Extrait de séance

Extrait de séance – on tourne en rond

Après une année de psychothérapie, je me sentais dans une impasse. Malgré sa régularité et son apparent engagement, j’avais la sensation que ma cliente était imperméable à ce que je pouvais lui offrir de lien, de soutien et de pistes.

 

       Moi :

Ça fait un moment que j’ai l’impression qu’on tourne en rond, et je ne sais pas comment poursuivre

       Cliente (fond en larme… puis après un moment) :

Mon ancienne thérapeute m’a dit la même chose au bout d’un moment, et elle m’a dit qu’elle ne pouvait plus rien faire pour moi

       Moi :

Je n’ai pas l’intention de vous laisser tomber sans essayer de comprendre ce qu’il se passe

       Cliente (les larmes montent) :

       Moi :

Vous êtes d’accord qu’on tourne en rond ?

       Cliente :

Oui…

       Moi :

Avec vous je me sens impuissant, j’ai comme l’impression que vous mettez en échec toutes mes tentatives de vous aider… Est-ce que ma remarque vous parle ?

 

Commentaire

Pour cette cliente, aller chercher de l’aide auprès d’un professionnel était en contradiction avec sa croyance qu’elle devait tout faire elle-même. Durant la suite de notre échange, elle s’est rendue compte qu’elle mettait inconsciemment en échec ses thérapeutes pour se prouver qu’elle pouvait se débrouiller seule. C’était la manière qu’elle avait trouvé de concilier ses deux besoins apparemment contradictoires de soutien et d’autonomie.

Une fois qu’elle a pris conscience de ce fonctionnement elle a pu s’ouvrir à moi tout en étant rassurée que je n’allais pas la rendre dépendante, et je n’ai plus eu cette impression de tourner en rond ou qu’elle était imperméable. J’ai également pris conscience que cette sensation que j’avais de tourner en rond correspondait à la présence d’une incohérence entre ce qu’elle montrait à l’extérieur et ce qu’elle vivait à l’intérieur.

De manière générale je crois avoir remarqué que le fait de tourner en rond en thérapie sous-entend souvent une incongruence (une incohérence), c’est-à-dire qu’il y a un secret, un tabou, une honte ou une impossibilité d’être pleinement authentique. La remarque est valable d’un ou des deux côtés : client ou thérapeute.

 

 

Extrait de séance est une série d’articles qui propose un aperçu de ce que peut être la réalité de notre travail de psy, en mettant en lumière des instants particuliers.

Crédit photo: Madison Mc
(Elle a fait ce montage suite à une proposition que lui a fait son thérapeute d’illustrer son expérience des séances).

Thomas Noyer

Thomas Noyer

Thomas Noyer travaille comme psychologue-psychothérapeute (adultes et couples) en cabinet privé à Neuchâtel et en cabinet médical à Lausanne. Il anime des groupes sur le masculin, les troubles alimentaires et les difficultés relationnelles. / Il contribue aussi à un blog collectif / Son site

6 réponses à “Extrait de séance – on tourne en rond

  1. Comme thérapeutes ( les trois mousquetaires), quel conseil donneriez-vous à Julian Assange?
    (bien sûr, s’il vous demandait conseil)

    1. Afin de vous répondre adéquatement, je prendrai avant tout soin de lui demander sa permission pour un nouvel “extrait de séance” (anonyme, il va de soi). Je compte sur votre discrétion, d’avance merci!

      1. Merci l’ami, bien sûr que ça restera entre nous.
        P.S. Je cherche à me défaire de mon addiction à ces blogs et vous allez voir que je vais y arriver:)
        Etant donné le niveau, ce ne devrait pas être aussi dur? Bon ptêt une situation hivernale, enfin, vous connaissez ça, vous les psys… .

  2. Ah, c’est donc vous les 42 abonnés (à part ma maman)! Pour l’addiction, bravo, je sais combien c’est dur! Tout à fait entre nous, j’ai moi aussi une addiction: à l’écriture de ces articles de blog.
    Je tâcherai de tenir compte de votre remarque pour baisser la cadence et surtout la qualité. Je n’aimerais pas me sentir responsable de votre mal-être!

  3. Vous avez pris un risque important me semble-t-il d’engueuler votre cliente (patiente ça sonne mieux mais peut être les psychologues n’ont pas le droit de les appeler patients) alors qu’elle est d’office en mauvais état psychologique. Si j’étais à sa place je serais parti et nous n’aurions pas eu le plaisir de lire cet article.

    1. Merci pour votre commentaire.
      Je préfère le terme client, qui je trouve me connote moins comme expert que celui de patient. Mais je dois avouer que je dis patient quand je travaille en milieu psychiatrique, car les médecins ne sont pas habitués au terme client.
      Je n’ai pas eu l’impression d’engueuler ma cliente, et quand je lui ai fait lire cet article de blog en lui disant qu’il s’agissait d’elle, elle m’a dit qu’elle était touchée et rassurée de se sentir comprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *