Les vagues de chaleur se multiplient sur Terre

La semaine passée nous a apporté des belles journées d’été suisses, ensoleillées mais pas trop chaudes. La température restait  en dessous de 30 degrés , comme c’était le cas il y a un quart de siècle.  Cependant la réchauffement planétaire continue.
Aujourd’hui, les Etats-Unis sont frappés  par une  forte vague de chaleur, qui touchera quasiment tout le pays. Dans certaines régions, en Californie et en Arizona, les températures prévues sont de 49 degrés Celsius. Selon les prévisions météo, cette canicule pourrait durer tout l’été, sans répit, et sa durée serait sans précédent.  Des vagues de chaleur plus longues avaient été prévues par certains climatologues.
La semaine passée, trois publications différentes ont montré qu’il y a plus de vagues de chaleur sur la Planète, et même que cette progression s’accélère. Une d’elle, émanant du centre de recherche du MetOffice britannique, montre que les changements de température sont indicatifs du réchauffement planétaire, et que les minima, les journées les plus froides, changent même plus vite que les journées chaudes (lien). Une autre montre que la Terre subit plus de températures extrêmes (lien), et que cette progression s’accélère.
James Hansen a analysé les températures en été dans l’hémisphère Nord. Elles montent, et cela de plus en plus vite. Elles ont augmenté d’environ un degré Celsius en quarante ans à la fin du 20ieme siècle , et de nouveau d’un degré en vingt ans, depuis l’an 2000. Le nombre de jours extrêmement chauds , pénibles, dangereux, très exceptionnels dans le passé, augmente aussi rapidement, en rouge foncé sur son graphique (lien).

L’augmentation des vagues de chaleur prévue par les climatologues est désormais très solidement prouvée. Elles se multiplient, s’aggravent et deviennent dangereuses.

 

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

9 réponses à “Les vagues de chaleur se multiplient sur Terre

  1. Merci de nous tenir si bien informés sur un sujet dont il est si difficile de parler.
    Pas facile de témoigner de l’Anthropocène, j’en sais quelque chose.
    J’apprécie votre courage et votre intégrité.

    Cordialement
    Jack

  2. chère Madame lire des thermomètres est facile s’effarer des hausses de rempérature est normal les extrapoler est hasardeux les mathématiciens de tout accabit s’y adventurent même les chamans même les sorciers. Quelques physiciens observent pourtant en ce moment grâce à leurs deux satellites proches du soleil les soubressauts les torsades magnétiques les températures et d’autres mystères non résolus de celui-ci . Pourriez – vous dans votre blog vous intéresser à ces recherches qui de toute évidence sont conduites par des savants qui ne se hasarderons pas à communiquer sur le réchauffement climatique, sujet trop brûlant. Est-ce trop vous demander de ne pas tout miser sur le CO2 pour justifier le réchauffement climatique?

    1. Cher Troll (ou connard accablant)
      Tu parles d’activité solaire? Nous commençons (depuis 1 mois) à peine à sortir d’un minimum d’activité solaire. Comme tu dois certainement le savoir, les cycles du soleil durent onze ans (22 ans en fait puisque chacun des pics est le résultat d’un inversion du champ magnétique solaire).
      Mais je ne dois rien t’apprendre toi qui sait tout.
      https://www.spaceweatherlive.com/images/news/400-header.jpg

      Source (crédible) en Anglais https://www.spaceweatherlive.com/en/news/view/400/20191210-official-solar-cycle-25-forecast-update

      Alors, comment se fait-il que les températures continuent de grimper alors que nous sommes dans une période d’activité solaire minimum? C’est certainement un complot, on a faussé tous les thermomètres de la planète et rien ne crève de chaleur ni ne s’assèche…

  3. Vos conclusions ressortent de statistiques Tronquées datant d’un siècle par rapport au climat terrestre changeant sur des millénaires et toujours pas maîtrisé par la science .
    Par rapport au derniers 300 derniers millions d’années selon les données paléo climatiques, nous vivons dans une période froide caractérisée par des glaces aux pôles.
    Tout est relatif !

    1. Le fait que le climat change habituellement sur des millénaires ne veux pas dire qu’il ne peut pas changer plus rapidement si des petits malins injectent quelques centaines de milliards de tonnes de CO2 en moins de 100 ans.

      C’est vrai que le climat passé des 300M années passé on eut des épisodes chauds… par exemple la sympathique extinction de masse du Permien…

      Il se trouve que la période “froide” (tiède en fait, parce que froid c’est une glaciation, i.e. -4 à -5°C, changement climatique “mineur” mettant un kilomètre de glace dans le glacier du Léman) est idéalement adapté à l’expansion de notre civilisation grâce à un climat stable permettant la pratique de l’agriculture.

      Lors du permien il n’y avait : ni humains, ni civilisation, ni agriculture. Parier que les trois sont possibles dans un régime climatique instable est un pari assez insensé. Mais bon, apparemment +5°C n’aurait qu’un impact de quelques % sur le PIB d’après certains économistes. Espérons que ces quelques % perdus ne soient pas ceux correspondant à l’entier du secteur agricole…

  4. Tous les problèmes écologiques sur Terre se heurtent aux économies. Croire que l’homme peut continuer à fracasser le monde vivant et la planète en toute tranquillité, croire que la vie sera magnifique avec 10 milliards d’humains lorsqu’on aura anéanti toutes les forêts (faune et flore sauvages) pour en faire des surfaces agricoles, croire qu’on s’en sortira si le réchauffement climatique atteint la limite haute des climatologues : voilà qui est bien étrange ! L’Homme est la seule espèce vivante qui a fait disparaître d’autres espèces et qui met sa propre existence en danger. Quelle prouesse ! Les générations futures risquent de nous maudire.

Répondre à Dussinger Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *