Pour être heureux, il faut donner

Pourquoi nous sentons-nous plus heureux quand nous faisons un don à un organisme de bienfaisance ou lorsque nous achetons un cadeau pour quelqu’un d’autre? Grâce aux techniques d’imagerie cérébrale, les chercheurs ont pu localiser l’activité cérébrale des participants lorsqu’ils ont fait un don à une bonne cause.

Ce qu’ils ont observé, c’est que la région du cerveau qui est devenue la plus active était le mésencéphale (le noyau caudé et le noyau accumbens), une région du cerveau responsable de nos envies, de nos récompenses et de notre plaisir. Voici donc localisé le mécanisme physiologique derrière ce sentiment de bonheur qui nous envahit quand nous donnons. Et c’est même pourquoi nous choisissons de dépenser de l’argent pour les autres ou pour un organisme de charité plutôt que pour nous-même.

 Mais est-ce que ce don vous rend plus heureux?

Le don rendrait-il plus heureux pour autant? Selon une étude de chercheurs, c’est le cas! Les personnes qui consacrent une plus grande part de leur revenu à des dépenses «sociales» (dons pour des tiers et dons à des œuvres de bienfaisance) sont nettement plus heureuses que celles qui dépensent leur l’argent pour elles-mêmes. Le geste de «donner» nous procure donc du plaisir (l’imagerie cérébrale nous le démontre) et nous rend plus heureux. Notons également – observation bien intéressante –  que le comportement altruiste augmente avec l’âge.

 Donnons-nous simplement pour nous sentir bien?

Certains économistes estiment cependant que l’acte de donner n’est pas entièrement désintéressé car le donateur fait le don afin de se sentir bien. Bien sûr, certaines personnes donnent aux organismes de charité pour de nombreuses raisons qui ne sont pas altruistes. A commencer par le fait de se vanter de sa générosité envers les autres. Mais les études combinant la psychologie, l’économie comportementale et les neurosciences, y compris les techniques d’imagerie cérébrale, ont démontré que certaines personnes ont de véritables motivations altruistes par opposition à celles qui se contentent simplement de se montrer.

 Donner de l’argent et nous sentir plus riche

Des recherches effectuées à l’Université de Yale et à la Harvard Business School montrent que le fait de donner de l’argent ou de le dépenser pour autrui confère un avantage psychologique au donateur qui a un sens accru de la richesse. En d’autres termes, si nous voulons nous sentir plus riche, donnons une partie de notre argent aux autres.

 Donner de son temps peut améliorer notre santé générale

Il y a de plus en plus de preuves que les bénévoles qui travaillent dans une école, distribuent des repas pour les pauvres ou qui œuvrent dans un centre pour les aînés, éprouvent une récompense émotive à donner de leur temps. Par ailleurs, le bénévolat est associé à de meilleurs résultats en matière de santé physique et mentale. Ainsi, les bénévoles sont plus susceptibles d’utiliser des services de santé préventive (par exemple pour se faire vacciner contre la grippe). Ils voient également leur bien-être psychologique augmenter. De plus, ils sont moins déprimés.

Il semble que le bénévolat nourrit le sens de la vie du bénévole. Or, les cliniciens ont constaté que les personnes ayant un sens élevé de leur vie ont un risque moindre de subir des incidents cardiovasculaire (comme une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral) par rapport aux personnes dont la vie manque de but et de sens.

La saison du don

Comme nous approchons maintenant de la saison des dons, peut-être devrions-nous réfléchir à comment donner pour maximiser notre plaisir, notre bonheur et notre santé. Ce n’est pas la quantité qui compte, mais c’est le geste de donner à quelqu’un d’autre !

3 réponses à “Pour être heureux, il faut donner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *