Propriétaires & coworking : je t’aime, moi non plus

Par Alexandre Clemente et Julien Grange

 

WeWork est sur le point de devenir le plus important locataire privé de surfaces de bureaux de la ville de Londres, avec plus de 102’000 m2 sous contrat1. Ne serait-ce que dans le centre de la ville, plus de 230’000 m2 d’espaces de coworking ont ouvert leurs portes en 2017, portant le total à plus de 4% de l’état locatif total des surfaces de bureaux2. S’il est une tendance qu’aucun propriétaire ne saurait nier, c’est bien celle de la prolifération des espaces de coworking. Comme expliqué dans un précédent article3, ils représentent pour les travailleurs de la connaissance la même révolution que fût l’usine de Ford et Taylor pour les travailleurs manuels. Cette nouvelle vision de l’espace de travail semble attiser les convoitises de toutes les couches de l’économie et leur présence sur le marché de la location est en constante croissance. Ce qui est aujourd’hui intéressant d’observer est l’attitude des propriétaires face à ce phénomène. Jusque-là, la plupart de ces derniers s’étant lancés dans l’aventure l’ont fait simplement en louant leurs espaces à des opérateurs de coworking existants à travers des baux traditionnels de longue durée. Mais au fur et à mesure que le marché croît et murit, beaucoup d’entre eux – reluquant les retours attractifs des opérateurs – pensent à prendre le train en marche. British Land – un des plus importants propriétaires d’Angleterre – vient par exemple de lancer son propre opérateur: Storey4. Blackstone vient lui de devenir actionnaire majoritaire de TOG (The Office Group)5. Le choix est toutefois plus complexe qu’il n’y paraît. Intégrer le coworking à son portefeuille immobilier se décline en 3 stratégies bien distinctes et il convient de les passer une à une à la loupe avant toute prise de décision hâtive. (suite…)

Lire la suite

WEF 2018 Édito : Globalisation et cultures authentiques

Je me demande souvent ce qu’est un État-nation. Qui doit y adhérer ? Le fait d’être né à un endroit nous donne-t-il des traits si fondamentalement différents de ceux d’un autre né quelques dizaines, centaines ou milliers de kilomètres plus loin ? Si différents que l’on n’aurait d’autre choix que de faire partie d’une seule et unique communauté qui est celle de notre lieu de naissance, seule doctrine correspondant à nos idéaux les plus profonds ? La France, mon Pays, ma Patrie… God bless the United States of America… Kurdes, Palestiniens et Massaï revendiquent également une culture à part entière, sans même faire partie d’un État. Ou bien faisons-nous tout pour s’auto-convaincre de la supériorité de la culture prônée par le royaume duquel nous faisons partie, pour se donner de l’importance et de la voix dans un jeu de coudes contre le reste de l’Humanité ? (suite…)

Lire la suite

Isolement et mixité sociale au siècle de l’urbanisation

Avez-vous déjà traversé la route devant Shibuya Station à Tokyo ? Fait un tour dans le quartier de Mong Kok à Hong Kong ? Fêté le Nouvel An sur Times Square à New York ? Si c’est le cas, vous avez été témoin de l’un des plus grands défis des générations à venir : l’urbanisation. Si le 19ème siècle fut celui des empires, le 20ème celui des états-nations, le 21ème sera sans hésitation celui des villes.  D’ici à 2050, 66% de la population mondiale y vivra – contre déjà 54% aujourd’hui. En tenant compte de la croissance démographique, cela représentera une augmentation de 2.5 milliards de citadins1. (suite…)

Lire la suite

Violence et pensée positive au 21ème siècle

.

Depuis le début de cette série d’attaques et d’attentats en Occident, je ne me suis jamais exprimé sur le sujet. Sans doute avais-je l’impression d’être dépassé par les évènements, abasourdi par la violence de ces actes sans pitié ni empathie. Et puis peut-être parce qu’ils se sont rapprochés de moi, vivant à Londres, de ma sœur à Berlin, ou de quelques amis à Paris, à Nice et à New York – même si je n’ai probablement toujours pas mieux saisi les motivations profondes de ces actes de barbarie – ils ont commencé à avoir sur moi les effets pervers de la peur et de l’angoisse. Et ça, je ne l’accepterai pas. Je trouve aujourd’hui important de faire éclater certaines idées reçues et d’exprimer quelques pensées positives. Saviez-vous que le monde n’a jamais été aussi pacifique qu’aujourd’hui ? Ayant commencé le millénaire avec le 11 septembre, l’Irak, l’Afghanistan, Darfour, et la Syrie, et après avoir vécu les épisodes sanglants décrits en début d’introduction, je conçois qu’il est difficile de le croire. Et pourtant, l’Humanité n’a pas l’air d’avoir connu de période plus paisible. (suite…)

Lire la suite

Presse 2030 : flux de revenus et démocratie

36 personnes licenciées entre Le Temps et l’Hebdo, 19 au 24 Heures et 12 à la Tribune de Genève. Le bénéfice annuel du New York Times a chuté de 25.6% entre 2015 et 2016 et le nombre de journaux britanniques a diminué de 181 depuis 2005. Le point commun entre ces anecdotes ? Les réductions des revenus publicitaires, nettement plus prolifiques à l’époque du règne du journal papier. En plus d’être passés à des marges infiniment plus basses, les médias ont perdu la première bataille de la réclame en ligne : 85% des revenus qu’elle génère aux Etats-Unis vont dans la poche de Facebook et Google (1er trimestre 2016). La presse souffre, boite et agonise. Est-elle une industrie parmi tant d’autres à se faire secouer par les forces démoniaques de la digitalisation et de l’automatisation ? Certainement. Mais pas que. Dans un contexte de Fake News, de personnalisation des fils d’actualités des réseaux sociaux et de véritable course aux clics, le destin de millions de journalistes passionnés paraît étroitement lié à celui de la pureté de l’information et de la démocratie. Analysons ici quelques pistes qui pourraient faire que le journal de demain soit tout d’abord toujours sur pieds, mais également en accord avec sa raison d’exister : informer juste, pour faire la part belle au libre arbitre.

(suite…)

Lire la suite

Londres : Balade en forêt

Pour vivre pleinement l’expérience de ce qui va suivre, je vous demanderai d’écouter pendant la lecture le somptueux album de Ludovico Einaudi : Una mattina

.

Vous êtes-vous déjà retrouvé au pied d’un gratte-ciel, le regard tourné vers le ciel, à la fois fasciné et intrigué par l’imposante structure de verre et d’acier qui se dressait devant vous ? Impossible de la quitter des yeux, comme happé par l’incroyable charme impérial des centaines de mètres de béton occupant la majeure partie de votre champ de vision ? Une sensation de vertige mêlée à une envie pressante d’y grimper s’empare de vous, vous marchez maladroitement le long d’un de ses murs en en oubliant la raison même de votre présence à son pied, quand vlan ! Un passant vous rentre dedans vous heurtant l’épaule droite. Vous perdez le contrôle de votre Caramel Macchiato qui repeint le blanc étincelant de votre chemise tout juste sortie du pressing, c’est le dur retour à la réalité. Vous repartez d’un pas ferme, le regard dans les chaussettes, agacé de vous être laissé distraire par le monstre de béton et honteux de l’avoir été en public. (suite…)

Lire la suite

WEF 2017 : Globalisation vs Protectionnisme

Comme à son habitude, Klaus Schwab a touché juste. Avec son accent allemand à couper au couteau qui lui donne involontairement un brin d’autorité, il lance les quatre jours de rencontres et conférences en introduisant habilement le sujet des débats : Responsive & Responsible Leadership. En français, gestion réactive et responsable. Sur un ton posé à la fois alarmiste et paternel, le fondateur du World Economic Forum met ses invités face à leurs responsabilités. (suite…)

Lire la suite

Trump : un défi helvétique ?

S’il y avait une leçon à retenir de la récente élection de Donald Trump – au-delà de toutes convictions politiques ou idéologiques – c’est que l’immobilier mène à tout. Le sous-jacent d’une compréhension globale du monde de la pierre n’est rien d’autre que l’étude approfondie des tendances collectives et individuelles de la vie d’une population. Le new-yorkais septentenaire, s’est prêté au jeu depuis son plus jeune âge, ce qui lui a probablement permis d’exploiter la brèche qui l’a mené au sommet du monde libre.

. (suite…)

Lire la suite

Destinée Humaine 4.0

Chers lecteurs,

.

Pourquoi êtes-vous sur terre ? Qu’allez-vous devenir une fois morts ?

.

Je vous demanderai de garder ces questions en tête pendant la lecture de cet article.

.

En tant que Millénial en milieu de vingtaine, je vois ma génération vivre une crise de quart de siècle décuplée par une impossibilité́ à se calquer sur la précédente. Dans ce contexte d’incompréhension de l’avenir, je voue une attention toute particulière à quiconque pourrait me servir d’éclaireur. Deux personnages ont tout naturellement retenu mon attention : Klaus Schwab et Jacques Attali. Si les trames de leurs ouvrages respectifs ont des trajectoires quelque peu différentes, elles ont bel et bien un même et unique but : la quête du bonheur sur terre. Laissez-moi par cet article y ajouter ma griffe.

(suite…)

Lire la suite

Immobilier 2030 : Esquisse d’une disruption

23 juillet 2030, 7h30 du matin, le monde et son milliard de nouveaux habitants se réveillent de bonne heure et les jumelles Federer fêtent aujourd’hui leur 21ème anniversaire – nous a annoncé le grisonnant Darius dans le 19h30 d’hier soir. Autres nouvelles importantes, les premières voitures sans conducteurs ont emprunté vendredi dernier la flambant neuve traversée du lac et la ligne Léman Express célèbre ses 10 ans de mise en service. En cette année 2030, la viande est imprimée en laboratoire, les enfants apprennent à coder au jardin d’enfants, les carences alimentaires du corps humain sont surveillées par une puce implantée sous la peau, des drones arrosent les cultures, sauvent les blessés en montagne et effectuent des livraisons. Pensez-vous que notre rapport à l’immobilier n’a pas changé ? Dans ce climat de perpétuelle innovation, il serait légitime d’en douter. Si notre plus grande motivation vient probablement du fait de ne pas connaître le déroulement exact du futur, essayons-nous ici tout de même à peindre l’hypothétique tableau de l’immobilier 2.0. (suite…)

Lire la suite