L’Agriculture a réchauffé la Terre a empêché la prochaine glaciation

Il y a six ou ou sept mille ans, les populations humaines ont développé l’agriculture. Auparavant entourées d’immenses forêts, elles ont défriché, généralement par le feu, des grandes étendues de terre. Ce changement de mode de vie a causé la libération du carbone des arbres et du sol.  Le réchauffement qui en a résulté a évité l’arrivée du prochain âge glaciaire.

Les scientifiques ont observé une augmentation de CO2 depuis sept mille ans, et de méthane depuis 5000 ans  Dès cet époque, les humains défrichent les forêts par le feu. La culture de riz en rizières, qui émet du méthane dans l’atmosphère, permettrait d’expliquer la plupart du méthane s’ajoutant à l’atmosphère dès cette période. L’élevage des bovins contribue aussi aux émissions de méthane.

Les forêts primitives contenaient autant de vieilles souches de bois tombées au sol que d’arbres vivants (Erb), et  les sols surexploités perdent le carbone accumulé par les arbres (dr).

La déforestation à grande échelle de l’Europe a commencé il y a six mille ans, les grands villages d’agriculteurs en Chine datent de sept mille ans, et les rizières se sont répandues en Asie il y a cinq mille ans.

Sans les rizières, l’élevage, et avec des forêts à la place des champs la Terre serait bien plus froide, et une glaciation commencerait au Nord-Est de la Sibérie, dans le Nord-Ouest de l’Amérique et dans l’archipel Canadien, comme à l’époque géologique MIS19 (article).

Ruddiman et Vavrus estiment que notre climat n’est plus naturel depuis deux mille ans. Selon eux, l’agriculture humaine a provoqué la fonte des glaciers, en partie du moins. Nous avons modifié le climat dès cette période, et provoqué le dégel progressif. Comme les glaciers constituent la principale source d’eau douce,  nos ancêtres ont initié une fonte qui provoque des sécheresses dans d’importantes zones  (phys.org).   Il y a des milliers d’années, nous avons arrêté un immense cycle du climat terrestre et nous avons évité la prochaine glaciation. 

Les émissions de carbone fossile de ces dernières dizaines d’années ajoutent encore plus de gaz carbonique à l’atmosphère, beaucoup plus vite et provoquent le réchauffement climatique rapide, à l’échelle d’un siècle, que nous subissons aujourd’hui.

Nous devons récréer une partie de la biosphère primitive, des forêts, moins de bovins et d’émissions de méthane. Le CO2 de sources fossiles s’ajoutant à celui du sol et de la végétation, nous ne courrons pas de risques de glaciation mais nous pouvons limiter le réchauffement.

La reforestation de la Terre pourrait, en partie du moins,  inverser le cycle et diminuer le niveau de CO2 dans l’air.

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

32 réponses à “L’Agriculture a réchauffé la Terre a empêché la prochaine glaciation

  1. Votre texte de ce jour est très intéressant, car il définit mieux le rôle des diversités de l’activité humaine depuis le néolithique et à l’origine de ce réchauffement. L’agriculture traditionnelle (celle des paysans) a été progressivement confrontée au productivisme inspiré par l’industrialisation (19ème et 20ème siècle). Pour plus de détails avec de très nombreuses références, je vous suggère de lire et/ou consulter le livre de Denis Lefèvre, « Des racines et des gènes« , une histoire mondiale de l’agriculture (2 volumes), chez Ecopoche, 2018. J’ai trouvé sa lecture enrichissante.

  2. Après la solution marxiste ( si tout le monde était pauvre et vivait dans des petits logements , il y aurait moins de riches pour polluer !!!) , puis celles de Mao , voilà maintenant que même si nous revenions à l’âge préhistorique comme le voudraient les bobo gaucho écolos de la pensée unique…vous nous apprenez que l’homme était déjà une catastrophe pour le climat !!!!
    Encore une notion totalement débile , avez-vous une idée de l’impact des feux de forêts pratiqués par les RARES HUMAINS de l’époque , par rapport aux feux naturels et surtout aux ERUPTIONS VOLCANIQUES des milliers de fois plus importantes sur le climat !!!
    C’est toujours la même chose avec vous et vos comparses , vous n’avez aucune notion des ordres de grandeurs , or cette notion est la plus importante dans toute étude scientifique : pourquoi le GIEC s’acharne-t-il sur le CO2 , alors que l’effet de serre de H2O est 8 fois plus important ??? Merci de m’apporter une réponse à cette question qui n’a jamais été abordée par aucun journaleux de nos merdias qui prêchent à longueur de journée contre le réchauffement dû à l’homme.
    Cordialement
    JOEL

    1. Oui c’est ça, elle veut revenir au paléolithique.

      Elle est très divertissante. Ses articles sont très comiques. On les lit avec d’autant plus de plaisir, que bien entendu il n’est pas question de les prendre au sérieux.

    2. Pourquoi le GIEC s’acharne-t-il sur le CO2 ? Cherchez à qui le crime profite.
      Parce qu’il faut vendre des voitures électriques équipées de batteries au lithium.

      Il y a déjà quelques années que les initiés (non délictueux puisque protégés par une immunité parlementaire) ont acheté des mines de lithium. À ce moment-là, ce métal n’avait pas une très grande valeur. Il n’était guère utilisé qu’en chimie organique de laboratoire (quelques centaines de tonnes par an) et pour faire des bombes dites à hydrogène (quelques tonnes par an).
      Avec les batteries au lithium ces mines ont décuplé de valeur.

      Que l’empreinte écologique des véhicules sur batterie n’intéresse pas le GIEC c’est simplement pour faciliter cette escroquerie planétaire.

      Le cas de la France est emblématique: on y remplace des trains électriques par des autocars au diesel.

      1. Merci J.J. Louis pour cet élément de réponse que je ne connaissait pas…je vois que je ne suis pas le seul à douter des travaux du GIEC , comme des centaines de “vrais “scientifiques , contrairement aux “fidèles” de ce blog convertis à la nouvelle religion prêchée par les “progressistes” à travers les merdias…
        Quand l’escroquerie de l’éolien et des voitures électriques sera démontré , la mode viendra aux moteurs à hydrogène qui ne produisent que de l’eau , en oubliant que H2O est 8 fois plus fort que CO2 sur l’effet de serre “présumé” …

      2. Il s’agit même du principal gaz à effet de serre, puisque la vapeur contribue pour 60% à l’effet de serre planétaire, contribution qui monte jusqu’à 90% si l’on considère aussi les nuages.

        Cependant, seule une partie très infime de la vapeur d’eau atmosphérique est due aux activités humaines. L’essentielle de la vapeur d’eau est donc responsable de l’effet de serre naturel, sans lequel la planète Terre aurait une température moyenne de -18°C.

        Enfin, la vapeur d’eau reste très peu de temps dans l’atmosphère, à peine quelques jours, tandis qu’un gaz comme le dioxyde de carbone y demeure un siècle environ.

    3. Réponse à Gayton. Des remarques pleines d’accusations, voire d’insultes, limite grossièretés, ça ne donne pas confiance dans le jugement de celui qui les exprime : “journaleux de nos merdias” / “les bobo gaucho écolos de la pensée unique” (tiens, les 2 premiers ne s’accordent pas ?), /”une notion totalement débile… Vous n’avez aucune notion…”, bref vous êtes une imbécile, Madame, mais moi, MOI je sais… Eh bien non, vous ne savez pas. H2O possède un effet de serre bien plus important que le CO2 ? Certes, mais avec des limites telles que la vapeur se condense et retombe, ça ne peut donc pas provoquer un emballement, cela a déjà largement été expliqué dans les revues scientifiques. Les volcans ? Leurs panaches refroidissent l’atmosphère – refroidissent, oui, en arrêtant le rayonnement solaire, et l’effet dure quelques années. Les effets de la déforestation sont mesurés dès l’Antiquité : de larges zones du pourtour méditerranéen ont vu se succéder les forêts, puis les cultures, puis le désert, la roche nue. Au début, celat a été lent, mais réel. L’Antiquité a déjà largement déboisé : la France a aujourd’hui plus de surfaces boisées que du temps des Gaulois. Depuis le XIXème siècle, on dégage du carbone fossile, au point d’avoir une proportion de CO2 qui nous ramène au temps des dinosaures. Ce gaz à effet de serre, insuffisamment absorbé, provoque, lui, un emballement, avec le coup de main du méthane. C’est ce type de scénario qui semble s’être produit sur la planète Vénus, pourtant autrefois habitable…

    4. Je veux bien que tu m’expliques comment tu veux faire pour limiter l’évaporation de l’eau avec le CO2 qui fait effet de serre aussi avant tout il nous faut réduire nos émissions de CO2 pour avoir la chance de limiter l’évaporation de l’eau (tout en sachant que l’évaporation de l’eau est essentielle, sans ça pas de pluie donc sécheresse). nos émissions de CO2 sont très importantes et le CO2 est bien plus simple à limiter et à réduire en arrêtant de déforester comme des malades et en laissant la nature reprendre ses droit pour que les arbres puissent assimiler toutes nos émissions de CO2.

  3. Ce qui est caractéristique avec tous ces réchauffistes, c’est qu’ils prennent tous le climat comme prétexte pour justifier leur utopie.

    Par exemple miss Retelska à une utopie collectiviste bisounours. Elle veut que tout le monde soit payé un revenu de base inconditionnel ou revenu de transition écologique, pour ne rien faire. Le paradis sur terre quoi. Mais elle ne nous dit pas comment on financera ça. D’autre, la plupart, ont l’obsession du gouvernement mondial. Il faut prendre des mesures drastiques au niveau mondial, sinon la planète va brûler. Qu’ils nous disent.

    Il ne faut pas écouter leurs lubies. Si le climat se refroidissait au lieu de se réchauffer (un peu) les mêmes exigeraient qu’on lutte contre le refroidissement et non contre le réchauffement.

    Et ils en profiteraient pour faire passer les mêmes utopies, et le même gouvernement mondial, c’est à dire leurs obsessions.

    Jusqu’à quand les gens vont ils écouter ces charlatans?

    1. Bien d’accord avec stop au charlatanisme , le problème qui m’inquiète c’est le bourrage de crâne organisé par les médias qui ressemble à la propagande nazie pour convaincre tout le monde par tous les moyen d’une idéologie , en commençant très adroitement par la jeunesse : en 1930/1933 il n’ y avait que 5% de nazis , en 1939/40 ils étaient 100% bon gré ou mal gré car ils n’osaient même plus exprimer leurs idées devant leurs enfants , c’est ce qui est en train de se passer avec cette Greta sortie de nulle part mais sponsorisée par Al Gore et bien d’autres . C’est tout de même scandaleux qu’elle ait été reçue par le Pape , et entendue au sein de notre Assemblée Nationale !
      Je rejoins Jacques sur le problème de la surpopulation de la planète qui est le problème MAJEUR , en dehors des sornettes sur le réchauffement causé par l’homme , car ce prédateur au sommet de la chaîne creuse sa tombe en épuisant les ressources et en polluant la nature . Mais c’est la nature qui aura le dernier mot …

  4. Quelques agriculteurs au début de l’holocène faisant monter le taux de CO2 ! Ridicule .
    De plus, la température est descendue pendant cette période, avant la révolution industrielle !
    Analyse loufoque, comme d’habitude !

  5. “La théorie de l’anthropocène précoce développée par William Ruddiman suppose que la déforestation, l’élevage et la riziculture ont augmenté la teneur en gaz à effet de serre de l’atmosphère dès 6 000 av. J.-C., évitant l’entrée dans une nouvelle période glaciaire. Cette théorie reste controversée en particulier parce que l’agriculture ne représentait qu’une part minime des sols à ces époques.”
    (https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27agriculture)

    En 1400 A.D. :
    – Population mondiale : ~400-450 mios d’êtres humains
    – Surface totale utilisée pour l’agriculture et l’élevage : 11 mios de km2, soit 2% de la surface planétaire (“The Origins of the Modern World : A Global and Ecological Narrative” de Robert B. Mark)

    En 6000 B.C. :
    – Population mondiale : ~5-20 mios d’êtres humains
    – Surface totale utilisée pour l’agriculture et l’élevage : bien moindre que les 2% de la surface planétaire compte tenu de la différence de population par rapport à 1400 A.D.

    Bref, c’est une théorie, qui, pour l’instant, ne rassemble de loin pas la communauté scientifique.

  6. Au secours!!!! Tous ces commentaires m’hallucinent.
    Je suis profondément attristée par l’état de la planète, mais ce qui me désespère encore plus c’est de constater qu’il y a encore autant de personnes peu conscientes de la réalité et qui restent bornés dans leurs convictions. Cela me donne très peu d’espoir que nos enfants puissent simplement avoir une vie agréable sur cette terre.

  7. Si tout le monde passait à un régime végétarien , une surface aussi grande que l’Afrique se libèrerait!
    Ça fait réfléchir et surtout rêver. Rêver à une humanité qui décide de redonner un peu plus de place à la nature en faisant un geste tout simple, devenir végétarien.

  8. C’est une solution qui parait être bien logique de reboiser la planète mais hélas trop simpliste ! Étant donné que la population mondiale actuelle qui est d’environ 7.7 milliards d’individus et qui sera probablement d’environ 10 milliards en 2050, il me semble utopique d’espérer renverser la tendance actuelle du réchauffement climatique qui est causé par les diverses activités humaines. Reboiser suffisamment la planète sur des millions ou des centaines de millions d’hectares dans le but de capter massivement du CO2 atmosphérique résulterait en une perte gigantesque d’espace habitable pour les humains qui vivent en sociétés modernes. Si la population humaine n’était que de 10 millions d’individus alors ce serait une idée géniale !

  9. Il est avantageux de maintenir l’espoir et de chercher des pistes de solutions.
    Et les recherches dans tel ou tel domaine nous permettent de poser correctement le problème pour proposer.
    On peut aussi mettre la tête dans le sable et s’étonner de prendre des coups.
    Je suis un chouïa pessimiste quand je vois comment les choses se passent au niveau de la Covid par exemple, mais simplement je me sens mieux en m’informant et en agissant tant au niveau individuel qu’au niveau social, économique et politique, quand et là ou je peux.

  10. Si la population mondiale passait à un régime végétarien une surface aussi grande que l’Afrique se libèrerait!
    Cela fait réfléchir et rêver. Rêver d’un monde ou l’être humain accorderait une plus grande place à la nature en faisant une action toute simple, devenir végétarien..

  11. Ton article est très intéressant mais je pense que les personnes qui ont un peu de jugeote s’en doutaient un peu. le problème c’est de faire réagir 7 Milliard d’être humains dont 50% ( sont aveuglés par l’argent et qui plus est, vivent dans des pays qui connaissent une croissance économique et industrielle comme l’Inde et la Chine mais pas que, les pays de l’est de l’Europe en font aussi partie de ces pays allés leur expliquer qu’il faut arrêter de polluer de produire et de faire machine arrière.

    Personnellement, je travaille dans un cybercafé je suis souvent étonné de voir le nombre de personnes qui achètent des smartphones dernier cri alors qu’ils ne savent pas transférer un simple mail pour l’imprimer cela montre bien que nous sommes dans une société de consommation où l’image de la personne prime sur l’utilité de l’objet achetés.

    Bref je m’égare un peu mais bon je pense que ce n’est que le début d’un long combat pour le climat de notre chère planète.

  12. Tout peut être ramené à une question d’énergie. L’agressivité en est une forme qui est parfois libératrice mais rarement constructive. Les climatosceptiques on le mérite de faire avancer le débat en opposant des arguments qui s’inscrivent dans une culture du dialogue et du respect. Et puis il y a les climato septiques…

  13. Ouf, alors la, chere Dorota, vous avez pris une volee de bois vert.

    Ne laissez pas ces trolls pourrir votre discours. Il me semble vous l’avoir dit, vous avez du courage, les vraies solutions viendront apres.

    Des “stop au charlatanisme” ne sont que des mal baises et des refoules!

    Courage

    1. OLIVIER je vous croyais au-dessus de l’insulte et la vulgarité , en fait quand on vous met en face de vos contradictions et de vos absurdités et de celles de votre chère blogueuse délirante vous n’avez pas d’autres défense .Vous n’êtes qu’un ayatollah de la dictature verte avec votre religion anti-CO2…

      JOEL , le troll qui te dit merde

      1. Par égard envers Madame Retelska, qui n’y est pour rien et ne semble pas avoir eu connaissance des propos grossiers, sexistes et orduriers, sans compter ses attaques personnelles, auxquels ce personnage pathétique et ridicule s’est livré sur d’autres sites, je m’abstiens de les répéter, par décence.

        Toutefois, je ne peux que rappeler à Madame Retelska, en les paraphrasant, ces mots que Denis de Rougemont tenait autrefois à propos des pédagogues:

        “Méfiez-vous d’emblée de ces endoctrineurs qui font les persécutés. La main qu’ils vous tendent est habituée à serrer le cou. Leurs massages finissent toujours par de l’étranglement.”

        “Il y a des gens dont (si j’ose dire) toutes les courbettes sont des crocs-en-jambes.” (Edmond Gilliard)

        1. Attaque gratuite et non documentee, d’un troll a multi-pseudo, les grands courageux masquant leur suffisance avec attaques ad hominem …
          … suivez mon dernier conseil, pseudo-trollelectuel 🙂

          1. P.S. Bon, comme vous n’etes qu’un morveux avec deux cacahuetes d’alcahuete en guise de vos deux c. , je vais vous donner une vraie raison de me denoncer,

            Vous n’etes qu’un petit merdeux, isole dans votre quartier de la Bourdonette, ou a Renens, timore de votre pauvre situation et assez bete pour penser que l’UDC (ou votre mentoresse) va vous donner la pitance, pauvre cloche, delictueuse!

            (remarquez, vous figurez desormais sur ma liste, pas mal, non? Ducon 🙂 🙂

      2. La durabilite (dont le CO2, un des GES, n’est que la pointe de l’iceberg) est bien trop serieuse pour etre laissee aux assauts des climato-negationnistes, qui braient toujours les memes anneries, la plupart sous pseudo:
        Le GIEC est mondialiste, les glaciations ont toujours existe, le rechauffement est une farce, la pollution n’est pas un probleme, le plastique non plus, la diminution des forets est une vue de l’esprit, comme celle des especes, etc. avec une somme d’arguments fallacieux.

        Elle n’a non plus rien a voir avec des “ayatollahs verts”, parti qui n’existe que parce que les autres partis ne font rien.

        Je ne vois pas ou vous voyez des contradictions dans tout ca et quand Dorota reve un peu trop avec des solutions baroques, je lui donne mon avis.

        Demandez aux siberiens, canadiens, si la fonte du permafrost, ou aux regions de montagne si il n’y a pas rechauffement!
        Aux pecheurs si la peche est en augmentation, a de nombreux habitants de cette planete (meme en Suisse) qui n’ont plus une eau de qualite, voire plus d’eau du tout, etc.

        1. Je pense que le problème vient aussi du fait que vous généralisez le profil des personnes qui ne partagent pas les mêmes opinions que les vôtres ou celles de Mme Retelska.

          D’ailleurs, certains “climato-sceptiques” que vous mettez dans le collimateur dénoncent justement la trop grande importance que l’on attribue à l’émission du CO2 au détriment des problèmes de pollution, de plastique, de la surpêche, ou de l’extinction de masse des espèces, en invoquant également le problème de surpopulation.

          Au final, on est tous d’accord sur la majorité des problèmes, mais pas sur la manière de les traiter (ce qui fait le débat). Certains nient effectivement le réchauffement climatique, ce qui est fatiguant à la longue car ils n’ont jamais apporté d’études sérieuses et utiles au débat, mais il y a parmi la plupart des écologistes une hypocrisie intolérable lorsqu’ils nient complètement le problème de surpopulation. Le GIEC ou d’autres instances scientifiques ne peuvent assurément pas publier ce genre d’étude tellement c’est de la dynamite à l’encontre de nos croyances sociétales (religion, culture, liberté, humanisme, nationalisme, capitalisme, etc…).
          Pour illustrer un exemple où le politiquement correct a sévi dans la communauté scientifique mondiale : il y a deux théories qui expliquent l’extinction soudaine de toutes les espèces humaines hormis le Sapien. La première est le métissage avec le Sapien, la seconde est l’annihilation par le Sapien. Faute de preuve tangible jusqu’en 2010, les scientifiques ont unanimement décidé que seule la première théorie était valable, simplement parce que la seconde était trop politiquement incorrecte et pouvait attiser le racisme. En 2010, des preuves valident pourtant indéniablement la seconde théorie comme étant la cause première. Il y a eu certes du métissage, mais la disparition des autres espèces humaines s’est faite surtout par la guerre où les Sapiens avaient une supériorité cognitive déterminante.

          Avant que le Sapien se mette à l’agriculture et à l’élevage, il avait déjà conquis tous les continents. Si certains sont allés jusqu’en Australie, au fin fond de la Sibérie, ou même jusqu’en Amérique (où ils sont dû affronter des climats extrêmes), c’est sans doute parce qu’ils y ont été poussés par manque de territoires disponibles déjà occupés par les autres tribus.
          La population mondiale n’était alors que de 10 millions.
          Pour chacun des nouveaux continents conquis, il a fallu pas plus de 1000 ans pour qu’ils exterminent la grande majorité des gros mammifères terrestres et gros oiseaux. Seuls les animaux des océans ont été épargnés.

          Donc même si aujourd’hui nos champs et pâturages sont un désastre écologique. Il est tout simplement contradictoire de vouloir réduire leur surface au profit de la forêt, tout en réduisant la pêche, sans s’inquiéter de la croissance démographique. Il n’y aura pas assez de graines et de champignons pour tout le monde.
          Mais comme il n’y aura jamais la volonté de publier des études sur les conséquences écologiques de cette croissance démographique (et les solutions), les “ayatollahs verts” peuvent confortablement dire que la surpopulation n’est pas un problème, faute d’études.

          Voilà d’où peut venir la sidération et le mépris des personnes facilement qualifiées de “climato-sceptiques” face au politiquement correcte qui décrédibilise le GIEC (à l’image de l’OMS qui s’est soumise au Diktat de la Chine pour le Covid) et qui pousse à la longue à juste intervenir de façon trollesque, comme vous aimez le dire.

          PS : je tiens à souligner que Mme Retelska partage l’avis du problème de surpopulation.

          1. Merci de votre commentaire longuement documente.

            Je ne suis pas vert mais “ecologiste” et je ne stigmatise personne, sauf les trolls faisant des attaques personnelles sous de multi-pseudo, chose bien lache, pour le moins.

            P.S. Je suis de ceux de ceux qui considerent, bien sur, la surpopulation comme un des parametres a resoudre, maintenant, quelles sont vos solutions?

            Il y a des relents de bombes atomiques, le covid ayant apparemment rate sa cible 🙂

        2. Il ne faut pas tout mélanger : je ne dis qu’une seule chose , c’est que le CO2 produit par l’homme n’a RIEN à VOIR avec le réchauffement , le Co2 n’est pas la cause du réchauffement comme le GIEC voudrait nous le faire croire , mais c’est la CONSEQUENCE , comme l’a prouvé l’étude des carottes glaciaires millénaires par les scientifiques soviétique…
          Quand un scientifique confond la conséquence avec la cause je dis qu’il y a une ARNAQUE , rien de plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *