OMM: la vague de chaleur du Nord-Ouest américain est due au réchauffement, qui pourrait être plus grave que prévu

Je retranscris ici le communiqué de presse de l’Organisation Météorologique Mondiale, qui confirme très officiellement ce que j’écrivais la semaine passée:

OMM: La vague de chaleur record dans certaines parties des États-Unis et du Canada à la fin du mois de juin aurait été pratiquement impossible sans l’influence du changement climatique d’origine humaine, selon une analyse d’attribution rapide réalisée par une équipe internationale d’éminents climatologues. Le changement climatique, causé par les émissions de gaz à effet de serre, a rendu la vague de chaleur au moins 150 fois plus susceptible de se produire.

Les régions du nord-ouest du Pacifique des États-Unis et du Canada ont connu des températures qui ont battu des records de plusieurs degrés, y compris un nouveau record de température canadien de 49,6 °C (121,3 °F) dans le village de Lytton – bien au-dessus du précédent record national de 45 °C. C (113°F). Peu de temps après avoir établi le record, Lytton a été en grande partie détruit dans un incendie de forêt.

L’Amérique du Nord a connu son mois de juin le plus chaud jamais enregistré, selon le bulletin mensuel du Copernicus Climate Change Service mis en œuvre par le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (ECMWF).

Chaque vague de chaleur qui se produit aujourd’hui est rendue plus probable et plus intense par le changement climatique. Pour quantifier l’effet du changement climatique sur ces températures élevées, l’étude d’attribution rapide a analysé les observations et les simulations informatiques pour comparer le climat tel qu’il est aujourd’hui, après environ 1,2°C (2,2°F) de réchauffement global depuis la fin des années 1800, avec le climat du passé, en suivant des méthodes évaluées par des pairs.

Les températures extrêmes rencontrées étaient bien en dehors de la plage des températures observées dans le passé, ce qui rend difficile de quantifier exactement à quel point l’événement est rare dans le climat actuel et combien il l’aurait été sans le changement climatique d’origine humaine – mais les chercheurs ont conclu qu’il aurait été ” pratiquement impossible » sans influence humaine.

L’étude a été menée par 27 chercheurs, dont des scientifiques d’universités et d’agences météorologiques au Canada, aux États-Unis, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suisse, en France et au Royaume-Uni, dans le cadre du groupe World Weather Attribution. Il s’agit d’une collaboration internationale qui analyse et communique l’influence possible du changement climatique sur les événements météorologiques extrêmes, tels que les tempêtes, les précipitations extrêmes, les vagues de chaleur, les vagues de froid et les sécheresses.

“Ce que nous voyons est sans précédent. Vous n’êtes pas censé battre des records de quatre ou cinq degrés Celsius (sept à neuf degrés Fahrenheit). C’est un événement tellement exceptionnel que nous ne pouvons pas exclure la possibilité que nous soyons en train de vivre des chaleurs extrêmes aujourd’hui auxquelles nous ne nous attendions qu’à des niveaux plus élevés de réchauffement climatique », a déclaré Friederike Otto, de l’Environmental Change Institute de l’Université d’Oxford.

“Alors que nous nous attendons à ce que les vagues de chaleur deviennent plus fréquentes et plus intenses, il était inattendu de voir de tels niveaux de chaleur dans cette région. Cela soulève de sérieuses questions quant à savoir si nous comprenons vraiment comment le changement climatique rend les vagues de chaleur plus chaudes et plus meurtrières”, a commenté Geert Jan van Oldenborgh de l’Institut météorologique royal des Pays-Bas.

Les chercheurs ont trouvé deux explications alternatives sur la façon dont le changement climatique a rendu la chaleur extraordinaire plus probable. Une possibilité est que, bien que le changement climatique ait rendu une vague de chaleur aussi extrême plus susceptible de se produire, cela reste un événement très inhabituel dans le climat actuel. Sécheresse préexistante et conditions de circulation atmosphérique inhabituelles, connues sous le nom de « dôme de chaleur », combinées au changement climatique pour créer des températures très élevées. Dans cette explication, sans l’influence du changement climatique, les températures maximales auraient été inférieures d’environ 2 °C (3,6 °F).

Tant que les émissions globales de gaz à effet de serre ne seront pas stoppées, les températures mondiales continueront d’augmenter et des événements comme ceux-ci deviendront plus fréquents. Par exemple, même si la hausse de la température mondiale est limitée à 2 °C (3,6 °F), ce qui pourrait se produire dès 2050, une vague de chaleur comme celle-ci se produirait environ une fois tous les 5 à 10 ans, ont constaté les scientifiques.

Une autre explication possible est que le système climatique a franchi un seuil non linéaire où une petite quantité de réchauffement global de la planète provoque désormais une augmentation des températures extrêmes plus rapide que celle observée jusqu’à présent – une possibilité à explorer dans de futures études. Cela signifierait que des vagues de chaleur record comme l’événement de la semaine dernière sont déjà plus susceptibles de se produire que ne le prévoient les modèles climatiques. Cela soulève des questions sur la capacité de la science actuelle à saisir le comportement des vagues de chaleur dans le cadre du changement climatique.

L’événement envoie un avertissement fort que des températures extrêmes, bien en dehors de la plage de température actuellement attendue, peuvent se produire à des latitudes aussi élevées que 50 ° N, une plage qui comprend tous les États-Unis, la France, certaines parties de l’Allemagne, de la Chine et du Japon. Les scientifiques avertissent que les plans d’adaptation devraient être conçus pour des températures bien au-dessus de la plage déjà observée dans un passé récent.

« Aux États-Unis, la mortalité liée à la chaleur est la première cause de mortalité liée aux conditions météorologiques, mais presque tous ces décès sont évitables. Les plans d’action contre la chaleur peuvent réduire la morbidité et la mortalité actuelles et futures liées à la chaleur en augmentant la préparation aux urgences liées à la chaleur, y compris les systèmes d’alerte précoce et d’intervention en cas de canicule, et en donnant la priorité aux modifications de notre environnement bâti afin qu’un avenir plus chaud ne soit pas mortel. – Kristie L. Ebi, Centre pour la santé et l’environnement mondial, Université de Washington.

“C’est incroyable de voir ce que nous avons réalisé en un peu plus d’une semaine, avec 27 scientifiques et experts locaux impliqués dans cette attribution rapide des instituts de recherche et des agences météorologiques. La combinaison des connaissances et des données de modèles du monde entier augmente la confiance dans les résultats de l’étude approfondie. ” – Sjoukje Philip & Sarah Kew, chargés d’études, Institut météorologique royal des Pays-Bas (KNMI).

Fin du communiqué de presse de l’organisation Météorologique Mondiale (lien): https://public.wmo.int/en/media/news/north-america-heatwave-almost-impossible-without-climate-change

L’OMM recommande donc d’adapter notre société à des températures bien supérieures à celles vécues jusqu’à présent.  Actuellement, il fait aussi exceptionnellement chaud, plus de 30°C, au Nord de l’Europe, en Scandinavie, et en Sibérie. L’Irak a aussi connu des températures record, difficilement supportables. Nous devons être rapidement prêts à affronter des vagues de chaleur de 50 degrés en Europe. Il faut des plans d’urgence pour l’année prochaine, et des bâtiments adaptés dès que possible. Cela devrait être réalisable en trois ans. 

D’autre part, le réchauffement pourrait être plus grave que prévu par le GIEC. Certaines des conséquences prévues pour 2100 se produisent déjà, telles que cette vague de chaleur, ainsi que les canicules et les immenses feux de forêt d’Australie de l’année passée.  Les glaciers fondent aussi plus vite que prévu. Le nombre de tornades s’accroît vite dans les grands orages, et les plus grands ouragans deviennent plus fréquents.  Depuis quelques années, je rapporte des événements météorologiques étonnants, inattendus, et ils sont nombreux. Ils soulignent tous le risque que le réchauffement ne soit plus rapide que prévu. Cette semaine,  l’OMM demande des études supplémentaires pour comprendre comment la Terre réagit au changement de température. Ces études sont essentielles pour notre sécurité. La réponse de la Planète pourrait être plus brutale que les prévisions actuelles ne le laissent supposer. Gardons les yeux grands ouverts! Le climat pourrait être totalement bouleversé.

 

 

 

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

20 réponses à “OMM: la vague de chaleur du Nord-Ouest américain est due au réchauffement, qui pourrait être plus grave que prévu

  1. Merci pour cette retranscription. Sait-on déjà quelles ont été les conséquences de cette vague de chaleur sur la faune et la flore de la région ? (encore un peu tôt j’imagine)

    1. Des moules, palourdes, étoiles de mer, escargots et autres bernacles morts tapissant les rochers à perte de vue : c’est le triste spectacle auquel assistent les promeneurs le long des plages de la mer des Salish en Colombie-britannique. Du moins ceux qui n’ont pas été rebutés par l’odeur putride émanant des animaux en décomposition. Au total, la vague de chaleur aurait tué plus d’un milliard animaux côtiers le long des 60.000 kilomètres de côtes, estime Chris Harley, biologiste marin à l’université de la Colombie-Britannique.
      https://www.futura-sciences.com/planete/breves/environnement-plus-milliard-coquillages-crustaces-grilles-rochers-canada-851/

      1. Sans doute que les pics climatiques accentuent les dômes de chaleur , encore faut-il comprendre l’origine des pics climatiques et l’expliquer par le seul apport anthropique est non seulement simpliste , mais tout simplement faux , puisque ces phénomènes existaient bien avant que l’homme a commencé à brûler du pétrole…
        Et donc pointer du doigt ces records de chaleur n’amène aucune explication , sinon de répéter des faits comme un perroquet…

  2. Ce Dôme de chaleur est le résultat de l’arrêt puis de la reprise brusque de l’économie après les confinements covid.

    Mais cette partie ne vous intéresse pas.

    1. Je crois que le dôme de chaleur n’est pas lié à la reprise de l’économie. En été les émissions de chauffage sont plus basses, les arbres captent du CO2, alors l’effet de serre est un peu plus bas qu’en hiver.

  3. “Il faut des plans d’urgence pour l’année prochaine, et des bâtiments adaptés dès que possible. Cela devrait être réalisable en trois ans. ”

    3 ans? en Suisse? J’en ris encore….
    Vous voulez sérieusement adapter l’habitat de 8 millions de personnes en 3 ans ??? Dans quel monde théorique vivez-vous ?

    Rien que l’installation d’un panneau solaire… déclenche l’opposition des voisins… pour des années.

      1. Vous voulez dire des abris PC ? creusés dans le sol et à température agréable constante grâce à l’épaisseur de leurs murs ?

        Si seulement la gauche écologiste n’avait pas introduit des exceptions à l’obligation des abris PC…

  4. 2030 c’est dans 8,5 ans ce qui devrait permettre d’adapter nos logements, lieux de travail, production alimentaire, loisirs. Pour la consommation courante d’énergie, j’ai quelques doutes, car l’inertie du système ne va pas permettre un tel renversement, trop d’intérêts divers et variés sont impliqués. J’ai plus d’espoir pour 2050 et au-delà. Un mouvement de fond est en cours, partout, donc restons optimiste.

  5. Le dérèglement climatique est bien réel mais il n’a strictement rien à voir avec le carbone, l’activité humaine qui a déréglé le climat c’est la déforestation, on retrouvera un climat océanique quand les continents seront des océans de verdures en plein été, il faut tout simplement garder de l’eau l’hiver pour végétaliser l’été …
    La France ne manque pas d’eau juste de bon sens et de réserve, avec 10% des inondations on ne parlerait plus jamais de sécheresse ! Pas d’eau pas de vie, toutes les désertifications commencent par l’alternance d’inondations et de sécheresses : Inondation c’est quand l’eau repart trop vite vers la mer, sécheresse c’est quand elle est repartie trop vite … Même les castors savent que pour avoir de l’eau l’été il faut retenir l’eau l’hiver dans les bassins versants avec des barrages …

    1. “Le dérèglement climatique … n’a STRICTEMENT rien à voir avec le carbone”. Mais bien sûr, tous les experts du GIEC (IPCC), entre autres, sont des ignares qui n’attendaient que vos lumières pour être éclairés sur la véritable et unique raison du dérèglement climatique 🙂 !

  6. Images catastrophe (mal réalisées) de fin du monde piquées sur un site des témoins de Jehovah, prédictions hasardeuses basées sur des “il se pourrait que”, “une possibilité est que” et autre “ALMOST impossible”, témoignages exubérants à propos d’une réunion de ̶m̶i̶l̶i̶t̶a̶n̶t̶s̶ scientifiques dignes des scientologues, annonce de fin du monde en COMIC SANS…. 0 chance que j’adhère à votre culte.

    1. Si vous alliez sur le site des témoins, vous sauriez que les images ne viennent pas de là. Ayez au moins le bon sens de vérifier ce que vous dites….

  7. Bientôt ces régions de l’ouest prises dans une spirale infernale de sécheresses d’incendies et de tornades et tempêtes seront inhabitables. En ce moment même, des quartiers de Londres sont gravement inondés et quelles décisions importantes sont prises ?

Répondre à Fdidoux Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *