Pour tout savoir sur le coronavirus (ou presque)

Vous souhaitez en savoir plus sur le coronavirus ? Vous trouverez la plupart des réponses aux questions que vous vous posez sur Internet. A condition de vous connecter sur des sites de qualité. Cette épidémie est en effet l’occasion de répéter qu’il faut s’informer auprès de sources d’informations sérieuses, les infox (fake news) sur le coronavirus semblant se diffuser plus rapidement que le virus lui-même.

Au moment d’écrire ces lignes, 24’541 cas confirmés, 493 décès, 28 pays touchés.

Les Hôpitaux universitaires de Genève

La palme de la communication revient aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Ils ont en un temps record produit une série de vidéos d’informations sur le coronavirus 2019-CNOV. Vous y trouverez par exemple de courtes vidéos sur « Quels sont les symptômes de l’infection à coronavirus chez l’être humain » ou « Quel risque de transmission en cas de contact avec une personne infectée ? » ou encore « Quelles sont les recommandations pour le port du masque ».  Les HUG ont aussi publié le 28 janvier sur leur chaine YouTube une vidéo intitulée « Nouveau coronavirus: réalité et incertitudes ». Cette vidéo de 23 minutes qui est un exposé du Prof. Laurent Kaiser, chef du service des maladies infectieuses des HUG, a été visionnée plus de 132’000 fois. Si vous voulez mieux comprendre le coronavirus 2019-CNOV, vous devez regarder cette vidéo.

 

La vidéo des HUG “Nouveau coronavirus: réalités et incertitudes”

 

Le site de l’Office fédéral de la santé publique

Le site de l’Office fédéral de la santé publique propose naturellement un contenu plus classique, les informations sont mises à jour régulièrement: situation actuelle au plan international, situation actuelle en Suisse, recommandations pour les voyageurs, informations pour les médecins et réponses aux questions fréquemment posées. On y trouve aussi les numéros de téléphone des lignes infos Coronavirus pour la population (058 463 00 00) et pour les voyageurs (058 464 44 88), disponibles tous les jours de 8 à 18 heures.

Ce 5 février, vous pourrez lire sur ce site que « jusqu’à présent, aucun des échantillons analysés en Suisse n’a révélé d’infection au coronavirus ».

Le site de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)

L’OMS propose une page sur les Coronavirus et une autre sur le nouveau Coronavirus.  Vous pourrez y lire que « les recommandations standards pour prévenir la propagation de l’infection comprennent le lavage régulier des mains, le fait de se couvrir la bouche et le nez lorsque l’on tousse et éternue et une cuisson complète de la viande et des œufs ».

Les cartes

Plusieurs sites permettent de voir l’expansion du nouveau coronavirus à travers le monde. La carte établie à partir des chiffres compilés par l’université Johns-Hopkins montre le nombre total de cas, le nombre des personnes malades pays par pays et le nombre de morts. A partir de ces mêmes données, le Temps a aussi créé une carte très intéressante. On y voit deux graphes, le premier qui recense le nombre de cas en Chine, le second le nombre de cas « ailleurs dans le monde ».

Quel risque pour la Suisse ?

Vous vous demandez peut-être quel est votre risque de contracter ce nouveau coronavirus ? Dans la vidéo mentionnée plus haut dans ce texte et qui date du 28 janvier, le Prof. Kaiser déclare que “l’évolution du nombre de cas reste “modeste” à l’échelle de la Chine mais qu’une évolution exponentielle de l’épidémie n’est pas exclue”. Il dit encore qu’il nous manque des informations sur “les chaînes de transmissions du virus”, donc sur sa contagiosité. Le Prof. Kaiser précise encore que “si les cas de transmissions de la maladie hors de Chine devaient se multiplier, cela augmenterait significativement les risques d’une épidémie de plus grande ampleur”.

Que faire ? 

Pour l’heure, à moins que vous ne rentriez de Chine, il n’y à rien à faire. Vous pouvez cependant suivre ces quelques conseils:

  1. Vous laver les mains soit avec de l’eau chaude et du savon, soit, encore plus efficacement, avec une lotion hydroalcoolique.
  2. Tousser et éternuer en vous couvrant la bouche et le nez avec un mouchoir ou au creux de votre coude.
  3. Nettoyer régulièrement les surfaces de contact (poignées de portes, boutons, téléphone…).

Pour l’heure, ces conseils sont inutiles pour le nouveau coronavirus puisqu’il n’y a aucun cas en Suisse. Mais adopter ces mesures permettraient de diminuer la transmission d’autres virus, dont celui de la grippe, un virus qui provoque chaque année un millier d’hospitalisations et au minimum 400 décès.

Des informations importantes manquent sur cette page ? Merci de me les signaler. 

 

A lire aussi:

 

Dr Jean Gabriel Jeannot

Dr Jean Gabriel Jeannot

Médecin, spécialiste en médecine interne, avec un intérêt particulier pour l’utilisation des technologies de l’information et de la communication en médecine.

8 réponses à “Pour tout savoir sur le coronavirus (ou presque)

    1. Bonjour,
      Le nombre de personnes considérées comme guéries ? On trouve un chiffre sur la carte de l’Université Johns-Hopkins: http://bit.ly/2UqWJgZ, 990 à ce jour. Je suis très étonné de trouver ce chiffre par rapport aux 24’000 personnes contaminées. Les autres sont-ils encore malade ? Ou simplement pas testés ? Je l’ignore. L’avis d’un spécialiste serait le bienvenu.
      JG Jeannot

  1. J’aurais deux questions, qui se recoupent:
    – je travaille à Lucerne et je côtoie énormément de touristes asiatiques malades et avec des masques dans la rue (moins depuis cette semaine); peut-on vraiment, selon votre opinion de médecin, faire confiance aux mesures de prévention prises par les autorités à l’aéroport pour détecter les personnes malades ?

    – Le centre national de référence pour les infections virales émergentes (CRIVE) à Genève, par lequel passent tous les échantillons de cas suspects liés au coronavirus, travaille 24 heures sur 24, avec trois séries de tests par jour (source officielle).

    Quelle est la crédibilité des tests à la sortie de l’avion ? vu que les échantillons doivent être acheminés à Genève (généralement depuis Zurich) et que le nombre d’examen des échantillons est forcément limités. Et vu que des personnes asymptomatiques peuvent être contagieuses (le Belge par exemple)… nos autorités ne sont-elles pas en train de nous mentir ? car il est objectivement impossible de réaliser un test sérieux à la sortie de l’avion (sans instaurer une quarantaine obligatoire, ce qui n’est pas fait) et que les touristes sont donc lâchés dans la nature avec l’espoir … qu’ils tousseront dans leur coude ?

    Typiquement, on nous a dit que les tests des passagers amenés de Chine était négatif… puis qu’il y avait des positifs…

    Je comprends bien que ce norovirus n’a pas l’air trop dangereux pour nous (Occidentaux bien portants) mais nos autorités ne sont pas en train de prouver leur incapacité à prendre des mesures efficaces ? et ne se limitent-elles pas à compter sur la chance (et donc à nous mentir sur les mesures prises) ?

    1. Bonjour,

      Merci pour votre commentaire et pour vos questions. Je vais essayer d’y répondre mais je veux vous préciser avant que je suis bien médecin mais pas infectiologue, il existe donc des spécialistes plus avisés que moi sur ce sujet du coronavirus.

      L’efficacité des mesures de prévention prises à l’aéroport ? Je ne peux pas vous répondre. Il faut cependant rappeler qu’il n’y a aucun cas signalé pour l’instant en Suisse. Je pense que le plus utile est de prendre les mesures d’hygiène de base: se laver les mains régulièrement, si quelqu’un tousse ou éternue dans un lieu public, il faut si possible s’en éloigner.

      Je crois que les tests effectués sont de qualité. Cependant comme vous le dites la réalisation de ces tests prend un certain temps.

      Je ne cois pas que les Autorités nous mentent. Cela ne serait dans l’intérêt de personne. Elles ont au contraire intérêt à bien informer le public, son rôle est déterminant dans une telle situation.

      Je vous rappelle aussi qu’il y a des lignes de téléphone à disposition, des spécialistes pourront répondre à vos questions: ligne infos Coronavirus pour la population (058 463 00 00) .

      Meilleures salutations.

      Jean Gabriel Jeannot

      1. Merci pour votre réponse.

        Mais n’est-ce pas le propre de mesures inefficaces de conduire à “aucun cas signalé pour l’instant”, ce qui permet de garantir notre attractivité touristique (pendant les périodes hivernales de ski).

        Cela dit, je dois reconnaître que la semaine dernière, il y avait beaucoup de touristes Chinois mais que, là, les rues sont plutôt calmes (avec des dialectes de Corée ou du Japon plutôt). J’imagine que les autorités chinoises ont limité fortement les départs …

        Merci.

        1. Et voilà… une première défaillance du système suisse qui éclate dans la presse. 🙂

          https://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Le-porteur-du-Coronavirus-est-passe-par-Cointrin-31500547
          Après avoir séjourné à Singapour, où il a été infecté sans le savoir, cet homme a atterri à Cointrin le 24 janvier, en provenance de Londres, avant de se rendre dans la station haut-savoyarde. Il est repassé par l’aéroport de Genève le 28 janvier pour son vol de retour. La maladie, elle, n’a été détectée que le 6 février en Angleterre.

          … et l’alerte est donnée en Suisse encore 4 jours plus tard… Gloups.

          1. Si seulement la Suisse avait fait comme Taiwan dès le 28 janvier !… et pris des mesures utiles à temps (encore bravo à Mr Berset pour ses affichettes distribuées aux malades).

            Bon, cela dit, nous avons un système robuste qui nous préservera de la catastrophe italienne.

            Mais la population découvre l’horreur de la crise, pour les première fois depuis trois générations. Cela aura des conséquences et gérer la peur ne va pas être facile … Courage à vous et à tous notre personnel soignant.
            On ne vous le dit pas assez souvent: vous nous êtes indispensables !

Répondre à Seraphon Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *