Les glaces fondent plus vite que prévu, et le réchauffement pourrait devancer les prévisions du GIEC

Le climat évolue-t-il comme le GIEC l’a prévu? L’année 2016 a battu des records de chaleur, et depuis, la température reste élevée, et les catastrophes climatiques foisonnent.

L’ancien conseiller scientifique principal du gouvernement anglais, prof David King, se déclare effrayé par la vitesse à laquelle le climat change: dans une interview donnée à BBC, il estime que la Terre change plus vite que prévu dans le cinquième rapport du GIEC publié en 2014. En particulier les glaciers et la glace marine fondent plus vite,  et des  événements météorologiques extrêmes se produisent aussi rapidement.

Par exemple, le glacier Malaspina en Alaska existe depuis la période glaciaire. La glace s’écoule sur un plateau. Ce  grand glacier fond, son épaisseur diminue tellement qu’il fait monter le niveau de la mer.

Malaspina Glacier 2016 copyright ESA

Le Gangotri, en Inde, est un des plus grands glaciers de l’Himalaya. Il constitue la principale source d’eau du Gange,  grand fleuve Indien.  Ce glacier recule d’au moins dix mètres par an. Il fond aussi en surface, et s’affine graduellement. Le Gange est la plus sacrée des rivières d’Inde. Il irrigue un tiers du territoire Indien et 450 millions de personnes.  La disparition de glacier aura des conséquences pour 40% de la population indienne.

Gangotri, India, 2019, copyright ESA

Un autre scientifique anglais, Andrew Shepherd, trouve aussi que les glaces fondent à une vitesse surprenante.

La mer Arctique était totalement gelée en été il y a cent ans. La banquise se réduit, à des nombreux endroits la glace épaisse de plusieurs hivers fond progressivement, se fracture, des courants chauds arrivent de l’Atlantique, et début septembre les 60-65% de la surface originellement gelée étaient libres de glace. Cela augmente immédiatement le réchauffement de la Planète.

Suite à cette interview, BBC a contacté les principaux auteurs du rapport du GIEC qui pour la plupart estiment que le réchauffement se produit en accord avec les prévisions.  Il semble que le GIEC suive la politique d’une opinion unique, unanime pour tous ses membres.  A ma connaissance, leurs derniers calculs s’arrêtent en 2015, sans inclure ces dernières années très chaudes.  Elles pourraient un jour prouver que le réchauffement accélère.

Certains événements récents n’ont pas été prévus par les modèles climatiques. Les scientifiques ont relevé la fonte sévère de glace aux pôles, car les glaces Antarctiques fondent aussi plus vite qu’anticipé, les feux de forêts en Arctique,  le changement climatique en Tasmanie, et les deux grands cyclones survenus au Mozambique cet été.  Ces deux ouragans constituent un événement sans précédent,  qui a provoqué l’inondation d’une grande partie du pays, la destruction des habitations et des routes, et la rupture de l’approvisionnement électrique.

John Church, un des principaux climatologues Australiens, déclare que le réchauffement est à peu près au niveau des prévisions les plus pessimistes, alors que selon son collègue King, il les dépasse même (d’après Harrabin, BBC). David King estime que la fonte de la glace du Groenland et Antarctique n’a pas été prévue correctement. La perte de la banquise accélère le réchauffement de la Planète, et la disparition des glaciers du Groenland et Antarctique provoque la montée du niveau de la mer.

Les glaciers suisses, comme partout ailleurs, s’amenuisent plus vite que prévu.

Cela signifie que les événements prévus par le GIEC, tels la mort des coraux, des poissons tropicaux, les inondations généralisées, les catastrophes touchant des pays entiers se produiraient à la date prévue, ou même plus tôt.

Le prof King suggère donc à l’Angleterre de réduire les émissions de carbone dix ans plus tôt que prévu.  C’est valable pour toute la Terre, nous devons réduire les émissions de carbone au plus vite pour éviter de graves dangers.

Modifié le 21 septembre 2019

 

 

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

86 réponses à “Les glaces fondent plus vite que prévu, et le réchauffement pourrait devancer les prévisions du GIEC

  1. Le régime des précipitations dans le monde et en Europe, aurait changé selon les météorologues et ce n’est pas fortuit. L’ajout de l’augmentation des températures moyennes permet dès lors d’émettre des hypothèses sur les possibles conséquences dont certaines sont déjà rapportées (cours d’eau, hydratation des sols, nappes phréatiques, cultures, refroidissement des centrales nucléaires, etc.). Nos politiciens vont devoir en tenir compte, pour le bien de tous. Cela ne va pas être facile et la résolution de cette nouvelle équation sera complexe.

  2. Toutes sortes de phénomènes imprévisibles vont sans doute se produire ces prochaines années. Les scientifiques s’avouent de plus en plus dépassés par l’ampleur et la vitesse des transformations en cours. Pour ma part, je pense que seul un miracle pourra encore nous sauver si on n’agit pas très rapidement de façon vraiment efficace pour enrayer le réchauffement climatique.

  3. Bonjour,
    Je n’ai aucune confiance aux gouvernements des pays industrialisés pour vouloir atténuer le réchauffement climatique et ses conséquences désastreuses sur nous tous. Il n’y a aucune volonté politique vraiment sérieuse à l’heure actuelle. Il n’y a que du bla bla bla !!! Je ne crois pas au miracle, alors préparons-nous à subir, tous ensemble, les conséquences de l’inaction des gouvernements.

  4. Fake News comme d’habitude: il faut juste consulter les relevés des satellites pour constater exactement le contraire.
    Bien sûr que nous vivons dans une phase d’optimum climatique, mais qui n’a rien d’exceptionnel dans l’histoire et personne n’avait encore mesuré avec exactitude les changements comme aujourd’hui et donc que nous ne pouvons comparer avec les précédents.
    Je rappelle au passage que le Sahara a perdu sa verdure et sa bio diversité en quelques générations seulement bien avant la révolution industrielle !
    Les années chaudes 2015-2018 sont juste la conséquence de El-Nino, phénomène encore mal compris par le GIEC qui ne comprend pas grand chose au climat !
    Les projections ne sont pas encore possibles avec des mesures insuffisantes sur quelques décennies uniquement !

    1. Vu de la verte Helvétie, le changement climatique peut sembler une bonne blague mais allez demander aux populations du Groenland et du Grand Nord ce qu’ils en pensent. Le jour où les glaciers alpins auront disparu et où les forêts de plaine agoniseront, victimes des hautes températures et de la sécheresse peut-être cesserez-vous enfin de rigoler. Dans le sud de l’Espagne, des forêts entières ont disparu en quelques années, victimes de la hausse des températures. Les signes du changement climatique sont partout. Mais il semble bien qu’en Suisse certains seuils critiques n’ont pas encore été franchis. Les Alpes, j’en suis persuadé, nous réservent encore pas mal de mauvaises surprises. Souvenez-vous de Randa. Cela n’était qu’un petit appéritif…

      1. Eclairé depuis le néant, en effet. Il est mort en 2007. Heureusement pour lui, il en est moins ridicule. Et à part un blog poussiéreux, vous auriez une référence sérieuse et crédible ?

          1. La direction de 12 thèses, pour un chercheur soi-disant brillant, ce n’est vraiment pas impressionnant… il aura trouvé plus d’audience et de gloire en déniant les travaux de sa communauté scientifique toute entière. Savez-vous combien il existe de sites similaires à celui-là, qui disent exactement le contraire de votre antique climatologue ? Et des chercheurs vivants et en activité, encore. Pas ayant soutenu leur thèse en 1973 (!).

          2. Ses travaux n’ont PAS été démentis. Si vous trouvez des sources sérieuses indiquant le contraire, citez-les. La moquerie n’est pas un argument scientifique.

          3. @MADFISCH. Je vous suggère de proposer au FNS cette nouvelle méthode d’évaluation des chercheurs : prenez une poignée de personnes qui ne connaissent rien au sujet, demandez-leur de “taper le nom” des scientifiques en question (sur un moteur de recherche, je suppose) puis de décider si leurs travaux sont sérieux ou non. Que nous sommes bêtes, nous scientifiques, de nous acharner à publier dans des revues à comité de lecture, à faire éprouver nos résultats par nos pairs, à soumettre nos théories à la communauté scientifique ! Il fallait juste y penser. Quel gain de temps et d’argent ce sera. Merci !

          4. « Pas démentis »… Mon Dieu quelle tristesse. En fait, vous ne lisez VRAIMENT que ce qui vous arrange. Pour ma part, j’arrête de perdre mon temps avec les trolls climatosceptiques de cette page. Penser que vous voulez, après tout.

          5. Idem. Les pédants ne font que répéter ce qu’ils lisent dans les médias, sont incapables de soutenir un quelconque débat ou de chercher une archive ( pour votre info, les archives suisses du climat des Alpes qu’on ne peut accuser ni de trolls ni de climati-négationistes concordent complètement avec les observations de R. Vivian. Au revoir, inculte monsieur.

          6. Je n’avais pas compris que vous lanciez un concours, mdr…..et en quoi écrire est-il une preuve de la véracité de vos arguments ? Ou une preuve de fausseté des archives que je cite? Vous avez un côté amusant…..j.ai compris qu’avec toutes les études que vous avez faites vous avez envie qu’on vous admire…bonne suite. En fait, vous ne lusez pas les arguments avancés, muré dans vos certitudes. C.est dommage, cela ferme tout débat. On peut avoir fait beaucoup d’etudes et avoir néanmoins les idées arrêtées et ne plus progresser….mais on s’éloigne du sujet ! Bonne suite, Monsieur et sans rancune. N’oubliez pas de consulter les archives suisses citées.

          7. Je répondais simplement à vos insultes et vous l’avez vite oublié. Votre impolitesse se double à présent de malhonnêteté. Je comprends pourquoi…
            Les archives suisses constituent très certainement un ouvrage de qualité. Mais si elles ne tiennent pas compte des résultats des sciences climatologiques de ces dernières années, je doute fort qu’elles aient quoi que ce soit de pertinent à dire sur la gravité des changements climatiques. A bon entendeur.

          8. Les insultes ? Inculte n’est pas une insulte. Par contre, essayer de me “fermer la g” n’est guère le signe d’un caractère équilibré. Au revoir. Je ne lirai pas vos réponses, nul besoin de vous fatiguer.

    2. Pendant longtemps, le Groenland a été un vaste paturage. Et puis, le climat de cette île a changé et les glaciers ont envahi cette île si verdoyante précédemment.
      Pourtant, à ma connaissance, personne n’a remarqué une baisse du niveau de la mer en liaison avec la “glaciation” du Groenland.
      Nous avons connu vers l’an 1000 un optimum climatique semblable. Remarquons au passage que l’on parle pour cette époque d’un “optimum” c’est à dire d’une situation particulièrement favorable à l’humanité.
      Je remarque aussi que récemment des pluies sont tombées en abondance dans des lieux désertiques.
      En réalité, le climat de la planète est variable et, vraisemblablement, une partie de cette variabilité est due à l’action humaine mais certainement pas complètement. Comment comparer les émissions d’un pays avec celles d’un système volcanique ? Sait-on expliquer les raisons des grandes variations passées du climat terrestre ? Pas totalement. On constate ce qui a changé mais sans distinguer complètement les causes et les effets.
      Soyons humbles.

      1. Je crois que seule une petite partie du Groenland était verte au Moyen-âge, sur la majeure partie la glace est très ancienne

        1. Les différents forages dans la calotte du Groenland ont montré depuis longtemps que ces glaces ont plusieurs dizaines de millénaires. Les ahuris qui radotent lrs sottises climato-sceptiques devraient lire la littérature scientifique peer-reviewed.

          1. Et ces forages ont également montré, comme l’affirme les scientifiques dans cet article sur les carottages du Groenland, que la terre est sortie de la dernière glaciation EN QUELQUES ANNEES, contrairement à ce que prétend Monsieur Eastes. https://www.france-science.org/Le-climat-a-bascule-de-facon.html
            (et c’est certainement du peer-reviewed. vu le site qui le publie). De souligner ceci ne fait pas de moi un climatosceptique, pas plus que de citer les archives suisses. Il faut se tenir informé, et être sûr que ce qu’on dit est juste. Et affirmer le contraire sans preuve ne rend pas les intervenants de ce blog crédible.

          2. @FM. Non seulement vous mélangez tout (votre papier ne prouve en rien ce que vous avancez par ailleurs) mais en plus vous mélangez vos différents pseudos. L’astroturfing est une ficelle devenue un peu grosse. Pensez au moins à modifier vos expressions d’un profil à l’autre.

            Le plus drôle est que vous ne vous êtes même pas rendu compte que le lien que vous proposez ne conduit qu’à une page de titre. Sans quoi vous auriez cité l’article original de Science direct : https://science.sciencemag.org/content/321/5889/680.abstract

            Et là, vous vous seriez rendu compte que, parmi les auteurs, on trouve la co-présidente du groupe n°1 du GIEC (ainsi que Jean Jouzel, Nobel de la paix pour sa participation au même groupe). Alors si ce papier avait la moindre chance de minimiser en quoi que ce soit le rôle de l’homme dans le changement climatique, il contredirait la thèse que les auteurs eux-mêmes portent haut et fort depuis des années sur la base d’une expertise qu’il serait difficile de leur dénier.

            Mais on est habitué aux gens qui croient tout savoir en ne lisant que les titres des articles. Si vous n’êtes pas abonné à Science direct, allez au moins voir ce résumé : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/climatologie-derniere-glaciation-arretee-moins-an-15970/

          3. Vous avez commencé par me dire que jamais le climat n’avait changé aussi vite qu’aujourd’hui. Je vous ai corrigé en expliquant que le CNRS démentait votre affirmation, ce que vous venez involontairement de confirmer. Vous aviez tort. Vous auriez pu économiser des pages de prose incendiaire. Après j’ai cité un glaciologue au sujet des glaciers, et vous êtes reparti sur votre délire obsessionnel au sujet de mon supposé scepticisme. Mais vous n’êtes ni glaciologue, ni climatologue. Votre avis ne vaut pas un pet de plus que le mien. Et je me contrefous de vos divagations sur mes supposés pseudos. Vous me voyez partout ? ….attentioooon, je vais vous jeter un soooort.

          4. Est-il intelligent de se bagarrer comme des enfants de 5 ans ?
            Que ceux qui prennent cet espace pour un ring s’arrêtent immédiatement..

            Merci à tous ceux qui se sentent visés.

          5. D’un côté, il y a la science peer-reviewed, qui devrait s’imposer à tous les esprits rationnels.
            De l’autre, il ya les petits vecteurs des ” Marchands de Doute ” ou des ” Kochlandais ”.
            Pour comprendre lire Kochland (en anglais)
            et Marchands de Doute. Certains radoteurs sont dans cette catégorie sans le savoir. D’ailleurs le scepticisme, vous l’avez sans doute remarqué, n’est jamais appliqué par ceux qui s’affirment climato-sceptiques à eux-mêmes.
            Je crois qu’il y a chez certains une dimension bien plus inquiétante : la perversion narcissique. Dans ce cas, la discussion est inutile. Voir ce lien:
            http://www.perversnarcissique.com/test-pervers-narcissique/.

        2. Je suis d’accord avec vous sur le fait que le Groenland comportait des glaciers en altitude.
          Mais, pourtant il y eut un changement climatique tel que les habitants durent quitter l’île car ils ne pouvaient plus trouver assez de nourriture pour leurs animaux.
          Donc, comment expliquer cette baisse des températures ?

          1. Monsieur Masson, êtes-vous par un aimable hasard le Jean-Michel Masson biologiste? (J’ai des observations d’animalcules filmés dans des gouttes d’eau que je n’arrive pas à identifier) Dans ce cas, sauriez-vous m’indiquer où je peux trouver des sites d’identification de protozoaires et autres unicellulaires, même si ça n’a rien à voir avec le sujet de ce blog? Merci!

        3. Oui certes, mais il reste à expliquer pourquoi assez brusquement le climat du Groenland est devenu très froid rendant l’élevage impossible.
          Par ailleurs, on a connu une optimum climatique au moyen-âge puis au contraire une période de refroidissement qui, in fine, peut être considéré comme un (évidemment pas le seul) des éléments déclencheurs de la révolution de 1789.

      2. Non, je n’ai pas lu “l’article” de ce monsieur, et ce pour plusieurs raisons :
        – C’est un texte publié sur un minable blog antédiluvien (à l’échelle de l’évolution des connaissances sur le sujet) et pas un article peer-reviewed, donc pas un article scientifique validé par ses pairs, comme se doit de l’être tout papier sérieux. Perdez votre temps à lire des fadaises si vous le souhaitez, pas moi.
        – La question du climat est trop complexe pour qu’il soit possible de fonder un avis objectif sur la base d’UN SEUL article. Le travail du GIEC est justement de compiler l’ensemble de la littérature (peer-reviewed) pour formuler ses conclusions.
        N’est pas scientifique qui veut.

        1. Il semblerait que vous ayez surtout retiré de vos études, pour vous paraphraser, une science arrogante, condescendante, et un argumentaire entièrement basé sur le dénigrement. Au fait, rires, ce n’est pas sur mon article que vous avez répondu, mais…j’ai reconnu que votre sympathique et convaincante réponse était destiné à ma récente question. Le Monsieur cité était un de vos collègues et vous avez participé à des séries de conférences ensemble. En plus d’être aimable, vous avez une mémoire éloquente.

          1. Cher Monsieur. C’est bien à vous que s’adressait ma réponse et elle vous est parvenue, c’est là l’essentiel. Le procès en arrogance et en condescendance étant désormais un classique de l’arsenal argumentatif des climatosceptiques, je ne me formalise non seulement pas de votre critique mais en outre la prévoyais.
            Ma science n’est pas arrogante, elle est en colère. Des dizaines de milliers de chercheurs effectuent depuis des décennies des recherches ultra-pointues dont les résultats sont de moins en moins contestables, et on continue à voir des gugusses deviser sur la réalité du changement climatique, sur la gravité de ses effets ou la responsabilité de la civilisation thermoindustrielle dans cette tragédie. Et ce, à coup de de références moisies qui n’ont rien de scientifiques.
            Si vous souhaitez argumenter sur le terrain de la science, faites-le convenablement, c’est tout. Sans quoi, souffrez que l’on vous reproche de chercher à consolider votre opinion pré-établie avec tout ce qui vous tombe sous la main, et que l’on vous accuse de mauvaise foi. Ce n’est pas de la condescendance, c’est de l’exigence intellectuelle.
            La science est arrogante lorsqu’elle entend imposer des technologies comme le nucléaire, les OGM, la 5G ou l’intelligence artificielle dans nos décisions quotidiennes. Ici, l’enjeu est tout autre : il s’agit ni plus ni moins de notre survie et de celle de nos enfants. Elle est arrogante lorsqu’elle prétend savoir alors qu’elle ne sait pas. Or sur ce sujet, on s’aperçoit de plus en plus souvent que les prévisions du GIEC sous-estiment régulièrement le problème.
            Colère donc, oui, contre les gens comme vous qui, à force de scepticisme dévoyé et de pusillanimité, retardent chaque jour à la fois la prise de conscience de l’urgence, et la possibilité d’entreprendre des actions salvatrices. Que des milliers, voire dizaines de milliers, de scientifiques se mobilisent dans les médias pour signer des tribunes de plus en plus alarmantes ne vous inquiète-t-il donc pas plus que cela ? Si vous croyez en votre Robert Vivian, dont toute la littérature scientifique actuelle infirme les positions, pourquoi ne faites-vous pas confiance aux 10’000, aux 100’000 autres, si ce n’est parce que vous avez déjà décidé à quoi vous vouliez croire ?
            Acceptez, dès lors, que l’on finisse par vous rire au nez.
            Pour le reste, je ne connais pas ce Vivian et je ne vois pas trop comment nous aurions pu être collègues. Si j’ai par ailleurs eu un jour l’occasion de prononcer une conférence dans le même cadre que lui, ce dont je n’ai pas connaissance, je ne vois par ailleurs pas très bien ce que l’on pourrait en déduire. Avec ce genre d’arguments, on risque bien de continuer à dire n’importe quoi.

  5. Le GIEC n’est donc pas fiable, malgré son consensur de 15000 scientifiques? Si leur calculs ne sont pas fiables, cela tendrait à montrer que l’homme n’est pour pas grand chose dans ce réchauffement; ce type de changement climatique soudain a déjà eu lieu par le passé, en temps historiques, bien documenté dans diverses archives, sans intervention humaine…….si les savants calculs du GIEC sont basés sur nos émissions de CO2, et qu.ils se trompent à ce point, c’est que le réchauffement n’est pas principalement anthropique….

    1. Il est toujours très drôle de constater que ceux qui critiquent les conclusions du GIEC en évoquant les évolutions passées du climat n’ont pas réalisé que ce sont les mêmes chercheurs qui ont démontré ces évolutions passées. Soyons logique : soit ils ont raison partout, soit ils ont tort partout. Et pas seulement là où ça vous arrange.
      Et au fait, non, des évolutions aussi rapides n’ont pas été observées par le passé. Et oui, l’origine anthropique du phénomène est particulièrement bien documenté. Même si cela vous dérange.

      1. Il conviendrait de mieux vous renseigner; selon les documents du CNRS, la Terre est sortie de la dernière glaciation en QUELQUES ANNEES, pas des dizaines, mais juste quelques années. Et comme cela s’est passé sans aucun CO2 anthropique, au risque de vous contrarier, il est illusoire de penser que ce réchauffement (bénéfique, sinon nous serions toujours dans le Petit-Age glaciaire et sa cohorte de malheurs et de famines, de villages engloutis et de crues glaciaires, serait principalement dû à l’homme. Et voici pour vous un reportage de 1978 qui devrait vous faire aimer ce réchauffement…https://www.youtube.com/watch?v=eq6fDa9JrzQ&feature=share&fbclid=IwAR1424wTtXumYqxp5oLn6IrCrwQgnt1DpzAEGGFPfDDqFgziU6X9_ry3yiY

        1. Est-ce qu’on pourrait arrêter avec cette histoire “d’archives du CNRS” ? Ca ne veut rien dire et ce n’est pas ainsi que la science se construit. Ras-le-bol des apprentis-chercheurs qui croient qu’il suffit de lire une page Wikipedia et d’ouvrir un compte Facebook pour être expert d’un sujet scientifique.
          Citez-nous un papier récent dans une revue à comité de lecture sérieuse et on en reparle. Mais lisez aussi les papiers sur les climatosceptiques et leur pseudo-arguments sur “le passé de la Terre qui prouverait que l’homme n’est pour rien dans le changement climatique actuel”. C’est bien documenté. Par l’article du Temps que FREDMOL vous a cité, par exemple. Si si, lisez !
          Eh oui, à force, les climato-dénialistes ont fini par devenir de véritables objets d’étude pour la science. Et vous vous rendez de plus en plus ridicules en n’acceptant pas d’admettre que vous vous êtes fait berner.

      2. “Et au fait, non, des évolutions aussi rapides n’ont pas été observées par le passé.” Merci d’avoir admis le contraire dans votre dernier message! Car il est important de dialoguer sur des faits et non des doctrines! Bonne journée! FM (je n’ai pas plus de pseudos que vous, REE et FM étant exactement au même niveau)

        1. Vous commencez vraiment à être lourd. Et au moins aussi fort pour refaire l’histoire de notre échange que pour refaire l’histoire du climat. Que vous soyez climato-machin ou pas, vous dites des bêtises qui servent la cause du climatoscepticisme, alors je réagis, c’est tout. Il faut dire que si vous vous exprimiez d’une seule voix au lieu d’essayer de donner l’impression que vous n’êtes pas seul à défendre vos positions, on y verrait plus clair.
          A ce sujet, non, le niveau n’est pas exactement le même : par souci de transparence, je suis passé de REE (qui sont mes initiales et que j’utilise très souvent) à mon identité complète, quand vous passiez dans le même temps d’un pseudo cryptique au initiales inversées dudit pseudo. Cherchez l’erreur.
          Ceci dit, il est fort possible que si nous nous étions rencontrés dans la vraie vie, notre échange aurait été plus amène et enrichissant. Ces espaces d’expression et d’éructation ont ceci de frustrant qu’ils ne permettent pas un véritable dialogue, stimulent l’animosité et la défiance. Et il est exact que l’on finit par ne plus savoir de quoi on parle et pourquoi on argumente. Pour remédier à cette dérive, je vous propose de vous offrir un verre ou un café un jour prochain si vous résidez en Suisse romande. Nous nous exposerons nos arguments, échangerons sur ce que nous savons ou croyons savoir, nous mettrons d’accord sur quelques points et construirons notre désaccord sur les autres. Je ne doute d’aucune manière que vous ayez des choses à m’apprendre (tant que vous n’essayez pas de me convaincre que les théories de Vivian sur le climat était fondées). Contrairement à moi, vous savez comment me joindre en privé.

          1. Merci de l’invitation, bien que je ne vois pas ce que cet échange pourrait avoir de positif, après les ahurissantes réactions auxquelles j’ai eu droit! J’ai dit que vous vous trompiez et que le climat avait déjà varié plus rapidement auparavant selon le CNRS. J’avais raison, vous aviez tort! et pourtant vous vous êtes permis de m’incendier , moqueries et condescendance à l’appui, message après message. Ensuite, j’ai cité un glaciologue à propos des glaciers, et là j’ai eu droit au dénigrement de sources, sans même que vous connaissiez ce scientifique ou que vous ayez lu l’article, avec à nouveau moqueries et condescendance. Vous pensez vraiment que j’ai envie de vous rencontrer? J’ai compris que vous ne vous prenez pas pour la queue d’une poire, et que vous gagnez votre vie sur des théories bidon sur des gens qui ne croient pas tout les yeux fermés. Vous m’êtes éminemment antipathique et je vous trouve pathétique. Je décline bien sûr votre invitation (bien que mon côté facétieux me soufflerait à l’oreille de vous tendre un lapin) (mais avec le coronavirus, vous plaisantez, je pense). Adieu, donc. Je sors de ce blog à regret…..Merci Dorota de m’avoir permis de m’exprimer sur votre blog! Au revoir Monsieur Masson le pervers narcissique (ça se soigne) et bon courage aux autres!

          2. Peut-être nous sommes-nous mal compris mais je ne crois pas. Si vous avez évoqué Vivian, ce n’est pas pour ses écrits glaciologiques mais climatosceptiques (http://virtedit.free.fr/article.html). Un texte dont je vous ai reproché à la fois l’inexactitude du contenu et l’absence de crédibilité scientifique. A partir de là, vous pouvez réécrire l’histoire si vous voulez, cela n’a pas d’importance.
            Je regrette tout de même que vous ayez décliné mon invitation. Vos raisons sont compréhensibles. Cela nous aurait peut-être donné l’occasion de remonter dans nos estimes réciproques. Nous considérer mutuellement comme pathétiques est donc une chose que nous conserverons en commun. En toute sincérité, je le regrette.

      1. Monsieur Masson, vos arguments tant scientifiques qu’historiques sont particulièrement convaincants ! Je vois que l’idéologie s’est substituée aux archives….

        1. C’est “Monsieur Masson” l’idéologue ? C’est la meilleure. Vous écrivez n’importe quoi, enfermé dans vos petites certitudes, ne retenant de ce que vous pouvez lire que ce qui vous arrange, et c’est nous qui devrions nous documenter ? Nous seulement vous êtes un vecteur naïf et pitoyable de l’agnotologie, mais vous ressassez en boucle des arguments minables. Lisez donc ceci, on y parle de vous et de vos semblables, de plus en plus rares : https://www.letemps.ch/sciences/manuel-resistance-climatoscepticisme

          1. Nous somme dans une période qui se appel maximum climatique modern et ceci rien avoir avec le CO2, c est une appellation uniquement lier a l activités solaire. Et on se étonne que ca se réchauffe ? Puis juger d un avis scientifique uniquement parce que ça passe dans un magasine. Mais où va-t-on. On s instruit avec des magasines maintenant ? Et après ça se la joue critique mais ça sais juste lire les gros titre. Il n y a plus d esprit critique, plus de débats, il n y a plus que des moutons sur-assisté par leur téléphone. Quand un être vivant doit s adapter a son environnement il évolue. Quand c est l environnement qui s adapter au vivants. Ces derniers n évoluent plus. Le monde entier sait s adapter au changement . Sauf l économie humaine . Et c est juste ça que les ecolo veulent sauver. Et les moutons ignorants suivent

          2. @Achille. Votre culture du système climatique semble à la hauteur de votre niveau en orthographe. Le rôle de l’activité solaire est parfaitement documenté, c’est pourquoi nous savons qu’elle n’est pour rien dans la situation actuelle. Elle serait seule cause du changement climatique et cela aurait échappé à 15’000 spécialistes du climat ? Et dans le cas contraire, quel intérêt auraient-ils à alerter le monde sur une menace imaginaire ?
            Si nous citons des magazines qui relaient les travaux scientifiques, c’est parce que des gens comme vous ne lisent pas la littérature issue de la recherche. Et pas non plus les rapports du GIEC. Mais apparemment, vous ne lisez pas les magazines non plus. Facebook, peut-être ?

      2. Je suis abasourdi par l’intelligence de vos arguments. Faudra vous trouver d’autres honnêtes gens à vous mettre sous la dent. Je pars d’ici! Bonne suite.

  6. Le commerce mondial ralentit, la récession n’est pas loin, la crise de 2008 se profile à nouveau, les banques centrales ne savent plus quels leviers actionner pour favoriser la croissance … on nous paie pour emprunter, on doit payer pour épargner, pour favoriser les investissement, les prévisions de l’OCDE sont alarmistes …. En réalité, personne ne veut que la grande machine s’arrête ou ralentisse même un peu, le business, sauveur d’emplois est la seule vérité, il faut prévenir, à juste titre, les fractures sociales, les conflits, les révolutions, la situation géopolitique est fragile et peut devenir explosive. Tous les intérêts sont à ménager pour éviter un grand collapse. Il faudrait pourtant taxer pour les émissions, supprimer des pesticides, fermer des autoroutes ou ne plus en construire. Les voitures aux GPL, les voitures électriques, le chauffage au gaz, tout cela pollue trop ou plus encore qu’imaginé. 2/3 de nos consommations sont inutiles, néfastes pour notre santé ou répondent à des envies de luxe. Supprimer tout ce superflu, on ferme alors des usines, des entreprises, on perd des emplois, la croissance, la bourse flanchent. La quadrature du cercle…. On parle de réchauffement climatique partout, mais la dégradation de l’environnement, la pollution air, eau, sols, la perte de biodiversité, etc, ne doivent pas être oubliés, surtout pas, les enjeux sont pire peut-être pour la planète et les hommes. Il y a incompatibilité entre nos modes de vie occidentaux et environnement. Consommer moins, travailler moins, recentrer nos valeurs, nous adapter à la nature, reprendre nos vélos, manger vegan, bio, local, etc. Bonne journée sur la terre

    1. Quand on a pas d arguments on attaque l auteur n est ce pas? C est un maximun modern climatique mais pourquoi on donne de nom la?
      Quand a ma lecture je lis des livres. Et non des magazine car la plupart des découvertes on été faite entre 1800 et 1900 . Donc écris dans des livres pas de magazines. Plank. Newton. Lafargue. Aristote. Etc. N ont écrit que dans des livres. A l école on vous a instruit avec des livres pas des revues. Donc on connaît l activité solaire mais apparemment vous n y connaissez rien. Juste bon a dire que d autre le savent. Et que si ils le disent ils ont sûrement raison. Quel jugeote. Et pourquoi faire des alertes comme ça. Pour la tunes simplement. Car ça rapporte beaucoup et ça n a rien fait baisser du tout d un point de vue CO2. Et sinon si vous deviez choisies entre la voiture et la télé vous prendriez quoi? La télé sûrement bien que ça pollue presque autant que la voiture. Mais la télé ça sert juste a rien mais si indispensable a la vie de consommateurs. Vous avez raison je vous laisse vous instruire au travers des médias. Vous m excuserez je préfère quitter le troupeau j ai peur que l ignorance soit contagieuse. Et je répète l ignorance apporte la certitude et la connaissance amène au doute. Et vous êtes tellement sur de vous qu il n y a plus de doute

      1. Quel charabia… Aristote a étudié le changement climatique ? Mince, cela m’avait échappé. La plupart des découvertes ont été faites entre 1800 et 1900 ? Mais dans quel monde vivez-vous ? En 1900, Monsieur, on n’avait pas même découvert l’atome. Plank, Newton, Lafargue, Aristote… j’ai un peu de mal avec la chronologie. Quelle tambouille ! Et bien sûr, lorsque la communauté scientifique se mobilise pour avertir le monde de ce qu’elle constate, c’est uniquement “pour la tune”. Parce que les industries émettrices de carbone, elles, elles n’ont ABSOLUMENT rien à gagner à continuer. Merci pour cette brillante démonstration. Un parfait exemple d’auto-goal. Boomer.

        1. Quel preuve d inculture. Hippocrate 5eme avant JC. Parlais déjà du climat. Pour Aristote c est dans ” politique” livre 7 chapitre six. Qu il parle du climat. Mais la première théorie des climats est attribuée a Montesquieu. Et je ne faisais que citer mes lectures suite a des reproches. Sinon découverte de l électron en 1897. Lavoisier en 1770 divisait les molécules d eau et d air. En 1909 Robert William Wood démontrait que l effet se serre n existe pas. De nouveau un qui parle. Sur de lui. Mais sans connaissance , jet oui on trouve pas ça dans les magazines

          1. Excusez-moi mais… êtes-vous bien en train de comparer les travaux d’Aristote et d’Hippocrate à ceux de la communauté scientifique internationale actuelle ? Fichtre…
            Je conserve par ailleurs, à des fins d’encadrement, la phrase “l’effet de serre n’existe pas”. Dans tous l’arsenal d’arguments climatosceptiques qu’il m’ait été donné de voir, celui-ci est totalement inédit. Merci !

  7. Le commerce mondial ralentit, la récession n’est pas loin, la crise de 2008 se profile à nouveau, les banques centrales ne savent plus quels leviers actionner pour favoriser la croissance … on nous paie pour emprunter, on doit payer pour épargner, pour favoriser les investissement, les prévisions de l’OCDE sont alarmistes …. En réalité, personne ne veut que la grande machine s’arrête ou ralentisse même un peu, le business, sauveur d’emplois est la seule vérité, il faut prévenir, à juste titre, les fractures sociales, les conflits, les révolutions, la situation géopolitique est fragile et peut devenir explosive. Tous les intérêts sont à ménager pour éviter un grand collapse. Il faudrait pourtant taxer pour les émissions, supprimer des pesticides, fermer des autoroutes ou ne plus en construire. Les voitures aux GPL, les voitures électriques, le chauffage au gaz, tout cela pollue trop ou plus encore qu’imaginé. 2/3 de nos consommations sont inutiles, néfastes pour notre santé ou répondent à des envies de luxe. Supprimer tout ce superflu, on ferme alors des usines, des entreprises, on perd des emplois, la croissance, la bourse flanchent. La quadrature du cercle…. On parle de réchauffement climatique partout, mais la dégradation de l’environnement, la pollution air, eau, sols, la perte de biodiversité, etc, ne doivent pas être oubliés, surtout pas, les enjeux sont pire peut-être pour la planète et les hommes. Il y a incompatibilité entre nos modes de vie occidentaux et environnement. Consommer moins, travailler moins, recentrer nos valeurs, nous adapter à la nature, reprendre nos vélos, manger vegan, bio, local, etc. Bonne journée sur la terre!

  8. Dans le domaine du climat, il y a des risques de dépasser des seuils irréversibles au-delà desquels les phénomènes s’emballent. Ceux qui jouent à l’autruche sont des inconscients prêts à laisser le monde courir à la catastrophe plutôt que regarder les problèmes en face et s’y attaquer pendant qu’il est (espérons-le) encore temps. On ne peut qu’être solidaire avec tous ces jeunes qui manifestent une juste inquiétude, voire révolte, devant l’inertie et l’aveuglement des générations actuellement “aux manettes”.

  9. C est fou. Les mecs ne vérifient rien tellement ils sont sur d eux. L effet de serre n existe pas. Ce qui réchauffe c est le forçage radiatif. L effet de serre n existe pas. On se renseigne avant de dire des conneries. Je compare pas ces philosophe avec les savant actuelle. Je vais pas me répèter mais on m a dit que tout été découvert après 1900 ce qui est faux et je le prouve avec des fait réel. Je compare rien. On apprend pas avec des magasines ni des journaux . Mais avec des livres. Bref. Comme d hab. Zéro arguments. Juste des critiques sans fondement. Le maximun de l intelligence humaine était il a 4000 ans. Ces 100 dernières années rien n a été inventé. On a seulement améliorer ce qui a été inventer ou découvert dans les siècles passés. On reconnais bien ces bobo polotico-stupide qui juge, critique. Mais n ont aucune connaissance de rien et imagine que tout le monde est aussi ignorant qu eux. D’ailleurs ils vous faut une gamine autiste qui sèche les cours pour vous faire la morale. Quand il y aura des vrais arguments on en reparlera. D ici la. Vous emmetez juste du CO2 pour rien avec des postes aussi inutiles. Faire des critiques c est facile. Mais amenez de l eau au moulin c est trop vous demander.

      1. Physique quantique . Max Planck 1900.
        Relativité encore Planck 1905
        Une autre preuve de la stupidité humaine actuelle. Nos ancêtres pas si loin que ça utilisait les extrements pour faire de l engrais. Du combustible ,des matériaux de construction. Et maintenant on doit rééduquer les gens car qu est ce qu il font de leur extrements. Ils la mettent dans l eau potable. Faut savoir qu Tessin la voiture a été interdit jusqu en 1928 car ils trouvaient stupide de déplacer une tonne de métal pour 80kg de chaire. Ils étaient quand même beaucoup moins con que maintenant. J ai un peu tout mélanger mais vu ton taux de compréhension ça changera rien . Pis comme t es déjà au fond ça pourra pas être pire.

        1. @Dorota Retelska. Chère Collègue. Je me demande s’il est bien normal de valider des commentaires tels que le dernier post de ce “Achille”, qui font honte à la déontologie supposée présider aux échanges réalisés sur les blogs que nous tenons sur le site du Temps. Il me semble qu’il y a des limites à l’expression des désaccords. Merci par ailleurs pour vos articles salutaires.

          1. Vous demandez la censure de l’apparatchik….les publications d’Achille sont tellement loin du dogme que vous réclamez la fin de la liberté d’expression? Grave. Mais au moins vous dévoilez votre personnalité. Intéressant.

          2. Petit manuel du climatodénialiste sur Internet :

            – Je n’aime ni l’idée de changement climatique, ni les propositions qui sont faites pour le contrôler. Je troll donc un maximum de blogs sur le sujet.
            – On me le reproche au nom de la gravité de la crise environnementale et de ses conséquences actuelles et futures.
            – Je présente alors n’importe quel élément susceptible d’étayer ma thèse, mais surtout pas des références scientifiques sérieuses.
            – On me le reproche en opposant les travaux et les méthodologies de la communauté scientifique internationale.
            – Je me défends au nom de la lutte contre la “doxa”, la “pensée unique”, le “dogme” (argument bien connu des platistes également).
            – On me le reproche en arguant que dire le contraire de tout le monde (et des spécialistes en particulier) n’est pas un argument de véracité.
            – Je m’énerve et j’insulte. Je dis de plus en plus n’importe quoi.
            – On me le reproche et on réclame la modération des commentaires insultants, conformément à la charte du blog en question.
            – Je n’attendais que cela pour me réfugier derrière “la fin de la liberté d’expression”, la censure.

            Comme cela n’a pas pu vous échapper : mon commentaire ne portait pas sur le fond des publications d’Achille mais sur la forme. Achille a le droit de dire ce qu’il veut, autant que nous avons le droit de lui dire qu’il se trompe. Aucune atteinte à la liberté d’expression jusqu’ici. On lui demande simplement de respecter ses contradicteurs. Au moins, eux, s’expriment à découvert et pas cachés derrières des pseudos anonymes.

            Ce qui “en dit long sur leur personnalité”.

          3. Cher Monsieur, l’anonymat a ceci d’intéressant, c’est qu’il oblige, ou devrait obliger, à se pencher sur la sémantique des commentaires…..alors que si vous connaissez votre interlocuteur, vous avez forcément des à priori qui ne vous permettent pas de vous pencher de manière objective sur les idées exprimées. Je pourrais être un de vos collègues ou la petite mamie d’en face, il est clair que vous ne jugeriez pas les idées exprimées de la même manière. Voilà, bon dimanche.

  10. @FM. Tout à fait. Ce qui est l’exacte raison pour laquelle je considère qu’un commentaire insultant ne devrait pas avoir sa place dans un tel débat (ce que vous appelez censure).
    Mais allons plus loin : si l’argument d’autorité attaché au pedigree professionnel des interlocuteurs tombe (et j’aime bien cette idée), le débat devrait effectivement se recentrer sur les arguments. Dans une discussion politique, même clivante (l’accueil des migrants, le bio dans les cantines scolaires…), les arguments d’opinion se valent plus ou moins, aussi extrêmes soient-ils. L’échange que vous appelez de vos voeux, neutralisé du point de vue des positions sociales des personnes, peut avoir lieu.
    Mais dans un débat comme celui-ci, on parle de recherche scientifique, pas d’opinion. Ayant moi-même travaillé dans un laboratoire de sciences du climat, je ne peux pour autant pas prétendre avoir vérifié ‘par moi-même’ la gravité du changement climatique (même s’il suffit de voyager un minimum pour se rendre compte que cela ne va pas bien). Ce qui doit faire foi, c’est un système d’élaboration de la connaissance qui soit robuste et crédible. Et jusqu’ici, le moins mauvais que l’on ait inventé s’appelle la recherche scientifique. Elle a ses règles, très complexes, élaborées peu à peu depuis plus de 2 siècles (pensez aux médecins du malade imaginaire de Molière), qui permettent de savoir où il convient de porter son attention. Parfois subsistent des controverses scientifiques ; or même si on trouve de-ci de-là un climatologue critique des travaux du GIEC, il n’y a plus aucune de controverse scientifique sur le climat (il n’y a que les climatosceptiques qui cherchent à le faire croire).
    Alors quand on nous oppose un blog climatodénialiste, les travaux d’un chercheur mort il y a 13 ans et n’ayant encadré que 12 thèses de doctorat, ou même les archives de la Suisse, il est nécessaire de dire que cela ne fait pas le poids face aux centaines de milliers d’articles scientifiques publiées dans les revues à comité de lecture du monde entier.
    Notez que là aussi, et c’est intéressant, l’évaluation des papiers proposés aux revues scientifiques se fait de manière anonyme, justement pour les raisons que vous invoquez : les relecteurs ne savent pas qui les a écrits et les auteurs ne savent pas par qui ils sont évalués. Mais si le papier est mauvais, contrairement à ce qui se passe sur le fil des commentaires des blogs du Temps, il est tout simplement refusé.
    Et là non plus, ce n’est pas de la censure.

    1. Avez-vous lu l’article de Robert Vivian? (qui par ailleurs apparait dans les mêmes séries de conférences que vous à vos débuts) Et en quoi être mort en 2007 décribilise-t-il son travail?

  11. Je suis persuadé que nous vivons actuellement une période charnière dans l’évolution du climat de la terre. Il est indéniable que l’océan monte (il faut être prudent car les continents ne sont pas eux-mêmes totalement stables) de façon générale, que le taux de CO² augmente, ….
    Par contre, sait-on faire le distinguo entre ce qui ressort d’une évolution naturelle et ce qui est la conséquence des actions humaines ?
    La seconde question est plus fondamentale. Au temps de la dernière glaciation, un scientifique aurait constaté la hausse progressive des températures et aurait crié au changement climatique, ce en quoi il aurait eu raison. Question à laquelle je ne sais évidemment pas répondre: Est-ce une bonne ou une mauvaise chose que le climat évolue apparemment vers des températures plus élevées ?
    En d’autres termes, le climat terrestre se modifie (pour des raisons diverses, peu importe), peut-on avec certitude affirmer que demain sera pire qu’aujourd’hui ?
    Pendant la période du moyen-âge d’optimum climatique, la vie s’est améliorée car les productions agricoles ont augmenté, du coup, la population a pu croître, on a réussi à affecter une bonne partie des ressources à investir dans des cathédrales, des monastères, des châteaux….
    Par contre, pendant le petit âge glaciaire, les famines se sont succédé, la population a connu des temps très durs.
    Alors, pourquoi le réchauffement climatique que l’on vit actuellement devrait-il être obligatoirement mauvais pour nous ?
    Il ne s’agit pas de contester les faits, mais par contre, je m’interroge sur la qualification du devenir climatique. Finalement, sommes-nous capables de conclure quant à savoir si ses effets seront globalement positifs ou au contraire négatifs.
    Quelqu’un pourrait-il m’éclairer ?

    1. Cher Monsieur.
      Chaque effort pour comprendre la mécanique complexe du climat et les conséquences que les changements qui s’y déroulent pourraient avoir sur notre vie future sont respectables et votre démarche est extrêmement vertueuse. Les questions que vous posez sont du reste très pertinentes et fondamentales.
      Mais vous ne pouvez pas imaginer un seul instant que les dizaines de milliers de scientifiques qui travaillent depuis des décennies avec des méthodologies et des simulations ultra-pointues ne se les soient pas déjà posées depuis bien longtemps, et n’y aient pas déjà en très grande partie répondu. Sur la plupart de ces questions, il n’y a plus en effet ni doute, ni controverse.
      Pour vous en convaincre, je vous invite à parcourir n’importe quel rapport récent du GIEC qui, pour mémoire, ne prend pas de position sur les “solutions” mais se contente de faire une revue de la littérature scientifique dans son ensemble pour en tirer ce qui s’y trouve de plus robuste en termes de “faits”.
      Peut-être une lecture sur son mode de fonctionnement pourrait-elle aider. Vous trouverez, dans cet article, à la fois les critiques faites au GIEC et le décodage des journalistes du Monde sur le sujet : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/08/02/dereglement-climatique-les-cinq-critiques-recurrentes-adressees-au-giec_5495740_4355770.html – Une courte vidéo explicative est également disponible ici : https://www.youtube.com/watch?v=tk-QuMCbw2I
      Et pour décrypter le rapport du GIEC, ce site institutionnel par exemple me semble particulièrement bien fait : https://leclimatchange.fr/
      Dans aucune de ces conclusions, vous ne trouverez de positions non-alarmantes. Les raisons en sont expliquées très largement dans ces rapports. Notez également que le monde de la finance fait les mêmes prévisions, alors qu’il aurait beaucoup à perdre dans la transformation d’un monde qui lui réussit plutôt bien jusqu’ici : https://www.lesechos.fr/monde/europe/climat-leffrayante-cartographie-des-futurs-impacts-du-rechauffement-en-europe-1170541
      De nombreux sites climatosceptiques présentent eux-aussi des analyses de ces informations, en tirant d’autres conclusions. Mais elles ne résistent jamais à l’analyse scientifique rigoureuse. Elles en ont certes parfois l’apparence et il est difficile de s’y retrouver si l’on n’est pas spécialiste. C’est du reste leur objectif que de créer du doute dans l’opinion, relayés par des trolls sur les chats et les réseaux sociaux, comme on en trouve notamment un certain nombre sur cette page.
      Cela rend la tâche encore plus ardue. Mais au final, ce sera à vous de décider à qui vous choisirez d’accorder votre confiance.

      1. Merci infiniment Monsieur Eastes pour cette réponse, qui est parfaitement lumineuse en matière d’approche scientifique.
        Il est effarant de constater le degré d’ahurissement de certains intervenants sur cette page. L’imperméabilité aux évidences scientifiques peer-reviewed ne relève-t-elle pas finalement du déni ? Les psychologues aident les personnes endeuillées à surmonter la perte d’un être cher souvent niée dans le processus de deuil pathologique. L’attachement au moteur à explosion est en effet tel que certains individus n’imaginent pas sa disparition, même partielle.
        La réponse au déni d’acceptation de la réalité des changements climatiques anthropiques devrait peut-être cette dimension psychologique. Cela implique un travail sur soi-même pour comprendre pourquoi on nie parfois l’évidence jusqu’à l’absurde.

        1. Fichtre. On apprécierait que vous passiez autant de temps à lire la littérature scientifique qu’à rechercher des archives vieilles de plus de 20 ans. J’ignorais jusqu’à l’existence de cette page.
          Le Festival des sciences de Chamonix a régulièrement invité des glaciologues. Pour parler des glaciers. Ou ici, de l’observatoire Vallot. Aucun risque qu’il ait été invité pour autre chose que pour cette expertise, dont il disposait apparemment et à laquelle il aurait mieux fait de se limiter.
          Que je sois intervenu la même semaine pour effectuer, dans le cadre de ce festival de sciences, des expériences sur le lien entre chimie et lumière, me semble d’autant moins éclairer le débat qui nous occupe ici.

          1. Oui? auriez-vous zappé le sujet initial de nos échanges? J’ai cité un glaciologue au sujet des glaciers. Je n’ai aucune idée s’il était ce qu’on nomme aujourd’hui “climato-sceptique”. C’est vous qui êtes parti sur votre assertion que je suis climato-déni-machin et autres accusations gratuites, pour vous avoir signalé que le CNRS contredisait vos affirmations.
            Vous m’avez ensuite accusé de vous avoir insulté, alors qu’agacé, je vous ai traité d’inculte (eh oui, n’est pas omniscient qui veut, et si je ne sais pas beaucoup de choses que vous savez, je peux vous assurer que le contraire est aussi vrai)
            Répondre de manière aussi méprisante n’est certainement pas à votre honneur, ni à celui de la science.

      2. Merci de me répondre.
        Je dis simplement que ce ne sont pas des climatologues qui peuvent qualifier le futur climat de la terre.
        Oui, il y a changement et les climatologues peuvent nous éclairer sur le climat probable dans les prochaines décennies. (à long terme, tout le monde sera mort comme disait Keynes)
        Qui me dit que avoir deux, trois voire plus de degrés de température, peut-être moins de pluie ou au contraire davantage…. sera plus ou moins agréable ?
        A chaque changement de climat que la terre a connu, les êtres vivants, la végétation se sont adaptés. Ce sera encore le cas. Il est possible que l’homme ne puisse pas s’adapter (ou refuse de modifier son style de vie) et disparaisse de la terre.
        Oui, tout cela est possible.
        La seule chose dont je suis certain, c’est que le climat se modifie (peu importent d’ailleurs les raisons) et que notre environnement va évoluer. L’humanité si elle veut survivre devra s’adapter.
        Par contre, puisque nous savons dès maintenant que le climat change et plus vite qu’on ne pouvait l’imaginer il y a encore peu, nous devons tout de suite préparer notre adaptation. Comment pourra-t-on vivre avec de 1 à 10 mètres de hausse des océans, 4 à 5 degrés supplémentaires, de plus nombreux évènements brutaux (tornades, pluies diluviennes, grandes sècheresses, canicules…)… Comment pouvons-nous nous y préparer ? Faut-il laisser nos enfants réagir à ce qu’ils constateront ? Faut-il prendre des dispositions pour tenter de les protéger un peu ?
        Personnellement, j’ai deux réponses: premièrement, pousser la recherche pour modifier notre façon de vivre (et l’on rejoint un peu les écolos); deuxièmement, développer nos moyens de vaincre les peuples qui nous entourent et qui risquent de nous envahir, entraîner nos enfants à la guerre, aux conflits de survie. En sachant cependant que vers 2050, la population mondiale se réduira (sauf l’Afrique et le Moyen-Orient) et que la concurrence pour profiter des ressources sera moindre.

          1. On vous remercie d’avoir eu le courage de dévoiler votre souci. Nous essayerons d’être compréhensifs!

        1. Cher Monsieur. Quelques réactions rapides :

          1. A votre position selon laquelle “ce ne sont pas des climatologues qui peuvent qualifier le futur climat de la terre” : Je me demande bien qui, dans ce cas, pourrait le qualifier. Les climatologues élaborent des modèles qui sont testés sur les conditions du passé pour vérifier que les prévisions sont advenues dans le présent. Ces modèles sont toujours plus robustes et on peut affirmer que oui, les climatologues peuvent véritablement qualifier le futur climat de la Terre. Avec des scenarii, plus ou moins pessimistes, mais les trajectoires sont clairement identifiées en fonction des décisions que nous prendront dès aujourd’hui.

          2. A votre question “Qui me dit que avoir deux, trois voire plus de degrés de température, peut-être moins de pluie ou au contraire davantage…. sera plus ou moins agréable ?” : la question est très légitime. Elle a été posée et des réponses lui ont été apportées. Lisez les rapports du GIEC et vous constaterez que vous n’avez plus de raisons de douter du fait que ces degrés supplémentaires seront catastrophiques pour la biosphère.

          3. A votre avis selon lequel “le climat se modifie (peu importent d’ailleurs les raisons)” : non, pas peu importe. Car si nous en sommes responsables (et nous en sommes responsables), il est urgent d’agir en raison de l’argument n°2 ci-dessus.

          Mais je suis d’accord avec votre constat : nous devons nous préparer à nous adapter et aider nos enfants à le faire. Mais votre conclusion m’horrifie : “développer nos moyens de vaincre les peuples qui nous entourent et qui risquent de nous envahir” ??? “entraîner nos enfants à la guerre” ??? Mais dans quel monde vivez-vous ? C’est cela que vous voulez pour vos enfants ? La guerre et l’extermination des peuples qui nous entourent ? A moins que ce ne soient eux qui les exterminent ? N’aurions-nous pas meilleur temps d’empêcher ces catastrophes d’advenir en même temps que nous nous préparons à leur éventualité ?

          C’est au nom d’arguments tels que celui-là que l’on construit des prisons au lieu de construire des écoles. Quant à la technologie, non, elle ne nous sauvera pas. Depuis le temps qu’on la développe et qu’elle nous précipite dans le mur, ça se saurait.

          1. Merci pour vos réactions.
            Je ne suis pas si certain que vous que l’humanité ne pourra pas vivre facilement lorsque le climat deviendra beaucoup plus chaud. Toute l’humanité ne pourra pas survivre ? Oui, c’est possible.
            Dire que les climatologues savent prédire l’avenir est équivalent à dire que les météorologues savent prédire la météo du lendemain.
            Non, ils savent assez précisément quels seront les éléments fondamentaux du climat futur sans pour autant savoir prévoir de façon très précise. En d’autres termes, vous savez que les météorologues savent mieux prévoir la tendance du temps sur plusieurs mois que le temps dans 5jours.
            Les hommes n’ont-ils pas survécu à la dernière glaciation ? Vous (pas que vous) semblez toujours considérer que tout changement est a priori une mauvaise chose qui ne pourra pas être supportée par l’humanité.
            Vraisemblablement, certaines régions de la terre deviendront inhabitables (mais, le Sahara par exemple l’est déjà par exemple), d’autres non.
            Positionnons-nous sur les endroits les plus agréables !
            Quant à réagir aussi vigoureusement à mes derniers propos, vous vous leurrez. Il y aura des guerres de survie. Oui, il faut nous armer et nous préparer à des temps de conflits, de guerres, d’invasions, de génocides… Nos enfants doivent être informés et s’y préparer.
            Quant à espérer modifier l’évolution, c’est se prendre pour des dieux ! Il n’y a pas de commune mesure entre la puissance des éléments naturels et les forces humaines. On peut espérer peut-être que certaines actions limiteront certains effets. Mais, s’imaginer qu’en arrêtant (supposition toute théorique) de produire la moindre molécule de CO² permettrait modifier rapidement l’évolution climatique est pur rêve.
            Et pour conclure, si les scientifiques du GIEC ont raison (et pourquoi n’auraient-ils pas raison au moins partiellement), oui, on peut tenter quelques actions mais on doit surtout se préparer à la guerre de survie qui nous viendra tôt ou tard. ARMONS-NOUS !

          2. Oui, il vaut mieux construire des prisons plutôt que construire des écoles. Quand on se trouve en situation d’urgence (et nous y sommes pour le climat selon les scientifiques du GIEC), on doit tout d’abord s’occuper de survivre avant de penser au lointain avenir. Quand on attrape un virus même bénin, on commence par surveiller ses effets avant d’aller voir son assureur vie ou de commander un cercueil.
            Préparer l’avenir ? Mais, lequel ? D’abord pas le nôtre car il est déjà écrit. Celui de nos enfants ? C’est trop tard? Celui de nos descendants dans cent ans ? C’est encore trop tard ! pour ceux dans 10000 ans ? Les générations futures devront s’en préoccuper.
            Non, honnêtement, vous croyez vraiment que si demain il n’y a plus une seule molécule de CO² émise sur terre (je vais très loin) le climat de la terre sera modifié avant 50 ans ? Eh bien non.
            Ce que j’affirme et que vous craignez, c’est que la compétition pour la survie de chacun (Darwin est toujours présent) sera âpre. Donc, il faut s’y préparer et arrêter de former nos jeunes à l’angélisme et au pacifisme. Non, il faut les rendre vigoureux, durs au mal, courageux, prêts à se battre jusqu’au bout.

Répondre à CLAUDE BOURLIER Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *