Drone Taxi: La course décolle entre l’Europe, les USA et la Chine

Les drones électriques ne cessent d’augmenter leur puissance au point de bientôt pouvoir transporter des personnes et ils apportent de nouvelles solutions à la mobilité urbaine. Si l’on ne devrait pas pouvoir utiliser ce potentiel nouveau moyen de transport dans nos villes avant 2030, c’est aujourd’hui que tout commence.

De plus en plus de villes et d’entreprises explorent cette possibilité dans le cadre de la mobilité urbaine. Si du côté des entreprises les technologiques aéronautiques et de télécommunication 5G progressent, c’est du côté de la législation, de l’environnement et de l’énergie que les regards se tournent. Verrons-nous un ciel rempli de ces engins ou désirons-nous limiter l’accès à des utilisations spécifiques?

Entre les USA, la Chine et l’Europe, une course-poursuite se met en place pour imposer son point de vue.


 

Les drones taxis empruntent le même cheminement que la voiture autonome. Au départ, peu de personnes voulaient voir circuler des bus et des voitures sans chauffeur. Aujourd’hui, sous l’impulsion des fabricants et des géants de l’informatique, les barrières sont en train d’être repoussées.

Il n’existe pratiquement plus aucune grande ville qui n’a pas son démonstrateur. Corolaire à ce changement, les législations doivent être adaptées.

Bien qu’à sa genèse, il en va de même pour les drones taxis. Les grandes puissances économiques commencent à jouer des coudes pour imposer leurs standards, leurs niveaux de sécurité et la maîtrise du ciel.

 

USA : place aux géants de l’internet

Washington compte sur les géants de l’internet comme Google, Apple ou Uber pour déployer mondialement leur business model.

L’actuel leader, UberAir, ne cache pas son ambition de démultiplier les drones-taxis. Dans le but de contrôler l’espace aérien, le géant californien a déjà approché de la Federal Aviation Administration (FAA) et a conclu un accord de collaboration avec la NASA.

Fidèle à sa stratégie, Uber ne construira pas ou n’opèrera pas ses propres drones. Elle mettra à disposition son système de réservations et de guidage. Son business model se base sur la démultiplication des drones et des trajets.

Si Dallas Fort Worth, Texas, et Los Angeles sont partants, le géant recherche encore une ville d’au moins 2 millions d’habitants «hors des USA». Dubaï serait sur les rangs mais l’appel d’offre est ouvert jusqu’au 1er juillet 2018.

Dans cette course,  Apple et Google sont au coude à coude. Cette dernière via Larry Page, son co-fondateur, a décidé de s’expatrier en Nouvelle Zélande pour expérimenter son taxi-volant dénommé Cora. L’objectif est identique à Uber. Le temps et l’argent devraient les départager.

Sous l’impulsion de ses géants informatiques et téléphoniques, les USA se positionnent clairement pour une maximalisation de l’utilisation des drones-taxis dans les villes densément peuplées.

 

Larry Page, Google

 

L’Europe des régions

Dans une stratégie diamétralement opposée, l’Europe compte sur ses villes et ses régions pour proposer des solutions cohérentes et plus à l’écoute de ses citoyens.

D’ici à la fin juin 2018, la Commission Européenne annoncera les 6 villes et régions qui débuteront une étude de faisabilité.

Cette collaboration “de la base au sommet” est notamment l’un des atouts de l’Association Villes Smart Agiles et Ouvertes (OASC). Cet échange entre les villes/régions, pourrait permettre à l’Europe de gagner un temps précieux afin de délimiter le cadre législatif ainsi que le potentiel de son espace aérien.

Une fois es règles du jeu connues, les entreprises européennes, comme Volkopter ou Airbus, pourront examiner l’opportunité de ce marché.

La probabilité n’est pas nulle que l’Europe se distancie des USA et propose une utilisation bien plus modérée et moins anarchique des drones taxis.

 

Pékin soutien la Chine

Pékin propose une troisième vision basée sur un soutien illimité à ses entreprises locales. Ce système a déjà valu à la Chine de prendre le leadership mondial dans les énergies renouvelables et bientôt dans la construction de voitures électriques.

Le constructeur Ehang a débuté ses tests «grandeur nature» dans la province de Canton. Comme les chinois ne font pas dans la demi-mesure, il est imaginable de voir une industrialisation massive à l’image du pays ainsi qu’un changement législatif sur-mesure afin de satisfaire ses champions de l’innovation.

Comme les USA, le pays tentera d’imposer rapidement son système hors de ses frontières.

 

L’enjeu pour tous ces pays et de protéger leur espace aérien et/ou d’imposer leur système dans une industrie du contrôle aérien qui n’a pas évolué depuis le premier homme sur la lune. Il s’agira également d’imposer son point de vue sur la quantité de drones en circulation tout en mettant en avant ses propres entreprises.

Cependant, comme le montre tous les projets de smart city réussis, c’est le citoyen qui a le dernier mot. Sur ce point, l’Europe a pris une longueur d’avance sur ces concurrents.

L’avenir se lira dans le ciel, mais pour l’instant, que la course décolle!

 

Sur le même sujet

Drone-Taxi : La voiture est-elle bientôt prête au décollage ?

Le Pétrole: entre joueurs de poker et d’échec

Depuis le début de l’année, le baril de pétrole a gagné plus de 10$ et les probabilités de le voir continuer sur cette tendance augmentent. Le manque d’investissements dans l’exploration de nouveaux gisements, la chute du Venezuela, les problèmes de la Libye et le choix de Trump sur l’accord iranien pourraient à nouveau voir le baril émerger au-dessus de 100$.

Une partie mondiale entre joueurs de poker et joueurs d’échec est engagée.


Du côté des exportateurs, le premier regard se tourne vers le Moyen-Orient notamment vers l’Arabie Saoudite et l’Iran.

 

Iran et Arabie Saoudite

Si les coûts d’extractions pétroliers des deux pays rayonnent dans une fourchette de 4 à 10$/baril, leurs dépenses sont diamétralement opposées.

L’embargo a maintenu les prétentions financières de Téhéran dans des proportions minimales tout en gérant une solide présence militaire en Syrie et au Yémen. Depuis la levée des sanctions, le pays a augmenté sa production de 1 million b/j. et ses exportations se sont presque exclusivement tournées vers l’Asie (Chine, Inde, Corée du Sud). Les entrées de pétrodollars ont apporté une bouffée d’air frais à l’Economie du pays.

En l’état actuel, l’Iran peut se contenter d’un baril à 40-50$. Le reste n’est que bénéfice.

 

La grandiloquence du business modèle de l’Arabie Saoudite caractérise son budget. Les glorieuses années, qui voyaient un baril à plus de 100$, ont fondamentalement modifié les habitudes. Le faste et le brillant ont un prix.

Pour garder son peuple sous tutelle et éviter toute révolution, la famille royale distribue annuellement des dizaines de milliards $ à ses 22 millions de citoyens nationaux. Cet obole pèse lourdement dans les caisses du royaume.

De plus, l’Arabie Saoudite entretient la plus dispendieuse et certainement la plus inefficace armée du monde. Pour 2018, 60 milliards $ sont prévus soit 10% du PIB. Pour comparaison, le budget militaire russe se monte à 46 milliards $ (2,8% PIB) et 14 milliards $ pour l’Iran. (2,1% PIB).

Pour la santé de son bilan comptable et pour tenir tête à l’Iran, Riyad espère un baril à 80$.

Afin de combler son budget, le prince héritier Mohammed bin Salman désire mettre en vente 5% des actions de l’entreprise nationale pétrolière: Saudi Aramco. Il espère lever entre 100 et 200 milliards $. L’IPO pourrait enfin titiller l’intérêt des investisseurs étrangers à condition que le baril passe sur la barre des 80$.

On comprend ainsi mieux la volonté de Riyad de maintenir les quotas minimaux actuels de l’OPEP. La vis devrait se desserrer à l’approche des 100$ le baril afin de ne pas mettre en péril la demande et l’Economie mondiale.

 

Production pétrolière du Venezuela


Sources: Bloomberg, OPEP, Financial Times

La Russie

En deux ans grâce aux quotas de l’OPEP, Moscou est devenu un allié improbable de Riyad. Réélu, Vladimir Poutine compte sur une hausse du baril pour couvrir les dépenses de son nouveau programme et ses ambitions internationales. Le pétrole et le gaz sont les carburants essentiels au budget russe puisque qu’ils pèsent un peu plus de 50% dans les recettes du budget fédéral.

Si au Moyen-Orient, Donald Trump a parié sur Israël et l’Arabie Saoudite, la nature ayant horreur du vide, la porte a été laissée grande ouverte à la Russie et à la Chine pour y jouer un rôle clé auprès des autres nations.

Ainsi, l’influence russe augmente à chaque poussée de fièvre du pétrole notamment en Syrie, au Qatar, en Irak ou en Iran.

L’Iran et la Russie ont même débuté un troc: pétrole contre nourriture et produits russes des plus prometteurs.

 

La Chine

Pékin a des raisons de se réjouir du pari américain de réinstaurer les sanctions contre l’Iran. Le premier importateur de pétrole au monde a ouvert sa propre bourse pétrolière à Shanghai nominée en Yuan.

Au lieu d’utiliser le dollar américain, sensible aux remontrances de Washington, l’Iran pourra ainsi faire confiance au Yuan chinois. On ne doute pas une seconde que la Chine pourra bénéficier de «tarifs avantageux et préférentiels» en signe de remerciements.

Cependant Pékin peut craindre une escalade des tensions entre l’Iran et les USA/Israël/Arabie Saoudite. Le détroit d’Hormuz peut être bloqué par les iraniens et, paralyser le quart de la production mondiale.

La Chine aura intérêt à modérer les ardeurs des différentes parties. L’arrivée d’un deuxième porte-avions dans l’armée chinoise tombe à point nommé.

 

Routes Maritimes pétrolières Sources: EIA

 

Les USA

Washington a également besoin d’un baril supérieur à 80$ pour que les producteurs de schiste deviennent rentables et puissent maintenir la production actuelle.

La décision iranienne de Donald Trump pourrait participer à cette perspective même si les automobilistes américains sont directement impactés. On peut douter que Joe America prédispose de plus de place que les pétroliers dans le cœur de Trump.

Il faut espérer que l’inflation induite par le pétrole ne fasse pas exploser les nouvelles bulles des subprimes des crédits d’achats de voitures ou des crédits aux étudiants. Le taux du rendement du 10 ans américain vient tout juste de passer au-dessus des 3%.

Finalement, en activant le spectre de l’Iran, c’est tout le secteur de l’armement qui est galvanisé. Des emplois américains pourraient être maintenus notamment par la vente d’équipements à Israël et à l’Arabie Saoudite.

 

Venezuela

L’outil de production pétrolier et l’Economie nationale semblent dans un tel état de déliquescence, que l’on peine à imaginer que même un baril à 100$ évitera l’écroulement.

Avec la pénurie mondiale annoncée, la chute du Venezuela risque de propulser rapidement les prix à la hausse.

 

Si un joueur de poker peut rapidement amasser une fortune, la vision à long terme d’un joueur d’échec peut faire merveille dans la configuration actuelle.

Quoi qu’il en soit, par leur incapacité à découpler leur Economie de l’or noir, les pays “sans pétrole” sont relégués au rôle de simples spectateurs qui paient leurs billets…  au prix qu’on leur impose.

Energies, Economie, Pétrole: Revue Mondiale Avril 2018

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies:
– Pétrole: Rester sous les 100$ pour ne pas détruire l’Economie mondiale
– Arabie Saoudite: 33.8 milliards $ de bénéfices en 6 mois pour Saudi Aramco
– Chine: 9’500 nouveaux bus électriques mis en service tous les mois
– Irak: Le pays a doublé ses réserves pétrolières et devient No1 mondial
– France: EDF a perdu 1 million de clients en une année
– Arabie Saoudite: 200 milliards $ dans l’énergie solaire
– Venezuela: 25’000 employés ont quitté la compagnie pétrolière nationale
– Libye: De fortes craintes sur la production pétrolière de 1 million de barils/jour.


 

Les T-shirts “Le baril à 80$, j’y étais” sont en train d’être imprimés au cas où le pétrole garde sa forme olympique. A Londres, il grimpe à 75.17$ (70.27$ fin mars) et à 68.57$ à New York (64.94$ fin mars).

L’uranium n’est plus que l’ombre de lui-même. Plus personne ne le regarde ou lui envoie une carte pour son anniversaire. En pleine dépression, il dort à 20.85$ (21.10$ fin mars).

 

Graphique du mois
Facteurs déclencheurs de la crise de 2008 vs situation actuelle

 

OPEP: Pétrole

L’Arabie Saoudite collabore avec la Russie (qui n’est pas membre du cartel) pour tenter de maîtriser les prix du baril sur une période de 10 ans. L’objectif est de le maintenir dans une fourchette de 80 à 100$. Juste assez pour remplir les caisses des pays producteurs et pas assez pour détruire l’Economie.

Dès 2020, un peak de production pourrait défier cet objectif. Ce rapprochement serait une première pour Moscou qui a toujours voulu garder son indépendance.

Avec 50 millions barils/jour (b/j), le poids de l’alliance pèserait 50% de la production mondiale ce qui pourrait crisper les importateurs comme les USA, la Chine et l’Europe. Donald Trump s’est d’ailleurs fendu d’un tweet sur le sujet.

Depuis janvier 2017, le surplus des réserves pétrolières mondiales est passé de 332 à 12 millions de barils!

 

 

Gaz

L’International Maritime Organisation tente de réduire de 50% d’ici à 2050 l’utilisation de pétrole lourd pour les transports maritimes. Initialement prévu à 70% l’Arabie Saoudite, les USA et l’Argentine ont fait pression pour diminuer les ambitions de l’organisation.

Le gaz naturel a été perçu pour remplacer le pétrole brut lourd (déchets de raffinage) utilisé traditionnellement par les bateaux/tankers. Fausse bonne idée, même le pétrole lourd, voir le charbon, est moins dangereux pour le climat que l’utilisation du gaz naturel. Causes: les émanations de méthane lors de l’extraction du gaz et lors de son utilisation. Lire l’étude de la commission européenne.

 

Dessin Chappatte

 

Les Acteurs Clés

Russie

Moscou exerce un lobby tout aussi féroce que les USA et Bruxelles sur le gouvernement Danois afin d’obtenir (ou pas) l’autorisation de construire du gazoduc Nord Stream 2 qui reliera l’Allemagne et la Russie. Le projet de 11,7 milliards $ crispe. De leur côté, les américains militent pour la livraison de gaz de schiste en Europe afin de diminuer la part de marché du gaz russe en Europe.

L’IEA pense que la Russie va atteindre son peak oil dans les 3 années à venir. En 2017, Moscou a extrait 11,2 millions b/j, au plus haut depuis 29 ans. En 2021, elle devrait atteindre son pic à 11,7 millions.

Toujours selon l’Agence Internationale de l’Energie, en 2035, la Russie produira 6 millions b/j de quoi satisfaire sa consommation interne sans pouvoir exporter. En même temps, cela fait 10 ans que l’on annonce que la Russie va peaker et les gisements de schiste n’ont pas encore été exploités.

 

USA

L’administration Trump s’est fortement investie dans la promotion de nouveaux champs pétroliers offshores (en mer). Malgré les appels aux majors pétrolières, seul 1% des lots mis aux enchères ont trouvé preneur. Les coûts d’investissements et le risque de marée noire refroidissent les potentiels acquéreurs.

En moyenne en 2018, les foyers américains vont dépenser 400$ de plus pour acheter leur essence. En contraste, la classe moyenne bénéficie d’une ristourne de 930$ de déductions fiscales votées en fin d’année 2017. Le prix moyen de l’essence est de 3$ le gallon (3,7 lt) contre 1,75 en février 2016.

Citi et Wells Fargo ont trouvé un nouveau moyen de refaire du «subprime» via des prêts à des sociétés «non-financières». Ce concept avait créé la crise de 2008. Imaginer que les «grosses banques» s’y remettent, ça fait froid dans le dos. Remettre une couche dans le «subprime», c’est un peu comme retourner dans le réacteur de la centrale de Fukushima en maillot de bain pour voir «si tout se passe bien.»

L’organisation environnementale EDF, Environmental Defense Fund va lancer un satellite capable de mesurer les émissions et les fuites de méthane reliées aux forages gaziers et pétroliers.

L’administration Trump a décidé d’assouplir les normes de pollution pour les voitures particulières. Les consommateurs américains ont recommencé à racheter des véhicules plus gros et plus polluants. Les SUV et les «pickup» représentent désormais plus de 60% du marché.

Momentum Dynamics a développé un système de recharge sans fil pour bus BYD K9S. La recharge, par induction, s’effectue en 5 minutes et peut également recharger les voitures électriques. Ce système remplace les bornes de recharge avec prises. Sympa.

L’énergie éolienne a représenté 6,3% de la production américaine. Pour les Etats de l’Iowa, le Kansas, l’Oklahoma et le Dakota du Sud, l’éolien a représenté le 30% de leur consommation.

Le raffineur Marathon Petroleum rachète son rival Andeavor pour la modique somme de 36 milliards $. La nouvelle entité pourra raffiner 3 millions b/j, soit le 15% des capacités du pays et devient le No1 aux USA.

 

Recharge par induction: Momentum Dynamics

 

Arabie Saoudite

Le Prince héritier bin Salman est de retour au pays après 3 semaines passées aux USA, en France et en Angleterre pour assurer le service après-vente de son projet de réformes. La “Vision 2030” du pays exige 500 milliards $ d’investissements et le Royaume recherche des investisseurs étrangers. Une certaine dose d’audace est nécessaire pour investir dans un pays qui se dirige vers le peak oil, qui manque cruellement d’eau et qui devient invivable à cause du réchauffement climatique.

L’IPO de Saudi Aramco pourrait se faire dès septembre 2018 selon Armin Nasser son CEO. A la question, quels dividendes seront versés aux investisseurs? Le Ministre de l’Energie al-Falih s’est fendu d’un laconique: «on verra ça en temps voulu». L’IPO pourrait se faire à New York ou Londres même si aux USA des menaces de poursuites face aux attaques du 11 septembre 2001 sont sur la table.

Bloomberg pense que Saudi aurait gagné 33.8 milliards $ durant les 6 premiers mois de 2017. Si cette information est vraie, la major serait la plus profitable au monde et engrangerait plus de profit que Exxon, Shell, Chevron, Total et BP réunis.

Toujours selon Bloomberg, les coûts d’extraction du pétrole de Saudi Aramco avoisinent les 4$ le baril. Shell et Exxon tournent à 20$ le baril. Le schiste américain à plus de 60$.

L’Arabie Saoudite a lancé une campagne de communication qui a pour but de rassurer les importateurs de pétrole. Le Royaume annonce pouvoir maitriser les prix du baril entre 80 et 100$. Au-delà, l’Economie mondiale pourrait entrer en récession et/ou reproduire le schéma de 2008.

Le fond souverain du pays et la banque japonaise SoftBank ont annoncé le lancement du plus grand projet solaire au monde. Cette année, SoftBank Vision Fund sortira de sa poche 1 milliard $ sur les 200 milliards $ prévus d’ici à 2030 pour produire 200 Gigawatts soit bien plus que la consommation du pays.

Afin de construire, la nouvelle ville Neom voulue par le Prince héritier, l’Arabie Saoudite a acheté les terres du Sinaï à l’Egypte pour 10 milliards $. En manque de cash, le Président Abdel Fattah el-Sisi a également lâché deux îles de la Mer Rouge: Tiran et Sanafir.

 

Chine

La Chine a instauré une bourse pétrolière basée sur le Yuan. L’indice de Shanghai pourrait apporter un avantage financier à la Chine dont l’importation dans sa monnaie. Le Yuan pourrait obtenir une reconnaissance internationale par rapport à la monnaie de Trump d’autant que le pétrole brasse 14’000 milliards $ par année.

Au premier trimestre la croissance chinoise fut de 6,8% (objectif the 6,5%) alors que le gouvernement a pris des mesures pour combattre la bulle immobilière.

Avec 385’000 bus électriques, le parc chinois détient le 99% du parc mondial. Chaque mois 9’500 bus de plus sont mis en service notamment par le constructeur BYD.  Les 275’000 barils/jour de pétrole économisé commencent à heurter l’industrie pétrolière.

La Chine pourrait ajouter 700 forages de gaz de schiste d’ici à 2020 sur 3 gisements opérés par PetroChina et Sinopec. Pékin a l’objectif d’extraire 30 milliards m3 d’ici à 2020 pour remplacer le charbon. Le charbon est plus polluant pour l’air alors que le gaz est plus dangereux pour le réchauffement climatique. Quand il faut choisir entre deux poisons.

L’énergie éolienne a atteint 163,7 GW soit le 10% de la production nationale. Certaines régions comme dans la province du Shaanxi est capable de fournir bien plus d’éolien mais l’infrastructure électrique n’arrive pas à suivre.

 

Dessin: l’Excellent Chappatte

 

Moyen Orient

Iran

Le 12 mai, Donald Trump pourrait revisiter les sanctions contre l’Iran. Alors que les prix du baril augmentent, cette décision pourrait pousser le baril encore plus haut. Donal Trump n’est pas sans savoir que les automobilistes cherchent toujours un coupable pour justifier une hausse de l’essence. Comme les élections de mi-mandat arrivent à l’automne, le maître du Monde a certainement ce paramètre en tête. Pour s’émanciper de la hausse, il a envoyé un tweet accusant l’OPEP.

Si le baril devait remonter sur les 100$, les risques de récession pourraient mettre à mal les ambitions économiques de Trump.

La Russie et l’Iran ont démarré un programme de troc: “pétrole/marchandises” afin d’éviter les transactions en dollar américain. Moscou recevra 100’000 barils/jour en échange de marchandises et des produits agricoles russes.

 

Irak

Selon le ministre du pétrole al-Luaibi, les réserves du pays sont plus élevées que les estimations de 153 milliards de barils. En fait, le brave homme a doublé et passé les réserves à 310 milliards de barils. Avec cette règle de trois, l’Irak prend le leadership mondial devant le Venezuela à 300 milliards et l’Arabie avec 260 milliards de barils. Tous ces chiffres sont à prendre avec des pincettes et un certain scepticisme.

L’objectif du pays est d’augmenter sa production pétrolière de 5 à 6,5 millions b/j d’ici à 2020. Pour atteindre cet objectif, le pays va devoir pomper d’importantes quantités d’eau de la mer et la dessaler afin de l’injecter dans les forages. Une usine est en train d’être construite. Sa mise en service est prévue en 2022.

Europe

La part de marché des ventes de voitures diesel est descendue à 39% en février (46% en 2017).

France

Comme Shell, le pétrolier Total continue sa transition de pétrolier à électricien. Le géant a acheté 75% de Direct Energie pour 1,4 milliards €. Direct Energie livre de l’électricité aux particuliers. Sur ce marché, Total se retrouve en 3ème position après Engie et EDF dans la livraison de gaz et d’électricité avec 3,1 millions de clients.

En 2016, Total avait déjà acheté le Belge Lampiris avec 6 millions de clients en France et 1 million en Belgique.

De son côté Engie compte 4 millions de clients et EDF 25.6. En 2017, EDF a perdu plus de 1 million de clients.

Engie et EDF importent de plus en plus de gaz de schiste américain. Ce comportement amène la question : est-ce que les citoyens veulent vraiment du gaz aussi sale ?

Le PDG de Direct Energie (donc Total) Xavier Caïtucoli, a annoncé: “le compteur électrique Linky, ce n’est pas Facebook!” On ne voudrait pas mettre sa parole en doute, mais côté transparence, ça reste opaque. Avec la nouvelle loi DGPR sur la protection des données, l’entreprise devra demander l’autorisation à ses usagers pour les traquer et de passer à une prise de données toutes les 30 minutes.

Plus de sept millions de ces compteurs numériques ont déjà été installés en France, mais ils sont contestés dans environ 300 villes et communes.

Emmanuel Macron et Donald Trump ont planté un chêne dans le jardin de la Maison-Blanche pour afficher l’amitié entre les deux rois du marketing. Cinq jours plus tard, le chêne a déjà été retiré de la pelouse de la Maison Blanche.

 

.

Hollande

Sous la pression de l’association Friends of the Earth, Shell a publié sa “Transition Energétique” et explique comment elle va réduire ses émissions de carbone. Shell désire s’insérer dans l’électricité générée de manière renouvelable.

Le rapport arrive alors que Friends of the Earth avait menacé légalement la major pétrolière avant son assemblée générale.

 

Allemagne

Berlin demande à ses constructeurs automobiles d’effectuer une rapide transition vers la voiture électrique et les batteries afin de sauvegarder les emplois dans le pays. L’Allemagne a produit 16,5 millions de voitures en 2017 avec 825’000 travailleurs. Les constructeurs devraient mettre 50 milliards $ sur la table pour développer leurs voitures électriques.

Herbert Diess a remplacé Matthias Müller au poste de président de Volkswagen. Matthias Müller a eu droit à une augmentation de 40% de son salaire à 10 millions €. Le mois dernier, il avait prédit un grand retour du Diesel. Quant à Herbert Diess, il s’est régulièrement heurté aux syndicats. On peut imaginer que l’ambiance au sein de la multinationale va être intéressante.

 

Norvège

Les norvégiens de InterWell ont réussi à trouver un moyen pour condamner définitivement un puits pétrolier ou gazier. L’injection de Thermite, un mélange d’aluminium métallique et d’oxyde de fer, permet de brûler et de faire fondre à 3000 degrés les tuyaux ainsi que les roches alentours en créant un magma artificiel. Ce système permet de stopper les émanations de méthane dans les puits abandonnés.

 

Suisse

Vous n’allez jamais le croire. Le Département fédéral de l’énergie Suisse a revu à la hausse les coûts de désaffectation des centrales nucléaires et de gestion des déchets radioactifs. La douloureuse devrait se monter à 24,581 milliards $, soit 1,097 milliard $ de plus que l’estimation de décembre dernier et le double d’il y a quelques années. Certains parlent d’une facture à 40 milliards. Qu’importe le montant final, nos enfants s’en chargeront.

La Banque Nationale Suisse annonce une perte de 6,5 milliards francs. Coïncidence, la BNS a justement perdu 7 milliards $ dans ses investissements dans le pétrole et gaz de schiste aux USA. L’institution, qui fait preuve d’autant de transparence et d’ouverture que le KGB, aurait déclaré «c’est injuste, c’est vraiment trop injuste

 

Déclaration du Président de la Banque Nationale Suisse sur les pertes de 6,5 milliards francs

 

Les Amériques

Venezuela

La production pétrolière plonge à 1,6 millions b/j (2,4 en 2015). Selon Reuters, les employés quittent massivement l’entreprise nationale pétrolière PDVSA sous le contrôle du Général Manuel Quevedo. A son arrivée, le Général a licencié une grande quantité d’employés et les a remplacés par des militaires. Sur les 146’000 employés, 25’000 sont partis depuis janvier 2017. Si PDVSA devrait s’écrouler, le prix du baril pourrait secouer l’Economie mondiale.

L’inflation atteint les 13’000% et l’Economie a chuté de 15%.

Le pays doit honorer une dette de 8 milliards $ cette année et un défaut n’est pas exclu.

Le Venezuela est l’un des plus grands exportateurs de pétrole vers Washington et livre 41% sa production. Ce chiffre est en baisse alors que les USA préfèrent le Mexique et le Canada. Les raffineries US apprécient le brut très lourd de Caracas et d’éventuelles sanctions de Trump pourraient mettre à mal des unités de raffinage.

Le Président Nicolas Maduro espérait rembourser 3,15 milliards $ de dettes à la Russie via sa nouvelle crypto monnaie. Evidemment, Moscou a décliné l’offre.

 

Chili

Le gouvernement chilien étudie la possibilité d’interdire la vente de 32% du plus grand producteur national de lithium SQM au chinois Tianqi Lithium. Le montant de la transaction est  estimée à 5 milliards $. Le lithium est un composant essentiel pour les batteries de voitures électriques.

Le Président Sebastián Piñera fait face à une pression et aux menaces chinoise. Si Tianqi arrive à exécuter cette transaction, il détiendra une place dominante sur le marché mondial. Tianqui possède déjà la mine de Talison Lithium en Australie. La décision pourrait intervenir en août.

 

Argentine

Le président Mauricio Macri, l’ami des multinationales, propose d’étendre la prospection pétrolière et gazière en Patagonie.

Omar Gutierrez , gouverneur de la province de Neuquen, estime qu’il faut maintenant lever les règles sur l’extraction de schiste dans la formation de la Vaca Muerte. L’extraction est actuellement deux fois moins chère et représente le 22% de la production nationale.

 

Dessin Chappatte

 

Asie

Corée du Nord et du Sud

Les leaders des deux pays se sont rencontrés lors d’une rencontre… historique.

La Russie a proposé de construire un gazoduc pour relier la Corée du Sud via la Corée du Nord.

Les syndicats de Hyundai Motor préviennent que 70% des employés pourraient perdre leurs emplois à cause de l’arrivée des voitures électriques. Ces véhicules ne nécessitent pas de boites de vitesses et de moteurs compliqués.

 

Afrique

Libye

L’homme fort du pays, le Général Khalifa Hifter, 75 ans, a été emmené en France pour se faire soigner d’une possible attaque.

Les efforts du général pour maintenir la production pétrolière du pays ont été essentiels. Aidé par les forces militaires, la Libye est passée de 300’000 à 1 million b/j. depuis la chute de Kadhafi. Si Hifter ne devait pas retourner au pays, on peut imaginer que les fractions rivales redeviennent rivales.

Les amabilités n’ont d’ailleurs pas tardé. A al Waha, un pipeline a explosé perdant 100’000 b/j. Il reste à espérer que le chaos ne reviendra pas dans tout le pays.

 

Algérie

L’italien ENI a signé une série d’accords pour développer l’exploitation gazière dans le pays. L’Algérie est le 10 ème plus grand producteur de gaz mondial et le 3ème fournisseur pour l’Europe.

Anadarko, Total, et Statoil sont également dans les parages, mais la bureaucratie et l’inertie du pays réfrènent les ardeurs des pétroliers et gaziers.

 

Nigeria

La production du pays plafonne à 2,022 millions b/j au lieu des 2,3 du budget. Alors que le Nigeria est le plus grand producteur de pétrole, il est le plus grand importateur d’essence.

 

Phrases du Mois

We are working to shift from a year-to-year agreement to a 10 to 20-year agreement. We have agreement on the big picture with Russia, but not yet on the detail.” Mohamed bin Salman, prince Héritier de l’Arabie Saoudite.

« Les USA présente une solide candidature pour la Coupe du Monde de Football en 2026 avec le Canada et le Mexique. Ce serait une honte si les pays que nous  avons toujours financièrement aidés feraient du lobby contre la candidature américaine. Pourquoi devrions-nous supporter ces pays, s’ils ne nous supportent pas (inclus les Nations Unies). » Donald Trump

The military guys arrive calling the engineers thieves and saboteurs,” un cadre vénézuélien de PDVSA.

Le pessimisme de l’intelligence face à l’optimisme de la volonté. Au point de vue purement intellectuel, ce n’est pas facile d’être optimiste, mais nous avons besoin d’être optimiste.”  Antonio Gramsci.

 

Sources: avec Tom Whipple de ASPO USA et Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.

 

Un baril de pétrole à 74$, ça vous change le monde

Le baril de pétrole a pris l’ascenseur et gagné 7$ en 2 semaines pour atteindre 74.72$ à Londres. Pour autant, l’avenir de l’or noir est toujours aussi difficile à prédire même si la probabilité de le voir remonter à 100$ gagne du terrain.

Les fondamentaux actuels ne sont pas sans rappeler la crise de 2008: forte hausse des prix du baril, dérégulation financière, poussée de l’inflation et niveau inquiétant de la dette. Le tout avait débouché sur un crash. L’histoire est-elle en train de se répéter?


 

Depuis de nombreux mois, l’industrie pétrolière s’inquiète de la pénurie de production à venir. Générée par le manque de 1’000 milliards $ d’investissements nécessaires à combler la déplétion des gisements, l’Economie Mondiale pourrait être impactée dans les 2 années à venir.

La semaine dernière, Paal Kibsgaard, CEO de Schlumberger, craignait le «sous-investissement dramatique qui pourrait conduire à un déficit de l’offre dès le mois de septembre 2018 déjà».

Présenté comme le sauveur mais démenti par l’implacable froideur des chiffres, le pétrole de schiste aura d’avantage été un buzz médiatique qu’une solution pérenne pour les décennies à venir.

 

 

Arabie Saoudite : «L’Economie Mondial peut vivre avec un baril entre 80 et 100$»

Dans l’immédiat, c’est la baisse de production de 1,8 million barils/jour voulue par l’OPEP et Moscou qui stimule les prix du baril. Depuis janvier 2017, les stocks mondiaux ont diminué de 360 millions de barils.

Conscient du risque, Riyad a lancé une campagne de communication rassurante. Le ministre du pétrole saoudien, Khalid al-Falih, souligne que «l’Economie Mondiale a les capacités d’absorber un baril entre 80 et 100$.» L’objectif est clair : éviter d’essouffler l’Economie avec un baril trop cher. De son côté, le Prince héritier Mohammed bin Salman a tenté de rassurer en «désirant maîtriser les prix du baril sur une période de dix ans et de les maintenir dans cette fourchette».

Est-ce que l’OPEP et la Russie auront la capacité technique d’augmenter leurs productions pour éviter que les prix explosent? Cette question n’a pas encore de réponse mais éveille des craintes.

Vendredi dernier, le Président Trump s’est fendu d’une première mise en garde via Twitter. Dans une position schizophrénique, Trump acclame une hausse qui permet de soutenir son pétrole de schiste mais condamne une essence trop chère qui pénalise ses électeurs avides de pick-up trucks et autres SUVs.

 

A 100$ : le pétrole détruit l’Economie

Le mécanisme macro-économique est maintenant connu et testé. Dès 100$, le pétrole tend à détruire l’Economie et provoque sa chute en entrainant le prix du baril à la baisse. Ainsi durant la crise de 2008, après avoir atteint 147$, le baril a chuté en quelques mois à 30$.

De manière conceptuelle, le schéma se résume ainsi. La dérégulation financière permet aux institutions bancaires de créer des «produits exotiques» qui facilitent l’accès aux prêts des particuliers et des entités publiques.

L’augmentation du pétrole, pousse l’inflation et fait augmenter les taux d’intérêt. L’incapacité de payer les intérêts fait exploser la bulle.

L’Economie se contracte et fait chuter les prix du baril.

 

La dette mondiale atteint un nouveau record

Avec 164’000 milliards de dollars, soit 12% de plus qu’en 2009, l’année qui a suivi la faillite de la banque Lehman Brothers, la dette mondiale a atteint un nouveau record avec 225% du produit intérieur brut mondial.

Depuis 2007, la Chine représente 43% de l’augmentation de cette dette. Les USA cumulent 21’000 milliards $ soir 5’600 milliards sont des emprunts de l’État et 15’300 milliards, des emprunts des collectivités publiques.

Même le Fonds Monétaire International (FMI) s’inquiète de cette hausse et suggère de «terminer les stimulations fiscales qui ne font que d’aggraver la dette publique». Ces recommandations doivent siffler aux oreilles de Donald Trump qui vient d’instaurer une baisse fiscale importante tout en augmentant la dette du pays. Elle pourrait même atteindre les oreilles de la Suisse qui propose de diminuer la fiscalisation des entreprises.

Après la bulle de l’immobilier via les subprimes de 2008, aujourd’hui les dettes des étudiants et propriétaires d’automobiles américains ainsi que la dette immobilière chinoise préoccupent.

 

Un changement majeur

Parmi les similitudes avec 2008, il y a un élément qui diffère fondamentalement. Contrairement à la précédente crise, de nombreux responsables de l’industrie pétrolière ainsi que le directeur de l’Agence Internationale de l’Energie, Fatih Birol, s’inquiètent ouvertement de l’impact à venir des prix de l’or noir sur l’Economie. C’est déjà un progrès!

Serait-il opportun de réellement s’attaquer au cœur du problème: découpler notre croissance par rapport au pétrole. Pour 1% de croissance mondiale, nous avons toujours besoin de 690’000 barils/jour.

Avons-nous besoin de croissance ou avons-nous besoin de pétrole? Ces questions deviendront certainement d’actualité dans les 2 années à venir. Un baril à 74$ ne changera peut-être pas le monde, mais il pourrait donner le signal.

 

Le Pétrole de schiste Américain nous sauvera-t-il?

La puissance d’un pays est souvent mesurée par sa capacité à générer de l’énergie. Le Gouvernement Obama (photo) avait pris à la lettre ce principe en portant à bout de bras le pétrole de schiste. Donald Trump a dignement repris le flambeau.

Depuis 2009, l’industrie de schiste a perdu des centaines de milliards $. En faisant miroiter une abondance à venir Washington et Wall Street ont réussi le tour de force à faire supporter les pertes par les banques et les investisseurs souvent étrangers.

Corolaire de cette communication, le monde a fini par croire que le schiste allait apporter une réponse définitive à nos besoins pétroliers. Qu’en est-il ?


Une demande qui arrive à 100 millions de barils par jour (b/j)

La demande pétrolière mondiale est en passe de toucher les 100 millions de barils/jour (16 milliards de litres par jour ou 5’000 piscines olympiques).

Depuis 2014, la chute des investissements d’exploration a poussé les découvertes à un plus bas jamais vu depuis 70 ans. Les pétroliers s’inquiètent de leurs capacités à satisfaire les marchés d’ici à 2020.

Si l’OPEP et la Russie semblent encore avoir une certaine marge de progression, pour 2018 et 2019, la quasi-totalité de l’augmentation de la production pétrolière hors-OPEP repose sur les USA. A eux seuls, les gisements de schiste du Bassin Permien devraient garantir les 70% de la hausse américaine.

Découvertes pétrolières depuis 1952.
Les trois moins bonnes années: 2014-15-16
Source: Bloomberg

 

Le pétrole de schiste du Bassin Permien

Aux USA, la croissance pétrolière continue avec un niveau record de 808 forages, au plus haut depuis 2015.

Aujourd’hui, le pétrole de schiste représente le tiers des 10,4 millions b/j extrait dans le pays et son plus grand gisement, le Bassin Permien, contiendrait 35 milliards de barils.

C’est sur cette nouvelle mine d’or que tablent les pétroliers américains même si l’on ne connaît pas la quantité de pétrole qui pourra être effectivement extraite en tenant compte des considérations techniques et économiques.

Cette année, la production du Bassin Permien pourrait augmenter de 40% passant de 3,15 millions à 4 millions b/j. Cette course pousse les acteurs à exploiter les gisements les plus prometteurs et à vendre les terrains de seconde zone pour maintenir leur cash flow.

Voilà pour le tableau idyllique peint par l’industrie.

 

Certains signaux passent au rouge

Si le Bassin Permien n’arrive pas à concrétiser une progression mensuelle de 80’000 b/j, dès 2020 l’impact se fera sentir sur les marchés.

Dans les indicateurs, un ratio est à regarder de très près. Alors que les champs de pétrole conventionnel (Arabie, Russie) ont une durée de vie qui se calcule en décennies, la production d’un forage de schiste se limite entre 1 et 3 ans.

A l’image d’une bouteille de champagne bien secouée, la capacité d’un forage peut diminuer de 60% dès le premier mois. Dans le Bassin Permien, cette déplétion se monte aujourd’hui à 75%. Il y a une année, ce taux était encore de 62%.

L’EIA projette qu’en avril, la déplétion du Bassin Permien atteindra 195’000 barils/jour. Elle sera compensée par l’arrivée de nouveaux gisements à hauteur de 275’000 b/j.  (+80’000). En comparaison, dans le Dakota du Nord, la déplétion mensuelle est de 59% soit une perte de 59’000 b/j compensée par une nouvelle production de 72’000 soit un surplus de 12’000 b/j.

La raison de cette chute brutale du Bassin Permien pourrait s’expliquer par la proximité des forages qui cannibalisent le même pétrole.

Autre signe d’inquiétude, l’augmentation de la quantité de gaz dans le pétrole. Quand le pétrole est extrait, la pression dans le réservoir diminue et le gaz contenu dans le pétrole se sépare et fini par remonter. Dans le bassin Permien, la production de gaz est cinq fois plus importante que dans le Bakken alors que sa production n’est que de 3 fois supérieure.

Finalement, alors que les exploitants se sont focalisés sur les gisements les plus prolixes, l’année à venir va pouvoir déterminer si les puits moins prometteurs pourront augmenter ou maintenir la production américaine.

C’est à ce jeu du chat et la souris que joue le schiste US et sur lequel nous planifions notre avenir.

 

Réactions de Donald Trump

La Maison Blanche tente bien d’anticiper le plafonnement ou l’effondrement du schiste en ouvrant les côtes américaines aux forages en haute mer, plus onéreux mais plus consistants sur la durée. Depuis cette annonce, peu d’acteurs ont marqué un intérêt. La catastrophe DeepWater Horizon et les 60 milliards $ déboursés par BP fonctionne toujours comme une piqure de rappel pour les pétroliers téméraires.

Jusqu’à la fin de son premier mandat, est que le schiste suffira à maintenir le statu de “dominance énergétique” voulu par le président Trump? Il est trop tôt pour y répondre.

Ces signaux devraient également nous interpeler. Mais comme le souligne le directeur de l’IEA, International Energy Agency, Fatih Birol, le monde n’arrive pas à diminuer sa dépendance aux énergies fossiles. Dans les années 80, la consommation énergétique provenait à 83% des énergies fossiles. Nous en sommes à 81% aujourd’hui.

Nous pourrions bientôt voir radicalement évoluer ces indicateurs.

Paradoxalement, c’est justement à cause du manque d’énergie à empoigner de ce problème, qui nous conduira au manque d’énergie.

Pour l’instant, tous nos oeufs sont dans le même panier. Les années à venir souligneront ou pas la justesse de cette stratégie.

 

Sources: IEA (agence internationale de l’énegie), EIA (agence américaine de l’énergie), Bloomberg, Financial Times, Tom Whipple, David Hughes ASPO-USA

 

Energies, Economie, Pétrole: La Revue Mondiale Mars 2018

Le 1er de chaque mois, retrouvez une Revue Mondiale de l’Energie. Même si elle est publiée le 1er avril, il n’y a aucun poisson!
– Allemagne: FlexiBus passe aux bus électriques “longue distance”
– Pétrole: La demande grimpe à 98,6 millions barils/jour
– USA: Tesla entre en zone de turbulences financières
– Arabie Saoudite: Le Prince bin Salman recherche des fonds aux USA
– Norvège: Le pétrolier Statoil change de nom pour devenir vert
– Irak: 30 ans après sa disparition, la National Oil Company (INOC) renait
– Russie: ExxonMobil va se retirer des projets russes en Arctique
– Suisse: Le français Bouygues Construction s’offre le Suisse Alpiq Intech


 

Les casquettes “Le baril à 70$, J’y étais” fleurissent dans les salles de trading. Il tient la forme à Londres où il plane à 70.27$  (66.63$ fin février) et à 64.94$ à New York (63.01$ fin février).

L’uranium profite de l’hiver pour piquer un roupillon. Il ne fait plus rien depuis des mois. On le retrouve à 21.10$ (21.75$ fin février).

 

Graphique du mois
Découvertes de pétrole depuis 1952

en milliards de barils
Les 3 dernières années sont les plus basses depuis 1952. Source : Bloomberg

 

Pétrole / Gaz

Les membres du cartel de l’OPEP estiment que la demande pétrolière devrait augmenter de 1,6 millions de barils par jour à 98,6 millions pour 2018. La grande partie de cette hausse provient de la Chine, de l’Inde et de l’Amérique latine. Le cartel estime que la production américaine pourrait couvrir intégralement cette hausse.

Dans le monde en 2017, la demande pétrolière s’est accrue de 2,1% selon l’International Energy Agency, soit deux fois plus rapidement qu’en 2016. C’est le double de la moyenne des dix dernières années.

Le gaz, pas si naturel que ça. Les quantités de méthane, un gaz à effet de serre bien plus virulent que le CO2, relâchées lors de l’extraction et le transport du gaz naturel dépassent celles du permafrost en Arctique. La stratégie chinoise de “tout au gaz” pourrait s’avérer cruelle pour le climat et bien plus dangereuse que celle du «tout au charbon».

 

Planète

Nous devrions construire 1’100 MW/annuel d’infrastructures renouvelables pour maintenir le réchauffement climatique à 2 degrés. La Carnegie Institution l’estime actuellement à 151 MW/an.

La production énergétique combinée du solaire, éolien, géothermie, marée, hydro représente le 4% de la production mondiale.

Tu es le meilleur et le plus gentil des enfants. Je me souviendrai toujours de toi. Je l’aime…
Maman, je vais juste à l’école…
(Suite aux attaques armées aux USA)

 

USA

A lui seul, le Bassin Permien, est responsable de la quasi-totalité de l’augmentation  (+80 000 barils) pétrolière américaine du mois de mars. Si le gisement pétrolier de schiste continu sur sa lancée, la production américaine pourrait augmenter de 1 million de barils durant 2018.

Pour la première fois depuis 1957, les USA ont exporté plus de gaz qu’ils en ont importé.

Pas de bol pour l’exploration pétrolière en Alaska. Les températures trop chaudes de cet hiver ont causé des soucis aux machines optimalisées pour des froids de canard. Résultat:  -15’000 barils/jour au gisement de North Slope.

Tesla Motor, le constructeur de voitures électriques est financièrement à la peine. Le malheur de Tesla est de combiner le meilleur vendeur de voitures au monde (Elon Musk), doublé du pire manufacturier. (voir graphique des ventes ci-dessous)

Big data : Une bataille des données secoue l’industrie pétrolière. Les foreurs collectent des données de plus en plus précieuses pour l’extraction et l’optimalisation pétrolière. Ils désirent revendre ces données aux exploitants. Ces derniers rétorquent que ces données leur appartiennent.

Le Président Trump a viré pratiquement tous ses collaborateurs de base afin de monter sa propre «dream team». L’impact sur les USA et le monde est à vérifier dans les mois à venir. Le taux d’opinion favorable de Donald Trump remonte à 42%, au plus haut depuis 11 mois.

Les USA sont le seul pays au monde qui permet à un individu d’être propriétaire des matières premières situées dans le sous-sol. La National Association of Royalty Owners estime que 12 millions d’Américains reçoivent des royalties d’exploitation de pétrole, de gaz et d’autres minéraux.

La consommation américaine d’essence et de diesel est restée super stable en 2017 à 9,317 millions de barils par jour.

Facebook et Cambridge Analytica aiment à croiser et commercialiser vos données. Voici quelques outils: Ghostery ou Privacy Tracker pour vous protéger des cookies, des mouchards et des trackers. Lightbeam pour suivre vos suiveurs ou le très amusant ClickClickClick.click qui analyse votre comportement. Pour vos e-mails sécurisés: Proton mail.

 

Malgré une économie robuste, la demande d’électricité a diminué de 2,1 % l’année dernière. Il est vrai que les Américains ont une énorme marge de progression quant à l’efficience énergétique.

L’Etat de Pennsylvanie veut faire cesser la faillite de Philadelphia Energy Solutions. Ce propriétaire de raffineries doit plus de 3,8 milliards $ de taxes à l’État, alors qu’il n’a que 43 millions en cash.

La Californie va interdire la construction de nouvelles centrales électriques à gaz. En cause les émanations de méthane.

Evolution des ventes de voitures Tesla
Source: Statista 2018

Russie

Les relations entre l’Europe et Moscou continuent de se détériorer suite à la tentative d’assassinat d’un ancien espion soviétique vivant à Londres. Mais même si devant les caméras, les leaders européens hérissent les poils, en coulisse ils se félicitent de la réélection de Vladimir Poutine. En effet, la dépendance énergétique de l’Europe ne peut s’accommoder d’une disruption russe des livraisons de gaz et de pétrole.

Moscou est en train de construire 2 nouveaux gazoducs en direction d’une Europe toujours plus gourmande et dépendante du gaz russe.

ExxonMobil va se retirer des projets russes en Arctique. La production de pétrole conventionnel en Russie augmente lentement mais ses champs s’épuisent. Pour le plus grand producteur de pétrole mondial, l’Arctique est nécessaire pour maintenir sa position et ses exportations. Actuellement, la Russie ne semble pas posséder les technologies de forage spécifiques à l’Arctique.

 

Arabie Saoudite

Le Prince Mohammed bin Salman (MbS), a réalisé une course d’école de 3 semaines aux USA notamment à New York, Washington, Boston, Houston, San Francisco et Seattle. L’objectif fut de lever des fonds pour financer ses projets pharaoniques de 500 milliards $. Avant d’arriver aux USA, le prince héritier est passé par Londres pour jauger l’intérêt des anglais pour l’IPO de Saudi Aramco.

Le Prince héritier a également parlé avec Donald Trump de l’opportunité d’acquérir l’arme atomique, histoire de mettre un peu d’ambiance au Moyen-Orient. Dans l’attente, il a passé une commande de 12,5 milliards $ d’armes militaires.

Le Royaume va garder ses exportations pétrolières en-dessous de 7 millions b/j en avril afin de soutenir les prix sur les marchés. La production totale reste sous les 10 millions b/j.

La compagnie pétrolière nationale Aramco va certainement attendre pour effectuer son IPO et entrer à la bourse de New York ou de Londres. Le concept de base espérait lever 200 milliards $, mais l’empressement des investisseurs ne s’est pas vérifié. Riyad valorise l’entreprise à 2’000 milliards $ alors qu’aucun rapport financier sérieux n’a jamais été rendu public.

Shell et l’Arabie Saoudite se rapprochent au niveau mondial pour des projets gaziers. L’Arabie Saoudite aimerait jouer un rôle plus important dans l’industrie gazière. Riyad voudrait remplacer le pétrole par du gaz notamment pour sa production électrique.

12,5 milliards d’investissements militaires américains de l’Arabie Saoudite
Prince bin Salman et Trump

Asie

Chine

Les actifs pétroliers à l’étranger, détenus par des entreprises chinoises, dépassent la production pétrolière interne. Cependant, une partie de la production étrangère n’est pas rapatriée en Chine mais est revendue sur les marchés internationaux. L’IEA estime que la production de pétrole chinois couvre les 30% de sa demande interne. D’ici à 2023, ce chiffre descendra à 25%.

En imposant à des millions de ménages de passer du charbon au gaz pour se chauffer, la Chine est devenue le deuxième plus grand importateur de gaz au monde.

Les USA pourraient être bien positionnés pour écouler leurs stocks excédentaires de gaz de schiste mais cela pourrait dépendre des facéties de Trump ainsi que la capacité pour l’industrie de schiste américaine à maintenir la production sur le long terme.

Le Vietnam a subi la pression de la Chine afin d’arrêter son deuxième forage pétrolier dans le sud de la Mer de Chine.  La Chine revendique le pétrole qui se trouve dans cette région. Les pressions économiques sont trop fortes pour le petit pays.

Le parlement a modifié la Constitution pour permettre au chef de l’Etat, Xi Jinping, de garder son poste à vie.

Votre voiture en 3D! XEV, une startup italienne et le chinois Polymaker spécialisé dans l’impression 3D, ont mis au point une voiture imprimée en 3D. Quelques composants sont néanmoins fabriqués avec des méthodes traditionnelles: le châssis, les vitres et les pneus. La LSEV (Low Speed Electric Vehicle) de deux places coûtera moins de 7’500$. Trois jours de travail sont nécessaires pour fabriquer et monter les pièces. Pour l’instant, elle n’a pas passé les crash tests.

 

Japon

Ce 11 mars 2018, 7 bougies ont été soufflées sur le gâteau de la catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima Daiichi, au Japon. Le démantèlement estimé à 620 milliards$, qui devrait durer 40 ans, suit son bonhomme de chemin.

 

Une voiture imprimée en 3D

 

Europe

Norvège

L’entreprise pétrolière nationale Statoil va changer son nom. L’entité va s’appeler Equinor. Ce changement de nom a pour objectif de donner une image verte claire à ce géant pétrolier dont le vert est très foncé. On sent déjà que la planète va mieux.

Ce changement est une excellente nouvelle pour le vétérinaire qui possède le site Equinor.no . Il semble en bonne position pour monnayer son site auprès de la multinationale.
Un tuyau pour les élèves de marketing de 1er année qui lisent cette rubrique. Quand vous choisissez une nouvelle marque, il est toujours de bon ton de faire quelques recherches sur la disponibilité des noms sur la grande toile.

La Finlande, le Danemark, la Norvège et la Suède possèdent le 8% des voitures électriques à travers le monde. La Norvège, l’Islande et la Suède ont le ratio «voitures électriques/nombre habitants» le plus élevé. De 250’000 voitures électriques aujourd’hui, la projection est de 4 millions en 2030.

 

Angleterre

Selon BP depuis 2010, les coûts de production d’électricité éolienne a diminué de 23 % et le solaire de 73 %.

Selon les standards de la firme anglaise, ces deux énergies sont complètement concurrentielles face aux énergies fossiles. Les coûts de la production éolienne diminuent notamment grâce à l’allongement des pales et de la puissance totale des machines.

Le salaire de Bob Dudley, CEO de BP, a augmenté de 13% à 13,4 millions $ en 2017. Afin de partager et de copier les bonnes pratiques de l’industrie, je me suis empressé de partager cette nouvelle avec mon boss.  Je signe même pour la moitié.

 

France

Suite à la catastrophique visite du premier ministre canadien, Justin Trudeau, le président français Macron a nettement mieux su gérer sa campagne de promotion lors de sa visite en Inde.

Avec le Président Macron, ENGIE, le géant français, a inauguré à Mirzapur, Inde, une ferme solaire de 101 MW. Elle prétend également avoir signé pour plus de 608 MW de projets d’énergie solaire et éolienne dans ce pays. Cependant, il faut toujours se méfier d’annonces aussi gigantesques surtout quand elles sont signées avec l’Inde. En effet, la corruption, l’absence d’éthique et les pratiques locales dans les affaires font parfois capoter les projets même les plus ambitieux.

EDF claironne un investissement de 8 milliards € dans les énergies renouvelables d’ici à 2035. Une goutte d’eau pour faire face aux vrais besoins ou un montant suffisant? L’avenir le dira.

 

Allemagne

Le patron de Volkswagen, Mathias Müller, a reçu un bonus de 10 millions d’euros, + 40%. Au passage, il déclare que le diesel va «revenir». On notera toute la saveur de l’histoire. Non seulement il se prend 10 millions, juste après le pire scandale de l’histoire du diesel et dans la foulée il ajoute qu’il va continuer à nous gaver de particules fines. Il pourrait se reconvertir et finir CEO dans une banque, parce qu’en terme d’hypocrisie, c’est assez remarquable!

L’entreprise allemande de bus, Flixbus, investit dans la production de bus électriques en Chine auprès de Zhengzhou Yutong Bus Co ainsi que BYD. La première ligne de bus électriques pourrait être: Paris – Amiens en avril déjà.

Dessin Chappatte

 

Suisse

Pour 850 millions frs, Bouygues Construction a acheté au Suisse Alpiq: Alpiq Intech ainsi que l’Allemand Kraftanlagen. Le fleuron Alpiq Intech génère de juteux profits depuis des années. EDF actionnaire à 25% dans le capital action d’Alpiq a fortement influencé ce fructueux accord pour le français. On s’étonne également du prix excessivement bas de cette transaction alors qu’Alpiq Inteq a généré un profit de 221 millions frs en 2017.

Les résultats 2017 d’Alpiq sont excellents avec un bénéfice de 278 millions frs. et des fonds propres de 2,851 milliards. Après avoir passé les comptes dans la moulinette d’optimalisation fiscale et stratégique, Alpiq enregistre une perte magique de 84 millions frs! Ayons une pensée émue pour tous ceux qui paient des impôts.

En Suisse, la consommation électrique se compose à 55,9% d’hydraulique (53.4% en 2016), 16,9% de nucléaire (20.7), 5,9% de renouvelables (4.9) et 21.3% de charbon. Pour la bienséance, les statistiques ne parlent pas de charbon mais utilise la terminologie environnementalement plus neutre: «sources inconnues». Du côté de la production : 59% hydraulique, 33% nucléaire, 3% gaz, 5% renouvelables.

 

Dessin Chappatte

 

Les Amériques

Schiste Américain

Les médias commencent à comprendre la différence entre le pétrole de schiste et le pétrole conventionnel. Trop léger, le schiste n’est pas le meilleur ami du diesel ou du kérosène dont le monde a besoin. Les raffineries américaines ne s’accommodent que difficilement de ce schiste et les places de stockage sont déjà pleines en attente de lui trouver une utilité. Morgan Stanley pense les producteurs vont devoir accepter un tarif bien plus bas pour cette mauvaise qualité de pétrole.

La Oklahoma Corporation Commission a créé un nouveau protocole de fracturation hydraulique après que 70 tremblements de terre, d’une magnitude minimale de 2,5, ont secoué l’Oklahoma en 2016. Les entreprises devront immédiatement suspendre leurs opérations 6h après un nouveau tremblement de terre.

Le bassin Permien produit également des quantités record de gaz de schiste, qui sont pour l’instant intransportable à cause du manque d’infrastructures. De plus, cette quantité de gaz s’ajoute à un marché saturé. Cette surproduction sonne le signal d’alarme de l’épuisement des gisements.

 

Venezuela

La production du brut est passée de 2,3 millions de barils/jour en janvier 2016, à 1,6 million aujourd’hui.

Avec le nouveau secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, la situation pourrait rapidement tourner au vinaigre avec le Venezuela. Ainsi, si les sanctions Trumpiennes devaient encore se greffer sur les problèmes du pays, l’impact sur la production pétrolière ne fera qu’accentuer le déclin.

Le nombre de forages actifs est passé de 70 en 2016 à 43 aujourd’hui. Le manque d’employés qualifiés, de pétrole capable de liquéfier le brut vénézuélien et le déclin des investissements précipitent cette chute.

 

Mexique

Le candidat de gauche à la course à la présidentielle, Andres Manuel López Obrador, désire geler les investissements d’entreprises privées dans le domaine pétrolier. Il propose également d’augmenter les capacités de raffinage indigène et de stopper les exportations de brut. Actuellement, le brut mexicain est expédié vers les États-Unis pour être raffiné, pour être ensuite réimporté sous forme de carburant.

Durant les trois dernières années, le montant des exportations pétrolières américaines vers le Mexique (diesel, essence, gaz) a dépassé la valeur du brut mexicain vendu aux USA.

Les menaces douanières proférées par Trump ont le mérite de faire éclore des idées autant au Canada qu’au Mexique.

 

Dessin Chappatte

 

Moyen Orient & Océanie

Iran

La production pétrolière du pays stagne à 3,85 millions b/j. selon l’IEA.

Le renvoi du Secrétaire d’Etat, Rex Tillerson, par le président Trump, cause des insomnies au gouvernement iranien, surtout que l’ancien CEO d’ExxonMobil a été remplacé par un va-en-guerre farouchement opposé à la Corée du Nord et l’Iran.

Trump ne cache pas son envie de casser l’accord nucléaire avec l’Iran, même si Téhéran respecte toutes les clauses. Dans son arsenal, les États-Unis pourraient mettre une pression sur les pays qui achètent le pétrole et le gaz iranien notamment la Chine et l’Inde.

Si Washington impose à nouveau des sanctions à l’Iran et au Venezuela, la baisse pétrolière pourrait se monter à 1 million de barils par jour d’ici à la fin de l’année.

De son côté, Téhéran s’autorisera à recommencer son programme nucléaire. Du coup, l’Arabie Saoudite, par son prince héritier Mohammed bin Salman, réclame elle aussi son joujou nucléaire.

Le ministre du pétrole, Zanganeh, aimerait garder le prix du baril à 60$. A ce niveau les caisses de l’Etat se remplissent et le schiste américain n’est pas rentable.

La Russie et l’Iran vont développer deux champs pétroliers à la frontière de l’Irak. C’est le deuxième grand accord international suite au 5 milliards $ avec Total. Cependant, l’Iran est déçu du manque d’enthousiasme des pétroliers occidentaux.

 

Irak

Promis à une déferlante pétrolière, le pays stagne à 4,71 millions b/j. Les grandes majors internationales ont diminué leur enthousiasme car les profits ne sont pas mirobolants. Si l’Irak a réussi à augmenter sa production de 2 millions b/j, c’est grâce à BP, Exxon Mobil, Lukoil, Eni, Total ou Royal Dutch Shell.

L’objectif de Bagdad était de monter la production à 12 million b/j. Il est revu à la baisse à 7 million pour 2022.

30 ans après sa disparition, la National Oil Company (INOC) renait de ses cendres grâce au gouvernement. L’entité sera chargée de gérer le pétrole à travers le pays.

 

Nouvelle Zélande

Des drones-taxis volants, électriques et sans pilote, vont être testés sous l’élan du cofondateur de Google, Larry Page et sa start up Zephyr Airworks, filiale de Kitty Hawk. Une dizaine de rotors ont été installés sur ses ailes, ce qui lui permet de décoller et d’atterrir à la verticale comme un hélicoptère. Le drone pourrait transporter des passagers en zone urbaine en se servant de toits ou de parkings comme aire d’atterrissage. (lire: Drone-Taxi : La voiture est-elle bientôt prête au décollage?)

 

Australie

Simec Zen Energy, contrôlé par le groupe GFG Alliance, va installer une batterie de stockage d’électricité d’une capacité de 120 MW/140 MWh, à Port Augusta. Record du monde. Objectif stocker l’électricité de la nouvelle ferme solaire en train d’être construite à l’aciérie Whyalla Steelworks.

 

Cora, le drone électrique de Zephyr Airworks, filiale de Kitty Hawk

 

Afrique

Nigeria

Comme il fallait s’y attendre, la commission nationale chargée d’enquêter sur la corruption de pétrole, ne brille pas par les progrès obtenus. Le montant dépasse les 20 milliards $.

Les pénuries de carburant aux stations d’essence continuent dans ce pays qui est pourtant le plus grand producteur africain de pétrole.

 

Sud Soudan

Les USA sanctionnent 15 opérateurs pétroliers du pays. Motif : les ventes pétrolières profitent au gouvernement du Président Salva Kiir et ce moyen de pression pourrait terminer les conflits dans le pays.

 

Phrases du Mois

«L’Arabie saoudite est un pays très riche, et vous allez, je l’espère, donner une part de cette richesse aux Etats-Unis sous la forme d’emplois et d’achats du meilleur matériel militaire qui soit au monde.» Donald Trump à Mohammed ben Salmane, le prince héritier d’Arabie saoudite pour l’achat de 12,5 milliards $ d’armes.

 

I believes that “shale oil growth potential may be over-stated as the prime areas of the Eagle Ford and Bakken are already drilled up. The question is how far does the Permian have left. Probably a couple of years.” Mark Papa, former CEO of EOG Resources.

 

Now that I have retired, I have begun to look at the whole nuclear fusion enterprise more dispassionately, and I feel that a working, every-day, commercial fusion reactor would cause more problems than it would solve.” Daniel Jassby, physicien, Princeton Plasma Physics Lab, New Jersey.

 

Nous sommes à une bifurcation des médias et des réseaux sociaux où plus personne accepte de lire quelque chose dont il ne veut pas y croire.” Tim DeChristopher, cofounder of Climate Disobedience Center.

 

Sources: avec Tom Whipple de ASPO USA et Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.

Marketing Climatique: Les Banques à la pointe

A l’image de la Banque Nationale Suisse, les chartes éthiques ou environnementales sont devenues “très tendance” auprès des institutions financières. Qu’importe si les directives ne sont pas respectées ou mises en pratique, le marketing climatique sonne toujours très bien auprès du public et du politique.

Si la BNS est championne dans sa catégorie, la concurrence est féroce. Dans cette compétition, il faut souligner les efforts de la Société Générale.

Ainsi, la banque française a publié son «rôle dans la lutte contre le changement climatique». Le texte veut faire penser que la banque est désormais un modèle d’écologie et de sobriété.


 

Une orientation pétrolière et gazière marquée

En réalité, la Société Générale joue un rôle important dans le financement de l’industrie gazière au niveau mondial ainsi que dans les exportations de gaz de schiste américain vers la France et le reste de l’Europe.

Avec 2,4 milliards de dollars investis dans les entreprises développant des projets de gaz de schiste en Amérique du Nord, elle est la 7e banque internationale et la 1ère française dans ce secteur.

En même temps, elle est encore loin des 5 milliards $ investis par la Banque Nationale Suisse pour soutenir le programme de Donald Trump dans les énergies fossiles.

 

Un conseil d’administration dévoué aux énergies fossiles

Ainsi le conseil d’administration de la Société générale est représenté par son nouveau président Lorenzo Bini Smaghi, également président du conseil d’administration d’Italgas, le leader italien de la distribution urbaine de gaz, et ancien président du groupe italien Snam, l’un des principaux exploitants de gazoducs d’Europe.

S’y ajoutent Robert Castaigne, ancien cadre pétrolier de Total et administrateur de Novatek, l’entreprise gazière russe qui développe Yamal LNG, et Gérard Mestrallet, ancien PDG d’Engie, l’entreprise héritière de Gaz de France.

On ajoute Alexandra Schaapveld, également membre du conseil de surveillance de deux entreprises parapétrolières, la française Vallourec et la malaisienne Bumi Armada Berhad.

La Société Générale affiche 46,4% de sources renouvelables dans les énergies et des projets d’électricité qu’elle finance. Pour arriver à ce chiffre, elle comptabilise l’énergie nucléaire comme une énergie «renouvelable». Ce raccourci est certainement dû à la présence dans son conseil d’administration de Jean-Bernard Lévy, l’actuel PDG d’EDF et à la tête de plus de 50 centrales nucléaires.

 

Ainsi, sur les 12 membres du Conseil d’Administration, on peut aisément imaginer l’importance donnée à la charte environnementale du groupe par les 5 représentants des énergies fossiles. Mais tant que le public y croit…

 

Aves les sources et les recherches de Mathieu Paris et Olivier Petitjean sur MultiNationales.org

La catastrophe de Fukushima Daiichi fête ses 7 ans

Ce 11 mars 2018, 7 bougies ont été soufflées sur le gâteau de la catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima Daiichi, au Japon.

Le démantèlement estimé à 620 milliards $, qui devrait durer 40 ans, suit son bonhomme de chemin. L’opérateur TEPCO, continue de refroidir avec de l’eau les 3 réacteurs dont le combustible a fondu (corium) et espère pouvoir le repérer grâce à des robots et un peu de chance.

Chaque jour, 6’000 liquidateurs travaillent sur le site afin de garder la maîtrise sur le plus grand accident nucléaire mondial.


Les Réacteurs 1-2-3

Après le tsunami, les combustibles nucléaires des Réacteurs 1, 2 et 3 avaient rapidement fondu. Depuis, les cuves de ces réacteurs doivent être refroidies en permanence pour éviter une surchauffe.

TEPCO tente de localiser précisément le combustible fondu et les débris de combustible pour les extraire et rendre les réacteurs inoffensifs. Mais pour l’instant les robots et les caméras sont rentrés bredouille. Les magmas pourraient avoir traversé les dalles de confinement et se trouver sous la centrale. Ces opérations sont essentielles pour pouvoir sécuriser et stabiliser Fukushima.

Cela n’empêche pas TEPCO d’espérer pouvoir enlever le corium dans le Réacteur 3 durant 2018. Sur ce réacteur, un toit a été spécialement installé pour limiter des fuites radioactives durant l’opération.

Pour les Réacteurs 1-2, cette opération ne devrait pas se réaliser avant 2023.

Pour le Réacteur 4, la construction d’un toit au-dessus de la piscine de stockage a été achevée fin février. Cela évitera les fuites de radioactivité pendant la manipulation de ces débris.

 

Installation du toit sur le réacteur 3

 

Le recyclage de l’eau radioactive

TEPCO utilise 100 tonnes d’eau par jour pour stabiliser la température des réacteurs et éviter un échauffement. Ainsi, 1 million m3 d’eau radioactive sont stockés dans des milliers de cuves sur le site.
L’eau est en partie traitée mais aucune solution n’a encore été trouvée pour éliminer l’un de ses éléments radioactifs: le tritium.

In fine, une grande partie devrait être rejetée dans le Pacifique avec l’aval du Gouvernement.

 

Un mur de glace

Depuis l’année dernière, un mur de glace souterrain est en place autour des bâtiments pour éviter que les eaux ne soient souillées au contact des installations.

Pour limiter les fuites, un mur imperméabilisant est en place depuis 2016 du côté du Pacifique, tandis que le sol de la centrale a été presque entièrement bétonné.

Cependant, l’ancien premier ministre, Naoto Kan, met en doute la pertinence de ce mur de froid.

 

Le Gouvernement

Le gouvernement du premier ministre Abe souhaite remettre en service 42 réacteurs sur les 54 en fonctionnement avant le 11 mars 2011.
Depuis 5 réacteurs ont redémarré, et 19 autres sont dans les startingblocks.

Cependant, les coûts d’adaptation aux nouvelles normes de sécurité s’élèvent à près d’un milliard $ par réacteur et la relance nucléaire se heurte aux réticences des populations.

Seuls 10% des habitants sont revenus vivre dans le secteur qui est toujours fortement irradié.

 

Une fishcam dans le réacteur 3

 

Dossier Fukushima

 

Drone-Taxi : La voiture est-elle bientôt prête au décollage ?

Les problèmes de la mobilité urbaine ne cessent d’augmenter et deux options émergent: passer sous le sol ou utiliser les airs. Dans le premier cas, c’est le projet des trains ultra-rapides Hyperloop qui tente sa chance.

Dans la mobilité urbaine aérienne, les drones électriques et autonomes capables de transporter des personnes sont à quelques encablures de passer de la science-fiction à la réalité. Aux USA, en Chine et en Europe une formidable course a débuté pour prendre le leadership et imposer ses standards au reste du monde.


 

Il n’y a encore que quelques années, les entrepreneurs actifs dans les Drone-Taxi rimaient avec “farfelus”.

Aujourd’hui, toute l’industrie aéronautique ainsi que les constructeurs automobiles tentent de trouver une alternative au pétrole. Ces deux industries sont dans l’urgence de se réinventer. Même l’ultra-conservateur Salon de l’Automobile de Genève, focalisé sur les moteurs thermiques, entrevoit l’arrivée de drones avec passagers.

Comme l’année dernière, ItalDesign présente, dans le stand Audi, un prototype basé sur le système Pop Up d’Airbus (voir vidéo ci-dessous). Mais le prototype n’est plus seul. Le voila accompagné par le hollandais Pal-V Liberty.

Personne ne sait si ces nouveaux véhicules vont révolutionner notre mobilité, mais beaucoup d’entreprises et d’investisseurs ne veulent pas rater le train de la Mobilité Urbaine Aérienne (Urban Air Mobility). L’arrivée de la 5G et la crise pétrolière, qui pointe le bout de son nez, ne feront qu’amplifier cette tendance.

Taxi-Drone: ItalDesign – Airbus – Audi  (présenté au Salon de l’Automobile Genève)

 

Trois pôles émergent : les USA, l’Europe et la Chine

Les USA emmenés par les acteurs digitaux

Dans les Drones-Taxis, c’est sans surprise que l’on retrouve les mêmes acteurs digitaux des voitures autonomes comme Google, Apple, Uber.

Dara Khosrowshahi, CEO d’Uber, envisage de mettre en service Uber Air avec des drones électriques entièrement autonomes. L’entreprise de taxis à la demande s’est fait brûler la politesse par Boeing en personne. L’avionneur américain a racheté, au nez et à la barbe d’Uber, son partenaire technologique Aurora Flight Science, spécialisée dans les systèmes de vol pour avions sans pilotes. Cette guerre fait monter la pression sur les investisseurs et booste les entrepreneurs.

Malgré ce revers, dans son concept “Uber Elevate“, l’entreprise californienne a débuté ses premiers tests à l’aéroport de Dallas Fort Worth au Texas, à Los Angeles et à Dubaï. A terme, l’utilisateur pourra ainsi choisir entre Uber Pool (voiture) UberX (berline de luxe) ou UberAir (drone).

Uber Elevate: Concept Drone d’Uber

 

Larry Page, CEO d’Alphabet-Google, ne veut pas laisser la voie libre à Uber. C’est Waymo, la filiale de voitures autonomes de Google, qui est chargée de donner la réplique avec son drone maison.

Du côté des investisseurs, l’intérêt est énorme. Joby Aviation, qui construit son drone-taxi, a levé 100 millions $ auprès notamment d’Intel et de Toyota.

Bloomberg: The future of flying cars (en anglais)

 

La Chine : un objectif stratégique

La Chine semble avoir pris une longueur d’avance sur ses concurrents européens et américains avec l’ambition d’imposer ses standards au reste du monde

En février, le constructeur, Ehang, a effectué un premier vol avec un passager. Le Ehang 184 électrique et autogéré, peut voler à 130 km/h et résister à des vents très violents.

Le premier vol du Ehang 184, février 2018

 

Dans les villes, Dubaï s’impose avec une série de projets. Elle désire bénéficier de la technologie chinoise mais laisse la porte ouverte à l’Allemand Volcopter. La ville hôte de l’exposition universelle en 2020 veut être la première à offrir les services de drones-taxis pour cette occasion. D’autant que Buenos Aires, Argentine, réfléchi également à ce type de mobilité pour son Expo 2023. On voit mal les Emirats Arabes Unis se laisser prendre la vedette par l’Argentine.

Dubaï teste le drone Volcoptère

 

L’Europe : Regrouper ses forces

En Europe deux pôles émergent : l’Allemagne et Airbus.

Ainsi les allemands Lilium et Volcopter ont le vent en poupe. Volcopter s’illustre dans ses projets à Dubaï. Brian Krzanich, CEO d’Intel Corporation, s’affiche même dans une vidéo à bord d’un drone. Tandis que Lilium a levé plus de 90 millions $ pour perfectionner son système.

Volcopter : Brian Krzanich, CEO d’Intel Corporation

 

Du côté d’Airbus, le concept Pop Up d’ItalDesign stimule toute l’industrie européenne. Airbus a également investi dans l’entreprise Vahana, qui propose un drone électrique, entièrement autopiloté. Vahana a réussi son premier “vol test” en stabilisant sa machine à 5 m du sol.

Airbus voit également du potentiel dans la start-up new-yorkaise Blade qui pourra la connecter aux utilisateurs “de services aériens à la demande” à travers le monde.

Finalement, le géant aéronautique européen a la mission de coordonner et fédérer les forces du continent pour établir les standards européen dans la gestion du ciel. La Finlande, le Danemark, la Suède, la Suisse, l’Angleterre, l’Allemagne et l’Autriche pourraient être les pays ou les premiers tests pourraient être effectués. Grâce à ces études, l’Europe pourrait édicter des standards pour son espace aérien ainsi que les règles du jeu comprenant les considérations environnementales et publiques.

 

Une conquête mondiale

La voiture-drone est techniquement sur les rails. Il ne reste qu’à déterminer les pays et les villes qui prendront le leadership mondial et qui imposeront les règles de ce nouveau mode de mobilité.

On espère que les villes et les régions du Vieux Continent saisissent et comprennent ces enjeux notamment aux niveaux: de l’environnement, de l’emploi, de la sécurité, de l’intégration à la mobilité urbaine et des citoyens. Pas sûr que les américains et les chinois tiennent tous ces principes à cœur.

C’est peut-être à ce prix et à cette implication que l’on pourra voir la voiture décoller de manière durable.

 

Energies, Economie Pétrole: La Revue Mondiale Février 2018

Le 1er de chaque mois, retrouvez une Revue Mondiale de l’Energie:
– Allemagne: Les villes pourront interdire certaines voitures diesel
– Gaz: Avec les fuites de méthane, le gaz broie du noir
– USA: Les Américains achètent du gaz russe pour se chauffer
– Arabie Saoudite: Le Prince bin Salman prochainement en Europe
– Canada: Début d’année difficile pour le premier ministre Trudeau
– Arctique: Record de chaleur +30 degrés au-dessus de la moyenne
– Australie: Tesla va installer 50’000 maisons en électricité autonome


Le pétrole ne fait plus rien. Lui faudrait-il une petite seringue pour qu’il tienne une forme olympique? On le retrouve à 66.63$ à Londres (69.02$ fin janvier) et à 63.01$ à New York (64.50$ fin janvier).

Est-ce le rapprochement entre les deux Corée qui fait hiberner l’uranium?  Il baisse comme la température à 21.75$ (23.15$ fin janvier).

 

Graphique du mois

  Consommation moyenne par personne (équivalent pétrole en kg)

 

Pétrole

L’Economie mondiale est en croissance et pousse de 2% la demande pétrolière à 100 millions barils/jour (b/j). Les soucis de production au Venezuela et au Nigeria pourraient effacer les gains du schiste américain et propulser les prix à la hausse.

Dans les mois à venir, la pieuvre Goldman Sachs verrait bien un baril à 80$. D’autres institutions prédisent un baril à 100$, mais pour l’instant, le pétrole stagne àà 65$.

La croissance de la demande pétrolière pourrait dépasser l’offre. Durant les 4 dernières années, plus de 100 projets pétroliers ont été mis à l’arrêt et il faudra attendre plusieurs années pour en extraire le premier baril.

Sur les 1’250 milliards $ de dividendes versés en 2017, Royal Dutch Shell est l’entreprise la plus généreuse envers ses actionnaires devant China Mobile. Exxon Mobil, Apple et Microsoft occupent les places suivantes. L’intérêt du capital progresse plus rapidement que les salaires.

 

Gaz

Les études et les évidences, qui montrent que le gaz naturel n’est pas une solution pour le climat, sont de plus en plus accablantes. En Pennsylvanie, USA, les émanations de gaz à effet de serre des forages gaziers représentent 11 centrales à charbon. Les 16 études scientifiques ont été compactées par Environmental Defense Fund.

L’extraction de gaz émet d’énormes quantités de méthane. Selon Energy Institute, les producteurs pourraient réduire de 75% ces émissions simplement en améliorant l’extraction. La moitié pourrait être réduite à des coûts nets.

 

OPEP

Les coupes de l’OPEP portent leurs fruits. Le pétrole est sorti de la zone des 50$ pour se maintenir à plus de 60$. Ce succès repose en grande partie sur les baisses de l’Arabie Saoudite et la dégringolade du Venezuela.

Durant le mois, alors que les prix repassèrent sur les 70$, des murmures se sont fait entendre pour mettre fin aux quotas de l’OPEP. Il n’en n’a pas fallu plus pour voir les prix chuter. L’Arabie et la Russie se sont empressées de démentir la rumeur pour soutenir les prix.

Planète

Alors que l’Europe grelotte sous une vague de froid tardive, le pôle Nord a connu un pic de chaleur avec des températures 30 degrés au-dessus des normales saisonnières. A l’extrême nord du Groenland, les températures ont atteint 6,2°C durant ce mois de février.

Les promoteurs des JO Sion 2026 célèbrent, à leur manière, la durabilité et des Jeux Olympiques respectueux de planète
en brûlant un baril de pétrole au sommet du Cervin avec Pirmin Zurbriggen

 

Les Acteurs Clés

USA

Aux USA en 2018, les éoliennes devraient produire plus d’électricité (89,077 MW) que la force hydraulique.

Waymo, une succursale de Google, va lancer un service identique à Uber, mais avec une petite différence. Les mini vans Chrysler Pacifica ne seront pas équipés de chauffeurs! L’Etat d’Arizona a donné son accord pour ce service de voitures autonomes.

Une voiture autonome a besoin de 40 terrabytes de données pour 8 heures de conduite, soit autant que 3’000 personnes. Combien d’électricité consommeront ces données ?

ExxonMobil annonce une augmentation de ses réserves pétrolières de 19% (+2,7 milliards de barils) grâce aux Emirats Arabes Unis, la Guyane et le schiste américain. Au rythme actuel, Exxon pourra produire pendant 14 années. Et après?

L’administration Trump est en train de préparer un croc-en-jambe aux énergies renouvelables. Une réduction de 72% des fonds pour la recherche et le développement est prévue. Les décisions de Washington ouvrent de belles opportunités à l’Europe et l’Asie.

Scott Pruitt, le climato-sceptique et Directeur de l’Agence Américaine de l’Environnement remet continuellement en question le consensus scientifique sur le réchauffement climatique et l’implication de l’homme. Il prend un angle nouveau en se réjouissant qu’une atmosphère plus chaude est une bénédiction pour l’homme.

Halliburton Co mène une campagne agressive contre les brevets posés par son rival Schlumberger dans le secteur du pétrole de schiste. Les deux concurrents tentent de breveter leurs systèmes afin de commercialiser leurs solutions aux exploitants de pétrole.

A 3 ans de sa réélection, le président Trump a nommé Brad Parscale comme manager de sa campagne présidentielle pour 2020. Les gens pressés n’ont-ils pas d’allure?

 

Arabie Saoudite

Le Gouvernement a débuté une campagne pour contenir l’impact médiatique négatif de la vague d’arrestations sur le monde de la finance. Il reste encore 350 fortunes du pays en état d’arrestation. Avant la vente de 5% de Saudi Armaco, l’objectif est de ne pas refroidir les potentiels investisseurs. Elle devrait rapporter entre 100 et 200 milliards $ à Riyad.

Le Prince bin Salman prévoit un voyage en France, en Angleterre et aux USA durant les semaines à venir. L’objectif du Prince Ministre est d’attirer des milliards de $ d’investissements dans l’aérospatial, le pétrole, les techniques de l’internet et des domaines des loisirs. Des journées de promotion de l’Arabie Saoudite sont également prévues à Zurich et à Genève, mais sans le Prince.

L’une des clé du succès de l’Arabie Saoudite fut l’allocation d’une partie des revenus pétroliers à ses citoyens, une sorte de revenu minimal garanti. Cependant, cette clé manque dans la stratégie “Vision 2030”. Le FMI souligne que si la croissance ne crée pas assez d’emplois, le gouvernement sera sous tension, tout comme la production pétrolière.

Historiquement, l’Arabie Saoudite était le seul pays à posséder 1-2 millions b/j de réserve pour stabiliser les marchés. Aujourd’hui, le Bassin Permien aux USA peut également jouer ce rôle avec 1 million b/j de capacité supplémentaire. Pour l’instant, les américains ont plus produits à tout va sans se soucier des prix du baril.

 

Russie

Alors que le brut premium est envoyé aux raffineries chinoises, l’Europe bénéficie d’un brut de seconde zone. La qualité s’est tellement dégradée que les européens désirent renégocier les prix et les quantités livrées. Le pétrole de l’Oural, qui est exportée en Europe, atteint à peine le standard de qualité fixé par Moscou.

L’arrivée d’un tanker russe de gaz liquide à Boston USA, a fait écarquiller des yeux. Malgré les sanctions et le gaz de schiste US, les américains ont dû importer du gaz russe pour couvrir leurs besoins en chauffage!

Selon Gazprom, l’Europe pourrait expérimenter des coupures de gaz si elle ne construit pas de nouveaux gazoducs depuis la Russie. L’option du gaz de schiste américain pour l’Europe ne convainc également pas Gazprom.

En février, Moscou a enregistré des records de neige. Plus de 2’000 arbres ont été déracinés. Le Kremlin a toujours montré peu d’intérêt pour les changements climatiques et se réjouit de la fonte des glaces dans les régions pétrolifères de l’Arctique.

Moscou et Riyad se trouvent de plus en plus de point en commun. Le schiste américain est sur leur liste noire. L’augmentation de la production américaine les a pris par surprise et la baisse des cours du baril a poussé les budgets des deux pays dans les abysses.

Le ministre du pétrole d’Arabie Saoudite a participé à l’inauguration d’une installation de 27 milliards $ de gaz liquide en Russie. Les Russes espèrent que l’Arabie Saoudite importe ce LNG afin d’économiser le pétrole dans les systèmes d’air conditionné.

La Turquie a donné son accord pour la construction du gazoduc TurkStream de Gazprom qui permettra à la Russie de livrer du gaz à la Turquie et l’Europe sans passer par l’Ukraine.

Aucune surprise dans la réélection du Président Poutine. Cela devrait être confirmé le 18 mars pour un nouveau et dernier mandat. Ce sacre mérite bien une chanson.

Soviet Suprem – Vladimir

 

Venezuela

PDVSA, l’entreprise pétrolière nationale, a demandé à ses 143’000 employés de ne suivre sur les réseaux sociaux que les comptes qu’elle autorise. La restriction fait suite après que 10’000 employés ont quitté leur travail au mois de janvier.

La production continue de baisser à 1,6 million b/j en décembre  (2,18 millions b/j début 2017).

Le Venezuela a lancé sa propre crypto monnaie : le «Petro». Le pays espère en vendre pour 2,3 milliards $. En théorie, cette nouvelle monnaie est cautionnée par de l’or et le pétrole, même s’il ne vous sera pas possible de posséder du pétrole vénézuélien en cas de coup dur.

L’ancien président Chavez et ses proches auraient dérobé plus de 20 milliards $ pour leur propre compte. On retrouve une partie de ce montant auprès de la banque helvète Crédit Suisse.

L’administration américaine et son secrétaire Rex Tillerson (ex pdg d’ExxonMobil) étudie des sanctions pétrolières contre le gouvernement du président Nicolas Maduro. Le Venezuela est le 7ème plus grand exportateur de brut pour les américains.

Chaque jour, plus de 35’000 vénézuéliens cherchent refuge ou vont chercher de la nourriture à Cucuta, Colombie.

Schlumberger a passé 938 millions $ dans le compte pertes et profits après une autre perte de 460 millions $ l’année dernière. L’expédition de l’entreprise pétrolière américaine au Venezuela est dispendieuse.

Chine

Le constructeur chinois de drone, Ehang, a effectué un premier vol avec un drone et un passager. Entièrement propulsé par électricité et géré de manière autonome, il peut voler à 130 km/h. La lutte pour le maché des drones-taxi a débuté entre la Chine, les USA et l’Europe.

Le 26 mars 2018, la Chine va lancer au Shanghai International Energy Exchange sa bourse pétrolière pour les livraisons dans les pays asiatiques. Ce geste a le potentiel de secouer les bourses pétrolières mondiales. Le Yuan remplacera le dollar US pour les transactions.

En Chine, d’ici à 7 ans, la moitié des bus pour les transports en commun seront électriques. En 2017, 386’000 bus électriques ont été vendus et les ventes devraient dépasser le million en 2025. Selon Bloomberg New Energy Finance, les coûts d’acquisition et de maintenance des bus électriques sont inférieurs à leurs concurrents à pétrole ou à gaz.

Le président chinois Xi Jinping hésite entre le titre d’Empereur à vie ou celui de Président limité à deux mandats. Empereur à vie semble être sa préférence. A voir si le gouvernement va le confirmer dans ce nouveau poste.

Dans le monde, 60 centrales nucléaires sont en construction dont 20 en Chine. Dans quelques années, Pékin va devenir la plus grande puissance nucléaire civile.

Au Tajikistan, la Chine finance la construction d’un gazoduc pour importer 25 à 30 milliards de m3 de gaz du Turkmenistan. Au total, la Chine devrait engloutir 65 milliards m3 de gaz turkmène.
Les importations de pétrole ont atteint un nouveau record à 9,57 million b/j en janvier.

Sous la pression de Donald Trump, la Chine va importer du gaz liquide LNG américain

Alors que le centre de la Chine croule sous la neige, la capitale Pékin aligne plus de 110 jours sans une goutte d’eau. (depuis le 23 octobre 2017). La dernière sécheresse aussi importante date de 1970.

Drone Taxi Ehang

 

Europe

L’objectif de réduction de la consommation d’énergie de l’Union Européenne avait été fixé à -20% d’ici à 2020. Selon Eurostat, en 2016, le retard était de 4% sur la feuille de route.

Pour la deuxième année consécutive, la croissance économique de l’Europe (+2,5%) est supérieure à celle des USA. En Chine, la croissance 2018 devrait passer à 6,9% (6,5% l’année dernière).

Pour la première fois, en 2017 l’Europe a généré plus d’électricité avec le vent, le soleil et la biomasse qu’avec du charbon. La progression est impressionnante. Il y a 5 ans, le charbon produisait le double des énergies renouvelables.

 

France

Vahana, l’avion électrique, entièrement autopiloté, a réussi son premier vol test pour le compte d’Airbus. L’oiseau volant s’est stabilité à une altitude de 5m. Le vol a eu lieu à Pendleton Range, Oregon, USA. De son côté, l’Europe va lancer des projets pilotes de drones électriques, capable de transporter des personnes.

Des problèmes de soudure ont été repérés sur le réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville. Ces écarts concernent 38 soudures sur 66 dans le circuit secondaire. L’EPR de Flamanville devait entrer en service en 2012 pour 3 milliards €. La facture actuelle dépasse les 10,5 milliards €.

Une vague de froid a atteint l’Europe durant les derniers jours de février. Entre 12 et 15% des français souffrent du froid dans leurs habitations. La précarité énergétique concerne 1 ménage sur 5.

A Bure, les occupants du bois Lejuc ont été évacués par 500 gendarmes. Le site de la Meuse a été choisi pour stocker 85’000 m3 de déchets nucléaires à haute activité et à vie longue. Les opposants occupent, depuis l’été 2016, le site.

Après la Belgique, le chinois Gobee.bike jette également l’éponge en France. Lancé en octobre 2017 à base de vélos à 28€, le nombre de déprédations et de vols ont cassé le business model. De son côté, le Vélib’ compte 20’000 vélos dégradés ou volés par année.

 

Allemagne

Les grandes villes ont le droit d’interdire la circulation des voitures diesel polluantes, selon un jugement qui pourrait concerner 12 millions de véhicules en Allemagne. Ainsi, les municipalités pourront interdire les voitures diesel non conformes les jours de forte pollution. Cette décision est une prouesse dans ce pays tourné vers l’automobile.

Max Planck Institute a investi plus de 1 million d’heures afin de construire le Wendelstein 7-X, un prototype de réacteur à fusion nucléaire. Pour le moment, il s’agit d’un test qui consomme bien plus d’électricité qu’il n’en produit. A l’époque le réacteur Super Phénix avait suivi la même trajectoire.

 

Hollande

Le gisement gazier de Groningen a été secoué par un tremblement de terre de 2.0 alors qu’en janvier une secousse de 3.4 avait été enregistrée. Les tremblements sont directement liés à l’exploitation de gaz.

 

Suisse

Les promoteurs de la candidature des Jeux Olympiques «Sion 2026» ont frappé très fort. Ils ont réalisé la prouesse d’amener en hélicoptère un baril de pétrole au sommet du Cervin. C’est le champion Pirmin Zurbriggen qui a mis le feu au baril de l’entreprise pétrolière Midland. Les organisateurs soulignent, à leur manière, l’importance de réaliser des Jeux durables et propres.

En 2015, les émissions suisses de gaz à effet de serre se sont élevées à 116 millions de tonnes d’équivalents CO2. Les gaz émis à l’étranger (76 millions de tonnes) représentent près des deux tiers de l’empreinte totale de la Suisse.

La Ministre de l’environnement du Canton de Vaud a préparé un projet de loi qui propose l’interdiction de la fracturation hydraulique «et toute forme de stimulation visant à fracturer la roche». Ca tombe bien, car une société gazière voulait justement utiliser cette méthode pour aller chercher du gaz sous le Lac Léman. Soulagement dans la communauté des poissons, qui auraient été en contact direct avec les produits chimiques nécessaires à la fracturation.

Au lieu d’un déficit de 250 millions de francs pour 2017, la Confédération Suisse affiche un bénéfice de 4,8 milliards! En dix ans, les erreurs comptables indiquent un surplus surréaliste de 30 milliards francs.

Norvège

Statoil est satisfaite de sa première installation d’éoliennes flottantes Hywind en Ecosse. Le système permet d’installer des éoliennes qui n’ont pas besoin d’être ancrées dans le fond de la mer.

Le fonds souverain norvégien, dont la cagnotte frise 1’000 milliards $, ne va plus investir dans les énergies fossiles comme le charbon.

 

Italie

Grâce au pétrole égyptien, le géant pétrolier ENI a battu son record pétrolier avec 1,92 millions b/j en décembre dernier.

Sylvio Berlusconi fait un retour surprenant sur la scène politique italienne. Les résultats seront connus en mars.

 

Ukraine

Jusqu’en 2025, Westinghouse Electric, USA, va livrer de l’uranium à 7 centrales nucléaires Ukrainiennes. Le régime local désire diminuer sa dépendance énergétique face à la Russie.

Dessin: L’excellent Chappatte

 

Les Amériques

USA-Schiste

Le Wall Street Journal souligne, avec tact, que l’industrie américaine de schiste a perdu 265 milliards $ depuis 2010.

Sur les 15 plus grands producteurs indépendants de schiste, seuls 5 ont commencé à payer des dividendes.

Dans les 7 années à venir, ExxonMobil espère tripler sa production de schiste dans le Bassin Permien et arriver à 600’000 b/j.

La demande pour le sable utilisé dans les forages de schiste est passée de 34 millions de tonnes en 2012 à plus de 100 millions de tonnes pour cette année. Les exploitants pétroliers ont fortement augmenté les quantités de sable afin de tenter d’extraire plus de pétrole. Si la technique fonctionne bien durant les premières semaines, elle ne permet pas d’extraire plus d’or noir.

La tonne de sable pour le schiste coûte 120$.

La production pétrolière américaine pourrait atteindre 11 millions b/j en 2019 (10,2 en janvier 18). L’Oncle Sam pourrait devenir le plus grand producteur mondial selon l’agence américaine de l’énergie.

Les producteurs de schiste sont sous pression pour trouver des milliards $ afin de financer l’expansion de leurs opérations. Corolaire à ce défi, ils devront réaliser des profits pour financer les financiers qui les financent. Le succès de cette mission pourrait influencer la production nationale tout comme le prix du baril sur le marché.

Si l’on peut supporter le postulat que le pétrole de schiste va augmenter dans les 18 mois à venir, il est plus ardu d’imaginer que la production sera aussi élevée en 2040. L’EIA n’hésite pas à franchir ce pas. Historiquement un forage de schiste s’épuise de 70 à 90% en 3 ans et les forages les plus prometteurs sont exploités en premier. L’EIA base ses prévisions sur des gisements qui n’ont pas encore été trouvés. Dans l’ambiance Trumpienne actuelle, ce détail passera certainement inaperçu.

 

Canada

Ce début d’année est compliquée pour le premier ministre Justin Trudeau. Il a d’abord été chahuté par une vive opposition de la population de Colombie-Britannique face au triplement de la capacité de l’oléoduc Trans Mountain, long de 1150 km entre Edmonton (Alberta) et Vancouver. L’oléoduc transportera terme 890’000 barils de pétrole des sables bitumineux.

Le premier ministre s’est également rendu en Inde où sa communication surjouée s’est retourné contre lui.

Il a également créé le buzz avec une phrase dont il a le secret.

Justin Trudeau: On ne dit pas “Mankind” mais “Peoplekind”

 

Asie

Inde

Durant les 20 prochaines années, l’Inde pourrait représenter le 40% de l’augmentation de la demande mondiale de pétrole. De 4,4 millions b/j, l’Inde pourrait passer à 9,7 en 2040. Le pays pourrait multiplier par 5 le nombre de voitures en circulation.

L’Inde a importé 4,93 millions b/j en janvier (+13,6% par rapport à 2017).

 

Australie

Tesla va équiper 50’000 foyers avec ses tuiles photovoltaïques afin de réaliser la plus grande centrale virtuelle électrique au monde (Virtual Power Plan). 1’100 premières maisons seront équipées gratuitement avec 5 kW de panneaux solaires et des batteries de stockages Tesla Powerwall de 13,5 kWh

Cela permettra aux Australiens de devenir producteurs et consommateurs (prosumer) de leur électricité, voir de vendre leur surplus à leurs voisins.

Une réduction de 30% du prix de l’électricité est prévue pour les citoyens.

Dessin Chappatte

 

Moyen-Orient

Iran

Comme dans une grande partie de l’Iran et du Moyen-Orient, Téhéran souffre dramatiquement de manque d’eau. La ville est fortement dépendante des pluies automnales et elles ne sont pas venues, même si la neige est tombée en février. On parle de rationner l’eau alors que les nappes phréatiques ne font que de diminuer.

Pour mémoire, l’un des élément déclencheur de la guerre en Syrie fut la sécheresse et des récoltes agricoles catastrophique.

En décembre, la production pétrolière s’est stabilisée à 3,83 millions b/j.

Le ministre du pétrole, Zanganeh, espère pouvoir augmenter la production de 1,7 million b/j avec l’aide de partenaires non-spécifiés. En décembre, les commandes de la Chine ont diminué de 17,2% à 510’000 b/j pendant que les exportations vers l’Inde ont diminué de 6,2%.

L’Iran va prochainement vendre du gaz liquide à Bagdad via son gisement South Pars, qui est également exploité par le Qatar. Lequel de ces deux pays captera le plus de ce gaz au nez et à la barbe de l’autre est une question qui n’a pas encore de réponse.

 

Irak

Le Ministre al-Luaibi a annoncé que les capacités d’exportations pétrolières se montent à 5 millions b/j dont 4,6 des installations dans le Sud.

L’Irak ambitionne de lever 100 milliards $ de la part des majors pétrolières internationales pour développer son pétrole, des raffineries, de la pétrochimie et des engrais. Il semblerait que Washington ne participera pas à ces investissements.

Par camions, le Gouvernement central va exporter 60’000 b/j de la région de Kirkuk dans une raffinerie iranienne. Jusqu’à présent, le pétrole de ces puits était expédié dans le port Turque de Ceylan par un pipeline opéré par les Kurdes.

Depuis la reprise par le Gouvernement des champs de Kirkuk, les Kurdes sont dans une position de soumission bien inconfortable qui ne demande qu’à exploser.

La Chine pourrait construire 2 raffineries de pétrole de 300’000 b/j. dans le pays.

Suite au départ de Shell du gisement de Majnoon, Total, Chevron, BP, PetroChina et Eni ont fait part de leur envie de reprendre le flambeau. Cependant, si Shell s’est retiré, c’est que financièrement la mariée n’est peut être pas aussi belle.

 

Liban / Israël

Le Liban a octroyé de deux zones d’exploration de gaz à Total, avec l’italien Eni et le russe Novatek. Comme une grande nappe de gaz se trouve entre Israël, Chypre, l’Egypte et le Liban, la situation s’envenime. Israël revendique le bloc 9, qui est frontalière des eaux territoriales israéliennes et selon Tel Aviv, cette poche se trouve dans des eaux maritimes qui n’appartiennent pas au Liban. «Ils ont lancé un appel d’offres pour un bloc qui de toute évidence est à nous ». Il ne manque plus que Donald Trump vienne la ramener pour garantir une bonne ambiance dans les mois à venir.

Afrique

Nigeria

Depuis deux mois, les pénuries de pétrole, qui paralysent le pays, empirent. Le plus grand producteur pétrolier africain n’a pratiquement aucune raffinerie et doit importer ses carburants. Même le milliard de litres de kérosène pour les avions a dû être importé en 2017.

Le pays doit importer 625’000 barils d’essence par jour.

Une nouvelle enquête de corruption a été ouverte pour le vol de pétrole pour un montant de 21 milliards $.

 

Libye

La production nationale a atteint une moyenne de 1 million b/j en janvier. Une première depuis 2013.

En 2017, la moyenne était de 817’000 b/j. Durant l’ère Kadhafi, elle était de 1,5 million b/j.
La production est loin d’être stabilisée alors que les milices se battent pour le partage des revenus et du pays.

 

Phrase du Mois

«Malgré la hausse des prix, la grande partie des exploitants de schiste américains font des pertes. Aucun signe d’amélioration n’est en vue. La moyenne des retours sur les actifs est à 0,8%.» Al Rajhi Capital, d’Arabie Saoudite.

« We would like to say «Peoplekind not necessarily Mankind, this is more inclusive ». Justin Trudeau, Premier ministre du Canada.

I am resolved that not a single drop from Trump’s new oil plan ever makes landfall in California.” Lt. Governor Gavin Newsom, chair of the State Lands Commission and a Democratic candidate for governor

 

Sources: avec Tom Whipple de ASPO USA et Resilience.org, FT.com, l’humour de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées minutieusement dans différents médias à travers le monde.