Les forêts menacées par l’activité humaine et le climat

Dangers pour les forêts

L’Homme défriche les forêts depuis des centaines d’années. Au vingtième siècle, la déforestation a surtout touché les tropiques. L’activité humaine en est encore une cause importante.  Les feux qui ont sévi en Amazonie entre 2003 et 2020 ont été provoqués par l’Homme, par la déforestation intentionnelle, plus que par le réchauffement climatique (FAPESP). La déforestation a doublé à cette période et  les feux sont un phénomène nouveau largement provoqué par l’Homme (blog ci-dessous).  Ils constituent une des plus importantes perturbations de la forêt amazonienne, ils empêchent le stockage de carbone et libèrent celui contenu dans les arbres.

Une étude chinoise récente montre que les activités humaines sont le deuxième facteur le plus important après le climat de modification de la structure forestière. C’est le cas à la fois au niveau mondial et régional. Ils ont en outre montré que la dégradation anthropique est omniprésente même dans les zones forestières qui sont officiellement protégées ou perçues comme intactes.

Cette étude a considéré la densité des forêts, une indication du nombre d’arbres présents. Elle établit que dans un tiers de forêts l’activité humaine est la principale cause de déforestation, et le chiffre est semblable pour les zones protégées (phys). Nous pouvons éviter ces dégradations par des décisions politiques.

Déforestation

Je trouve un excellent article de Wikipedia sur la déforestation. Il montre une carte des Etats-Unis en 1620, les forêts apparaissent en noir. Elle donne une idée de la Terre il y a quelques centaines d’années, la forêt y était omniprésente. La grande forêt européenne couvrait notre continent et a été déboisée un peu plus tôt.

Image par William B. Greeley, US Forest Service — Southern Forests Flickr, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=19261874

Avant cela, il y a des milliers d’années, les hommes de l’âge de pierre cultivaient des jardins -forêts, un mélange d’arbres sauvages, fruitiers, et de noisetiers et d’autres fruits qu’ils plantaient (lien). Depuis mille ans au moins, nous grignotons les forêts parcelle par parcelle sans réaliser les conséquences planétaires.

J’aimerais que ces immenses forêts reviennent, arbre par arbre, que nos régions soient ombragées par une canopée que les écureuils puissent parcourir d’un bout à l’autre du continent.  J’ai l’impression que chaque arbre compte, chaque jardin pourrait contenir au moins un représentant de son écosystème naturel.

Wikipédia mentionne aussi que la forêt accroît de 0.5°C la température moyenne des tropiques, comme Martine Rebetez l’a observé en Suisse. L’absence des arbres pourrait aussi permettre des vagues de chaleur plus importantes, car la forêt les tempère (Wikipédia). Il a été calculé que plus la jungle Amazonienne est grande, plus elle est résistante. Elle provoque des pluies bienfaisantes. La déforestation diminue cet effet et expose les arbres restants à des sécheresses croissantes.

Les dangers du climat

Cependant, le climat est aussi une menace. Une étude  récente confirme que l’Amazonie est menacée par le changement climatique à la fin du siècle (Exeter).  Elle semble bénéficier de moins d’humidité, la chaleur croissante l’assèche graduellement (lien).

Je crains que les années 2023 et 2024 n’apportent des catastrophes dangereuses pour la région. El Nino est prévu pour la fin de l’année. En 2015-2016, il a apporté un demi -degré de réchauffement planétaire.  L’Amazonie a alors été touchée par des chaleurs record, et une sécheresse extrême, notamment dans le Nord-Est. Cet effet pourrait être lié aux températures  élevées du Pacifique équatorial central (RUVID).    La sécheresse a tué 2,5 milliards d’arbres et émis un demi-milliard de tonnes de CO2 d’une surface correspondant à environ 1% de l’Amazonie, ce qui a augmenté les émissions du Brésil d’environ 20%.   Les arbres mourraient encore au cours des années suivantes (phys). Dans le Sud de l’Amazonie, comme dans la forêt du Congo, les espèces habituées à l’humidité meurent et sont remplacées par d’autres, plus résistantes à la sécheresse (article, Nature). Une partie de l’Amazonie au moins, le Sud-Est, émet désormais plus de carbone qu’elle n’en absorbe (Nature).

Ensuite, les températures ne sont pas vraiment redescendues, et le prochain El Nino causera sûrement un réchauffement supplémentaire, des nouveaux records. L’ Amazonie pourrait subir une sécheresse beaucoup plus importante l’hiver prochain, et une mortalité d’arbres accrue. Combien en perdra-t-elle cette fois?

La biodiversité et l’âge de la forêt, entre autres la présence de mycorhizes dans le sol, améliorent les perspectives de survie de l’écosystème pendant les sécheresses. Les forêts anciennes, millénaires résistent mieux et il faut absolument les sauvegarder.

Excellent article de l’Independent: https://www.independent.co.uk/news/long_reads/amazon-rainforest-river-water-dry-b2230358.html?r=60948

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

6 réponses à “Les forêts menacées par l’activité humaine et le climat

  1. EL Nino est un phénomène climatique naturel. On ne peut pas lutter contre cela. Il y a et il y aura toujours des sécheresses, des incendies, des tremblements de terre, des tempêtes, des pluies diluviennes, etc.
    En revanche, l’humanité devrait s’assagir et commencer à profiter de la vie simple, sans devoir accumuler toujours plus de bien inutiles et polluants, toujours plus de connaissances vaines, toujours plus d’armements destructeurs, de systèmes absurdes de contrôle.
    A la fin, cela finira mal. Non à cause du climat, mais à cause de l’hybris humain.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Hybris

  2. Madame, je reçois vos mails et je vous ai déjà écris sans réponse.
    je suis artiste et je travaille l’impacte de l’Homme dans son environnement. Je suis arrivé au bout de ma démarche artistique en montrant archéologiquement la fin de l’Humanité. Mais cela n’est pas encore arrivé et j’espère que l’homme prendra conscience de son erreur et du désastre qu’il continue à faire.

    J’ai besoin d’une aide pas financière mais juste un coup de pouce de votre part si vous arrivez à m’introduire auprès de gens influents. Je pense que l’art est l’un des moyens les plus efficace pour apprendre et montrer des choses incroyables et prendre conscience de certains dangers.
    Pour moi vous êtes la première de cordée et je pense que le 1er de cordé doit tendre la main à celui qui est en dessous et non utiliser son pied pour le faire lâcher. Je ne demande pas d’argent mais une aide car j’ose annoncer dans mon œuvre la fin de l’Homme et la fin de l’art qui lui est associé. Vous écrire ma démarche ici demanderai des pages d’explications. Je vous laisse mon tel 0611802835 pour vous expliquer les subtilités qui exprime dans mon art ce que je vous ai écris ci-dessus. Si je réussis à devenir celui que je veux être, je pourrais vous aider financièrement et soutenir votre cause.
    Vous trouverez sur mon site une bio et des critiques d’art de philosophes reconnus. Je n’y explique pas tout c’est pour cela que j’aimerai que vous me contactiez.
    Pour exemple je viens de rencontrer un newyorkais qui a vu mon travail de visu et à qui j’ai expliqué ma démarche, il m’a dit que mon art était une bombe atomique s’il se découvrait mais que l’Humanité n’était peut être pas encore prête pour entendre et voir ce que j’ai à dire. Cette personne s’occupe de la communication de très grands marques internationales. J’espère avoir une réponse. Cordialement
    Daniel MOURRE

  3. Je suis tout à fait d’accord avec vous, il est plus que temps que l’humanité s’assagisse et ne cautionne plus le capitalisme qui est pervers et destructeur… que nous devrions plus réfléchir à notre impact “caché ” sur notre environnement, qu’il y ait une plus grande conscience des rouages des grandes multinationales qui profitent énormément du libre-échange pour faire toujours plus de profits..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *