Il n'y aura jamais d'égalité

Il n’y aura jamais d’égalité

Avec la mondialisation, le ctrl+c, le contrôle qualité, la photocopieuse, l’égalité fait partie de mon quotidien. L’égalité salariale pour un même poste avec les mêmes exigences, l’égalité entre la taille du cornet de frites chez telle succursale ou telle autre sont justes (dans ce cadre, l’égal est légal). Mais quand on parle d’êtres humains il n’y a pas d’égalité. Les humains ne sont pas des photocopies, ils ne sont pas égaux. Je ne suis pas égal à vous, et vous n’êtes l’égalE de personne. Même des jumeaux ne sont pas égaux. Les hommes et les femmes non plus ne seront jamais égaux.

Le combat pour l’égalité est en fait un combat pour le respect, la dignité, pour exister et être considéré. Pardon, considérée. Oui, au féminin bien sûr, parce que l’homme a dominé la femme pendant des lustres, il a eu la part belle. Les femmes ont besoin de se réapproprier leur dignité, leur force. Ce mouvement contribue à l’évolution de nos sociétés et à une forme d’équité.

En ce moment c’est la femme qui porte une agressivité, comme un retour de balancier qui annonce un équilibre à venir. Cette agressivité est saine, positive et salutaire car elle bouscule l’establishment mâle, elle ouvre la voie à une prise de conscience collective. Une prise de conscience que chacun et chacune est unique[1] et digne de respect. Au fond c’est une question d’amour. Le contraire de la photocopie c’est l’amour. L’amour de la richesse et de la diversité que chacunE porte en soi.

Fig. 1: Un homme se prépare à recevoir de l’amour

Chères femmes, ce n’est donc pas l’égalité que je vous souhaite. Je vous et nous souhaite en fait exactement l’inverse : l’amour.

 

 

[1] Lire l’article que j’ai écrit à ce propos

Thomas Noyer

Thomas Noyer

Thomas Noyer travaille comme psychologue-psychothérapeute (adultes et couples) en cabinet privé à Neuchâtel et en cabinet médical à Lausanne. Il anime des groupes sur le masculin, les troubles alimentaires et les difficultés relationnelles. / Il contribue aussi à un blog collectif / Son site

10 réponses à “Il n’y aura jamais d’égalité

  1. L’égalité (entre hommes et femmes) concerne les droits… Les droits humains donc. L’amour c’est bien et je nous le souhaite universellement, mais nous ne parlons pas de cela, les femmes qui luttent pour l’égalite ne nous parlent pas de leurs emotions. Je (suis une femme ) ne demande pas d’être juste considérée et ma dignité est acquise, puisqu’elle ne dépends que de moi.Je souhaite qu’un jour les femmes puissent jouir des même droits que les hommes. Ne vous trompez pas de terrain, sinon on risque de passer à côté, les uns des autres. Messieurs je vous aime et mesdames je vous admire.

    1. Votre message est magnifique, chère Gonzales, mais si vous relisez bien l’auteur, je crois que vous serez d’accord les deux, enfin, il me semble.
      Longue vie aux deux et plein d’amour 🙂

    2. Merci beaucoup pour vos commentaires. L’égalité en droit est effectivement tout sauf émotionnelle, je vous rejoins entièrement. L’amour dont je parle est une intention d’humanité, qui à mon avis manque parfois dans le domaine du droit au détriment de “faire juste” ou même au profit économique. Concernant le respect de l’être humain et la planète notamment. Car si la loi était pensée et agie avec une intention bienveillante, simple et humaine (ce que j’ai nommé l’amour), ça contribuerait à mon avis fortement à sauver la planète, les êtres vivants et l’égalité des droits.
      Donc… plein d’amour à nous! ;-P

  2. Oui, je n’ajouterais rien à vos réponses messieurs. Effectivement il y a des domaines ou il est difficile d’insuffler des valeurs comme la bienveillance car les rapports sont traditionnellement plutôt ceux de la force et de la domination. Comme vous le dites, nous sommes tous différents et selon moi le genre n’est qu’un “critère” pami d’autres, mais j’ai senti une certaine condescendance dans le premier message, un paternalisme qui m’a dérangé. Les femmes qui militent ouvertement et fortement pour nos droits ont encore aujourd’hui beaucoup de courage et prennent des risques dont nous ne mesurons pas les conséquences dans leur vie. C’est pour elles que je tenais à commenter votre message. Le combat existe et il est pénible pour tous, mais à mon avis il est encore nécessaire même si je préférerais que les changements se produisent plus subtilement dans le coeur de chacun de nous. Mais nous ne somme pas tous pareils… 😉

    1. ” un paternalisme qui m’a dérangé”
      Peut-être le fait qu’un homme vous dise qu’il lui semble que vous êtes d’accord avec un autre homme vous fait juger ça “paternaliste”?

      Dans un monde de compétition, je comprends que les femmes doivent faire pencher, avec difficulté, la balance de leur côté pour arriver au final à l’équilibrer et dans ce cas, c’est aux hommes à arriver de le comprendre et de le favoriser par l’amour et la bienveillance 🙂
      C’est ainsi que je comprends le message de l’auteur.

  3. Je prends le temps de répondre à votre question : non pas du tout.
    C’est à l’auteur de l’article, à M. Noyer, que s’adressait ma remarque. Votre “adhésion” à ses propos est par contre tout à votre honneur mais l’analyse que vous faites de son texte est à mon avis partielle et bien plus généreuse que ce que je parviens à y lire.
    Mais par contre, n’imaginez pas par ailleurs, que les femmes sont motivées par la compétition….
    Nous tournons en rond.
    Enfin, parfois nos messages se “brouillent”… C’est compliqué d’écrire.

    1. Oui c’est compliqué d’écrire, car il y a tout le non-verbal qui manque. J’ai pris le risque d’écrire ce texte au titre un peu provocateur, mon intention n’était ni condescendante ni paternaliste.
      Par contre, ce que vous avez peut-être perçu, c’est une forme de colère que j’ai. Une colère par rapport à l’injustice de la situation actuelle et la lenteur à laquelle évoluent les mœurs. J’ai essayé de mettre dans mon écriture toute ma bienveillance, et de mettre cette énergie de colère au service d’un message constructif. Navré s’il a été mal compris, et merci pour le débat qui permet, je l’espère, de clarifier.

  4. Je trouve votre article excellent et suis pleinement en accord avec les idées que vous avancez. Merci pour le partage.
    À ce sujet, le livre “L’art de la réconciliation: respecter ses besoins et ceux des autres” devrait être une lecture obligatoire à l’école je trouve…Enfin, le jour où des cours de psycho adapté aux enfants le seront aussi…
    Reconnaître les souffrances subies pour ensuite avancer ensemble sur le chemin de l’égalité ne peut pas se faire sans amour pour les autres…et soi-même 🙂

    1. Merci de me signaler votre article qui je trouve est beau et bon! Je trouve les deux complémentaires, et je me réjouis qu’un homme et une femme puissent en 2019 partager leurs points de vues et les exposer sur une même plateforme, à égalité 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *