L’aviation d’affaires confirme sa meilleure santé 

Depuis près d’un an les avionneurs spécialisés dans le marché de l’aviation d’affaires ont vu progressivement une reprise du segment des avions d’occasion, soit le signe traditionnel de la reprise d’une bonne santé du marché. D’une part les avions de petite taille et moyenne se vendent mieux, mais c’est autour des avions plus grands de retrouver un intérêt auprès de la clientèle.

Chez Dassault Aviation par exemple, David Feldzer responsable marketing confirme que le FALCON 7X, a vu ses stocks d’occasion chuter de manière significative, grâce à une forte demande dans le monde entier et particulièrement dans la région Asie Pacifique, où les opérateurs avaient montré peu ou pas d’intérêt pour les avions d’occasion.

Et la demande pour de nouveaux avions commence à se raffermir aussi. Toujours chez Dassault, le nouveau FALCON 8X continue de susciter un fort intérêt sur le marché, non seulement parmi les propriétaires actuels de FALCON, mais aussi parmi les opérateurs n’appartenant pas à la famille FALCON. Chez Bombardier Aviation, même son de cloche avec la famille des Global 5500, 6500 et une demande pour le tout nouveau 7500. L’avionneur canadien annonce également un intérêt important en Asie notamment à Singapour et en Chine. L’immense marché chinois, très convoité, était jusqu’ici freiné par le manque d’infrastructures et le ralentissement de l’activité économique. De son côté l’avionneur brésilien Embraer voit également ses ventes se renforcer et les livraisons de son Lineage 1000E, soit le haut de gamme ont débuté cette année avec succès.

Les marchés 

Outre le marché en Asie, on peut également apercevoir un renouveau sur le marché américain. En effet, les perspectives semblent particulièrement bonnes aux États-Unis, l’industrie des jets privés  profite de la récente réforme fiscale fédérale.

La situation en Europe reste variée, avec une demande faible dans les pays du sud de l’Europe et une activité plus forte dans la partie nord du continent. Les inégalités économiques restent encore importantes sur le vieux continent.

Du côté de l’Amérique Latine, la situation est encore ambivalente avec une augmentation de la demande au Brésil et au Mexique, mais assombrie par des incertitudes politiques et économiques persistantes de la région.

Diversification 

 Un secteur du marché qui attire particulièrement l’attention est le segment multi-missions. Les fabricants de jets voient une forte demande en ce qui concerne les avions de surveillance maritime  ou de guerre-électronique et de renseignement tactique (ELINT/SIGINT) basés sur une cellule de jet privés (Falcon 2000, Global 6000 ou G550). La demande concerne également la polyvalence des avions qui doivent pouvoir se transformer rapidement pour répondre à divers besoins (passagers, fret, évacuation sanitaire). A ce petit jeu le grand gagnant et l’avionneur suisse Pilatus avec son PC-24 idéalement adapté à ce genre de besoin. La forte demande du jet suisse est révélatrice.

La location

L’autre point fort du redémarrage de l’aviation d’affaires concerne la location d’avions avec notamment la fusions et acquisitions, notamment parmi les courtiers de location de jet privé. Les plateformes de réservation de jet privé en ligne, par exemple, ont observé une augmentation de leurs ventes de 51% en 2017 par rapport à 2016, avec une hausse des dépenses moyennes de leurs clients de 19,7%. Le rapport annuel sur les tendances de la location de jet privé indique également que les voyageurs en jet privé sont de plus en plus jeunes. L’âge moyen de ses passagers en 2017 était de 40 ans, mais il est descendu à 38 ans au cours de la deuxième moitié de l’année.

Photos : 1 Stand Gulfstream 2Intérieur G-550 Cessna Citation CJ4 @ P.Kümmerling

 

Pascal Kümmerling

Pascal Kümmerling

Né à Genève en 1970, Pascal Kümmerling a, depuis l'adolescence , pour passion le monde de l'aviation. Après une licence de pilote privé au Canada, licence pro et finalement instructeur. Avec plus de 3'000 heures de vols et une quarantaine d'élèves formés, Pascal se lance dans l'écriture à travers diverses publications aéronautiques, conférencier à ses heures.

Une réponse à “L’aviation d’affaires confirme sa meilleure santé 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *