Une percée suisse dans le traitement des lésions de la moelle épinière

La percée réalisée par une équipe de neuroscientifiques et de cliniciens suisses romands (Professeurs Courtine et Bloch) est le dernier exploit en date pour comprendre et traiter les lésions de la moelle épinière qui obligent les patients à rester en fauteuil roulant toute leur vie. Grâce à une combinaison de technologies de pointe fournissant une stimulation électrique directement à la moelle épinière et à une thérapie physique intensive, les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière commencent à marcher.

Qu’est-ce qui diffère des études précédentes ?

Deux études récentes ont restauré le mouvement chez des patients paralysés ou partiellement paralysés en appliquant une stimulation électrique en continu à la moelle épinière.

Le nouveau rapport de la prestigieuse revue Nature est la première démonstration de la stimulation discontinue : un implant envoie des rafales de stimulation ciblée à la moelle épinière qui, à son tour, stimule les muscles destinés à se déplacer. En effet, la stimulation peut imiter grossièrement le mécanisme de signalisation dans le corps.

Le traitement est encore expérimental et son efficacité pour les autres malades atteints de paralysie complète ou partielle reste à déterminer. Les trois patients de l’étude suisse ont ressenti une sensation dans les jambes avant le début de l’essai. Ils ont suivi des mois d’entraînement intensif pour franchir leurs premiers pas difficiles. Ils comptent toujours sur des fauteuils roulants ; deux peuvent sortir à l’extérieur en utilisant un déambulateur.

La stimulation électrique est-elle suffisante?

Dans toutes ces études récentes, la réhabilitation complète et prolongée était essentielle au succès. Les participants ont suivi 100 à 278 séances combinant stimulation et rééducation sur une période de 5 à 21 mois. Ainsi, la stimulation électrique seule n’était pas la « solution miracle ».

Comment les études ont-elles commencé ?

Les auteurs du nouveau rapport avaient précédemment démontré que les rats qui avaient perdu l’usage de leurs pattes postérieures pouvaient être entraînés à fonctionner à nouveau lorsqu’un courant continu était appliqué à leurs muscles par le biais de la moelle épinière.

Cependant, chez l’homme, une stimulation continue semble envoyer un signal mixte aux muscles, en activant les uns et en déroutant les autres. Pour cette raison, les rafales de stimulation électrique semblaient avoir plus de succès chez ces trois patients présentant des lésions moins graves de la moelle épinière.

Quel est le mécanisme?

L’une des découvertes passionnantes a été que chacun des trois patients a appris à déplacer des muscles auparavant mous sans l’aide de l’implant. Peut-être la stimulation électrique a fait repousser les nerfs épargnés par la blessure.

Quel est l’avenir?

Plus de participants doivent être testés et de nouvelles techniques de stimulation seront peut-être nécessaires pour différents types de blessures. Quoi qu’il en soit, le groupe du professeur Courtine à l’EPFL renforce l’avenir radieux du traitement des lésions de la moelle épinière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *