Promotion de la santé : la fausse bonne idée d’un assureur-maladie

 

Promotion de la santé : la fausse bonne idée d’un assureur-maladie

L’assurance-maladie CSS propose de récompenser votre activité physique. Est-ce une bonne idée ? La réponse est non.

 

L’offre

On peut lire sur le site Internet de l’assureur « myStep », le système de rémunération pour les pas effectués de la part de la CSS, récompense votre activité physique. Pour chaque jour pour lequel 10’000 pas ou plus sont enregistrés sur votre compte personnel myStep, vous obtenez un avoir de CHF 0.40. Si vous avez parcouru entre 7500 et 9999 pas par jour, l’avoir est de CHF 0.20. Par année civile, il est possible de toucher une contribution de CHF 146 pour vos pas ».

Même si l’on doit a priori se réjouir de voir un assureur s’intéresser à la promotion de la santé, il s’agit je pense d’une fausse bonne idée. Explications.

 

Les 10’000 pas

Cette recommandation de l’OMS remonterait aux années 60 et n’a aucune valeur scientifique. Comme l’écrit le Figaro, « les fabricants d’objets connectés dédiés à la santé citent tous des recommandations de l’OMS pour en justifier l’usage. Avec des raccourcis souvent rapides ». Les recommandations actuelles de l’OMS sont plus élaborées et individualisent les recommandations. Pourquoi fixer comme objectif 10’000 pas à une personne en surpoids pour qui 5000 pas est déjà un réel progrès ?

Cette limite des 10’000 pas n’a donc pas de valeur scientifique, elle pourrait même être contre-productive. Comment se sentent les très nombreuses personnes qui ne parviennent pas à effectuer ces 7’500 ou ces 10’000 pas ? Déçues ? Coupables ? Dévalorisées ? Au risque pour elles de marcher encore moins après leur adhésion à ce programme.

 

La protection des données

Ce système semble quelque peu inquiéter le Préposé fédéral à la protection des données pour qui il existe des risques d’atteinte à la protection des données des assurés : « Dans leurs conditions générales de vente (CGV), de nombreux assureurs ou fournisseurs de capteurs fitness se réservent le droit de réutiliser les données de leurs clients à des fins commerciales (en les revendant à des tiers, par ex.) ». Son conseil ? « Renseignez-vous sur la nature des données personnelles qui seront enregistrées et sur la forme sous laquelle elles seront traitées. Lisez à cet égard les CGV et les dispositions relatives à la protection des données ».

Ce que chacun de nous fait bien sûr systématiquement.

 

10’000 pour 40 centimes ?

Pour moi, 10’000 pas représentent  1 heure et vingt minutes de marche. Si vous souhaitez marcher, faites-le pour votre santé, pas pour 40 centimes. Et si 146 francs par an représentent un montant conséquent pour votre budget, changez plutôt d’assurance.

 

Utile ?

Ne confondons pas outil et résultat. Même si, n’en déplaise à Churchill, l’activité physique est utile en elle-même, il est tout de même intéressant de se pencher sur les travaux qui ont analysé l’impact des capteurs d’activité sur la santé, sur le poids en particulier. Une étude d’une durée de 24 mois publiée dans le journal médical JAMA arrive à la conclusion que la perte pondérale était plus faible dans le groupe qui a utilisé un capteur d’activité. Oui, surprenant.

 

Une sélection des risques ?

Dans ce pays étrange où le même assureur peut proposer une assurance sociale (LaMal) et une assurance privée (une complémentaire), le programme de la CSS aurait-il comme objectif caché de sélectionner les bons risques ? On peut bien sûr le craindre.

 

Laisser la promotion de la santé à ceux dont c’est le métier

Je me réjouis bien sûr de voir un assureur proposer à ses affiliés de nouveaux services, surtout relatifs à la promotion de la santé. Mais il faut laisser ce travail aux professionnels de la santé. Les changements de comportement sont des processus complexes et l’équation capteur d’activité égal meilleure santé est définitivement trop simpliste.

Merci aux assureurs qui ont de l’argent à investir pour la promotion de la santé de le donner aux institutions santé dont c’est le métier. Et pour ceux d’entre vous qui souhaitent marcher pour leur santé, faites-le pour vous, pas pour 40 centimes.

 

Dr Jean Gabriel Jeannot

Dr Jean Gabriel Jeannot

Médecin, spécialiste en médecine interne, avec un intérêt particulier pour l’utilisation des technologies de l’information et de la communication en médecine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *