A quel point les inondations s’aggraveront-elles?

Les pluies intenses et les inondations ont énormément augmenté, partout dans le monde.  Cette semaine, la Colombie-Britannique, au Canada a essuyé des précipitations exceptionnelles. Elles ont déclenché des nombreux glissements de terrain qui ont coupé la ville de Vancouver du reste du Canada. Le ministre local de la sécurité publique a déclaré que ces intempéries étaient indubitablement liées au réchauffement climatique, qui a déjà exposé cette région à une vague de chaleur de 49.6°C cet été.

L’humidité atmosphérique s’accroît de 7% par degré de réchauffement, selon la relation de Clausius-Clapeyron (C-C).  Cependant, le rapport du GIEC relève que les pluies intenses augmentaient plus vite, de 7 à 14% par degré (en tenant compte des valeurs mesurées jusqu’en 2018; IPCC_AR6_WGI_Chapter_11).

Le chercheur Prein a étudié la formation des orages dans le climat présent et futur. Il s’est penché sur les grands orages (MCS) dans le centre des Etats-Unis. Ils sont déjà plus longs,  plus fréquents et plus graves .

Dans le Futur, toutes les régions du monde connaîtront probablement une augmentation de la fréquence de ces grandes tempêtes (lien).  Ces intempéries sont parfois accompagnées de grosse grêle et de tornades.

Les orages seront plus grands, si l’énergie potentielle convective augmente et leur permet de s’étendre.  Ce sera probablement le cas, car la couche limite sera plus chaude, et contiendra plus d’humidité (Prein et al).  L’auteur mentionne que ces résultats recoupent ceux d’études antérieures.

L’intensité des pluies augmentera particulièrement. Les événements horaires de précipitations extrêmes, tels que la pluie intense qui a inondé Lausanne en moins de 30 minutes en 2018,  devraient augmenter considérablement dans presque toutes les régions terrestres d’Amérique du Nord. Des augmentations des fréquences extrêmes allant jusqu’à 400 % sont prévues par cet auteur.

Les pluies très intenses et très rapides doivent être traitées par un aménagement adéquat des villes. Il faut savoir aussi si ces forts orages peuvent être accompagnés de tornades, de grêles, ou de vents très forts.

D’autres études suggèrent que le réchauffement climatique, et que la diminution d’aérosols aussi favoriseront la formation des rivières atmosphériques, porteuses de pluies abondantes (Beak and Lora, Nature Climate Change).

Des pluies très importantes se produisent ces dernières années à plusieurs endroits qui globe. Carbon Brief rapporte qu’en Australie, les pluies intenses ont augmenté trois fois plus vite que l’humidité atmosphérique en 2013 déjà (lien).

D’autre part, des précipitations très intenses semblent s’être produites dans le passé terrestre.  Un article que j’ai trouvé par Futura Sciences semble montrer que lors de la période de réchauffement PETM, la quantité de lithium dans les mers a baissé, ce que les auteurs expliquent par un grand afflux d’argiles dans les océans, une forte érosion et un fort flux de sédiments.  D’immenses pluies ont peut-être provoqué ces écoulements. Elles auraient ensuite permis la réaction du CO2 atmosphérique de réagir avec les roches mises à nu , et la stabilisation du climat (Science Advances; Futura Sciences). D’autres auteurs décrivent d’immenses rivières du passé (Mike Benton), ou d’immenses orages dans des périodes géologiques plus lointaines et plus chaudes (lien).

Excusez-moi de fournir ainsi des éléments épars. Le fait est que les pluies deviennent des déluges, et cette tendance pourrait continuer, les dégâts seraient alors décuplés. Je dois faire une analyse en détail, et proposer une estimation des événements futurs,  futures, mais cela nécessite plus de temps.

Ancien blog Etats-Unis: https://blogs.letemps.ch/dorota-retelska/2021/05/02/biden-lance-un-plan-pour-lemploi-et-securiser-les-infrastructures-contre-le-rechauffement-le-fera-t-il-bien/

 

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

17 réponses à “A quel point les inondations s’aggraveront-elles?

  1. Oui, les rivières atmosphériques sont en grande augmentation avec le réchauffement climatique. L’Allemagne, la Belgique et le Canada en sont les tristes exemples en 2021. SOLIDARITÉ AVEC LES VICTIMES DU CHANGEMENT CLIMATIQUE.

    1. Les prévisions des dégâts du Covid sans confinement ni vaccin ont permis de faire le confinement, les masques et les vaccins. Pour ces trois raisons il y beaucoup moins de morts. L’augmentation des inondations et des pluies est très claire. elle continue et s’aggrave depuis au moins 20 ans.

      1. Tout à fait d’accord avec Dorata. SEULES 1.2% des 5000 grandes entreprises ont fait une analyse de leurs risques climatiques en 2019. Cela va devenir OBLIGATOIRE pour les entreprises suisses de plus de 40 million de chiffre d’affaires en Suisse à partir de l’exercice 2023 selon la DÉCISION ÉCRITE DU CONSEIL FÉDÉRAL LE 18 AOÛT 2021. Le risque D’INONDATIONS doit y être inclus…

  2. Il n’existe qu’une seule méthode pour se protéger des inondations : capter les ruissellements de surface le plus en amont possible des bassins versants (réserves collinaires, bassins d’expansion des crues, bassins de rétention, etc …), autrement dit reconstruire de TOUTE URGENCE les fameuses digues que l’état a fait détruire au nom de la continuité écologique des cours d’eau … On avait 30 ans pour se préparer au dérèglement climatique et au lieu de construire on a détruit …

    1. @Denise Laurent
      Idem en Belgique. J’habite à côté de Begijnendijk, un patelin bien décrit par son toponyme. Malheureusement, ces digues construites jadis grâce sous l’impulsion des béguines locales pour se protéger des crues fréquentes de la Dijle ont été détruites depuis longtemps et, en 2003, une crue exceptionnelle a paralysé la région pendant près de deux semaines.
      (Dans le courant de l’après-midi, je mettrai une photo de la statue érigée en l’honneur de ces béguines dans WikipediA)

      1. Merci de m’avoir appris un mot que je ne connaissais pas. Les béguines sont des religieuses laïques.
        CRS anciennes digues qui ont cédé, c’est la preuve que “plus de digues” ne fonctionne pas.

    2. Vu la force croissants des inondations, il faut au contraire renaturer les cours d’eau pour ralentir les flux…
      70 cm de pluie en 24h (700 litres par m3), comme en toscane récemment, ne seront pas maitrisés par du béton a tout va…
      Ceux qui ont été trompés et ont construit en zone inondable devront être relogés.
      Le futur, ce n’est pas plus de la même chose, mais moins ET mieux!

  3. Le problème n’est pas lié au climat, désolé, mais il suffit de regarder ce qui s’est passé en Allemagne pour se rendre compte que ce sot des immenses surfaces agricoles qui ont drainé l’eau et ont conduit à ces grosses inondations. Depuis des décennies, pour optimiser le rendements agricoles et faciliter les cultures on a partout supprimé les haies et taillis de bocage. Résultat, lors de grosses pluies, plus rien pour retenir l’eau du ruissellement direct vers des ruisseaux qui deviennent soudain de grosses rivières boueuses qui inondent tout.
    Il ne faut pas se tromper sur la cause, les haies et taillis retiennent et conservent l’eau par les racines des plantes qui y poussent. En les supprimant on a crée des autoroutes à inondations et le climat n’a strictement rien à voir avec cela,

    1. Dans le chapitre 11 du rapport du GIEC, ils notent que les plus grandes pluies augmentent, les mesures de pluviométrie indiquent qu’elles sont plus abondantes sur la plus grande partie de la Planète. Il y a en particulier des courtes pluies très intenses, de 10-30 minutes, comme mentionné dans l’article de Carbon Brief sur l’Australie et des grosses grêles. Les scientifiques calculent que les pluies et les inondations augmenteront avec la température.

    2. L’un empêche pas l’autre. On a des autoroutes à inondation ET un changement climatique sans précédant.
      Nier l’evidence vous rassure peut être, mais ne change rien aux faits.

  4. Les inondations s’aggraveront si on ne fait rien pour les éviter. Mais, justement, dans certains pays, en France pour ne citer qu’elle, depuis un demi siècle, on met tout en œuvre dans ce but.

    En 1910, la vallée de la Seine a connu des inondations exceptionnelles. Pour éviter que cela se reproduise, dans les années soixante, l’ Institution Interdépartementale des Barrages-Réservoirs du Bassin de la Seine (IIBRBS) a fait construire, en dérivation de la Seine, cinq lacs artificiels d’une superficie totale de plus de cent km2 destinés à réguler le débit de la Seine, de la Marne et de l’Yonne.

    Non seulement ces lacs ont, plusieurs fois, prouvé leur efficacité mais ils ont aussi donné naissance à un très beau parc naturel, le Parc de la Forêt d’Orient.

  5. Nous avons 10 à 15 ans maximum pour redresser la barre du changement climatique et minimiser les inondations futures. Avec l’option “laissez-faire” de la végétation qui absorbe (dans un contexte de forêts que l’on détruit: l’Amazonie en 2021 émet plus de CO2 qu’elle n’en absorbe) ainsi que des sols qui fixent le CO2, on en a pour au moins 100 000 ans avant de redresser la barre avec le statut quo actuel !!! Les volcans sont négligeables en comparaison comptant pour 1/300 ème du CO2 émis par l’Humanité. Pour le changement climatique, on doit AUSSI prendre en compte le méthane largué dans l’atmosphère qui s’accélérerera avec la fontes des pergélisols (sols gelés du nord du Canada et de la Russie) avec l’augmentation de températures par le changement climatique et nous propulsera dans un cercle vicieux : fantastique expérience en temps réel avec la seule planète qui abrite la vie humaine… Conclusion: agissons MAINTENANT en fermant en priorité le 5% des centrales à charbon les plus polluantes qui produisent 75% des émissions des centrales à charbon, en Pologne, Allemagne, Inde et Chine…
    https://ourworld.unu.edu/en/climate-change-what-happens-after-2100

  6. Tant que l’on bétonnera sans doute, mais surtout, tant que l’on répandra des millions de tonnes de pesticides qui tuent les terres et leurs bios, c’est certain que notre planète va étouffer !

Répondre à Dorota Retelska Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *