Il neige? C’est la faute du réchauffement climatique!

Nous avons vécu une vague de froid exceptionnelle en mai. Le froid s’est soudainement engouffré en Suisse, créant une différence de température de 15°C . Le weekend prochain sera probablement aussi inhabituellement froid.

Comme tous les phénomènes étranges et effrayants qui se produisent en ce moment, les immenses inondations, les ouragans dévastateurs, les vagues de chaleur, les grêles et les vents,  cette vague de froid est due au réchauffement climatique. Le Vietnam a subi des températures de 15 degrés trop élevées la semaine passée.

Avant, il faisait très froid en Arctique. Cette différence de température maintenait l’air Arctique séparé du climat tempéré.  Actuellement,  le pôle se réchauffe vite et la séparation entre les zones climatiques s’affaiblit.

Le courant-jet (jet-stream) est un courant aérien qui tournait rapidement entre l’Arctique et les latitudes tempérées. Il maintenait une séparation entre les zones climatiques.

Depuis que l’Arctique se réchauffe, le courant-jet faiblit, ralentit, et forme des méandres. Ces vagues amènent de l’air froid au Sud ou de l’air chaud au Nord, jusqu’au Groenland et au pôle Nord. Nous subissons actuellement une de ces vagues du jet-stream qui descend sur la Suisse et amène de l’air froid.  Ce type de méandres stagnants de l’atmosphère pourrait durer d’une semaine à un mois. Dans l’ensemble, le climat devient imprévisible.

Le professeur Jennifer Francis étudie ce phénomène depuis des années, elle y attribue les chutes de neige très abondantes qui ont touché la côté Est des Etats-Unis ces dernières années. Il a aussi amené des chutes de neige au Sahara, et des vagues de chaleur au Groenland et au Pôle Nord.

Cela me fait prendre conscience que la température pourrait tout autant monter de 15°C soudainement, nous exposant à des températures inhabituellement élevées.

Sources: Page Facebook de l’Association Suisse des risques naturels; Prof. Jennifer Francis, Woods Hole Research Center

Puis, une étude publiée le 28 mai 2019 a démontré que les vagues de froid causées par les déformations du jet-stream sont directement dues au réchauffement climatique:

https://phys.org/news/2019-05-arctic-weather-extremes-latitudes.html

 

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

39 réponses à “Il neige? C’est la faute du réchauffement climatique!

  1. les glaciers pourraient bien atteindre New York qu’on nous bassinerait encore avec le réchauffement climatique ! La tradition populaire, plus crédible que le GIEC, nous indique qu’on se trouve dans la période des “saints de glace” qui remonte à des siècles et que ces phénomènes sans être fréquents sont récurrents et portent bien leur nom !
    Le climat de l’hémisphère Nord ne ressemble pas à celui de l’Antarctique , voyez les différences entre les donnés GISP2 et Vostok ! La température au pôle Sud n’a pas varié depuis 40 ans selon les satellites !
    Entre l’hystérie de voir la Terre se transformer en bouilloire dans 10 ans et l’obsession de voir du réchauffement dans tous les phénomènes météo un peu extrêmes , les climatologues amateurs feraient mieux de consulter un psy !

    1. Bravo pour cette réponse ! Le problème avec les médias c’est de croire bêtement tout ce qui sort des grandes organisations telles que L’ONU alors qu’il existe de nombreux scientifiques qui dénoncent une grande malhonnêteté dans le fonctionnement du GIEC.

      1. Citez des sources précises… “de nombreux scientifiques”, qui, combien?

        Le GIEC comptabilise environ 5’000 scientifiques. Alors, comme tout groupement travaillant en réseau (les égos, les pessimistes, les optimistes) il est perfectible et imparfait par nature.

        Mais de là à vouloir le décrédibiliser avec des formules creuses ou des arguments puisés sur Wikipedia, c’est une manière de déni ou de lobbyisme, vois pas autre chose!

        1. C’est n’importe quoi.
          L’expérience CLOUD du CERN, restée boudée par les médias, et terminée en 2011 déjà, a montré (comme d’autres études antérieures) que l’activité solaire était le principal acteur de la régulation du climat. Pas l’activité humaine.
          De plus, cette étude montre que plus la pollution augmente, plus les particules contribuent à la création de nuages, et plus la Terre… se refroidit.
          Le GIEC nous ment depuis sa création, car tel était son but d’origine.
          La peur créée par le prétendu réchauffement anthropique génère 30’000 milliards de dollars par an.
          Joli business, en vérité.
          Le pire est que tous les médias se sont faits hypnotiser par le GIEC et nous parlent du réchauffement climatique enthropique (dû à l’activité humaine) à toutes les sauces, c’en est devenu pathétique.
          Souvenez-vous des pluies acides qui n’en étaient pas, et du récent scandale du cholestérol et des statines, qui a éclaté après 50 ans de mensonges.
          Le GIEC ne fait qu’interprêter, depuis le début, des données scientifiques qu’il n’a pas conduites, et les manipulent de la façon que l’on connaît.
          Je recommande vivement à tous ceux qui veulent connaître la vérité de faire des recherches sur Internet, en comparant ce qui se dit dans la communauté scientifique – la vraie.
          Alors vous découvrirez l’étendue de cette gigantesque mascarade.

          1. Le CERN ne dit rien de tel. Et les pluies acides qui n’ont jamais existé!!! Elles ont existé, il reste encore des statues à moitié dissoutes, le problème a été identifié et résolu. J’espère que ce sera le cas avec le climat.
            Si le GIEC ment, c’est par omission, en oubliant la moitié des problèmes climatiques. Mais le mensonges viennent surtout de ceux qui nient le climat.

          2. “Nier” le climat ?
            Le climat est en perpétuel changement.
            Aujourd’hui il est démontré – et ceci par de plus en plus de scientifiques qui le confirment – que les variations du climat sont directement liées aux cycles solaires.
            Ceux qui continuent de l’ignorer ne méritent pas qu’on les appellent des scientifiques, peu importe le nombre de doctorats qu’ils arborent sur leur blason.
            Ensuite, la tendance à mélanger pollution, abus de l’utilisation des ressources naturelles, émissions de CO2, etc. pour en faire un amalgame médiatique qui pointe du doigt les activités humaines, et ainsi nous culpabiliser tous, c’est juste grotesque et stupide, car complètement erroné.
            Quiconque se donnera la peine de noter les températures de chaque jour, en les consignant dans un tableau et les comparant avec les valeurs du même jour mais lors des années précédentes, s’apercevra assez vite de la supercherie du GIEC.
            Mais comme il est un peu fastidieux de le faire, et comme il est tellement facile de sombrer dans la facilité, on se laisse bercer par des chiffres qui ne viennent de nulle part, car extrapolés et manipulés par les gouvernements.
            Si vous n’avez pas compris les conclusions implicites et évidentes de l’expérience CLOUD, c’est encore plus révélateur du niveau d’aveuglement que le GIEC propage sans interruption.
            Un scientifique ne se contente pas de subir et admettre ce qu’on lui dit. Il vérifie. Par lui-même.
            Pour ceux qui veulent commencer et se rendre compte, prenez vos calepins, et notez les températures de tous les jours, et comparez.
            Je suppose que quand il neigera à nouveau en plaine (ce qui a d’ailleurs eu lieu ces dernières années), vous direz que c’est bien sûr à cause du réchauffement climatique, et quand cela sera de nouveau la norme, vous proclamerez que c’est grâce aux efforts que l’humanité a consenti pour réduire ses émissions…
            Quelle bonne blague.
            Ah, à propos des pluies acides, je croyais que vous aviez compris, mais manifestement ce n’est pas le cas : les pluies acides (en fait ce sont des pluies contenant du souffre dont une partie se transforme en acide sulfurique, et dont l’origine n’est pas humaine mais volcanique) ont été à l’époque accusées de détruire nos forêts et donc le coupable a été désigné comme étant l’homme et ses voitures.
            Plus tard on s’est simplement aperçu que nos forêts étaient vieilles et qu’il fallait les entretenir.
            Aujourd’hui elles se portent à merveille, et les pluies acides – dont on ne parle plus car ce n’est plus à la mode – continuent d’exister pour autant.
            Ne croyez-vous pas qu’il est temps de cesser de prendre les gens pour des imbéciles ? Car au final, ce sont ceux de votre camp qui passeront pour des idiots.

          3. Le soleil se “refroidit” légèrement…
            Vous vous moquez de qui, là ?
            Prétendez-vous
            Vous ne faites que répéter des choses que vous avez lues, et que vous n’avez pas vérifiées par vous-même. Comme le GIEC.
            Ce qui est le plus triste, ce n’est pas que vous soyez subjuguée par les déclarations créées de toutes pièces par cet inepte organisme. Non, ce qui est le plus affligeant, c’est que des journaux comme Le Temps, des médias comme la RTS, France Info, n’ont de cessent de nous rabâcher les oreilles à longueur de journée sur le même et unique sujet qu’ils ont sous la main: le réchauffement climatique.
            Comme si on les avait payé pour cela. N’est-ce pas un peu curieux ?
            Et si tout cet argent gaspillé était réellement mis au service de l’humanité, pour lutter contre la famine, les guerres, la pauvreté ?
            Ah, je mélange tout ? Comme le GIEC, peut-être, mais au moins cela servirait à quelque chose.

        2. Le GIEC n’effectue aucune recherche ni analyse de lui-même.
          Les scientifiques qui y travaillent ne font qu’extrapoler et prédire un futur ‘possible’ en réalisant des modèles mathématiques qui ont la faculté de tous diverger dans un sens ou dans un autre, par manque d’informations précises et rigoureuses, et aussi parce qu’il est, en l’état actuel des connaissances, impossible de prédire avec précision le temps qu’il fera dans 50 ans, ou dans 20 ans.
          Si le GIEC, en tant qu’organisme scientifique, s’était préoccupé d’effectuer lui-même des recherches plutôt que de prophétiser sur la base de données brutes qui peuvent ensuite être utilisées pour prédire tout et n’importe quoi, il serait certainement plus crédible aujourd’hui.
          Je remarque encore une fois que personne ne mentionne – et c’est normal, on dirait que tout le monde a été lobotomisé par les médias – l’expérience CLOUD menée par le CERN, qui corrobore l’observation faite depuis des décennies sur l’activité solaire, et qui met le GIEC et la théorie du réchauffement anthropique à mal, pour dire le moins.
          Le directeur de recherches du CERN, en prenant connaissance des résultats de l’expérience, a demandé aux chercheurs “de ne rien dire” dans les médias, afin de rester en dehors de toute polémique politique.
          Si cela ne dérange personne d’autre que moi, alors tant mieux pour ceux qui pensent que les Trolls, ce sont les autres.
          Comme après tout personne n’y pourra rien changer, pourquoi vouloir faire boire des ânes qui n’ont pas soif ?

          1. Concernant le CERN, il ne nie aucunement le réchauffement de la terre.
            Le CLOUD cherche à voir l’interaction nuage versus transmission du rayonnement
            https://home.cern/fr/science/experiments/cloud

            Vous semblez avoir la théorie du complot, soit le réchauffement n’est qu’une escroquerie pour que certains engrangent des dollars et c’est sans doute pour ça que toutes les entreprises sont si pressées de s’engouffrer dans cette brèche juteuse!

            La pollution des eaux et des sols, les microplastiques et plastiques dans les océans, les pesticides provoquant des malformations humaines, ce sont aussi des vues de l’esprit trollien?

          2. Pas du tout.
            Et c’est là votre erreur, de tout vouloir amalgamer dans un même combat pour lequel les causes ont différentes origines, mais dont on attribue le fardeau sur un seul responsable, l’humanité.
            Pour arriver au but utopique (et mensonger) que le GIEC prône, je recommande dès aujourd’hui à tous ceux qui pensent de même, de résilier leurs abonnements de téléphone, Internet, de couper le chauffage, de ne plus se déplacer, de ne plus rien consommer d’autre que ce que votre potager vous procure, de ne plus lire de livres, et de ne plus consommer d’eau autre que celle de pluie.
            Certes, c’est un peu radical, mais si tout le monde s’y met, l’humanité aura disparu d’elle-même dans 10 ans, et la planète pourra enfin respirer un peu.
            Bienvenue au Moyen-âge !

    2. Sacré Hervé, toujours sur tous les sujets pour balancer sa propagande climatosceptique.

      Voici la prise de position de la société américaine de géologie:

      The geologic record contains unequivocal evidence of former climate change, including periods of greater warmth with limited polar ice, and colder intervals with more widespread glaciation. These and other changes were accompanied by major shifts in species and ecosystems. Paleoclimatic research has demonstrated that these major changes in climate and biota are associated with significant changes in climate forcing, such as continental positions and topography, patterns of ocean circulation, the greenhouse gas composition of the atmosphere, and the distribution and amount of solar energy at the top of the atmosphere caused by changes in Earth’s orbit and the evolution of the sun as a main sequence star. Cyclic changes in ice volume during glacial periods over the last three million years have been correlated to orbital cycles and changes in greenhouse gas concentrations, but may also reflect internal responses generated by large ice sheets. This rich history of Earth’s climate has been used as one of several key sources of information for assessing the predictive capabilities of modern climate models. The testing of increasingly sophisticated climate models by comparison to geologic proxies is continuing, leading to refinement of hypotheses and improved understanding of the drivers of past and current climate change. Climate models have improved continuously and now reproduce observed continental-scale warming patterns over multiple decades (IPCC, 2013).

      Given the knowledge gained from paleoclimatic studies, several explanations for the ongoing warming trend can be eliminated. Changes in Earth’s tectonism and its orbit are far too slow to have played a significant role in the observed rate of temperature increase over the last 150 years. At the other extreme, large volcanic eruptions have cooled global climate for a year or two, and El Niño episodes have warmed it for about a year, but neither factor dominates longer-term trends. Extensive efforts to find any other natural explanation for the recent trend have similarly failed.

      As a result, greenhouse-gas concentrations and solar output are the principal remaining factors that could have changed rapidly enough and lasted long enough to explain the observed changes in global temperature. The 5th IPCC report (2013) concluded that solar irradiance changes contributed only a few percent to changes in radiative forcing of the atmosphere over the past century. Throughout the era of satellite observation, during periods of strong warming, the data show little evidence of increased solar influence (Foster and Rahmstorf, 2011; Lean and Rind, 2008).

      Greenhouse gas concentrations remain the major explanation for the warming. Observations and climate model assessments of the natural and anthropogenic factors responsible for this warming conclude that rising anthropogenic emissions of greenhouse gases have been an increasingly important contributor since the mid-1800s and the major factor since the mid-1900s (Meehl et al., 2004). The CO2 concentration in the atmosphere is now ~40% higher than peak levels measured in ice cores spanning 800,000 years of age, and the methane concentration is 1.5 times higher (IPCC, 2013). The measured increases in greenhouse gases are more than enough to explain the observed global temperature increase at Earth’s surface. In fact, considered in isolation, the greenhouse gas increases during the last 150 years would have caused a warming larger than that actually measured, but mechanisms that limit increases in near-surface air temperatures from aerosols, ocean heat storage, and possibly clouds have offset part of the warming. In addition, because the oceans take decades to centuries to respond fully to climatic forcing, the climate system has yet to register the full effect of recent greenhouse gas increases.

    3. Chère Dorota,

      Merci pour cet article tout-à-fait pertinent. Je vous soutiens à 100% face à ces réactions virulentes et insultantes, qui nous laissent constater à quel point le climatoscepticisme (additionné d’une pointe de machisme comme c’est souvent le cas) est répandu également de ce côté-ci de l’Atlantique…autre phénomène tout aussi préoccupant que le réchauffement climatique lui-même et ses conséquences sur le système climatique, la circulation générale de l’atmosphère et l’augmentation des événements météorologiques extrêmes, y-compris les vagues de froid. Il est vrai que tout cela est bien complexe, et ne va pas de soi pour certains esprits obtus …à ceux-ci je ne saurais que recommander, non pas une séance chez le psy bien que cela ne pourrait sans doute pas faire de mal, mais un cours de climatologie…

      Valentine Python

      1. P.S.2 Beaucoup sur ces blogs (autant blogueurs que commentateurs) sont de vieux tarés (totalement indépendant de l’âge et comme c’est gratuit, on ne peut pas culpabiliser le Temps).

        Tel se veut philosophe, tel autre écrivain, tel autre veut avoir raison, encore un autre te vendre ses inepties ou aller sur la lune et ma bonne elle, est de la sorbonne 🙂

        Enfin on y rit bien et honni soit qui mal y pense 🙂

        1. P.S.3
          L’ami excoffier, on lui souhaite de ne pas cuisiner dans la marmite aux goûts de giottes!
          Facile de balancer des conneries sur le web, pffff!

          blague à part, les amis, arrêtez de raconter des conneries, ça coûte beaucoup de Watts, u know???? marmitons

  2. “Comme tous les phénomènes étranges et effrayants qui se produisent en ce moment”… ha bon?
    Me voilà donc effrayé.

  3. @Hubert Giot. Jouer les autruches n’a jamais permis d’éviter les problèmes! L’article de Mme Retelska explique clairement pourquoi le réchauffement global conduit aux phénomènes, anormaux en fréquence et intensité, que nous observons depuis quelques années. Ils correspondent exactement aux prévisions faites par les modèles que vous aimez pourtant tant dénigré. Quant aux glaciers descendant jusqu’à New-York, c’est en tout cas le climat de cette ville que nous risquons d’avoir sous nos latitudes (vous êtes déjà allé à New-York en hiver, qui devrait avoir le climat de Madrid?!) si le déclin du Gulf Stream, qui modérait les températures en Europe, devait se confirmer, toujours conformément aux modèles. Bonjour les étés/automnes caniculaires et les hivers/printemps polaires!

  4. Pour un débat utile et intéressant, il ne serait pas plus mal de publier les commentaires dans des délais raisonnables!

  5. En lisant certains commentaires, je me dis vraiment qu’il nous manque actuellement un Pierre Dac pour remettre à leur place avec humour tous ces trolls qui prétendent nous faire croire que le 99% des scientifiques se trompent. Lire que le soleil est responsable du réchauffement climatique alors que le sujet à été abondamment étudié ces dernières années relève de la malhonnêteté intellectuelle pure et dure. Pour paraphraser Pierre Dac, j’ai envie de dire: “fermez la porte, il fait chaud dehors. Mais lorsque la porte est fermée, il fait toujours aussi chaud dehors.” Les Trolls essaient de nous convaincre, chaque fois qu’il fait froid, que le réchauffement n’existe pas et que l’homme n’a rien à voir dans tout cela. C’est pathétique et encore plus pathétique que nous devions à chaque fois réinventer la roue pour démontrer que les pseudo arguments scientifiques qu’il répètent à longueur de journée comme une litanie sont du vent. Messieurs les trolls, je ne doute pas qu’il vous faille justifier ce que les grands groupes d’intérêts vous paient, mais tâchez au moins de ne pas mentir et de ne pas tergiverser les faits, parce qu’effectivement, dehors il fait chaud, très chaud même. Les suisses sont bien placés pour le savoir, d’ailleurs: la température moyenne annuelle a déjà augmenté de près de 4 degrés en Suisse depuis la fin du XIXe siècle. Alors lorsqu’on lit ce qu’on lit et qu’on entend ce qu’on entend, et bien on est bien contents de penser ce qu’on pense (une petite pensée et un grand merci pour le grand maître de l’absurde qui aurait été un extraordinaire triturateur de trolls s’il avait vécu de nos jours).

    1. Malheureusement la rédaction est plus zélée pour censurer les honnêtes utilisateurs de ceux qui spamment les mêmes messages en boucle sur différents sujets. Il y a trois/quatre climatosceptiques qui traînent sur les blogs du journal et ils prennent beaucoup de place. Ils viennent pas pour discuter, vous pouvez démontrer la vacuité d’un de leurs arguments, ils continueront à l’utiliser tel quel.

    2. Les valeurs officielles données par météo suisse indiquent 2 degrés en moyenne sur 150 ans, et pas 4.
      Si chaque fois qu’une info est relayée avec un doublement des valeurs, nul doute que nous serons noyés sous la montée du Rhône qui inondera toute la vallée du même nom dans les 10 ans à venir.
      C’est avec ce genre “d’arrondis d’arrondis” (oui, 2 fois ce mot) sur les tolérances toujours prises à la hausse que le GIEC en a déduit la fameuse courbe en crosse de hockey, qui elle aussi s’est avérée fausse et dont l’inexactitude a été reconnue par le GIEC lui-même), nulle doute que le réchauffisme a encore de beaux jours devant lui.

      1. J’ai peut-être un brin exagéré en parlant de 4 degrés mais toujours est-il que dans le nord de la Suisse, la température annuelle est passée de valeurs aussi basses que 6,27ªC (en 1887) à des valeurs qui dépassent aujourd’hui régulièrement les 10 ºC. Nous ne sommes pas bien loin des 4 degrés que je citais de mémoire, que nous franchirons très certainement dans un très bref délai. Plus d’informations ici:

        https://www.meteosuisse.admin.ch/home/climat/le-climat-suisse-en-detail/temperature-moyenne-suisse/donn%C3%A9es-de-la-temperatur-moyenne-suisse-depuis-1864.html

        Le réchauffement qui s’observe en Suisse est bien supérieur que celui qui s’observe à l’échelle globale. L’année passée a été, cela dit en passant, la plus chaude jamais mesurée. Le climat est variable, c’est certain, mais le fait de battre continuellement des records est cependant lourd de sens. Demandez, sinon, leur opinion aux assureurs, qui sont probablement les professionnels les plus conscients de la réalité du changement climatique:

        https://www.researchgate.net/publication/299288136_Changement_Climatique_et_Assurance

  6. Je trouve les argument de Hubert Giot et Hervé Delétraz très convainquants. Leur rationalité, comparée à l’hysterie des réchauffistes, permet de mieux comprendre ce qui se passe si on considère l’aspect politique de la question.

    On assiste actuellement à une tentative de créer artificiellement une panique, en faisant croire que la planète est sur le point de prendre feu, pour que tout le monde vote “vert” aux prochaines élections. En effet, les partis verts sont les larbins les plus zélés du mondialisme. L’objectif est de justifier des mesures d’urgence, dictatoriales et de prendre ces mesures au plan mondial. Il s’agit donc de justifier l’établissement d’un gouvernement mondial. C’est un plan oligarchique qui était présent déjà au temps du club de Rome. Maintenant ils passent la vitesse supérieure.

    En même temps, le but de toute cette propagande, avec ces marches pour le climat, la création de groupes comme Extension Rébellion, etc., est de contrecarrer la montée des populismes causé par l’invasion migratoire. Le changement de population est un phénomène beaucoup plus réel, irréversible et menaçant que le changement climatique. Mais l’arrivée au pouvoir de partis anti immigration est jugé dangereux par ceux qui veulent à tout prix établir un gouvernement mondial.

    C’est là qu’il faut chercher la véritable cause du “climat” politique actuel et de toute cette propagande dont nous sommes saturés.

    1. Tant mieux si nous parlons de vrais problèmes au lieu de ceux, inventés, de différences entre certains humains et d’autres. J’ai horreur du racisme.
      Le monsieur qui dit que le soleil se réchauffe quand il se refroidit n’est ni rationnel, ni objectif, ni honnête. Il répand des ‘fake news’.
      Nous sommes dans une situation très grave, en danger et ces ‘fake news’ retardent la prise de mesures qui assureront notre sécurité.

      1. Chère madame,
        Le soleil, qui brille imperturbablement depuis quelques milliards d’années, et qui va continuer de le faire pendant encore quelques autres, n’a pas changé sa température globale ces derniers 100 ou 150 (ou le nombre que voulez) ans.
        Si vous voulez parler de son activité en tant qu’émetteur de particules cosmiques, qui elle varie à intervalles réguliers, alors c’est différent.
        Je suppose que votre formation universitaire vous permet de ne pas faire la confusion.
        Et lorsque vous avez prétendu que le soleil se refroidissait, je vous ai simplement répondu que c’était faux, pas qu’il se réchauffait! Là encore, ne faites pas dire aux autres ce qu’il n’ont jamais dit.
        Un article – parmi d’autres – qui explique pourquoi le soleil nous influence, plus que tout autre phénomène:
        https://jacqueshenry.wordpress.com/2017/09/23/crise-climatique-les-incroyables-magouilles-de-lipcc/

        Cher Hubert Giot,
        La propagande, elle provient du GIEC, ou IPPC, pour ceux qui ne savent pas qu’il s’agit du même groupe.
        Je ne fais que mentionner des articles que l’on peut trouver sur le net, et, qui, si l’on donne la peine de les lire, permet de s’interroger sérieusement. Mais les moutons ne se donnent pas la peine d’aller y jeter un coup d’oeil, puisque le GIEC détient la vérité ultime.
        On trouve sur Internet autant d’articles (mais de moins en moins) en faveur du GIEC, que d’autres du côté des sceptiques, et que même, maintenant, d’experts neutres ne cherchant qu’à montrer les faits, en une journée de navigation sur Internet, on peut se faire une bonne opinion que qui essaie de manipuler qui.
        Le GIEC, la société américaine de géologie, même la NASA, ont falsifié et arrangés des documents et photos pour nous culpabiliser davantage.
        Je ne brandit aucune prétendue théorie du complot, j’invite seulement les gens à se renseigner et s’interroger, en toute neutralité et bonne foi.

        Cher Alexandre Luiset,
        Je suis navré d’apprendre que vous ignorez que la courbe en crosse de hockey n’a jamais existé, et qu’elle est pure invention, basée sur une série d’arrondis sur des approximations, “scientifiquement” ‘homogénéisation des températures’, un bien joli terme pour un vilain mensonge. Mais le plus beau c’est que personne n’explique comment ils ont “homogénéisé”.
        Ici vous en saurez plus:
        https://www.climato-realistes.fr/torturez-les-chiffres-il-finiront-par-avouer/
        Finalement le climatosceptique, c’est vous, car vous refusez d’admettre la vérité:
        Le réchauffement climatique anthropique est une fable racontée par des manipulateurs à des moutons.

        Cher Adrián Rodriguez,
        C’est justement en prenant des “2 degrés” pour des “4 degrés” qu’est née la fameuse courbe de la crosse de hockey. Si vous cherchez sur le net – encore qu’il faut en avoir la volonté – vous comprendrez immédiatement qu’une telle courbe ne peut exister, sauf si on la dessine soi-même en prenant systématiquement des extrêmes (hauts de préférence) pour leur faire dire que ce sont des moyennes.

        Cher Sceptique,
        Vous devriez avoir un nom, ce pseudo ne sert guère la noble cause pour laquelle vous œuvrez, bien que je comprenne tout à fait que vous gardiez l’anonymat.
        Je vous suggère, comme je vais le faire dès après cette réponse adressée à tous, de quitter de forum sclérosé, et qui n’apporte rien d’éclairant à ceux qui refusent de voir, et qui se prétendent avoir une approche scientifique alors qu’il ne sont que de pleutres suiveurs ignorants, et fiers de l’être.
        Il leur sera d’ailleurs très facile de rétorquer que je suis un usurpateurs, que les liens que je mentionne sont issus d’articles dont les auteurs on été payés par le trust pétrolier, que je mens par conviction, et que seul un camp détient la vérité ultime.
        Comme l’Inquisition au moyen-âge, comme le trust alimentaire dans les années 50, mieux vaut être du côté du GIEC, sinon, c’est mal.

        Au final, rien ne changera puisque l’homme n’a pas prise sur cet aspect du climat.
        Il peut tout au plus préserver les ressources naturelles, éviter de polluer lorsque cela est possible, ne pas jeter ses ordures à la mer, etc.
        Ce qui n’a rien à voir avec le climat, par ailleurs.
        Et que surtout, tous ces bien pensants songent plutôt à éradiquer la misère et la famine dans le monde, car c’est ainsi que la planète sera le mieux préservée pour nos enfants.

        Merci à tous pour m’avoir lu.
        Ne restez pas dans l’obscurantisme du GIEC (IPPC), prenez juste un peu de recul, et regardez ce qui se dit ailleurs !

        1. Le soleil c’est vraiment légèrement refroidi, mais très peu. La noble cause du déni du réchauffement est la pire chose que j’ai entendu récemment; c’est au contraire horrible, méchant, dangereux, destructeur. Le réchauffement a déjà causé la plus grande famine d’Afrique en 2016, l’Inde subit une grave sécheresse cette année, il apportera des très nombreuses famines et catastrophes mortelles. Le climat menace la vie sur Terre en général. Je crois que les inondations augmentent le plus vite, mais les tempêtes et les vagues de chaleur clairement aussi.

  7. Bravo Mme Retelska pour votre pondération et votre calme à répondre à ces gens dont je ne comprends pas les mobiles !

    En tout cas, je suis plus motivé que jamais à oeuvrer pour que notre lien avec notre environnement devienne plus harmonieux.

    Votre blog contribue à donner des arguments sérieux à notre action !!

  8. “Dans l’ensemble, le climat devient imprévisible.”

    Vous l’aurez peut-être remarqué: à chaque fois que ce genre de salade est asséné, il n’y a aucune donnée statistique à l’appui. Aucunes données sur une éventuelle augmentation de la variabilité des paramètres climatiques depuis 60 ans ou plus. Et pour cause.

    1. Je n’ai pas les statistiques d’augmentation de variabilité, mais j’ai quelques examples Je sais que les températures dans le cercle polaire sont plusieurs fois montées à 20°C au dessus des moyennes habituelles, c’est une augmentation de la variabilité, avant elles ne montaient pas aussi haut. Actuellement la carte de l’Europe se présente avec 30°C à l’Ouest, 1O°C en Suisse et 30°C à l’Est . C’est aussi un phénomène nouveau (dû aux perturbations du courant-jet dues au réchauffement), rare, et plus fort que la dernière fois.
      http://www.severe-weather.eu/recent-events/extremely-hot-weather-in-nw-russia-today-31-c-near-the-arctic-circle-may-12th-2019

      1. Merci pour ce lien, mais vous comprenez bien qu’il s’agit d’un évènement conjoncturel et que vous ne pouvez pas affirmer qu'”avant, les températures ne montaient pas aussi haut” sans aucune référence statistique.

        Le site Climate4you donne une cartographie mensuelle des températures mondiales depuis l’année 2005, on peut y constater qu’il y a une variabilité important sur la Russie:

        https://www.climate4you.com
        rubrique: “Monthly surface air temperature anomalies versus average 1998-2006 in areas between 72oN and 60oS”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *