Primaires démocrates 2020: La Californie juge de paix du Super Tuesday

Après plusieurs mois de campagne, de débats, de publicités et de levées de fonds, le gros choc avant l’acte final de la primaire démocrate approche déjà à grands pas. La plupart des favoris sont encore en lice pour s’adjuger la course à l’investiture présidentielle mais le Super Tuesday du 3 mars prochain avec le vote Californien pourrait désigner le futur candidat. Ou à défaut en éliminer plus d’un de cette primaire 2020. Et Bernie Sanders semble prêt à en profiter.

Non, il ne s’agit ni d’une finale de Baseball, ni d’un nouveau jour de soldes, ni encore d’un show ou jeu télévisé (quoique le doute est permis sur ce dernier point). Le Super Tuesday fait référence au premier mardi du mois de mars où s’affrontent tous les quatre ans les candidats à la primaire présidentielle pendant une grande journée de votation. Organisée conjointement sur plusieurs états, le Super Tuesday existe depuis 1988 quand fut organisé la première primaire simultanée de plusieurs états du Sud. Ceci a pour avantage de non seulement médiatiser encore plus (s’il est besoin) cet événement mais aussi de donner une tendance claire et un favori à chaque camp à moins de dix mois de l’élection présidentielle. S’en suivent certes encore plusieurs primaires et votes dans de nombreux états, mais il devient dès lors difficile de revenir sur l’homme ou la femme de tête.

Le poids de l’histoire
En effet, les derniers Super Tuesdays ont tous ont vu virer en tête le futur candidat à la présidentielle de chaque parti respectif. Avec un grand nombre de délégués à distribuer et beaucoup candidats encore en lice, les vainqueurs ramassent gros. Et lors des votes suivants dans des états peu peuplés, le leader n’a plus qu’à dérouler. S’en suivent un mini super Tuesday (mi-mars) et les derniers états (avril-juin) avant les conventions nationales démocrates et républicaines (juillet) pour désigner le candidat officiel des deux partis.

Obama, Barack Obama, Président, L'Homme

Ainsi, Bill Clinton (1992), George W. Bush (2000), Barack Obama (2008) et Donald Trump (2016) ont tous posé lors d’un Super Tueday les jalons de leurs victoires à la primaire mais aussi à la présidentielle qui suivait. Pour l’anecdote, rappelons qu’Hillary Clinton l’avait emporté face à Bernie Sanders en 2016, néanmoins pas de manière aussi significative que Donald Trump côté républicain (était-ce un présage ?).

Le poids des chiffres
Si en 2016, douze états représentants 18% des déléguées étaient en jeu lors du Super Tuesday, cette édition 2020 s’annonce encore plus importante et lourde de conséquences. Pas moins de 15 états (Alabama, Colorado, Minnesota, Utah, Massachussetts, Virginia…) totalisant plus de 30% des votes sont à distribuer. Il est vrai qu’avec plusieurs régions à grande densité de population, 1340 des 3979 délégués y seront distribués. Comme pour la présidentielle, plus un état est peuplé, plus il obtient de part de voix ( appelés délégués). Ceci est notamment le cas pour le Texas (228) et la Californie (415) nouvelle venue de ce super mardi cette année. Absente en 2016 avec une primaire en juin, ce n’est toutefois pas la première fois que la Californie y participe. En 2008 un Super Mega Tuesday avait réunis pas moins de la moitié des états.

Bernie Sanders, roi de la Californie ?
En choisissant de s’y greffer cette année, la Californie assumera non seulement un plus grand rôle dans cette élection, mais se posera aussi en faiseur de roi, au détriment du Texas. Après sa défaite face à Hillary Clinton en 2016, le Golden State va-t-il cette fois consacrer Bernie Sanders ? Rien n’est moins sûr, mais au vu des sondages, l’homme de tête après les 3 premiers états (Iowa, New Hampshire et Nevada), malgré une récente alerte cardiaque, semble de plus en plus inarrêtable. La descente aux enfers de Joe Biden couplée à la bataille du centre (avec Buttigieg et Klobuchar) lui offrent une voie royale. Sans oublier l’absence de la Californienne Kamala Harris qui a jeté l’éponge faute de moyens financiers, pendant qu’Elizabeth Warren (sa concurrente à gauche) continue de dégringoler.

man standing on lectern surrounded by people

Pas surprenant dans un état assez inégalitaire mais quelque peu étonnant dans la mesure où l’on attendait une course plus serrée. Notamment avec Buttigieg en défendeurs des droits LGBT et Biden pour la classe moyenne supérieure et des Afro-américains. A moins que Michael Bloomberg ne crée la surprise à coups de spots publicitaires et avec l’appui des latino-américains.

Un comté à surveiller de près : Orange County
Pour terminer, s’il y a bien un comté (province) à surveiller de près, il s’agit de l’Orange County situé au sud de Los Angeles et au nord de San Diego. Dans une région prospère avec un pouvoir d’achat supérieur à la moyenne, ce comté dont fait partie la ville d’Anaheim abrite toutefois également de nombreux étudiants et latino-américains.

Mickey Mouse Ferris wheel across river
La ville d’Anaheim et son célèbre parc

Souvent indicateurs de tendances par son homogénéité démocrate-républicaine, les résultats de cette région n’avaient pas trahi leur réputation en 2016. Une victoire éclatante de Trump à la primaire républicaine et une à l’arraché de Clinton face à Sanders. Hillary Clinton y gagnera au niveau présidentiel mais d’une courte tête, ce qui laissait augurer d’une fin tragique. Enfin, pour conclure, un petit mot sur Donald Trump qui pour une fois n’est pas parmi les acteurs principaux de ce acte. Bien qu’obligé de passer par des « pseudos primaires » sans réel adversaire, l’actuel président semble d’ores et déjà assuré d’être le représentant républicain en novembre 2020. Pour le plus grand bonheur ou malheur (c’est selon ou 50-50) des habitants d’Orange County.

Ludovic Chevalier

Ludovic Chevalier

Ludovic Chevalier a tout d'abord étudié l’économie et le management touristique avant de se spécialiser dans le marketing. Après un premier passage aux Etats-Unis, il a décidé de s’établir sur la côte ouest américaine pour au moins six mois. Il nous livre un récit de sa vie américaine, universitaire et sportive. En 2020, Ludovic a également obtenu le certificat universitaire suivant: "U.S. Public Policy: Social, Economic, and Foreign Policies".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *