La Chine peut-elle sauver le monde?

La Chine produit une grande partie de nos objets d’usage courant. Une énorme proportion, la quasi-totalité des marchandises vendues aux Etats-Unis y est fabriquée. Une grande partie des émissions carbone de la Chine est due à cette production exportée. Nous sommes terriblement dépendants. Lors du confinement, certains usines européennes ont immédiatement manqué de pièces fabriquées à l’étranger, nos Panadol étaient produits en Chine. Nous ne pouvons rien construire car les tournevis sont fabriqués en Chine.  La crise actuelle a démontré la fragilité de ce système. Actuellement, la Chine subit des graves inondations (vidéo) et les catastrophes climatiques iront en augmentant, les lieux de production et les transports seront touchés.

Je me demande si la Chine ne pourrait pas changer, seule, les émissions de CO2 mondiales. Elle pourrait produire uniquement des biens essentiels, solides et  durables, et fermer la plupart de ses usines. La production polluerait alors beaucoup moins, il n’y aurait plus besoin d’autant de transport, d’entrepôts, de magasins ni de destruction compliquée des objets excédentaires ou vite abîmés.   Nous sommes à l’aube d’événements climatiques très dangereux (article), dans une extinction de masse et dans une pollution inquiétante et nous pourrions, pour y remédier, vivre avec un choix et un nombre restreint d’objets durables et fonctionnels.

Un changement pareil est-il envisageable?

A l’extrême, pourraient-ils provoquer le passage de toute la Planète au col Mao et au vélo?

Est-ce une perspective affreuse? Le vélo contribue à la santé de la population au Danemark et nous serions peut-être plus heureux en gérant moins d’objets.

Quelles seraient les conséquences pour l’économie mondiale et comment l’y préparer?

Il serait peut-être plus doux de limiter dès 2021 le temps de travail. En 2020,  le confinement d’une grande partie de la Planète pendant à peu près deux mois a provoqué une réduction suffisante des émissions de carbone (article). Nous pourrions rendre cet effet durable, si possible sans virus, en réduisant les heures de travail dans la plupart des pays d’un jour par semaine, et en imposant des limites strictes aux vols en avion, trop dangereux pour la vie sur Terre. La forte diminution des voyages aériens a beaucoup contribué à la réduction des émissions de carbone, que nous devons absolument poursuivre. Il semble qu’en Angleterre, la moitié de la population soit décidée à voler moins (lien). Une prise de conscience a lieu et les comportements individuels pourraient bien changer spontanément.

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

19 réponses à “La Chine peut-elle sauver le monde?

  1. « Je me demande si la Chine ne pourrait pas changer, seule, les émissions de CO2 mondiales. Elle pourrait produire uniquement des biens essentiels, solides et durables, et fermer la plupart de ses usines. La production polluerait alors beaucoup moins, »

    Je vous propose d’aller leur dire vous-même.
    Ça vous sortirait de votre confortable bureau et vous permettrait de découvrir le monde réel.
    Je suis sûr qu’ils seront très intéressés par vos propositions.

    « A l’extrême, pourraient-ils provoquer le passage de toute la Planète au col Mao et au vélo? »

    Pendant que leurs classes moyennes et supérieures s’habilleraient en complet cravate en utilisant tous les gadgets inutiles fabriqués dans leurs propres usines et porteraient des montres de luxe fabriquées en Suisse … par des cyclistes en col Mao ?

    Je crains. Madame, que vous souffriez de la maladie du spécialiste : ce que vous dites sur l’évolution du climat et ses conséquences est juste mais ne représente qu’une partie de l’ensemble du problème et, surtout, de la solution. Pour reprendre la citation de Maslow « si le seul outil que vous avez est un marteau, vous tendez à voir tout problème comme un clou ».

    C’est dommage, car penser votre domaine de compétence dans une complexité beaucoup plus large donnerait plus de crédibilité et de pertinence à vos propos.

  2. Si la Chine sera bientot sortie de la pauvrete et aura realise en quarante ans, ce que l’Occident a realise en presque deux siecles, c’est bien grace au meme Occident qui s’y approvisionne et maintenant aussi, grace a son immense marche interieur.
    Et on ne parle pas encore beaucoup de l’Inde, qui n’a pas la meme velocite que la hausse de sa pollution.

    Alors il faudrait plutot convaincre les occidentaux, de redevenir raisonnable, de consommer moins, de passer a une economie circulaire, de ne plus exporter leurs dechets dans les pays poubelles, de trouver des remedes a son extreme pauvrete grandissante etc.

    Mais c’est aussi insoluble que votre solution d’arroser les forets pour empecher leur mort, ou que la quadrature du cercle des caisses de retraite 🙂

  3. Au col Mao et au vélo, faudra-t-il aussi réintroduire le képi à étoile rouge et le Browning à la ceinture? Ré-éditer le Petit Livre Rouge en Petit Livre Vert? Instaurer les Brigades Vertes des camps de ré-éducation pour chômeurs, intellos déviants et autres cas sociaux? Battre les professeurs à mort avant de les cuire au barbecue et de les servir à table, à la mode culinaire de Wuxuan – pour la recette, voir, entre autres, Donald S. Sutton, “Consuming Counterrevolution: The Ritual and Culture of Cannibalism in Wuxuan, Guangxi, China”, May to July 1968, Comparative Studies in Society and History, vol. 37, no 1,‎ 1995, p. 136–172 (https://www.jstor.org/stable/179381?seq=1), “How political hatred during Cultural Revolution led to murder and cannibalism in a small town in China”, South China Morning Post, 11 mai 2016 (https://www.scmp.com/news/china/policies-politics/article/1943581/how-political-hatred-during-cultural-revolution-led), Le Point magazine, “La Révolution culturelle chinoise et ses “banquets” cannibales oubliés”, Le Point, 16 mai 2016 (https://www.lepoint.fr/monde/la-revolution-culturelle-chinoise-et-ses-banquets-cannibales-oublies-16-05-2016-2039653_24.php), “Silence sur les banquets cannibales de la révolution culturelle chinoise”, L’Obs, 11 juillet 2016 (https://www.nouvelobs.com/monde/20160711.OBS4410/silence-sur-les-banquets-cannibales-de-la-revolution-culturelle-chinoise.html) et Nicholas D. Kristof, “A Tale of Red Guards and Cannibals”, The New York Times, janvier 1993 (https://www.nytimes.com/1993/01/06/world/a-tale-of-red-guards-and-cannibals.html.

    Quand donc vous réveillerez-vous de vos rêves de lendemains qui sentent?

    1. J’ai déjà entendu une plaisanterie sur le fait de manger des capitalistes, mais je n’avais aucune idée qu’elle était basée sur des faits réels. Cela dit, je préfère me contenter de moins d’objets matériels et garder une civilisation dans laquelle je ne serai pas mangée à la broche, plutôt que d’acheter et jeter joyeusement jusqu’à provoquer la fin de cette civilisation.

      1. Vous dites provoquer ”la fin de la civilisation”. Si vous voulez dire, la fin de la civilisation humaine, cela me parait exagérer de dire une telle chose. Il faudrait plutôt dire que ce sera la fin de nos sociétés industrielles, telles que nous les connaissons actuellement. Je ne crois pas que se sera la fin de la vie des humains sur Terre. Des humains vont tenter et réussir à survivre malgré tout même dans des conditions difficiles, mais ce ne sera pas le cas pour tout le monde, juste pour une petite partie de la population mondiale, qui est soit jeune, fort ou riche, difficile à dire. L’esprit de résilience de l’espèce humaine est très grand, vous savez ! Tout comme les futurs astronautes qui vont aller construire des bases sur la lune et sur la planète mars dans quelques décennies malgré les difficultés.

      2. Il serait vraiment très regrettable que vous finissiez un si brillant parcours académique dans l’assiette des cannibales – fussent-ils léninistes-trotskystes-maoïstes – ou comme la Jeanne d’Arc de la cause écologique.

        Quant à “jeter joyeusement” nos consommables, il semble que la récupération des déchets soit devenue une industrie fort lucrative. En effet, dans mon quartier, le ramassage bi-hebdomadaire des ordures ménagères se fait sous le label de l'”écologie des déchets”. Ceux-ci ne sont donc pas perdus pour tout le monde.

        Là où je vos rejoins cinq sur cinq, c’est que mieux vaut se contenter du peu qu’on a que d’en vouloir toujours plus, selon le sage adage que “less is more”. Je vis depuis longtemps dans un quartier populaire, parmi des gens qui n’ont jamais eu de voiture, ni de télé, ni de smartPhone, qui n’ont jamais voyagé par Easy Jet – certains n’ont jamais pris l’avion -, et parmi eux de plus en plus de retraité(e)s qui survivent avec leur seule AVS. S’il leur arrive de manger de la viande hachée deux fois par mois, ils s’estiment contents. Ils sont plus habitués à bouffer de la vache enragée que du filet mignon.

        Ils n’ont aucune peine à se contenter de peu pour la simple raison qu’ils n’ont rien à jeter, pas même joyeusement.

        Et ils en ont bavé, dans leurs vies obscures et laborieuses. Pourtant, ils disent qu’ils ne sont pas malheureux. C’est comme ça, le monde tourne depuis toujours à l’envers. Faut pas chercher à comprendre, qu’ils pensent. Ils n’attendent plus rien – rien d’autre que la fin des haricots…

        Les vieux de mon quartier.

  4. Nous sommes à l’aube d’événements climatiques très dangereux ???
    Les rapports du GIEC sont très loin de montrer cette échéance ! Vous oubliez un paramètre qu’un scientifique ne peut pas ignorer : l’incertitude des mesures fait que les modèles proposent une fin de siècle entre 1° et 6° C , soit une marge de manoeuvre si considérable qu’elle apparait comme une loterie.
    Vous avez plus de chance de gagner au loto que de deviner la température vers 2100 !!!
    D’autre part , la planète a subi des changements bien plus marqués pendant le dernier cycle de Milankovich ( 125’000 ans ) et même pendant l’holocène .
    L’humanité s’adaptera bien aux réalités climatiques comme elle l’a fait dans le passé .
    Commencez par apprendre à lire les données …

  5. “Commencez par apprendre à lire les données …”

    Moi, je suis toujours sidere qu’un commentateur puisse insulter un-e blogueur.
    Mais on me dit que le blogueur-se est responsable de son contenu (et non le Temps), dont acte 🙂

    Bravo Dorota, pour votre transparence et non pour vos solutions enfantines!

    1. Déjà, j’ai appris à lire les données au cours de quelques années de recherche postdoctorale en Science, je le sais vraiment bien. Et le lien sur le discours du président du GIEC permet de voir ce qu’il dit en décembre 2019, je l’ai vraiment traduit exactement.

      1. Enfin et ne prenez pas mes piques contre vous, chere Dorota, j’admire votre courage et ne doute pas que vous sachiez lire, bien mieux que moi ou que votre groupie H. Giotte 🙂

    2. “Moi, je suis toujours sidere qu’un commentateur puisse insulter un-e blogueur.”

      Parce que vous pensez que traiter telle bloggeuse de “singesse” et d'”ânesse”, de tenir des propos grossiers et sexistes qui vous ont valu d’être souvent censuré par plusieurs autres, d’insulter et d’injurier les commentateurs, dont l’un a récemment soulevé la question de la responsabilité pénale à votre sujet, est plus flatteur?

      Pensez-vous que conseiller à votre “chère Suzette” et à votre “cher Jacques” de se retirer est un compliment? Ils sont trop au-dessus de vos débilités pour vous répondre, comme le ferait sans doute Thierry Le Luron:

      – Toi, c’est ton père qu’aurait mieux fait de se retirer.

      Ce qui me sidère, moi, c’est que les auteurs de blogs vous tolèrent encore sur leurs sites et que le “Temps” ne vous ait pas expulsé de sa liste de lecteurs.

      1. Je ne lis pas les commentaires des autres blogs, je ne sais donc rien de ces histoires. J’ai toujours eu des commentaires polis et défendant mes propos de la part d’Olivier.

      2. Ne vous refugiez pas sous les jupes de Madame Sandoz ou derriere la carrure de Monsieur Neyrinck qui sont assez grand pour repondre, ne s’en privent pas et ne manquent pas de sens d’autoderision non plus.
        Et encore moins sous de multis-pseudos ou de grossieres vues d’un esprit etrique.

        Documentez toutes les fables hors contexte dont vous m’accusez, avec tous vos amis les trolls et demandez donc au Temps de m’interdire de ces blogs.

        La mauvaise foi a ses limites, a bon entendeur!!!!!

  6. Les ouvriers chinois qui fabriquent des vélos pour les bobos occidentaux mettent de l’argent de côté pour s’acheter .. une voiture.

    1. JEROME , votre toute petite phrase frappée de bon sens élémentaire suffit à elle seule à répondre aux divagations habituelles de notre blogueuse , obnubilée par le CO2 comme si c’était un gaz mortel !

  7. La Chine est une des clés incontournables en ce qui concerne le changement climatique et sans être inconsidérément optimiste, je me dis que cette très ancienne civilisation peut oeuvrer à sa manière. Je les vois plus près de réels progrès que les indiens ou les américains.Un grand merci à la note d’humour sur le cannibalisme. De la part d’un présumé suisse bruleur de sorcière, c’est assez gonflé.

  8. Je ne doute pas que la finalité de la politique chinoise ne soit pas de faire des occidentaux de plus grands consommateurs. Ils fabriquent, ils vendent, ils acquièrent les connaissances et les technologies, ils permettent à nos financiers de s’enrichir tout en fermant nos entreprises et nos bureaux de développement. Ils ont bien compris le système pour mieux l’utiliser sans être dupe. Leur stratégie s’appelle retirer le bois sous la marmite. Et pendant ce temps, en Occident, nous nous félicitons d’inventer des combinent pour emprunter plus d’argent… que les banques fabriquent à mesure.

  9. Nous devrions avant tout nous occuper dans chacun de nos pays de transformer notre modèle énergétique, industriel et agricole, avec l’objectif de réduire drastiquement nos émissions de GES et nos pollutions de toutes sortes de notre environnement immédiat. Ensuite, forts de notre nouveau modèle, il nous serait possible d’aider d’autres pays pour faire de même et de montrer l’exemple à suivre à la Chine. Mais il est aussi possible que les chinois décident avant nous de changer dans le bon sens car ils ont déjà de graves soucis climatiques et d’environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *