Je voterai OUI à la loi CO2

Je voterai ‘oui’ à la loi sur le CO2 selon les recommandations des Verts. Le consensus que représente cette loi permet d’aller de l’avant et de mettre des mesures en place.

La loi inclut une diminution des émissions de carbone de la Suisse de 50% en 2030.  Elles seront réalisées à env. 37.5% en Suisse, et à 12,5% à l’étranger. L’Alliance Climatique, la Grève pour l’Avenir et Extinction Rebellion demandent des réductions plus importantes, mais l’Alliance Climatique recommande de citer la loi.

Selon les scénarios de l’UNEP (infographie https://www.unep.org/interactive/emissions-gap-report/2019/report_fr.php), cette réduction d’émissions nous donne 50% de chances de rester en dessous d’1,5°C de réchauffement.

Ce seuil de sécurité a été choisi car il limite le risque d’un emballement du réchauffement climatique, qui au-delà pourrait s’auto-alimenter. Par exemple si les conditions climatiques deviennent impossibles pour les forêts, d’immenses feux dégageront plus de CO2, et provoqueront plus de réchauffement. Le rapport du GIEC 1,5°C explique que si nous dépassons ce seuil, nous vivrons des vagues de chaleur plus fortes, des inondations plus répandues et plus graves, ainsi que d’autres catastrophes.

L’UNEP a demandé une réduction d’émissions de 7,6% par année dès 2020, et ajoute que si nous tardons et nous commençons en 2025, la réduction devra être de 15% pour arriver au même objectif en 2030. Il vaut mieux voter la loi et mettre en place des réductions progressives aussi vite que possible.

Je ne suis pas convaincue que cela suffise. En général, les règles de sécurité sont fixées à plus de 50% de chances du côté de la sûreté, elles sont plutôt vers 99,9%.  Par ailleurs, de toute part, des scientifiques alertent sur divers points du système qui semblent déjà très touchés par le réchauffement : La glace Arctique se réduit, les glaciers fondent plus vite que prévu, les forêts ne poussent plus comme avant, certains arbres meurent, des grands feux de forêts se produisent, par exemple en Australie en 2020, et le permafrost Arctique dégèle plus vite que prévu.

Ces événements sont considérés dans le rapport du GIEC comme des événements un peu aléatoires, difficilement prévisibles, qui pourraient énormement influer sur le cours du réchauffement climatique. Ils ne sont pas vraiment inclus dans les prévisions. Il est possible, selon moi souhaitable qu’un prochain rapport du GIEC inclue la vitesse de fonte du permafrost et ses émissions de gaz à effet de serre dans leurs prévisions de réchauffement. Les trajectoires d’émissions conseillées au niveau mondial pourraient alors changer, et il vaudrait mieux s’y adapter.

Je crois que  les organisations qui demandent une loi plus forte ont de très bonnes raisons, nous serions ainsi plus en sécurité.  Mais est-il possible d’obtenir plus?

Cet été, ou dans an ou deux, des catastrophes climatiques inouïes, pourraient se produire en Suisse, nous pourrions voir des morts de chaleur, dans des inondations, dans des tempêtes. Alors le public prendrait peur, une peur viscérale et l’opinion publique exigerait des mesures fortes suffisantes pour assurer sa sécurité.  Un aggravation du réchauffement est prévue.  Je ne sais pas, alors s’il est bon d’attendre des événements tragiques qui feraient vraiment prendre conscience au public que le climat est une question de vie ou de mort, et lui feraient accepter une loi plus forte.  En tout cas, plus vite nous mettrons la loi en place, mieux nous maîtriserons le climat. Et bien sûr les mêmes réflexions et les mêmes efforts sont déployés actuellement dans des nombreux pays.  Des solutions complémentaires seront peut-être disponibles ces prochaines années, il faudra alors les ajouter à la loi. J’aimerais bien sûr aussi limiter la publicité et toute incitation à la vente et à l’achat d’objets polluants, obtenir une réduction du temps de travail, limiter les produits animaux et récréer d’immenses forêts.

Image par Gerd Altmann de Pixabay

 

 

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

11 réponses à “Je voterai OUI à la loi CO2

  1. Vous avez raison au moins sur un point, on ne devrait pas jouer à pile ou face avec la sécurité:
    “En général, les règles de sécurité sont fixées à plus de 50% de chances du côté de la sûreté, elles sont plutôt vers 99,9%”.
    Et c’est sans doute l’une des meilleures démonstrations de l’absurdité de cette loi.

  2. Votons 4 fois OUI car tout est lié entre le Biodiversité et le Climat. J’ai une vrai vision des liens entre écosystèmes. Hier le 22 mai était la Journée de la Biodiversité mondiale et personne à part moi ne l’a souligné sur ce blog. 😕
    Les initiatives contre les pesticides et pour l’eau AUSSI protègent le climat en favorisant l’agroécologie. Comme biologiste, Dorota merci de commenter.
    Oui à la loi sur le Covid19 car les virus comme eux viennent de la destruction des habitats des animaux sauvages, contribuant au changement climatique et propageant les virus aux hommes.
    Oui à le Loi sur le CO2 qui a des instruments libéraux pour contribuer à la réduction. Grâce à la précédente ordonnance sur le CO2, j’ai pu convaincre mon entreprise de faire des actions concrètes en diminution d’énergies et augmentation des énergies renouvelables DEPUIS 2003, il y a 17 ans et en 2030, l’entreprise obtiendra la neutralité carbone.

  3. Même si des vagues de chaleur extrêmes se produisaient en Suisse, que la loi CO² soit acceptée ou refusée n’y changera rien, car son influence à l’échelle du monde voire du continent sera négligeable.
    Quant à des mesures “fortes” sous l’effet de la panique, aucune chance non plus qu’elles ne changent quoique ce soit. Heureusement il reste le climatiseur… ou des vacances au Grand-St-Bernard !

    1. Imaginons que la loi passe, et que, horreur elle fonctionne pour effectuer notre transition énergétique mais que le climat soit néanmoins déstabilisé durablement :

      1) Notre dépendance aux énergies étrangères sera réduite. En terme de sécurité nationale dans un monde essuyant de plein fouet un dérèglement climatique, ça sera bien. Rappelons que l’AIE prédit un pic pétrolier pour ~2028. C’est pas loin.

      2) Notre parc immobilier sera assaini et mis à des normes plus aptes à des chaleurs extrêmes. Une meilleure isolation ce n’est pas que pour l’hiver…

      3) Cette loi va favoriser des circuits économiques un peu raccourcis, on peu espérer. De nouveau, en terme de sécurité c’est un atout.

      Attendre le désastre pour agir de manière non préparée et désordonnée n’est pas une bonne stratégie en terme de gestion de risque. On a pu voir avec le Covid ce que cela donne…

  4. Selon le NOAA , l’agence américaine de l’atmosphère et des océans , la progression de l’effet de serre anthropique reste modeste à 1 watt/m2 tous les 30 ans, ou 0.2 °C ! Et en respectant l’accord de Paris qui nous laisse une marge de 1.3 watt/m2 , nous aurons 40 ans pour neutraliser notre consommation de fossiles .
    Les technologies vertes sont prometteuses et arrivent à maturité à temps pour la transition énergétique en douceur …
    https://gml.noaa.gov/aggi/
    cette loi CO2 ne garantit rien et tout cas pas de faire progresser la science …
    ” Hâte-toi lentement ” dit le proverbe

  5. Nos gesticulations terrestres et bonne vs mauvaise conscience ne changeront rien (ou pas grand chose) sur la température terrestre, éventuellement diminuer certaines pollutions.
    Une idée intéressante a été proposée voici qlq temps (aussi repris par la Chine). Je ne suis pas expert en espace ni soleil, mais pourquoi gérer les émissions d’ondes plus près de leur source. De plus, dans les 20 ans à venir, Musk va bien nous inventer un truc pour en faire de l’argent! 🙂

    https://spark.adobe.com/page/OD0ly/
    Le réchauffement climatique est un phénomène naturel dû à l’augmentation des gaz à effets de serre (dont le CO2) donc des températures. Cette augmentation entraîne des dérèglements climatiques pouvant mener à des catastrophes naturelles comme par exemple la fonte de la banquise du pôle Nord.

  6. La lutte des États et des entreprises contre le changement climatique ne date pas d’hier. Je vous rappelle le sommet du G7 de Paris de 1989 où TOUS les pays de cette grande organisation, dont la Communauté Européenne des 12, les États-Unis, le Japon et le Canada ont annoncé que la lutte contre les changements climatiques et le trou de le couche d’ozone dont des priorités. A cette même époque, la Chine communiste massacrait sa population et l’Europe de l’est se libérait du joug communiste.

    Depuis 1989, dans toutes mes entreprises je lutte contre les changements climatiques par l’efficacité énergétique. Les vrais acteurs du changement sont ceux qui travaillent aux améliorations réelles et issus de la révolution des idées de juillet 1989 et non les grévistes du climat, dont l’idéologie est issue de la révolution ratée de mai 1968 et qui me rappellent les maoïstes par leur catastrophisme.

  7. Le G7 a annoncé cette semaine l’élimination de tout les fonds pour le charbon thermique afin de lutter efficacement contre le réchauffement climatique.

  8. La Suisse a une loi CO2 depuis 1999 qui a bien fonctionné. En tant que Vert’Libéral, je demande à TOUS, de Droite, de Gauche ou du Centre de voter OUI à la nouvelle loi CO2 afin d’augmenter notre résilience climatique.

Répondre à Francois Donneur Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *