Les dommages infligés à la Terre par l’Humanité dépassent l’entendement

Etat de la Planète

Nous avons déjà détruit la moitié de la Planète. Nous avons déjà altéré plus de la moitié de la surface de la Terre, et des océans, de la végétation, des marécages, et des rivières.  Nous avons déjà éliminé plus de la moitié des grands poissons prédateurs, des coraux, des vertébrés, et des mammifères sauvages (voir figure ci-dessous).

Les écosystèmes affaiblis ne fonctionnent plus comme avant et n’accomplissent plus les services écosystémiques naturels. Ils n’absorbent plus aussi bien le carbone, la pollinisation par les insectes n’est plus assurée, et les sols se dégradent.

Nous élevons des quantités astronomiques de bétail. Si nous comptons en tonnes, le bétail représente 59% des tonnes d’animaux vivants sur Terre actuellement, les humains 36%, et les animaux sauvages 5% seulement. Nous avons éliminé la majorité d’animaux sauvages et les avons remplacé par le bétail que nous mangeons. Cette agriculture intensive massive est très destructrice pour la Planète, tout comme les énergies fossiles.

Proportion saccagée par l’Homme:

Les conséquences seront très graves

Un groupe de 18 scientifiques renommés a récemment publié un article, un manifeste pour attirer l’attention sur l’étendue des dégâts environnementaux. Ils font le catalogue des nombreux dommages que la Planète a déjà subi.  Selon eux, il est maintenant sûr que nous allons vers la  6ième extinction où les trois quarts d’espèces disparaîtront de la Planète.

Le changement climatique rend maintenant chaque journée différente de celles du passé (Beaucoup sont plus chaudes, d’autres très pluvieuses, etc. dr) Il se produit plus rapidement que prévu.

La population mondiale a doublé depuis 1970, dans certaines régions telles que l’Afrique Sub-saharienne, l’Afghanistan, le Yemen,  il y a encore en moyenne plus de 4 enfants par femme. L’Humanité avoisinera les 10 milliards de personnes en 2050. La moitié des habitants de la Planète font maintenant partie de la classe moyenne.

La surpopulation provoque des problèmes d’alimentation massifs. Un ou deux milliards d’humains sont sous-alimentés ou mal nourris au point de ne pas pouvoir fonctionner normalement.

Selon les auteurs, nous atteignons les limites de la capacité de la Terre, et l’Humanité verra s’accroître les problèmes de pollution, d’insécurité alimentaire, de conflits armés.  Une augmentation de la consommation dans le Futur proche semble inévitable. Comme je l’ai souvent écrit, changement climatique, lui, apporte des inondations, (inondations2) des tempêtes destructrices, (cyclones) et des vagues de chaleur.

Les auteurs de la publication considèrent que notre augmentation de qualité de vie est malheureusement porteuse de problèmes pour les générations futures.

Changements à apporter

Même le Forum Economique Mondial reconnait maintenant que la perte de biodiversité est un des pires problèmes pour l’économie globale, comme en témoigne la pandémie.

Aujourd’hui, le dilemme ne consiste pas à privilégier l’environnement  ou l’économie, il est entre la modération et le désastre planétaire, dont tous souffriraient. 

La gravité de la situation exige des changements fondamentaux au niveau du capitalisme mondial, de l’éducation, et de l’égalité, tels que:

  • l’abolition de la croissance économique perpétuelle
  • montrer le vrai coût des produits en forçant ceux qui détruisent l’environnement à payer la restauration
  • éliminer rapidement les énergies fossiles
  • réguler les marchés et éviter leur influence sur la gouvernance
  • éduquer et donner plus de pouvoir de décision aux femmes dans le monde, y compris le pouvoir de décision sur le planning familial.

Version grand public dans The Conversation: https://theconversation.com/worried-about-earths-future-well-the-outlook-is-worse-than-even-scientists-can-grasp-153091

Article scientifique dans Frontiers in Conservation Science; ce journal sis à Lausanne publie des articles scientifiques en accès libre ce qui permet à tout le monde de consulter et de partager leur contenu, une belle initiative qui favorise l’information du public:

Article de Corey J. A. Bradshaw1,2*, Paul R. Ehrlich3*, Andrew Beattie4, Gerardo Ceballos5, Eileen Crist6, Joan Diamond7, Rodolfo Dirzo3, Anne H. Ehrlich3, John Harte8,9, Mary Ellen Harte9, Graham Pyke4, Peter H. Raven10, William J. Ripple11, Frédérik Saltré1,2, Christine Turnbull4, Mathis Wackernagel12 and Daniel T. Blumstein13,14*

https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fcosc.2020.615419/full

Image de la Terre par Colin Behrens de Pixabay

Addendum le 17 janvier: Une expérience a montré que les embryons de requin se développent moins bien dans de l’eau chaude (article)

 

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

14 réponses à “Les dommages infligés à la Terre par l’Humanité dépassent l’entendement

  1. Article d’excellente qualité qui devrait être diffusé dans la presse publique.
    A l’échelle individuelle, manger végétarien et vivre dans la sobriété énergétique sont quelques des meilleures solutions.

  2. Belle synthèse scientifique de l’état des lieux actuel de notre planète. Il y a effectivement urgence et les solutions existent, mais l’inertie politique, au sens large du terme, ne devrait pas être sous estimée. Ne pas baisser les bras, car Individuellement on devrait pouvoir apporter notre goutte d’eau (Le conte du colibri).

  3. Merci pour votre intense et précieux travail d’avertissement, malheureusement je crains fort que l’inculture scientifique générale de nos politiques nous conduise pour encore beaucoup d’années vers des dérèglements de notre symbiote terrestre encore plus puissants, sans parler de la passion mortifère pour la consommation outrancière de nos contemporains, très apparente en temps de covid…et boostée par les passions tristes promues par les réseaux sociaux (luxe, bitcoin et voluptés…)
    Bon courage!

  4. Évidement que cela dépasse l’entendement (humain) puisque cela est un phénomène naturel global dont les conséquences sont tout simplement hors de portée des actions que pourrait entreprendre le peuple des hommes malgré son « gros cerveau ». Son gros cerveau qui en est justement la cause.

    Ce que nous vivons fait partie des lois de la nature, la loi qui dit que nous devons « assurer notre quotidien ». Cette loi est appliquée à tout être vivant sans exception depuis plus d’un milliard d’années et pour y déroger il faudrait lutter contre la nature et abolir cette loi fondamentale !

    Pour trouver une solution, il faut d’abord comprendre l’énoncé du problème…

  5. L’épisode du covid19 a permis de mettre en évidence que l’arrêt de l’activité humaine , même partielle, conduisait à une revitalisation des biotopes où qu’ils se trouvent , en pleine jungle ou en pleine ville, mais aussi dans les récifs coralliens . Des expériences avaient déjà montré que quelques années sans la présence des hommes suffisait à régénérer des sites ou des lieux de pontes permettant de repeupler des espèces comme les tortues …
    La surpopulation humaine est aujourd’hui flagrante . Elle occupe à peu près toute la surface de la Terre en défrichant pour ses propres besoins , même à Madagascar où pourtant le niveau de vie est bas …
    Ceux qui pensent que devenir végétarien suffirait à changer de cap se voilent la face pour ne pas admettre la réalité ! Ce ne sont pas quelques ppm de CO2 en plus qui nuisent le plus, la planète a connu des épisodes plus chauds avec une concentration en CO2 au-dessus de 2000 ppm … en ne remontant que quelques millions d’années dans l’histoire .
    Le véritable problème reste la densité de population qui ne laisse pas la nature respirer !
    La première véritable action serait de limiter l’espace occupé par l’homme en protégeant la plupart des biotopes riches en espèces comme le Costa-Rica le fait ou aux Galapagos où certaines îles ne sont plus accessibles , … et ailleurs dans le monde mais pas assez nombreux …
    Le GIEC nous divertit avec ses recommandations sur le CO2, mais n’a rien compris de la Terre, il faudrait le remplacer par un organisme qui gère les biotopes , les étend et assure leur protection.
    L’autre problème vient des Etats-nations qui s’opposent à toute ingérence sur la base de la souveraineté absolue sur leur territoire qui leur garantit d’exploiter sans retenue toute richesse qui s’y trouve (ex.: Indonésie Bornéo). …

    1. Cher Monsieur,
      Je trouve votre commentaire très pertinent en effet les verts sont obsédés par le CO2 alors que le problème est aussi la surpopulation de notre planète mais malheureusement ce n’est pas très électoraliste.
      Alors comment faire comprendre à tout le monde que nous sommes trop nombreux, le seul moyen est la contraception mais elle s’oppose à la religion aussi bien chrétienne que musulmane , ce sera bien difficile.
      Puis avons nous besoin d’aller partout sur cette planète évidemment NON, et vous avez raison de dire qu’il faudrait un organisme pour augmenter la surface des biotopes et interdire tout être humain, est ce utopique? je l’espère pas.

    2. Arrêtez de prendre ” le GIEC ” pour des imbéciles. Votre raisonnement est faux. La surpopulation est certes un problème important, mais il ne faudrait pas qu’elle serve à ” se masquer la face”, pour vous citer, par rapport aux changements climatiques anthropiques. Par ailleurs, quelle est la part des pays pauvres comme Madagascar, dans les rejets de gaz à effet de serre ?
      Tout est bon pour les personnes sous emprise de la kochlandose pour sombrer dans le négationisme climatique.

  6. la surpopulation est bien le probleme principal puisqu’il retentit sur tout ( consommation alimentaire, espaces defrichés, besoin en energie, conflits armés, pollution etc etc .
    il faudrait donc commencer par diminuer cette population . pas comme la chine, avec l’enfant unique, qui etait une bonne chose , mais evidemment montré du doigt , par ceux qui se croient plus malin, mais par des incitations : avant, on donnait plus d’argent aux gens qui avaient un 3eme enfant, il faudrait faire le contraire : plus d’impots , ou moins d’aides, une retraite minorée au lieu d’etre majorée, taxer les grosses voitures pour familles nombreuses etc etc . interdire les vols en avions, de loisir. ça nous a ramené une pandémie mondiale ! oui, vous qui voyagez egoistement ! finalement , les virus vont nous mettre au pas , ça ne fait que commencer .

    1. Ça ne fait que commencer effectivement….
      Et vraiment faisons l’effort intellectuel de sortir de la pensée unique si nous souhaitons inverser les tendances

      Perte de biodiversité, surpopulation…. Ce seraient les problèmes majeurs ?
      Et le plu grand nombre devrait sortir de l’extrême pauvreté pour devenir des consommateurs de masse ? Et ainsi continuer à épuiser les resources planétaires….
      Et les entreprises multinationales continuer à payer études et consultants pour accréditer des théories culpabilisantes envers les individus, qui eux-même pour se rassurer et racheter leur bonne conscience vont trier les nombreux déchets de leurs achats hyper équitables et biodurables labellisés par les mêmes consortiums.
      Et je ne parle même pas de la situation actuelle au regard du pouvoir pharmaco financier mondial, et des nouveaux dangers à s’exprimer… Ou que ce soit !!!

      Après tout si on continue à consommer des trucs inutiles pour combler la sensation de vide et de malaise intérieur des couches moyennes dans un système qui gère les comportements humains comme un berger gère son bétail, et bien ce n’est effectivement que le début….

      Écrit avec beaucoup de bienveillance et de douceur, persuadée que d’autres voies existent, dans un vrai unité humaine, sans pensée unique.

      Continuons à réfléchir, à étudier, à partager, à informer et à se faire nos opinions, à les laisser évoluer dans l’enrichissement de nos vécus et de nos partages sincères.

  7. Ça ne fait que commencer effectivement….
    Et vraiment faisons l’effort intellectuel de sortir de la pensée unique si nous souhaitons inverser les tendances

    Perte de biodiversité, surpopulation…. Ce seraient les problèmes majeurs ?
    Et le plu grand nombre devrait sortir de l’extrême pauvreté pour devenir des consommateurs de masse ? Et ainsi continuer à épuiser les resources planétaires….
    Et les entreprises multinationales continuer à payer études et consultants pour accréditer des théories culpabilisantes envers les individus, qui eux-même pour se rassurer et racheter leur bonne conscience vont trier les nombreux déchets de leurs achats hyper équitables et biodurables labellisés par les mêmes consortiums.
    Et je ne parle même pas de la situation actuelle au regard du pouvoir pharmaco financier mondial, et des nouveaux dangers à s’exprimer… Ou que ce soit !!!

    Après tout si on continue à consommer des trucs inutiles pour combler la sensation de vide et de malaise intérieur des couches moyennes dans un système qui gère les comportements humains comme un berger gère son bétail, et bien ce n’est effectivement que le début….

    Écrit avec beaucoup de bienveillance et de douceur, persuadée que d’autres voies existent, dans un vrai unité humaine, sans pensée unique.

    Continuons à réfléchir, à étudier, à partager, à informer et à se faire nos opinions, à les laisser évoluer dans l’enrichissement de nos vécus et de nos partages sincères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *