La pluie au Sahel

Climat du Sahel

Le Sahel, au Sud du Sahara, est une zone chaude et aride. Le réchauffement climatique provoque la désertificaton du Sahel et l’avancée du Sahara. Pourtant, il y pleut parfois et les pluies torrentielles ont triplé depuis 1982. L’intensité de ces pluies est telle qu’elles provoquent des inondations et des glissements de terrain, et causent des graves dommages aux habitants.

Si le réchauffement planétaire dépasse 1,5°C ou 2°C, le régime des pluies du Sahel pourrait changer rapidement, des précipitations abondantes le transformeraient en zone tropicale. Nous pourrions voir bientôt une nouvelle forêt tropicale. Le changement serait cependant brutal et pourrait apporter des nombreuses catastrophes (Levermann : article, étude).

Image par Olivier Bory de Pixabay

Irrigation au Sahel

L’irrigation pourrait apporter d’immenses avantages dans ces régions. Une nouvelle étude  s’est basé sur des photos satellites pour établir les progrès de l’irrigation et rapporte que les projets d’irrigations prévus n’ont pas abouti, ou ont été sérieusement réduits. Seuls 16% des zones prévues par les agences de développement sont actuellement irriguées.

L’auteur de l’étude estime que la responsabilité en incombe aux défaillances politiques et à la mauvaise gestion locale. Il écrit aussi que la viabilité des projets est plombée par les choix de cultures. Les autorités locales privilégieraient une agriculture à faible valeur ajoutée, destinée à alimenter leur population, qui n’est pas un choix viable. Je trouve cette phrase choquante et absurde. Nourrir sa population est le plus viable des projets, qui devrait être valorisé par les agences de développement. L’alimentation bio produite sur place est plus écologique. Un tel commentaire jette un doute sur la fiabilité de ce travail.

Image par SirWalterVanguard de Pixabay

L’irrigation pourrait réellement transformer ces régions, et avec la prodigieuse technologie dont nous disposons actuellement, je crois qu’elle peut fonctionner à plus grande échelle encore. Dans le climat de janvier 2021, alors que dans de nombreux cas l’équivalent des précipitations de l’année entière inonde le pays en un seul jour, je dirais qu’il faut dompter les pluies torrentielles, créer des réservoirs d’eau de pluie, des canaux d’irrigation qui pourraient simultanément évacuer l’excès d’eau des villages et leur éviter des inondations. Je dirais aussi que nous pourrions au moins leur offrir l’irrigation en contrepartie du réchauffement climatique.

Cette année, les précipitations en Afrique de l’Est ont été si importantes que le fleuve Niger a débordé et a provoqué des graves inondations au Nigeria, Vingt-cinq mille personnes ont été déplacées. http://floodlist.com/africa/nigeria-floods-october-2020. Si cela devait se reproduire fréquemment, il serait peut-être possible de creuser un canal amenant l’excès d’eau du fleuve Niger jusqu’à Tombouctou, dans le Sahel. Pourriez-vous demander une étude de ce projet à l’EPFL ?

Limitation des naissances

J’ai un peu réfléchi à la question de la surpopulation. Dans le dernier blog, je présentais l’étude récente sur la disparition de biodiversité, effectuée entre autres par Paul Ehrlich. La perte de biodiversité est gravissime, le changement climatique aussi, et les scientifiques incriminent entre autres l’augmentation de la population. Ils relèvent particulièrement qu’en Afrique sub-saharienne il y a encore en moyenne quatre enfants par femme. J’adore les enfants. J’ai eu un enfant, j’ai accouché à l’hôpital, j’ai été fatiguée l’année de la grossesse, l’année après l’accouchement, et l’enfant m’a bien occupé jusqu’à ses trois ans. L’idée d’accouchements incessants, non choisis, d’une nuée d’enfants affamés, m’apparaît comme absolument horrible. Elle est aussi très dangereuse pour la Planète. Actuellement, les populations des pays les plus pauvres, vivant en autarcie de façon traditionnelle, ont une empreinte carbone de cent fois inférieure à celle des pays les plus riches, mais les projets de développement d’une part, et les migrations vers la ville d’autre part, augmenteront leurs émissions carbone.

Je propose que les interventions au Sahel s’accompagnent de la distribution de contraceptifs gratuits à toutes les femmes. Une contraception gratuite, ainsi que le droit des femmes au consentement et une dissuasion des viols, devraient être une des bases du développement futur, et devraient être assurées dans le monde entier. Cette solution n’impose pas de limites strictes aux populations du Sahel, exactement comme en Europe, où nous choisissons librement le nombre de nos enfants, et en avons un ou deux par famille.

Commentaire d’un lecteur: ‘Les arguments utilisés dans cet article sont empreints de condescendance. Les problèmes climatiques en Afrique et aussi à d’autres endroits de la planète viennent principalement des pays industrialisés. La meilleure solution serait donc que ces mêmes pays réduisent leur bilan carbone. La natalité en Afrique est loin d’être le facteur dominant car si les femmes ont beaucoup d’enfants en Afrique, elles en perdent aussi encore beaucoup.’

Dorota: Il y a du vrai, mais il faudrait demander l’avis des femmes. Il est plus facile de bien d’occuper d’un ou deux  enfants que de huit, donc la mortalité enfantine pourrait baisser ; un autre blog sur ce sujet: les-femmes-ont-le-droit-davoir-moins-denfants-qui-seront-mieux-traites/

 

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

10 réponses à “La pluie au Sahel

  1. Les arguments utilisés dans cet article sont empreints de condescendance. Les problèmes climatiques en Afrique et aussi à d’autres endroits de la planète viennent principalement des pays industrialisés. La meilleure solution serait donc que ces mêmes pays réduisent leur bilan carbone. La natalité en Afrique est loin d’être le facteur dominant car si les femmes ont beaucoup d’enfants en Afrique, elles en perdent aussi encore beaucoup.

    1. Ces objections me semblent valables, j’ajoute le commentaire à l’article. Cependant, je pense qu’il faudrait plus demander l’avis des femmes.

    2. La mortalité chez les enfants est certes très élevée en la comparant avec celle des pays industrialisés, mais elle ne compense de loin pas le problème de surnatalité puisque on y observe au final le plus fort taux d’augmentation de la population.

  2. “Le réchauffement climatique provoque la désertification du Sahel” !!!!????
    Vous oubliez que le Sahara était complètement vert il y a 7000 ans à peine , abritant des dizaines d’espèces ayant migré vers le Sud où maintenant leur territoire est presque complètement occupé par la surpopulation humaine ayant détruit une bonne partie des forêts agissant comme un poumon vert !!!
    Vous continuez de confondre aveuglément les causes entrainant les catastrophes …
    Ce n’est plus une erreur, juste de la paranoïa …

    1. Le réchauffement a provoqué des changements visibles, clairs dans le Sahel au cours de ces 50 dernières années. C’est un changement plus rapide que les variations naturelles.

    2. Je vais porter plainte pour Fake news.
      C’est quoi ce articles de merde qui raconte que de la merde.
      Comment objectivement on peux dire que le le réchauffement climatique va reverdir le Sahel.
      Respecter nous un peu et essayer d’inventer une histoire a tenir debout s’il vous plaît

  3. Bonjour Dorota
    Travail d’étude intéressant…
    Mais concernant la natalité, il faut effectivement en parler avec des humains et des femmes au premier lieu. Au niveau planétaire je suis entièrement d’accord, tant que nous n’avons pas une approche en adéquation avec la planète et le renouvellement des ressources, la limitation des naissances pourra être u’e étape nécessaire, mais c’est politiquement très incorrect aujourd’hui.
    Et éviter la condescendance vis à vis de l’Afrique…. Un nouvel humain en situation de pauvreté pollue beaucoup moins qu’un nouveau consommateur…. Un sahelien est il plus énergivore qu’un américain ?
    Les comparaisons sont des raccourcis intellectuels qui conduisent à des positions dogmatiques…
    C’est effectivement plus compliqué qu’il n’y paraît d’avoir un bon diagnostic et des difficultés et des solutions, surtout concernant les zones du monde dont les croyances générales et la culture sont différentes des nôtres.
    Ce qui est certain c’est que de plus en plus d”acteurs s’ impliquent dans du conseil, des soins et de l’information en Afrique. Les actions de terrain sont nombreuses et la situation évolue.
    L’Afrique a besoin d’être considérée pleinement, avec respect et dignité, et pas avec des a priori et des raisonnements limitants…. Ce qui est le plus compliqué.

    Merci toutefois pour les informations. Continuez à travailler pour l’écologie…

  4. J’ai rarement vu un tel ramassis de mensonge en si peu de ligne.
    Pensez vous réellement que ce qui vous lise soit aussi c..
    Comment peut-on dire objectivement que le réchauffement climatique reverdit le Sahel ?
    Je veux bien croire que vous êtes des grandes multinationales qui souhaitent nous faire que le réchauffement climatique au mieux n’a pas d’effet négatif et au pire a des effets positifs ?.

  5. C’est une excellente qu’il pleuve dans le désert. Canalisons ces adverses dans des citernes et organisons l’irrigation, ainsi faisons petit à petit reverdir le Sahara.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *