Qui remplacera la voiture à pétrole ?

Inventé en 1887, le bon vieux moteur thermique montre des signes de faiblesse. Incapable d’améliorer son efficience énergétique et de diminuer ses émissions polluantes, il doit sa survie grâce aux pétroliers et à la frilosité de l’industrie automobile face aux changements.

Comme les ampoules électriques, terrassées par les performances des LED, le moteur à essence n’est pas loin de céder sa place à la voiture électrique, à hydrogène ou autre. A défaut de répondre aux changements climatiques, nous assistons à un combat géopolitique entre pays pour imposer son type de véhicules et ses standards.


 

Dans cette bataille, les acteurs sont connus : la vieille Europe, la Chine, les USA ainsi que le Japon et la Corée du Sud.

Une certitude : le moteur à explosion entre dans une ère de déclin. Depuis plus de 100 ans, les gains d’efficience n’ont que peu évolué. Sur 10 litres de carburants, 2 litres seulement servent à propulser le véhicule. Le reste est gaspillé sans autre forme de procès.

 

Honda Clarity à Hydrogène

 

Too fat to Move

Les mastodontes européens comme Mercedes, Audi, VW, Fiat ou les américains GM ou Ford entrent à reculons dans l’évolution de leurs moteurs. Il aura fallu le scandale des moteurs truqués pour initier une petite flamme. Cependant, le problème principal réside dans le fait que ces géants sont devenus bien trop gras pour bouger et pour innover.

Leur inertie est maintenant bouleversée par les 400 constructeurs chinois d’automobiles électriques bien plus agiles et agressifs. (voir BYD)

Un directeur de l’innovation de BMW me confiait récemment. «Il y a 3 ans, nous avions plus d’une centaine de doctorants dans nos centres en Chine. Cette année, nous avons eu de la peine à en trouver une poignée. Aujourd’hui, les étudiants privilégient les constructeurs chinois plus dynamiques et moins «old fashion». S’il y a 5 ans, les modèles chinois nous faisaient sourire, aujourd’hui, ils sont en passe de nous dépasser.»

 

Electricité ou Hydrogène

La nature ayant horreur du vide, la Chine a immédiatement trouvé sa place. Au lieu d’entrer en confrontation frontale, Pékin a élaboré de nouveaux standards pour dépasser ses concurrents en prenant une autre voie: la voiture électrique.

En plus d’être propriétaire de plus de 90% des terres rares, métaux essentiels aux batteries et aux composants électriques, Pékin a patiemment ratissé et acheté les gisements de lithium à travers le monde. La boucle est bouclée et la Chine tient fermement son os. Il devient de plus en plus difficile de construire une voiture électrique sans le feu vert de Xi Jinping.

Quant au gouvernement français, il fait une pierre deux coups en instruisant Renault et PSA d’utiliser l’électricité pour promouvoir autant ses champions du nucléaire que ceux de l’automobile.

Là encore, il s’agit d’une préoccupation essentiellement économique et stratégique sans se soucier de l’écologie. Cela explique qu’à ce jour, le recyclage des batteries n’est pas inclus dans le business modèle.

 

Hydrogène

L’hydrogène s’appuie sur les faiblesses des voitures électriques et thermiques : pollution et rayon d’action. Alors que la pollution est réduite, le rayon d’action des véhicules à hydrogène est identique aux versions à carburant.

De plus, les camions électriques mettent au défi les batteries et la stabilité des réseaux. Dans ce domaine, l’hydrogène s’impose. Avec une autonomie de 600 km voir 1’000 km, Alstom a lancé ses trains en Allemagne pour remplacer le diesel.

Du côté des USA, Toyota Motors, le camionneur Kenworth et Shell se lancent dans la construction d’un «truck hydrogène» pour le port de Los Angeles ainsi que d’un réseau de stations à d’hydrogène. Pour les voitures, la Californie propose déjà 33 stations de recharges pour les 4’500 voitures en circulation.

Pas encore sous l’étreinte chinoise, les coréens Kia et Hyundai ainsi que les japonais Toyota et Honda en ont profité pour prendre le large avec leurs Mobis, Mirai ou Clarity.

Mieux encore, dans les 10 prochaines années Hyundai va investir 6 milliards € pour mettre en circulation annuellement 500’000 voitures alimentés par des piles à combustible. Le coréen va également équiper ses camions et attaquer le marché européen.

 

Entre ces deux types de véhicules, nous pourrions également assister à un partage possible. Les voitures électriques pour les petits trajets urbains et l’hydrogène pour les déplacements plus lointain entre les villes. Mais cela n’est que pure spéculation.

La voiture, que nous conduirons demain, sera certainement le résultat du bras de fer qui s’engage aujourd’hui.

 

 

Tempêtes et Bouleversements dans les Energies

Solidement arrimé à la voiture et aux avions, le pétrole voit son hégémonie vaciller. EDF a fini par avouer que l’électron nucléaire n’est financièrement plus compétitif avec les énergies renouvelables. Le pétrolier Shell débute la vente d’électricité. Les technologies «Smart» catapultent les simples citoyens contre le monopole des producteurs d’électricité. La Chine prend le leadership énergétique mondial face aux USA.

N’en jetez plus ! Nous avons la chance d’assister à un brassage de cartes qui touche toutes les énergies et pulvérise les certitudes.


Au sommet de la pyramide, l’or noir tremble.

Après l’Angleterre, la France, la Norvège, l’Inde, c’est au tour de Pékin de s’interroger sur l’interdiction programmée des ventes de voitures à pétrole. Les 28 millions d’unités vendues chaque année en Chine, ne laissent aucun constructeur indifférent surtout que les prix de vente des véhicules à essence et électriques devraient arriver à parité d’ici à 2025-2029.

De leur côté, les pétroliers s’inquiètent de l’impact sur la consommation. Même si le pétrole reste dominateur, une diminution de 3-5 millions de barils par jour, va déstabiliser les marchés et les prix.

Ainsi, il n’est pas surprenant de voir Shell, commencer à vendre de l’électricité à la place de l’essence, où Total d’acheter 23% des actions de l’entreprise Eren et sa production d’électricité hydraulique et éolienne. Le français est déjà propriétaire de Saft, batteries de stockage, ainsi que des panneaux solaires SunPower et Total Solar.

Même dans le ciel, la révolution s’installe. Un premier avion électrique capable de transporter 10 personnes sur 1’000 km est à l’essai. L’entreprise Allemande, Volcopter, propose un «drone-hélicoptère» autonome et électrique, capable de transporter 2 passagers.

Les producteurs de kérosène toussent.

 

Volcopter: le premier taxi aérien électrique et autonome à Dubai

 

Le nucléaire voit son avenir dans son sabordage

Au niveau de l’atome, c’est au tour de la Corée du Sud d’annoncer sa sortie du nucléaire dans les décennies à venir, pendant qu’EDF avoue que l’électricité nucléaire n’est financièrement plus compétitive face au solaire et à l’éolien.

De manière totalement inattendue, l’arrêt du nucléaire allemand a précipité la course au démantèlement des réacteurs. En effet, les entreprises allemandes se sont positionnées dans ce marché. Autant la France, les USA, la Corée du Sud et le Japon ne veulent pas manquer cette nouvelle opportunité commerciale estimée à plus de 1’000 milliards $.

Du côté des propriétaires des centrales, les parades comptables ont été trouvées en transvasant les réacteurs nucléaires ainsi que les centrales à charbon et à gaz dans des entités d’actifs risqués.

Mais même ces artifices ne suffisent plus. Ainsi, l’indétrônable producteur électrique allemand EON, noyé sous les dettes, pourrait être racheté par le Finlandais Fortum.

 

Chute des prix de l’électricité

Pour la deuxième année consécutive, les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables vont dépasser ceux des énergies fossiles. Si l’on en croit Bloomberg New Energy Finance, d’ici à 2040, le prix du solaire devrait encore diminuer de 66% et l’éolien de 47%. La parité avec les énergies fossiles sera atteinte dans les 10 années à venir.

Sans attendre cette prévision, le géant éolien danois, Dong Energy, a cessé de demander des subsides pour ses installations. Même avec des solutions de stockage, elles deviennent financièrement concurrentielles.

De son côté, l’Arabie Saoudite profite de mettre aux enchères des concessions pour exploiter l’énergie solaires et de tester le modèle d’affaire face aux centrales nucléaires. Les premiers résultats sont édifiants. Le prix de l’électricité solaire devrait atteindre 2,5 ct € le kWh.

La Chine et la Russie au nez et à la barbe des européens

Les USA sont en passe de gagner leur pari : freiner les livraisons de gaz et de pétrole de la Russie vers l’Europe.

Logiquement, ce mois a vu le rapprochement fulgurant de Pékin et de Moscou.

Le Chinois SEFC China Energy vient d’acquérir pour 9,1 milliards $, soit 14,15%, le pétrolier russe Rosneft.

CEFC lorgne maintenant sur l’énergie hydroélectrique de l’entreprise russe EN+.

La Banque of China a accordé un prêt de 2 milliards $ à Gazprom sous l’emprise de l’embargo USA-Europe.

Avec le chaos qui règne à Washington, la Chine a clairement pris le leadership mondial sur les énergies. La Russie l’a parfaitement compris et joue sa carte.

 

Le citoyen: cet homme qui avait disparu des cartes

Même s’il reste encore des quantités phénoménales de pétrole et de gaz dans le sol, les ouragans de ces dernières semaines ont délicatement souligné les contours du réchauffement climatique.

La vitesse des changements opérés dans le monde des énergies poussent les pays et les acteurs à monter dans le train d’autant que l’opportunité est trop belle de laisser les USA patauger avec leur exceptionnel président.

Cerise sur le gâteau, le citoyen, qui n’a pas eu droit au chapitre durant des décennies, a maintenant la possibilité technique de devenir lui-même un producteur et vendeur d’énergies. Qui aurait pensé que cet oublié reprenne le contrôle?

Nous vivons des mois historiques et passionnants.

 

 

Energies, Economie, Pétrole: Revue Mondiale Juillet 2017

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies.

– Automobile: Très mauvais mois pour l’industrie
– Allemagne: Les voitures allemandes truquées
– Arabie Saoudite: Le Roi s’impose et serre la vis
– France: 17 centrales nucléaires à l’arrêt
– Israël: Un avion électrique avec 9 personnes et 1’000 km
– Japon: Les déchets radioactifs dans le Pacifique
– Chine: Une ferme solaire en forme de Panda.


 

Après avoir passé tout le mois vers les 45$, le pétrole s’est réveillé durant les derniers jours pour repasser sur la barre des 50$. Il termine à 51.49$ à Londres (47,42 juin) et 49.04$ à New York (44.93 juin).

L’uranium bronze sur la plage et ne fait rien 20.50$ (20.10$ juin).

Bien que les USA exportent 2,3 millions de barils/jour, ils sont toujours de grands importateurs.
Source EIA, graphique: Financial Times

 

Un mois Historique?

Est-ce que juillet 2017 entrera comme le tournant historique de la voiture à pétrole?

Durant ce mois, la France et l’Angleterre ont émis le souhait de renoncer aux voitures à essence et à diesel dès 2040. La Suisse suggère 2025 comme la Norvège et la Hollande. Volvo va électrifier sa flotte dès 2019. Londres a augmenté les tarifs pour entrer dans la ville en voiture. En Allemagne, c’est la Bérézina chez les constructeurs tricheurs.

Stuttgart pourrait voir l’interdiction des voitures au diesel. La nouvelle Tesla Model 3 est sortie des usines.

A 180 degrés, l’industrie de l’aviation et Boeing espèrent démultiplier les ventes et former des milliers de nouveaux pilotes d’ici à 2040.

 

Monde

Depuis le début de l’année, 15 champs pétroliers d’une capacité totale de 8 milliards de barils ont été mis en chantier. Ils étaient 12 avec 8,8 milliards de barils en 2016. Ce chiffre est encore loin de la moyenne de 40 champs durant les années 2007-2013.

 

OPEP

Les exportations de l’OPEP continuent d’augmenter +700’000 à 33 millions de barils/jour (b/j) mais un tour de vis est demandé par l’Arabie Saoudite pour faire remonter les cours.

La Lybie et le Nigeria, qui ont échappé à toute limitation de production, pourraient se voir intégrer dans le processus. Les deux pays ont apporté 500’000 b/j de plus dans les marchés.

 

Peak oil

Le CEO de Saudi Aramco souligne qu’il manque 1’000 milliards $ d’investissements pétroliers et qu’il est nécessaire de trouver 20 millions b/j d’ici à 5 ans pour compenser l’épuisement des gisements actuels.

 

Nucléaire

Selon EUROfusion, le premier réacteur nucléaire à fusion pourrait générer de l’électricité d’ici à la deuxième partie du siècle. Les ingénieurs ne précisent pas le coût du kWh.

Dessin Chappatte

 

Arabie Saoudite

Les changements à la tête du pays dépassent les intrigues de la série Dallas et son univers impitoyable.

Dans les derniers épisodes, le Roi Salman bin Abdulaziz avait concentré le pouvoir dans les mains de son fils Mohammed Bin Salman (31 ans) et viré son neveu Mohammed bin Nayef (57 ans) qui était destiné à devenir Roi à la mort du Roi.
Dans l’épisode de ce mois, le neveu banni est en état d’arrestation. Pour éviter de se faire poignarder dans le dos, le Roi a créé le Ministère de la “Sécurité Intérieure” avec à sa tête, son ami le Géneral Abdulaziz al-Howairini. Comment vont réagir les membres écartés de la famille royale? Est-ce la production pétrolière sera impactée? Nous le verrons dans les épisodes à venir.

L’Arabie Saoudite et la Russie tapent le poing sur la table et demandent aux pays de l’OPEP de respecter les quotas d’extraction de pétrole afin d’enlever 1,8 million b/j.

Ryad a lancé un appel d’offre pour construire une ferme d’éoliennes de 400 MW.

La dispute entre l’Arabie Saoudite et le Qatar aurait éclaté grâce à l’ami Donald Trump. Lors de sa visite à Ryad, l’Agent Orange aurait encouragé l’Arabie à se lancer dans ce concept. Depuis les USA rament pour calmer tout ce beau monde.

 

Allemagne

Impossible de ne pas mettre l’Allemagne en tête du hit parade de ce mois.

Splendide «Une» du Spiegel qui illustre l’Amitié entre Volkswagen, Audi, Porsche, BMW et Mercedes-Daimler. Les dirigeants se sont accordés sur les méthodes de contournement des tests anti-pollution et autres “détails” pour qu’au final, les grandes allemandes soient bien plus que des voitures.

Après VW, c’est Mercedes Daimler qui avoue tricher et faire joujou avec le CO2 et quelques substances nocives mineures. Le constructeur a tacitement reconnu l’existence d’un problème majeur de dépollution de ses moteurs en ordonnant, le 18 juillet, le rappel spectaculaire de plus de 3 millions de voitures. La Mercedes Classe B ressort particulièrement bien du lot avec des émissions de Nox 8,6 fois supérieures à la norme.
Du côté de Porsche, les heureux propriétaires de Cayenne vont devoir repasser au garage pour enlever un logiciel qui s’est glissé “par erreur” dans le moteur.

Il faut comprendre les constructeurs Allemands. Comme les prix de leurs voitures sont bas, ils doivent forcément limer quelque part.

La ville de Stuttgart pourrait interdire les voitures à diesel pour des raisons de santé et 15 autres villes allemandes pourraient suivre.

Toujours au rayon «communication made in Germany», la chancelière Merkel s’époumone à convaincre Trump d’agir sur le climat. En fait, l’Allemagne ne va pas arriver à atteindre ses objectifs de réduction de CO2 car Berlin continue d’augmenter sa production électrique à base de charbon.

La Une de Spiegel, 22 juillet 2017

 

Russie

Avec un prix du baril à 50$, la croissance de l’Economie Russe pourrait atteindre 1,4% cette année.

Exxon Mobil s’est vu refuser l’autorisation de forer dans la Mer Noire par Washington et s’est pris une amende de 2 millions $ par le gouvernement Trump. Le gouvernement US a également fait pression sur le Japon pour ne pas collaborer avec la Russie dans les domaines pétroliers et gaziers.

Moscou tente d’acquérir 49,9% des actions de l’entreprise américaine US Citgo en rachetant les actions à l’entreprise nationale vénézuélienne de pétrole. Citgo possède de très nombreuses stations d’essence aux USA.

L’américain Schlumberger a acquis la majorité dans l’entreprise russe Eurasia Drilling Co. Ltd. Eurasia est l’une des plus grande entreprise mondiale dans le forage onshore. Cet achat va tester Washington sur l’embargo pétrolier américain.

 

Les Etats Unis d’Amérique

Après “l’Indépendance Energétique” suivit par “l’Abondance Energétique” d’Obama, Trump plébiscite la “Dominance Energétique” des USA. Tous ces mots sont comme un trop grand repas. Au final, ça se termine toujours par un régime.

20 ans après l’Europe, l’industrie éolienne offshore arrive aux USA. Pour l’instant, le manque d’industriels américains actifs dans ce domaine freine son expansion. Comme Goldman Sachs avait acheté au rabais 18% des actions de Dong Energy, le champion éolien danois, et que la moitié des banquiers de Goldman Sachs travaillent pour Trump, on peut imaginer une issue favorable.

Le show satirique Saturday Night Live, SNL, a perdu l’une de ses mascotte favorite: Sean Spicer, le porte-parole du gouvernement. Ce dernier a décidé de démissionner suite à la venue du nouveau directeur de la communication, Anthony Scaramucci, ex Goldman Sachs.

Les USA avalent le 20% de la production pétrolière mondiale soit 20 millions b/j. Les 2/3 proviennent du Canada. La production US devrait atteindre 10 millions b/j en 2018 dont 20% des forages offshores du Golfe du Mexique.

Les déchets nucléaires des centrales pourraient être transférés du Gouvernement Fédéral à une entité privée qui pourrait s’en occuper. Si ce scénario se réalise, tout ça finira au fond d’un océan.

Depuis l’arrivée de Trump, l’italien ENI est la première major pétrolière à recevoir l’autorisation d’explorer l’or noir sur les côtes de l’Alaska. ENI attendait le feu vert depuis 10 ans.

Les panneaux solaires californiens génèrent tellement d’électricité à certains moments de la journée, que les opérateurs sont obligés de payer les utilisateurs pour qu’ils utilisent de l’électricité et délestent le réseau. Voir graphique ci-dessous


Influence de l’électricité solaire durant la journée.
Le solaire fait diminuer les besoins d’électricité fossile

 

Europe

L’Europe pourrait réagir face aux nouvelles sanctions américaines contre la Russie. Washington va pénaliser les entreprises européennes qui participent à la construction du nouveau gazoduc Nord Stream 2 entre l’Allemagne et la Russie.

 

France

Total a signé un accord de 4,8 milliards $ pour développer le projet South Pars, un important champ gazier en Iran. Le gaz produit «alimentera le marché domestique iranien à compter de 2021». Total «mettra en oeuvre le projet dans le respect le plus strict des législations nationales et internationales» ce qui va forcément faire un grand plaisir aux faucons de Washington qui tentent par tous les moyens de maîtriser la croissance de l’Iran.

Nicolas Hulot suggère de fermer «jusqu’à 17» réacteurs nucléaires et ramener à 50 % la part de l’atome dans la production d’électricité à l’horizon 2025. Lire article.

Le constructeur automobile français Renault a vendu 1,9 million de véhicules au premier semestre 2017, battant ainsi son précédent record.

Pratiquement le même jour, le président Macron a coupé 850 millions € dans l’armée, recapitalisé le gouffre Areva à hauteur de 1,5 milliards € et accepté une augmentation de 2 milliards € pour la construction des 2 centrales EPR en Angleterre.

 

Angleterre

Le Royaume-Unis est en train de se demander si les deux réacteurs Areva-EPR de Hinkley Point vont réellement pouvoir mis en service un jour. A peine la première pioche utilisée, EDF annonce une révision des budgets: +2 milliards € à la charge des contribuables français.

Suite au Brexit, Londres demande à pouvoir rester dans le traité Euratom et menace de réexpédier les 30 tonnes de déchets nucléaires hautement radioactifs appartenant à la Suède, l’Italie, l’Allemagne. Depuis 1970, le centre de Sellafield conditionne les déchets nucléaires dont le plutonium et d’autres isotopes sympas.

 

Hollande

Le pays pourrait fermer le plus grand champ gazier européen: le Groningen. Les tremblements de terre et la pollution ont générés 80’000 plaintes et des demandes de dédommagements à hauteur de 1,2 milliards €.

 

Suède-Chine

Dès 2019, Volvo changera totalement sa production pour se concentrer uniquement sur les voitures électriques ou hybrides! Volvo est le premier constructeur automobile à passer à l’électrique. Le chinois Geely avait acheté Volvo, au bord de la faillite en 2010.

La moitié des voitures en circulation dans le monde parcourent la Chine. Pékin a l’objectif d’immatriculer 5 millions de voitures électriques d’ici à 2020.

Augmentation de l’Euro face au $

 

Les Amériques

Costa Rica, Panama

Le premier jour du mois de juillet suite à une panne débutée au Panama, les 5 millions d’habitants du Costa Rica ont été totalement privés d’électricité pendant près de cinq heures. La coupure géante a également touché le Nicaragua et le Salvador.

Au Panama, la panne a duré trois heures et a débuté au moment où le président panaméen Juan Carlos Varela allait prononcer un discours pour défendre son bilan à l’occasion du début de la quatrième année de son mandat.

 

USA: Schiste

La production de schiste a augmenté de 525’000 b/j cette année essentiellement grâce aux forages horizontaux du bassin Permien du Texas. La production US de schiste atteint 5,472 millions b/j et Golman Sachs prévoit 12 millions bj d’ici à 2025.
Goldman Sachs prévoit également que grâce à la technologie, les coûts de production du schiste américain seront plus bas que celui de l’Arabie Saoudite. Bien sûr!

Combien de temps est-ce Wall-Street va continuer à financer le mythe du pétrole de schiste américain? Depuis 18 mois, 57 milliards $ ont été injectés dans le système.

Si les prix d’extraction ont diminué de 34% entre mars 2014 à novembre 2016, les coûts ont augmenté de 8% depuis décembre. Les producteurs continuent de perdre des sommes astronomiques alors que le baril surfe sous les 50$. Au rythme actuel, ils pourraient perdre jusqu’à 20 milliards $ cette année.

Alors que Le bassin Permien est en croissance, les champs pétroliers de schiste d’Eagle Ford et du Bakken ont atteints leur peak oil il y a 4 ans. Selon Arthur Berman, le pétrole extractible dans le bassin Permien serait de 3,7 milliards de barils au lieu des 160 milliards de barils suggérés par le CEO de Pioneer Natural Resources. Il est probable que le Bassin Permien atteigne son peak oil en 2019.

L’augmentation des tremblements de terre en Oklahoma n’a rien à voir avec les prouesses de Russel Westbrook, MVP de la ligue de Basket NBA. Les secousses de 2,7 à 4,2 sur l’échelle de Richerter proviennent des forages de schiste selon le US Geological Survey.

 

Cuba

Alors que le Venezuela peine à livrer le pays en pétrole, le gouvernement a limité la consommation des entreprises (-28%) et réduire l’éclairage public de 50%.

 

Venezuela

Les réserves financières du pays sont passées sous la barre des 10 milliards $ alors qu’elles pointaient à 43 milliards en 2009. Le pays doit encore rembourser 5 milliards $ de dettes cette année.

Les raffineries n’opèrent plus qu’à 40% par manque de dissolvants pour traiter le brut lourd.

Les services pétroliers d’Halliburton et de Baker-Hughes ont été stoppés en attendant que le gouvernement paie les arriérés. Pendant ce temps, Caracas continue de livrer à la Russie et à la Chine du pétrole acheté et payé il y a fort longtemps.

Un vénézuélien moyen a perdu 10 kg durant les 12 derniers mois à cause du manque de nourriture.

 

Mexique

Le gouvernement va mettre 4 nouveaux champs pétroliers et gaziers en vente aux enchères d’ici à novembre. L’entreprise pétrolière nationale Pemex est empêtrée dans l’immobilisme et la corruption. L’alternative d’utiliser des entreprises internationales pourraient générer des revenus (ou de la corruption) supplémentaires pour le pays.

Talos Energy, Sierra Oil and Gas et Premier Oil confirment que le champ pétrolier de Zama-1 dépasse les rêves les plus fous avec une quantité située entre 1,4 et 2 milliards de barils de pétrole. En extrapolant la quantité de pétrole effectivement extractible, cela représente 7-8 jours de consommation mondiale.

Ferme solaire photovoltaïque en forme de Panda en Chine, par Panda Power

 

Asie

Chine

L’Economie chinoise aurait progressé de 6,9% durant le deuxième trimestre et la production industrielle de 7,6%. En Chine, la croissance du PIB est intimement liée à l’augmentation d’énergie.

La production de charbon a augmenté de 11% par rapport à juillet 2016. Les pluies torrentielles et les inondations ont forcé la fermeture de plusieurs centrales hydroélectriques dont les 2/3 du barrage des Trois Gorges.

Le chinois Panda Power Plant réalise des fermes solaires qui représentent des pandas en jouant avec la couleur des panneaux. L’entreprise cumule 100 MW.

Inde

Indian Oil Corp va acheter du brut américain en octobre. C’est la première fois que l’Inde achète du brut à l’équipe de brutes. L’accord inclus 1,6 million de barils de pétrole US et 400’000 barils à Western Canadian Select. C’est le chinois PetroChina qui s’occupe de la logistique. Le prix de vente est très compétitif en comparaison avec le pétrole livré par l’Irak et se situe entre -8 et -15$ par rapport au cours du marché.

 

Japon

Un robot a réussi à pénétrer dans le Réacteur 3 de Fukushima et a découvert une partie de l’uranium fondu. Pour sécuriser les lieux, il est crucial pour TEPCO, l’opérateur de la centrale, de localiser l’uranium qui a transpercé les cuves des 3 réacteurs en perdition. A long terme, ce magma hautement radioactif devra être retiré.

Tepco va déverser une partie des éléments radioactifs de Fukushima dans l’Océan Pacifique malgré la protestation des pêcheurs et des citoyens.

 

Corée du Nord

Suite aux pressions internationales, la China National Petroleum (CNPC) a cessé ses livraisons de diesel et d’essence à Pyongyang.

 

Kazakhstan

Le Ministre de l’Energie a annoncé que son pays allait sortir de l’accord de réduction de production de l’OPEP. Le pays extrait 1,718 million b/j dont 170’000 b/j du nouveau champ de Kashagan.

 

L’entreprise américaine Digital Roof Innovations, USA, propose une arme automatique
si vous achetez un toit chez eux. Make the America Great Again!

 

Moyen-Orient

Qatar

La Banque Centrale possède des réserves financières de 340 milliards $ en liquide, 40 milliards $ en or et 300 milliards $ dans le fond Qatar Investment Authority.

Ces chiffres peuvent aider à relativiser les sanctions imposées par l’Arabie Saoudite et ses alliés.

 

Israël

La start-up Eviation pense pouvoir réaliser un avion électrique capable de transporter 9 personnes sur 1’000 km d’ici à 2020.

 

Iran

Difficile d’enlever une once d’optimisme du gouvernement qui pense atteindre 4 millions b/j d’ici à la fin de l’année (3,8 actuellement). Toujours sur cette lancée, le ministre du pétrole pense que l’Iran va exporter 365 millions m3 de gaz d’ici à 2021. Le pays va devenir le plus grand producteur de CO2 à base de gaz au monde avec 839 millions de kg par an, sans compter les quantités de méthane!

Les USA certifient que l’Iran suit totalement les règles imposées sur le nucléaire.

Téhéran a mis aux enchères la prospection et la production du champ pétrolier d’Azadegan à la frontière irakienne. Le gouvernement veut débuter son exploitation avant que les Irakiens l’aient vidé.

Les iraniens auraient mis hors service, les capteurs de localisation des tankers pétroliers. Des capteurs montrent que certains cargos, affrétés par des traders, auraient contournés la diminution de production imposée à Téhéran.

 

Afrique

Nigeria

L’ancienne ministre du pétrole, Diezani Alison-Madueke, occasionnellement nommée directrice de l’OPEP, est poursuivie par le département de la justice américaine pour avoir confondu son compte en banque avec celui de l’Etat pour la modique somme de 144 millions $. La pauvre dame avait acheté une propriété à Manhattan et un Yacht à 80 millions $.

Le pays a exporté 2 millions b/j en juin soit 200’000 de plus que les quotas de l’OPEP. Cependant Shell a annoncé une panne dans la production. Comme le gouvernement interdit aux pétroliers d’indiquer les véritables raisons des pannes, il se pourrait bien que les milices aient rompu la trêve et dynamité des installations pétrolières en échange de petites enveloppes.

 

Phrase du mois

What oil companies and car companies are saying about future sales of plug-in vehicle is diverging. This is a trillion-dollar question, and someone is going to be wrong.”  Colin McKerracher, head of advanced transport analysis for Bloomberg New Energy Finance

 

Sources: avec Tom Whipple de Resilience.org, FT.com, Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations récoltées dans différents médias à travers le monde.

La revue complète sur 2000Watts.org

 

La mort annoncée de la voiture à pétrole

Après un siècle de domination, sommes-nous à l’aube de la disparition de la voiture à pétrole?  Objet de désir, de réussite et symbole d’un statut social, elle est en train de se faire dépasser par sa comparse électrique.

La nouvelle Mobilité apporte une disruption totale sur le marché de l’énergie en passant par la géopolitique pétrolière mondiale et aux distributeurs d’électricité. Elle devient un élément clé de la nouvelle économie en se métamorphosant de glouton à outil intelligent.


Un changement rapide

Des banderilles électriques de plus en plus acérées ont été lancées et toute l’industrie vacille. Depuis le début de ce mois, la nouvelle petite Tesla est sortie des usines pendant que Volvo a annoncé l’arrivée de l’électricité dans tous ses modèles d’ici à 2019.

L’Inde, la Norvège, la Hollande et bientôt la Chine vont interdire la vente des voitures à essence ou diesel.

Ce revirement de situation est un pied de nez à l’empire Rockefeller. Si en 1900, les voitures électriques représentaient le 34% des ventes à New York, Boston et Chicago, le magnat du pétrole a su imposer aux constructeurs automobiles son or noir.

Effet exponentiel

A ce jour, les ventes ne représentent que le 1% des ventes, mais la boule de neige se transforme en avalanche et plus de 1 million de voitures électriques seront vendues cette année à travers le monde.

Si les producteurs automobiles se sont focalisés sur les grands modèles dispendieux, les voitures électriques low-cost pointent le bout de leur nez. L’Inde et la Chine travaillent sur des véhicules de 3’000 à 7’000$.

Même les pétroliers accusent le coup au point de se demander s’il vaut mieux extraire son pétrole aujourd’hui, même avec des prix bas, au lieu de prendre le risque de devoir, demain, le laisser sous terre par manque de demande. On comprend mieux les réticences des pays de l’OPEP à réduire leurs productions pour faire remonter les cours.

 

 

Evolution des nouveaux modèles de voitures électriques

 

L’accélération de l’industrie automobile électrique réside dans la batterie.

Pour démocratiser ce véhicule, le prix de la batterie devra descendre sous la barre des 100$ le kWh.

Depuis 2010, la chute est vertigineuse pour arriver actuellement à 190$/kWh. Le nouveau leadership de la Chine et l’augmentation du nombre de voitures vendues nous rapprochent rapidement de cet objectif de démocratisation.

Mais pour l’instant, les constructeurs électriques peinent à atteindre l’équilibre financier.

 

A la charge de la recharge

Un “plein” nécessite entre 9 et 30 minutes pour les modèles les plus performants bien que la majorité des voitures se rechargent comme les smart phones: à la maison durant la nuit.

De leur côté, les stations d’autoroutes et les grandes surfaces se profilent dans des solutions qui nécessitent le temps des commissions ou d’un repas.

La grande inconnue réside encore dans le recyclage des batteries. L’industrie du nucléaire a été incapable de résoudre la gestion des déchets et ce laxisme se retourne comme un boomerang sur cette technologie.

Les batteries pourraient bien avoir une deuxième vie afin de stocker la production d’électricité renouvelable dans les maisons et les habitations, mais in fine, un processus de retour à la nature devra être implémenté.

 

Evolution des ventes de voitures électriques dans le monde

 

 

De la voiture gloutonne à la voiture intelligente et utile

La Mobilité électrique apporte une disruption totale sur le marché de l’énergie mondiale. Elle rebrasse les cartes au niveau de la géopolitique pétrolière et des matières premières. L’Amérique Latine et ses réserves de lithium pourraient supplanter le pétrole du Moyen-Orient.

La voiture va devenir bien plus qu’un simple moyen de se déplacer. Elle va permettre de stabiliser les réseaux électriques, de réduire les pics de demandes, d’ingérer la production renouvelable, de créer des micro-réseaux et de survivre au peak oil.

Ainsi les grands distributeurs électriques tremblent devant la possibilité donnée aux citoyens, anciennement captifs, de produire eux-mêmes leur électricité, de la stocker dans leurs voitures ou de la revendre à leurs voisins.

La voiture change son statut pour devenir un outil de partage et d’efficacité. Contraste saisissant entre une voiture à pétrole qui n’utilise que 2 dl sur 1 litre d’essence/diesel avalé et qui produit 15 kilos de CO2 au 100 km.

 

Paris a annoncé l’arrêt des ventes de voitures à essence et diesel pour 2040. Paradoxalement à la vitesse des changements actuels, si la France tient sa promesse, elle pourrait être l’un des dernier pays au monde à autoriser ces véhicules venus d’un autre siècle !