Pour lutter contre la pandémie, intelligence artificielle ou intelligence humaine ?

Quel est l’outil le plus utile pour lutter contre le nouveau coronavirus, l’intelligence artificielle (IA) ou l’intelligence humaine ?

Cette question est en réalité mal posée, pour plusieurs raisons. La première est qu’elle laisse penser que l’on compare deux formes d’intelligence, alors que l’intelligence artificielle n’a d’intelligence que son nom : l’IA n’est que « l’ensemble des théories et des techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence ». La deuxième raison est que l’on ne doit pas forcément les opposer, le plus utile est certainement de profiter des apports de l’une et de l’autre.

Il n’empêche, nous vivons avec cette pandémie une situation exceptionnelle, c’est certainement l’occasion de prendre un peu de hauteur pour essayer de définir quelles doivent être les priorités futures pour notre système de santé. Où investir ? Dans l’intelligence artificielle ou dans l’intelligence humaine ?

L’intelligence artificielle

Une recherche dans la base de données médicales PubMed avec « Artificial intelligence AND coronavirus » montre qu’il n’y a, parmi les 30 millions de références, que 53 articles sur ce sujet. De nombreux aspects de la pandémie y sont abordés comme par exemple l’utilisation de l’IA pour le traitement des images radiologiques. Rien de très impressionnant. Il est cependant important de préciser que de nombreuses recherches sur l’utilisation de l’intelligence artificielle pour lutter contre le SARS-Cov-2 soient en cours, mais pas encore publiées. L’intelligence artificielle est-elle utile durant cette pandémie ? Même si pour l’instant les preuves ne sont pas évidentes, nous devrons attendre au minimum quelques mois pour pouvoir connaître les apports de l’IA pour lutter contre ce nouveau coronavirus.

L’outil le plus performant

L’outil le plus utile durant cette pandémie est bien évidemment le cerveau humain. On peut bien sûr parler de la capacité d’adaptation dont a dû faire preuve la majorité des habitants de cette planète, mais aussi de l’incroyable travail des chercheurs qui s’investissent pour trouver les traitements et autres vaccins qui nous permettront de sortir de ce cauchemar.

Il n’en reste pas moins que la majorité d’entre nous ont rencontré des difficultés à intégrer les principales informations publiées sur le Covid-19, des informations nombreuses, parfois complexes voire contradictoires. La compréhension de ces informations est pourtant essentielle si l’on veut que chacun puisse à titre individuel savoir ce qu’il doit et ne doit pas faire.

Améliorer les compétences santé des citoyens

L’idée est simple, donner à chacun de plus grandes compétences en matière de santé. L’objectif est de permettre à tout un chacun de trouver les informations utiles, de les comprendre afin de les utiliser pour prendre des décisions éclairées concernant sa propre santé ou celle d’un proche. Ces éléments qui sont utiles en tout temps se révèlent essentiels en ces temps de pandémie.

Il faut investir pour améliorer les compétences santé des habitants de ce pays. Le sujet est moins sexy que celui de l’intelligence artificielle, il n’en reste pas moins essentiel, pour chacun d’entre nous.

L’Académie Suisse des Sciences Médicales a publié en 2015 un document passionnant sur les compétences en santé en Suisse (98 pages en allemand avec la traduction des parties les plus importantes en français). On y découvre le degré de compétence de la population suisse, mais aussi comment promouvoir les compétences santé de tout un chacun.

Même si la liste complète des actions à mener déborde le cadre de cet article, on peut y lire qu’il faut améliorer les connaissances santé de la population, mais aussi l’aider à s’orienter dans le système de santé. Pour ce qui est des maladies chroniques, les experts recommandent de développer les programmes d’autogestion. Le patient étant l’expert de sa maladie, on y voit l’importance d’inclure les patients dans le développement des projets santé. Pour informer et échanger, l’utilisation du web et des médias sociaux est soulignée.

Intelligence artificielle ou intelligence humaine ?

Nous l’avons vu en introduction, le cerveau humain et l’ordinateur ne doivent pas être opposés. Il faut bien sûr investir dans le développement de l’IA, mais il essentiel aussi d’investir dans le développement des compétences santé de la population.  Avec comme objectif principal que tout un chacun puisse mieux gérer sa santé et comme objectif secondaire de voir un peu moins de bêtises publiées sur les médias sociaux….

 

PS: si vous souhaitez être informé de la publication de chaque nouvel article de ce blog, introduisez votre adresse mail sous “Abonnez-vous à ce blog par mail”. 

 

 

 

L’intelligence artificielle en médecine? Bof.

L’intelligence artificielle est à la mode en médecine.  Cette technologie permettra -t-elle aux patients d’être mieux soignés ? N’en déplaise aux techno-prophètes, mon stéthoscope est pour l’instant plus utile.

L’intelligence artificielle, c’est quoi ?

Wikipédia nous apprend que l’intelligence artificielle (IA) est « l’ensemble des théories et des techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence ». Elle correspond donc à un ensemble de concepts et de technologies plus qu’à une discipline autonome constituée.

Le Machine learning (« apprentissage automatique ») est une des formes de l’intelligence artificielle. Elle s’appuie sur des algorithmes d’apprentissage et se nourrit de grandes quantités de données. La principale distinction entre les méthodes d’apprentissage traditionnelles et l’apprentissage machine est qu’en machine learning, un modèle apprend à partir d’exemples plutôt que d’être programmé avec des règles.

A ce stade, il me parait nécessaire de souligner un point important. Aussi puissante que puisse être cette technologie, elle n’a pas d’intelligence « générale », de bon sens. Stéphane Benoit-Godet, rédacteur en chef du Temps le rappelait avec un bel exemple dans l’une de ses chroniques : « un jour, deux ordinateurs joueront parfaitement ensemble aux échecs pendant que la pièce dans laquelle ils se trouvent flambe».

Les difficultés

Un article publié sur le site Harvard Business Review et intitulé Adopting AI in Health Care Will Be Slow and Difficult permet de comprendre les obstacles qui restent à franchir avant que l’IA ne puisse être utilisée en médecine. Le premier est celui de la certification de ces outils. On découvre dans cet article les efforts que doit faire la Food and Drug Adminsitration (FDA), l’organisme de régulation américain, pour adapter ses règles à ces nouveaux outils.  La nature évolutive des solutions d’IA pourrait même nécessiter de devoir répéter ce processus de certification.  Le machine learning, c’est aussi une black box, une boîte noire, aucune idée de ce qui se passe à l’intérieur, la certification ne va être simple.

Au-delà de cette question de certification, l’autre difficulté est bien évidemment celle de la validité médicale de l’IA. Sans études qui valident son utilité en clinique, les professionnels de la santé n’adopteront pas l’intelligence artificielle.

Le Prof. Christian Lovis, chef du Service des sciences de l’information médicale des HUG, vient de publier dans le Journal of Medical Internet Research un article qui montre lui aussi la complexité de l’implémentation de l’IA en médecine. Il y écrit que « la médecine n’est pas une science comme les autres » et qu’elle est « profondément liée à des contraintes juridiques, éthiques, réglementaires, économiques et sociétales ». Le Prof. Lovis voit l’indispensable approche multiple de l’IA comme une opportunité, puisse-t-il avoir raison.

L’intelligence artificielle, un simple outil

En médecine, les domaines de l’IA les plus prometteurs sont liés au traitement de l’image ; la radiologie, la dermatologie et l’ophtalmologie. Même si on lit partout que ces outils sont plus performants que les médecins, leur validité doit encore être démontrée en dehors des études, c’est-à-dire en situation clinique.

Lorsqu’une innovation apparait, nous lui attribuons mille vertus. Mais l’IA ne sera au mieux qu’un outil de plus à disposition des professionnels de la santé. Lorsque je fais une prise de sang chez un patient pour qui je suspecte une anémie, je crois les résultats que m’envoie le laboratoire, même sans avoir moi-même compté les globules rouges. Il en sera de même pour l’IA, une aide pour le médecin.

Toujours plus de données

Un article sur l’utilité du machine learning en médecine a été publié dans le célèbre New England journal of Medicine en avril dernier. Les conclusions de cette publication sont pleines de bon sens : « L’augmentation de la quantité de données générée par le système de santé modifiera à l’avenir fondamentalement la façon d’exercer la médecine. Nous croyons fermement que la relation médecin – patient restera dans le futur la base de la médecine, une relation enrichie par les connaissances issues du machine learning.

J’espère bien sûr voir ces nouveaux outils révolutionner notre approche de certaines maladies mais pour l’heure, l’intelligence artificielle ne semble être qu’un nouvel outil à disposition des professionnels de la santé. Un outil dont il faudra encore prouver l’utilité.

 

L’irruption des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans le monde de la santé a introduit de profonds bouleversements, dont on parle peu, et de fausses innovations, dont on parle trop.

Dr Dominique Dupagne.

 

 

A lire sur le sujet :

 

Intelligence artificielle : le métier de médecin va-t-il évoluer plus rapidement qu’imaginé ?

On sait depuis un certain temps déjà que l’intelligence artificielle remplacera les professionnels de la santé pour ce qui est de l’analyse des images, un article publié dans Le Temps le 29 mai dernier nous apprenait par exemple  qu’une machine avait détecté correctement 95 % des mélanomes contre un taux de détection de lésions malignes par l’humain de 89 %.

Même si je reste convaincu que le plus intéressant restera la combinaison homme – machine, plutôt que l’un ou l’autre, une récente publication nous montre que l’intelligence artificielle va peut-être venir empiéter sur une partie de la médecine que l’on croyait réservée aux médecins pour un certain temps encore.

L’intelligence artificielle toute-puissante

Les auteurs de cette recherche A comparative study of artificial intelligence and human doctors for the purpose of triage and diagnosis, nous rappellent que les systèmes qui analysent en ligne les symptômes  (online symptom checkers) sont peu performants, ceci aussi bien pour le triage (urgent / non urgent) que pour établir un diagnostic. Ils ont donc voulu savoir si l’utilisation de l’intelligence artificielle pouvait améliorer la précision du triage et des diagnostics.

Des cas identiques ont donc été soumis au système d’intelligence artificielle « Babylon » et à des médecins. La qualité du triage et des diagnostics a été analysée « à l’aveugle », donc par des évaluateurs qui ne savaient pas si les réponses étaient celles de la machine ou d’un humain.

Les conclusions des auteurs de cette publication sont que le système de triage et de diagnostic de l’intelligence artificielle a été plus précis que ce qui a été fait par les médecins. Ils ajoutent encore qu’ils ont constaté que les conseils de triage recommandés par le système d’intelligence artificielle étaient, en moyenne, plus sûrs que ceux des médecins, « comparativement à ce qui est jugé comme acceptable par des juges experts indépendants, avec une réduction minimale de la pertinence ».

Même si les auteurs de cette étude écrivent que « d’autres études plus importantes qui utiliseront des cas médicaux réels seront encore nécessaires pour démontrer l’efficacité des systèmes d’intelligence artificielle », leur publication suggère clairement que l’ajout de l’intelligence artificielle à un système d’analyse automatique des symptômes améliore la qualité du triage et des diagnostics.

Quelle validité?

La première critique que l’on peut faire par rapport à cette publication est qu’elle n’a apparemment pas été publiée dans une revue médicale avec un système de revue par les pairs, empêchant ainsi une évaluation critique des conclusions par d’autres chercheurs.

La deuxième limite est le faible nombre de cas soumis, des cas théoriques qui ne sont probablement pas représentatifs des besoins de la population.

La troisième faiblesse, reconnue par les auteurs eux-mêmes, est l’obligation pour les médecins interrogés de choisir leurs diagnostics parmi les énoncés présents dans le système d’intelligence artificielle Babylon.

Suite à cette publication, les critiques sur Twitter ont été nombreuses, @adbeggs écrit que le système a proposé comme diagnostic pour des symptômes d’appendicite une constipation, une urétrite ou une déshydratation.  Plus grave, le cas présenté par @DrMurphy11 qui, vidéo à l’appui, montre que Babylon lui a pour des symptômes compatibles avec une pathologie cardiaque proposé comme diagnostic « une attaque de panique ».

Les médecins vont-ils disparaître?

Il est à mes yeux à l’heure actuelle difficile de savoir la place exacte que prendront ces systèmes dans le quotidien médical de demain, nous avons à l’évidence encore besoin d’études scientifiques rigoureuses pour pouvoir répondre à cette question.

Il n’en reste pas moins, même si l’établissement des diagnostics devaient rester du ressort des médecins pour un certain temps encore, qu’un système de triage automatique serait le bienvenu, tant le système actuel est déficient. Cela permettait d’éviter d’envoyer chez le médecin, ou pire aux urgences, un patient dont les symptômes sont bénins tout en mettant en relation le patient qui nécessite des soins avec le professionnel de la santé adéquat.

Les médecins disparaîtront-ils ? Je ne le crois pas. Même s’il est possible que les médecins qui utiliseront l’intelligence artificielle remplaceront ceux qui ne l’utilisent pas. Rien de très banal en sorte, la science a toujours intégré de nouveaux outils pour progresser.

 

A écouter sur le sujet de l’intelligence artificielle, « Pour une intelligence artificielle de service public », Marcel Salathé, EPFL, Avis d’experts, RTS.