Des forts orages apportent des grosses grêles et des tornades

Des forts orages touchent  l’Europe, notamment l’Espagne, la France et la Belgique. Ils ont provoqué des rafales de vent, des tornades et des grosses grêles.  Des pluies très intenses ont amené des inondations. Les météorologues alertaient sur ces risques (lien), et les événements prévus avec un ou deux jours d’avance se sont réellement produits.

Ce weekend une quantité d’eau très importante est tombée sur Paris en quelques minutes. TF1 a rapporté de nombreux dégâts dans la région Parisienne ainsi qu’autour de Rheims, inondé par un orage super cellulaire.

Un autre orage super cellulaire en Champagne- Ardenne est visible ici (lien). D’autres ont été photographiés en Italie (lien) et en Belgique le 17 juin (lien).

Samedi, la France a été touchée par 37 000 éclairs.

Des fortes rafales ont provoqué des dégâts dans le Sud-Ouest.

Des grêlons géants ont été signalés à Vercel-Villedieu-le-Camp, dans le Doubs.  La météo franc-comtoise rapporte que le village a été détruit, je dirais plutôt endommagé, environ 80% des habitants ont subi des dégâts de toiture ou de véhicules.  Lien Météo Franc-Comtoise

FR3 rapporte aussi ce phénomène (lien), ainsi qu’une commune dans l’Aisne dont 100% est sinistré (lien).  Plusieurs épisodes de grêle sont rapportés en France, particulièrement impressionnante à  Noyers-sur-Serein, Bourgogne.

Guillaume Schroeter de l’Association Suisse des risques naturels a partagé deux événements de grêle en Suisse, à Morgins et à Vallorbe.  C’est assez normal, au fond,  que les nuages qui ont touché la Bourgogne et le Doubs en France ne se soient pas arrêtés à la frontière, et qu’ils aient aussi affecté la Suisse.

Des tornades ont décapité une église à Saint-Nicolas-de-Bourgueil  en France, d’autres ont frappé Beauraing et Laloux en Belgique.

D’autres petits tourbillons ont été photographiés en Turquie (lien) et à Malte (lien) le 16 juin. Combien y en a-t-il eu en Europe ces derniers jours? Là je trouve encore ça en Allemagne le 16 juin (lien) et au Nord de l’Espagne ce weekend (lien).

L’Association suisse des risques naturels alerte aussi sur des forts orages aujourd’hui (dimanche). Ceux-ci pourront s’accompagner de rafales et de précipitations très extrêmes, et de grêle (post Facebook).  Je suis généralement d’accord avec leurs publications climatiques et météorologiques.

Je voulais présenter en détail une étude scientifique qui analyse des pluies intenses des années 2000-2009. Elle about à la conclusion que des statistiques horaires, par endroit précis, donnent des meilleures prévisions de pluies intenses, parfois très courtes, que des moyennes journalières (lien).  Les inondations sont parfois dues à des courtes et violentes pluies d’une heure. L’inondation de Lausanne, de 2018, a résulté d’un tel phénomène bref. Les précipitations augmentent encore,  intenses et dangereuses en l’espace de dix ou vingt minutes.

Les orages deviennent plus dangereux. Ils apportent le risque des inondations, de grêle, de vents forts et destructeurs et même de tornades. Le risque d’électrocution due aux éclairs s’accroît aussi.  Il faudrait penser à s’abriter avant l’orage, et à faire fermer les lieux de travail et les écoles pour une après-midi dans les villes particulièrement menacées.

Les tempêtes s’aggravent vite. J’aimerais trouver des meilleurs modèles météorologiques des tempêtes du Futur, peut-être faut-il des groupes de recherche à l’EPFL dédiés à ce sujet.  Je crois qu’elles pourraient amener énormément de destructions.

Combien de bâtiments seront-il détruits par les tempêtes de l’été dans dix ans? Dans vingt ans?  Devons-nous reconstruire ou passer aux bunkers?

Dimanche 20 juin, des grêlons de plusieurs centimètres ont aussi touché Grenoble et la Gruyère en Suisse, de nombreux arbres ont été cassés par le vent ou une tornade dans le région d’Alès, le Sud-Est de la France (lien).

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

11 réponses à “Des forts orages apportent des grosses grêles et des tornades

  1. Si l’homme a survécu jusqu’à maintenant, c’est principalement grâce à sa capacité d’adaptation. Il faudra donc s’adapter à cette nouvelle donne en construisant plus solide et en déclarant des zones exposées inconstructibles. Rien d’impossible. Cela remettra en cause certains dogmes: les centrales nucléaires peuvent résister à un orage et à de gros grêlons, les panneaux solaires que certains voudraient installer sur tous les toits ça reste à prouver…

  2. Nous subissons de graves inondations alors que nous étions déjà en alerte sécheresse, Une pluie même forte n’est pas un raz de marée mais elle le devient automatiquement quand on ne retient pas les ruissellements en AMONT des bassins versants. Les sécheresses et les inondations ne sont pas des fatalités liées au dérèglement climatique mais le résultat logique d’une très mauvaise gestion des eaux de surface : Inondation c’est quand l’eau repart trop vite vers la mer, sécheresse c’est quand elle est repartie trop vite …La situation se dégrade tous les ans parce que le ministère de la transition écologique détruit tous les ouvrages en amont des agglomérations qui avaient justement pour vocation de protéger et de réguler le débit des rivières ! Effectivement, le résultat est conforme au plan d’actions : les rivières sont ravagées par des crues de plus en plus fortes et les poissons migrateurs vont apprendre à marcher pour remonter les rivières sèches l’été… C’est pourtant mathématique : quand l’eau s’écoule plus vite elle s’écoule moins longtemps !Depuis plus de 30 ans les climatologues disent bien, qu’avec le dérèglement climatique, il n’y aurapas moins d’eau mais une dégradation de la répartition annuelle des pluies : inondations l’hiver et sécheresse l’été, exactement le scénario qui s’installe durablement en France … On a détruit quand il fallait construire ! Même les castors savent que pour avoir de l’eau l’été il faut retenir l’eau l’hiver dans les bassins versants avec des barrages …Vite des réserves collinaires ou ça va être l’enfer !

    1. “c’est pourtant mathématiques” : les mathématiques sont mon métier, il ne suffit pas de dire quelque chose avec aplomb pour que ce soit vrai. Concernant les retenues collinaires, la conclusion d’une synthèse de connaissance de 2020 sur le serveur Hal : Globalement une diminution du débit est observée à l’aval des plans d’eau en fonctionnement normal. On observe une diminution des volumes de crue et une sévérité des étiages renforcée. L’impact des plans d’eau placés en série et en dérivation est maximal par la déconnexion qu’ils provoquent. L’interception des eaux de pluie induit l’épuisement des nappes d’accompagnement.Les vidanges et les lâchures entraînent des hausses brutales du débit et un bouleversement du régime hydrologique du cours d’eau. L’évaporation provoque un surplus de pertes hydriques par rapport à un couvert végétal et une perte nette au niveau de la nappe d’accompagnement. L’impact hydrologique de l’évaporation va dépendre de sa proportion vis-à-vis du débit d’étiage. Plus celui-ci est faible et plus les pertes en eau seront marquées.

      Donc oui impact positif sur les crues, négatif sur le reste, en particulier sécheresse. Dites pas n’importe quoi sur les populations piscicoles SVP. C’est difficile de faire mieux que la nature, sauf au café du commerce.

  3. “Les orages deviennent plus dangereux. Ils apportent le risque des inondations, de grêle, de vents forts et destructeurs et même de tornades. Le risque d’électrocution due aux éclairs s’accroît aussi.” !?
    Ce n’est pas du 220 V !!!
    De l’alarmisme gratuit sans aucun argument ni aucun fondement physique .
    De la pure affabulation …

  4. “Combien de bâtiments seront-il détruits par les tempêtes de l’été dans dix ans? Dans vingt ans? Devons-nous reconstruire ou passer aux bunkers?”. Je crois que ce sera très majoritairement la reconstruction des bâtiments qui sera choisit dans les villes, si cela est possible. Mais en campagne, certains penseront à se construire un bunker car plus durable. Mais de façon générale, je crois que le secteur de l’immobilier va entrer progressivement dans une phase de déclin chronique. Le coût des assurances habitation va devenir inabordable et certains n’auront plus les moyens de reconstruire leur bâtiment en cas de destruction par de la grêle dévastatrice, une tornade ou une inondation. Conséquence à cela, les prix des bâtiments vont s’effondrer éventuellement car qui pourra se permettre de s’acheter une maison lorsque le climat sera devenu complètement imprévisible ou chaotique ??? Le risque sera trop grand !

  5. Nous devons sortir du schéma des pluies décennales et penser en pluies centenaires, assainir les bâtiments et s’assurer que nos sols soient assez drainés. On revient à l’agroécologie et aux messages que les Suisses ont refusé d’écouter le 13 juin et la nature se vengera bientôt.

  6. Avec les augmentations des orages, grêles (voir St-Imier) et potentiels de foudre liés au changement climatique (20% de plus en 15 snd en Suisse), M. Giot démontre qu’il n’est pas scientifique.

  7. HORS-SUJET
    Madame,
    Permettez que je vous interpelle sur un vrai scandale planétaire qui me tient à coeuret qui détruit tout notre environnement sans que personne ne se soucie.
    Je parle des bateaux de croisière mais aussi des 70’000++ navires de gros tonnage qui polluent nos océans, notre atmosphère et dégazent régulièrement en cachette. Les amendes sont moins chères que le nettoyage au port!
    https://www.letemps.ch/video/monde/croisieres-laberration-écologique
    On taxe les malheureux chauffeurs de voitures alors que 20 paquebots polluent plus que toutes les voitures de l’Europe.
    Quand nos autorités vont-elles entreprendre quelque chose de sérieux (avec HQ MSC à GVA) ?
    Merci de penser à un article…..
    Serge

  8. Une scène apocalyptique en France. Un violent orage de grêle a traversé la commune d’Éloyes mardi le 29 juin 2021. Des grêlons équivalents à la taille d’une bille de paintball sont tombés. Un peu plus tard, c’est sur la RN 57, entre Plombières-les-Bains et Le Val-d’Ajol, que l’orage s’est abattu… les images sont impressionnantes. Au centre-ville de Plombières-les-Bains, les habitants ont dû ressortir les pelles à neige. Les sapeurs-pompiers sont intervenu pour des inondations aux habitations.

Répondre à Hubert Giot Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *