Les méga-sécheresses s’étendent à des pays entiers

Traduit de l’article de Counterpunch de Robert Hunziker

Sécheresses exceptionnelles

Partout dans le monde, les méga-sécheresses frappent avec une férocité inédite depuis des décennies et, dans certains cas, depuis des siècles. Ce n’est pas une simple coïncidence si, à mesure que le réchauffement climatique s’accélère, les sécheresses deviennent plus vicieuses que jamais. Tout cela soulève la question logique de savoir quand les dirigeants mondiaux se réveilleront avec un plan d’action unifié pour atténuer les émissions de carbone, ou s’il est déjà trop tard?

Personne ne sait avec certitude si et quand il sera trop tard, mais il est clair que des sécheresses extraordinairement puissantes déciment des régions de la planète comme s’il n’y avait pas de lendemain.

Sécheresses australiennes

Un document de recherche australien s’est penché sur la question: “Reconstructions pluviométriques des saisons fraîches et chaudes sur plusieurs siècles pour les principales régions climatiques de l’Australie’, Union européenne des géosciences, vol. 13, numéro 12, 30 novembre 2017 par Mandy Freund et Benjamin Henley. Selon le titre de l’Université de Melbourne à propos de l’article: «Les sécheresses australiennes récentes pourraient être les pires en 800 ans.»

Cette étude, qui a identifié les «pires sécheresses en 800 ans», a été publiée deux ans avant la récente période de sécheresse accompagnée d’incendies massifs sur l’ensemble du continent… ce sont des conditions sans précédent… jamais enregistrées ou vues auparavant! Ainsi, nous envoyons un signal fort indiquant que le système climatique normalisé du monde est rompu, ouvrant ainsi la voie à une nouvelle ère de «extrêmes climatiques de rupture torrides».

Selon le Bureau australien de météorologie: «Les données sont disponibles et 2019 a dépassé les graphiques des températures moyennes et maximales ainsi que les précipitations annuelles les plus faibles à travers le pays.» Selon le rapport, la température moyenne annuelle de l’Australie était de 1,52 ° C supérieure à la moyenne de 1961,890 de 21,8 ° C. Résultats: Un continent desséché s’est enflammé en incendies torrides. Curieusement, 1,5 ° C au-dessus de la période préindustrielle est la zone limite de sécurité signalée lors des dernières réunions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

Amérique centrale ravagée par la sécheresse

Pendant ce temps, de graves sécheresses frappent le monde entier, par exemple, selon NBC News: “Ravagés par la sécheresse, les agriculteurs des zones rurales du Honduras et du Guatemala vivent au bord de la faim … le choix de l’Amérique centrale: priez pour la pluie ou migrez.” Sur la base de l’activité à la frontière américaine, les Centraméricains ont choisi l’option de migration, abandonnant tout espoir, en direction du nord. Alors que l’administration Trump rejette la légitimité du changement climatique / du réchauffement climatique, les forces du changement climatique poussent les éco-migrants vers les États. Selon le Programme alimentaire mondial des Nations Unies, comme pour l’Amérique centrale: «Cinq années de sécheresses récurrentes ont détruit les récoltes de maïs et de haricots, laissant les pauvres agriculteurs de subsistance dans le soi-disant couloir sec qui traverse le Guatemala, le Salvador, le Honduras et le Nicaragua en difficulté pour nourrir leurs familles. “

Chili en méga-sécheresse depuis 2010

Plus au sud, le centre du Chili est au milieu de ce que les scientifiques ont qualifié de «méga sécheresse», une période ininterrompue d’années sèches depuis 2010. La moitié du pays a été désignée «état d’urgence». Les agriculteurs font faillite. Selon Felipe Machado, directeur de l’Institut de résilience du Chili: «Nous parlons d’un processus de désertification plutôt que d’une sécheresse temporaire ou d’un problème d’absence de pluie.» (Source: le Chili déclare l’urgence agricole comme une sécheresse extrême frappe Santiago et ses environs, Santiago Times, 26 août 2019)

En l’occurrence, la définition de «désertification» est une étape avancée du changement climatique radical et une preuve convaincante que le réchauffement climatique dépasse le niveau de toutes les prévisions des dirigeants mondiaux. Sinon, ils auraient déjà mis en place un plan Marshall générique pour lutter contre le réchauffement climatique, mais ils n’en ont pas.

Brésil et Amazonie

En outre, au Brésil d’Amérique du Sud, «la série chronologique SPI-12 a montré que de 2011 à 2019, à l’exclusion de la région sud, les autres régions brésiliennes ont été exposées aux épisodes de sécheresse les plus graves et les plus intenses de presque 60 ans.» ( Source: Ana Paula MS Cunha, et al, Extreme Drought Events Over Brazil from 2011 to 2019, Atmosphere, 24 octobre 2019)

Malheureusement, la forêt amazonienne est également victime de la pire sécheresse du Brésil en 60 ans, qui en soi devrait être suffisamment alarmante pour que les principaux dirigeants du monde appellent une session d’urgence des Nations Unies, mais non, cet appel est silencieux. Hmm. Est-il possible que tous les dirigeants du monde ne soient pas éclairés au point d’ignorer la transition de la forêt amazonienne du «puits de carbone» à «l’émetteur de carbone», comme leurs centrales au charbon, mais sans autant de suie?

Moyen-Orient frappé par les pires sécheresses depuis 900 ans

Et selon la NASA, le cycle de sécheresse au Moyen-Orient de 1998 à 2012 a été le plus grave de 900 ans. Selon Ben Cook du Goddard Institute for Space Studies de la NASA, la sécheresse s’est poursuivie «dans certaines parties du Moyen-Orient». Pendant ce temps, l’ensemble des régions du Moyen-Orient et du sud de la Méditerranée se dessèchent plus rapidement que partout ailleurs dans le monde, ce qui est un de plus source d’éco-migrants en quête de subsistance.

Sécheresse et famine dans 14 pays d’Afrique

En outre, selon The New Humanitarian (juin 2019), une grave sécheresse en Afrique «laisse 45 millions de personnes dans le besoin dans 14 pays, ressentant les effets composés d’années de sécheresse». Un rapport de CNN World daté du 14 décembre 2019 indique que les chutes Victoria autrefois immenses, où l’eau tonnait au-dessus du précipice à la frontière du Zimbabwe et de la Zambie, sont presque sèches. Une sécheresse de plusieurs années a ralenti les chutes d’eau extrêmement puissantes à un peu plus qu’un ruisseau faible. C’est étonnamment décourageant et représentatif de sécheresses massives frappant durement, très durement les régions d’Afrique; qu’une des grandes chutes d’eau du monde se dessèche en dit long.

Asie et delta du Mékong

Dans une grande partie de l’Asie, la sécheresse devient la norme plutôt que l’exception.

Cette année seulement, selon les données de la Banque asiatique de développement basée à Manille, la sécheresse a été sévère au Laos, aux Philippines, en Thaïlande et au Vietnam, tandis que le Cambodge, l’Indonésie, la Malaisie et le Myanmar ont tous connu une sécheresse modérée. (China Daily News, 12 août 2019) Le Mékong, connu en Chine sous le nom de Lancang (alias: le Danube de l’Est), qui traverse cinq pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est, se transformant en Mékong long de 2 703 milles, a vu le niveau d’eau chuter de façon spectaculaire. Dans le nord-est de la Thaïlande, le fleuve est à son plus bas niveau en 100 ans. Selon des scientifiques chinois, les eaux glaciaires qui alimentent la rivière Lancang ont baissé de 80% en raison du réchauffement climatique.

Remarquablement, l’impact du réchauffement climatique commence tout juste à se montrer si visiblement et si perceptiblement que la monsieur tout le monde reconnaît sa menace. Alors que, dans le passé, le réchauffement climatique était apparent pour les scientifiques sur une période de plusieurs décennies; aujourd’hui, il est indéniablement apparent d’année en année, et des pays et des populations entières connaissent son implacabilité et sa dévastation totale.

Postscript: les gouvernements mondiaux prévoient d’augmenter les combustibles fossiles de 120% d’ici 2030, y compris les États-Unis, la Chine, la Russie, l’Arabie saoudite, l’Inde, le Canada et l’Australie. 

Repris et traduit (avec l’aide de google translate) de l’article de Robert Hunziker du 10 janvier 2020 sur Counterpunch, avec mes remerciements.

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

9 réponses à “Les méga-sécheresses s’étendent à des pays entiers

  1. Bonjour Dorota,
    Dans l’article, on mentionne que le réchauffement climatique dépasse les capacités des dirigeants mondiaux à corriger la situation et que c’est la raison pour laquelle ils ne peuvent pas mettre en place un plan Marshall pour lutter contre le réchauffement climatique. Oui, je suis bien d’accord avec cette affirmation ! Selon vous Dorota, de combien d’années ou de décennies, l’humanité dispose avant que des pénuries alimentaires ou des famines touchent de continents entiers ? Que ce soit L’Europe, l’Asie, Les Amériques, L’Afrique ou l’Australie. Continuer votre bon travail d’information et de sensibilisation du public internaute. Merci

  2. Permettez-moi de vous interpeler. J’ai essayé de comprendre les mécanismes du changement climatique. Ors, je ne parviens pas à recouper les prévisions du GIEC qui prédit une augmentation de 4°C sans réduction des émissions de CO2, ce qui provoquerait la disparition des 2/3 de la population humaine. Si, j’essaie de faire une prospective en me basant sur l’histoire du climat, j’arrive à une situation qui dans le meilleur des cas vas bien au-delà de 8°C en partant de la concentration actuelle de CO2 dans l’atmosphère et en supposant que nous retrouvions sans trop de difficulté une situation climatique stable (ce qui reste une hypothèse très optimiste). En gros, je me contente d’observer les transitions entre ères glaciaires et ères tempérée durant le dernier million d’années. Les modifications climatiques pouvant être parfaitement recoupées par la concentration de CO2 dans l’atmosphère. Les différences de températures sont de 8°C pour une variation de CO2 de 100ppm. La transition de l’ère glacière à l’ère tempérée étant rapide du fait d’un effet mutuel entre augmentation de températures et augmentation de CO2. Ors nous sommes déjà à 100ppm de CO2 au-dessus de la normale et cet effet d’avalanche ne fait que commencer. Sans parler qu’il est très difficile d’évaluer comment la situation pourrait se stabiliser à nouveau car du fait de la brutalité du changement et du contrôle des populations humaines sur le territoire, on imagine mal la création de nouveaux puits de carbone. Par contre, on observe bien la disparition des puits de carbone existants sans parler de la diminution de l’albédo dû à la fonte de glace…
    Bref, quels sont donc les éléments qui permettent de rester relativement optimistes pour n’envisager que 4°C d’augmentation de température?

  3. Je ne suis pas économiste, mais je constate que la majorité des grands « dirigeants du monde » ne fonctionnent que sur le modèle d’une économie ultra-libérale idéalisant la croissance continue dans un monde aux ressources bien évidemment finies. Quelle incongruence. L’économie, comme la politique, ne fonctionnent comme une science dure, mais sont aux commandes du monde, et n’assument pas les dégâts causés à notre planète (environnement, vivants). Parmi les 5 groupes d’étude qui composent le GIEC, celui de l’économie reste curieusement encore inaudible. Et pendant ce temps, le changement climatique continu, car il obéit aux lois des sciences dures avec les conséquences que l’on connaît. Notre jeunesse a une réaction saine et j’ose espérer qu’elle sera suffisamment opiniâtre et arrivera à bousculer l’idéologie encore dominante pour une perspective terrestre plus réjouissante. SVP, continuez votre action.

  4. Question: si le Pakistan et l’Inde se pulvérise par un hiver nucléaire… Combien de décennies gagnerons-nous ?

    Parce que c’est sympa de nous appeler à ne pas nous reproduire, mais n’est-il pas plus vraisemblable que ces deux Etats s’auto-détruisent ? et, par là, donne un sérieux coup de main à la planète… car l’Inde est le principal pollueur de nos océans…

  5. Les sécheresses font partie des évolutions naturelles depuis des millions d’années , mais même en ce qui concerne la dernière période de l’holocène, nous n’avons aucune idée quelles en sont les causes !
    Certaines civilisations se sont effondrées pour des raisons climatiques ou sécheresses sans laisser de témoignages ou d’indices sur leurs conditions environnementales .
    Les Aborigènes restent à peu près les seuls a avoir transmis oralement les fluctuations importantes , notamment la fin de la dernière glaciation qui les a séparés de la Tasmanie , mais sans grandes précisions utiles …
    On nage en pleines conjectures … blablabla …

    1. Il est mentionné dans l’article que cite Nicolas Besson, que la baisse de température à la surface de la Terre serait approximativement de 2 à 5°C, suite à un conflit nucéaire entre le Pakistan et l’Inde. Sachant que seulement 5°C nous sépare de la dernière ère glaciaire qu’à connu la Terre, il y a environ 100,000 ou 125,000 ans, on peut alors imaginer les conséquences dramatiques pour la survie des humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *