Les plantes de couverture enrichissent le sol en carbone

Les sols de la Planète perdent du gaz carbonique, qui s’échappe dans l’atmosphère et augmente l’effet de serre. Le sol est un important réservoir de carbone, qui peut augmenter ou résoudre l’effet de serre.

Certains agriculteurs sèment des plantes de couverture entre les cultures de blé, de soja et de maïs. Elles ajoutent du carbone et de l’azote au sol, le protègent et empêchent son érosion.

Jusqu’à maintenant, seule la partie visible de ces végétaux a été étudiée.

Une équipe scientifique a comparé les bienfaits de diverses plantes de couverture et de leur racines pour le sol. Elle a comparé divers mélanges de triticale, de colza et de trèfle incarnat (crimson clover). Ils étudient l’effet de ces plantations depuis 2011, prélèvent des échantillons du sol et observent l’évolution du carbone du sol au cours des années.  Ils ont découvert que l’utilisation de couverture végétale accroît le carbone du sol.  Après son utilisation, les cultures de maïs donnaient un meilleur rendement. Les scientifiques ont ont trouvé un mélange optimal de cinq plantes.

Certaines d’entre elles produisent beaucoup de racines, la triticale donne des racines latérales, et les légumineuses enrichissent le sol en azote.  Elles évitent aussi la prolifération des mauvaises herbes. Les scientifiques espèrent trouver d’autres mélanges, qui bénéficient aux cultures et à l’écosystème.

Il est absolument essentiel d’enrichir le sol en carbone, et les mélanges de plantes étudiés ici seront certainement utiles. Il faut y ajouter d’autres méthodes, d’autres outils pour ajouter du carbone au sol.

Racines: Image par ArtTower de Pixabay
Image 'Grow' Nasah Rwafa de Pixabay

Lien avec photos de l’étude: article phys.org 

 

 

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

12 réponses à “Les plantes de couverture enrichissent le sol en carbone

  1. Avec la mentalité productiviste des dernières décennies, le sol était considéré comme un simple support pour planter des végétaux que l’on fertilisait et protégeait avec des intrants (Azote, phosphore, potassium) et des pesticides, enrichissant ainsi l’agrochimie. Cette erreur des tenants de l’industrialisation de l’agriculture à fait beaucoup de dégâts sur les sols. Il faut parait il environ 4 siècles pour fabriquer un centimètre de sol capable de faire pousser des végétaux (C. Bourguignon, Rhabi, Darwin). Enrichir nos sols naturellement, plutôt que de les détruire, va j’imagine aussi améliorer en plus la qualité de notre alimentation et notre atmosphère. A constater les tendances actuelles de notre agriculture, les exigences des publiques, j’ai bon espoir.

  2. Chère DOROTA , pour une fois d’accord avec vous , en soulignant toutefois que le plus gros réservoir à CO2 est dans les eaux profondes des océans ( et c’est le réchauffement des océans qui provoque l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère , et non pas l’inverse…)
    Sur la terre les arbres et les prairies absorbent effectivement le CO2 , et certaines plantes en absorbent plus que d’autres , ce qu’a montré Johanne CHORY en 2017 dans une étude récompensée par un prix scientifique . Elle conclut en disant qu’en plantant ces plantes sur 5% des terres cultivables , ce qui n’est pas énorme et représenterait au total une surface équivalente à l’Egypte , on absorberait ainsi 50% de CO2 !
    C’est une avancée majeure qui va dans le sens de ce que vous décrivez

    Par contre je suis en guerre contre les “alarmistes” qui s’acharnent sur le FAUX PROBLEME du CO2 d’origine humaine qui est totalement NEGLIGEABLE par rapport au CO2 d’origine naturelle :

    DEGAGEMENT DE CO2 en GIGATONNES/AN

    Océans 330
    sols 220
    respiration plantes et animaux 220
    dégazages géologiques 52
    TOTAL NATURE = 822 Gt

    industrie 20
    agriculture et ruminants 3.5
    incendies de forêts et utilisation des sols 5.5

    TOTAL par l’Homme = 29 Gt soit 3% contre 97% d’origine naturelle

    Alors , que l’industrie passe de 20 à zéro ou à 40 , cela ne change strictement rien

    Le GIEC commet au moins 2 ARNAQUES en présentant le Co2 comme une cause et non pas le résultat du réchauffement , et d’autre part en se focalisant sur 3% ( et même si c’était 5%) , sous prétexte que l’on ne peut rien sur les émissions naturelles !!!

    Et bien votre post ainsi que l’étude de Johanne CHORY prouvent le contraire , c’est porteur d’espoir contrairement à l’attitude des alarmistes

    DE PLUS , au lieu d’admettre que la population va passer de 7 à 10 milliards , pourquoi ne pas se poser la question fondamentale de revenir vers 5 milliards , car le plus grand prédateur de la planète va concourir à sa propre perte s’il continue à polluer les eaux et la terre , bien entendu je ne parle pas du CO2 qui n’a rien de polluant et qui est NATUREL à 95 ou 97%
    Ce combat contre le CO2 est uniquement politique pour servir les intérêts de quelques initiés : savez-vous que le patrimoine de Al Gore n’était “que “de 2 millions de dollars lorsqu’il était vice-président , mais il est aujourd’hui à la tête d’un “found” de plusieurs milliards qui gère le marché spéculatif de la bourse au Co2 : pas étonnant qu’il sponsorise la petite star Greta pour endoctriner le monde , à commencer par les très jeunes .
    La chasse au CO2 permet également de promouvoir les voitures électriques , à qui profite le crime , sinon aux détenteurs de lithium , et pourtant la fabrication d’une voiture électrique produit autant de Co2 qu’une voiture thermique tout au long de sa vie ….De plus comme 75% environ de l’électricité mondiale vient du charbon pour encore plusieurs décennies , la voiture électrique est finalement alimentée par du charbon ( puisque en toute “illogique” vous ne voulez plus de nucléaire ) !!!

    Cordialement JOEL

    1. Votre position sur les voitures électriques ne tient pas la route : les voitures thermiques ne polluent pas les villes en produisant de CO2 inoffensif , mais des particules fines qui attaquent les poumons .
      De plus ce sont les industriels qui s’enrichissent en transformant les matières premières , pas les pays producteurs ! Et donc que ce soit avec des véhicules électriques ou classiques , ça ne change rien et le bilan énergétique de la fabrication d’une voiture reste le même !
      Les fossiles étant limités, il faudra bien s’en passer à plus ou moins long terme !!!!

    2. Bonjour,

      Bien que personnellement plutôt confiant dans la compétence et l’honnêteté du GIEC (mais je peux me tromper …), j’ai lu votre commentaire avec intérêt.

      Cependant, j’y relève une incohérence quand vous écrivez :

      1 – “c’est le réchauffement des océans qui provoque l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère , et non pas l’inverse…”
      2 – “Elle conclut en disant qu’en plantant ces plantes sur 5% des terres cultivables , ce qui n’est pas énorme et représenterait au total une surface équivalente à l’Egypte , on absorberait ainsi 50% de CO2 !
      C’est une avancée majeure qui va dans le sens de ce que vous décrivez”

      Et donc à quoi servirait de capturer du CO2 s’il est conséquence et non cause du dérèglement climatique ???

      Merci pour votre éventuelle réponse.

    3. Le vivant est également un stockage non négligeable de Carbone. du même ordre de grandeur que le carbone (CO2) atmosphèrique : En face de la respiration, il y a un stockage principalement dans le végétal qui représente 99% du carbone vivant.
      Naturellement, l’atmosphère se recharge directement en CO2 par le volcanisme. également par l’érosion des roches carbonatées qui déplace l’équilibre du carbone dans les océans de la forme dissoute vers le carbone gazeux atmosphèrique.

      la part anthropique du CO2 est tout à fait conséquente, voire supérieure à la part naturelle. Cela allié aux effets de nos modes de production sur les mécanismes de régulation liés à l’existence du vivant provoque le déséquilibre et le réchauffement.

      le dégazage de l’océan est provoqué par le réchauffement
      le dégazage du sol est provoqué par la destruction de la vie du sol (labour, pesticides, bétonisation…)
      la diminution du stockage de Carbone dans le vivant vient de la diminution du vivant : baisse du potentiel de production du carbone organique par diminution des végétaux, baisse du potentiel de production de l’azote organique par les bactéries de la couche superficielle du sol.

      la surpopulation planétaire est également tout à fait relative. Elle est également directement liée aux effets destructeurs de nos modes de production sur les mécanismes de régulation (dont l’efficacité est directement liés à la quantité de carbone vivant) de notre environnement imposé par le soleil et le cycle planétaire de la matière (tectonique des plaques).
      5 milliards d’hectares sont cultivés sur terre : il suffirait de nourrir 2 personnes à l’hectare pour nourrir 10millions de personnes. 20millions d’hectares sont labourés et traités chaque années en France, il suffirait de nourrir 4 personnes à l’hectare pour nourrir 80 millions de Français….
      99% du vivant est végétal
      1% du vivant est animal, la moitié de ce % sont des vers de terre
      1cm3 de sol vivant contient entre autres 5 kilometres de racines de champignon et 1milliard de bactéries

      la vrai question serait plutot : est il possible de s’activer en respectant cette vie dont nous dépendons totalement

      l’humain ne produit absolument rien… il détourne une production a son profit!…..

  3. L’utilisation de ces “plantes de couverture” n’est qu’un premier pas. Pourquoi ne pas carrément adopter les principes de l’agriculture syntropique qu’à développé Ernst Götsch? Le principe est simple: en reproduisant la succession d’espèces qui conduisent vers la formation de la forêt et en incorporant les espèces cultivées dans cette dynamique, non seulement nous sommes capables d’assurer la production d’aliments mais nous contribuons qui plus est à enrichir le sol par un apport constant de matière organique. Les arbres, dans ce modèle d’exploitation, jouent un rôle fondamental, car ils sont l’aboutissement de de cette dynamique et contribuant de manière très importante à cet apport de matière organique. Un sujet à creuser me semble-t-il et une belle histoire que celle de ce suisse vivant au Brésil et qui a influencé là-bas pas mal de monde…

    1. Toute aire géographique sur Terre tend vers le climax que vous expliquez si il n’y a pas d’intervention humaine. L’insinuation des bipèdes dans l’engrenage est intéressante.
      Hawaï est un exemple intéressant de peuplement d’espèces exogènes de toutes provenances ces îles volcaniques qui sortent régulièrement de l’océan permettent d’étudier l’évolution de la couverture biomasse à l’échelle du temps de leur émergence et de ne pas se préoccuper ni faire obstacles aux espèces dite invasives ici.

      1. Non, je vous pose la question, car la chimie suisse est un peu toute consanguine, ils se debattent sur les plateaux teles pour faire valoir leur amour de la terre et bla, vendent leur merde aux chinois, tu envoies ton livre de creation au pied du mollendruz, no answer, enfin, la farce totale :)))=)

  4. Très bien ! les agriculteurs sauront bien utiliser ces mélanges de graines pour couvrir leurs sols pour absorber le carbone, et le couvert herbeux évitera de surcroît qu’ils deviennent également des vrais grille-pain au mois d’août que le sol est nu et sec et accentue nos canicules par effet direct.
    Double effet bénéfice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *