Quelques bonnes nouvelles sur la démence

On a prédit une augmentation globale spectaculaire du nombre de personnes atteintes de démence. Un effet souvent appelé effet de «tsunami». Cependant, des études récentes au Royaume-Uni ont montré que la démence a diminué de 20% au cours des vingt dernières années, en particulier chez les hommes. La situation des femmes est plus complexe (la maladie d’Alzheimer représente 62% de tous les cas de démence).

Quelle était la recherche?

Les chercheurs du Royaume-Uni ont évalué 7’500 personnes de plus de 65 ans entre 1989 et 1994 dans le but de savoir combien de personnes ont développé une démence au cours de cette période. Ils ont répété l’étude 20 ans plus tard (2008-2011). Selon leurs études, ils ont prédit qu’il y aurait 250’000 nouveaux cas par an. En fait, il n’y a eu que 200’000 nouveaux cas équivalent à une diminution significative de 20%. Ainsi, le nombre de nouveaux cas n’a pas augmenté aussi rapidement que ce qui avait été anticipé1.

Quelle serait la cause de cette diminution?

Jusqu’à présent, l’incertitude règne sur la cause exacte de cette diminution, mais les auteurs soulignent qu’il y a eu des améliorations spectaculaires de la santé vasculaire au cours des dernières années. La conséquence en est une diminution du nombre de personnes qui développent des maladies cardiaques et des AVC, deux facteurs de risque de démence.

De plus les hommes fument moins et vivent plus sainement. Des tendances similaires ont été signalées en Europe occidentale et dans certaines parties des Etats-Unis. La baisse de la démence peut également être liée à un meilleur accès à l’éducation et aux services de santé comparé à la génération précédente.

La situation des femmes est plus complexe : on a constaté une augmentation des cas pour celles entre 80-84 ans ; en revanche, on constate une légère baisse pour les autres groupes d’âge. La raison de cette différence entre les hommes et les femmes reste à déterminer.

Pourquoi ces résultats sont importants?

Ces résultats sont potentiellement importants, car ils suggèrent qu’il est possible de prendre des mesures préventives contre la démence. Ce que l’on appelle les changements de style de vie telles que l’arrêt du tabagisme, une alimentation saine ainsi que le fait de rester mince et en forme. Notre risque de maladie peut être réduit suivant ce que nous avons fait 10, 20 ou 30 ans auparavant. C’est pourquoi les chercheurs au Royaume-Uni ont appelé le gouvernement à faire un plus grand effort pour encourager les gens à vivre plus sainement.

Ainsi sera-t-il peut-être possible de prévenir la démence «tsunami» qui a été prédite.

1. Matthews, F.E. et al. 2016 Nature Commun. 7, 11398. A two decade dementia incidence comparison from the Cognitive Function and Ageing Studies I and II.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *