On ne peut plus faire de développement personnel avec sa psy

Depuis juillet 2022 les psychologues-psychothérapeutes ne sont plus remboursé·e·s[1] par les assurances complémentaires mais par la LAMal (l’assurance de base). L’assurance de base prenant en charge l’accident et la maladie, le développement personnel[2] n’est plus considéré dans l’offre de ce corps de métier.

En juin votre développement personnel est pris en charge par votre assurance, et en juillet plus. C’est une mauvaise nouvelle pour les personnes en bonne santé qui ont une franchise LAMal haute. Ainsi que pour les personnes qui cherchent à mieux se connaître pour éviter de transmettre des aspects inconscients et négatifs à leur entourage ou à leur descendance, par exemple.

C’est par contre une bonne nouvelle pour les personnes malades ou en mauvaise santé, qui ont une franchise LAMal basse. La population qui a accès aux soins psychiques s’est ainsi brusquement modifiée en juillet 2022[3].

 

Mais laissez-moi vous rassurer : si vous voulez poursuivre votre développement personnel c’est néanmoins possible, la condition étant de trouver la bonne étiquette de maladie diagnostic et d’y trouver des synergies avec vos thèmes de développement personnel. Et les manuels de diagnostic psychiatrique[4] ont tout prévu : une étiquette pour chaque mal… – pardon – personne, même (et c’est rarissime) pour les personnes inclassables[5].

On peut se demander si ce modèle suggère que tout le monde est malade. C’est aujourd’hui acquis par exemple qu’une femme enceinte va à l’hôpital – y compris quand sa grossesse n’est pas un accident (!).

 

Dans un modèle de santé qui semble favoriser la maladie au détriment de la prévention, est-ce qu’on peut encore se permettre aujourd’hui d’être en santé et de voir sa psy ?[6]

 

 

 

[1] Par souci de simplification et de logique, « psy » est au féminin dans le titre.

[2] Moi non plus je ne sais pas ce que ça veut dire, mais une chose est sûre : le développement personnel n’est pas une maladie.

[3] Sans compter les milliers de personnes qui n’auront bientôt plus accès aux soins psychiques du fait de la non-reconnaissance des psychologues travaillant actuellement sous l’ancien modèle de délégation.

[4] Oui, vous avez bien lu : diagnostic psychiatrique. Et c’est précisément pour ça que vous pouvez vous faire rembourser vos séances chez votre psychiatre sans condition, mais pour celles chez votre psychologue il faut dorénavant l’autorisation de votre psychiatre ou de votre médecin, et qu’au-delà de 10 ou 15 séances il faut à nouveau demander l’autorisation.

[5] Lire à ce sujet « C’est normal, doc ? »

[6] La réponse est oui bien sûr, mais ce ne sera plus remboursé.

 

 

 

Lire aussi:
Remboursement des psychologues-psychothérapeutes par la LAMal : de soignant à expert ?

 

 

 

Crédit photo: btest user

 

Découvrez des extraits de séances et d’autres moments inédits de dévoilement du thérapeute dans mon ouvrage « Dans la peau du psy »

Thomas Noyer

Thomas Noyer travaille comme psychologue-psychothérapeute (adultes et couples) au Cabinet Sens à Neuchâtel. Il anime des groupes sur le masculin et les troubles alimentaires. Il écrit dans un blog personnel et contribue aussi à un blog collectif, où il s'exprime surtout sur la psychothérapie humaniste.

Une réponse à “On ne peut plus faire de développement personnel avec sa psy

  1. Il n’existe pas de Caisses maladie humanistes, cela serait défavorable à leur sécurité financière, et c’est pourquoi elles ne remboursent pas ceux qui persistent à croire qu’exercer une profession accompagnée d’humanisme non maîtrisé devrait être rentable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *