L’Humanité a besoin d’écologie. Cinq milliards de personnes souffriront de nos atteintes à l’environnement.

L’IPBES calcule le prix de la Nature

La perte de biodiversité s’accélère. Nous perdons tous les jours des espaces sauvages, au cours du dernier quart de siècle une grande partie d’insectes et d’oiseaux a disparu en Europe et aux Etats-Unis, en 2019 les vagues de chaleur et les sécheresses provoquent des hécatombes de kangourous ou d’hippopotames, les grenouilles disparaissent, les forêts cessent de croître ou partent en fumée. La Nature subit des dommages immenses, et nous en avons besoin pour vivre.
L’IPBES, la plateforme internationale pour la biodiversité et les services des écosystèmes, essaie actuellement de mettre des chiffres sur la valeur de la Nature pour les humains.  Ils présentent leurs conclusion intitulée ‘investissez dans la Nature‘ à la Banque Mondiale le 17 octobre.

Nitrates, abeilles et montée de la mer

Leurs conclusions proviennent entre autres d’une étude qui estime trois conséquences des perturbations de l’environnement; la pollution des eaux par les nitrates, la disparition des insectes et du service de pollinisation des champs, et la montée du niveau de la mer et l’inondation subséquente des côtes.

Les nitrates provenant surtout d’un usage excessif d’engrais sont nocifs pour la santé humaine. Ils passent dans l’eau. Si le cours d’eau traverse des espaces sauvages, les trois quarts sont absorbés par les forêts ou les prairies et consommés par les plantes. Ces  espaces naturels protègent la santé humaine.

Les populations d’insectes d’Europe et des Etats-Unis se sont énormément réduites au cours du dernier quart de siècle. Les abeilles périclitent malgré de nombreux efforts de sauvetage individuels. Leur disparition est liée à l’emploi de pesticides néonicotinoïdes.  Une grande partie de plantes cultivées par les humains dépend de la pollinisation par les abeilles, et pour certaines d’entre elles, les rendements baissent déjà et les prix de ces aliments augmentent. Une autre étude récente comparait les avantages des pesticides et des abeilles pour l’agriculture et conclue que les abeilles sont, elles, indispensables. Sans elles, le rendement des cultures diminue beaucoup. Une vidéo montre quelques conséquences de leur disparition.

Le réchauffement climatique provoque la montée du niveau de la mer qui inondera les côtes, les villes, les cultures, et cause des infiltrations d’eau salée dans les champs et les nappes phréatiques.

Cinq milliards d’humains souffriraient la faim sans abeilles

Ces différentes perturbations de l’environnement concernent tout le monde. Elles auront des graves conséquences importantes pour une grande partie de l’Humanité.  Les scientifiques ont calculé que la pollution de l’eau pourrait menacer quatre milliards et demi de personnes sur Terre, et cinq milliards souffriront probablement des déficits de la production agricole causés par l’absence de pollinisation par les abeilles. Ces effets se feront sentir partout sur la Planète.

 

Cette étude met en évidence le rôle essentiel des abeilles ainsi que de la pollution pour l’Humanité. Les pesticides et les engrais artificiels sont très nocifs, ils créent un danger pour la plupart des Humains sur Terre. L’agriculture biologique permettrait de l’éviter. L’étude ne tient cependant pas compte de toutes les raisons qui rendent la nature si importante pour nous.  Nous avons maintenant compris l’importance des abeilles. Les écosystèmes pourraient contenir d’autres chaînons essentiels pour l’Humanité, dont nous n’avons pas encore pleinement compris l’importance. Dans les récifs coralliens pourrait naître un organisme important pour la vie des océans, les oiseaux migrateurs transportent peut-être une plante ou des bactéries cruciaux à des milliers de kilomètres, les champignons du sol sont encore peu connus. Les changements météorologiques causés par le réchauffement climatique réduiront aussi la production alimentaire pour des milliards de personnes. Nous ne connaissons pas encore le vrai prix de la Nature, elle nous est tout simplement indispensable.

 

 

Les glaces fondent plus vite que prévu, et le réchauffement pourrait devancer les prévisions du GIEC

Le climat évolue-t-il comme le GIEC l’a prévu? L’année 2016 a battu des records de chaleur, et depuis, la température reste élevée, et les catastrophes climatiques foisonnent.

L’ancien conseiller scientifique principal du gouvernement anglais, prof David King, se déclare effrayé par la vitesse à laquelle le climat change: dans une interview donnée à BBC, il estime que la Terre change plus vite que prévu dans le cinquième rapport du GIEC publié en 2014. En particulier les glaciers et la glace marine fondent plus vite,  et des  événements météorologiques extrêmes se produisent aussi rapidement.

Par exemple, le glacier Malaspina en Alaska existe depuis la période glaciaire. La glace s’écoule sur un plateau. Ce  grand glacier fond, son épaisseur diminue tellement qu’il fait monter le niveau de la mer.

Malaspina Glacier 2016 copyright ESA

Le Gangotri, en Inde, est un des plus grands glaciers de l’Himalaya. Il constitue la principale source d’eau du Gange,  grand fleuve Indien.  Ce glacier recule d’au moins dix mètres par an. Il fond aussi en surface, et s’affine graduellement. Le Gange est la plus sacrée des rivières d’Inde. Il irrigue un tiers du territoire Indien et 450 millions de personnes.  La disparition de glacier aura des conséquences pour 40% de la population indienne.

Gangotri, India, 2019, copyright ESA

Un autre scientifique anglais, Andrew Shepherd, trouve aussi que les glaces fondent à une vitesse surprenante.

La mer Arctique était totalement gelée en été il y a cent ans. La banquise se réduit, à des nombreux endroits la glace épaisse de plusieurs hivers fond progressivement, se fracture, des courants chauds arrivent de l’Atlantique, et début septembre les 60-65% de la surface originellement gelée étaient libres de glace. Cela augmente immédiatement le réchauffement de la Planète.

Suite à cette interview, BBC a contacté les principaux auteurs du rapport du GIEC qui pour la plupart estiment que le réchauffement se produit en accord avec les prévisions.  Il semble que le GIEC suive la politique d’une opinion unique, unanime pour tous ses membres.  A ma connaissance, leurs derniers calculs s’arrêtent en 2015, sans inclure ces dernières années très chaudes.  Elles pourraient un jour prouver que le réchauffement accélère.

Certains événements récents n’ont pas été prévus par les modèles climatiques. Les scientifiques ont relevé la fonte sévère de glace aux pôles, car les glaces Antarctiques fondent aussi plus vite qu’anticipé, les feux de forêts en Arctique,  le changement climatique en Tasmanie, et les deux grands cyclones survenus au Mozambique cet été.  Ces deux ouragans constituent un événement sans précédent,  qui a provoqué l’inondation d’une grande partie du pays, la destruction des habitations et des routes, et la rupture de l’approvisionnement électrique.

John Church, un des principaux climatologues Australiens, déclare que le réchauffement est à peu près au niveau des prévisions les plus pessimistes, alors que selon son collègue King, il les dépasse même (d’après Harrabin, BBC). David King estime que la fonte de la glace du Groenland et Antarctique n’a pas été prévue correctement. La perte de la banquise accélère le réchauffement de la Planète, et la disparition des glaciers du Groenland et Antarctique provoque la montée du niveau de la mer.

Les glaciers suisses, comme partout ailleurs, s’amenuisent plus vite que prévu.

Cela signifie que les événements prévus par le GIEC, tels la mort des coraux, des poissons tropicaux, les inondations généralisées, les catastrophes touchant des pays entiers se produiraient à la date prévue, ou même plus tôt.

Le prof King suggère donc à l’Angleterre de réduire les émissions de carbone dix ans plus tôt que prévu.  C’est valable pour toute la Terre, nous devons réduire les émissions de carbone au plus vite pour éviter de graves dangers.

Modifié le 21 septembre 2019

 

 

Nous ne nous adapterons pas au réchauffement. Arrêtons – le!

Graves menaces pour les Etats insulaires

J’ai assisté à une conférence de l’ONU sur le climat,  le ‘UN Trade forum’ axé sur les objectifs de développement durable et au changement climatique.

Les représentants de nombreux états insulaires ont affirmé les dangers du climat.

Le weekend précédent, l’ouragan Dorian a dévasté les Bahamas, et deux typhons ont touché le Japon et la Chine.
Le représentant de Wuanatu a déclaré que la Planète est en danger et a demandé un secrétaire spécial et un rapporteur spécial sur le changement climatique, ce qui semble une très bonne idée de nos jours.
Les représentants de Sainte-Lucie, des Maldives, des Bahamas ont évoqué les catastrophes actuelles et les dangers qui les menacent. Ils sont exposés à des ouragans, à la sécheresse et à la montée du niveau de la mer, les transports pourraient être interrompus et selon les diplomates concernées, les scénarios prédictifs sont terribles.

Image parWikiImages de Pixabay

Les représentants des Bahamas ont évoqué la possibilité que les ouragans actuels constituent leur nouvelle réalité. De nombreux Etats insulaires demandent des moyens financiers pour s’adapter au changement climatique.

Je ne suis pas d’accord avec cette analyse de la situation climatique. Je crois que n’est pas la nouvelle norme, ce n’est qu’un début.

Tout le monde sous-estime le climat. Selon un nouveau rapport de la Commission Globale pour l’Adaptation (Ban Ki-Moon, Bill Gates, Banque Mondiale, divisions climat et environnement de l’ONU), la préparation aux catastrophes climatiques est gravement insuffisante.  Les actions les plus urgentes recommandées par cette commission incluent des systèmes d’avertissement rapides, et le développement de cultures alimentaires qui peuvent supporter les sécheresses (d’après Carrington, The Guardian).

Ouragans cent fois plus destructeurs

Les catastrophes augmentent quasiment chaque année, et elles pourraient s’aggraver au même rythme.

Le rapport du GIEC sur les océans qui sera publié le 25 septembre estime que les dégâts causés les ouragans augmenteront au centuple.

L’OMM a qualifié d’avertissement les ouragans terribles qui ont frappé le Mozambique. Les tempêtes destructrices sont de plus en plus nombreuses et des plus terribles pourraient survenir. Nous n’avons, de loin, pas tout prévu.

Actuellement, les tempêtes sont plus fortes, il semble y avoir plus de pluies intenses, d’inondations, de grêle, de tornades, de foudre, même en Europe. Ces phénomènes doivent déjà être surveillés, car si l’augmentation continue, la météo deviendra dangereuse partout.

Menaces pour la Terre entière

Les fortes tempêtes pourraient bien être la réalité avec laquelle nous devrons vivre en Europe et à laquelle nous devrons nous adapter. Je doute que nous puissions sauver les états insulaires de catastrophes répétées et croissantes. Les ouragans enflent, la fonte du Groenland atteint déjà des seuils attendus pour 2100, les vagues deviennent de plus en plus grandes.
Ils pourraient être frappés par des tempêtes plus fortes, puis par la montée du niveau de la mer.
Ces états ont maintenant besoin d’abris anti-catastrophe, de bateaux d’évacuation, et de lieux d’accueil.

C’est ici, en Europe, que nous devons nous concentrer sur l’adaptation aux graves catastrophes. Nous devons préparer des canaux pour évacuer les inondations,  rendre nos maisons résistantes aux tempêtes, vents, grêles et vagues de chaleur, isoler les bâtiments et passer aux énergies renouvelables. Nous pouvons encore nous calfeutrer pendant que d’autres pays seront rayés de la carte.

Mais nous ne devons pas faire cela! Nous devons arrêter les émissions de carbone immédiatement, et éviter ce Futur de destruction de la Terre, et de vie dans des abris pour les plus chanceux.
Nous devons arrêter le réchauffement climatique au plus vite, avant qu’il n’inflige de dégâts irrémédiables.
Nous entrevoyons maintenant quels risques nous prenons en chauffant la Planète, ils pourraient bien nous heurter de plein fouet, sous forme de tornades, de grêles, de foudres ou de vents destructeurs.

Nous devons déclarer un Etat d’urgence planétaire, où seule la production et le transport de biens indispensables seront permis. Nous devons arrêter les usines sur la Planète Terre et employer une grande partie de la population à capter du carbone dans des forêts et les sols. Nous devons le faire vite,  pendant qu’il est encore temps de sauver nos villes et notre civilisation.

Le Kerala est inondé pour la deuxième fois et le sera encore

Le Kerala est un état prospère du Sud de l’Inde. Au bord de l’océan Indien,  des canaux paresseux serpentent dans la végétation tropicale. Plus loin, des collines luxuriantes abritent des forêts ou des plantations de thé. Cette région ressemble à un paradis fertile où la nourriture pousse miraculeusement. Pour combien de temps?

En août, des précipitations extrêmes ont causé des inondations dans plusieurs états indiens. Les rivières ont débordé et des nombreux glissements de terrain se sont produits. Dans le Kerala, une centaine de personnes ont perdu la vie, des dizaines de milliers ont été évacuées.

L’Inde a subi des grosses chaleurs cette année, et la mousson tardait à venir.  Lorsqu’elle est arrivée, elle a apporté 45,3 cm de pluie, cinq fois plus que la normale. Les rivières ont débordé, inondant des villages. Des routes ont été coupées, des maisons se sont effondrées sur leurs habitants, de nombreuses personnes ont été évacuées de maisons inondées, accrochées à des câbles d’escalade, par hélicoptère ou bateau. Les bidonvilles au bord des rivières sont particulièrement à la merci des inondations, mais la région y est exposée.

Les précipitations ont provoqué plus de trois mille glissements de terrain dans la chaîne des Western Ghats. La terre rouge des collines s’est écoulée sur les routes et les habitations. Il semble que l’aménagement du territoire influence aussi les glissements de terrain. Des constructions nouvelles,  qui déstabilisent ou alourdissent le terrain, ont été particulièrement touchées. La forêt pourrait protéger et renforcer les pentes des collines contre les petits glissements de terrain.

Un scientifique qui étudie la météo de ces montagnes estime que le réchauffement climatique va accroître les pluies sur les Western Ghats, chaîne de montagne qui traverse les Etats du Kerala et du Maharashtra (AGU100). Ces Etats ont déjà été durement touchés cette année.

Les inondations de l’année passée ont causé cinquante et un morts. Elles ont été un choc pour les survivants, des milliers de personnes ont consulté des médecins pour des problèmes de dépression ou d’anxiété dus à ces catastrophes, où leur maison s’est soudainement écroulée sur leur famille dans un glissement de terrain, ou qui les ont forcés à lutter contre la noyade pendant des heures ou des jours. Des milliers de personnes ont été confrontées à l’alternative de se jeter dans l’eau pour sauver une vie, et à leur impuissance face à l’immensité des flots.
Des milliers de personnes sont déjà traumatisées. Réalisent-elles déjà que les inondations vont s’accroître, des plus en dangereuses au fil des années?

Cette année, ces déluges se sont reproduits et vont s’aggraver. Les pluies intenses augmentent, et le niveau de la mer monte. Les scientifiques prévoient que le réchauffement apportera des chaleurs dangereuses et des inondations plus grandes.  Dans la deuxième moitié du siècle, l’océan deviendra un immense danger pour ces populations. Les habitants du Kerala devraient progressivement quitter le bord de mer, et se réfugier dans les collines, mais ces collines subissent actuellement des milliers de glissements de terrain. Alors où aller? Voici la question qui se posera de plus en plus au 21ième siècle à des innombrables réfugiées climatiques.

Le nombre de jours chauds en Europe a triplé et augmente plus vite que prévu

L’Europe vit un réchauffement rapide. Cet été, les températures ont dépassé les 46°C.  Ce changement est certain et prompt. Une nouvelle étude a analysé les jours très chauds et très froids de chaque année. Elle établit qu’en Europe, le nombre de jours très chauds et de jours de stress de chaleur a triplé depuis 1950. Le réchauffement est observable dans la quasi-totalité de l’Europe.  Il rend les étés torrides, et les hivers doux.

Le nombre de jours d’été de chaleur extrême a augmenté depuis 1950, et les étés ont globalement été plus chauds.

L’étude a également montré que la région se réchauffait plus rapidement que les modèles climatiques ne l’ont prévu. Il semble que la température de l’Europe et des Etats-Unis augmente particulièrement vite. Les graphiques montrent que le réchauffement de l’Europe pourrait s’accélérer. 

Certaines régions ont connu des extrêmes plus élevés. Les températures des Pays-Bas, de la Belgique et de la France augmentent le plus vite, et des nouveaux records sont atteints au moins deux fois plus soudainement que prévu. 

Le changement climatique augmente le nombre de jours de chaleur extrême et diminue le nombre de jours de froid extrême en Europe, posant ainsi un risque pour les résidents au cours des prochaines décennies.

C’est vraiment un signe du changement climatique », a déclaré Ruth Lorenz, climatologue à l’École Polytechnique Fédérale de Technologie de Zurich, en Suisse, et auteur principal de la nouvelle étude.

Selon les auteurs de l’étude, les étés et les hivers européens se réchaufferont au cours des prochaines années, à mesure que le changement climatique s’accélérera, ce qui affectera les villes et les habitants non préparés à la hausse des températures. “Beaucoup de gens n’ont pas la climatisation, par exemple, et c’est donc très important”.

Je peux aussi imaginer que les mesures de températures en Europe et aux Etats-Unis soient meilleures que dans le reste du monde, surtout meilleures que dans des régions inaccessibles.  Si c’était le cas, si les conclusions de cette étude étaient étendues à toute la Terre, cela signifierait que le réchauffement global est plus rapide que prévu. Les auteurs de l’étude concluent à un réchauffement accéléré de l’Europe et des Etats-Unis.

 

L’Amazonie en feu: danger pour le Brésil et toute la Terre

Feux en Amazonie causés par le défrichage

L’Amazonie brûle. Des centaines de milliers de feux ravagent la forêt. Les fumées obscurcissent le ciel de Sao Paolo où il fait nuit en plein jour.

Les feux sont souvent allumés lors du défrichement de parcelles d’Amazonie. Cette année, les feux sont souvent causés par un surcroît d’exploitation de la forêt amazonienne. Un expert à l’institut de recherche environnementale sur l’Amazonie affirme que le nombre d’incendies en forte hausse en Amazonie brésilienne est surtout lié à la progression de la déforestation (France Inter).

Fumée au-dessus de l’Amérique du Sud le 20 août 2019:

print-gorax-blue-000-6fe5cac1a363ec1525f54343b6cc9fd8-MSjN1W

En 2019,  l’agence spatiale Brésilienne a dénombré 73000 brasiers dans la région amazonienne. Les feux sont souvent causés par l’Homme, récemment les Brésiliens ont même décrété un ‘jour du feu’ où ils en ont allumé un grand nombre. Malheureusement, la pluie ne les éteint pas et le réchauffement et la météo associée à El Nino leur permettent de continuer.

Cette année est aussi une année el Nino. Le courant chaud est proche de l’Amérique du Sud, et il s’accompagne habituellement de chaleur et de sécheresses, ce qui favorise les feux. Lors du précédent El Nino, en 2016, de nombreux incendies ont frappé l’Amazonie et ont provoqué un dégagement de carbone de la forêt.

La perte de l’Amazonie

Nous vivons probablement une décennie d’extinction massive. Le plus riche écosystème marin, la grande barrière de corail australienne, a beaucoup souffert lors des vagues de chaleur de 2016, 2017 et 2018. La forêt amazonienne abrite aussi une énorme richesse d’espèces uniques, qui est en grave danger. Allons -nous perdre ces deux écosystèmes exceptionnels au cours de cette décennie?

Plusieurs études scientifiques, qui souvent estiment l’état de la végétation d’après la quantité de vert détectée par satellite, alertent sur les dommages subi par les forêts tropicales. Elles sont déjà en danger, fragilisées par le changement climatique et par l’Homme.
Depuis l’an 2000, l’Amazonie souffre de sécheresses et croît moins. La saison sèche devient plus sèche, la saison humide plus humide et s’accompagne d’inondations catastrophiques.
Mais heureusement, des efforts de reforestation sont entrepris dans des nombreux pays.
Il est important de préserver les forêts vierges: l’Amazonie sans la jungle perdra rapidement le carbone et la fertilité du sol, subira des chaleurs plus importantes et moins de pluie, et pourrait devenir désertique, entraînant la Terre dans la spirale du réchauffement accéléré. Il y a quelques années, un expert disait que la perte des forêts vierges peut augmenter la température de la Planète de 2°C. Elles disparaissent progressivement et c’est extrêmement dangereux pour toute la Terre. Les arbres sont faits en grande partie de carbone, qui est émis dans l’atmosphère et augmente l’effet de serre.  Cependant, si les arbres sont remplacés par une savane claire, l’effet de la couleur limitera celui du carbone des arbres. Troisièmement, la déforestation dans les régions tropicales est souvent suivie par la perte du carbone du sol qui augmenterait encore le réchauffement.  Ces perturbations de la Biosphère ne sont pas totalement prévisibles, mais très dangereuses.

Les catastrophes climatiques au Brésil

Le Brésil souffrira directement de ces changements. Le réchauffement climatique provoque des pluies intenses et des inondations. Cette année, le Brésil, comme de nombreux autres pays, subit de nombreuses inondations.
Les principales villes du pays: Rio, Sao Paulo, Bahia, Recife, Franka, Ukeraba, Permambuco  ont subi des graves déferlements et des glissements de terrain, causant des centaines de morts. Un barrage dans le Minas Gerais a cédé sous l’accumulation d’eau et provoqué une grave inondation.

Les incendies de l’Amazonie accélèrent le réchauffement climatique et vont causer des inondations plus graves, très dangereuses pour les habitants du Brésil. Ils mettent leur vie en danger.  Ils sont aussi dangereux pour le climat terrestre. L’ancien ministre de l’Environnement du Brésil les appelle ‘un crime contre l’Humanité’.

Sauver l’Amazonie?

A mesure que le réchauffement progressera, les forêts vierges subiront plus de sécheresses et seront plus susceptibles au feu.
A long terme, il sera difficile de les sauver, et dangereux de les perdre. Après les forêts tropicales, des grosses catastrophes s’abattront sur nos régions. Nos forêts et nos vies seront en danger.

Ces forêts tropicales stabilisent notre climat et nous en avons tous besoin. Il faut absolument éviter les feux et faire le maximum pour la protéger.
Une grande étendue de forêt résiste mieux aux changements climatiques.  Elle limite la chaleur grâce à la transpiration des arbres, et attire des pluies. Une Amazonie réduite pourrait vite se transformer en désert brûlant, et au contraire, une forêt reconstituée, plus étendue, pourrait être plus résistante. De grands projets de reforestation doivent être immédiatement entrepris en Amérique du Sud.

Une pétition récente demande à l’Union Européenne de mettre fin à toute relation commerciale qui nuit à l’écosystème Amazonien. Je trouve que c’est une excellente idée, la perte de l’Amazonie accentue le danger climatique pour les Européens et la Terre entière, et nos gouvernements devraient investir dans sa survie, qui contribue à la sécurité des citoyens européens face au réchauffement climatique. L’Europe ou la Suisse devraient refuser d’acheter des produits brésiliens.

Nous pourrions boycotter les produits brésiliens à titre personnel ou officiellement, au niveau national. Nous pouvons renoncer au boeuf Brésilien, ou au boeuf nourri au soja issu de la déforestation. Nous pouvons exiger que la nourriture de notre bétail soit locale.

On pourrait imaginer d’éviter les feux et les sécheresses en Amazonie en arrosant la forêt de pluies provoquées artificiellement. Il est possible de provoquer la condensation de gouttes de pluie à l’aide de diverses molécules chimiques plus ou moins polluantes, ou de la glace carbonique, peu polluante. Les arbres favorisent la formation de gouttes par des molécules de terpènes naturels. Les efforts pour sauver la forêt pourraient inclure des pluies artificielles, mais il faudrait que les composés utilisés respectent l’écosystème. Evidemment, avant tout, il faut éviter de provoquer des feux et arrêter la déforestation.

Réduisons rapidement l’effet de serre: d’immenses forêts et des villes en carbone

La transformation naturelle du carbone par les plantes et les animaux

Le réchauffement climatique cause des vagues de chaleur croissantes, des orages violents et des inondations. Ces événements s’aggraveront et menaceront nos constructions et nos vies.  Toute augmentation de l’effet de serre accroît le danger, et nous avons tout intérêt à le limiter au plus vite. En réalité, le plus intelligent serait d’éviter toute augmentation de l’effet de serre à partir de maintenant. Malheureusement, nous déjà perturbé la Nature, et la végétation, les sols et le permafrost émettent des gaz à effet de serre qui accélèrent le réchauffement (Climate Institute, Russian Academy of Science).

La capture du carbone doit devenir une priorité pour le monde entier. L’idéal est de l’accumuler dans les forêts et les sols, où il devrait être et où il aurait des effets bénéfiques sur les écosystèmes, le climat et la pollution. Nous devrons probablement chercher aussi d’autres solutions.

Des prototypes d’usines de capture de carbone apparaissent actuellement à plusieurs endroits, par exemple celle de Climeworks en Suisse. Ils capturent directement le carbone de l’air et le concentrent.

Paille (cellulose)

Bois (cellulose -lignine)

Les plantes et les animaux transforment depuis longtemps le carbone en tiges et feuilles de cellulose, en  bois, en récifs coralliens et en falaises de craie, composées de fossiles microscopiques de carbonate de calcium. Certains arbres sécrètent dans le sol des cristaux d’oxalate de calcium. Très lentement,  au cours de centaines de millions d’années, les plantes sont converties en pétrole, en gaz et en charbon.

La majeure partie du carbone capté par les végétaux forme les tiges et les feuilles des plantes cultivées.  Selon la FAO, ces parties inutiles pour nous servent à l’alimentation de bétail.  Il est bien sûr souhaitable qu’elles soient utilisées efficacement et non pas brûlés, mais les animaux qui les digèrent relâchent ensuite leur carbone dans l’atmosphère. Cependant, le bétail ne se contente pas de ces restes; la part des champs entièrement dévolus à la culture d’aliments pour bétail augmente vite. Il faudrait s’assurer qu’aucune feuille, qu’aucun brin de paille ne soit brûlé, qu’ils soient compostés, couvrent le sol, ou transformés en réserve de carbone. 

Il vaudrait  mieux accumuler durablement le carbone produit par les végétaux pour réduire l’effet de serre.

La matière végétale peut être stabilisée par combustion partielle, en biochar, une sorte de charbon de bois, que certains proposent d’enfouir ensuite dans les sols.

 

Produits de la biotechnologie

Actuellement, la biotechnologie utilise des plantes, des algues ou des bactéries et produit entre autres du méthane, des acides gras, des biocarburants (alcool ou substitut de pétrole), et des plastiques biodégradables.  Les composés naturels tels que la cellulose, le bois, le carbonate de calcium ou ces produits de la biotechnologie pourraient être le point de départ pour obtenir des formes de carbones stables que nous pourrions entreposer pour des longues périodes, ou utiliser à grande échelle, par exemple dans la construction. Celle -ci utilise des milliards de tonnes de béton, et émet actuellement énormément de carbone.

Construction écologique

Construction en bois

Maison à colombages, bois et paille/argile

La construction devrait utiliser autant de bois que possible, les architectes inventent actuellement des immeubles en bois. La paille peut être utilisée directement dans la construction sous forme de torchis, mélangée à l’argile, et forme un matériau facile à produire mais pas très résistant aux inondations. Des maisons écologiques en matériaux similaires peuvent être construites facilement sans matériaux industriels.

Inventer des matériaux carbonés?

On pourrait probablement produire par biotechnologie des briques de carbonate de calcium ou une variante un peu plus solide qui remplaceraient le béton actuel.  Il devrait être possible, de cloner les enzymes synthétisant le carbonate de calcium dans les algues ou les crustacés et le faire produire dans des algues dans des bioréacteurs ou d’immenses bassins.

Les animaux produisent aussi d’autres matériaux solides tels que des os, des dents, des perles grâce à des enzymes spécifiques. Mais en fait je n’ai pas très envie de voir une usine d’os poussant à l’infini.

Falaise de craie

Briques de craie naturelle

On pourrait aussi lancer des projets de recherche en chimie pour transformer les produits végétaux actuels en fibres de carbone, en  diamant ou en une autre molécule extraordinaire. Ce n’est bien sûr pas réalisable actuellement, mais une technologie nouvelle pourrait voir un développement analogue à celui des panneaux solaires et nos enfants ou petits-enfants pourraient vivre dans des villes en diamant.

 

Forme solide de carbone à inventer

A long terme, bien sûr, la construction doit avoir des limites,  la Terre ne pourra être entièrement recouverte de bâtiments, il faudra s’assurer qu’une partie suffisante de la Planète respire grâce aux forêts et au sol. A moyen terme, au 21ème siècle, nous devrons réduire l’effet de serre, gérer le carbone que nous émettons, et probablement celui relâché par des systèmes naturels perturbés.

 

 

 

Les forêts créent la fraîcheur autour d’elles – Reboisons la planète Terre maintenant!

Dans les forêts il fait plus frais

Une impression de fraîcheur nous saisit lorsque nous pénétrons dans la forêt. La chaleur s’estompe et la douceur règne à l’ombre des grands arbres.    La différence de température est tout à fait réelle:  dans les bois, il fait plus frais.   Les zones boisées abaissent aussi le température des champs environnants.  Et lorsqu’une forêt est réduite par la déforestation, il fait plus chaud la journée dans les parcelles déboisées. Toute la zone se réchauffe alors et la température s’élève aussi sous les arbres restants.

  Martine Rebetez de l’Université de Neuchâtel a montré il y a plusieurs années qu’il fait plus frais sous la canopée des forêts suisses. Une nouvelle étude le confirme à l’échelle de la Planète.  Les scientifiques ont comparé de nombreuses parcelles de forêts. Ils ont montré que dans les zones déboisées à moitié il fait un degré de plus, et dans les zones où la quantité d’arbres a doublé, un degré plus frais la journée, au soleil.

 Les forêts tempèrent aussi les températures la nuit.  A la chaleur, les arbres transpirent et rafraîchissent ainsi l’atmosphère autour d’eux.  Dans zones boréales, la neige sur les prairies reflète les rayons du soleil. Partout ailleurs, les forêts abaissent la température lors des journées ensoleillées.

Image par Jonas Zürcher de Pixabay 

Les forêts sont essentielles pour le climat et l’écosystème

Cette climatisation naturelle est particulièrement forte dans les tropiques, et elle est très importante aujourd’hui. De nombreuses parties des continents se sont déjà réchauffées de deux degrés. La déforestation augmente encore les températures locales la journée, et au sol la différence pourrait être de plusieurs degrés.  A Madagascar, le déboisement a provoqué une augmentation de température des forêts qui est responsable des disparitions rapide d’espèces de cette forêt, par exemple de certains lézards.

Les températures augmentant, tout l’écosystème des forêts pourrait s’effondrer et relâcher  son carbone dans l’atmosphère. Les parcelles déboisées pour l’agriculture pourraient voir  leur température augmenter rapidement. Le reboisement pourrait stabiliser les températures, assurer la survie des forêts existantes et des espèces qu’elles abritent, et rafraîchir l’air alentour, dans les champs et les zones habitées.  La forêt régénère des sols, les enrichit  en carbone,  provoque aussi des pluies. L’eau s’écoule facilement le long des racines vers les nappes phréatiques. En présence d’arbres, celles -ci se remplissent et les inondations sont imitées.

La reforestation limite le réchauffement de la Planète et rafraîchit les forêts existantes et les alentours

Il y a encore quelques centaines d’années, plus d’un tiers de la surface des terres était couvert de forêts.  La déforestation a été très importante et les sols ainsi conquis s’épuisent lentement et libèrent progressivement leur carbone dans l’atmosphère. Aujourd’hui, les conséquences du changement climatique s’aggravent et s’aggraveront encore très vite. Nous devons reboiser la Planète pour éviter des impacts énormes, et totalement incontrôlables.  Nous pouvons le faire.

Cet été, l’Ethiopie a prévu de planter quatre milliards d’arbres et de tripler sa couverture forestière actuelle. C’est primordial. Si ce type d’initiatives était réalisé dans la plupart des pays, et si en quelques années la Terre redevenait une planète couverte à 40% de forêts, nous pourrions sauver notre civilisation et vivre relativement en sécurité. Le projet Trillion Trees (voir Tom Crowther, EPFZ)  tente de faire planter mille milliards d’arbres sur la Planète, ce qui pourrait absorber dix ans d’émissions humaines. Nous pourrions en planter plus en y consacrant une partie des terres agricoles actuelles. Les plantations limiteraient aussi les températures locales pendant la journée (comme s’est produit dans la grande forêt artificielle plantée dans le Sinaï) et éviteraient des extinctions  d’espèces et des morts lors des grandes chaleurs.

Etude scientifique sur la déforestation et les températures locales

 

Inondations et sécheresses plus fortes à +2°C

Les pluies intenses provoquent déjà d’impressionnantes inondations. Selon l’OMM, ces catastrophes ont abondé en 2018. Cette année, des événements très graves se sont déjà produit, d’immenses inondations au Queensland en Australie, dans le Midwest américain, le cyclone Idaï en Afrique, l’inondation d’Iran qui a touché une grande partie de ce pays.

D’après l’Agence Européenne de l’Environnement, les catastrophes climatiques, inondations, vagues de chaleurs et sécheresses ont causé 453 milliards d’euros de dommages entre 1980 et 2017 en Europe, ainsi que plus de 115’000 décès.  Les années 2018 et 2019 alourdiront déjà ce bilan, qui croîtra rapidement.
L’intensification de précipitations avait été prévue en partie au moins et les experts préviennent qu’elles augmenteront encore.
LE GIEC2018 prévoit qu’à 1,5°C, les trois quarts d’Européens seront exposés aux inondations tous les 5 ans, et à 2°C, ces débordements deviendront bien plus importants.
Une étude s’est penchée sur ce risque d’inondation et prévoit qu’il va s’accroître fortement entre 1,5°C et 2°C.
Le réchauffement climatique va renforcer le cycle hydrologique de pluie et d’évaporation d’eau du sol et des océans.

Une équipe de scientifiques a créé un indice pouvant indiquer les catastrophes climatiques, inondation et sécheresse, tenant compte à la fois du volume des pluies et de la durée des sécheresses. Ils prévoient que la quantité d’eau totale par année augmentera un peu avec la température, mais les pluies intenses et les sécheresses croîtront bien plus.

Dans leur modèle, à +2°C, les précipitations diminuent en Amazonie et en Amérique centrale, ce qui fait peser une menace sur les forêts vierges qui couvrent ces régions.
Le région méditerranéenne subirait plus de sécheresses, ce qui pourrait causer sa désertification,  alors que le Sud-Est de l’Afrique de l’Ouest bénéficierait peut-être de pluies plus régulières.
L’Asie du Nord et d’Est pourrait subir des pluies très abondantes, l’Ouest et l’Est de l’Amérique du Nord aussi.

Pluies totales par épisode de pluie: dans les zones en bleu, il pleuvra moins, dans les zones en rouge, il pleuvra plus (Madakumbura,et al, Nature 2019). Les événements extrêmes semblent augmenter plus que cette moyenne.

Des événements tels que les sécheresses extrêmes suivies de pluies intenses, provoquant alors des inondations et l’érosion, vont fortément augmenter et leur conséquences aussi.

Il faudrait établir rapidement quels seront les risques de déferlements et de glissement de terrain pour la Suisse aux pluies prévues pour 1,5°C et 2°C et voir ce qui est sûr et quel niveau d’inondation provoque l’effondrement des bâtiments. Selon ce graphique, on dirait que les précipitations pour la Suisse diminueront au-dessus de 1,5°C, ce qui affecterait la végétation suisse. Ces événements pourraient encore augmenter dangereusement avant d’atteindre 1,5°C.

Lors des récentes inondations de Crète,  20 cm de pluie se sont accumulés et ont  atteint 3 mètres d’eau dans certaines rues. Les ingénieurs de l’EPFL savent probablement calculer ce qu’une pluie deux ou dix  fois plus abondante peut provoquer, et cela peut être très impressionnant. Une double quantité d’eau pourrait mener à des inondations de l’ordre de dix fois plus importantes et les destructions et leurs coûts augmenteront d’autant.  L’économie mondiale sera fortement touchée.

Ce serait super de disposer d’un bon outil de visualisation des effets de précipitations sur chaque ville, qui permettrait de voir où s’écouleront les rivières soudaines. On pourrait peut-être gérer les pluies par des généreux canaux d’évacuation et des réservoirs, les glissements de terrain pourraient être plus difficiles à maîtriser.

Selon les auteurs de l’étude, une augmentation de température à 2°C pourrait causer des catastrophes bien plus graves et il vaudrait bien mieux les éviter en limitant le réchauffement à 1,5°C.

Aujourd’hui, déjà, des zones de plus en plus étendues, des pays entiers se retrouvent touchés par des catastrophes, en Iran par exemple la plupart des provinces et une grande partie des routes a été touchée, et les récoltes détruites. La gravité de ces épisodes augmente vite, les vies humaines seront de plus en plus menacées ,  les torrents d’eau de plus en plus impressionnants.

https://www.nature.com/articles/s41598-019-39936-2 et Supplementary Information

Le méthane du permafrost augmente le réchauffement

Le permafrost est le sol du Grand Nord, perpétuellement gelé depuis la dernière glaciation, il y a des milliers d’années. La surface dégèle un peu en été, mais des dizaines de mètres restent toujours pris. On y retrouve parfois des squelettes de mammouths, le permafrost contient aussi des restes de plantes et de végétaux. Il compose aussi le fond de la mer de Sibérie. Quand il décongèle, les fragments végétaux fermentent et le processus dégage du CO2 et du méthane.  Ce dernier peut augmenter fortement l’effet de serre. Il y a des années, le pire cauchemar des climatologues était que ces terres puissent dégager du méthane et augmenter l’effet de serre.

Aujourd’hui, des grandes surfaces de permafrost dégèlent visiblement en Sibérie et en Alaska, les côtes sont érodées, les maisons et les routes s’affaissent. La concentration de méthane dans l’atmosphère augmente.

L’académie Russe des Sciences informe que les émissions de méthane ont augmenté. D’après eux,  il y a plus de méthane dans l’atmosphère, il semble bien provenir du dégel du permafrost et de l’érosion des côtes dégelées, et contribuera fortement, et peut-être à un niveau dangereux,  au réchauffement climatique. Le président de l’Académie a déclaré ‘n’avons nous pas mis en route un processus indépendant des émissions industrielles? En effet, une fois amorcées, les émissions de méthane pourraient changer le climat à elles seules.

Le GIEC n’a pour le moment pas inclus ce facteur dans ses calculs. Le permafrost pourrait amener le réchauffement au-delà des 1,5°C prévus dès 2030.  Pour le moment, son effet est probablement faible. Le permafrost dégagera plus de méthane à mesure qu’une surface plus grande décongèle, que la température du sol augmente et  qu’il dégèle plus en profondeur. La disparition de la glace provoque aussi des émissions plus importantes de gaz dans l’atmosphère.  La fermentation peut dégager du CO2 ou du méthane, peut-être selon la présence d’une surface d’eau, un étang ou une flaque.

Nous ne savons donc pas combien de méthane s’échappera des terres du Grand Nord: il peut y en avoir de plus en plus, les quantités de carbone présentes dans le permafrost sont immenses.   Et si le méthane fait augmenter la température de la Planète d’un degré, le permafrost fondra d’autant plus vite, et émettra plus de gaz, provoquant des sauts de température de plus en plus forts. L’académie russe des sciences suggère que ce processus commence. Très vite, l’agriculture serait fortement touchée (Image par FlorenceD de Pixabay).

 

Selon les informations dont je dispose (OMM/GIEC), la contribution du méthane au changement climatique est faible en 2018, il augmentera au cours des années et des dizaines d’années prochaines.  Natalya Shakova, qui explore le fonds de la mer de Sibérie en brise-glace, rapporte que le permafrost dégèle plus profondément et plus vite que prévu. E. Cardoso estimait il y a quelques années qu’un dégagement de méthane dangereux pourrait se produire d’ici environ 25 ans. Je propose que l’EPFL  travaille essentiellement sur la capture du méthane pendant ces 25 années, par des bactéries, par des solutions chimiques, etc, etc, pour nous proposer une solution de secours.  Le Climate Institute conseille de faire descendre la température de la Planète à +0,5°C en pratiquant un geoengeneering localisé. Ils suggèrent de pomper de l’eau à la surface de la glace arctique pour l’épaissir pour qu’elle supporte l’été.

Nous avons tout intérêt à limiter les émissions de carbone beaucoup et rapidement.  1,5°C expose déjà le monde à des inondations, des tempêtes et des vagues de chaleur dangereuses, qui vont bouleverser notre existence au cours de cette décennie. Encore plus dangereuses, les émissions du permafrost provoquées par le réchauffement créent un risque sérieux pour la vie de la population Suisse.

Nous devons réduire les émissions de carbone autant que possible, passer au plus vite aux énergies renouvelables, et peut-être ajouter d’autres solutions qui permettront des réductions plus rapides d’émissions, par exemple une limitation de l’aviation, un gel des constructions, une limitation de la viande accompagnée de reforestation de terres ainsi libérées. Nous pouvons aussi capter énormément de carbone d’une façon sûre pour nous dans des nouvelles forêts et en récréant des sols fertiles et riches sur toute la Terre.  Il y a des  nombreuses solutions, et nous avons besoin d’une mobilisation et d’un investissement sans précédent pour les réaliser à temps.

https://arctic.ru/forumarctica/20190409/845308.html