Drone-Taxi : La voiture est-elle bientôt prête au décollage ?

Les problèmes de la mobilité urbaine ne cessent d’augmenter et deux options émergent: passer sous le sol ou utiliser les airs. Dans le premier cas, c’est le projet des trains ultra-rapides Hyperloop qui tente sa chance.

Dans la mobilité urbaine aérienne, les drones électriques et autonomes capables de transporter des personnes sont à quelques encablures de passer de la science-fiction à la réalité. Aux USA, en Chine et en Europe une formidable course a débuté pour prendre le leadership et imposer ses standards au reste du monde.


 

Il n’y a encore que quelques années, les entrepreneurs actifs dans les Drone-Taxi rimaient avec “farfelus”.

Aujourd’hui, toute l’industrie aéronautique ainsi que les constructeurs automobiles tentent de trouver une alternative au pétrole. Ces deux industries sont dans l’urgence de se réinventer. Même l’ultra-conservateur Salon de l’Automobile de Genève, focalisé sur les moteurs thermiques, entrevoit l’arrivée de drones avec passagers.

Comme l’année dernière, ItalDesign présente, dans le stand Audi, un prototype basé sur le système Pop Up d’Airbus (voir vidéo ci-dessous). Mais le prototype n’est plus seul. Le voila accompagné par le hollandais Pal-V Liberty.

Personne ne sait si ces nouveaux véhicules vont révolutionner notre mobilité, mais beaucoup d’entreprises et d’investisseurs ne veulent pas rater le train de la Mobilité Urbaine Aérienne (Urban Air Mobility). L’arrivée de la 5G et la crise pétrolière, qui pointe le bout de son nez, ne feront qu’amplifier cette tendance.

Taxi-Drone: ItalDesign – Airbus – Audi  (présenté au Salon de l’Automobile Genève)

 

Trois pôles émergent : les USA, l’Europe et la Chine

Les USA emmenés par les acteurs digitaux

Dans les Drones-Taxis, c’est sans surprise que l’on retrouve les mêmes acteurs digitaux des voitures autonomes comme Google, Apple, Uber.

Dara Khosrowshahi, CEO d’Uber, envisage de mettre en service Uber Air avec des drones électriques entièrement autonomes. L’entreprise de taxis à la demande s’est fait brûler la politesse par Boeing en personne. L’avionneur américain a racheté, au nez et à la barbe d’Uber, son partenaire technologique Aurora Flight Science, spécialisée dans les systèmes de vol pour avions sans pilotes. Cette guerre fait monter la pression sur les investisseurs et booste les entrepreneurs.

Malgré ce revers, dans son concept “Uber Elevate“, l’entreprise californienne a débuté ses premiers tests à l’aéroport de Dallas Fort Worth au Texas, à Los Angeles et à Dubaï. A terme, l’utilisateur pourra ainsi choisir entre Uber Pool (voiture) UberX (berline de luxe) ou UberAir (drone).

Uber Elevate: Concept Drone d’Uber

 

Larry Page, CEO d’Alphabet-Google, ne veut pas laisser la voie libre à Uber. C’est Waymo, la filiale de voitures autonomes de Google, qui est chargée de donner la réplique avec son drone maison.

Du côté des investisseurs, l’intérêt est énorme. Joby Aviation, qui construit son drone-taxi, a levé 100 millions $ auprès notamment d’Intel et de Toyota.

Bloomberg: The future of flying cars (en anglais)

 

La Chine : un objectif stratégique

La Chine semble avoir pris une longueur d’avance sur ses concurrents européens et américains avec l’ambition d’imposer ses standards au reste du monde

En février, le constructeur, Ehang, a effectué un premier vol avec un passager. Le Ehang 184 électrique et autogéré, peut voler à 130 km/h et résister à des vents très violents.

Le premier vol du Ehang 184, février 2018

 

Dans les villes, Dubaï s’impose avec une série de projets. Elle désire bénéficier de la technologie chinoise mais laisse la porte ouverte à l’Allemand Volcopter. La ville hôte de l’exposition universelle en 2020 veut être la première à offrir les services de drones-taxis pour cette occasion. D’autant que Buenos Aires, Argentine, réfléchi également à ce type de mobilité pour son Expo 2023. On voit mal les Emirats Arabes Unis se laisser prendre la vedette par l’Argentine.

Dubaï teste le drone Volcoptère

 

L’Europe : Regrouper ses forces

En Europe deux pôles émergent : l’Allemagne et Airbus.

Ainsi les allemands Lilium et Volcopter ont le vent en poupe. Volcopter s’illustre dans ses projets à Dubaï. Brian Krzanich, CEO d’Intel Corporation, s’affiche même dans une vidéo à bord d’un drone. Tandis que Lilium a levé plus de 90 millions $ pour perfectionner son système.

Volcopter : Brian Krzanich, CEO d’Intel Corporation

 

Du côté d’Airbus, le concept Pop Up d’ItalDesign stimule toute l’industrie européenne. Airbus a également investi dans l’entreprise Vahana, qui propose un drone électrique, entièrement autopiloté. Vahana a réussi son premier “vol test” en stabilisant sa machine à 5 m du sol.

Airbus voit également du potentiel dans la start-up new-yorkaise Blade qui pourra la connecter aux utilisateurs “de services aériens à la demande” à travers le monde.

Finalement, le géant aéronautique européen a la mission de coordonner et fédérer les forces du continent pour établir les standards européen dans la gestion du ciel. La Finlande, le Danemark, la Suède, la Suisse, l’Angleterre, l’Allemagne et l’Autriche pourraient être les pays ou les premiers tests pourraient être effectués. Grâce à ces études, l’Europe pourrait édicter des standards pour son espace aérien ainsi que les règles du jeu comprenant les considérations environnementales et publiques.

 

Une conquête mondiale

La voiture-drone est techniquement sur les rails. Il ne reste qu’à déterminer les pays et les villes qui prendront le leadership mondial et qui imposeront les règles de ce nouveau mode de mobilité.

On espère que les villes et les régions du Vieux Continent saisissent et comprennent ces enjeux notamment aux niveaux: de l’environnement, de l’emploi, de la sécurité, de l’intégration à la mobilité urbaine et des citoyens. Pas sûr que les américains et les chinois tiennent tous ces principes à cœur.

C’est peut-être à ce prix et à cette implication que l’on pourra voir la voiture décoller de manière durable.

 

Tempêtes et Bouleversements dans les Energies

Solidement arrimé à la voiture et aux avions, le pétrole voit son hégémonie vaciller. EDF a fini par avouer que l’électron nucléaire n’est financièrement plus compétitif avec les énergies renouvelables. Le pétrolier Shell débute la vente d’électricité. Les technologies «Smart» catapultent les simples citoyens contre le monopole des producteurs d’électricité. La Chine prend le leadership énergétique mondial face aux USA.

N’en jetez plus ! Nous avons la chance d’assister à un brassage de cartes qui touche toutes les énergies et pulvérise les certitudes.


Au sommet de la pyramide, l’or noir tremble.

Après l’Angleterre, la France, la Norvège, l’Inde, c’est au tour de Pékin de s’interroger sur l’interdiction programmée des ventes de voitures à pétrole. Les 28 millions d’unités vendues chaque année en Chine, ne laissent aucun constructeur indifférent surtout que les prix de vente des véhicules à essence et électriques devraient arriver à parité d’ici à 2025-2029.

De leur côté, les pétroliers s’inquiètent de l’impact sur la consommation. Même si le pétrole reste dominateur, une diminution de 3-5 millions de barils par jour, va déstabiliser les marchés et les prix.

Ainsi, il n’est pas surprenant de voir Shell, commencer à vendre de l’électricité à la place de l’essence, où Total d’acheter 23% des actions de l’entreprise Eren et sa production d’électricité hydraulique et éolienne. Le français est déjà propriétaire de Saft, batteries de stockage, ainsi que des panneaux solaires SunPower et Total Solar.

Même dans le ciel, la révolution s’installe. Un premier avion électrique capable de transporter 10 personnes sur 1’000 km est à l’essai. L’entreprise Allemande, Volcopter, propose un «drone-hélicoptère» autonome et électrique, capable de transporter 2 passagers.

Les producteurs de kérosène toussent.

 

Volcopter: le premier taxi aérien électrique et autonome à Dubai

 

Le nucléaire voit son avenir dans son sabordage

Au niveau de l’atome, c’est au tour de la Corée du Sud d’annoncer sa sortie du nucléaire dans les décennies à venir, pendant qu’EDF avoue que l’électricité nucléaire n’est financièrement plus compétitive face au solaire et à l’éolien.

De manière totalement inattendue, l’arrêt du nucléaire allemand a précipité la course au démantèlement des réacteurs. En effet, les entreprises allemandes se sont positionnées dans ce marché. Autant la France, les USA, la Corée du Sud et le Japon ne veulent pas manquer cette nouvelle opportunité commerciale estimée à plus de 1’000 milliards $.

Du côté des propriétaires des centrales, les parades comptables ont été trouvées en transvasant les réacteurs nucléaires ainsi que les centrales à charbon et à gaz dans des entités d’actifs risqués.

Mais même ces artifices ne suffisent plus. Ainsi, l’indétrônable producteur électrique allemand EON, noyé sous les dettes, pourrait être racheté par le Finlandais Fortum.

 

Chute des prix de l’électricité

Pour la deuxième année consécutive, les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables vont dépasser ceux des énergies fossiles. Si l’on en croit Bloomberg New Energy Finance, d’ici à 2040, le prix du solaire devrait encore diminuer de 66% et l’éolien de 47%. La parité avec les énergies fossiles sera atteinte dans les 10 années à venir.

Sans attendre cette prévision, le géant éolien danois, Dong Energy, a cessé de demander des subsides pour ses installations. Même avec des solutions de stockage, elles deviennent financièrement concurrentielles.

De son côté, l’Arabie Saoudite profite de mettre aux enchères des concessions pour exploiter l’énergie solaires et de tester le modèle d’affaire face aux centrales nucléaires. Les premiers résultats sont édifiants. Le prix de l’électricité solaire devrait atteindre 2,5 ct € le kWh.

La Chine et la Russie au nez et à la barbe des européens

Les USA sont en passe de gagner leur pari : freiner les livraisons de gaz et de pétrole de la Russie vers l’Europe.

Logiquement, ce mois a vu le rapprochement fulgurant de Pékin et de Moscou.

Le Chinois SEFC China Energy vient d’acquérir pour 9,1 milliards $, soit 14,15%, le pétrolier russe Rosneft.

CEFC lorgne maintenant sur l’énergie hydroélectrique de l’entreprise russe EN+.

La Banque of China a accordé un prêt de 2 milliards $ à Gazprom sous l’emprise de l’embargo USA-Europe.

Avec le chaos qui règne à Washington, la Chine a clairement pris le leadership mondial sur les énergies. La Russie l’a parfaitement compris et joue sa carte.

 

Le citoyen: cet homme qui avait disparu des cartes

Même s’il reste encore des quantités phénoménales de pétrole et de gaz dans le sol, les ouragans de ces dernières semaines ont délicatement souligné les contours du réchauffement climatique.

La vitesse des changements opérés dans le monde des énergies poussent les pays et les acteurs à monter dans le train d’autant que l’opportunité est trop belle de laisser les USA patauger avec leur exceptionnel président.

Cerise sur le gâteau, le citoyen, qui n’a pas eu droit au chapitre durant des décennies, a maintenant la possibilité technique de devenir lui-même un producteur et vendeur d’énergies. Qui aurait pensé que cet oublié reprenne le contrôle?

Nous vivons des mois historiques et passionnants.