Les vagues de chaleur s’aggravent sur toute la Terre

Les scientifiques avaient déclaré il y a longtemps que des vagues de chaleur croissantes seraient un signe clair du changement climatique. Aujourd’hui, ils montrent qu’elles augmentent, s’aggravent et cela de plus en plus vite.

Les vagues de chaleur surviennent de plus en plus souvent sur une grande partie de la Terre. Autour de la Méditerranée, il y a six jours de canicule de plus chaque décennie depuis 1980. Les températures y ont atteint des valeurs extrêmes ces dernières années, jusqu’à 60 degrés au Bahreïn.

Dans les régions boréales, en Alaska et en Sibérie,  le changement climatique a des conséquences un peu différentes: il apporte parfois des vagues de chaleur très intenses, les températures montent alors à vingt degrés au au-dessus des moyennes normales.

Les canicules sont plus fréquentes,  la température monte plus haut et cela  dure plus longtemps. Les Scientifiques ont développé une mesure qui tient compte de tous ces facteurs. Ils cumulent les degrés au-dessus de la normale subis tous les jours des canicules. Cette mesure qui intègre la fréquence et l’intensité permet de prouver que les vagues de chaleur ont augmenté sur quasiment toute la Planète. L’augmentation est plus rapide depuis 1980.

Les zones les plus touchées sont la côte nord-est de l’Amérique du Sud, le Nord de l’Afrique et le Proche- Orient.  Les canicules frappent partout. Au mois de mai, la Sibérie subissait une vague de chaleur de 20°C au-dessus des normales,  en juin au Vietnam il faisait si chaud que les agriculteurs plantaient le riz la nuit à la lampe frontale car il ne pouvaient plus travailler le jour, en Californie les moules ont cuit au bord de l’océan…

En voyant les vagues de chaleur de plus de 20 degrés en excès qui frappent l’Arctique, je me demande si l’air extrêmement chaud du Proche-Orient pourrait un jour atteindre l’Europe. Avons-nous besoin d’abris contre les vagues de chaleur extrêmes?
https://phys.org/news/2020-07-heatwave-trends-worldwide.html

 

Les vagues de chaleur se multiplient sur Terre

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

22 réponses à “Les vagues de chaleur s’aggravent sur toute la Terre

  1. chère Madame , vous confondez la météo et le climat !!! Tout est bon pour faire de l’alarmisme et prédire des catastrophes suite aux conclusions délirantes du GIEC , dont un des membres vient d’expliquer la malhonnêteté des fondements

    1. J’ai plutôt l’impression que c’est vous qui confondez les deux notions. Des phénomènes sortant de la norme de temps en temps, cela relève en effet de la météo, mais quand on bat systématiquement des records de températures en particulier, et de manière de plus en plus rapprochée, on a alors bien affaire à des modifications climatiques.

    2. @GAYTON : vous avez visiblement un problème avec la logique et l’acceptation de la réalité! Que c’est dur d’envisager un changement comportemental niveau consommation des ressources fossiles, vous devriez essayer ça pourrait être bon pour votre santé!

    3. Les calculs dont je parle dans cet article comparent les vagues de chaleur survenues sur toute la Terre a celles des années 1950. C’est une mesure du changement climatique

  2. C’est curieux cette manière de mettre une majuscule au mot “scientifique”.

    Est-ce intentionnel? Dans ce cas c’est révélateur. Ou est-ce votre clavier qui fait des siennes?

    Personnellement je trouve que les scientifique n’ont pas droit à la majuscule. Par les temps qui courent, avec cet article de The Lancet contre la chloroquine, bidouillé sur ordre de Big Pharma, l’essai Discovery, bidouillé aussi pour les mêmes raisons, et les mensonges du GIEC qui ont été mis en lumière, la crédibilité des scientifiques en prend un coup. Ils feraient mieux de faire profil bas.

    1. @BIZARRE : “mensonges du GIEC” Mon Dieu, ils n’ont pas été PARFAITS durant toutes ces années, c’est intolérable! Ils auraient présentés une ou deux courbes sous un aspect qui rend plus attentifs au danger, quelle audace! Les lecteurs climatosceptiques dépassés par la visualisation mentales de courbes détachées du zéro absolu, comment peut-on leurs faire cela? Tellement plus simple de nier la réalité et se préparer à cuire lentement dans le brouhaha des climatiseurs défectueux! Bon courage pour conserver vos illusions!

  3. Un jour, je crains qu’il y ait des pénuries alimentaires catastrophiques sur plusieurs continents simultannément si je le réchauffement climatique continue à ce rythme d’enfer.

  4. chassez 1 troollll (votre ami giot), il en vient 2 autre … c’est la vie lilidorota

    p.s. j’essaie d’inventer un nouveau (ou nouvo) language (o lingua) sans majus, mais que des minus et de plus, sans genre 🙂

  5. nous sommes certainement dans un pic climatique tels que ceux décrits dans l’histoire, probablement renforcé par quelques watts/m2 de CO2 supplémentaire , mais cela ne doit pas nous mener à une paranoïa faisant croire que la Terre va s’embraser …
    La planète est dominée par les océans qui contiennent beaucoup plus d’énergie que l’atmosphère et qui n’ont variés que de quelques centièmes de degré depuis qu’on a commencé à les mesurer en profondeur .
    Si vous lisez les informations provenant des satellites , vous pourrez voir que l’antarctique n’a pas pris un dixième depuis 40 ans et que la surface des glaces y reste à peu près constante .
    Les phénomènes naturels occasionnant des variations de température touchent plus l’hémisphère Nord et ça se voit aussi dans les relevés provenant des carottes de glace sur des centaines de milliers d’années …

    1. Vous êtes visiblement en déni de réalité total! … ça se soigne en général en minimisant la dépendance aux produits fossiles! Observé chez d’autres, quand les conflits d’intérêts s’en vont, genre grosse bagnole qui pue à transports publics, comme par hasard le déni de réalité perd de son amplitude! La voiture privée, parlons en : une plaie sociale qui atteint directement les gens dans leur santé par manque d’activité physique en addition d’un conformisme tragique transformant une grande proportion d’humains en mouton à quatre roues, prêt à être tondus par une législation encore trop laxiste. Abandonnez votre voiture, vous deviendrez automatiquement plus intelligent grâce à une plus grande variété de mode de déplacement et des comportement moins codifiées, et dans la foulée vous pourrez regarder vos petits enfants droit dans les yeux!

      https://www.ouest-france.fr/sante/intelligence-conduire-plus-de-deux-heures-par-jour-fait-baisser-le-qi-5154546

      1. J’adore la conclusion de l’article que vous publiez : “plutôt que de prendre la voiture pour aller travailler, sortez voir vos amis”.
        Du haut niveau intellectuel en effet.

  6. Message au modérateur/modératrice

    Si vous laissez les trolls dirent n’importe quoi dans les commentaires, ce serait à vous d’y répondre.
    Si vous iriez sur des sites ou vidéos de déni climatique (ou autres sciences) vous seriez très probablement bloqué-e-s.
    C’est impossible d’avoir des discussions sensées dans les commentaires de votre blogue.

    Cordialement

    Jack

    1. Vous voulez dire les trolls climato-sceptiques je suppose ? Je crois qu’ils sont juste en déni de réalité, ce qui est assez grave vu les conséquences à court terme!

      1. Climato-sceptique?
        Le déni est une du réchauffement climatique de cause humaine a été mis en place par l’industrie des combustibles fossiles. C’est bien documenté par de multiples enquêtes. D’ailleurs, ce sont les mêmes organisations, et dans certains cas, les mêmes personnes, qui nous faisaient croire que la cigarette ne causait pas de dépendance et ne multipliait pas les probabilités de causer divers cancers.
        https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9ni_du_r%C3%A9chauffement_climatique
        (Voire la note 89)
        Les tenants de la “terre plate” (flat-earthers) https://fr.wikipedia.org/wiki/Flat_Earth_Society nient aussi le réchauffement climatique de cause humaine. Ils font partie de la même catégorie d’individus, comme ceux qui nient l’Évolution et la Relativité par exemple.
        Ce n’est certainement pas du scepticisme, c’est le la mauvaise foi pure et dure si ça ne relève pas tout simplement de problèmes psychiatriques…

        «La science sert à étudier et comprendre notre extraordinaire réalité»

        Jack

  7. Les trolls m’amusent. Pas besoin de les censurer. Ils se répètent et ne se rendent même pas compte que plus les conditions climatiques changent, plus leur discours devient absurde et caricatural. Et c’est tant mieux, car le décalage est tel entre ce qu’ils racontent et la réalité qu’on observe, qu’ils en deviennent immédiatement identifiables. Aussi laissons-les radoter. Il ne leur manque que d’essayer de nous convaincre que la terre est plate. Dans le fond, leur discours traduit un profond désarroi auquel ils répondent par un déni de la réalité qui est bien plus fréquent qu’on ne le pense. Allez, par exemple, dire à un écologiste que ce qu’il essaye de protéger est sur le point de disparaître et vous comprendrez immédiatement de quoi je parle. Il essayera alors de vous convaincre de la résilience de nos écosystèmes et finira par vous dire qu’il n’y a aucune certitude quant à l’évolution future du climat… Les scientifiques qui étudient le climat ont les idées claires sur ce qui nous attend. Je crains fort que cela ne soit pas encore le cas pour une bonne partie de la population, qui semble malheureusement disposée à écouter le message contradictoire de ceux qui nient le changement climatique et nous bombardent d’arguments complètement dingues. Faut-il pour autant les censurer ? Je suis plutôt de l’avis qu’il faut éduquer le public afin qu’il soit lui-même capable de trier le bon grain de l’ivraie…

    1. Effectivement, des souvent propos si décalés avec la réalité qu’ils en deviennent grotesques et au final source de dérision.

      Le problème étant que la capacité de nuisance de l’Union du Déni Climatique reste élevée et que le temps presse. Au final les trolls sont des lobbyistes travaillant pro-bono pour swissoil et leurs amis.

      Je ne peux que saluer la persistance de Dorota face aux litanies de certains.

    2. Le problème n’est pas tant de reconnaître les trolls, ou de savoir s’ils vous amusent.
      Le problème serait plutôt de savoir ce qu’en fait, ce quotidien qui se prétend “de référence”?

      En d’autres termes, audience facebook pour le compteur audimat, ou crédibilité!

  8. Pour la 2e année consécutive l’activité des feux de forêts est plus de 22 fois supérieure à 2003-2018, en zone arctique. Est-ce bien la libération du gaz méthane CH4, inflammable, via la fonte des pergélisols, qui allume et alimente naturellement ces feux ?

    1. Le méthane, qui compose ±95% de ce qu’on nomme “gaz naturel” a besoin d’une source d’ignition pour s’enflammer. Contrairement aux rumeurs, le méthane ne peut s’enflammer de lui-même.

      Ce qui cause les feux les feux en Arctique sont les éclairs d’orages, et il y en a de plus en plus dans l’Arctique comme le démontre les données satellitaires et observations terrestres. Une faible partie de ces feux peut avoir une cause d’ignition humaine.

      Je lisais une nouvelle étude hier soir qui confirme que la très grande majorité du méthane qu’on retrouve dans l’atmosphère provient bel et bien de l’extraction et la distribution des combustibles fossiles.
      C’est en Anglais..
      https://insideclimatenews.org/news/20022020/two-new-studies-add-fuel-debate-over-methane

      Jack

    2. Aussi, le gaz naturel, vu que j’ai aussi travaillé dans les systèmes de chauffage au cours d’été, ne peut s’enflammer que si sa concentration dans l’air se situe entre 4% et 16%.
      Ce qui cause les cratères d’explosion en Sibérie sont les hydrates de méthane, soit des moécules de méthane emprisonnées dans des cages de glace (H2O).
      Quand les hydrates de méthane dégèlent (ou décompressent) ils augmentent leur volume de 168 fois. Ces “explosions” sont sans flammes, c’est que de l’expansion rapide de gaz (méthane et vapeur d’eau).
      Son point d’auto-inflammation dans l’air est de 540 °C.
      Donc, y’a pas le feu aux hydrates de méthane 🙂

      Jack

Répondre à GAYTON Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *