La foudre frappera mille millions de fois

La foudre est un événement assez imprévisible. Elle se produit lors d’orages, certains lieux, tels la Suisse, et le lac de Côme, y sont particulièrement propices.  Nous sommes assez bien protégés des foudres du vingtième siècle.  Pourtant, ces dernières années, des grands orages ont fait leur apparition. Ils s’étendent au-dessus de plusieurs pays.  Parfois, ils provoquent un nombre record d’éclairs. Des records de ‘coups de foudre’ ont ainsi été battus récemment dans plusieurs régions, en Europe, en Afrique et en Asie entre autres.  Ce phénomène pourrait aussi changer et véhiculer plus, ou beaucoup plus d’énergie. Il faudrait étudier si des  ‘super-foudres’ ou ‘méga-foudres’ font leur apparition.

Les scientifiques savent que l’eau s’évapore plus du sol et des océans quand il fait chaud. Cela se produit plus souvent à cause du réchauffement climatique. Il génère plus de nuages, de pluies et la possibilité d’orages accompagnés d’éclairs. L’humidité peut être précisément prévue en fonction de la température.

Une étude récente, publiée en décembre 2018, estime que le réchauffement climatique provoquera plus d’orages accompagnés d’éclairs, qu’ils augmenteront d’environ 20% par degré.

Certains spécialistes pensent que le réchauffement apportera des événements de foudre plus explosifs, plutôt qu’une augmentation continue (Reuters).

La semaine passée, en Pologne et en Slovaquie voisine, la foudre a frappé une croix en métal au sommet d’une montagne, et les chaînes permettant de gravir la montagne se sont chargées d’électricité, ce qui a empêché l’arrivée des secours. Il a eu des morts et des nombreux blessés ce jour-là. Les événements météo semblent devenir plus graves.

En cas d’orage accompagné de foudre, il faut s’éloigner des plans d’eau, des terrains de football, des arbres, des hautes montagnes, et rejoindre un bâtiment équipé d’un paratonnerre. Il ne faut pas toucher l’eau, et, dehors, s’éloigner de tout objet métallique, même ses clés, à trois mètres (tcs).

Cette année les orages ont aussi apporté d’immenses grêles dans plusieurs pays voisins, desquels il faut s’abriter sous un toit solide.  Et il serait bon d’étudier l’éventualité de méga-grêles, de méga-foudres et de méga-paratonnerres adaptés.

Trois jours après cet article, un éclair étonnamment fort frappait la Suisse, à proximité de Cossonay (Association suisse des risques naturels).

 

 

 

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

2 réponses à “La foudre frappera mille millions de fois

  1. Merci de nous ouvrir les yeux. Vous nous permettez d’éprouver, semaines après semaines, l’ampleur du Dérèglement Climatique. l’Equilibre étant rompu, vous nous indiquez, me semble-t-il, que tout événement climatique devient et deviendra extrême et chaotique ! Terrible perspective. Est-ce qu’un nouvel Equilibre peut survenir, surgir d’un Chaos ? Question naïve, espérance enfantine. Est-ce qu’une tempête de cette ampleur peut se calmer ? Après combien de milliers d’années ?

    1. L’étude du passé nous montre que oui, de nouveaux états d’équilibre s’établissent et la nature peu à peu ou parfois très rapidement s’y adapte. Après tout, notre époque (qui n’est autre qu’une prolongation de l’Holocène) peut être perçue comme un nouvel état d’équilibre qui s’est établi après le brusque réchauffement qui marca la fin de la dernière ère glaciaire. L’Homme, par ses activités, a perturbé cet équilibre et il semble bien qu’aujourd’hui nous soyons en route vers un nouvel état d’équilibre. Pour le moment ce changement s’est fait de manière assez progressive mais la nature a plutôt l’habitude de procéder par grands sauts. Je ne serais donc pas surpris que dans le futur le climat change brusquement dans de vastes régions. Et vers quoi allons nous ? Je pense personnellement que la réponse se trouve dans le passé. Le taux de CO2 dans l’atmosphère n’avait jamais été si haut depuis le Pliocène. Nous ferions peut-être bien de jeter un petit coup d’oeil dans le rétroviseur pour savoir ce qui nous attend…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *