Le Japon face au « Brexit »

L’Europe n’est pas seule à être sous le choc de la décision britannique de quitter l’Union Européenne. L’impact du vote fatidique c’est fait ressentir jusqu’au Japon, qui a en réalité été l’un des premiers pays à être affecté. En effet, les résultats du référendum britannique ont commencé à paraître alors que la matinée était ici déjà bien avancée, rendant les marchés japonais particulièrement vulnérables à la panique qui a suivi la victoire surprise des « Brexiters ».

Avant vendredi, les Japonais me semblaient peu concernés par la question qui a agité l’Europe ces derniers mois. Pour les citoyens de l’archipel, cela semblait être une question interne à notre continent, qui touchait peu leur pays. Il ne leur venait de plus pas à l’idée que les Anglais puissent prendre une décision aussi dommageable et irrationnelle qu’un « Brexit ». Ils ont cependant vite dû déchanter.

 

Situation de crise

Non seulement l’impensable s’est produit, mais son impact sur l’économie japonaise s’est vite révélé bien réel. La bourse de Tokyo a perdu 8% dans la journée de vendredi et le yen, généralement considéré une valeur refuge bien que la dette publique japonaise soit la plus élevée au monde, a grimpé jusqu’à atteindre la parité avec le dollar – un renforcement très inquiétant pour une économie nippone encore tournée vers l’exportation.

Le Premier Ministre japonais a convoqué une session d’urgence de son cabinet, le Ministre des Finances s’est trouvé assailli par les journalistes, et a dû répéter à plusieurs reprises que le gouvernement suivait attentivement la situation et était prêt à intervenir si besoin était. Pendant ce temps, toutes les chaînes de télévision ont tenté de répondre aux mêmes questions qui dominent les ondes autour du monde, à savoir comment les « Brexiteers » l’ont emporté et quel sera l’impact du vote de jeudi sur les entreprises japonaises présentes en Europe.

 

Le Japon est par ailleurs en pleine campagne électorale pour la Chambre haute du Parlement (le vote aura lieu le mois prochain), et tous les chefs de parti ont dû consacrer leurs discours du week-end au « Brexit ». Les membres de la coalition au pouvoir ont souligné le besoin de stabilité à la tête du pays face aux risques pour l’économie mondiale créés par le vote britannique, tandis que les partis d’opposition ont accusé le gouvernement d’avoir rendu le Japon vulnérable au choc dudit vote par sa politique économique défaillante. En bref, les réactions ici montrent bien l’impact mondial de la victoire des « Brexiters ».

 

Incompréhension

La plupart des Japonais sont plus flegmatiques que leurs dirigeants politiques et ne sont pas touchés outre mesure par cette victoire au delà de son impact négatif sur l’économie japonaise. Le sentiment qui domine est plutôt de l’incompréhension devant une telle blessure auto-infligée. Comme m’a demandé une amie incrédule : « Mais à qui profite donc ce vote ?! » Une chose est sûre, l’Angleterre ne sortira pas grandie de l’expérience aux yeux des Japonais.

L’émotion l’emporte sur la raison : la réception au Japon du discours d’Obama à Hiroshima

Cela fait maintenant un peu plus de deux semaines que Barack Obama est devenu le premier président américain à visiter Hiroshima, site de l’un des deux bombardements atomiques durant la Seconde Guerre Mondiale. L’importance du moment n’a échappé à personne, et le discours prononcé par le président dans le Parc de la Paix a fait la Une de la presse mondiale. Mais comment les mots du président ont-ils été perçus par les premiers intéressés, les Japonais eux-mêmes ?

A première vue, ils étaient extatiques. En effet, les résultats d’un sondage publié la semaine dernière ont révélé que 98% de la population nippone était heureuse de la visite et du discours. Cette unanimité impressionnante peut être vue comme toute naturelle : la visite de M. Obama était effectivement sans précédent, et il était porteur d’un message de paix qui résonne très fort ici. D’autres pourraient cependant trouver cette approbation universelle étonnante : après tout c’est un avion américain qui a lâché la bombe, et les espoirs de beaucoup de Japonais d’abolir à tout jamais l’arme atomique restent très lointains (les Etats-Unis ont en réalité modernisé leur arsenal sous la présidence d’Obama).

 

Une certaine frustration

Il faut donc creuser un peu mieux pour comprendre la réaction des Japonais à la visite de M. Obama. De par les conversations que j’ai pu avoir sur le sujet et ce que j’ai pu lire sur les forums internet, j’ai pu ressentir une certaine frustration. Celle-ci est certes en partie due au fait que le président n’a pas présenté d’excuse officielle pour l’horreur que son pays a infligée il y a 60 ans à la population d’Hiroshima – un nombre non négligeable mais de loin pas majoritaire d’internautes se sont plaint de ce fait – mais il me semble que la plupart des Japonais sont tout à fait conscients et de la responsabilité du Japon dans le déclanchement de la guerre et des contraintes politiques auxquelles M. Obama faisait face. Une excuse officielle aurait en effet suscité la colère de beaucoup d’Américains ainsi que de vives protestations de la Chine et de la Corée du Sud, qui voient le Japon comme un bourreau et non comme une victime.

 

Non, la source principale de la frustration de certains Japonais est à trouver ailleurs, dans une impression de décalage entre les mots du président et la réalité d’une part, et dans un manque de promesses concrètes d’autre part. Concernant le premier point, la condamnation par M. Obama de l’arme atomique et de la barbarie humaine qu’elle symbolise pouvait sembler quelque peu hypocrite compte tenu du fait que ni les Etats-Unis, ni aucune autre grande puissante ne semble être prête à faire quoi que ce soit pour y renoncer. La « leçon » que la souffrance d’Hiroshima offre au monde, évoquée par le président, a été tristement ignorée, et rien dans le discours du président n’indiquait une reconnaissance de cet échec.

Une seconde source de frustration, liée à la première, est le manque de vision claire sur la façon d’aller de l’avant sur le chemin du désarmement nucléaire. Nombre de Japonais regrettent le fait que le rejet rhétorique de l’arme atomique par M. Obama n’a été suivi d’aucune promesse d’action concrète, ou même d’appel à une intensification du dialogue entre puissances nucléaires. Venant d’un président en fin de mandat et conscient plus que quiconque de la difficulté de faire progresser les négociations sur le sujet avec la Chine ou la Russie, cela n’a rien de surprenant. Mais si une occasion aussi importante et symbolique qu’une visite à Hiroshima n’a pas été utilisée pour lancer un clair appel à l’action, quel espoir y a-t-il, s’interrogent beaucoup, quant à la lutte contre l’arme nucléaire ?

 

Un moment très fort malgré tout

Vu ce genre de critiques du discours de M. Obama, on finit par se demander pourquoi les Japonais ont tout de même unanimement déclaré leur approbation après sa visite. Une première réponse simple est le pouvoir oratoire du président et la qualité générale du texte préparé par lui et ses aides. Malgré les failles relevées plus haut, il reste indubitable que M. Obama a fait un beau discours faisant honneur à la circonstance, exprimant sa sympathie pour les victimes des horreurs du passé ainsi que son espoir quant à la capacité du genre humain à avancer sur le chemin de la paix et à combattre la barbarie.

Plus que le discours lui-même, c'est je pense la tenue du président et sa gestuelle devant les caméras qui ont séduit et ému le public nippon. Sa dignité lorsqu'il est venu poser une couronne de fleurs et s'incliner devant le monument aux victimes, et surtout la chaleur humaine qu'il a ensuite manifesté à l’égard des hibakusha, les survivants de la bombe encore parmi nous, ont su convaincre. Qu’importe la déception face à l’absence d’excuse ou de promesse de réduction de l’arsenal atomique américain lorsque les Japonais ont pu voir en direct M. Obama embrasser longuement les derniers survivants de la bombe et échanger avec eux des mots d’amitié (instant saisi par la photo ci-dessus). Durant ce moment émouvant, les habitants de l’archipel n’ont pu ressentir que de la gratitude pour le président qui a su leur offrir un tel geste de compassion. 

Le G7, le sanctuaire d’Ise et la croisade de Monsieur Abe

Pour les habitants de Tokyo, le signe le plus visible que les chefs d’Etat du G7 se sont réunis au Japon cette semaine était l’impressionnante présence policière. Généralement cantonnés à leurs Kōban (les petits postes de police de quartier, très nombreux ici), les forces de l’ordre étaient cette semaine omniprésentes dans toutes les gares et autres lieux publics, à tel point qu’on peut se demander si les autres provinces japonaises n’ont pas dû envoyer des renforts vers la capitale pour l’événement.

Le G7 s’est cependant déroulé sans le moindre heurt, les chefs d’Etat ont maintenant quitté le pays, et les policiers sont retournés à leurs postes habituels. Le sommet aura en réalité été éclipsé par la visite sans précédent du président américain Barack Obama au parc de la paix d’Hiroshima, qui a fait la une tout autour du monde. Accueillir le G7 était néanmoins pour le gouvernement de Shinzo Abe une occasion elle-même très importante, en raison notamment du lieu où la rencontre a pris place.

 

Au cœur du shintoïsme

Le sommet du G7 a en effet eu lieu à Ise-Shima, tout près du plus important sanctuaire shinto du Japon. Le shintoïsme est la religion animiste traditionnelle de l’archipel, aux origines très anciennes, mais qui fut, après la Restauration Meiji et l’entrée du Japon dans le monde moderne au milieu du 19e siècle, étroitement associée au pouvoir de l’Empereur – une association rompue de force par les Américains après la Seconde Guerre Mondiale.

M. Abe était déterminé à organiser le G7 près du sanctuaire – la préfecture qui l’accueille ne comptait même pas se proposer comme hôte, mais fut fortement encouragée par Tokyo à le faire – et à y amener ses pairs pour une visite officielle. Pourquoi-donc le Premier Ministre considérait-il cela comme si important ? La réponse est liée à ses tendances nationalistes et révisionnistes.

 

L’obsession des nationalistes

M. Abe s’était attiré les foudres de la communauté internationale en décembre 2013 lorsqu’il avait visité le sanctuaire Yasukuni, un autre haut lieu du shintoïsme au cœur de Tokyo, qui héberge les âmes de tous les soldats morts pour leur patrie depuis l’ère Meiji, y compris des criminels de guerre de la Seconde Guerre Mondiale. Le Premier Ministre a eu le bon sens de ne pas répéter l’exercice une seconde fois et d’adopter une attitude conciliante envers les voisins du Japon, prompts à s’offusquer devant de tels gestes provocateurs, mais ses sentiments n’ont pas changé.

Il reste en effet convaincu que son pays doit retrouver sa « fierté » d’antan et, pour cela, amender l’ordre constitutionnel d’après-guerre imposé par l’occupant américain et retrouver les « valeurs traditionnelles » du Japon, y compris la prééminence de l’Empereur (qu’importe le fait que celui-ci rejette entièrement la vision de M. Abe et prône au contraire le pacifisme et la réconciliation avec les victimes du passé) et de la religion shinto. Emmener les chefs d’état des grands pays occidentaux à Ise est un moyen fort d’apporter prestige et respectabilité à sa vision du shintoïsme comme symbole officiel du Japon traditionnel.

 

La base de M. Abe

La grande majorité des Japonais était en réalité peu touchée par le symbolisme du sommet d’Ise, n’a aucune patience pour les singeries nationalistes du Premier Ministre ou pour la politisation de leur religion ancestrale, et préfèrerait que son gouvernement se consacre à redonner des couleurs à l’économie et à assurer l’avenir du système de sécurité sociale.  Le retour du Japon à sa « gloire d’antan » tient cependant très à cœur à un segment de l’élite politique (avec la Nippon Kaigi ou « Conférence du Japon » comme porte-étendard), qui est une importante source de soutien pour M. Abe et a une influence non négligeable dans son parti (le LDP, ou Parti Libérale-démocrate).

Il se trouve également que l’association faitière des sanctuaires shintos a des liens étroits avec la Nippon Kaigi et fait campagne pour affaiblir la stricte séparation entre Etat et religion dans la Constitution japonaise. Elle s’aligne donc étroitement avec M. Abe et le LDP, qui réclament depuis longtemps la révision du document, et qui trouvent tout naturel d’enrôler la hiérarchie shinto dans leur quête de « renouveau du pays » vu le rôle important que la religion jouait dans l’impérialisme d’avant-guerre.

Le Premier Ministre, ayant admis l’impossibilité de retourner au sanctuaire Yasukuni et choisi Ise comme nouveau symbole de sa croisade nationaliste, a donc adroitement utilisé le G7 pour promouvoir son agenda et pour satisfaire ses partisans. Il sait qu’il aura besoin de tout leur soutien s’il veut avoir une chance de convaincre la majorité des Japonais, plutôt indifférente à la question, de la nécessité de s’engager dans un processus de révision constitutionnelle plein de périls. 

Le manque de main d’oeuvre se fait ressentir au Japon

On ne peut pas les manquer. Partout dans les magasins et restaurants, des posters offrant des emplois. Cela n’a rien d’étonnant : la population japonaise est en train de diminuer, et les jeunes gens qui auparavant faisaient des petits boulots pour financer en partie leurs études se font plus rares et ont l’embarras du choix. Pourquoi servir dans un restaurant ou être caissier dans une supérette quand d’autres opportunités, offrant meilleures conditions et meilleur salaire, se multiplient ?

Le taux de chômage au Japon, qui a toujours été très bas, l’est encore davantage (3,2%). Le salaire horaire pour un petit boulot typique a augmenté, de ce que j’ai pu observer, de 30% ou plus. Certains commerces qui opéraient jusque tard le soir ou toute la nuit doivent réduire leurs heures d’ouverture. Et en tout cas dans le quartier central de Shinjuku, où je réside, la proportion d’employés chinois dans les commerces est impressionnante.

 

Les femmes à la rescousse?

Ce phénomène de baisse de la main d’œuvre active peut que s’aggraver, et pose au gouvernement japonais un dilemme difficile à résoudre. Le Premier Ministre, Shinzo Abe, veut promouvoir la présence des femmes dans le monde du travail, mais en réalité la plupart d’entre elles sont déjà professionnellement actives. Leur potentiel est certes fortement sous-exploité – elles font face à de grosses disparités de salaire, à une réticence certaine à leur donner des postes à responsabilité due aux probables interruptions de carrière liées à la maternité, et à une culture des affaires machiste. Remédier à ces problèmes serait indubitablement bénéfique pour la société japonaise dans son ensemble, mais même si cela pouvait se faire rapidement – ce dont l’on peut fortement douter –  le problème général du manque de main d’œuvre n’en serait pas résolu pour autant.

 

Ou les robots ?

Beaucoup de têtes pensantes japonaises placent leurs espoirs dans l’avancée de la robotique pour remplacer les humains dans toujours plus de domaines. Cela vaut bien entendu pour le secteur industriel, qui représente au Japon une bien plus grande partie de l’économie que dans la plupart des pays développés, mais également pour celui des services.

Les Japonais ont toujours eu une vision très positive des robots comme compagnons et protecteurs des humains – très loin, donc, de la menace qu’ils représentent souvent dans la culture populaire occidentale, comme on peut le voir dans des films tels que Terminator ou The Matrix. Beaucoup d’habitants de l’archipel espèrent donc que dans un avenir proche des robots pourront apporter réconfort et soins à une population vieillissante, accueillir les clients dans les commerces (un hôtel dont le personnel est presque entièrement robotique a déjà ouvert sur l’île de Kyushu dans le sud du pays), ou répondre aux demandes administratives des citoyens.

 

L’éternel problème de l’immigration

Là encore, cependant, il est difficile d’imaginer que les développements de la robotique pourront totalement répondre aux demandes de l’économie et de la société japonaise, ou résoudre le problème du manque de main d’œuvre. Reste donc la solution la plus évidente, accroître l’immigration.

Le gouvernement japonais est cependant réticent à faire le pas. J’ai parlé ailleurs de l’attitude ambiguë des habitants de l’archipel envers l’immigration et de la crainte que certains éprouvent quant à l’impact que l’internationalisation du Japon pourrait avoir sur la cohésion et l’ordre social du pays. En termes purement économiques, cependant, les avantages d’accueillir plus de travailleurs étrangers sont indubitables. Le gouvernement en est conscient, et a par exemple lancé un programme d’accueil d’infirmières venant d’Asie du Sud-Est pour travailler dans les maisons de retraite du pays. Cependant, les conditions d’entrée dans ce programme restent très contraignantes et cet exemple isolé.

M. Abe et son parti donnent donc encore la priorité à leur désir de préserver la société japonaise traditionnelle, et craignent l’impact potentiel de plus de multiculturalisme. Le problème du manque de main d’œuvre pour la bonne marche de l’économie reste pourtant pressant.

 

La solution chinoise

Un début de solution est cependant à mon sens à portée de main. J’ai dit plus haut avoir été impressionné par le nombre d’employés chinois dans les commerces autour de chez moi. Leur immense pays d’origine regorge encore d’hommes et femmes qui seraient ravis de pouvoir fuir la pollution des villes chinoises et de venir étudier et travailler au Japon. Leur intégration pourrait se faire sans grand heurt. Ils ont en effet selon mon expérience de la facilité à apprendre la langue et, même si la culture des affaires chinoise et japonaise diffère, beaucoup ont déjà relativement aisément intégré le monde du travail, surtout s’ils ont auparavant obtenu un diplôme ici.

Il est fort regrettable que le gouvernement japonais soit aussi méfiant face à l’immigration en général, mais cette politique ne semble pas prête de changer. Ouvrir les portes à l’immigration chinoise pourrait être un premier compromis, qui aurait peu d’effets perturbateurs sur la cohésion sociale japonaise et servirait de surcroît à renforcer les liens entre les deux pays, qui ont bien besoin de ce socle de stabilité dans leurs relations. Le gouvernement japonais aurait donc tout intérêt à simplifier les règles d’obtention de visas pour les Chinois et à tenter d’attirer encore plus d’étudiants (déjà omniprésents). Faute d’adopter une attitude plus ouverte envers le reste du monde, on peut au moins espérer qu’il saura saisir cette première opportunité.

 

L’amour des Chinois pour les slogans

Les « quatre compréhensifs ». Les « trois strictes, trois honnêtes ». Les « huit devoirs ». Et dernièrement les « deux études, une action ». Depuis son accession à la tête du pouvoir, le Président de la République Populaire de Chine, Xi Jinping, a multiplié les campagnes idéologiques visant à guider le Parti Communiste (PCC) et le pays sur la « correcte » voie politique et économique.

Il s’inscrit dans une longue tradition d’amour des dirigeants chinois pour ce genre de slogans. Son prédécesseur, Hu Jintao, avait adopté l’idée d’une « société harmonieuse » balançant croissance économique et égalité sociale, et dans les années 90 le Président Jiang Zemin, avait promu les « trois représentants », faisant référence à l’importance pour le Parti de représenter non seulement la classe ouvrière, mais également les forces de production de l’économie capitaliste et la société chinoise dans son ensemble.

 

La tradition marxiste-léniniste

Pourquoi donc les dirigeants chinois sont-ils si friands de ces slogans qui paraissent si lourds quand ils sont traduits en anglais ou en français ? Ce type de vocabulaire est d’abord typique de la tradition marxiste-léniniste du PCC, notamment dans son insistance à lister un petit nombre d’actions à entreprendre, où de principes à respecter. Si le Parti n’a plus de communiste que le nom, il n’en reste en effet pas moins très fidèle à ses racines. Cela signifie entre autre qu’il garde une obsession pour le contrôle, le développement et la promotion de l’idéologie étatique.

L’élaboration de slogans est donc impérative pour les têtes pensantes du régime, comme moyen de contrôler le discours public, d'alimenter l'appareil de propagande étatique, et d'apporter leur pierre à l’édifice idéologique du Parti. Ces slogans sont destinés parfois à la population chinoise dans son ensemble mais plus important encore à l’immense appareil bureaucratique du pays. Ils servent à mobiliser celle-ci, apposant un entête facile à retenir aux vastes programmes de réforme que le régime doit constamment mettre en place pour soutenir la croissance économique et tenter de contrôler une société en permanente évolution.

Ces programmes peuvent ensuite être promus dans des campagnes médiatiques auxquelles tous les journaux participent en soulignant l’importance de suivre la dernière campagne en cours, et dans une série de séances d’étude auxquelles tous les membres du PCC doivent participer (mes amis qui en font partie n’hésitent d’ailleurs pas à se plaindre de la lourdeur et de l’ennui de ces campagnes d’éducation).

 

Une tradition millénaire

Les campagnes idéologiques accompagnées de slogans sont donc un important outil de la gouvernance chinoise. Ces slogans ont cependant une résonnance culturelle bien plus profonde, liée à la nature du langage chinois lui-même. En effet, grâce à la richesse symbolique et à la flexibilité des idéogrammes, celui-ci se prête particulièrement aux idiomes (chengyu) concis et évocateurs.

Un exemple célèbre en est « le ciel est haut et l’empereur et loin », qui en chinois s’écrit shan gao huangdi yuan (山高皇帝远, littéralement « montagnes hautes, empereur loin »), et fait référence au fait que le pouvoir de l’empereur chinois a toujours été difficile à imposer sur les autorités des provinces éloignées. Encore aujourd’hui, l’idiome est fréquemment utilisé en allusion à la difficulté pour le pouvoir central de Pékin de faire appliquer ses politiques par la bureaucratie aux quatre coins du vaste pays. La langue chinoise contient une quantité étourdissante d’expressions de la sorte, qui font partie de l’imaginaire collectif de la population.

 

La politique par slogans

Il est donc naturel pour les dirigeants d’aujourd’hui de faire appel à cette tradition et d’élaborer leurs propres idiomes, faciles à retenir et à communiquer, et – espèrent-ils – à faire entrer dans le langage commun.

Il ne faut donc pas s’étonner de voir les responsables chinois faire appel de façon répétée à des expressions telles que « un nouveau type de relations entre grandes puissances » en matière de diplomatie (xinxing daguo guanxi, l’idée que la Chine et les Etats-Unis surtout doivent éviter les antagonismes des grandes puissances du passé et respecter leurs intérêts respectifs) ou « sévir contre les tigres comme les mouches » en politique intérieure (laohu cangyin yiqi da, l’idée que la campagne anti-corruption en cours doit toucher les petits fonctionnaires comme les hauts dirigeants). Ce genre de slogans viennent naturellement aux Chinois, et s’introduisent facilement dans l’imaginaire collectif promu par le régime. Le PCC ne fait en somme que récupérer et amplifier une tradition millénaire.

Une visite « historique » au musée de la paix d’Hiroshima

Le Japon a qualifié l’événement d’« historique ». A l’occasion d’une réunion des ministres des affaires étrangères du G7 qui se tenait le week-end dernier à Hiroshima, ces derniers ont visité le musée du Mémorial de la paix et ont déposé des couronnes de fleurs devant le cénotaphe honorant la mémoire des victimes du bombardement atomique de la ville le 6 août 1945.

En effet, John Kerry, le Secrétaire d’Etat américain, est devenu le plus haut représentant de son gouvernement à visiter le Mémorial qui évoque avec force la dévastation causée il y a plus de 60 ans par les Etats-Unis. Il était accompagné de ses homologues français et anglais, notamment, deux autres puissances nucléaires.

 

Mémorial aux horreurs de la guerre

Qu’ont-ils donc pu voir dans le musée en question ? Visiter celui-ci est indubitablement une expérience bouleversante. Nul ne peut rester insensible devant les horribles conséquences du bombardement atomique, qui sont dépeintes de façon douloureusement vive. Deux maquettes représentant la ville d’Hiroshima avant/après l’explosion illustrent puissamment l’ampleur de la dévastation causée, et les panneaux d’informations racontent le sort des innombrables victimes (dont une majorité de civils, plusieurs milliers de travailleurs forcés d’origine coréenne et plusieurs prisonniers de guerre américains) et les souffrances indicibles des survivants.

Le musée ne s’étend par contre pas outre mesure sur les raisons du bombardement, ni sur le déroulement de la guerre entre le Japon et les Etats-Unis. Cela n’a rien d’étonnant dans un musée dédié d’abord et avant tout à la mémoire des victimes de la bombe, mais cela reflète également la nature de l’empreinte laissée par la Seconde Guerre Mondiale sur la psyché japonaise.

 

Plus jamais ça

Le Japon a été totalement dévasté par les bombardements américains de la fin du conflit. Au-delà d’Hiroshima et de Nagasaki, toutes les grandes villes japonaises furent réduites en cendre, et le bombardement de Tokyo fit plus de victimes que les deux bombes atomiques. Cette souffrance et cette destruction ont inculqué aux Japonais un sentiment de révulsion face à la guerre qui reste très vif jusqu’à ce jour et est la source de l’antimilitarisme du pays.

Le travail de mémoire sur la responsabilité pour la guerre fut cependant beaucoup moins important. Le public japonais, les élites politiques conservatrices et les Etats-Unis – désireux de reconstruire le Japon au plus vite et de l’enrôler dans la lutte contre le communisme – s’accordèrent à blâmer la folie criminelle d’une clique militariste pour avoir perverti le pays et l’avoir lancé dans une politique expansionniste si désastreuse. Les Japonais promirent donc avec joie de ne plus jamais se lancer dans la guerre, mais il n’y eu que peu de réflexion publique sur les raisons pour lesquelles le pays entier s’était laissé enivré par un nationalisme agressif et destructeur.

 

Promouvoir la paix internationale

La grande majorité des Japonais reconnaissent les terribles crimes commis par leur pays envers les autres peuples d’Asie, mais voient dans le rejet de la violence, la promotion des idéaux de paix internationale et la transformation du Japon en citoyen modèle de la communauté des états comme le principal moyen d’honorer toutes les souffrances causées et endurées durant la guerre.

Le gouvernement du Premier Ministre Shinzo Abe s’inscrit pleinement dans ce courant de pensée avec sa promotion d’une politique de « pacifisme proactif », qui vise à présenter le Japon comme un défenseur actif du pacifisme sur la scène internationale. C’est pour cette raison que la visite des ministres des affaires étrangères du G7 au Mémorial de la paix est considérée comme tellement importante.

Voir M. Kerry écrire dans le livre d’or du musée que celui-ci « nous rappelle avec force et dureté que nous avons non seulement l'obligation de mettre un terme à la menace des armes nucléaires, mais que nous devons aussi tout faire pour éviter la guerre » est une victoire diplomatique et le moyen pour Hiroshima, et pour le Japon, de tirer quelque chose de positif des horreurs de la Seconde Guerre Mondiale. Beaucoup espèrent maintenant que Président Barack Obama emboîtera le pas à M. Kerry lors du sommet du G7 le mois prochain.

 

La Suisse accueille un hôte japonais prestigieux

La Suisse accueillera bientôt un diplomate japonais de haut rang. En effet, le nouvel ambassadeur du Japon à Berne – qui prendra ses fonctions en juin – est Etsuro Honda, un ami de longue date et important conseiller économique du Premier Ministre Shinzo Abe.

 

Un homme influent

Après avoir obtenu son diplôme de mon alma mater, l’Université de Tokyo, M. Honda a servi au Ministère des Finances où il a occupé plusieurs positons haut-placées avant de retourner à la vie académique et d’enseigner la politique économique internationale dans plusieurs universités.

Avec le retour au pouvoir de M. Abe en décembre 2012, M. Honda fut rappelé au gouvernement pour servir de conseiller spécial au Cabinet. En cette capacité, il a eu une influence importante sur la politique économique du nouveau gouvernement. En effet, M. Honda est connu pour prôner une politique monétaire active de la banque centrale, dans le but  d’échapper à la déflation qui a longtemps affecté le Japon, et une politique fiscale qui met la priorité sur la nécessité de stimuler la croissance économique.

 

Le camp du stimulus l’emporte

De par ces opinions, M. Honda se trouve en opposition avec ses anciens collègues du Ministère des Finances qui insistent au contraire sur la nécessité de restreinte budgétaire pour stabiliser la dette publique, qui s’élève selon certaines estimations à plus de 240% du Produit Intérieur Brut (une bonne partie de cette gigantesque somme est cependant de l’argent que le gouvernement japonais se doit à lui-même).

Dans l’administration de M. Abe, c’est clairement le camp pro-stimulus de M. Honda et d’autres qui l’a emporté. L’actuel directeur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, nommé en 2013, a promis de tout faire pour retourner à l’inflation et relancer l’économie, et le Cabinet de M. Abe a pris une route similaire, ayant notamment décidé de retarder une augmentation prévue de la TVA de 8% à 10% après qu’une première hausse ait eu un effet négatif plus grand que prévu.

 

Un exil ?

La décision de nommer M. Honda comme ambassadeur de Suisse a donné lieu à des spéculations selon lesquelles celui-ci se serait brouillé avec M. Abe et aurait été relégué à un poste loin de Tokyo. Certains supposent également que le départ de M. Honda est un signe que le Ministère des Finances et ses alliés politiques sont en train de reprendre le dessus et de pousser pour un retranchement  fiscal.

Ces deux interprétations sont à mon sens peu vraisemblables, d’abord parce que le porte-parole du Cabinet, son Secrétaire en Chef Yoshihide Suga, a souligné lors de l’annonce de la nomination de M. Honda comme ambassadeur, que celui-ci continuerait de conseiller M. Abe et d’être impliqué dans les importants débats de politique économique. De plus, le gouvernement japonais ne donne aucun signe de changer de direction en la matière, et M. Abe semble au contraire s’apprêter à retarder à nouveau la hausse de la TVA.

 

La Suisse, centre de politique économique internationale

En réalité, plusieurs commentateurs japonais ont souligné l’importance de la Suisse comme place de discussion de la politique financière et économique, notamment par son accueil de l’Organisation Mondiale du Commerce, du Comité de Bâle sur le contrôle bancaire et du forum de Davos.

M. Honda, qui occupa, lors de son passage au Ministère des Finances, plusieurs postes importants en tant que délégué auprès des missions diplomatiques en Europe, aux Etats-Unis, en ex-URSS et à la Banque Mondiale, est également reconnu pour son expérience dans le domaine de la coopération économique internationale. Il est donc jugé très qualifié pour présenter et défendre la position du gouvernement sur ces questions.

 

On peut donc tirer deux leçons principales de la nomination de M. Honda comme ambassadeur en Suisse. D’abord, même si le nouvel ambassadeur du Japon ne sera pas nécessairement toujours impliqué dans les discussions à l’intérieur des  organisations citées ci-dessus, son envoi en Suisse dénote dans tous les cas le désir de M. Abe de promouvoir sa politique économique (souvent surnommée “Abenomics“) au niveau international, et de dépêcher des hommes de confiance pour s’en faire l’avocat à l’étranger. Cela correspond à la volonté bien connue du Premier Ministre de donner au Japon une diplomatie plus active et de renforcer le rôle du pays de par le monde.

Deuxièmement, l’envoi en Suisse d’un homme aussi proche du pouvoir que M. Honda est un rappel de l’avantage que représente pour notre pays la capacité d’accueillir tant d’importantes organisations internationales et de stimuler des discussions auxquelles participent les grands de ce monde. Cette ouverture fait la force de la Suisse et renforce son attrait pour ses partenaires. Voilà une leçon que ceux qui prônent le repli de notre pays sur lui-même, sa fermeture et sa transformation en forteresse insulaire feraient bien de retenir.  

Le retour de la saison des masques

Le printemps montre le bout de son nez en Europe comme au Japon, et il est ici accompagné par une multiplication des visages masqués. L’omniprésence de ces masques est une particularité japonaise qui suscite la curiosité en Occident et au sujet de laquelle j’ai souvent été interrogé.

 

Mythes et réalité

Il existe de nombreuses idées erronées à leur sujet. Certains pensent notamment que l’usage des masques est une manifestation de la timidité excessive des Japonais, qui s’en servent en quelque sorte pour se cacher au monde. Il est vrai que certaines personnes, particulièrement mais non uniquement des femmes, mettent un masque par timidité ou manque de confiance en leur apparence, ou lorsqu’elles n’ont pas eu le temps de se maquiller avant de sortir. Ce phénomène reste cependant marginal et ne concerne qu’un faible pourcentage des gens masqués.

Il est plus juste de considérer le masque comme le premier outil de protection des Japonais, dont l’utilisation est devenue, avec l’habitude, presque instinctive. Protection contre quoi, me dira-t-on ? Contre deux phénomènes en particulier, ce qui explique leur usage très saisonnier.

 

Rhumes et allergies, même combat

Au début de l’hiver, le nombre de Japonais masqués se multiplie avec la propagation des rhumes et autres grippes qui accompagnent généralement les baisses de température. Se masquer est alors un moyen de manifester ses égards pour les autres et d’éviter de contaminer ses voisins dans les transports publics, où l’on est souvent fort serré, en toussant ou en reniflant dans leur direction.

Au début du printemps, c’est l’apparition des pollens qui pousse nombre de Japonais à se masquer, dans l’espoir que cela diminue l’effet de leurs allergies. La multiplication des masques est donc devenue un rituel qui marque le passage des saisons au même titre que la floraison des cerisiers ou la propagation des couleurs automnales dans les forêts.

 

Psychologique autant que pratique

Les rhumes et les allergies ne sont cependant pas les seuls prétextes à se masquer. Que ce soit face aux radiations émises par la centrale de Fukushima suite à son accident ou face à la pollution atmosphérique émanant de Chine, qui parvient parfois jusqu’au sud du Japon, le premier réflexe des citoyens de l’archipel est de porter le masque pour se protéger.

L’utilité d’un tel geste est douteuse, puisqu’un simple filtre posé sur la bouche et le nez constitue une bien piètre défense contre l’irradiation, et que les masques devraient être changés très souvent – toutes les deux-trois heures – pour être véritablement efficaces contre la pollution ou contre la propagation des maladies. Peu de Japonais sont aussi diligents.

Le fait de porter un masque remplit donc un rôle psychologique tout autant que pratique. Il sert à montrer ses égards aux autres, à se rassurer soi-même et à contrecarrer un certain sentiment d’impuissance face à des dangers invisibles ou impossibles à éviter. C’est grâce à ces significations et ces usages multiples que les petits masques blancs se sont tant ancrés dans la culture japonaise.

 

Le Japon face à l’immigration

Pour faire suite à mon billet du mois de décembre sur la réponse du Japon à la crise des réfugiés syriens, il me semble judicieux d’évoquer l’attitude des habitants de l’archipel envers les immigrants de manière plus générale. En effet, à l’heure où le faible taux de natalité entraine une diminution continue de la main-d’œuvre japonaise, la question d’une augmentation éventuelle du nombre de migrants acceptés se pose avec une urgence croissante.

 

Tolérance envers une très faible minorité

Il faut d’abord noter que le pourcentage d’étrangers dans la population du pays reste à ce jour extrêmement bas (moins de 2%). De plus, une grande majorité de ces étrangers sont d’origine chinoise ou coréenne, et donc culturellement très proches de la population locale. La plupart des Japonais n’ont donc pas encore fait l’expérience de vivre dans une société multiculturelle.

C’est pourquoi, en raison de la grande importance accordée ici au respect de la sphère privée, et également parce qu’il est difficile de rejeter ce que l’on ne connaît pas, les habitants de l’archipel sont en majorité très tolérants à l’égard des immigrants d’autres cultures qui habitent déjà au Japon et de leurs différents usages culturels. Une amie musulmane m’a par exemple dit qu’elle se sentait bien plus libre de porter le voile ici qu’elle ne l’aurait été en Europe ou aux Etats-Unis, sans avoir à craindre des remarques ou des regards désapprobateurs.

 

Ces étrangers sans manières

L’attitude des habitants de l’archipel envers les résidents étrangers n’en est pas pour autant totalement positive. En effet, outre une certaine appréhension, déjà mentionnée dans le mon billet de décembre, des troubles de l’ordre public que pourraient causer des immigrés moins allergiques aux conflits que la population locale, nombre de Japonais se plaignent du manque de manière des étrangers dans la vie de tous les jours.

Non-respect des règles de débarras des déchets ou des parkings de vélos, bruits nocturnes, ivresse publique, ces plaintes ne sont ni dramatiques ni particulièrement originales. Dans une société qui attache une grande importance à la bonne conduite et au respect des règles de vie, cependant, ces impairs sont de nature à donner une mauvaise réputation aux résidents étrangers.

Il faut ajouter à cela une certaine propension des Japonais à vouloir éviter les situations inconfortables pouvant être causées par l’impossibilité de communiquer efficacement de par la barrière de la langue. Cela peut entrainer certains restaurants peu habitués aux touristes à prétendre être pleins, ou certaines crèches à refuser des enfants d’immigrants. Ces gestes ne se veulent pas discriminatoires, l’intention étant plutôt d’éviter aux deux parties des situations difficiles ou embarrassantes. Le résultat est cependant que la vie des résidents étrangers s’en trouve compliquée.

 

Quel avenir pour l’immigration ?

Prise dans son ensemble, l’attitude japonaise face à l’immigration est donc ambiguë. Si nombre de citoyens sont heureux de voir le pays s’internationaliser petit à petit, et de profiter des échanges culturels que cela permet, d’autres craignent l’impact que cette même internationalisation pourrait avoir sur la société japonaise si bien organisée, et les impairs commis par les résidents étrangers dans la vie de tous le jours ne font que confirmer leurs appréhensions. Cette division d’opinions est en partie générationnelle, les jeunes Japonais étant, selon mon expérience, plus habitués à côtoyer des étrangers à l’université ou dans le centre des grandes villes, et plus décontractés face à l’ouverture du pays.

Les jeunes n’ont cependant qu’une très faible influence politique – notamment en raison de leur faible taux de participation aux élections – et le gouvernement japonais a toujours été très conservateur en la matière. Beaucoup de politiciens et de bureaucrates placent leurs espoirs dans une revitalisation de la société japonaise et dans l’avance de la robotique pour parer au manque de main d’œuvre et sont très réticents à envisager une augmentation de l’immigration.

Il faut dire que l’expérience des vagues d’immigration autorisées par le passé n’a pas été particulièrement positive. Les descendants des nombreux Japonais ayant émigré au Brésil et dans d’autres pays d’Amérique latine au début du siècle dernier, encouragés à revenir sur la terre de leurs ancêtres au début des années 1990 dans l’espoir qu’ils s’assimileraient plus facilement que d’autres migrants, ont en réalité eu de la peine à s’intégrer. Les nombreux Coréens et Chinois arrivés au Japon comme main d’œuvre forcée durant la Seconde Guerre Mondiale ont également longtemps été victimes de discrimination.

Si le Japon s’internationalise véritablement, cela se fera donc lentement et non sans frictions. Je suis cependant optimiste quant à l’avenir, grâce à la plus grande ouverture d’esprit de ma génération et à l’expérience que des amis d’origines très diverses et moi-même avons pu faire de la tolérance générale des Japonais envers d’autres pratiques culturelles tant qu’elles ne portent pas préjudice à autrui. On peut espérer que le Japon s’ouvrira au monde à son rythme certes, mais de façon en fin de compte plus harmonieuse que certains le craignent.

 

Le Japon face à la menace nord-coréenne

Le récent test d’une bombe atomique par la Corée du Nord préoccupe l’ensemble de la communauté internationale, mais peu de pays sont aussi directement concernés que le Japon. En tant que voisin proche, bourreau de la Corée avant et durant la Seconde Guerre Mondiale, et allié des « impérialistes américains » tant haïs, le Japon est en effet une cible privilégiée de la propagande émanant de Pyongyang. Particulièrement vulnérables face à la menace nucléaire nord-coréenne, comment réagissent donc les Japonais à la dernière provocation du Royaume ermite ?

 

L’ombre de la question des citoyens kidnappés

Le gouvernement japonais a réagi comme on pouvait s’y attendre au test atomique : forte condamnation, examen de nouvelles sanctions et promesse de coordination étroite avec Washington. En réalité la position du Premier Ministre Shinzo Abe est quelque peu délicate, parce qu’il avait passé en mai 2013 un accord avec Pyongyang promettant l’assouplissement de certaines sanctions économiques en échange d’une enquête sur la question des citoyens japonais kidnappés dans les années 1970 et 1980 sur les plages du pays par des commandos nord-coréens, et dont le sort reste à ce jour inconnu.

L’accord en question était déjà moribond puisque le gouvernement nord-coréen n’a encore présenté aucune des informations qu’il s’était engagé à rassembler, malgré le passage de plusieurs dates butoirs. Avec le test atomique, l’espoir de progrès sur la question est probablement définitivement enterré, mais le Japon se trouverait en position délicate si Pyongyang présentait soudainement les informations promises

 

Constat d’impuissance

Pour le moment, la question des citoyens kidnappés semble cependant bien lointaine face à la menace nucléaire bien plus immédiate. Même si personne ne s’attend à ce que la Corée du Nord décide soudainement de bombarder l’archipel, le Japon, à portée des missiles que Pyongyang possède, se sent tout de même très vulnérable. Lorsqu’un missile d’essai nord-coréen avait survolé le pays avant de tomber dans le Pacifique en 1998, cela avait suffit à convaincre le gouvernement de se joindre aux Etats-Unis pour développer un système de défense antimissile balistique très coûteux.

Cette fois, les éditoriaux des grands journaux du pays proposent des solutions bien connues pour contrer la menace. Il s’agit de coopérer étroitement avec les Etats-Unis et avec la Corée du Sud pour faire pression sur le Nord, de demander à la Chine d’accroître la pression sur Pyongyang, et éventuellement de relancer les « Pourparlers à six » qui incluent également la Russie.

 

Les Japonais avec qui j’ai pu discuter, ainsi que les internautes sur les forums que j’ai visités, sont tout à fait conscients de l’inefficacité de toutes les politiques suivies jusqu’à présent. La pression du Japon et de ses alliés ne fait qu’accroître la détermination et l’agressivité de la Corée du Nord, la Chine n’est pas prête d’abandonner son voisin de peur d’un effondrement extrêmement déstabilisant du régime des Kims, et les « Pourparlers à six » sont simplement devenus une occasion supplémentaire pour Pyongyang de tenter de faire du chantage à la communauté internationale.

Ce qui règne donc est un sentiment d’impuissance face à un régime qui semble se comporter de façon irrationnelle et tout faire pour garder son statut de paria. Face à ses provocations répétées, les Japonais ne peuvent que lever les yeux au ciel et se lamenter sur l’impossibilité de traiter raisonnablement avec Pyongyang.

 

A quelque chose malheur est bon

Il existe cependant une réponse à la menace nord-coréenne que le Japon peut lui-même adopter, à savoir renforcer sa politique de sécurité. En effet, j’ai vu plusieurs internautes appeler à une augmentation du budget des Forces japonaises d’autodéfense, à une plus grande intégration avec les forces armées américaines, et même au développement de l’arme atomique. On ne peut qu’espérer que cette dernière contre-mesure ne sera jamais sérieusement considérée, surtout qu’il est notoire que le Japon aurait les capacités technologiques pour développer une bombe nucléaire en environ six mois s’il le désirait.

Ce type d’appel à un renforcement des capacités d’auto-défense du Japon doit néanmoins réjouir M. Abe. En effet, le Premier Ministre s’était attiré les foudres d’une grande partie de la population l’été dernier lorsque son gouvernement avait poussé à légiférer sur le droit à l’autodéfense collective, pour permettre au Japon de mieux collaborer avec des pays alliés en cas de conflit. Cette mesure alors extrêmement controversée paraît sous une lumière plus favorable maintenant que la Corée du Nord a rappelé au monde la menace qu’elle peut poser.

Si tant est qu’il existe un « gagnant » de la nouvelle crise causée par la Corée du Nord, c’est donc probablement Shinzo Abe. Outre le fait que sa politique de sécurité semble désormais bien plus judicieuse, il dispose maintenant d’une raison toute trouvée pour préconiser une amélioration des relations avec la Corée du Sud. Les deux pays ont en effet convenu fin décembre de résoudre définitivement la question des « femmes de confort » sud-coréennes forcées de servir dans des bordels gérés par l’armée impériale japonaise durant la Seconde Guerre Mondiale, et les partisans nationalistes de M. Abe sont furieux des « concessions » faites par le Premier Ministre pour parvenir à cet accord. La nouvelle provocation de Pyongyang permet maintenant à celui-ci de balayer les critiques et d’invoquer la sécurité nationale comme motif du rapprochement avec la Corée du Sud. Le test nucléaire nord-coréen aura donc au moins eu une conséquence positive sur le plan diplomatique.