaît comme dans la chanson .On sait rien faire la terre se réchauffe bien sans être Humain cest que nous pouvons faire cest une goutte d’eau dans les Océans donc impuissants

    2. ce n’est pas publiè parce que ce ne sont que des élucubrations invraisemblables fondées sur des simulations multiples … dont AUCUNE ! 30 ans après n’a vu un début de réalisations ! les températures ont remonté de quelques dixièmes de degré en mpyenne au siècle dernier, depuis elles stagnent et ne sont plus modulées que par quelques épisodes de El Nino un phénomène aléatoire qui affecte le Pacifique Est.

      1. Les années 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 battent toutes des records de chaleur. Après El Nino de 2016 les températures ne sont que peu descendues en 2017, phénomène très inquiétant qui suggère une accélération du réchauffement prévisible à cause de la réduction des banquises polaires.

  2. Discours apocalyptique vieux d’au moins deux mille ans, maintenant agrémenté de constatations pseudo-scientifiques. Cela ne le rend pas plus vraisemblable.
    Avec 7,7 milliards d’individus sur Terre, ce sont autant de morts certaines à prévoir. Pourquoi seulement 6 ? L’auteure pense-t-elle y échapper ?

    1. Allons donc ! De quelles constatations pseudo-scientifiques parlez-vous ?
      Où avez-vous déduit que l’auteur pensait y échapper ?

      Revoyez vos fallacieux arguments et apprenez à les étoffer (au moins un peu) avec de la rigueur.

      1. Il doit parler des charlots, qui en se basant sur des relevés météo de 100 ans, prédisent des catastrophes, alors que la Terre a des millions d’années.

    2. Cher M. De Rougemont,
      Il est évident que le chiffre peut faire réfléchir (et c’est le but…), mais il devrait plutôt faire réfléchir au risque que l’on prend. Pour les sources je vous recommande le rapport du conseil fédéral, l’OCDE, l’ONU et évidemment le GIEC qui pour rappel n’est pas “l’avis d’un quidam”, mais un consensus scientifique, le sommet de la pyramide en ce qui concerne la solidité des connaissances. (un recueil de ces informations sur le site plus bas)
      Et TOUT LE MONDE EST D’ACCORD sur le fait que nous allons à grande vitesse dans le mur. Personnellement, je me sens concerné à partir de 100-200’000 morts, lorsque mon comportement de consommateur et de citoyen (en vrac : ma voiture, mes vacances, mon filet de boeuf, les entreprises sous le cadre légal de mon pays, mes achats compulsifs…) conduisent des humains à une déportation / une mort certaine.
      J-F Pochon
      http://www.etatdurgence.ch/faq

      1. Le problème, c’est que le GIEC par exemple ne tient pas du tout le genre de discours apocalyptique que la blogueuse colporte. Avant on assistait à une lutte contre les clinatosceptiques au nom d’une science définitivement établie. Si maintenant on nous dit que le GIEC n’est pas crédible parce que pas suffisamment alarmiste, il me semble qu’on a un sérieux problème d’information.

      2. les avis du GIEC sont fondés sur des analyses de communiqués scientifiques … mais les synthèses sont faites par des politiques et les ONG qui ignorent ou même contredisent les avis scientifique pour faire perdurer ou même accentuer la sordide légende de l’URGENCE CLIMATIQUE qui maintien les populations en état de crainte, de culpabilité et donc de DOCILITE POUR CONTINUER A TOLERER LE RACKET DES TAXES CARBONES ET LES RESTRICTION 0 LA MOBILITE !!!

  3. La biodiversité serait complètement atteinte.
    S’ajouteraient des guerres nucléaires.
    Arrivé à ce point, pas besoin de calcul d’apothicaires. Peu de survivants et quasiment aucun c$oté humain. Un peut comme au permien, en somme.

  4. Toutes ses prévisions alarmantes sont une suite logique au renoncement quasi général de la croyance. Jadis, les humains se remettaient assez facilement aux prières et à Dieu pour échapper à la gronde de mère Nature. Aujourd’hui nous pensons à tort être capable de tout prévoir à quelques années prêtes alors que nous sommes dans le domaine cosmique où le temps est long, très très long.
    Oui qu’il faille baisser les émissions du CO2 mais surtout il faut baisser le niveau d’anxiété et de raconter n’importe quoi sur ce sujet. Entre la décimation de 6 milliards ou un milliard beaucoup d’eaux coulera encore sous les ponts.
    Demain les verts seront gagnants dans les élections fédérales sur une base usurpatrice ! Que peuvent-ils faire contre le réchauffement ? rien de rien, et ils sont en plus incapables côté calculs et plans économiques.

    1. veuillez trouver ici un exemple de protestation des élites scientifiques qui ont travaillé pour le Giec et qui dénoncent la manipulation faite du résultat de leur travail. :

      24. Dr Madhav Khandekar: «J’ai soigneusement analysé les effets néfastes du changement climatique tels que projetés par le GIEC et j’ai considéré ces affirmations comme étant exagérées et dépourvues de preuves à l’appui.”

      25. Dr Hans Labohm: «Les passages alarmistes du Résumé à l’intention des décideurs (GIEC) ont été biaisés à travers un processus élaboré et sophistiqué de piratage.»
      26. Dr. Andrew Lacis: «Il n’y a pas de mérite scientifique à trouver dans le résumé. La présentation ressemble à quelque chose que les activistes de Greenpeace et leur service juridique ont mis sur pied. ”
      27. Dr Chris Landsea: « Je ne peux pas, de bonne foi, continuer à contribuer à un processus que je considère à la fois motivé par des intentions préconçues et scientifiquement mal fondé .»

      28. Dr Richard Lindzen: « Le processus du GIEC est dicté par la politique plutôt que par la science. Il utilise des résumés pour déformer les propos des scientifiques et exploite l’ignorance du public. ”

      29. Dr Harry Lins: «Les changements de température à la surface au cours du siècle dernier ont été épisodiques et modestes et il n’y a pas eu de réchauffement global net depuis plus de dix ans. Les arguments en faveur de l’alarme concernant le changement climatique sont nettement surestimés. ”

      30. Dr Philip Lloyd: «Je fais une évaluation détaillée des rapports du GIEC et des résumés à l’intention des décideurs, en identifiant la manière dont les résumés ont faussé la science. J’ai trouvé des exemples de résumé disant exactement le contraire de ce que les scientifiques ont dit. ”

      31. Dr Martin Manning: «Certains délégués gouvernementaux influençant le Résumé à l’intention des décideurs du GIEC déforment ou contredisent les auteurs principaux.»

      32. Stephen McIntyre: «Les nombreuses références dans les médias populaires à un« consensus de milliers de scientifiques »sont à la fois une grande exagération et une source d’erreur.

      33. Patrick Michaels: «Les taux de réchauffement, à plusieurs échelles de temps, ont maintenant invalidé la série de modèles climatiques du GIEC. Non, la science n’est pas réglée. “

      1. Le point 33 en tout cas ne tient plus. Il y a dix ans à peu près on aurait pu croire que le réchauffement ne progressait pas, puis on a prouvé que les océans continuaient à se réchauffer, et la température de l’air est aussi montée très vite, les années 2015-2016-2017-2018-2019 battent toutes des records de chaleur.

        Les résumés du GIEC, loin d’être alarmistes, présentent la destruction des pays entiers, de la Nature et de l’Humanité en termes si vagues que les dirigeants eux-mêmes ne comprennent pas toujours les implications.

          1. J’ai cru y répondre. Le GIEC ne dramatise pas, le résumé n’est pas exagéré, ni partial, au contraire, une étude sérieuse a montré que leur vocabulaire ‘large scale singular ou aggregate event’ n’est pas assez clair pour que les décideurs et le public se rendent compte qu’il s’agit par exemple de la destruction d’un pays. Le GIEC est loin d’être alarmiste, il sous-estime même certains événements. il a prévu des vagues de chaleur, des inondations, et elles arrivent vraiment. Il y a aussi beaucoup de tornades cette année, des grêles immenses, des foudres bizarres, il y a tellement de catastrophes qu’il est difficile de les suivre. Ces derniers jours, il y a eu des inondations en Espagne, Vietnam, Inde, Niger, France. La semaine passée le Japon subissait de nombreuses inondations causées par le typhon, il y en a tous les jours, elles deviennent chaque année plus importantes. Le problème est maintenant clairement visible.

      2. http://sciences.blogs.liberation.fr/2011/11/08/climat-et-debat-scientifique-richard-lindzen-estil-credible-/
        Blais, le fait que vous citiez ces gens est au mieux de l’ignorance, peut-être du scepticisme complotiste, au pire de l’imposture. Il serait temps de faire évoluer les consciences, et que l’opinion publique fasse la différence entre le doute scientifique, nécessaire à la science, et le scepticisme mensonger, manipulatoire et sectaire. Peut-être un jour jugera-t-on ces méthodes et considèrera-t-on le climatoscepticisme négationniste comme une maladie, un mensonge, ou un délit.

  5. Vous écrivez: “Ces faits scientifiques doivent constituer les bases du débat sur le climat, et ils ont provoqué l’accord de la COP21 en 2015.”

    De quels “faits scientifiques” parlez-vous? Comme d’autres, je m’interroge sur vos sources. Vous nous avez pourtant habitués à mieux. Et le ton apocalyptique de votre article me laisse perplexe, moi aussi. En effet, votre rapprochement entre les risques climatiques et l’apocalypse nucléaire me paraît tout à fait gratuit. Pendant la Guerre Froide, que vous êtes sans doute trop jeune pour avoir connue, le moindre incident diplomatique – les cas de l’avion-espion américain U2 abattu au-dessus de l’ex-URSS en 1960, l’invasion de la Baie des Cochons et les missiles soviétiques à Cuba en sont parmi les exemples les plus marquants – pouvait déclencher une guerre nucléaire par inadvertence. Dans un tel cas, l’effet de “réchauffement” (sans mauvais jeu de mots) aurait été instantané et radical. Tel n’est bien sûr pas le cas avec le réchauffement climatique, dont vous affirmez vous-même qu’il peut encore être contrôlé.

    Donnez donc vos sources. Vos lecteurs ne demanderont qu’à vous suivre.

    1. Je dirais même plus, une très bonne nouvelle !
      Et après une telle purge, on peut même espérer que ça calmerait l’hubris des survivants….

  6. Inepte. L’humanité crève de sur poids pas de changement climatique. L’Afrique est d’abord confrontée à une explosion démographique, pas au changement climatique. Émotionnel pure, aucune base scientifique à ces eculubration. Le temps tombe bien bas.

  7. Vraiment n’importe quoi, les grandes pères du moyen-âge ressurgissent.
    Et dire que ces charlatans de climatologue promettaient un refroidissement climatique quand j’étais gamin(milieu des années 70)!

  8. Le fondateur d‘Extinction Rebellion? En principe ils étaient trois cofondateurs, dont aucun ne peut vraiment prétendre être une autorité en quoi que ce soit. Les citer comme référence ne contribue pas franchement à votre crédibilité…

  9. Chère Dorota Retelska, que pensez-vous de l’opinion des chercheurs suivants qui ne sont pas d’accord avec vous?
    https://climatefeedback.org/claimreview/prediction-extinction-rebellion-climate-change-will-kill-6-billion-people-unsupported-roger-hallam-bbc/

    Il s’agit de chercheurs qui défendent le consensus sur le climat. Ils sont justes pas d’accord avec cette opinion catastrophiste.

    Michael Mann, célèbre climatologue, a lui aussi critiqué le catastrophisme, le jugeant tout aussi dangereux que le climato-scepticisme:
    Doomsday scenarios are as harmful as climate change denial
    https://www.washingtonpost.com/opinions/doomsday-scenarios-are-as-harmful-as-climate-change-denial/2017/07/12/880ed002-6714-11e7-a1d7-9a32c91c6f40_story.html

    1. La déclaration de Roger Hallam est basée sur celle de quelques scientifiques, que je cite justement. Tout le monde n’est pas d’accord, les chiffres et les dates ne sont que des hypothèses, mais il y a une base scientifique à ces déclarations et un risque réel d’événements aussi graves.

    2. Il y a un excellent article du Monde qui explique pourquoi les scientifiques rechignent à faire du catastrophisme. Mais ce sont des biais qui les empêchent justement de prévoir d’éventuelles catastrophes.
      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/10/23/climat-pourquoi-les-scientifiques-sont-plutot-plus-prudents-qu-alarmistes_6016641_4355770.html
      « Il y a une tradition culturelle en science, en particulier dans les sciences du climat, de ne pas vouloir être alarmiste »
      « être prudent revient précisément à sous-estimer » les conséquences du réchauffement climatique.
      « Les scientifiques associent souvent la rationalité avec l’absence d’émotion, et nous avons une tradition culturelle d’opposer les émotions à la raison. Donc, quand ils prennent connaissance d’un résultat qui déclenche une réponse émotionnelle, cela les rend mal à l’aise. C’est quelque chose que nous avons vu et documenté. »
      les scientifiques peuvent aussi être rétifs à accepter le changement (biais du statu quo), s’ils n’ont pas une très grande quantité de nouvelles données pour le justifier.
      A cet égard, pourtant, le GIEC fait peu à peu évoluer ses pratiques, notamment dans le dernier rapport spécial sur les océans et la cryosphère. Le plus gros changement concerne surtout les événements estimés peu probables, mais aux conséquences potentiellement très graves, telles qu’une désintégration rapide de l’Antarctique ouest.
      Dans l’étude publiée en 2013, les auteurs parlent de « péché par excès de prudence » pour désigner cette tendance, et donnent plusieurs facteurs d’explication, notamment ce qu’ils appellent la « culture du consensus » au sein du GIEC, c’est-à-dire la façon dont les auteurs s’efforcent de trouver les points d’accord entre scientifiques.
      Un second facteur majeur est ce que l’on appelle le « principe de moindre surprise », c’est-à-dire la préférence donnée aux résultats les plus en accord avec les connaissances et hypothèses préexistantes, au détriment des résultats plus « surprenants ». Ce principe a déjà mené certaines communautés scientifiques à rejeter des hypothèses « catastrophistes » par conservatisme.
      Un exemple, la disparition des dinosaures : plusieurs chercheurs (menés par Walter Alvarez, et son père, Luis) avancent l’hypothèse de la chute d’une météorite pour expliquer la fin de règne des dinosaures il y a 66 millions d’années. L’hypothèse, considérée comme excessivement catastrophiste, sera rejetée majoritairement par la communauté des géologues et paléontologues, malgré les éléments de preuve avancés par les Alvarez, qualifiés alors de chercheurs « arrogants ».« Ils ne savent rien ou presque de la façon dont les espèces évoluent et s’éteignent », s’agace alors un paléontologue au New York Times. « L’extinction du crétacé a été graduelle, et la théorie catastrophiste est fausse », affirmait un second.
      La pression, qu’elle provienne de l’opinion publique, des médias, des cercles politiques ou de sa propre communauté scientifique, est le troisième facteur majeur identifié par les auteurs de l’étude de 2013. « Une possible raison pour laquelle les scientifiques ont pu sous-estimer la menace du réchauffement anthropique est la peur que, s’ils ne le font pas, ils seront accusés par les anticonformistes d’être des marchands de peur alarmistes », écrivent-ils, estimant que cet état de fait est particulièrement présent aux Etats-Unis, « où les climatologues ont été soumis à des pressions extraordinaires ».

  10. et vu le minimum solaire en approche pour les quelques dizaines d’années à venir, et si vous vous étiez trompé, vous allez vous enfermer dans une grotte et ne plus jamais sortir sauf à votre mort ? ou alors vous reconnaitrez vos torts Mme Retelska ?

  11. Dorota Retelska a raison. Ce devraient être les bases du débat. Les citoyens devraient en être informés. Et ceux qui demandent des sources et des assurances, autant que faire se peut, que ces affirmations sont solides et ne sont pas gratuites ont raison aussi. Ces affirmations sont tellement extraordinaires, qu’elles se doivent d’être documentées.

    Actuellement, les gens se disent : « si c’étaient réellement si grave, ça se saurait! Si notre pays était à la veille d’être envahi, avec mouvements de chars et mobilisation armée, par un pays voisin, nos gouvernants ne resteraient pas silencieux, et avant même une déclaration de guerre ils feraient des appels au peuple pour lever leur propre armée !

    Si notre sécurité était compromise par la mort de 6 milliards de personnes, on en verrait les signes chez nos dirigeants! personnellement je n’ai lu que les résumés du GIEC… je ne demande qu’à lire les Shellnhuber, Rockström, Anderson, Spratt, Dunlop … et à les confronter à mes compatriotes scientifiques, puis aux faiseurs d’opinion de notre presse écrite et électronique. Dorota Retelska a raison: ce devraient être les bases du débat.

  12. Prédire l’avenir est une gageure qu’on devrait éviter de faire..surtout quand on est scientifique..
    Le passé nous apprend que tous les prophètes manquent totalement d’imagination et ne savent que tirer des traits sur des tendances ou même prolonger des traits qu’ils imaginent..
    A part tintin sur la lune bien sûr..je ne vois pas..

  13. Six milliards de morts ! Quand ? Où ? Vous ‘en savez rien, c’est toujours le même blabla.
    De toute façon, les 8 milliards actuels de Terriens vont tous crever tôt ou tard, comme vous et moi, alors arrêtez ce cirque !

  14. Typhon Hagibis punition d’ ALLAH en islam ces catastrophes naturelles les incendies les virus astéroïde des punitions d’ ALLAH aux non musulmans de se convertir a l’islam et aux musulmans d’appliquer le Coran a 100% immédiatement pour éviter la mort par ces punitions d’ ALLAH si la fin du monde Octobre 2019 pour éviter l’enfer.

  15. @ALEXANDRE LUISET

    Moi je ne suis pas du tout, mais alors pas du tout étonné que l’auteur de cet article publie le post prophétique de Mehdi Mountather et pas le vôtre qui était plus pondéré. C’est que Mehdi Mountather a exactement la même mentalité que la belle Dorota Retelska. Tous les deux croient la même chose, c’est à dire que si l’on ne se convertit pas immédiatement (au réchauffisme apocalyptique pour Dorota, à l’Islam pour Mehdi) nous serons tous immédiatement transformés en statues de sel.

  16. Bonjour Dorota, vous êtes scientifiques. Vos données correspondent parfaitement à celles de vos consoeurs et confrères. Votre générosité vous conduit à alerter le plus rapidement possible un public qui reste démuni face aux silence des gouvernements. Vous déchaînez soudain les passions, les craintes de chacun. Vous êtes attaquée de tout côtés. C’est totalement injuste. Dominique Bourg, Philosophe, professeur d’écologie en Suisse, généreux et engagé comme vous, pourrait vous aider, me semble-t-il dans votre remarquable mais périlleuse entreprise d’alerte. Il vient d’écrire une Lettre ouverte collective au Gouvernement Suisse avec d’autres éminents confrères. Votre conversation serait fructueuse. Elle a peut-être déjà eu lieu. Bonne chance. Vous êtes formidable. Merci pour votre extrême courage.

Répondre à Nh Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *