Pétrole ou Renouvelable? Les majors ont choisi, pour l’instant…

Depuis 2014 et la chute des prix du baril, l’industrie pétrolière traverse une crise féroce avec d’innombrables mises en faillite, plus de 440’000 emplois perdus et quelques centaines de milliards $ passés à la trappe.

De l’autre côté de la table, les énergies renouvelables ont le vent en poupe d’autant que les considérations environnementales pointent le bout du nez.

On pourrait imaginer que les majors pétrolières se trouvent devant un dilemme cornélien. Faut-il investir dans le pétrole ou le renouvelable?


L’objectif des majors n’est pas d’extraire du pétrole mais de générer des dividendes.

La survie des majors repose sur leur capacité à générer des dividendes. Qu’importe le moyen. L’objectif est de pérenniser les investisseurs et d’en trouver de nouveaux. Aujourd’hui, une matière première continue de remplir cette condition: le pétrole.

Dans une optique à court terme, cette stratégie est gagnante. En effet, il manque presque 1’000 milliards $ d’investissements dans l’exploration et l’exploitation pétrolière pour assurer que l’offre puisse suivre la demande à l’aube des années 2020.

De manière mécanique, nous devrions voir une forte augmentation des prix du baril dans les 2-3 années à venir.

Les vaches maigres débutées en 2014, ont enseigné aux pétroliers l’austérité et une gestion rigoureuse des coûts de production. Ils ont réussi à descendre leur ROI (retour sur investissement) du baril à 50$ alors qu’il atteignait 80-90$ en 2014. Si le pétrole repasse sur les 100$, on peut imaginer des profits stratosphériques.

C’est sur ce scénario que planchent les majors.

 

Faire perdurer le Mythe

Si la hausse à venir du baril est prévisible, c’est au-delà de 2023 que les interrogations se focalisent.

Les majors doivent également rassurer les investisseurs sur le moyen terme. Comme un seul homme, les CEO des différentes entreprises ont repris en cœur le refrain de l’abondance pétrolière à venir.

John Watson, CEO de Chevron, voit une augmentation de la demande pour les 20 années à venir et exclu tout «peak oil» de l’offre ou de la demande. Idem pour ExxonMobil.

L’Agence Internationale de l’Energie enfonce le clou et étend cette tendance jusqu’en 2040.

Seul Shell et son CEO, Ben van Beurden, raccourcit le délai du pic de la demande à 2027. Pour assurer ses arrières, il a acheté pour 54 milliards $ le gazier BG Group. Le gaz devrait reprendre la main dans les années à venir.

ExxonMobil a cassé sa tirelire pour acheter des gisements de pétrole de schiste pour 6,5 milliards $ dans le Bassin Permien aux Texas. Leurs dirigeants pensent qu’en 2040, l’industrie du transport sera propulsée à 90% par le pétrole.

Dans la boule de cristal de BP, 1,8 milliard de voitures circuleront d’ici à 2035 (un peu plus de 1 milliard actuellement) dont 75 millions de voitures électriques (4,1%).

Ce consensus fait plaisir à voir.

 

Les Gouvernements misent également sur le pétrole

Si les Gouvernements ont de la peine à imaginer l’Economie avec moins d’or noir, c’est que l’évolution du PIB est intimement corrélée à la consommation d’énergie.

La Chine en fait l’expérience. Pour garder le taux de croissance de son PIB à 6,5%, elle compense chaque kg de charbon économisé par du gaz.

Avec l’augmentation continue du niveau d’endettement, les Etats se sont inscris dans une hausse obligatoire de leur croissance afin de financer cette stratégie. Là aussi, le pétrole joue un rôle majeur. Mais paradoxalement, la remontée des prix du baril va faire rebondir l’inflation et les taux d’intérêts, qui à leur tour, freineront l’Economie.

Un vrai casse-tête.

 

Energies Renouvelables

Devant cette perspective alléchante, on peut comprendre que sur un total de 100 milliards $ d’investissements, les 5 majors pétrolières, Total, Shell, BP, Chevron et Exxon Mobil n’utilisent que 3 milliards $ pour développer leurs actifs dans les énergies renouvelables, selon l’agence pétrolière Wood Mackenzie.

Même si les voitures thermiques ne représentent que le 20% de la consommation mondiale de pétrole, une baisse de la demande pourrait dans le meilleur des cas, compenser la diminution de la production, ou pire pour les majors, faire retomber le prix du baril dans les eaux actuelles.

Cette vision pousse les pétroliers à timidement flirter avec les énergies vertes.

Annuellement, Shell dépense une enveloppe de 1 milliard $ pour les nouvelles énergies. De son côté Total budgétise 500 millions $. Ce chiffre est à mettre en relation avec le rachat de Maersk Oil pour 7,5 milliards $ pour du pétrole de la Mer du Nord.

Mais comme pour garder un pied dans un nouveau domaine, en Angleterre, Shell a commencé à vendre de l’électricité à ses clients.

 

Arrivons-nous à un tournant?

Si la doctrine de Trump propose la «Dominance Energétique Fossile» des USA sur le monde, les chinois parient sur la «Dominance Energétique des Energies Renouvelables».

Les pétroliers font actuellement le même pari que le Président Américain et les pays Européens. Comme la nature a horreur du vide, cette place ouvre une voix royale aux entreprises et aux investisseurs “durables” qui peuvent ainsi se développer sans la menace de cette concurrence.

Cependant, rien ne dit que les majors ne retournent pas rapidement leur veste. N’oublions pas que l’objectif d’une major pétrolière n’est pas d’extraire du pétrole, mais de produire des dividendes… avec où sans pétrole.

 

 

Energies, Economie, Pétrole: Revue Mondiale Octobre 2017

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies.
– Russie: Vladimir Poutine prend sa place au Moyen-Orient
– Arabie Saoudite: Un méga projet à 500 milliards $
– Monde: Nouveaux records de CO2 et de Méthane
– USA: Le pétrole de schiste peine à convaincre les investisseurs
– Chine: La Dominance Mondiale des Energies Renouvelables
– Angleterre: A Hinkley Point, EDF évite la grève avec une hausse des salaires
– Voitures électriques: La Chine se positionne de plus en plus et achète du lithium


 

Bonnes nouvelles pour l’Arabie Saoudite et la Russie qui ont ressorti l’artillerie lourde avec leurs agences de communication. Le manque d’investissement va pousser les prix du baril à la forte hausse selon Amin Nasser, le CEO de Saudi Aramco. Bref, l’avis des traders a changé et le baril passe sur les 60$. La prouesse est à saluer. Cette hausse est à confirmer durant le mois à venir.
Pour l’instant le baril termine le mois à 60.90$ à Londres (57.41 septembre) et 54.15$ à New York (51.56 septembre).

L’uranium joue à 1-2-3… Soleil. Il n’a pas perdu car il n’a presque pas bougé. Il termine le mois à 20.15$ (20.50$ septembre).

 

Graphique du Mois


Evolution des forages actifs de schiste pétrole et gaz aux USA. Source Baker Hughes. Graphique FT.com

 

Monde

Ce mois, les maires de Paris, Londres, Barcelone, Quito, Vancouver, Mexico, Copenhague, Seattle, Le Cap, Los Angeles, Auckland, Curitiba et Milan se sont engagés à faire de leurs villes des zones à zéro émission. Des zones où tous les véhicules thermiques – essence comme diesel – seront interdits de circulation.

Selon Chris Watling CEO de Longview Economics, l’adoption des voitures électriques pourrait créer un peak oil de la demande d’ici à 2023-2025. Pour l’instant, la tendance est à l’augmentation de la demande et nous frisons les 100 millions barils/jour (b/j).

Après avoir sciemment avoir menti sur le niveau de pollution de leurs voitures, les constructeurs automobiles remettent le métier à l’ouvrage avec les voitures électriques. Ainsi, les promesses de 400 à 500 km d’autonomie se divisent souvent par deux! (voir l’étude de A bon Entendeur). Seul Tesla indique des chiffres qui frisent la réalité.

Le Club des Milliardaires a vu sa fortune atteindre les 6’000 milliards de dollars l’an dernier, +17% par rapport à 2015. Leur nombre de milliardaires asiatiques a grimpé d’un quart à 637, comparé aux 563 milliardaires américains. En Europe, ils sont 342. En France 8 milliardaires possèdent le 90% des médias et de la presse.

Selon Lancet Commission on Pollution and Health, la pollution est la plus grande cause de mortalité dans le monde. En 2015, 9 millions de décès ont été enregistrés soit une part de marché de 16%!

Dans le monde, les concentrations de CO2 ont augmenté à 403,3 parties par million (ppm), +3 unités par rapport à 2015.
Outre le CO2, le méthane, deuxième gaz à effet de serre le plus important, a également atteint un record dans l’atmosphère, à 1’853 parties par milliard. Il est désormais à plus de 250% du niveau de la période préindustrielle. On retrouve notamment le méthane dans l’extraction du gaz “naturel” ainsi que le gaz de schiste.

OPEP

La prochaine réunion du cartel du pétrole aura lieu le 30 novembre. Un consensus semble avoir été trouvé pour maintenir les quotas actuels jusqu’à la fin 2018, mais certains pensent que la situation devrait se stabiliser dès mars 2018. Le cartel montre un bel optimisme dans la hausse prochaine des prix.

Si le manque d’investissements devrait pousser les prix à la hausse dès 2019-2020, les boules de cristal peinent toujours à trouver la tendance pour 2018. La demande mondiale a augmenté de 1,6 million b/j en 2017.

 

Possession d’armes par 100 habitants/pays

Chine

La Chine va utiliser le Yen ou l’or à la place du dollar américain pour effectuer ses achats en pétrole notamment avec la Russie. Le plus grand importateur de pétrole mondial met la pression sur le dollar.

Le Président Xi a été réélu pour 5 années supplémentaires. A l’opposé de son alter-égo américain, rusé comme un renard et excellent négociateur, le Président Xi a dû jouer des coudes pour se frayer une place dans le système.

Les années à venir devraient dévoiler le vainqueur entre la «dominance énergétique fossile» des USA et de la «dominance des Energies Renouvelables» de la Chine.

La Chine pourrait autoriser les constructeurs automobiles à créer de nouvelles usines sans devoir passer par un partenaire local. Le clin d’œil est donné à Tesla Motor.

Les importations pétrolières chinoises ont grimpé de 1 million b/j en septembre à plus de 9 millions b/j. L’EIA pense que Pékin comble l’assèchement de ses puits et complète sa réserve stratégique. Les bruits de couloirs rapportent que la Chine vise l’objectif d’atteindre 1 milliard de barils de réserve pour se protéger contre une éventuelle rupture des livraisons. Pékin s’alimente dans des zones risquées comme le Moyen-Orient et le vacillant Venezuela.

Les nouvelles inspections environnementales ont mené à la fermeture de plusieurs dizaines de milliers d’entreprises chimiques, cimentières et de plastiques. Ce choix souligne l’envie du Gouvernement de nettoyer l’air de certaines villes quitte à sacrifier certaines entreprises. Plus de 7’000 entreprises ont fermé, au moins temporairement, dans la province du Sichuan.

Taiyuan, la capitale de la province de Shanxi, a banni la vente, le transport et l’utilisation du charbon. La cité charbonnière va diminuer de 90% sa consommation.

Sinochem, le groupe chimique chinois, participe à l’offre d’achat du Chilien SQM pour un montant de 4 milliards $. Pourquoi autant d’argent sur la table? Sociedad Quimica y Menera de Chile (SQM) est l’un des plus grand producteur de lithium, source indispensable aux batteries des voitures électriques. Dans la course, l’on retrouve GSR Capital, Ningbo Shanshan et Tianqi Lithium, tous de Chine!

La vente intervient alors que les entreprises chinoises ratissent au niveau mondial le lithium qui propulsera les voitures du pays dans les années à venir.

Le fabriquant de voitures, Great Wall Motor, a signé un accord avec l’australien Pilbara Minerals pour la livraison de lithium pour les 5 prochaines années.

Les discussions sur l’impact du marché du pétrole, à cause du remplacement des voitures à pétrole/électriques, ne font que débuter. Les producteurs pétroliers craignent de devoir laisser leur pétrole dans le sous-sol et de perdre des pétrodollars.

Combattre la pollution et maintenir une croissance du PIB à 6,5% est le plus grand casse-tête du gouvernement. Les chinois continuent de fermer des centrales à charbon alors qu’ils arrivent à 77 GW d’électricité solaire et que le gaz remplace petit à petit le charbon.

 

Russie

L’année passée, la Russie a dépassé l’Arabie Saoudite pour les exportations de pétrole. Les Russes vont maintenant doubler les livraisons grâce au Kazakhstan.

Les chinois ont acquis 14% de la compagnie russe Rosneft pour 9 milliards $.

Le Roi Salman ben Abdelazizu Al Saoud s’est rendu à Moscou dans un rapprochement entre la Russie et de l’Arabie Saoudite.

Moscou recherche des financements saoudiens et Riyad s’intéresse au nucléaire, à l’armement et la production agricole de Vladimir Poutine. Le vide, laissé par l’administration Obama et Trump au Moyen-Orient, offre une fenêtre d’opportunité à Vladimir Poutine.

Moscou continue ses efforts et gagne de l’influence au Moyen-Orient via son industrie pétrolière. Rosneft a pris le contrôle du pipeline du Kurdistan Irakien pour 3,5 milliards $. Initialement, Rosneft avait prêté 1,2 milliards $ aux Kurdes pour construire ce pipeline avec un remboursement en pétrole. Avec la perte des gisements de Kirkuk, les kurdes sont dans une position économique moins favorable. Rosneft en a profité pour proposer 400 millions $ supplémentaires pour 5 gisements pétroliers dans la partie Irakienne kurde.

En Iran, Rosneft est en discussion pour livrer le pétrole iranien en Asie et pour contourner l’embargo américain.

La Russie a averti l’Ukraine de se tenir à distance respectable des installations pétrolières proches de la Crimée. Si l’Ukraine désire s’en emparer, les russes suggèrent l’intervention de son aviation.

Le premier Ministre Medvedev a signé 11 accords bilatéraux avec le Maroc dans les domaines de l’agriculture, militaire, culture, énergie et le nucléaire. Dans les années à venir, la Russie livrera du gaz liquide au Maroc via Gazprom.


Dessin Chappatte

USA

Le nouveau Directeur de l’Energie, Rick Perry, désire donner des subventions aux matières premières qui peuvent être stockées au moins pendant 90 jours avant de générer de l’électricité. Le brave homme a trouvé la dénomination sexy de «fuel-secure resources» «énergies sécurisées» alors que le reste du monde appelle cela: charbon et nucléaire. Cette entourloupette permettra à Washington de soutenir les industries du charbon et nucléaire actuellement à l’agonie. Les lobbies du pétrole et du gaz s’opposent fortement à cette proposition.

En Virginie, Facebook va construire un nouveau data center entièrement propulsé à l’énergie solaire. C’est l’américain Dominion Energy qui est chargé du projet. Aux USA, plus de 100 multinationales désirent utiliser 100% d’énergies renouvelables dont Walmart, Coca-Cola, Nestlé ou Ikea. Dans beaucoup de cas, il faut tempérer cette ardeur par des motivations de communication et de buzz.

General Motors sera le premier constructeur à tester une voiture autonome dans la ville de New York avec une Chevy Bolt électrique.

La demande pétrolière du pays a grimpé à 20,2 millions b/j en septembre (+2,4% par rapport à septembre 2016) selon l’American Petroleum Institute. La production indigène se monte à 9,5 millions b/j. (+11,3%).

De 2012 à 2016, 43 GW de capacités électriques au charbon ont été retirées. Des nouvelles unités de gaz pour 40 GW, 56 GW d’éolien et de solaire et 4,7 de centrales à charbon. Cinq centrales nucléaires ont fermé depuis 2013,  -5 GW.

Georges W. Bush a prononcé un discours dans lequel il balance sur Trump, bien qu’il ne l’ait pas nommé. Si même W pense que Trump est nul… alors qu’il avait lui-même déjà mis la barre très haute…

Le «Model 3» de Tesla devrait permettre au groupe de produire environ 500’000 véhicules en 2018 et 1 million à l’horizon 2020. Tesla n’a produit que 84’000 voitures en 2016.

Puerto Ricco a reçu l’aide du CEO de Tesla, Elon Musk. Un mois après le passage de l’ouragan Irma, une centrale solaire off grid a été réalisée pour les besoins d’un hôpital et d’une école.

Suite à la fusillade de Las Vegas, le Président Trump a utilisé à merveille la stratégie des 3 temps:
1) Reporter à plus tard
Ce n’est pas le moment de polémiquer sur cette tragédie. C’est le temps du recueillement et de la prière.
2) Renverser la situation
Ce n’est pas les armes qui tuent les gens, ce sont les méchants.  Peindre l’auteur de la fusillade comme un malade.
3) Proposer une solution logique

Les personnes gentilles doivent se protéger contre les méchants et les malades en achetant des armes.

On se souvient de la même approche le mois dernier par le Directeur de l’Environnement et l’Ouragan Harvey.
Ce n’est pas le temps de parler de réchauffement climatique… car ce n’est pas le changement climatique qui cause des dégâts, c’est l’eau! Il faut donc construire des digues plus hautes.

Dessin de l’excellent Chappatte

Arabie Saoudite

Les revenus pétroliers 2016 se sont élevés à 133 milliards $ en 2016 contre 301 en 2014.

Le prince héritier Mohammed bin Salmane d’Arabie saoudite a annoncé la création d’une zone de 26’500 km2 pour le développement économique sous le doux nom de NEOM. Les investissements projetés s’élèvent à plus de 500 milliards $. Le concept s’appuie sur l’énergie, l’eau, la biotechnologie, l’alimentation, le numérique, les médias et les divertissements. Il devrait permettre au Royaume de s’émanciper du pétrole. Le changement de paradoxe tient dans la volonté du Royaume à chercher des capitaux étrangers au lieu d’investir lui-même la totalité de la facture.

Le flou est en train d’envelopper l’IPO de Saudi Aramco, le géant pétrolier national. La vente de 5% d’actions pourrait rapporter en 100 et 200 milliards $. La Chine ou de riches investisseurs chinois pourraient s’emparer du lot. Cette option a l’avantage d’éviter à Saudi Aramco de se lister à la bourse de Londres ou de New York et de dévoiler des informations sensibles sur ses prétendues réserves.

L’Arabie Saoudite pourrait n’exporter que 7,2 millions b/j en novembre soit 650’000 b/j en-dessous de la demande de ses clients.

La vision Arabie Saoudite 2030: La méga ville NEOM

Europe

France

BNP Paribas renonce à financer des entreprises actives dans l’exploration et l’exploitation pétrolière notamment dans le schiste et les sables bitumineux. Cette stratégie supporte les efforts de la banque à participer à la transition énergétique.

Alors que les investisseurs ont perdu de grandes sommes dans le schiste, ce revirement ne pourra qu’améliorer les rendements des placements.

 

Suisse

Au 30 juin 2017, les actifs de la Banque Nationale Suisse dans le pétrole, charbon, uranium, gaz, sables bitumineux, pétrole et gaz de schiste en Amérique du Nord se montèrent à 4,917 milliards $ (+216% depuis 2015). La BNS s’implique fortement et supporte totalement la stratégie de Donald Trump dans les énergies fossiles alors que paradoxalement, la Suisse se veut exemplaire dans le climat.

Si l’on continue dans le chapitre de l’exemplarité de la Suisse dans le climat, on note des protestations qui ont visé le Crédit Suisse dans les villes de Lausanne, Berne, Zurich et Bâle. Elles dénonçaient «le financement de pipelines pétroliers» notamment en Amérique du Nord et demandaient «le respect des droits indigènes». En avril dernier, Greenpeace avait perturbé l’assemblée générale du Crédit Suisse avec des critiques contre le financement du Dakota Access Pipeline.

Le plus grand opérateur pétrolier offshore, Transocean Ltd, basé à Zoug pour des questions d’optimisation fiscale, a décidé d’apporter à la casse son Pathfinder, sa plus fameuse barge d’exploration pétrolière. Après 2 années d’inactivité et des coûts de stockage de 15’000$ par jour, la décision est tombée. La compagnie de services pétroliers va se défaire de 1,4 milliards $ d’actifs. 5 autres bateaux de ce type vont être retirés du catalogue de Transocean.

Ancien Fleuron: Le Deepwater Pathfinder.
Le bateau d’exploitation pétrolière en haute mer sera mis hors d’usage par Transocean

 

Hollande

Royal Dutch Shell a acheté l’une des plus grande entreprise mondiale active dans la recharge de voitures électriques : l’hollandais NewMotion.

Constituée en 2009, NewMotion possède plus de 30’000 points de recharges pour les privés et les entreprises en France, Angleterre, Pays-Bas et Allemagne.

 

Angleterre

EDF a évité la grève sur le site de la construction des 2 EPR à Hinkley Point. Les syndicats ont indiqué qu’ils avaient obtenu une augmentation de 36% par rapport au tarif minimal.

EDF a également annoncé que le projet avait déjà pris 15 mois de retard et seulement 2 milliards € d’augmentation par rapport au devis initial. Dans l’industrie nucléaire, 2 milliards, c’est encore dans la marge d’erreur.

 

Irlande

Pour les 15 prochaines années, Microsoft a acheté à General Electric la totalité des 37 MW de la production éolienne du la ferme Tullahennel dans le comté de Kerry. Microsoft utilise 600 MW d’énergies vertes à travers le monde.

 

Finlande

TVO, qui avait commandé la première centrale nucléaire EPR à Arva pour son site de Olkiluoto, annonce un nouveau retard dans sa mise en service. La production devrait débuter en mai 2019 au lieu de décembre 2018. Ce report permettra à Areva d’avoir pile poil 10 ans de retard dans la livraison. Si au départ, le réacteur devait coûter 3,2 milliards €, une réaction en chaîne a propulsé l’unité à plus de 10 milliards €.

TVO se plaint qu’EDF a envoyé ses meilleurs ingénieurs sur le chantier anglais de Hinkley Point en Angleterre ou l’Etat Français construit 2 centrales nucléaires EPR.

 

Allemagne

VW développe un bolide électrique qui participera à la Pike Peak International Hill Climb au Colorado USA en juin 2018. Le constructeur désire battre le record de cette course de côte. VW espère proposer 23 modèles électriques d’ici à 2025.

 

Norvège

Suite à l’espoir de trouver de grandes quantités de pétrole dans la Mer de Barrent, Statoil a effectué plusieurs forages exploratoires. Les résultats 2017 sont très décevants et sur les 37 forages seuls 2 ont donné un résultat positif.

Le nouveau gouvernement en place désire diminuer ou supprimer les exemptions de taxes pour l’achat des grandes voitures électriques comme la Tesla X.

Asie

Inde

Le Premier Ministre Narendra Modi désire que dès 2030 toutes les voitures vendues dans le pays fonctionnent à l’électricité. Il peut mesurer le chemin à parcourir. Selon l’IEA en 2016, la Chine a immatriculé 336’000 voitures électriques et l’Inde 450.

La croissance du PIB de l’Inde pourrait passer de 6,7% actuellement à 7,4% en 2018. Comme le PIB est intimement lié à la consommation d’énergie, l’Inde va devoir multiplier son approvisionnement énergétique dont le 50% est assuré par le pétrole et le gaz. L’Inde est active sur les marchés afin de sécuriser l’achat de pétrole notamment avec l’Iran.

 

Corée du Nord

Les livraisons de pétrole, de charbon et de matières premières stratégiques continuent discrètement en provenance de Russie et d’Afrique.

50’000 ouvriers nord-coréens travaillent en Russie mais leurs salaires sont perçus directement par Pyongyang.

Un deuxième accès à l’internet via le russe Rostelecom a été mis en service. Jusqu’ici, la Toile passait exclusivement par la Chine

Le Président Nord Coréen a réussi à faire impliquer personnellement le Président Trump dans la négociation. A chaque Tweet, la Corée du Nord voit ses actions monter. En coulisse, les négociations ont débuté à un prix maximal pour les USA.

 

Japon

Mitsubishi a annoncé sa première voiture électrique capable de charger et décharger le réseau électrique (vehicle to grid). La Mitsubishi Outlander PHEV sera capable de stocker l’énergie et d’en restituer une partie pour les besoins de la maison et cela sans diminuer les capacités et la durée de vie de la batterie. La Nissan Leaf est déjà capable de cette prouesse, qui va devenir un standard dans les années à venir.

Dessin Chappatte

 

Les Amériques

Schiste USA

L’exploitation de pétrole et de gaz aux USA n’est toujours pas rentable. Ainsi pour le 3ème trimestre 2017, ExxonMobil annonce des pertes de 238 millions $ et Chevron de 26 millions $ pour leur production américaine. Exxon compte sur une augmentation de 20% de l’exploitation de schiste et de 40% dans le bassin Permien.

Après avoir utilisé de nouvelles techniques de forages pour permettre des percements plus long à l’horizontal, des puits à plusieurs têtes, augmenter la quantité de sable pour améliorer le fracking et licencié de nombreux employés, les producteurs semblent avoir épuisé toutes les solutions pour diminuer les coûts. La productivité stagne. De plus, comme les fruits les plus simples à cueillir ont été récoltés, l’avenir semble compliqué pour certaines entreprises.

L’utilisation d’une plus grande quantité de sable permet, dans un premier temps, d’extraire des quantités plus importantes de pétrole, mais cette technique assèche plus rapidement les puits.

Wall Street et les investisseurs dans le schiste américain font pression pour changer le business model des majors ainsi que les bonus des Directeurs. Actuellement basé sur la production, les investisseurs demandent que les bonus se basent sur les dividendes versés aux actionnaires!

En 2016, les compagnies d’exploration et de production pétrolières ont levé 34,3 milliards $ avec la vente de leurs actions. Pour les 9 premiers mois de l’année, seuls 5,7 milliards $ ont trouvé preneur selon Dealogic.

Depuis janvier 2009, 100 milliards $ ont été investis dans la production de schiste dans le Bakken. A la fin juillet 2017, il manquait encore 35 milliards $ pour couvrir les dettes.

 

Canada

Hydro-Quebec va construire une série de barrages hydrauliques dans le golfe du Saint-Laurent. Le projet de 5,2 milliards $ devrait alimenter en électricité 1 million de foyers.

 

Venezuela

Le producteur national de pétrole, PDVSA, manque cruellement de financement pour traiter et stocker le but ainsi que pour acheter les produits chimiques. Conséquence, le pétrole livré est de très mauvaise qualité avec de grandes quantités d’eau, de sels et de métaux. Dans l’incapacité de traiter ce brut, Phillips Oil a dû refuser la livraison de 8 tankers pour un montant de 200 millions $.

Le Fonds Monétaire International estime à 30 milliards $ les besoins du pays pour restructurer ses dettes.

 

Argentine

Pour 800 millions $, le transporteur TGS, propose la construction d’un gazoduc et pipeline pour acheminer le gaz de schiste de la Vaca Muerta proche de Mendoza. Actuellement ExxonMobil, BP, Wintershall, Total et Statoil ont annoncé des investissements dans ce gisement de schiste.

Publicité CNN : délicat clin d’oeil à Donald Trump

Moyen-Orient

Iran

Le président Trump a décidé de ne pas supporter l’accord Iranien sur le nucléaire. La patate chaude est maintenant dans les mains du Congrès.

A Téhéran, la ligne dure du Gouvernement utilise la décision de Trump pour freiner la modernisation du pays poussé par le Président Rouhani. Si le Congrès ne fait rien et si l’Iran durcit le ton, cela permettra de continuer ce feuilleton dans cette revue.

Tant que l’Iran ne recommence pas son programme nucléaire, il est peu probable que la Chine, la Russie, l’Europe et les autres pays, qui ne sont pas gênés par la politique iranienne, coopèrent avec Washington. On peut imaginer que les pays vont trouver des solutions pour court-circuiter les sanctions américaines. La production pétrolière du pays ne devrait pas subir le choc espéré par Trump.

Dans le même temps, l’Iran continue à promouvoir les investissements dans ses champs pétroliers et gaziers. Cette situation permet à la Russie et la Chine de conforter leurs relations d’affaires avec l’Iran.

 

Syrie – Irak

Bagdad a repris aux Kurdes les champs pétroliers de Kirkuk. Les Kurdes sont furieux contre les américains qui ont laissé faire alors que ces mêmes américains ont compté sur les Kurdes pour combattre l’Etat Islamique.

Les deux champs pétroliers de Kirkuk, d’une capacité de 275’000 b/j, sont toujours fermés. Il se pourrait que les Kurdes aient endommagés quelques installations avant de fuir.

Bagdad a demandé à BP de redévelopper les champs de Kirkuk et espère une production de 1 million b/j. Sur sa lancée Bagdad a menacé de poursuivre les Kurdes s’ils continuaient à exporter leur pétrole via les pipelines existants. L’entreprise russe Rosneft pourrait mettre tout le monde d’accord en exportant le pétrole des deux parties.

La prise de Kirkuk par Bagdad change la donne dans le nord de l’Irak. Les Kurdes rêvent de créer un pays indépendant et historiquement Kirkuk était peuplé par des kurdes avant que le Régime ne fasse venir des arabes et des turques. La perte de la ville diminue également la capacité financière des kurdes. Le temps dira si les capacités pétrolières pourront être rétablies.

Dessin Chappatte

 

Afrique

Nigeria

Le gouvernement explore la possibilité de remettre en service de vieilles raffineries ou d’en construire de nouvelles. Le plus grand producteur pétrolier africain doit importer son essence par manque de capacité de raffinage. L’importation de carburants est une source importante de corruption.

 

Phrase du mois

«À la fin du mois d’octobre on passe à l’heure d’hiver pour faire des économies d’énergie et le 1er novembre, la mairie de ta ville installe des décorations lumineuses pour Noël que l’on peut voir depuis la lune.»  Anonyme

Sources: avec Tom Whipple de Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.

 

 

La BNS en phase avec le “tout Pétrole, Gaz et Charbon” de Donald Trump

Le président Trump a fait de l’utilisation des énergies fossiles le cœur de sa doctrine. L’objectif est ambitieux: exercer la «Dominance Energétique» américaine sur le reste du monde en produisant un maximum de gaz, de pétrole et de charbon pour stimuler son Economie.

Pour mettre son projet à exécution, le Président a besoin d’énormes ressources financières. Pour se faire, il s’est attaché les services de nombreux pétroliers et de banquiers de Goldman Sachs. Il peut également compter sur des alliés de poids qui adhèrent pleinement à cette stratégie comme… la Banque Nationale Suisse!

Les investisseurs? C’est justement ce qui fait cruellement défaut au projet Trump. En 2016, les compagnies pétrolières américaines avaient réussi à vendre pour 34,2 milliards $ d’actions. Durant les 9 premiers mois de cette année, le montant grimpe à peine 5,7 milliards $ selon l’agence américaine Dealogic.

                                                                             .

La BNS passe de 2,2 à presque 5 milliards $ d’investissements dans le fossile nord américain!

Dans ses coffres, la Banque Nationale Suisse détient un montant record qui frise les 5 milliards de dollars d’actions dans des entreprises pétrolières, de charbon, d’uranium, de sables bitumineux, de gaz et de pétrole de schiste, basées en Amérique du Nord!

Depuis l’arrivée de Donald Trump en janvier 2017, la Direction de la Banque a encore injecté plus de 400 millions $ pour acheter 10 milliards d’actions dans les entreprises recommandées par le Président Américain.

Les investissements d’énergies sales de la BNS avaient été dévoilés par votre serviteur en juin 2015. Le sujet avait également été soumis aux Assemblées Générales 2016 et 2017 de la Banque, sans qu’aucun Canton Suisse (tous actionnaires de la BNS) ne trouve matière à redire.

Si en décembre 2015, la BNS cumulait 2,270 milliards $ pour 50 milliards d’actions dans ces domaines d’activités, elle arrive, à fin juin 2017, à 90,17 milliards d’actions (+180%) pour un montant de 4,915 milliards $ (+216%).

Suite à la chute des prix du baril de pétrole, les pertes liées aux investissements de la BNS dépassent 1,5 milliards $. La Banque n’a jamais confirmé ou contesté les chiffres présentés.

Il est à relevé que dans sa directive d’investissements, la Banque Nationale Suisse indique ne pas vouloir “investir dans des entreprises qui produisent des armes prohibées par la communauté internationale, qui violent massivement des droits humains fondamentaux ou qui causent de manière systématique de graves dommages à l’environnement”.

Thomas Jordan, Fritz Zurbrügg et Andréa Maechler, les trois membres de la direction générale de la BNS, ont touché au total 2,75 millions de francs de salaire en 2016.

 

Investissements de la BNS dans les entreprises américaines
Pétrole, Charbon, Uranium, Gaz aux USA

Montants en US$

Les Barrons de l’Electricité: une menace pour les citoyens

Lors de la dernière rencontre européenne des producteurs d’électricité tenue la semaine dernière, deux tendances fortes raisonnaient dans l’énorme Centre de Conférences d’Amsterdam: la digitalisation et le rapprochement avec les consommateurs.

Après des années, où les citoyens ont été pris en otage par les producteurs d’électricité, la possibilité de les voir retrouver la liberté grâce à la technologie est prise très au sérieux. La menace pèse sur les modèles d’affaires des Energéticiens.

Deux stratégies distinctes émergent: l’utilisation de la force ou l’apprivoisement avec agilité. L’une ou l’autre philosophie dépend des dirigeants. Mais l’arrivée de managers «brutaux» déboussole une industrie en profonde mutation.


Les Brutes. Profession: Nettoyeur

Cette tendance européenne s’observe également en Suisse. Un acteur attire particulièrement l’attention: les BKW (ex-Forces motrices bernoises).

Sous l’impulsion de sa Directrice, Suzanne Thoma, l’énergéticien s’est lancé dans une stratégie prédatrice en deux phases: La première consiste à casser les prix pour tuer la concurrence des petites PME. Une fois le terrain nettoyé, la position d’oligopole* permet l’augmentation des prix dans l’optique d’une maximalisation des profits.

Assise sur une montagne de bénéfices non distribués, de presque 3 milliards de francs et accumulés grâce aux citoyens, c’est le couteau entre les dents que la Directrice s’est lancée dans un nettoyage systématique du marché. Elle a d’abord soigneusement ciblé les bureaux d’ingénieurs et les électriciens en les éliminant, un à un. La méthode est simple: proposer ses services à des tarifs cassés.

A ce rythme, les PME locales ont été forcées à mettre la clé sous le paillasson ou de se faire racheter pour une bouchée de pain.

La dernière annonce date de cette semaine où les fribourgeois Raboud Energie (chauffage, ventilation, sanitaire), qui comptait 70 employés et Electricité Bugnard (installations électriques, photovoltaïques et paratonnerres) avec 40 employés ont annoncé leur capitulation.

Les meilleurs éléments rejoindront le navire amiral alors que les surnuméraires resteront sur le carreau. En deux ans et sans pratiquement créer d’emplois, le géant bernois a transvasé 2’000 unités pour arriver à un total de 6’000 collaborateurs avec un objectif fixé à 10’000.

Un esprit libéral pourrait se féliciter d’un pareil dynamisme et d’une mise en concurrence d’un secteur léthargique.
Cependant, in fine, l’impact et l’objectif d’un oligopole se résument par une hausse des prix pour les consommateurs.

 

Le Far West: l’Angleterre

L’exemple du marché libre anglais est riche d’enseignements. Sur le territoire, seules six entreprises se partagent le marché de l’électricité.

Les livres d’Economie plaideraient pour saine concurrence avec des tarifs qui tendent vers un optimum minimal. Il n’en est rien. La main invisible du marché est restée coincée au niveau du porte-monnaie.

Devant les hausses injustifiées et à répétition des tarifs, Theresa May a dû intervenir pour casser cette spirale et soutenir les ménages.

En effet, la marge moyenne de ces 6 acteurs atteint 39% et certains rétribuent leurs actionnaires à hauteur de 34,3% de leur chiffre d’affaires! Indécence.

Dans les territoires ainsi conquis et épurés, les BKW ont annoncé une baisse spectaculaire du rachat d’électricité aux propriétaires d’installations solaires en passant de 11 à 4 cts le kWh.

A Soleure, l’énergéticien AEK a été englouti par les BKW en 2016. Pour 2018, la hausse des prix de l’électricité, annoncée par AEK, détient le record Suisse.

 

Les Citoyens et Les Bons: Résister!

Le salut ne viendra certainement pas des politiques. Sur le modèle des assurances maladies, les élus les plus percutants privilégient le nid douillet d’un siège dans un conseil d’administration ou d’un mandat rémunéré sur un sujet quelconque.

Cependant, il reste encore des énergéticiens qui travaillent à la prospérité du tissu local et qui redistribuent la richesse dans leur région. Après une grave crise, les SIG (Services Industriels Genevois) ont su se relever et privilégier une nouvelle relation avec leurs clients mais également avec les entreprises locales, les villes et le Canton.

Dans ce bras de fer, les citoyens et les PME/PMI tiennent un rôle primordial: celui de résister!

Si le citoyen reste toujours captif pour l’achat de son électricité, il a le pouvoir de sélectionner les entreprises locales qui échappent encore à ces monstres. Les nouvelles constructions solaires, le stockage d’énergie, l’autoconsommation peuvent être donnés à des PME ou des Coopératives libres qui créent la véritable richesse et le tissu économique de la Suisse. Aussi petit qu’il soit, c’est ce grain de sable que redoutent les BKW et consorts.

Comme dans tout bon Western, à la fin c’est toujours le gentil qui gagne. Espérons que se soit également le cas dans ce nouveau Far West.

 

*Oligopole: un minimum de vendeurs face à une multitude d’acheteurs.

Si vous désirez reporter la reprise de votre entreprise par un géant de l’électricité, merci de me contacter.

 

Energies, Economie, Pétrole: Revue Mondiale Septembre 2017

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies.
– Arabie Saoudite: Les femmes peuvent enfin conduire une voiture.
– Aviation: Les drones et les avions électriques autonomes arrivent!
– Allemagne: Le géant EON dans les mains finlandaises?
– USA: San Francisco et Oakland portent plainte contre les pétroliers.
– Irak: Assis sur leur pétrole, les kurdes votent pour l’indépendance du Kurdistan irakien.
– Angleterre: Le marché libre de l’électricité: Libre mais couteux.
– IEA: Les prix du baril de pétrole vont exploser.


Le pétrole a mangé des vitamines et décolle comme les fusées de Corée du Nord. Il grimpe à 57.41$ à Londres (50.86 août) et 51.56$ à New York (45.96 août).

L’uranium joue au Mikado. S’il bouge, il perd. Pris de panique, il termine le mois à 20.50$ (20.25$ août).

 

Le Graphique du mois

Projection des ventes de voitures Diesel/Electriques
Source: UBS   graphique Financial Times

Pétrole

L’IEA continue de s’effrayer du manque d’investissements dans l’exploration pétrolière et envisage une explosion des prix d’ici à 3 années. L’IEA juge nécessaire de trouver 21 millions de barils/jour (b/j) d’ici à 2025 pour uniquement compenser l’assèchement des puits actuellement en production. Actuellement l’industrie en a trouvé 5. La possibilité de voir la différence comblée par le schiste est considérée comme une fantaisie.

Selon l’IEA, la croissance de la demande de pétrole s’élève à 1,6 million b/j en 2017. A ce rythme, la surproduction actuelle va rapidement disparaître pour se transformer en pénurie.

 

Monde

La planète dénombre 7,5 milliards d’habitants. En 2050, elle en comptera pas 8, 9… mais 10 milliards!

Septembre 2017 a été le deuxième septembre le plus chaud sur la planète. Il aura vu une belle série d’ouragans dans le Pacifique et l’Atlantique avec des vents records à plus de 360 km/h.

Après le détachement de l’énorme plaque glacière “Larsen C” dans l’Antarctique, c’est au tour d’une deuxième méga plaque d’être sur le point de rejoindre la haute mer.

Dessin: Chappatte

 

Arabie Saoudite

Roulement de tambour ! Les femmes vont être autorisées à conduire une voiture. Parmi les raisons de ce changement: la réduction des subventions à la population suite à la baisse des revenus pétroliers.

Ainsi, les familles n’ont plus les moyens de s’attacher les services d’un chauffeur. Du coup, les maris (au travail) doivent aller chercher eux-mêmes leurs enfants à l’école. Cette évolution va leur permettre d’éviter cette “tâche ingrate”. Les emplois de 1,4 millions de chauffeurs personnels sont en jeu.

La mise en vente de l’entreprise pétrolière nationale Saudi Aramco pourrait être reportée à 2019. D’ici là, le baril aura peut-être une chance de remonter et de pousser à la hausse les actions de Saudi Aramco. Le gouvernement espère obtenir entre 300 et 400 milliards $ pour la vente de 5% des actions.

Avec l’aide de son père, le Roi, et dans le but de réduire les contestations, le Prince bin Salman a commencé une purge au sein de l’élite. Entre 16 et 30 personnes, dont l’un des fils de l’ancien Roi, ont été arrêtées. Cette purge indique un tournant dans la manière de procéder en passant de l’arrosage financier à la menace physique. La stabilité du plus grand exportateur de pétrole mondial est à observer de très près.

Ryad songe à augmenter les prix du kérosène et de les aligner sur les prix internationaux. Le concept repose sur une hausse unique de 80%.

 

USA

La compagnie de taxi sans taxi, UBER, a perdu 3 milliards $ en 2016 et vient de changer de CEO. Son fondateur Travis Kalanick a été remplacé par Dara Khosrowshahi.

Après le passage de l’Ouragan Harvey au Texas et en Louisiane, 25% des capacités de raffinages américaines ont été mises à l’arrêt. Il aura fallu 2-3 semaines pour les remettre sur les rails.

La région, balayée par les ouragans, contient les 2/3 de la production pétrolière du pays ainsi que 9,7 millions barils/jour de raffinage qui représentent le 50% de la capacité du pays.

Cette dépendance à la météo est une épine dans le pied de la volonté de Washington d’assurer la résilience du système énergétique du pays. Le concept de “Dominance Energétique” de Donald Trump manque de carburant.

Un record: plus de 500’000 voitures et 100’000 maisons ont été victime des inondations selon Auto Zone: un record.

Malgré la hausse des coûts, Georgia Power désire terminer la construction de ses deux réacteurs nucléaires Westinghouse Ap1000 à Plant Vogtle. En Juin, le constructeur, Toshiba-Westinhouse, avait pris à sa charge 3,68 milliards $. Le coût total des deux réacteurs se monte à 19 milliards $ pour une mise en service dès novembre 2021.

Les villes de San Francisco et Oakland ont porté plainte contre Chevron, ConocoPhillips, Exxon Mobil, BP et Shell pour leurs responsabilités dans le changement climatique et la montée des océans. La plainte demande aux majors pétrolières de créer un fond pour financer des infrastructures afin de se protéger de la montée des eaux.

Chevron annonce l’arrivée d’un nouveau CEO Michael Wirth qui travaille depuis 1982 au sein de l’entreprise.

Le CEO de la Banque JP Morgan, Jamie Dimon, a annoncé que le bitcoin est une «fraude» qui finirait par «imploser». (Il n’a par contre pas confirmé si les produits dérivés que son institution concocte sont également «une fraude et qu’ils finiraient pas imploser».)
Le boomerang est revenu une semaine plus tard quand le brave homme a dû expliquer pourquoi sa Banque, JP Morgan, est l’un des plus gros acheteur d’«Exchange Traded Notes*»  qui se base sur… le bitcoin.  (*ETN, un titre de créance répliquant la performance d’une matière première).

Banquier est un métier formidable.

Température moyenne Septembre 2017

Allemagne

Durant la présentation à la presse, le salon de l’automobile de Frankfort s’est mué en salon de la voiture électrique. Comme à son habitude, Angela Merkel a tourné sa veste. Elle s’est fait l’éloge de l’électricité alors qu’elle a toujours supporté l’industrie automobile allemande à pétrole. Dès les journalistes partis, les voitures diesels et à essence ont repris leurs places sur les stands. Opération de communication réussie.

Porsche, Audi, BMW et Mercedes-Benz (tous impliqués dans les scandales de moteurs truqués), ont annoncé leur prochaine participation à la Formule E, la version électrique de la Formule 1.

Au-delà du green washing, les constructeurs vont devoir revoir totalement leurs business modèles et surtout leurs marges afin de commercialiser au juste prix leurs voitures électriques.

Les constructeurs automobiles ont lancé une nouvelle campagne de communication en fustigeant les décisions des villes comme Londres, Paris, Stuttgart de bannir les voitures diesels. Le nouveau slogan: «ce n’est pas aux politiques de choisir la technologie gagnante de demain». Là, il faut penser à quelque chose de triste pour ne par hurler de rire.

Mercedes va investir 1 milliard $ à Tuscaloosa, Alabama, USA afin de réaliser ses futures voitures électriques. La marque Allemande établit ainsi des usines électriques en Europe, USA et Chine.

La start-up Lilium a levé 90 millions $ pour son avion électrique, à décollage vertical, capable de transporter jusqu’à 4 personnes à 300 km/h sur de petites distances.

Lilium avion électrique à décollage vertical

Chine

Les réserves de gaz de schiste ont diminué de 6% en 2016, selon le ministre des ressources. Les réserves se montent à 122 milliards m3 contre 130 en 2015. La Chine va avoir de la peine à répliquer le modèle américain.

Dès janvier, grâce à 2 nouveaux pipelines sibériens, les raffineries chinoises vont recevoir du brut russe supplémentaire.

Pékin planche sur l’arrêt des ventes de véhicules à pétrole d’ici à 2030. La Chine est le plus grand marché mondial avec 28 millions d’unités vendues en 2016 ce qui va radicalement transformer l’industrie. En 2016, 507’000 voitures électriques ont été vendues sur le territoire.

La construction de voitures électriques explose en Chine avec une croissance de +200% et un million d’unités produites. La Chine possède la moitié de la production mondiale de voitures électriques ainsi que la moitié des heureux propriétaires qui peuvent se recharger auprès des 180’000 stations de recharges.

Les producteurs de batteries, de moteurs et les autres fournisseurs de composants représentent le 70% du marché mondial.

Le pays est devenu le leader mondial de ce secteur et l’Europe est clairement à la ramasse. Pas étonnant que les experts questionnés dans les médias occidentaux n’ont pas encore vu arriver la vague asiatique et parient toujours sur le diesel.

En août, la croissance économique est passée à 6% au lieu des 6,6% prévus. Le frein pourrait venir la réduction de la capacité industrielle et des mesures contre la pollution.

 

Europe

Angleterre

Alors que le marché anglais de l’électricité est totalement libéralisé et sous l’emprise du «free market», il semble que la main invisible du marché se soit arrêtée quelque part au niveau du porte-monnaie. Les 6 grands acteurs, réunis dans un cartel non-officiel, perçoivent une marge moyenne de 39% et certains rétribuent leurs actionnaires jusqu’à 34,3% de leur chiffre d’affaires!

Le pays met en vente aux enchères la réalisation de nouvelles fermes d’éoliennes. Les prix devraient avoisiner les 6,5 ct € le kWh sur une durée de 15 ans. Lors de la dernière mise aux enchères de 2015, le tarif était de 12,8 ct. En comparaison, le projet de centrale nucléaire EPR d’Areva à Hinkley Point propose un prix de 12,5 ct € le kWh.

Le 48% des achats fait par le Gouvernement dans l’installation de nouvelles fermes d’éoliennes retournent à des entreprises du Royaume. D’ici à 2021, 16 milliards $ seront investis dans ce secteur.

Le Norvégien Statoil annonce la mise en service de 67 éoliennes, dans la ferme Dudgeon à proximité des côtes anglaises. D’ici à octobre, 410’000 ménages anglais pourront être alimentés.

 

Finlande

TVO, le producteur électricité finnois, a fait appel à Commission Européenne de l’aide financière apportée par le Gouvernement Français à Areva. Normalement, les entreprises s’opposent aux aides étatiques. Dans ce cas, TVO reproche à l’Etat français de ne pas assez subventionner Areva!

En effet, TVO a eu l’idée saugrenue de commander la première centrale nucléaire EPR au géant français. Avec tous les problèmes de construction, TVO demande 2,6 milliards € de dédommagement à Areva. L’entreprise finnoise s’inquiète de la capacité du français à payer cette sanction. Le jugement aura lieu avant la fin de l’année.

Le géant énergétique finlandais, Fortum, a lancé une offre publique d’achat sur le géant énergétique Allemand EON. Montant de l’offre: 8,1 milliards €.
Dans l’ombre de cette transaction, on retrouve la patte de la pieuvre Goldman Sachs qui conseille… Eon.

Bref, cette offre arrive une année après la division en deux entités: Uniper avec la production d’électricité fossile et EON avec des actifs propres en renouvelable. Le Groupe Finlandais pourrait revendre les unités de productions comme les centrales à charbon et à gaz qui ont été presque entièrement amorties dans le bilan d’EON et laisser les centrales nucléaires en rade.

La transaction est d’autant plus louche qu’il y a Goldman Sachs aux commandes. Historiquement, c’est toujours le contribuable qui passe à la caisse à la fin de l’histoire.

 

Danemark

Le constructeur d’éolienne Vestas et Tesla Motor désire unir leurs forces afin de créer une solution de stockage électrique basé sur les éoliennes.

 

France

L’Etat engage la cession de 4,1 % du capital de l’énergéticien Engie. Pour faire passer la pilule, Paris enrobe cette vente avec la traditionnelle formule 100 fois utilisées mais qui marche toujours: «afin d’alimenter un fonds de 10 milliards pour les investissements dans les technologies innovantes». LoL

Les dirigeants de l’entreprise EDF estiment difficile, voire impossible, que les futurs réacteurs nucléaires produisent des électrons à un coût plus faible que les nouvelles centrales éoliennes ou solaires. Il faut souligner le très beau travail d’introspection de la part d’EDF.

Total poursuit son développement dans les énergies renouvelables. En 2011, Total avait pris le contrôle du fabricant californien de panneaux solaires SunPower pour 1,6 milliard de dollars. Ce mois, Total a pris une participation de 23 % dans la société Eren Renewable Energy (EREN RE) à travers une augmentation de capital de 237,5 millions d’euros. Eren possède un portefeuille d’actifs dans l’éolien, le solaire et l’hydraulique d’une capacité de 650 mégawatts (MW) en exploitation ou en construction dans le monde.

Après Alstom et la vente pour une bouchée de pain GE, la justice américaine a décidé de mettre Areva dans son collimateur. Sous la pression et la menace d’une forte amende, est-ce que les USA vont tenter d’offrir un nouveau fleuron français à General Electric?

Après l’achat d’Alstom, l’américain General Electric, GE, est maintenant en charge des turbines à vapeur des 58 réacteurs nucléaires sur le territoire français ainsi que dans toutes les centrales réalisées par les français à travers le monde.

Pour un montant de 1,9 milliard $, les 2 réacteurs EPR, livrés à l’Angleterre à Hinkley Point, seront équipés des turbines Arabelles développées à l’époque par Alsom et ensuite données à GE.

 

Ecosse

Le pays désire effectuer une transition des voitures à pétrole d’ici à 2032 soit 8 ans avant l’Angleterre. Nicola Sturgeon désire étendre les points de recharge de voitures électriques.

 

Suisse

La plus haute instance juridique Suisse, le Tribunal Fédéral, a demandé à la centrale nucléaire de Leibstadt et à l’autorité nucléaire suisse (ISN) de publier les chiffres des émanations radioactives de la centrale. Motif: ces données sont importantes pour les citoyens.

Un exercice d’évacuation et de sécurité a été mis sur pied à la centrale nucléaire de Muhleberg. Selon les organisateurs, les résultats ont été positifs. La région, qui compte plus de 500’000 habitants, a réalisé cette évacuation «grandeur nature» avec … 12 personnes! Nous voilà totalement rassuré.

Les prix de l’assurance maladie augmentent en moyenne de Frs 250.—/an par personne et de Frs 800.–/an pour une famille de 4 personnes. Depuis 2015 la hausse dépasse les Frs 1’500.—pour cette même famille!

Bien que les assureurs font tout leur possible pour arriver au niveau des arnaques de Bernard Madoff en personne, c’est le calme plat à part quelque tweet et messages dans les forums. Paradoxalement quand les prix de l’électricité augmentent de Frs 10.–/an/personne afin de financer les énergies renouvelables, les politiciens montent aux barricades et l’on parle de scandale et de pauvreté.

 

Russie

Le Chinois CEFC China Energy a acquis 14,1% des actions dans la compagnie pétrolière russe Rosneft à pour un montant de 9 milliards $. Les actions ont été achetées au Suisse Glencore et au Qatar Investment Authority. Moscou pivote vers Pékin alors que les américains réussissent leur pari de diminuer les livraisons énergétiques de la Russie vers l’Europe.

La Russie aurait baissé sa production à 10,9 millions b/j (-337’000) ce qui correspond à la demande de l’OPEP, même si la Russie ne fait pas partie de l’OPEP.

Dessin: l’excellent Chappatte

 

Les Amériques

Schiste USA

Le pétrole de schiste atteint 6 millions b/j grâce notamment au Bassin Permien qui est passé de 300’000 b/j en 2011 à 2,6 millions aujourd’hui. Si l’on se fie aux expériences du Bakken ou d’Eagle Ford, où seuls les 10 à 15% des champs contiennent du pétrole, les mathématiques peinent à s’aligner sur les rêves de Trump.

Selon l’agence Wood Mackenzie, le Bassin Permien pourrait toucher le peak oil à 3,5 millions b/j, à moins d’une magie technologique.

Les forages de schiste nécessitent 7 barils d’eau pour extraire 1 baril de pétrole.

Les décharges du Colorado sont en train d’être envahies par les résidus radioactifs des forages de schiste. Les autorités ont pris conscience de ce phénomène et tentent d’interdire cette pratique. Les boues qui remontent des forages contiennent naturellement de l’uranium.

 

Venezuela

Le président Maduro a annoncé que les porteurs d’obligations du pays sont à 75% dans les mains américaines et canadiennes. Moscou, le plus grand débiteur du pays, a confirmé que Caracas a demandé la restructuration de sa dette.

 

Canada

La production pétrolière canadienne toussote et voit son plus grand nombre de factures impayées depuis les 12 derniers mois. Le pétrole canadien nécessite des prix du baril bien supérieur à 50$ pour être rentable.

 

Mexique

Le pays fait face à des catastrophes naturelles en série. Après les ouragans, deux tremblements de terre ont fortement secoué le pays.

Shell a ouvert sa première station d’essence dans le pays. La major va investir 1 milliard $ dans les 10 prochaines années.

 

Brésil

On le savait avant qu’il devienne président, mais l’information devient presque officielle: el presidente senior Temer est impliqué dans des programmes de corruption. Le scandale «Lava Jato» (lavage de voitures) se compose de deux anciens présidents, du président actuel, des deux responsables des deux chambres du congrès, 19 avocats et 30% des ministres du gouvernement de Temer.

De son côté le Président Temer tente de stabiliser l’économie du pays. Il propose de vendre les joyaux de la couronne dont la Loterie Nationale ainsi que la plus grande entreprise électrique du pays : Electrobras.

 

Argentine

Les habitants Mapuche dans la région de la Vaca Muerta, Mendoza bloquent la construction de forages de schiste dans ce qui pourrait être le deuxième plus grand réservoir de schiste au monde.

Depuis le début de l’année, les habitants ont réussi à bloquer 14 forages dans la Loma de la Lata. Seulement deux puits sont en activité dans ce territoire grand comme la Belgique.

Dessin : Chappatte

 

Moyen-Orient

Irak

Le référendum sur la création d’un Etat Kurde a passé avec 92% de votes positifs au grand malheur d’Israël, de la Turquie, du gouvernement de Bagdad, de l’Iran et des USA.

Cette décision est d’autant plus importante que les Kurdes sont assis sur une montagne de pétrole. Une réserve de 45 milliards de barils et une production de 600’000 b/j pour être précis. A vue d’œil, cela ne devrait pas se passer comme sur des roulettes d’autant, que pour simplifier la chose, la Russie s’implique de plus en plus dans le pétrole kurde et que l’Iran a déjà bloqué tout transit de pétrole Kurde sur son territoire.

L’année dernière, Moscou a investi 4 milliards $ pour des projets gaziers et pétroliers. Ce mois, Rosneft a proposé 1 milliards $ pour un gazoduc qui relierait le Kurdistan avec la Turquie. Grâce aux kurdes, Moscou est en train de griller la politesse à Washington.

 

Iran

L’entreprise anglaise Quercus va construire l’une des plus grande ferme solaire au monde. Les 600 MW seront installés pour 500 millions €. D’ici à 2020, l’objectif iranien est d’injecter 5 GW de capacité solaire soit l’équivalent de 5 centrales nucléaires.

Après un discours incendiaire de Trump à l’ONU, le président iranien Rouhani a répondu: «En violant ses engagements internationaux, la nouvelle administration américaine détruit simplement sa crédibilité pour les négociations futures».

Le Président Trump se donne jusqu’au 15 octobre pour décider s’il maintient l’accord avec l’Iran ou s’il désire le renégocier. En parcourant ses Tweet, la probabilité n’est pas nulle que l’accord soit dénoncé. Cependant, la Russie, la Chine et certains pays Européens qui ont liés des liens économiques importants, ne devraient pas suivre les intentions de Washington.

 

Emirats Arabes Unis

Shangai Electric (Chine) et ACWA Power (UEA) ont remporté un marché de 3,9 milliards $ pour la construction d’une ferme solaire à concentration avec une tour de 250 m. de hauteur. Nouveau record du monde.

Dubaï va tester un drone taxi électrique et autonome, capable de transporter 2 personnes.

Drone Taxi Electrique par Volcoptère

 

Asie

Inde

L’Inde rejoint la liste des pays qui désirent terminer l’utilisation des voitures à essence. L’objectif est fixé à 2030.

 

Corée du Nord

Le prix de l’essence et du diesel ont fortement augmenté depuis les nouvelles sanctions notamment avec la réduction de 30% des livraisons de pétrole.

Kim Jong Un s’est spécialisé dans l’augmentation du nombre de tweets du compte @RealDonaldTrump.

L’homme semble être brillant et manipule l’opinion publique avec maestria. Le timing des missiles le montre. A défaut de maîtriser l’arme atomique, il maîtrise l’agenda de Trump.

 

Kazakhstan

Le gisement de Kashagan, le plus grand champ offshore et la plus grande découverte depuis 40 ans, trouve enfin son rythme de croisière. D’ici à la fin de l’année, il produira 370’000 barils/jour et 450’000 d’ici à 2019.

 

Japon

TEPCO, le propriétaire de la centrale nucléaire de Fukushima, a été condamné à indemniser certains anciens résidents qui ont dû fuir et abandonner leurs maisons. Dans ce cas, la cours du district de Chiba condamne TEPCO mais pas le gouvernement japonais.

En mars dernier, un premier jugement, dans un autre cas, avait condamné TEPCO et le Gouvernement.

Dessin: Chappatte

 

Afrique

Nigeria

Le bateau d’extraction et de stockage pétrolier Egina FPSO (Floating Production Storage and Offloading), en construction en Corée du Sud, devrait arriver courant 2018. Ce bateau construit Samsung Heavy Industries et commandé par Total permettra d’extraire 200’000 b/j supplémentaires. Le Nigeria a insisté pour que Samsung intègre un maximum d’entreprises nigériennes dans sa construction.

Le ministre du pétrole, M. Kachikwu souligne que la production du pays reste en-dessous de 1,8 million b/j. et respecte les quotas de l’OPEP. Il reste à vérifier si ce chiffre est vrai.

 

Libye

En août, la production pétrolière avait baissé de 990’000 b/j à 830’000 b/j suite à des fermetures de pipelines à cause des groupes armés comme la Reyayna Patrol Brigade.

 

Peak Energy – Peak Oil

Le norvégien DNV GL, expert dans le domaine de la gestion des risques, pense que la demande d’énergie va se stabiliser dès 2030 et ensuite va diminuer grâce à l’efficience énergétique. Pour le pétrole, le peak devrait arriver en 2022 sous la pression des voitures électriques.

 

Phrases du mois

«Comme il est stupéfiant de voir tous les constructeurs automobiles allemands, dirigés par des hommes qui sentent l’essence, se lever et embrasser la voiture électrique.» Max Warburton, analyste à Bernstein

“Artificial intelligence is the future not only of Russia but of all of mankind,” Putin said. “Whoever becomes the leader in this sphere will become the ruler of the world.” Elon Musk, Fondateur Tesla Motor

«Les USA se trompent au sujet de l’Abondance Energétique en général et le pétrole en particulier. Pourtant, ce n’est pas ce que nous entendons de la part des supporters de l’industrie et des médias. De leur part, nous entendons des promesses en or et des richesses à venir. Ces récits contiennent une part de vérité, une part de mythe mais beaucoup de fantaisie. Ces deux derniers, mythe et fantasme vont gravement impacter les investisseurs ainsi que les politiciens qui prennent des décisions d’investissements extrêmement médiocres. » Chris Martenson. www.peakprosperity.com

«Ce n’est pas le temps de parler de changements climatiques”. Scott Pruitt, Administrateur de l’Environmental Protection Agency Administrator avant l’arrivée de l’ouragan Irma en Floride. Le même jour, Fox News publiait sur la page d’accueil. Irma arrive. Où est Dieu ?

« Les coûts financiers pour reconstruire les Iles Vierges Brittaniques s’élèvent à 3-5 milliards $. Les coûts pour reconstruire Houston se chiffrent en milliards $. Si tout cet argent pouvait être investi dans les énergies renouvelables comme le solaire et l’éolien, au futur, nous n’aurions pas à souffrir de ces affreux événements. Cela serait bien mieux que devoir réparer les maisons détruites ». Richard Branson.

Sources: avec Tom Whipple de Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.

 

 

Tempêtes et Bouleversements dans les Energies

Solidement arrimé à la voiture et aux avions, le pétrole voit son hégémonie vaciller. EDF a fini par avouer que l’électron nucléaire n’est financièrement plus compétitif avec les énergies renouvelables. Le pétrolier Shell débute la vente d’électricité. Les technologies «Smart» catapultent les simples citoyens contre le monopole des producteurs d’électricité. La Chine prend le leadership énergétique mondial face aux USA.

N’en jetez plus ! Nous avons la chance d’assister à un brassage de cartes qui touche toutes les énergies et pulvérise les certitudes.


Au sommet de la pyramide, l’or noir tremble.

Après l’Angleterre, la France, la Norvège, l’Inde, c’est au tour de Pékin de s’interroger sur l’interdiction programmée des ventes de voitures à pétrole. Les 28 millions d’unités vendues chaque année en Chine, ne laissent aucun constructeur indifférent surtout que les prix de vente des véhicules à essence et électriques devraient arriver à parité d’ici à 2025-2029.

De leur côté, les pétroliers s’inquiètent de l’impact sur la consommation. Même si le pétrole reste dominateur, une diminution de 3-5 millions de barils par jour, va déstabiliser les marchés et les prix.

Ainsi, il n’est pas surprenant de voir Shell, commencer à vendre de l’électricité à la place de l’essence, où Total d’acheter 23% des actions de l’entreprise Eren et sa production d’électricité hydraulique et éolienne. Le français est déjà propriétaire de Saft, batteries de stockage, ainsi que des panneaux solaires SunPower et Total Solar.

Même dans le ciel, la révolution s’installe. Un premier avion électrique capable de transporter 10 personnes sur 1’000 km est à l’essai. L’entreprise Allemande, Volcopter, propose un «drone-hélicoptère» autonome et électrique, capable de transporter 2 passagers.

Les producteurs de kérosène toussent.

 

Volcopter: le premier taxi aérien électrique et autonome à Dubai

 

Le nucléaire voit son avenir dans son sabordage

Au niveau de l’atome, c’est au tour de la Corée du Sud d’annoncer sa sortie du nucléaire dans les décennies à venir, pendant qu’EDF avoue que l’électricité nucléaire n’est financièrement plus compétitive face au solaire et à l’éolien.

De manière totalement inattendue, l’arrêt du nucléaire allemand a précipité la course au démantèlement des réacteurs. En effet, les entreprises allemandes se sont positionnées dans ce marché. Autant la France, les USA, la Corée du Sud et le Japon ne veulent pas manquer cette nouvelle opportunité commerciale estimée à plus de 1’000 milliards $.

Du côté des propriétaires des centrales, les parades comptables ont été trouvées en transvasant les réacteurs nucléaires ainsi que les centrales à charbon et à gaz dans des entités d’actifs risqués.

Mais même ces artifices ne suffisent plus. Ainsi, l’indétrônable producteur électrique allemand EON, noyé sous les dettes, pourrait être racheté par le Finlandais Fortum.

 

Chute des prix de l’électricité

Pour la deuxième année consécutive, les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables vont dépasser ceux des énergies fossiles. Si l’on en croit Bloomberg New Energy Finance, d’ici à 2040, le prix du solaire devrait encore diminuer de 66% et l’éolien de 47%. La parité avec les énergies fossiles sera atteinte dans les 10 années à venir.

Sans attendre cette prévision, le géant éolien danois, Dong Energy, a cessé de demander des subsides pour ses installations. Même avec des solutions de stockage, elles deviennent financièrement concurrentielles.

De son côté, l’Arabie Saoudite profite de mettre aux enchères des concessions pour exploiter l’énergie solaires et de tester le modèle d’affaire face aux centrales nucléaires. Les premiers résultats sont édifiants. Le prix de l’électricité solaire devrait atteindre 2,5 ct € le kWh.

La Chine et la Russie au nez et à la barbe des européens

Les USA sont en passe de gagner leur pari : freiner les livraisons de gaz et de pétrole de la Russie vers l’Europe.

Logiquement, ce mois a vu le rapprochement fulgurant de Pékin et de Moscou.

Le Chinois SEFC China Energy vient d’acquérir pour 9,1 milliards $, soit 14,15%, le pétrolier russe Rosneft.

CEFC lorgne maintenant sur l’énergie hydroélectrique de l’entreprise russe EN+.

La Banque of China a accordé un prêt de 2 milliards $ à Gazprom sous l’emprise de l’embargo USA-Europe.

Avec le chaos qui règne à Washington, la Chine a clairement pris le leadership mondial sur les énergies. La Russie l’a parfaitement compris et joue sa carte.

 

Le citoyen: cet homme qui avait disparu des cartes

Même s’il reste encore des quantités phénoménales de pétrole et de gaz dans le sol, les ouragans de ces dernières semaines ont délicatement souligné les contours du réchauffement climatique.

La vitesse des changements opérés dans le monde des énergies poussent les pays et les acteurs à monter dans le train d’autant que l’opportunité est trop belle de laisser les USA patauger avec leur exceptionnel président.

Cerise sur le gâteau, le citoyen, qui n’a pas eu droit au chapitre durant des décennies, a maintenant la possibilité technique de devenir lui-même un producteur et vendeur d’énergies. Qui aurait pensé que cet oublié reprenne le contrôle?

Nous vivons des mois historiques et passionnants.

 

 

L’Ouragan Harvey: le Fukushima Américain ?

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump n’a cessé de promouvoir sa doctrine de «Dominance Energétique» sur le reste du Monde.

Il aura fallu l’arrivée de l’ouragan Harvey, puis dans une moindre mesure, celle d’Irma, pour souligner la fragilité du secteur pétrolier et gazier américain ainsi que le manque de résilience du système énergétique. La région, balayée par les ouragans, est le cœur de l’industrie pétrolière et pétrochimique du pays. Ces événements soulignent que tous les œufs ont été mis dans le même panier et questionnent les choix du Gouvernement.


L’industrie pétrolière secouée par Harvey

Certes Harvey est un événement exceptionnel (pour combien de temps encore), mais en un seul passage, il aura réduit de 25% les capacités de raffinage américaines (2 millions de barils/jour), mis à l’arrêt les nombreuses plateformes pétrolières du Golfe du Mexique, ralenti les forages de schiste dans les terres texanes et stoppé une grande partie des pipelines qui convergent vers la Louisiane et le Texas.

Selon l’Agence Américaine de l’Energie, 45% de la capacité de raffinage pétrolier du pays et 51% du gaz sont localisés dans cette région. De plus, les plus grands champs de schiste, sensés participer à la renaissance énergétique du pays, se trouvent également dans cette zone de tir.

En toute logique, c’est dans cette région que l’industrie pétrochimique s’est installée. En quelques heures, 61% de la production de plastique à base d’éthylène a été mise hors service.

A grands coups de millions de dollars, 8 des 20 raffineries endommagées ont pu reprendre du service. Motiva, la plus grande unité du pays, située à Port Arthur, devrait atteindre 40% de sa capacité dans les jours à venir.

Cependant, pour combler le manque de production et très loin de la «Dominance Energétique», 40 tankers pétroliers ont été redirigés d’Europe et d’Amérique Latine en direction des USA.

 

Irma ferme les centrales nucléaires de Floride

En Floride, entre Miami et Fort Lauderdale, 36% des stations d’essence étaient à sec, malgré plus de 40 millions de litres livrés en urgence pour permettre l’évacuation des habitants. Les moyens de transports en commun inexistants, c’est en voiture que la population a dû fuir l’Etat.

Du côté électrique, les deux centrales nucléaires, Turkey Point et St. Lucie ont été mises à l’arrêt. Son propriétaire assure que les murs de protection de 6 mètres, érigés autours des réacteurs, suffisent pour faire face aux inondations.

 

Harvey et Irma : le Fukushima Américain?

Il est encore trop tôt pour évaluer les impacts de Harvey et d’Irma sur la politique énergétique du pays. Une certaine humilité et un recul pourraient être envisagés, mais pour l’administration Trump, il semble compliqué de mettre tous ces mots dans une même phrase.

Une première tendance se dégage.

Les médias n’ont pas cessé de souligner l’importance de l’augmentation de la température de l’eau dans le Golfe du Mexique et dans l’Atlantique, la rapidité de la formation des ouragans et leurs puissances démultipliées dues au réchauffement climatique.

Ce thème est en train de s’ancrer comme une évidence au sein de la population, même si le Directeur de l’Agence de l’Energie, Scott Pruit, a sobrement annoncé «Ce n’est pas le temps de parler de changement climatique !»

De son côté, le Gouverneur du Texas, Greg Abbott, farouchement opposé à l’idée d’un réchauffement, se trouve sous les feux de la rampe pour avoir privilégié la croissance à tout prix, encouragé les constructions et de n’avoir pris aucune mesure contre les inondations durant ces dernières années.

Peut-être que nous allons atteindre le point ou les dégâts seront trop sérieux pour être ignorés et que les émissions de CO2, de méthane ou de gaz à effet de serre générés par les énergies fossiles seront prises en compte dans la facture de ces dévastations.

Il reste à voir si ce jour est arrivé ou pas!

Harvey a le potentiel d’un Fukushima américain. Sous la pression des électeurs, des entreprises et des victimes, le président américain pourrait être tenté de revoir sa copie sur les ambitions énergétiques du pays et son positionnement sur les catastrophes météorologiques.

Pendant ce temps, le puissant réseau Fox News, proche du gouvernement Trump, a apporté une réponse, à sa manière, sur sa Page d’Accueil: Irma arrive, où est Dieu ?

 

Energies, Economie, Pétrole: Revue Mondiale Août 2017

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies.

– Qatar: 1,5 jour de production pour le PSG et Neymar
– Texas: L’ouragan Harvey disrupte le pétrole
– USA: Déjà les premiers signes du déclin du pétrole de schiste
– Chine: Feu vert pour réaliser un nouveau réacteur nucléaire
– Venezuela: Bras de fer Russo-Américain pour le contrôle de Citgo
– Angleterre: Après l’essence, Shell va vendre de l’électricité!


Même l’ouragan Harvey n’aura pas réussi à faire remonter le baril de pétrole. Au contraire, il baisse: 50.86$ à Londres (51.49 juillet) et 45.96$ à New York (49.04 juillet).

L’uranium est toujours en vacances 20.50$ (20.50$ juillet).

Monde

En juillet, la National Oceanic and Atmospheric Administration américaine a enregistré le deuxième mois le plus chaud sur la planète terre.

 

Nucléaire

Il semble que les constructeurs de centrales nucléaires sont engagés dans une féroce compétition afin de réaliser le plus grand fiasco financier. Areva garde une longueur d’avance avec les dépassements des budgets des EPR à Flamanville en France et à Olkiluoto en Finlande. Les deux centrales en Angleterre devraient également faire un carton. Cependant Toshiba remonte la pente.

Ainsi, Santee Cooper and South Carolina Electric & Gas Company a ordonné à Toshiba, Wetinghouse, l’arrêt de la construction des deux centrales nucléaires AP1000 à VC Summer plant, à Jenkinsville, Caroline du Sud, USA. Motif: une spirale haussière des coûts incontrôlables. Initialement devisé à 5,1 milliards $, le score actuel est de 11,4 milliards $ et la date de livraison passe de 2019 à 2024. Avec l’arrêt immédiat, Santee Cooper aura dépensé 4,7 milliards mais économisera 7 milliards $.

 

OPEP

La production du cartel dépasse de 470’000 barils/jour (b/J) les quotas imposés. Quand les coûts de production sont inférieurs à 50$, les pays producteurs sont satisfaits de vendre leur pétrole et de générer du cash.

Dessin Chappatte, Le Temps

 

USA

Trump a signifié à l’ONU son retrait officiel de l’accord de Paris sur le climat.

Dame Nature est très joueuse. L’ouragan Harvey a balayé le Texas et notamment les champs du très polluant pétrole de schiste d’Eagle Ford. De plus, Harvey a réussi à mettre hors service la plus grande raffinerie pétrolière américaine à Port Arthur ainsi que 12 autres unités et de nombreux forages. Du côté humain, c’est une tragédie.

Le dernier jour du mois, 20% de la capacité de raffinage pétrolier est hors service et Washington a commencé à puiser dans les réserves stratégiques pour combler le manque. De plus, 40 tankers pétroliers ont été redirigés d’Europe vers les USA.

Bonne nouvelle pour les assureurs américains. Une grande partie des propriétaires des maisons ravagées par les inondations de l’ouragan Harvey possèdent une assurance de base qui ne couvre pas les inondations.

La demande d’essence a atteint un nouveau record aux USA à 9,85 millions b/j. Le club automobile AAA constate que le prix moyens des carburants est de 2,34$ le gallon, soit 0.61 ct le litre.

La production pétrolière US atteint 9,5 millions b/j en août, un plus haut depuis 2 ans. Paradoxalement, le prix du baril est toujours en-dessous de 50$. A ce tarif la grande majorité des exploitants perdent de l’argent.

Avec le départ de Steve Bannon de l’admiration Trump, le charbon a perdu son plus grand supporter. M. Bannon voulait accorder à l’industrie du charbon des subsides à hauteur de 15$ la tonne et taxer fortement l’importation de panneaux solaires chinois.

Les USA ont effectué une première livraison de gaz liquide de schiste à un pays de l’Est: la Lituanie.

Selon l’EIA, la production des forages offshores du Golfe du Mexique devrait atteindre son peak oil en 2017 avec 1,91 million b/j. Le nombre de forages actifs ainsi que la mise en service de nouveaux puits n’ont pas cessé de diminuer depuis 2014.

L’élémentaire John Watson, CEO de Chevron, va être remplacé par Michael Wirth. Chevron a essuyé une perte de 497 millions $ en 2016.

Tiens, les banquiers américains sont en train de vendre les actions de leurs propres banques. Quand votre banquier vend les actions de sa propre banque, c’est un peu comme la mer qui se retire avant un tsunami.

La 7ème flotte américaine basée en Asie ne tient pas la grande forme. Depuis le début de l’année, 4 bateaux militaires américains sont entrés en collision avec d’autres bateaux. Ce mois, c’est l’USS John S. McCain qui a réussi à heurter le pétrolier Alnic MC qui était à l’arrêt et ancré à l’est des côtes de Singapour.

L’administration Trump, via Benjamin Friedman, a démantelé le comité scientifique de la National Oceanic and Atmospheric Administration concernant le réchauffement climatique.

Le Gouverneur de la Californie, Jerry Brown, a donné son accord pour poursuivre la réduction de 40% les émissions de CO2 d’ici à 2030 (par rapport à 2016). Le gouverneur a demandé de repenser complètement l’Economie de l’Etat.

L’administration américaine a le chic pour tout faire de travers, jusqu’au choix des chaussures de la First Lady

 

Venezuela

La question reste ouverte pour savoir qui de Trump ou de Nicolas Maduro va être déchu en premier. Malgré les efforts continus du premier, le président Vénézuélien garde un petit avantage.

Les ventes de la major pétrolière nationale, PDVSA, ont chuté de 34% en 2016 à 48 milliards $. Le bénéfice s’est effondré de 90% à 828 millions $ contre 7,3 milliards $ en 2015.

Le Venezuela est le troisième fournisseur de pétrole à Washington et la chute du régime pourrait mettre à mal les livraisons aux raffineries américaines.

Statoil, Chevron et Total ont demandé à leurs travailleurs étrangers de quitter le pays.

Le Russe Rosneft a déjà payé à l’avance 6 milliards $ pour du pétrole et ne va pas faire de nouvelles avances tant que ce pétrole n’a pas été entièrement livré. Ainsi, afin de payer les dettes de Rosneft, Caracas a réduit ses livraisons à Citgo, qui paie en cash. Comme PDVSA possède 49,9% de l’entreprise américaine Citgo, si le producteur national PDVSA devait faire défaut, la Russie pourrait devenir l’heureuse propriétaire de plusieurs raffineries et stations d’essence aux USA.

Pour riposter à cette menace, Washington a imposé des sanctions bloquant la possibilité d’acheter de la dette vénézuélienne et bloquant la possibilité au Venezuela ou à PDVSA de rembourser ses dettes.

Le pays pourrait s’écrouler avant la fin de l’année.

Saturday Night Life SNL – Parodie Donald Trump

 

Arabie Saoudite

Ryad a produit 10 millions b/j en juin et n’a exporté 6,8. Comme d’habitude le royaume brûle d’importantes quantités de pétrole pour la climatisation d’un pays devenu invivable. La consommation intérieure a atteint 2,6 millions b/j durant les mois d’été.

Durant le 2ème trimestre, l’Arabie Saoudite a généré 269 milliards $ de revenus grâce au pétrole (+28% par rapport à 2016).

Ryad se focalise toujours sur la diversification de son économie afin d’anticiper la baisse des revenus du pétrole. Un premier contrat de 5,2 milliards $ pour la construction d’un entrepôt à Ras Al Khair a été conclu. Deux villes, l’une de la taille de la Belgique et l’autre de Moscou, sont en projet.

Avec le réchauffement climatique et la moyenne journalière à plus de 50 degrés ainsi que le manque d’eau, la liste des volontaires pour habiter ces villes ne sera pas facile à remplir.

Cet été, il a fait jusqu’à 53 degrés Al-Ahsa et Al-Kharj (à l’ombre).

L’IPO de Saudi Aramco est toujours au programme et Goldman Sachs tente d’avoir accès au gâteau. Pour des considérations politiques, le Prince Mohammed bin Salman aimerait que la mise en bourse se fasse à New York au lieu de Londres.

L’Arabie Saoudite tente de se rapprocher de l’Irak dans le but d’éloigner l’Iran de Bagdad.

 

Chine

Pékin a approuvé un plan pour que ses deux constructeurs nationaux de centrales nucléaires s’allient et réalisent un nouveau type de centrale nucléaire avec l’objectif de les commercialiser à l’étranger. A l’interne, la Chine développe un ambitieux programme nucléaire avec 200 GW d’ici à 2030. Dans la foulée, les chinois tentent de vendre leurs centrales nucléaires bon marché, mais bien peu de candidats ont le courage (ou la folie) de faire le pas.

Areva et Toshiba, qui ont donné leur savoir-faire aux chinois, se mordent les doigts.

En Chine, la demande d’énergie pourrait atteindre son pic d’ici à 2040 à 4,06 milliards de tonnes d’équivalent pétrole.

La Chine aurait découvert de vastes champs de méthane congelé à proximité de champs de pétrole et de gaz. Les ingénieurs ont réussi à pomper ce méthane mélangé à de la boue. Le Japon a également annoncé la même percée. Le méthane est un gaz à effet de serre bien plus virulent que le CO2.

L’IEA pense que la Chine sera responsable de +40% de la consommation de gaz dans le monde d’ici à 5 ans.

Renault (25%) Nissan (25%) et le constructeur chinois Dongfeng Motor (50%) ont annoncé la création de la coentreprise eGT (dont les brevets appartiendront aux chinois) afin de développer et de vendre en Chine des véhicules électriques bon marché coût (3-5’000 euros).

Habituée à ne pas faire dans la dentelle, la Chine a débuté la construction du deuxième plus grand barrage hydraulique au monde, sur le fleuve Yangtze, dans la province du Sichuan. De son côté la ville de Pékin va augmenter sa flotte de bus électriques et va passer de 1’000 à 10’000 unités.

Les producteurs de charbon se frottent les mains avec de solides ventes. Les grandes inondations ont paralysé les installations hydroélectriques et le charbon a été appelé à la rescousse notamment avec l’importation de charbon américain.

La dette chinoise pourrait être supérieure de 6’800 milliards $ par rapport aux chiffres du gouvernement. Le montant des dettes pourries pourraient atteindre les 7’600 milliards $ d’ici à la fin de l’année, soit 5 fois plus que les estimations des banques (avec un ratio de 34% de dettes pourries.)

La Chine a raffiné 10,7 millions b/j en août, au plus bas depuis 7 mois. Il se pourrait que la réserve stratégique soit remplie. Si cette tendance continue, c’est un mauvais signe pour les producteurs pétroliers qui aimeraient voir les cours du baril remonter.

Le bateau de forage Deep-Sea Metro I, opéré par l’Espagnol Repsol pour le compte du Vietnam, a dû arrêter ses travaux dans le bloc offshore 136/3. Pékin conteste ce forage dans la mer de Chine.

La Chine perd 17% de sa production d’énergies renouvelables à cause de manque de capacité de stockage.


Chappatte

 

Europe

Suisse

Transocean, qui s’est judicieusement logée dans le Canton de Zoug à des fins d’optimalisations fiscales, a acheté son concurrent norvégien Songa Offshore SE pour 1,1 milliard $. La firme active dans le forage pétrolier répond à Ensco Plc qui a avalé Atwood Oceanics Incs pour 839 millions $. Un vent de consolidation plane sur le secteur des services pétroliers.

Addax Petroleum, active dans le trading, a décidé de quitter Genève.

 

Russie

Avec une baisse de production de 307’000 b/j par rapport à octobre 2016, la Russie est en phase avec la diminution de production demandée par l’OPEP (même si la Russie ne fait pas partie de l’OPEP).

L’équipe de Trump a imposé de nouvelles sanctions à la la Russie. Cette fois, les américains sanctionnent les entreprises européennes qui travaillent avec Moscou notamment dans le domaine de l’énergie et pour la construction du gazoduc Nord Stream 2. Historiquement dès 2014, les sanctions de Washington voulaient empêcher la Russie de développer le pétrole non conventionnel (schiste) dans le but de protéger les entreprises américaines contre une concurrence Russe.

En pratique, le norvégien Statoil travaille avec le russe Rosneft et BP pourrait débuter un autre projet ce qui a le don d’agacer Exxon ou Chevron.

Sous embargo technologique, les russes pourraient avoir découvert un système thermochimique de fracturation plus efficace que la fracturation américaine. Le processus pourrait augmenter la production de 1,7 à 6 fois.

 

Allemagne

Les constructeurs automobiles ont trouvé un filon pour écouler leurs voitures diesel truquées devenues invendables en Occident. C’est en Inde que les Allemands font le forcing pour écouler leurs stocks.

La capacité de production d’énergie solaire et éolienne se monte à 95 GW (+3,8 GW depuis janvier).

L’inflation est grimpée à 1,7% en juillet. Un record depuis 2008.

 

France

Total, la compagnie pétrolière française, annonce l’acquisition pour 7,45 milliards $ du Danois Maersk Oil & Gas, filiale du numéro un mondial du transport maritime Maersk. Le prix d’achat se situe entre 50 dollars et 55 $ le baril.
Elle permettra au groupe tricolore d’accroître ses réserves prouvées et probables de 1 milliard de barils, s’ajoutant aux 11,5 milliards actuels. Entre 2014 et 2020, la production de Total pourrait passer de 2,1 millions à 3 millions de barils par jour si les prix du baril remontent.

Record de chaleur en France durant le mois d’août. Le thermomètre est monté jusqu’à 42,8 degrés.

Le Qatar a offert Neymar et Kylian Mbappé au PSG pour 400 millions €. Somme colossale? Non, 1,5 jours de production pétrolière. A mettre dans la catégorie: “peu mieux faire”.

 

Angleterre

Royal Dutch Shell va vendre de l’électricité à ses clients industriels et montre sa capacité de passer de l’essence à l’électron. Cette stratégie représente une menace pour les producteurs électriques. Pour les autres pétroliers, cette position bouscule leurs business modèles basés sur le tout à l’essence.

L’américain Cuadrilla Resources va commencer l’extraction de gaz de schiste dans le Lancashire devant une opposition populaire de plus en plus forte. Si tout se passe comme prévu, d’ici à quelques mois, Cuadrilla Resources devrait annoncer un bouillon financier et sa retraite d’Angleterre.

 

Norvège

L’industrie pétrolière salive à l’idée d’extraire du pétrole le long des splendides côtes des Lofoten. L’élection à venir et la nouvelle sensibilité des norvégiens face au pétrole pourraient bloquer ce rêve.

Puisque l’on parle des Lofoten, il est possible de manger de la baleine dans un grand nombre de restaurants du coin. La Norvège dépasse le Japon dans la capture et la mise en conserve des baleines.

 

Arctique

Le bateau de gaz liquide Christophe de Margie, affrété par Total, a été le premier tanker à passer à travers l’Arctique sans aucune aide, pour livrer sa cargaison dans le port de Boryeong, Corée du Sud.

Le réchauffement climatique et la fonte des glaces ne font pas que des malheureux.

Le réchauffement climatique est un canular

 

Les Amériques

Brésil

Il y a quelques années seulement, Petrobras était la compagnie pétrolière la plus endettée du monde. Grâce à la nouvelle équipe et la découverte de puits offshores prolifiques, la situation est en train d’évoluer.

De son côté le président Michel Temer se débat toujours dans des histoires de corruption.

 

USA : Pétrole et gaz de Schiste

Dans le Bassin Permien, les investisseurs s’inquiètent de l’augmentation du ratio d’extraction pétrole/gaz. Les quantités de gaz ne cessent d’augmenter au détriment du pétrole. Historiquement, c’est un signe que les gisements se vident. Pioneer Natural Resources, l’un des plus grand producteur de schiste pourrait voir sa valorisation boursière baisser de 3 milliards à 19 milliards $.

L’optimisme du schiste américain s’étale presque partout. Les articles publiés par les agences de communication plébiscitent le schiste et annoncent des niveaux record de production dans les mois à venir. Objectifs: séduire les investisseurs et Wall Street.

Les meilleurs forages dans les champs du Permien, Eagle Ford, Bakken Haynesville, Marcellus, Niobrara et Utica ont produit 350’000 barils de moins par jour entre juillet et août. Comme le niveau de déplétion est très rapide, les producteurs ont dû mettre en service de nouveaux puits à hauteur de 350’000 b/j pour maintenir le niveau de production.

Le Permien possède la moitié des forages sur sol américain et certains experts pensent que la production de pétrole de schiste va entrer dans un déclin dans les 3 années à venir, qu’importe le prix du baril.

Le nombre de forages de schiste a diminué à 763 unités.

Les compagnies de pétrole de schiste tentent de diminuer la quantité de sable utilisé pour la fracturation. La forte demande pousse les prix du sable à la hausse. Le Texas produit 60 millions de tonnes à cet effet. Un forage consomme entre 12’000 et 25’000 tonnes de sable alors qu’il n’en fallait que 750 tonnes il n’y a encore que quelques années.

4 accidents pour la USS Navy.

Asie

Inde

La croissance des ventes de voitures a atteint 9,24% cette année et la majorité des voitures utilisent du diesel. L’Inde pourrait être une roue de secours pour l’industrie allemande qui cherche à se débarrasser de ses moteurs truqués et devenus invendables en occident.

Le géant Tata a installé, dans tout le pays, le système LoRa de la société Suisse Orbiwise. Ce système permet de connecter les objets (internet des objets) dans le cadre du smart city afin notamment d’améliorer l’efficience énergétique et l’intégration des énergies renouvelables .

 

Corée du Sud

Le CEO, Dirk Ahlborn, d’Hyperloop Transportation Technologies pense qu’il sera possible de mettre son train sur les rails d’ici 3 à 4 ans. La technologie magnétique propulsera le train à presque 1’200 km/h entre Séoul et Busan sur un trajet de 300 km.

IciNousYallonsDeNouveauStan  (nouveau plan de Trump avec l’arrivée de nouveaux soldats en Afghanistan

 

Moyen Orient

Iran

Le Président Trump a émis le souhait d’annuler le traité nucléaire signé avec l’Iran bien que Téhéran remplisse les conditions. Du coup, le Président Rouhani a menacé de reprendre le programme nucléaire. Avec le chaos qui règne à Washington, il est difficile de savoir ce qui va se passer.

Moscou et Téhéran ont conclu un accord de troc de 500’000 b/j de pétrole iranien contre des équipements et des produits russes. Ce processus permettra aux deux pays de contourner les sanctions bancaires américaines.

Le frère du président Rouhani a été arrêté par les gardes de la Révolution et mis en prison probablement en signe d’avertissement. Malgré le support des électeurs, les conservateurs font pression sur le Président afin que les changements ne s’effectuent pas trop rapidement.

 

Irak

La production de juillet a légèrement baissé à 3,81 millions b/j dont 3,2 pour l’exportation. Une part grandissante de ce pétrole part pour les USA.

De nombreux voyages de dirigeants irakiens en Arabie Saoudite ont été dénombrés ces derniers mois. L’Arabie Saoudite tente de séparer Bagdad et Téhéran.

Afrique

Libye

Le plus grand gisement du pays, 280’000 b/j, a été bloqué par des milices armées. A travers le pays, plus de 360’000 b/j n’ont pu être extraits sur un total de 1 million b/j.

Le Commandant Khalifa Haftar de la Libyan National Army (LNA), qui a mis la main sur les ports pétroliers et permis au pays d’atteindre un niveau de production pétrolier élevé, s’est rendu à Moscou pour la deuxième fois en une année.

De son côté les américains supportent la partie opposée: le «Government of National Accord» (GNA). Ce jeu montre les alliances qui se dessinent afin de contrôler le pétrole libyen.

 

Nigeria

A 74 ans, le Président Muhammadu Buhari est retourné au pays après un séjour de 3 mois à Londres pour se faire soigner.

Dans le Delta du Niger, 800 habitants ont bloqué des installations pétrolières et réclamé du travail et le développement d’infrastructures.

Le Ministre du Pétrole, Ibe Kachikwu, estime que les coûts de production, corruption comprise, atteint 32$ le baril et que des efforts doivent être faits pour atteindre 15$ le baril. Pour l’instant, le ministre juge qu’il serait préférable que son pays cesse sa production pétrolière au lieu de produire à des coûts élevés et un prix du baril trop bas.

Shell avoue que ses opérations au Nigeria sont menacées par l’insécurité et les raffineries pirates dans le Delta du Niger.

 

Phrases du mois

«Nous ne pouvons pas demander à nos clients de payer pour un projet qui est devenu économiquement impossible”. Lonnie Carter, CEO Santee Cooper pour l’arrêt de la construction deux 2 centrales nucléaires, USA

Quand les taux d’intérêts descendent, cela permet au pétrole de monter et ainsi d’augmenter la production. La chute des taux entre 1981 et 2014 a permis de retarder le peak oil… mais le peak de l’Economie n’est pas très loin. Nous n’avons pas besoin d’encourager le peak oil en remontant les taux (ndr aux USA) et en vendant les titres de la Réserve Fédérale Américaine. Nous avons besoin que les gens comprennent la connexion entre les taux d’intérêts et les prix du pétrole et combien il est important que les taux ne remontent pas.” Gail Tverberg,

« Tout le monde sait que la Chine a un problème de crédits, mais je trouve que les gens oublient souvent l’ampleur.» Charlene Chu

«Si dans un saut d’humeur, Donald Trump veut faire quelque chose contre Kim Jong Un, il y a peu de chose que peuvent l’arrêter. Le système a été construit pour assurer une réponse rapide, si nécessaire. Il y a donc très peu de contrôle sur l’exercice de l’utilisation de l’option nucléaire, ce qui est assez effrayant » James R. Clapper, Ancien Directeur du renseignement national

Nous continuons de croire que le problème avec les nouvelles centrales nucléaires n’est pas l’utilisation du combustible nucléaire. La difficulté est économique. Une centrale est onéreuse, produit en continu alors que la production est devenue de moins en moins chère et décentralisée. A l’avenir, il y aura moins besoin de ces grandes unités de production indépendamment de leur combustible. De plus, les constructeurs de centrales doivent parier d’énormes sommes d’argent pour une production qui débutera dans 10 ans. Avec l’incertitude de la demande d’électricité et des prix, c’est un pari bien difficile à prendre.” Leonard Hyman et William Tilles Oilprice.com

 

Sources: avec Tom Whipple de Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.

 

Energies, Economie, Pétrole: Revue Mondiale Juillet 2017

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies.

– Automobile: Très mauvais mois pour l’industrie
– Allemagne: Les voitures allemandes truquées
– Arabie Saoudite: Le Roi s’impose et serre la vis
– France: 17 centrales nucléaires à l’arrêt
– Israël: Un avion électrique avec 9 personnes et 1’000 km
– Japon: Les déchets radioactifs dans le Pacifique
– Chine: Une ferme solaire en forme de Panda.


 

Après avoir passé tout le mois vers les 45$, le pétrole s’est réveillé durant les derniers jours pour repasser sur la barre des 50$. Il termine à 51.49$ à Londres (47,42 juin) et 49.04$ à New York (44.93 juin).

L’uranium bronze sur la plage et ne fait rien 20.50$ (20.10$ juin).

Bien que les USA exportent 2,3 millions de barils/jour, ils sont toujours de grands importateurs.
Source EIA, graphique: Financial Times

 

Un mois Historique?

Est-ce que juillet 2017 entrera comme le tournant historique de la voiture à pétrole?

Durant ce mois, la France et l’Angleterre ont émis le souhait de renoncer aux voitures à essence et à diesel dès 2040. La Suisse suggère 2025 comme la Norvège et la Hollande. Volvo va électrifier sa flotte dès 2019. Londres a augmenté les tarifs pour entrer dans la ville en voiture. En Allemagne, c’est la Bérézina chez les constructeurs tricheurs.

Stuttgart pourrait voir l’interdiction des voitures au diesel. La nouvelle Tesla Model 3 est sortie des usines.

A 180 degrés, l’industrie de l’aviation et Boeing espèrent démultiplier les ventes et former des milliers de nouveaux pilotes d’ici à 2040.

 

Monde

Depuis le début de l’année, 15 champs pétroliers d’une capacité totale de 8 milliards de barils ont été mis en chantier. Ils étaient 12 avec 8,8 milliards de barils en 2016. Ce chiffre est encore loin de la moyenne de 40 champs durant les années 2007-2013.

 

OPEP

Les exportations de l’OPEP continuent d’augmenter +700’000 à 33 millions de barils/jour (b/j) mais un tour de vis est demandé par l’Arabie Saoudite pour faire remonter les cours.

La Lybie et le Nigeria, qui ont échappé à toute limitation de production, pourraient se voir intégrer dans le processus. Les deux pays ont apporté 500’000 b/j de plus dans les marchés.

 

Peak oil

Le CEO de Saudi Aramco souligne qu’il manque 1’000 milliards $ d’investissements pétroliers et qu’il est nécessaire de trouver 20 millions b/j d’ici à 5 ans pour compenser l’épuisement des gisements actuels.

 

Nucléaire

Selon EUROfusion, le premier réacteur nucléaire à fusion pourrait générer de l’électricité d’ici à la deuxième partie du siècle. Les ingénieurs ne précisent pas le coût du kWh.

Dessin Chappatte

 

Arabie Saoudite

Les changements à la tête du pays dépassent les intrigues de la série Dallas et son univers impitoyable.

Dans les derniers épisodes, le Roi Salman bin Abdulaziz avait concentré le pouvoir dans les mains de son fils Mohammed Bin Salman (31 ans) et viré son neveu Mohammed bin Nayef (57 ans) qui était destiné à devenir Roi à la mort du Roi.
Dans l’épisode de ce mois, le neveu banni est en état d’arrestation. Pour éviter de se faire poignarder dans le dos, le Roi a créé le Ministère de la “Sécurité Intérieure” avec à sa tête, son ami le Géneral Abdulaziz al-Howairini. Comment vont réagir les membres écartés de la famille royale? Est-ce la production pétrolière sera impactée? Nous le verrons dans les épisodes à venir.

L’Arabie Saoudite et la Russie tapent le poing sur la table et demandent aux pays de l’OPEP de respecter les quotas d’extraction de pétrole afin d’enlever 1,8 million b/j.

Ryad a lancé un appel d’offre pour construire une ferme d’éoliennes de 400 MW.

La dispute entre l’Arabie Saoudite et le Qatar aurait éclaté grâce à l’ami Donald Trump. Lors de sa visite à Ryad, l’Agent Orange aurait encouragé l’Arabie à se lancer dans ce concept. Depuis les USA rament pour calmer tout ce beau monde.

 

Allemagne

Impossible de ne pas mettre l’Allemagne en tête du hit parade de ce mois.

Splendide «Une» du Spiegel qui illustre l’Amitié entre Volkswagen, Audi, Porsche, BMW et Mercedes-Daimler. Les dirigeants se sont accordés sur les méthodes de contournement des tests anti-pollution et autres “détails” pour qu’au final, les grandes allemandes soient bien plus que des voitures.

Après VW, c’est Mercedes Daimler qui avoue tricher et faire joujou avec le CO2 et quelques substances nocives mineures. Le constructeur a tacitement reconnu l’existence d’un problème majeur de dépollution de ses moteurs en ordonnant, le 18 juillet, le rappel spectaculaire de plus de 3 millions de voitures. La Mercedes Classe B ressort particulièrement bien du lot avec des émissions de Nox 8,6 fois supérieures à la norme.
Du côté de Porsche, les heureux propriétaires de Cayenne vont devoir repasser au garage pour enlever un logiciel qui s’est glissé “par erreur” dans le moteur.

Il faut comprendre les constructeurs Allemands. Comme les prix de leurs voitures sont bas, ils doivent forcément limer quelque part.

La ville de Stuttgart pourrait interdire les voitures à diesel pour des raisons de santé et 15 autres villes allemandes pourraient suivre.

Toujours au rayon «communication made in Germany», la chancelière Merkel s’époumone à convaincre Trump d’agir sur le climat. En fait, l’Allemagne ne va pas arriver à atteindre ses objectifs de réduction de CO2 car Berlin continue d’augmenter sa production électrique à base de charbon.

La Une de Spiegel, 22 juillet 2017

 

Russie

Avec un prix du baril à 50$, la croissance de l’Economie Russe pourrait atteindre 1,4% cette année.

Exxon Mobil s’est vu refuser l’autorisation de forer dans la Mer Noire par Washington et s’est pris une amende de 2 millions $ par le gouvernement Trump. Le gouvernement US a également fait pression sur le Japon pour ne pas collaborer avec la Russie dans les domaines pétroliers et gaziers.

Moscou tente d’acquérir 49,9% des actions de l’entreprise américaine US Citgo en rachetant les actions à l’entreprise nationale vénézuélienne de pétrole. Citgo possède de très nombreuses stations d’essence aux USA.

L’américain Schlumberger a acquis la majorité dans l’entreprise russe Eurasia Drilling Co. Ltd. Eurasia est l’une des plus grande entreprise mondiale dans le forage onshore. Cet achat va tester Washington sur l’embargo pétrolier américain.

 

Les Etats Unis d’Amérique

Après “l’Indépendance Energétique” suivit par “l’Abondance Energétique” d’Obama, Trump plébiscite la “Dominance Energétique” des USA. Tous ces mots sont comme un trop grand repas. Au final, ça se termine toujours par un régime.

20 ans après l’Europe, l’industrie éolienne offshore arrive aux USA. Pour l’instant, le manque d’industriels américains actifs dans ce domaine freine son expansion. Comme Goldman Sachs avait acheté au rabais 18% des actions de Dong Energy, le champion éolien danois, et que la moitié des banquiers de Goldman Sachs travaillent pour Trump, on peut imaginer une issue favorable.

Le show satirique Saturday Night Live, SNL, a perdu l’une de ses mascotte favorite: Sean Spicer, le porte-parole du gouvernement. Ce dernier a décidé de démissionner suite à la venue du nouveau directeur de la communication, Anthony Scaramucci, ex Goldman Sachs.

Les USA avalent le 20% de la production pétrolière mondiale soit 20 millions b/j. Les 2/3 proviennent du Canada. La production US devrait atteindre 10 millions b/j en 2018 dont 20% des forages offshores du Golfe du Mexique.

Les déchets nucléaires des centrales pourraient être transférés du Gouvernement Fédéral à une entité privée qui pourrait s’en occuper. Si ce scénario se réalise, tout ça finira au fond d’un océan.

Depuis l’arrivée de Trump, l’italien ENI est la première major pétrolière à recevoir l’autorisation d’explorer l’or noir sur les côtes de l’Alaska. ENI attendait le feu vert depuis 10 ans.

Les panneaux solaires californiens génèrent tellement d’électricité à certains moments de la journée, que les opérateurs sont obligés de payer les utilisateurs pour qu’ils utilisent de l’électricité et délestent le réseau. Voir graphique ci-dessous


Influence de l’électricité solaire durant la journée.
Le solaire fait diminuer les besoins d’électricité fossile

 

Europe

L’Europe pourrait réagir face aux nouvelles sanctions américaines contre la Russie. Washington va pénaliser les entreprises européennes qui participent à la construction du nouveau gazoduc Nord Stream 2 entre l’Allemagne et la Russie.

 

France

Total a signé un accord de 4,8 milliards $ pour développer le projet South Pars, un important champ gazier en Iran. Le gaz produit «alimentera le marché domestique iranien à compter de 2021». Total «mettra en oeuvre le projet dans le respect le plus strict des législations nationales et internationales» ce qui va forcément faire un grand plaisir aux faucons de Washington qui tentent par tous les moyens de maîtriser la croissance de l’Iran.

Nicolas Hulot suggère de fermer «jusqu’à 17» réacteurs nucléaires et ramener à 50 % la part de l’atome dans la production d’électricité à l’horizon 2025. Lire article.

Le constructeur automobile français Renault a vendu 1,9 million de véhicules au premier semestre 2017, battant ainsi son précédent record.

Pratiquement le même jour, le président Macron a coupé 850 millions € dans l’armée, recapitalisé le gouffre Areva à hauteur de 1,5 milliards € et accepté une augmentation de 2 milliards € pour la construction des 2 centrales EPR en Angleterre.

 

Angleterre

Le Royaume-Unis est en train de se demander si les deux réacteurs Areva-EPR de Hinkley Point vont réellement pouvoir mis en service un jour. A peine la première pioche utilisée, EDF annonce une révision des budgets: +2 milliards € à la charge des contribuables français.

Suite au Brexit, Londres demande à pouvoir rester dans le traité Euratom et menace de réexpédier les 30 tonnes de déchets nucléaires hautement radioactifs appartenant à la Suède, l’Italie, l’Allemagne. Depuis 1970, le centre de Sellafield conditionne les déchets nucléaires dont le plutonium et d’autres isotopes sympas.

 

Hollande

Le pays pourrait fermer le plus grand champ gazier européen: le Groningen. Les tremblements de terre et la pollution ont générés 80’000 plaintes et des demandes de dédommagements à hauteur de 1,2 milliards €.

 

Suède-Chine

Dès 2019, Volvo changera totalement sa production pour se concentrer uniquement sur les voitures électriques ou hybrides! Volvo est le premier constructeur automobile à passer à l’électrique. Le chinois Geely avait acheté Volvo, au bord de la faillite en 2010.

La moitié des voitures en circulation dans le monde parcourent la Chine. Pékin a l’objectif d’immatriculer 5 millions de voitures électriques d’ici à 2020.

Augmentation de l’Euro face au $

 

Les Amériques

Costa Rica, Panama

Le premier jour du mois de juillet suite à une panne débutée au Panama, les 5 millions d’habitants du Costa Rica ont été totalement privés d’électricité pendant près de cinq heures. La coupure géante a également touché le Nicaragua et le Salvador.

Au Panama, la panne a duré trois heures et a débuté au moment où le président panaméen Juan Carlos Varela allait prononcer un discours pour défendre son bilan à l’occasion du début de la quatrième année de son mandat.

 

USA: Schiste

La production de schiste a augmenté de 525’000 b/j cette année essentiellement grâce aux forages horizontaux du bassin Permien du Texas. La production US de schiste atteint 5,472 millions b/j et Golman Sachs prévoit 12 millions bj d’ici à 2025.
Goldman Sachs prévoit également que grâce à la technologie, les coûts de production du schiste américain seront plus bas que celui de l’Arabie Saoudite. Bien sûr!

Combien de temps est-ce Wall-Street va continuer à financer le mythe du pétrole de schiste américain? Depuis 18 mois, 57 milliards $ ont été injectés dans le système.

Si les prix d’extraction ont diminué de 34% entre mars 2014 à novembre 2016, les coûts ont augmenté de 8% depuis décembre. Les producteurs continuent de perdre des sommes astronomiques alors que le baril surfe sous les 50$. Au rythme actuel, ils pourraient perdre jusqu’à 20 milliards $ cette année.

Alors que Le bassin Permien est en croissance, les champs pétroliers de schiste d’Eagle Ford et du Bakken ont atteints leur peak oil il y a 4 ans. Selon Arthur Berman, le pétrole extractible dans le bassin Permien serait de 3,7 milliards de barils au lieu des 160 milliards de barils suggérés par le CEO de Pioneer Natural Resources. Il est probable que le Bassin Permien atteigne son peak oil en 2019.

L’augmentation des tremblements de terre en Oklahoma n’a rien à voir avec les prouesses de Russel Westbrook, MVP de la ligue de Basket NBA. Les secousses de 2,7 à 4,2 sur l’échelle de Richerter proviennent des forages de schiste selon le US Geological Survey.

 

Cuba

Alors que le Venezuela peine à livrer le pays en pétrole, le gouvernement a limité la consommation des entreprises (-28%) et réduire l’éclairage public de 50%.

 

Venezuela

Les réserves financières du pays sont passées sous la barre des 10 milliards $ alors qu’elles pointaient à 43 milliards en 2009. Le pays doit encore rembourser 5 milliards $ de dettes cette année.

Les raffineries n’opèrent plus qu’à 40% par manque de dissolvants pour traiter le brut lourd.

Les services pétroliers d’Halliburton et de Baker-Hughes ont été stoppés en attendant que le gouvernement paie les arriérés. Pendant ce temps, Caracas continue de livrer à la Russie et à la Chine du pétrole acheté et payé il y a fort longtemps.

Un vénézuélien moyen a perdu 10 kg durant les 12 derniers mois à cause du manque de nourriture.

 

Mexique

Le gouvernement va mettre 4 nouveaux champs pétroliers et gaziers en vente aux enchères d’ici à novembre. L’entreprise pétrolière nationale Pemex est empêtrée dans l’immobilisme et la corruption. L’alternative d’utiliser des entreprises internationales pourraient générer des revenus (ou de la corruption) supplémentaires pour le pays.

Talos Energy, Sierra Oil and Gas et Premier Oil confirment que le champ pétrolier de Zama-1 dépasse les rêves les plus fous avec une quantité située entre 1,4 et 2 milliards de barils de pétrole. En extrapolant la quantité de pétrole effectivement extractible, cela représente 7-8 jours de consommation mondiale.

Ferme solaire photovoltaïque en forme de Panda en Chine, par Panda Power

 

Asie

Chine

L’Economie chinoise aurait progressé de 6,9% durant le deuxième trimestre et la production industrielle de 7,6%. En Chine, la croissance du PIB est intimement liée à l’augmentation d’énergie.

La production de charbon a augmenté de 11% par rapport à juillet 2016. Les pluies torrentielles et les inondations ont forcé la fermeture de plusieurs centrales hydroélectriques dont les 2/3 du barrage des Trois Gorges.

Le chinois Panda Power Plant réalise des fermes solaires qui représentent des pandas en jouant avec la couleur des panneaux. L’entreprise cumule 100 MW.

Inde

Indian Oil Corp va acheter du brut américain en octobre. C’est la première fois que l’Inde achète du brut à l’équipe de brutes. L’accord inclus 1,6 million de barils de pétrole US et 400’000 barils à Western Canadian Select. C’est le chinois PetroChina qui s’occupe de la logistique. Le prix de vente est très compétitif en comparaison avec le pétrole livré par l’Irak et se situe entre -8 et -15$ par rapport au cours du marché.

 

Japon

Un robot a réussi à pénétrer dans le Réacteur 3 de Fukushima et a découvert une partie de l’uranium fondu. Pour sécuriser les lieux, il est crucial pour TEPCO, l’opérateur de la centrale, de localiser l’uranium qui a transpercé les cuves des 3 réacteurs en perdition. A long terme, ce magma hautement radioactif devra être retiré.

Tepco va déverser une partie des éléments radioactifs de Fukushima dans l’Océan Pacifique malgré la protestation des pêcheurs et des citoyens.

 

Corée du Nord

Suite aux pressions internationales, la China National Petroleum (CNPC) a cessé ses livraisons de diesel et d’essence à Pyongyang.

 

Kazakhstan

Le Ministre de l’Energie a annoncé que son pays allait sortir de l’accord de réduction de production de l’OPEP. Le pays extrait 1,718 million b/j dont 170’000 b/j du nouveau champ de Kashagan.

 

L’entreprise américaine Digital Roof Innovations, USA, propose une arme automatique
si vous achetez un toit chez eux. Make the America Great Again!

 

Moyen-Orient

Qatar

La Banque Centrale possède des réserves financières de 340 milliards $ en liquide, 40 milliards $ en or et 300 milliards $ dans le fond Qatar Investment Authority.

Ces chiffres peuvent aider à relativiser les sanctions imposées par l’Arabie Saoudite et ses alliés.

 

Israël

La start-up Eviation pense pouvoir réaliser un avion électrique capable de transporter 9 personnes sur 1’000 km d’ici à 2020.

 

Iran

Difficile d’enlever une once d’optimisme du gouvernement qui pense atteindre 4 millions b/j d’ici à la fin de l’année (3,8 actuellement). Toujours sur cette lancée, le ministre du pétrole pense que l’Iran va exporter 365 millions m3 de gaz d’ici à 2021. Le pays va devenir le plus grand producteur de CO2 à base de gaz au monde avec 839 millions de kg par an, sans compter les quantités de méthane!

Les USA certifient que l’Iran suit totalement les règles imposées sur le nucléaire.

Téhéran a mis aux enchères la prospection et la production du champ pétrolier d’Azadegan à la frontière irakienne. Le gouvernement veut débuter son exploitation avant que les Irakiens l’aient vidé.

Les iraniens auraient mis hors service, les capteurs de localisation des tankers pétroliers. Des capteurs montrent que certains cargos, affrétés par des traders, auraient contournés la diminution de production imposée à Téhéran.

 

Afrique

Nigeria

L’ancienne ministre du pétrole, Diezani Alison-Madueke, occasionnellement nommée directrice de l’OPEP, est poursuivie par le département de la justice américaine pour avoir confondu son compte en banque avec celui de l’Etat pour la modique somme de 144 millions $. La pauvre dame avait acheté une propriété à Manhattan et un Yacht à 80 millions $.

Le pays a exporté 2 millions b/j en juin soit 200’000 de plus que les quotas de l’OPEP. Cependant Shell a annoncé une panne dans la production. Comme le gouvernement interdit aux pétroliers d’indiquer les véritables raisons des pannes, il se pourrait bien que les milices aient rompu la trêve et dynamité des installations pétrolières en échange de petites enveloppes.

 

Phrase du mois

What oil companies and car companies are saying about future sales of plug-in vehicle is diverging. This is a trillion-dollar question, and someone is going to be wrong.”  Colin McKerracher, head of advanced transport analysis for Bloomberg New Energy Finance

 

Sources: avec Tom Whipple de Resilience.org, FT.com, Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées dans différents médias à travers le monde.

La revue complète sur 2000Watts.org

 

France: bientôt un Divorce Nucléaire?

Le mariage entre l’Etat Français et l’industrie du nucléaire traverse une crise sans précédent. Si la mariée continue d’être dispendieuse, l’argent du ménage ne suffit plus.

Le basculement est d’autant plus foudroyant que les robots allemands et son Industrie 4.0 inquiètent les tricolores. Ils pourraient perdre la maîtrise du démantèlement des centrales ainsi que les milliards € et les emplois promis aux vainqueurs.

Ainsi l’annonce de Nicolas Hulot, sur la fermeture possible de 17 réacteurs, tient d’une logique autant financière que stratégique. Paradoxalement pour garder des emplois, Paris doit agir.


Un Mariage coup de foudre

Pendant des décennies, Paris a porté à bout de bras son industrie nucléaire quitte à imposer artificiellement des prix du kWh au-dessous de la moyenne européenne et d’utiliser l’argent des contribuables pour combler la différence.

Mais la/les centaine(s) de milliards nécessaires pour maintenir en vie certaines centrales, démanteler les plus dangereuses, trouver des solutions pour les déchets et couvrir les dettes monstrueuses du duo EDF-Areva sont totalement hors de proportion avec le budget de l’Etat.

De manière surréaliste et pratiquement le même jour, les français ont découvert le gel du budget de l’armée de 850 millions € et de leurs retraites, alors que le Gouvernement annonce le versement de 1,5 milliards € pour recapitaliser Areva et que 2 milliards € supplémentaires devront être ajoutés à la construction de 2 réacteurs AREVA-EPR sur le sol anglais.

Comme le proposait l’ancien directeur d’EDF, Henri Proglio, “le prix de l’électricité doit doubler afin de permettre l’assainissement des comptes et de faire face aux défis à venir”. Nicolas Sarkozy, en campagne électorale, avait humblement refusé cette décision impopulaire et laissé la patate chaude à son successeur.

 

L’Allemagne ouvre les hostilités

Avec l’arrêt de ses 17 centrales d’ici à 2022, les entreprises germaniques se sont mises au travail pour réaliser les robots et les outils spécifiques aux démantèlements de leurs réacteurs. A cet effet, les propriétaires de centrales ont provisionnés plus de 40 milliards € pour ces opérations ainsi que 22 milliards € pour s’occuper des déchets. Il est évident que Berlin désire utiliser la plus grande partie de ce pactole pour ses entreprises locales.

Le Japon s’est également lancé dans la course au démantèlement suivi par la Corée du Sud et les USA. Si dans ces pays les doses sont encore homéopathiques, Berlin, a l’avantage de s’attaquer à un nombre important d’unités afin «d’industrialiser les processus» et de remporter la guerre des coûts.

L’expérience acquise permettra aux Allemands d’exporter leur savoir-faire. C’est justement sur ce terrain que la France est attaquée.

 

France : l’efficience énergétique oubliée

Aussi cruel que cela puisse paraître, il devient de plus en plus évident que financièrement la France n’a pas les moyens de garder la totalité de son parc nucléaire.

Elle se retrouve dans la même situation que cet entrepreneur en faillite qui soulignait avec humour: «Je perds de l’argent sur chaque produit vendu, mais je me rattrape sur la quantité».

Poussée à utiliser un maximum d’électricité, la France n’a jamais activé un programme d’efficience énergétique et la marge de manœuvre est immense. Le gaspillage s’élève à 40% pour les particuliers et 45% pour les entreprises. Même avec un frein atomique, le français pourrait théoriquement et mathématiquement passer ce cap simplement en améliorant son efficience. De son côté, les entreprises françaises, très actives dans les technologies smart city, pourraient y trouver des opportunités d’emplois et de croissance.

Stratégiquement, l’arrêt de plusieurs centrales permettra à l’industrie française de ne pas perdre trop de terrain sur ses concurrents étrangers et de garder sa main d’œuvre qualifiée.

Cependant ce choix logique va se heurter à une culture du nucléaire ancrée profondément dans la fierté hexagonale et la crainte du changement.

La Suisse, l’Allemagne et bientôt la Corée du Sud ont fait ce pari. Pour Paris, ce divorce permettra peut-être la survie de sa mariée.